AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -41%
🚿 Lot de 12 gels douche DOP « Douceurs ...
Voir le deal
15.99 €

 KIERAN#1 › closet full of skeletons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Carly Warshaw
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans tout frais. (26/03)
SURNOM : "warshaw" passe bien, évitez le reste
STATUT : mariée au travail de toutes les manières.
MÉTIER : hôtesse à l'octopus comme étiquette principale, elle est également prostituée à son compte, et petit oiseau de raelyn pour le club.
LOGEMENT : en colocation à fortitude valley, avec un solide beauf comme on n'en fait plus
KIERAN#1 › closet full of skeletons Bb7f299197cc26157165ffe1ba841fda7a380d38
POSTS : 26 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
RPs EN COURS : raelyn n°1 ; kieran n°1 ; etc
RPs EN ATTENTE : carl ; ...
AVATAR : maude apatow
CRÉDITS : bambieyestuff.
DC : mac sans cheese
PSEUDO : grand-père tortue, princesse mononoprix
Femme (elle)
INSCRIT LE : 13/04/2022

KIERAN#1 › closet full of skeletons Empty
Message(#) Sujet: KIERAN#1 › closet full of skeletons KIERAN#1 › closet full of skeletons EmptyVen 6 Mai 2022 - 16:46


Ca y est c'est là, le fameux jour J, la soirée S, le mec m'a proposé un paquet de fric exorbitant pour l’habituel tarif-horaire sans préciser pourquoi et il a pas tenu ce que je rende la monnaie, alors moi je me suis faite belle et j'ai préparé mes sous-vêtements les plus osés rien que pour lui. Un homme qui paie comme ça, qui dit si peu, c'est qu'il met la barre haute ; je vois tout de suite le grand homme d'affaire ténébreux qui a du mal à se lier, le hunk par excellence qui voyage trop et qui a besoin d'une distraction plus ou moins obscure, le bad boy politicien qui aime se faire chier sur les pecs en secret. Des gars comme ça j’en connais à la pelle, des tristes clichés de self-made man au bord du burnout qui rêvent sans l’avouer d’humiliation et de liberté qu'ils ne pensent que trouver dans le sexe. L'industrie tourne grâce à eux – loin de moi l'idée de les tourner en dérision.
On s'est donnés rendez-vous au bar de l'hôtel le plus huppé que j'ai pu trouver (il veut payer, qui suis-je pour le décourager ?), j'ai emmené plein de trucs dans mon sac à main au cas où monsieur aurait des idées précises en tête et je me suis rendue sur le lieu dix minutes à l'avance – le temps de prendre un premier cocktail, histoire de décoincer les choses dans l'hypothèse où il serait franc laid ou trop idiot pour que je ne passe au-dessus. J'ai donné le nom de Sofia pour la réservation, parce que je donne un nom de ville au pif à chaque fois en clin d’oeil à mon nom à moi, j’ai pris un pisco sour bien chargé au bar sur recommandation du patron, et j'ai attendu.
Vingt et une heures plus vingt huit secondes. Il n'a pas perdu de temps. Je me tourne et je croise les jambes pour le regarder arriver ; un grand bonhomme, mâchoire carrée mais l'air perdu de celui qui est sincèrement là pour enfiler des perles et que ça enthousiasme même tout à fait, je vois ce mec et j’ai spontanément envie de lui demander si sa maman l’a laissé là pendant qu’elle faisait les courses et qu’il a perdu son chemin. Pas de doute, pourtant, c’est lui : il me cherche du regard et quand on se trouve, il ne me lâche plus. « Bonsoir », je lui lâche comme pour l’inviter, les sourcils haussés par la curiosité, pour l’encourager à se découvrir un peu plus. « J’ai commencé sans toi, j’espère que tu ne m’en voudras pas trop », je soulève mon verre pour le désigner, et je quitte mon siège pour l’accueillir, une main sur son torse. Je les connais, les mecs comme lui ; soucieux de ne pas être visiblement aux bras d’une prostituée pour la soirée devant leurs pairs en costard, beaucoup plus à l’aise une fois la porte refermée. Quant à quand elle se refermera, j’ai jamais tenté d’établir une moyenne. « Chambre 812, si tu préfères prendre un verre là-haut », je lui souffle quand même.

