AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où et quand vont sortir ...
Voir le deal

 SPENCER#10 › we were always running away

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mac Sutherland
Mac Sutherland
la peur du vide
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25 boules, l'entre deux agaçant.
SURNOM : juste 'mac'.
STATUT : spencer spencer spencer spencer spencer spencer spencer spencer
MÉTIER : responsable de comm et cm blasé des o'reilly vineyards.
LOGEMENT : un appart cosy dans une maison décomposée à toowong, avec marlon brando (le corgi, pas l'acteur décédé)
SPENCER#10 › we were always running away 4620cfde5acfb9c14eb730750e4e61558020105c
POSTS : 394 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
RPs EN COURS : SPENCER#10 › we were always running away C7oWFin
SPENCER i'm sure we're taller in another dimension, you say we're small and not worth the mention. you're tired of moving, your body's aching, we could vacay, there's places to go- clearly this isn't all that there is. you dream of walls that hold us imprisoned; it's just a skull, least that's what they call it, and we're free to roam.

SPENCER#10 › we were always running away ND6S1fw
MARCELINE i don't wanna wake up, i don't know who you are, you must be some combination of people in my subconscious. i'm no good at lying, on my back or through my teeth, but i'm good at dreaming.

spencer n°2 (flashback) -- rudy n°1 -- spencer n°8 -- jina n°1 -- spencer n°9 --
RPs EN ATTENTE : dani -- leo n°2
RPs TERMINÉS : spencer n°1 -- marceline n°1 -- spencer n°3 -- eleonora n°1 -- spencer n°4 -- spencer n°5 -- spencer n°6 -- spencer n°7 --
AVATAR : hailee steinfeld
DC : carly gomont, le petit oiseau
PSEUDO : grand père tortue
Femme (elle)
INSCRIT LE : 09/01/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42405-preach-the-sinner https://www.30yearsstillyoung.com/t42439-le-noir-dedans#2131297 https://www.30yearsstillyoung.com/t42473-mac-sutherland https://www.30yearsstillyoung.com/t42483-mac-sutherland

SPENCER#10 › we were always running away Empty
Message(#) Sujet: SPENCER#10 › we were always running away SPENCER#10 › we were always running away EmptyJeu 28 Avr 2022 - 15:29



Toute une organisation : il a fallu poser la voiture, récupérer l'autre, la ramener jusqu'en bas de chez moi en passant par toutes les petites rues trop étroites pour contenir un truc de la taille d'un petit camion, t'envoyer un message à la bonne heure en espérant que tu te rendormes pas dessus, puis te harceler, te harceler encore jusqu'à ce que tu répondes et me confirmes ta venue, te harceler toujours pour que tu croies bien à l'urgence du truc. Je suis presque sûre que sur toutes ces étapes, j'en ai au moins foiré deux ou trois, j'ai dû abîmer la peinture de la carrosserie en prenant un virage trop serré ou pas assez mis suffisamment d'angoisse dans mes SMS pour que tu te bouges le cul, mais au final tu arrives, le van est sur le parking avec Marlon sagement assis dedans, et en théorie tu te doutes de rien. Ou alors de pas grand chose. Ou peut-être un tout petit peu que je te prépare un truc.
« Yo ! » que je braille sans réfléchir quand tu arrives, t'enveloppant dans mes bras en arrivant à ta hauteur. Merde, loupé, trop énergique, en tout cas pour une Mac qui vient de se prendre un poteau dans le pare-choc. Couverture, couverture, couverture, Mac, que je pense sans rien trouver, complètement à poil et incapable de faire mieux : « Bon. OK. J'ai menti pour la voiture », je m'entends en même temps que je parle et je me dis que, putain, vraiment, c'est pas gagné, « enfin, j'ai pas menti-menti : elle est au garage, c'est juste qu'elle est pas cassée. Je l'ai posée pour louer un van, en fait. » De toute façon, pas le temps de répondre : je t'embrasse parce que j'ai peur que tu fasses la gueule, ou que tu te moques, ou que tu me dises que bien sûr, tu le savais, parce que j'ai jamais été discrète pour les surprises et la dernière fois que je t'ai fait un anniversaire surprise, je t'ai ajoutée au groupe Whatsapp de préparation. « Et avant que tu dises quoi que ce soit, je sais que t'aimes pas ça, que t'en as marre de mes surprises à la con mais merde, Spence, ça fait deux ans que je t'ai pas saoulée avec ton anniversaire alors laisse-moi au moins ça, genre avant que tu partes, et on fait demi-tour quand tu veux. » Je reprends mon souffle avec difficulté, mes doigts s'entremêlent aux tiens et je te désigne le véhicule de ma main libre : « Téma le bolide ! » Le susdit bolide, équipé de trois roues fonctionnelles et d'une plus ou moins retapée avec du scotch, culmine à deux mètres vingt de haut, tout en tôle et en matériel peu fiable, et il ressemble davantage au scooby-van qu'à un truc hashtag vanlife sur instatravel, mais je me suis levée super tôt pour avoir le temps de le décorer avec des banderoles à la con et un matelas avec un coeur en pétales de roses dessus, alors j'arrive pas à en avoir honte. « Même que je conduis tout le long et que je vais où tu veux quand tu veux », j'ajoute, comme si l'argument vendeur, c'était que t'aurais rien à foutre et que j'obéirais à la moindre demande.
Dans le fond, c'est pas très loin de la vérité.

@Spencer Blackwell :OO:


if it brings me to my knees it's a bad religion -- to me it's nothing but a one-man cult and cyanide in my styrofoam cup (c)flotsam.
Revenir en haut Aller en bas
Spencer Blackwell
Spencer Blackwell
l'hymne à la nuit
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 piges (05.04.96)
SURNOM : spence, souvent. elle fait au mieux pour lâcher les sales habitudes des faux noms.
STATUT : "on se laisse une chance", c'est un peu bancal et sûrement qu'elles vont droit dans le mur, mais tant pis.
MÉTIER : c'est la p'tite main qui se glisse dans la poche des étourdis surveillant mal leurs portefeuilles. cambrioleuse amatrice, pas encore au niveau d'arsène lupin. récemment engagée comme serveuse à l'octopus. (ça durera ce que ça durera)
LOGEMENT : après bien des galères, elle squatte un studio prêté par raelyn.
SPENCER#10 › we were always running away Fe59a4f47af582d2469ae6bac4217541efd5c825
POSTS : 1314 POINTS : 50

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : enfant du système › véritable désastre social › réfractaire au changement › autocritique acerbe › consommatrice régulière de stupéfiants (a fait une overdose en mai 2022, suivie d'une désintox) › tente de faire au mieux pour reprendre sa vie en main
RPs EN COURS :
SPENCER#10 › we were always running away 13851c5ef9f9e64ef8b23f4c1face91a4f997f65
(raelyn#7) nobody really cared, so it never really mattered. it never really mattered, so it never really happened. what's the point in fighting for a happy ever after? the past keeps haunting the future, i imagine.
(+ ua slasher)

SPENCER#10 › we were always running away 6fc3724032cff0688512911e88f15b61bfc88fab
(mac#8 & #10 & #11) i know i went and left you all alone, please don't think that i let you go. 'cause i could touch a hundred thousand souls but none of them would ever feel like home.

SPENCER#10 › we were always running away B7f8b6a528fa46b88cb19610968faabf
(the lost kids) kieran#2 & sawyer#1bad things come in threes. bad luck always seems to find me, black cat walkin' right beside me. knock on wood but i'm still jinxed.

murphy#2seth#4wendy (fb 2020)angusjasper

RPs EN ATTENTE :
oopsie:

RPs TERMINÉS :
SPENCER#10 › we were always running away 79f435f3acf9a77769b9a1852a139f3b
megan (2011)mac#2 (2017)raelyn#1seth#1kieran#1raelyn#2watsonraelyn#3seth#2murphy#1 & seth#3amosmelchiormac#1huntermac#3mac#4mac#5otto(bus)raelyn#4mac#6mac#7raelyn#5raelyn#6mac#9

lost in translation:


AVATAR : florence pugh.
CRÉDITS : harley (avatar, gif signa & crackship) & loonywaltz (ub)
DC : jess la badass ♥
PSEUDO : harley.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 14/06/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t40915-everyone-else-knows-why-spencer https://www.30yearsstillyoung.com/t36224-reach-for-the-sky#1667407 https://www.30yearsstillyoung.com/t40977-spencer-blackwell#2036353 https://www.30yearsstillyoung.com/t44732-spencer-blackwell#2268344

SPENCER#10 › we were always running away Empty
Message(#) Sujet: Re: SPENCER#10 › we were always running away SPENCER#10 › we were always running away EmptyDim 1 Mai 2022 - 23:29




we were always running away
Spencer Blackwell & @Mac Sutherland :l:

T'as jamais été particulièrement fan des surprises, bonnes ou mauvaises, c'est juste pas ton truc. Mais tu connais assez Mac pour savoir que c'est pas ça qui va l'arrêter, surtout si c'est le jour de ton foutu anniversaire. Ça non plus, t'as jamais trop aimé le célébrer, c'était plus une excuse pour avoir des verres gratuits qu'autre chose. Après avoir faiblement bataillé en prenant ta fatigue comme excuse, t’as fini par te lever et te préparer avant de prendre le bus pour aller la rejoindre suite à ses messages. Tu somnoles à moitié sur le trajet, et t’as à peine le temps d’arriver devant chez elle qu’elle est déjà là. « Yo ? » tu renvoies, un poil perplexe sur sa façon de t'accueillir. Sa voiture soit disant en panne n’est visible nulle part, en revanche, difficile de manquer le vieux van qui prend toute la place au milieu du parking. T’as à peine le temps de procéder les informations qu’elle te prend déjà dans ses bras et finalement, elle avoue tout. Enfin presque tout. Pas de problème avec sa caisse, donc, tout ça n’était qu’une excuse pour te ramener ici de bon matin. Tu peux pas vraiment faire semblant d’être étonnée par tout son stratagème pour arriver à ses fins. Elle te connaît assez pour savoir que tu comptais pas faire quoi que ce soit aujourd’hui. T’aurais été contente avec un McDo et une journée avec elle. « Mac- » elle te laisse à peine le temps d’ouvrir la bouche pour répondre quoi que ce soit, t'embrasse pour te faire taire comme si elle avait deviné que t’allais râler ou la chambrer. Alors tu dis rien, tu te contentes de hausser les sourcils en l'écoutant parler à toute vitesse pendant que tu la fixes sans l’interrompre. Sa gestuelle, son flot de paroles incessant, les justifications qu’elle essaie d’apporter, le fait qu’elle se démène autant  pour quelque chose qui lui tient à cœur, c’est ce genre de petites choses qui font que t’as fini par tomber amoureuse. Et tu l’aimes quand elle est comme ça, qu’elle parle de quelque chose avec autant de conviction, qu’elle a cette lueur dans les yeux et un air parfois trop sérieux. Merde, tu pourrais passer des heures à l’écouter et à la regarder s’agiter dans tous les sens sans te lasser. T’arrive même pas à retenir ce sourire à la con qui étire tes lèvres alors qu’elle présente fièrement la camionnette -un poil douteuse si elle veut ton avis- loué pour l'occasion. « Mais ça roule ça ? On dirait le genre de van qui traîne autour des écoles. » t’as les sourcils haussés dans une expression inquiète presque convaincante. Toute crédibilité disparaît cependant au moment où tu décides de tourner la tête dans sa direction pour croiser son regard, ton sourire de merdeuse se faisant plus grand encore. « Où je veux ? J’ai bien une ou deux idées, ouais. » t’acquiesces en glissant ta main libre autour de sa taille et en l’attirant vers toi pour l’embrasser à ton tour. Tu t’écartes à peine et tu serres ses doigts. « Et j’en ai pas marre de tes surprises, hein. » tu souffles en la regardant, omettant le “à la con” qu’elle a ajouté. Parce que ça vient d’elle, que c’est juste pour toi, que la perspective de passer du temps avec elle te plaît trop pour trouver une raison de râler ou de ne pas lui donner ce qu’elle veut, t’as même pas besoin de faire semblant d’apprécier le geste. Surtout dans la mesure où elle l’air d’avoir mis autant de cœur et d’énergie dans toute cette opération. « J’avais dans l’idée qu’on s’enferme chez toi pour le reste de la journée, mais si tu veux partir à l’aventure, ça m’va aussi. » ça sera sûrement pas excessivement loin de Brisbane, juste au cas où, mais t’es prête à la suivre jusqu’au bout du monde. « Tu m’fais visiter ? » au moins le tour du propriétaire sera vite fait.