@Kieran Halstead :OO:
Revenir en haut Aller en bas
Kieran Halstead
Kieran Halstead
les cicatrices de la mémoire
les cicatrices de la mémoire
Voir le profil de l'utilisateur
KIERAN#1 › closet full of skeletons IAeu3cF ÂGE : trente-deux (14.07). on évite le sujet, merci.
SURNOM : agnes par sa soeur, « kiki » par les autres (couché, grrrrhhhh).
STATUT : célibataire, commence (enfin) à comprendre qu'il doit apprendre à s'aimer avant d'aimer les autres. la tâche est plus difficile que prévue.
MÉTIER : illustrateur (fauché) en freelance et prof (dépité) d’arts visuels.
LOGEMENT : 178 oxlade drive (fv), avec raphael, dans une colocation 100% malaise.
KIERAN#1 › closet full of skeletons 0c6fb8ac8089c22851b9f4d117390f8da04bd5f5
POSTS : 2292 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : placé en foyer, proche des familles qui l’ont élevé, considère qu’il a une infinité de parents et frères/sœurs ≈ souffre de cette absence d’identité propre ≈ réservé, maladroit, optimiste, vit dans un monde imaginaire ≈ vient de quitter sa fiancée, prend le mauvais rôle de cette rupture, soulagé malgré sa phobie de la solitude ≈ essaie de reprendre confiance en lui, de renouer avec ses proches, de retrouver sa place ≈ préfère la compagnie des pop et des jeux vidéo aux humains ≈ du talent au bout des doigts, aucune motivation d’en faire quelque chose ≈ trop mou, trop paresseux, trop paumé.
RPs EN COURS : KIERAN#1 › closet full of skeletons Ee6546671ef68fc2c744a91dcde2d42b65fd93b9
4 (noël 2016), #6 , #7 & ua #2 (married) ⊹ cause i killed someone for you. you have to understand that the one i killed is me. changing what i was for what you wanted me to be, i followed your direction, did everything you asked. i hope that makes you happy, cause there's just no turning back. would you love me more if i killed someone for you?

KIERAN#1 › closet full of skeletons Nhc1JWP
halloway #2 (fb) ⊹ i sat alone, in bed till the morning, i'm crying, "they're coming for me" and i tried to hold these secrets inside me, my mind's like a deadly disease.

KIERAN#1 › closet full of skeletons 8978
kieyer #4 ⊹ close your eyes and think of me and soon i will be there to brighten up even your darkest night. you just call out my name and you know wherever i am i'll come running, to see you again.

KIERAN#1 › closet full of skeletons Tumblr_nwa28cKVWY1qdjmcko6_250
hally #9 ⊹ mess me up, yeah, but no one does it better, there's nothin' better, that's just the way you make me feel.

KIERAN#1 › closet full of skeletons 629bc353b5f562bc657a76bc213bffd286bc1244
kivy #7 & kivy #8 ⊹ stroke my head and i'm fine, it's really simple, i'm feeling good, i feel myself and i'm feeling understood.

KIERAN#1 › closet full of skeletons F957192ad20d19e0a13644a235f140c1a90de80d
aleisha #2 ⊹ uc uc uc


(23/06 - presque la date du jour !)laila (fb 2015)andrew (fb 2020)ottoeliot #2louisacarlyprimrosemay #2birdie #2 & jordan #2spencer #2jessalyn #2caitriona #2murphy (ua)

KIERAN#1 › closet full of skeletons Giphy
miran ⊹ if i was dying on my knees, you would be the one to rescue me and if you were drowned at sea, i'd give you my lungs so you could breathe.

RPs EN ATTENTE : J'EN AI PAS YOUHOU JE SUIS (presque) RAISONNABLE YEEES.
RPs TERMINÉS : (2001) ichabod (2015) autumn #1raphael #2 (2016) archie #1 (2017)archie #2 (2019) reese #1archie #3 hannahkeith (2020) sawyer #1dylane #1eve #1raphael #1jessalyn (+ sawyer)eve #3ivy #4ivy #5lucia #1birdieprojet xelias #6eve #4ilariamolly #1hannah #2anastasiadylane #2ava #2halsey #2eve #5raphael #3raphael #4clyde #1lenamolly #2sawyer #2 (2021) ivy #6peterjordan raphael #5anastasia #2 & raphael #6eve #6raphael #7sawyer #3ichabod #2ally #1eleonor eliotautumn #2may #1 › › lena #2ezracaitrionaautumn #3raphael #8spencer #1autumn #5owen #1aleisha #1

autumn ua #1 (slasher)

abandonnés
hannah (ua)miramavihalseylexcalista sashaelias #7 & ava #1fionarheareeseava #3ellisonrhea 2.0ally #2averyclyde #2olivermichaela (fb)noreen

KIERAN#1 › closet full of skeletons Kx4f
RACE OF AUSTRALIA
lancementelias #1birdie & eliasjacob & eliasivy #1grace, isaac & eliassienna, gregory & eliassujet communivy #2eve #2élimination s1lancement s2elias #2ivy #3sienna #1elias #3suite s2elias #4elias #5team grisy
AVATAR : dan cutie pie smith.
CRÉDITS : ssoveia (ava), dansdraw & leave (gifs), cham, harley, bleeding_light & mandown (crackships), loonywaltz (ub).
DC : finnley coverdale, alfie maslow & maisie moriarty.
PSEUDO : leave.
INSCRIT LE : 01/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29377- https://www.30yearsstillyoung.com/t29503- https://www.30yearsstillyoung.com/t29523- https://www.30yearsstillyoung.com/t30784-kieran-halstead

KIERAN#1 › closet full of skeletons Empty
Message(#) Sujet: Re: KIERAN#1 › closet full of skeletons KIERAN#1 › closet full of skeletons EmptyJeu 19 Mai 2022 - 19:30



@CARLY WARSHAW & KIERAN HALSTEAD ⊹⊹⊹ i've got, you've got skeletons in the closet, my dear, and now here I am, here I am, naked, in all my glory. They've got, we've got skeletons in the closet, who cares?

Après un an d’abstinence, j’suis pas sûr que ce soit le meilleur moyen de se remettre dans le bain, Kieran.

Mais bon, ça se saurait s’il m’écoutait quand je lui souligne à quel point sa dernière idée en date est pourrie. Non, bien merdique, même, je pense que la situation m'autorise un tel jugement. Qu’on se le dise ; s’il y avait un bouquin « comment sauter pieds joints dans la situation la plus gênante qui soit » il en aurait été l’auteur. Il n’aurait même pas eu besoin de rédiger deux cents pages pour prétendre justifier son plan ; non, la quatrième de couverture aurait parfaitement résumé la chose et il n’y aurait pas eu besoin d’aller plus loin. Suite à une agression, un homme profondément dégoûté par son corps et marqué par des abus requiert les services d’une prostituée. Ça pourrait faire un bon fait divers, aussi, voire une bonne blague – souhaitons à cette Sofia que ce soit la deuxième option qui se réalise. Je n’irai pas jusqu’à dire que la blague c’est Kieran parce que mon rôle est de le valoriser ; mais là... vraiment, qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? Il lui faut des semaines (voire des mois) pour réussir à franchir le stade de l’intimité. Un an qu’il n’a pas touché à une femme, plusieurs semaines que sa vision de lui-même est particulièrement biaisée, à quel moment est-ce qu’il s’est dit que ça allait être une réussite ? J’ai beau essayer, je vois pas comment sauver les meubles. Parce qu’il s’imagine naïvement que se forcer (et payer pour ça) sera la solution à son blocage. Non, Kieran, tout ce que tu vas gagner, à ce stade, c’est des dettes et la signature du contrat pour renouveler ton abstinence pendant une nouvelle année. Beau programme en perspective, donc, bien plus séduisant que celui d’une femme prête à satisfaire ses moindres désirs. C’est aussi un problème, ça, Halstead, n’est-ce pas ? Le fait de ne pas vraiment savoir quels sont ces désirs en question et de se sentir honteux de ne pas trouver de réponse à ton âge, hm ? Et ce n’est pas grave, pourtant, chacun vit sa sexualité comme il l’entend ; s’il ne se sent pas prêt à se remettre sur le marché, il se connaît mieux que personne pour considérer qu’il a raison. Mais parce qu’il est incapable d’accepter ses propres opinions, qu’il se module en fonction de l’image du parfait trentenaire qu’il doit être pour avoir une place en société, être actif est une prérogative qu’il doit respecter – peu importe le prix à payer. Il veut juste se sentir normal, peut-être désiré un peu aussi, mais surtout en paix avec lui-même. Elle a été payée pour ça, elle ne détournera pas les yeux en voyant les cicatrices qui ornent encore son torse et peut-être, peut-être, que si elle est suffisamment bonne actrice, il arrivera enfin à se mettre en tête qu’elles ne sont pas aussi repoussantes qu’il s’en est convaincu.