Revenir en haut Aller en bas
Mac Sutherland
Mac Sutherland
la peur du vide
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25 boules, l'entre deux agaçant.
SURNOM : juste 'mac'.
STATUT : spencer spencer spencer spencer spencer spencer spencer spencer
MÉTIER : responsable de comm et cm blasé des o'reilly vineyards.
LOGEMENT : un appart cosy dans une maison décomposée à toowong, avec marlon brando (le corgi, pas l'acteur décédé)
SPENCER#10 › we were always running away 4620cfde5acfb9c14eb730750e4e61558020105c
POSTS : 394 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
RPs EN COURS : SPENCER#10 › we were always running away C7oWFin
SPENCER i'm sure we're taller in another dimension, you say we're small and not worth the mention. you're tired of moving, your body's aching, we could vacay, there's places to go- clearly this isn't all that there is. you dream of walls that hold us imprisoned; it's just a skull, least that's what they call it, and we're free to roam.

SPENCER#10 › we were always running away ND6S1fw
MARCELINE i don't wanna wake up, i don't know who you are, you must be some combination of people in my subconscious. i'm no good at lying, on my back or through my teeth, but i'm good at dreaming.

spencer n°2 (flashback) -- rudy n°1 -- spencer n°8 -- jina n°1 -- spencer n°9 --
RPs EN ATTENTE : dani -- leo n°2
RPs TERMINÉS : spencer n°1 -- marceline n°1 -- spencer n°3 -- eleonora n°1 -- spencer n°4 -- spencer n°5 -- spencer n°6 -- spencer n°7 --
AVATAR : hailee steinfeld
DC : carly gomont, le petit oiseau
PSEUDO : grand père tortue
Femme (elle)
INSCRIT LE : 09/01/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42405-preach-the-sinner https://www.30yearsstillyoung.com/t42439-le-noir-dedans#2131297 https://www.30yearsstillyoung.com/t42473-mac-sutherland https://www.30yearsstillyoung.com/t42483-mac-sutherland

SPENCER#10 › we were always running away Empty
Message(#) Sujet: Re: SPENCER#10 › we were always running away SPENCER#10 › we were always running away EmptyLun 2 Mai 2022 - 18:26




we were always running away
Mac Sutherland & @Spencer Blackwell :l:

Survoltée, coupable, je jette un regard en direction de ma trouvaille bas-prix que tu viens de comparer à un repaire de pédophile, les mains sur les hanches et je fronce les sourcils. Je déteste que t’aies pas tout à fait tort, parce que le véhicule que j’imaginais comme une beauté quarante chevaux ressemble à un squat auquel on aurait volé le moteur pour cuisiner avec l’essence et faire un bong avec le pot d’échappement. « Mais oui, ça roule ! Bon, après, les rues étaient serrax à mort pour rentrer jusqu’ici, donc je jure pas que je l’ai pas égratignée sur deux-trois murs, mais. » Mais oui, ça roule. Je tire la tronche comme une gamine dont on vient de briser les espoirs et je fais mine de pas apercevoir le sourire qui s’élargit sur tes traits pour continuer à faire la gueule. Je m’interromps que quand je sens ta main autour de ma taille et encore, je continue à me forcer à froncer les sourcils alors que l’ombre d’un sourire chatouille mes commissures. « Une ou deux idées qui concernent pas le matelas dans le coffre, j’espère. » Le sourire force le passage et se relâche contre tes lèvres, enfin. Tu m’as manquée, ton contact m’a manqué, ça fait que deux jours mais ça pourrait tout aussi bien en faire cinquante, t’as qu’un mot à dire et ce serait toi, moi, le coffre du van et le matelas pourri, et Marlon au volant - advienne que pourra. « Okay », je lâche en reprenant tes lèvres après ta remarque. Je t’aurais pas crue, si t’avais pas ton sourire un peu débile et franchement croc-love au coin des lèvres. « Sûre ? » Je te regarde en posant la question : t’as le droit de pas être sûre, t’as le droit d’avoir peur, de pas le sentir, finalement, de vouloir rester ici à rien foutre. On rendra le van, on restera chez moi et je ferai de mon mieux pour te distraire si t’en as besoin, ou pour te tenir les cheveux si c’est plus sage de pas tenter le diable. Je peux, promis. « Je t’aime », que je glisse enfin et je serre mes bras plus fort autour de toi. Je ne suis pas assez naïve pour penser que tu ne fais pas tout ça pour moi, et que tu ne préfèrerais pas rester sur un canap à parler du taf ou à dormir si tu avais le choix. Mais on s’était promis de partir en excursion en amoureuses avant que tu partes pour ta cure, et je n’ai pas envie de faire un trait sur ça tout de suite. J’ai envie de nous loin de la Brisbane où on a grandi et qu’on connaît par coeur, loin du train-train quotidien, j’ai envie de toi hors de ton confort et d’un quotidien où t’as des milliers d’idées qui te passent en tête chaque seconde en-dehors de moi. « Il fait trop beau pour s’enfermer chez moi toute la journée », je déclare, te guidant d’une main sur le bas de ton dos pour faire le tour du véhicule, « puis ce sera bien plus sympa à côté de cascades, et tout. J’ai toujours voulu essayer près d’une cascade, c’est méga bucolique. » Giga cliché même. J’ouvre la porte arrière avec beaucoup trop d’entrain et un air théâtral : « La pièce de vie. » Laquelle contient exactement un matelas avec toutes mes conneries romantiques dessus, un mini-frigo avec quelques bouteilles d’alcool, un lavabo qui récupère l’eau de pluie et le minimum syndical pour assurer notre propreté. « C’est, euh, c’est minus, mais y a l’essentiel. » Je rougis un peu en guettant tes réactions sur le lit soigneusement arrangé pour l’occasion. Je manque presque du regard le fil de l’appareil à raclette qui pend du plafond. « Et la douche est dehors, avec un petit rideau à ajouter et à tirer, si jamais. » Si jamais on trouve pas de cascade et qu’on est vraiment obligées de se contraindre à la propreté en pleine nature. « J’ai plein d’idées de destinations, si jamais. Y a le mont Tamborine, y a une cascade, justement, mais totalement par hasard hein, sinon y a le parc de Springbrook, Montville, Buderim… C’est tout très proche, donc on peut faire demi-tour facilement, et a priori y a pas trop de monde là-bas. » Je sonde ton regard, j’essaie d’y lire une évidence, des peurs, un regret évident, mais rien. J’insiste : « Et on peut aussi rester ici, si tu le sens pas. Rien me ferait plus plaisir que de m’enfermer avec toi pour le reste de la journée. Même s’il fait beau. » Même que j’ai prévu des trucs au congel et sur le lit chez moi, rien qu’au cas où. « Ou on s’pose dans la station essence derrière et on fait genre on est des fugitives pendant deux jours. Même pas besoin de voyager. » Si t'es là, le tour du monde peut se rhabiller, de toute façon.


if it brings me to my knees it's a bad religion -- to me it's nothing but a one-man cult and cyanide in my styrofoam cup (c)flotsam.
Revenir en haut Aller en bas
Spencer Blackwell
Spencer Blackwell
l'hymne à la nuit
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 piges (05.04.96)
SURNOM : spence, souvent. elle fait au mieux pour lâcher les sales habitudes des faux noms.
STATUT : "on se laisse une chance", c'est un peu bancal et sûrement qu'elles vont droit dans le mur, mais tant pis.
MÉTIER : c'est la p'tite main qui se glisse dans la poche des étourdis surveillant mal leurs portefeuilles. cambrioleuse amatrice, pas encore au niveau d'arsène lupin. récemment engagée comme serveuse à l'octopus. (ça durera ce que ça durera)
LOGEMENT : après bien des galères, elle squatte un studio prêté par raelyn.
SPENCER#10 › we were always running away Fe59a4f47af582d2469ae6bac4217541efd5c825
POSTS : 1314 POINTS : 50

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : enfant du système › véritable désastre social › réfractaire au changement › autocritique acerbe › consommatrice régulière de stupéfiants (a fait une overdose en mai 2022, suivie d'une désintox) › tente de faire au mieux pour reprendre sa vie en main
RPs EN COURS :
SPENCER#10 › we were always running away 13851c5ef9f9e64ef8b23f4c1face91a4f997f65
(raelyn#7) nobody really cared, so it never really mattered. it never really mattered, so it never really happened. what's the point in fighting for a happy ever after? the past keeps haunting the future, i imagine.
(+ ua slasher)

SPENCER#10 › we were always running away 6fc3724032cff0688512911e88f15b61bfc88fab
(mac#8 & #10 & #11) i know i went and left you all alone, please don't think that i let you go. 'cause i could touch a hundred thousand souls but none of them would ever feel like home.