Il était devant l’établissement depuis un bon quart d’heure, trop soucieux d’être ponctuel – ce qui est ironique quand on connaît son habituel retard dans la vie quotidienne, le sens des priorités, tout ça. Sa montre indique vingt-et-une heure, il remet nerveusement en place la chemise qu’il a achetée pour l’occasion avant de souffler un grand coup et de pousser la porte. On pourrait presque croire qu’il n’a pas déjà bu deux verres avant d’arriver, conscient qu’il en aurait besoin pour la saluer sans bégayer et parvenir à soutenir son regard. « Bonsoir » Elle est jolie, évidemment qu’elle est jolie et il se sent con d’avoir payé pour se sentir encore plus intimidé une fois face à elle. « Coucou. » ... Je crois que j’ai rien besoin de rajouter alors qu’il se flagelle déjà tout seul. Il aurait dû jouer le mec mystérieux, un « bonsoir » chaleureux et qui ne laisse pas de place au doute quant à ses intentions. Là... là, il ressemble juste à un collégien qui a son premier rencard. Et oui, Kieran, je te rappelle, au cas où mon opposition est toujours pas assez claire, que tu. as. payé. pour. ça. « J’ai commencé sans toi, j’espère que tu ne m’en voudras pas trop » Il secoue rapidement la tête par la négative. Son regard qui glisse vers la main qu’elle colle déjà contre son torse ; ne pas rougir, ne pas rougir, ne pas rougir. « Tant qu’il y a que ça que tu commences toute seule, ah, ah. » Il est gênant. Il est foutrement gênant et c’est à se demander comment ce n’est qu’une année d’abstinence qu’il a au compteur et pas une vie entière. « Désolé. J’sais pas pourquoi j’ai dit ça. » Qu’il se reprend rapidement. Parce qu’il est mal à l’aise, évidemment, mais de quoi il aurait l’air en le soulignant ? Il est censé savoir ce qu’il fait. « Chambre 812, si tu préfères prendre un verre là-haut » Oui, non ? C’est quoi la procédure ? Il est tenté de lui poser la question ; je l’en empêche, je crois que tu en as déjà assez fait, Kieran. Ce qui est certain, c’est qu’en continuant comme ça, il n’y a vraiment que le verre qui va être pris – quoi, j’ai jamais dit que mon humour était supérieur à celui de Kieran, hein. « Je te suis. » Oui, voilà, c’est bien comme réponse. Le mec taciturne qui économise ses mots, mais qui ne donne pas de réponse claire s’il préfère ou non aller là-haut, et qui ne prend pas pour autant le risque de s’entendre dire « c’est toi qui décide ce soir » parce qu’il ne décide de rien du tout.  



:l: :

Revenir en haut Aller en bas
Carly Warshaw
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 26 ans tout frais. (26/03)
SURNOM : "warshaw" passe bien, évitez le reste
STATUT : mariée au travail de toutes les manières.
MÉTIER : hôtesse à l'octopus comme étiquette principale, elle est également prostituée à son compte, et petit oiseau de raelyn pour le club.
LOGEMENT : en colocation à fortitude valley, avec un solide beauf comme on n'en fait plus
KIERAN#1 › closet full of skeletons Bb7f299197cc26157165ffe1ba841fda7a380d38
POSTS : 26 POINTS : 0

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
RPs EN COURS : raelyn n°1 ; kieran n°1 ; etc
RPs EN ATTENTE : carl ; ...
AVATAR : maude apatow
CRÉDITS : bambieyestuff.
DC : mac sans cheese
PSEUDO : grand-père tortue, princesse mononoprix
Femme (elle)
INSCRIT LE : 13/04/2022

KIERAN#1 › closet full of skeletons Empty
Message(#) Sujet: Re: KIERAN#1 › closet full of skeletons KIERAN#1 › closet full of skeletons EmptyVen 10 Juin 2022 - 18:28



CARLY WARSHAW & @KIERAN HALSTEAD ⊹⊹⊹ i've got, you've got skeletons in the closet, my dear, and now here I am, here I am, naked, in all my glory. They've got, we've got skeletons in the closet, who cares?