SPENCER#10 › we were always running away B7f8b6a528fa46b88cb19610968faabf
(the lost kids) kieran#2 & sawyer#1bad things come in threes. bad luck always seems to find me, black cat walkin' right beside me. knock on wood but i'm still jinxed.

murphy#2seth#4wendy (fb 2020)angusjasper

RPs EN ATTENTE :
oopsie:

RPs TERMINÉS :
SPENCER#10 › we were always running away 79f435f3acf9a77769b9a1852a139f3b
megan (2011)mac#2 (2017)raelyn#1seth#1kieran#1raelyn#2watsonraelyn#3seth#2murphy#1 & seth#3amosmelchiormac#1huntermac#3mac#4mac#5otto(bus)raelyn#4mac#6mac#7raelyn#5raelyn#6mac#9

lost in translation:


AVATAR : florence pugh.
CRÉDITS : harley (avatar, gif signa & crackship) & loonywaltz (ub)
DC : jess la badass ♥
PSEUDO : harley.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 14/06/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t40915-everyone-else-knows-why-spencer https://www.30yearsstillyoung.com/t36224-reach-for-the-sky#1667407 https://www.30yearsstillyoung.com/t40977-spencer-blackwell#2036353 https://www.30yearsstillyoung.com/t44732-spencer-blackwell#2268344

SPENCER#10 › we were always running away Empty
Message(#) Sujet: Re: SPENCER#10 › we were always running away SPENCER#10 › we were always running away EmptyMer 4 Mai 2022 - 18:05




we were always running away
Spencer Blackwell & @Mac Sutherland :l:

Ca t’amuse beaucoup trop de la voir forcer le trait et se prétendre vexée par ta plaisanterie, difficile de garder ton sérieux dans ces circonstances. T’acquiesces, presque impressionnée par ses compétences de conductrice. Avec toutes ses mésaventures, t’espères qu’ils seront pas chiants en reprenant le van s’il y a effectivement des rayures. Enfin vu l’état général du véhicule, ça serait un peu du foutage de gueule, c’est pas comme si c’était un truc flambant neuf. Elle continue à jouer les offusquées et tu vois le masque prêt à tomber à l’instant où tu la rapproches de toi. « Oh non, c’est pas mon genre voyons. » bien sûr qu’elle a parfaitement vu où tu voulais en venir, à croire qu’elle te connaît un peu trop. Malgré tout, tu hausses les épaules l’air de rien, feignant l’innocence jusqu’au bout. « Sûre. » tu confirmes d’un hochement de tête. T’es prête à tenter et à tout donner pour que ça fonctionne jusqu’au bout. Et puis, ça sera un bon avant-goût du genre d’activités que vous pourrez faire une fois que t’auras plus autant d’impératifs qu’actuellement. Tu t'es à moitié moqué quand elle a dit qu'elle s'y ferait jamais, mais en vrai t'es pas bien mieux. L’entendre prononcer ces mots, ça te fout toujours des papillons dans le ventre et un sourire franchement niais sur le visage que tu caches à moitié dans son cou alors qu’elle te serre un peu plus contre elle. « Je t'aime. » tu répètes contre sa peau, et pendant un instant, tu te demandes si tu lui dis assez ou si tu le montre suffisamment. Est-ce que c’est comme elle l’imaginait, vous deux ? Est-ce qu’elle a toujours autant de réserves et de doutes à propos de ce que tu fais ou dit ? Si c’est le cas, elle fait beaucoup d’efforts pour ne rien laisser paraître. Tu l’embrasses dans le cou avant de la laisser t’emmener faire le tour du véhicule. Lorsqu’elle ouvre le van pour présenter l’intérieur, forcément, difficile de manquer le cœur en pétales sur le lit. Tu pensais pas qu’elle irait jusqu’à faire ce genre de geste romantique. Tu pensais pas non plus être le genre de personne réceptive à ça, en fait. Et pourtant. Tu souris en attardant le regard dessus quelques instants, et tu réalises que t'as encore plein de choses à découvrir sur elle, sur les relations et sur toi-même au passage. « C’est pas grave si c’est minus, on se serrera et ça ira très bien. » tu souffles avec un sourire en coin en reprenant sa main. « C’est parfait. Même si clairement, ça va m’faire mal au coeur quand on va le défaire. » t’ajoutes en allant retrouver ses lèvres. Et tu plaisantes même pas, voir la figure de pétales disparaître va te faire de la peine, mais t’es sûre que l’une comme l’autre, vous oublierez vite.
Elle s'inquiète, te propose même tout un tas d'alternatives et tu peux pas lui en vouloir de prendre autant de précautions. Elle connaît ta condition et les besoins qui vont avec mais ne sait pour autant pas comment les appréhender et si t’es tout à fait honnête avec toi-même, toi non plus. Tu poses ta main sur sa joue pour tourner délicatement son visage vers toi et capter son regard. « Hé, ça va aller. Juré. » t’as retourné le problème dans tous les sens et bon, t’es à peu près sûre que ça va le faire. Genre à quatre-vingt-dix pour cent quoi. Les dix pour cent restants, tu préfères les oublier dans un coin et te dire qu’ils viendront pas vous emmerder dans ces moments qui sont rien qu’à vous. « Je t’ai dit que si je le sentais pas je le dirais. » t’as même carrément promis de le faire. Bon, tes promesses valent pas grand chose en général, mais tu fais au mieux quand tu peux. Et là t’as toutes les raisons de la tenir. Alors tu fais au mieux pour la rassurer de quelques mots, t'y ajoutes un sourire et un baiser, comme si ça pouvait suffire à chasser ses doutes. « Tu sais quoi, aujourd’hui on va au Tamborine, si ça roule bien en genre une heure on y est et on peut profiter de la cascade jusqu’à ce soir. » c'est pas mal comme premier essai, et puis elle a raison, c'est relativement proche et en cas de nécessité, un retour sera vite fait. « Et parce que tu conduis, t’as le droit à un massage en arrivant. Ou c’que tu veux. » tu ponctues d’un haussement de sourcils suggestif, et c’est bien le minimum que tu puisses faire pour elle après tous les efforts qu'elle a fait. Tes doigts quittent sa joue pour glisser jusqu'à sa nuque et tu décroches pas ton regard. « Et genre, demain on avise ? » tu proposes doucement. Autant y aller tranquillement, surtout si ça peut la rassurer, t’as pas envie qu’elle passe tout le séjour à s’inquiéter pour toi. « On pourra s’enfermer dans le van, re-profiter de la cascade, rouler jusqu’à Springbrook ou rentrer si besoin. » et c’est dans des moments comme ça que tu t’en veux d’avoir foutu le nez dans toutes ces conneries. C’est tellement de contraintes et t’as eu bien du mal à t’en rendre compte, parce que tant que ça touchait que toi c’était pas bien grave. « Et puis t’as raison, il fait trop beau pour s’enfermer dans un appart. »



Revenir en haut Aller en bas
Mac Sutherland
Mac Sutherland
la peur du vide
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 25 boules, l'entre deux agaçant.
SURNOM : juste 'mac'.
STATUT : spencer spencer spencer spencer spencer spencer spencer spencer
MÉTIER : responsable de comm et cm blasé des o'reilly vineyards.
LOGEMENT : un appart cosy dans une maison décomposée à toowong, avec marlon brando (le corgi, pas l'acteur décédé)
SPENCER#10 › we were always running away 4620cfde5acfb9c14eb730750e4e61558020105c
POSTS : 394 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
RPs EN COURS : SPENCER#10 › we were always running away C7oWFin
SPENCER i'm sure we're taller in another dimension, you say we're small and not worth the mention. you're tired of moving, your body's aching, we could vacay, there's places to go- clearly this isn't all that there is. you dream of walls that hold us imprisoned; it's just a skull, least that's what they call it, and we're free to roam.

SPENCER#10 › we were always running away ND6S1fw
MARCELINE i don't wanna wake up, i don't know who you are, you must be some combination of people in my subconscious. i'm no good at lying, on my back or through my teeth, but i'm good at dreaming.

spencer n°2 (flashback) -- rudy n°1 -- spencer n°8 -- jina n°1 -- spencer n°9 --
RPs EN ATTENTE : dani -- leo n°2
RPs TERMINÉS : spencer n°1 -- marceline n°1 -- spencer n°3 -- eleonora n°1 -- spencer n°4 -- spencer n°5 -- spencer n°6 -- spencer n°7 --
AVATAR : hailee steinfeld
DC : carly gomont, le petit oiseau
PSEUDO : grand père tortue
Femme (elle)
INSCRIT LE : 09/01/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42405-preach-the-sinner https://www.30yearsstillyoung.com/t42439-le-noir-dedans#2131297 https://www.30yearsstillyoung.com/t42473-mac-sutherland https://www.30yearsstillyoung.com/t42483-mac-sutherland

SPENCER#10 › we were always running away Empty
Message(#) Sujet: Re: SPENCER#10 › we were always running away SPENCER#10 › we were always running away EmptyJeu 19 Mai 2022 - 13:25




we were always running away
Mac Sutherland & @Spencer Blackwell :l:

Des fois, promis, Spencer, je nous imagine une vie à deux, une vie normale, je crois que je l’ai toujours fait même quand y avait rien dans les tuyaux, et sans te demander ton avis surtout ; je nous ai souvent vues avec des projets de ouf, genre résidence secondaire aux Philippines sur la côte super sympa où vivait mon père quand il était gosse, ou alors avec des projets aux quatre coins du monde, des gamins parfois, un golden retriever toujours. Progressivement je me suis habituée à moins, j’ai baissé mes standards, j’ai commencé à te voir quelque part dans mon futur, floue mais toujours au centre, peut-être qu’on divergerait dans nos chemins mais qu’on continuerait à s’écrire tout le temps, peut-être qu’on se retrouverait dans vingt ans sur un bateau de croisière avant de crever d’une épidémie de listeria à bord, peut-être que c’était fait pour marcher mais que c’était juste pas le bon moment. Y a eu un moment sans espoir, puis y a eu un retour en force, tout d’un coup, une grande gifle dans la gueule, mais du genre qu’on redemande encore et encore. Retour du golden, des Philippes et tout le pataquès. Puis l’addiction, puis les doses, puis l’idée que rester ici, et en sortir, déjà, c’était pas si mal. J’imagine que j’ai du mal à y croire, moi aussi, mais promis, j’essaie.
Sinon, j’aurais même pas pris la peine de faire tout ça.
« Ouais, tranquille. Puis on peut faire demi-tour si jamais, juste pas dans une rue serrée quoi. » Je tapote la carrosserie comme la croupe d’une brave mule un peu vieille et têtue mais quand même sympa. A ce stade, je sais même plus si c’est toi ou moi que j’essaie de convaincre davantage. J’imagine ce que tu dois ressentir, à partir comme ça dans l’inconnu ; je sais même pas si t’as prévu des trucs dans ton sac au cas où, j’ose pas te demander parce que j’ai pas de légitimité à te contrôler. Mais je sais pas faire, moi, Spencer, laisser chacun gérer et rien vérifier derrière en me disant qu’il faut faire confiance à chacun, moi je sais juste micromanager jusqu’à ce que ce soit parfait à mon échelle. Et y a rien dans cette situation qui correspond au descriptif. « Une heure à la fois. On verra pour demain. » Et pour tout le reste. Ca me démange mais au moins, ça, je contrôle. Les heures, les minutes, ça reste à ma portée.
Je retrouve tes lèvres avant de refermer la portière arrière pour me hisser derrière le volant et démarrer l’engin. « T’as déjà conduit un truc comme ça ? Non, parce que j’ai toujours rêvé d’avoir un van, mais c’est horrible à manœuvrer, en fait. Tu passes nulle part. » C’est pas demain la veille qu’on va parcourir le monde avec, en tout cas. Tu ferais mieux de te dépêcher de nous choper un jet privé. Je manoeuvre pour sortir du parking, je serre les fesses pour pas me prendre un phare ou un mur, et puis on est sur la route sans avoir perdu ni rétro ni roue. Je lâche un mazal tov bien senti pour m’auto-congratuler et je commence à rouler, jusqu’à Tamborine, avec les fenêtres basses et ma turbulence habituelle, entre fredonnements intempestifs sur Katy Perry et questions au pif sur ton boulot. On arrive et il fait beau, on a la cascade pour nous toutes seules, je réalise en panique que j’ai rien prévu pour toi. « Ça te gêne de te baigner à poil ? Ou avec tes fringues, même ? » Je jette un regard en coin mais je me suis déjà débarrassée de mes fringues à moi et j’ai lâché Marlon pour qu’il se jette dans l’eau, agitant frénétiquement la queue pour nous entraîner à sa suite. Tant pis pour le sac d’affaires foutu en vrac derrière les sièges, j’ai pas envie d’y perdre du temps. Je me jette à l’eau gelée et te fait signe de me rejoindre, seuls mes yeux dépassant de l’eau. Elle est gelée, suffisamment pour que tous les problèmes me sortent de la tête un temps.