Coucou, qu’il me sort, avec l’air d’avoir un balai qui lui chatouille la narine en lui remontant depuis le cul. On ne dirait pas, comme ça, parce que c’est toujours médiatisé comme un truc facile, voire ancré dans la personne une fois qu’elle a vendu son âme aux lupanars, mais c’est dur de rester sensuelle quand un mec vous dit coucou, a fortiori quand ça vous donne immédiatement l’impression d’être la petite soeur, ou le chien qui attend une tape sur le crâne après une longue journée à attendre son maître. La vérité, la triste et grotesque vérité, c’est que j’aime mon métier, mais pas mes clients. La plupart me donnent envie de mourir ; la seconde partie se contente de me dégoûter, et quelques-uns seulement me font considérer l’homme comme une créature décente, parfois même désirable. Je ne sais pas encore de quel bois celui-ci sera fait ; mais qu’importe, au fond. Ce qui compte, dans la prestation, c’est que je lui donne l’impression d’être le roi du monde, et rien d’autre. Le confort, l’entente, l’envie d’être là : ce sont des concepts annexes qu’on ne regarde que très rarement.
Il a l’air mal à l’aise à en vomir, le pauvre ; je me demande si c’est sa première fois, de quelle première fois il s’agirait exactement, et je me dis surtout qu’il est trop grand, trop âgé, trop beau pour avoir l’air aussi mal dans ses pompes, il respire le mal-être et tout dans son langage corporel indique qui s’excuse d’être là, de prendre trop de place, de gâcher l’oxygène des autres. Il me fait penser à toi, Rochelle, d’une façon un peu tordue qui me donne envie de poser une main sur sa joue pour panser sa douleur, sans trop savoir comment. Je ris à sa plaisanterie avec l’air le plus à l’aise et sincère qu’il me soit donné de produire, je lui propose de monter directement à la chambre ; peut-être qu’il va révéler un autre homme, dans l’intimité, peut-être qu’il a juste besoin d’un push, ou de l’impression des regards qui s’éloignent de lui. Il obtempère et je vide mon verre d’une traite pour ouvrir la marche jusqu’à l’ascenseur.
« Joli choix d’hôtel, en tout cas », je complimente sur le chemin, et venant d’une pute qui a l’habitude des motels et des chambres un peu glauques, c’est même du sacré compliment. Je n’ajoute rien durant l’ascension, je cherche à voir s’il va s’exprimer en premier, s’il me toise ou s’il garde les yeux bien fixés vers le plafond, comme maintenant. Je le laisse m’emboîter le pas jusqu’à la porte, et je lui confie les clés, rien que pour le laisser dominer sur cette simple action. Je jauge, je guette, j’apprends : peut-être qu’il a l’air démuni le temps de trouver ses repères, qu’il va sortir de son inertie quand il sentira la porte se refermer. Mais rien : je m’adosse à la porte, moi, le suit du regard d’un air volontairement provocateur, mais il reste debout, les bras ballants, et pour la première fois depuis longtemps, je suis à ça de chialer comme la gamine qui se sentait proprement indésirable. « Je peux commander une bouteille de champagne », je lâche d’un ton bas, allez, haut les cœurs, on lâche rien. « Ou tu peux me dire ce qui te plaît. » Pour le sexe, pour les boissons, même en terme de dessins animés, putain, mais ne me laisse pas seule avec le dos sur la porte et l’air provocateur d’un poisson en plein décès. J’avance jusqu’au lit, jetant mon sac en vrac dans un coin, et je m’y pose façon écolière, une jambe croisée sur l'autre, les bras pour soutenir mon buste et pour te jauger sans rien ajouter d'autre. Un homme, d’habitude, ça prend ; ça prend et ça malmène, ça saisit sans demander, ça place ses envies sur autrui, ça s’arrête pas pour s’interroger. Tout le contraire de toi, Kieran. Et le contraire, moi, j’ai jamais su comment l’appréhender.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

KIERAN#1 › closet full of skeletons Empty
Message(#) Sujet: Re: KIERAN#1 › closet full of skeletons KIERAN#1 › closet full of skeletons Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

KIERAN#1 › closet full of skeletons

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-