because drama:


if it brings me to my knees it's a bad religion -- to me it's nothing but a one-man cult and cyanide in my styrofoam cup (c)flotsam.
Revenir en haut Aller en bas
LE DESTIN
Voir le profil de l'utilisateur
SPENCER#10 › we were always running away V5Pnm5h ÂGE : des milliers d'années, mais je suis bien conservé.
STATUT : marié au hasard.
MÉTIER : occupé à pimenter vos vies, et à vous rendre fous (a).
LOGEMENT : je vis constamment avec vous, dans vos têtes, dans vos esprits, et j'interviens de partout, dans vos relations, dans vos joies, vos peines.
SPENCER#10 › we were always running away Forrest-gump-tom-hanks
POSTS : 17830 POINTS : 80

PETIT PLUS : personne ne sera épargné, c'est promis les chéris.
AVATAR : je suis tout le monde.
DC : nope.
PSEUDO : le destin.
INSCRIT LE : 15/12/2014

SPENCER#10 › we were always running away Empty
Message(#) Sujet: Re: SPENCER#10 › we were always running away SPENCER#10 › we were always running away EmptyJeu 19 Mai 2022 - 13:25


Le membre 'Mac Sutherland' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'dé action' :
SPENCER#10 › we were always running away LgDAtxA
Revenir en haut Aller en bas
Spencer Blackwell
Spencer Blackwell
l'hymne à la nuit
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 piges (05.04.96)
SURNOM : spence, souvent. elle fait au mieux pour lâcher les sales habitudes des faux noms.
STATUT : "on se laisse une chance", c'est un peu bancal et sûrement qu'elles vont droit dans le mur, mais tant pis.
MÉTIER : c'est la p'tite main qui se glisse dans la poche des étourdis surveillant mal leurs portefeuilles. cambrioleuse amatrice, pas encore au niveau d'arsène lupin. récemment engagée comme serveuse à l'octopus. (ça durera ce que ça durera)
LOGEMENT : après bien des galères, elle squatte un studio prêté par raelyn.
SPENCER#10 › we were always running away Fe59a4f47af582d2469ae6bac4217541efd5c825
POSTS : 1314 POINTS : 50

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : enfant du système › véritable désastre social › réfractaire au changement › autocritique acerbe › consommatrice régulière de stupéfiants (a fait une overdose en mai 2022, suivie d'une désintox) › tente de faire au mieux pour reprendre sa vie en main
RPs EN COURS :
SPENCER#10 › we were always running away 13851c5ef9f9e64ef8b23f4c1face91a4f997f65
(raelyn#7) nobody really cared, so it never really mattered. it never really mattered, so it never really happened. what's the point in fighting for a happy ever after? the past keeps haunting the future, i imagine.
(+ ua slasher)

SPENCER#10 › we were always running away 6fc3724032cff0688512911e88f15b61bfc88fab
(mac#8 & #10 & #11) i know i went and left you all alone, please don't think that i let you go. 'cause i could touch a hundred thousand souls but none of them would ever feel like home.

SPENCER#10 › we were always running away B7f8b6a528fa46b88cb19610968faabf
(the lost kids) kieran#2 & sawyer#1bad things come in threes. bad luck always seems to find me, black cat walkin' right beside me. knock on wood but i'm still jinxed.

murphy#2seth#4wendy (fb 2020)angusjasper

RPs EN ATTENTE :
oopsie:

RPs TERMINÉS :
SPENCER#10 › we were always running away 79f435f3acf9a77769b9a1852a139f3b
megan (2011)mac#2 (2017)raelyn#1seth#1kieran#1raelyn#2watsonraelyn#3seth#2murphy#1 & seth#3amosmelchiormac#1huntermac#3mac#4mac#5otto(bus)raelyn#4mac#6mac#7raelyn#5raelyn#6mac#9

lost in translation:


AVATAR : florence pugh.
CRÉDITS : harley (avatar, gif signa & crackship) & loonywaltz (ub)
DC : jess la badass ♥
PSEUDO : harley.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 14/06/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t40915-everyone-else-knows-why-spencer https://www.30yearsstillyoung.com/t36224-reach-for-the-sky#1667407 https://www.30yearsstillyoung.com/t40977-spencer-blackwell#2036353 https://www.30yearsstillyoung.com/t44732-spencer-blackwell#2268344

SPENCER#10 › we were always running away Empty
Message(#) Sujet: Re: SPENCER#10 › we were always running away SPENCER#10 › we were always running away EmptyDim 22 Mai 2022 - 22:56



we were always running away
Spencer Blackwell & @Mac Sutherland :l:

« J’ai toujours pas le permis, c’est compliqué du coup. » Ca t’a jamais empêché de prendre le volant et de conduire les voitures de tes potes chaque fois que t’étais juste un peu moins bourrée qu’eux. Une chance qu’il se soit jamais rien passé, sinon t’aurais eu de sacrés ennuis. T’as appris un peu sur le tas, parce que c’était marrant et que vous étiez surtout sacrément inconscients du danger et des conséquences. Un jour quand t’auras le temps, l’argent et la motivation nécessaire, peut-être que t’iras le passer, ce foutu permis. « Au pire on prendra un chauffeur la prochaine fois. » Dans ce futur où t’auras assez de thunes pour faire ce que tu veux et lui offrir la fusée et le yacht de ses rêves. Pour l’heure, c’est elle qui fait office de chauffeur et toi tu fais au mieux pour être une co-pilote acceptable. Dès que la partie un peu délicate des manœuvres limites est passée, tu glisses une main sage sur sa cuisse pour la durée du trajet. Si parfois tu somnoles un peu parce que ta nuit a été un peu courte, tu fais de gros efforts pour ne pas t’endormir et lui tenir compagnie tout du long. L’heure est vite passée, le temps est avec vous et personne d’autre ne semble avoir eu l’idée saugrenue de squatter l’endroit choisi. Tant mieux, parfait. Ton regard s’attarde à peine sur le plan d’eau, surtout quand tu la vois en train de se désapper complètement. C’est ton cerveau d’ado en pleine crise d’hormones qui reprend le dessus et qui a du mal à faire autre chose que de l’admirer sans en perdre une miette, ne redémarrant que lorsqu’elle se jette à l’eau. Toujours un peu gauche, tu te déshabilles précipitamment pour la rejoindre dans la flotte glaciale. Tu t’attendais pas franchement à ce que ce soit si froid et tu regrettes un peu de pas y être allée plus doucement, mais au moins ça a le mérite de t’éclaircir un peu les idées. Tant pis, trop tard maintenant. Une fois que t’es suffisamment habituée à la température, tu vas la rejoindre, non sans surveiller les alentours du coin de l’oeil. « Imagine je savais pas nager, j’aurai eu l’air fine à te regarder depuis le bord. » Une vraie creep, même. Et t’abuses un peu, surtout dans la mesure où t’as pied ici. Bon à peine, mais quand même. Néanmoins, ça reste une bonne excuse pour passer tes bras autour de ses épaules et poser ton front contre le sien. « Pardon d’avoir râlé quand tu m’as réveillée ce matin. » tu t’excuses quand même pour ça, c’est vrai que t’aurais pu au moins faire l’effort de répondre favorablement à son prétendu appel de détresse. Promis, tu feras des efforts pour avoir un meilleur rythme de sommeil, une meilleure hygiène de vie et plus globalement, quelqu’un de fiable. Pour l’heure vous êtes là, rien que toutes les deux au milieu de nul part - et Marlon qui fait des ronds dans l’eau -, loin de votre confort habituel, et c’est peut-être exactement ce dont vous aviez besoin.
Et sur le moment, tu te dis que rien ne pourrait venir gâcher ça, pas même de nouveaux arrivants ou une pluie diluvienne. C’est d’ailleurs à peine si tu remarques le bruit qui vient du van, un grincement un peu rugueux et puis un espèce de clac sonore, tu sais pas trop. Toujours est-il que t’as à peine le temps de tourner la tête pour regarder de quoi il s’agit, que tu vois l’avant de la camionnette disparaître. Forcément, tu mets quelques secondes à réaliser, et le temps que ça se fasse, y a un bruit métallique qui se fait entendre et puis plus rien. Tu partages un regard inquiet avec ta partenaire puis il faut bien se résoudre à aller voir. Y a quand même pas quelqu’un qui attendait planqué dans le coin pour voler le premier van douteux qui passe, si ?  Hâtivement, t’enfiles tes vêtements jetés en vrac sur le sol et t’as juste à faire quelques pas pour apercevoir le van encastré dans le premier arbre un peu en contrebas. Et heureusement qu’il était là, cet arbre, sinon il aurait pu rouler longtemps. « Heu… Du coup il va plus rouler, là. » tu pointes l’évidence en grimaçant. « Mais t’avais mis le frein ? » Bah oui, sûrement. Elle sait conduire quand même. C’est juste toi qui cherche à comprendre ce qui vient d’arriver sans trop y parvenir. Personne dans les environs, rien n’est ouvert ou manquant, et tu réalises surtout que vous avez eu de la chance que Marlon ne soit pas à bord quand ça a lâché ou qu’il se passe pas un truc quand vous étiez sur la route. « Merde… T’as le droit à un remorquage avec l’assurance ou un truc du genre… ? Sinon va falloir qu’on appelle quelqu’un. » Ses plans tombent un peu à l’eau et tu sais qu’elle sera plus déçue de ça que de l’état du van. De ton côté en tout cas, t’as pas grand monde à appeler pour venir vous récupérer. Heureusement que vous êtes qu’à une heure de Brisbane, plus loin ça serait un peu plus embêtant. « Tu crois que ton père pourrait venir nous chercher ? » Tu demandes sans être trop sûre, pas certaine d’être prête à le revoir tout de suite.



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

SPENCER#10 › we were always running away Empty
Message(#) Sujet: Re: SPENCER#10 › we were always running away SPENCER#10 › we were always running away Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

SPENCER#10 › we were always running away

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-