AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
Codes promo AliExpress : jusqu’à -50€
Voir le deal

 We need to talk (ft. Winston)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Michael Ackerman
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 30 ans
SURNOM : Mica
STATUT : Célibataire, sans progéniture
MÉTIER : Avocat spécialisé en droit des personnes
POSTS : 54 POINTS : 0

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
AVATAR : Arthur Gosse
CRÉDITS : Avatar by DEM /
DC : -
Homme (il/lui)
INSCRIT LE : 04/06/2022

We need to talk (ft. Winston) Empty
Message(#) Sujet: We need to talk (ft. Winston) We need to talk (ft. Winston) EmptyLun 13 Juin 2022 - 6:50



Une arrivée à point nommé
Michael ft. Byron

Il s'est produit un fait rare dans ma vie, dernièrement. Quelque chose que je n'aurais pas imaginé vivre. Je me suis rendu au restaurant de mon père, pour mon repas de midi. J'ai instauré ce petit rituel, pour pouvoir manger avec lui. À cette heure-ci, je suis sûr de ne pas croiser Winston. Moins je le vois, mieux je me porte. Je sais, en venant à ce moment-là de la journée, qu'il est soit pris par son travail, soit encore en train de dormir. C'est étonnant, mais lorsque nous étions enfants, l'un de mes meilleurs moments de la journée, c'était quand il fermait ses paupières et tombait dans les bras de Morphée. Plus de jérémiades, plus de signes manifestes pour montrer qu'il restait le centre du monde. Ça me faisait un bien fou. Maintenant que je suis adulte, je tire satisfaction du fait de ne pas le côtoyer plus que nécessaire. Mais j'en reviens à mon père, si vous le voulez bien. Nous étions face à face, à déguster nos assiettes. J'ai bien senti, dès mon arrivée, que quelque chose n'allait pas. Mais je n'ai posé aucune question. Mon intuition me disait que nous allions parler de Winnie et je refusais de gâcher le seul moment paisible avec mon paternel, sous prétexte qu'il faisait encore des siennes. À en juger les rides soucieuses sur le front de mon père, j'en déduisis qu'il se faisait vraiment du mauvais sang. Résistant, assez facilement, à l'envie de l'interroger sur les raisons de sa nervosité, je me suis mis à lui raconter ma dernière affaire.

Je sais que je ne devrais pas me vexer de ne pas être écouté par mes parents. Il en a toujours été ainsi… Papa n'a pas été très attentif, il m'a répondu un vague "c'est un endroit charmant" quand j'ai parlé du commissariat où se trouvait mon client. À un moment, je me suis arrêté de parler et il a bien continué à hocher la tête pendant deux minutes. C'est long, cent-vingt secondes, vous savez. Il comprit sans grande difficulté que j'étais en train de me braquer. Winston aime à me décrire en ces termes : "quand tu boudes, on dirait qu'on t'enfonce un balai dans le derrière". Je m'étais raidi, appuyé contre le dossier de ma chaise, posant mes yeux sur la nourriture qui me parut immédiatement fade. La suite ? Je mis la main dans ma poche, cherchant mon portefeuille pour régler l'addition, alors même que nous n'avions pas terminé. Affolé, mon père s'est repris et a balbutié un florilège d'excuses, me faisant lever les yeux au ciel. Je commence vraiment à en avoir assez de n'avoir que des miettes d'attention. Je le vis assez mal, au point que l'autre jour, j'ai copieusement sermonné un témoin qui ne cessait d'observer l'une de mes collègues, non sans idées farfelues derrière la tête. Ce serait anecdotique si cela n'était pas intervenu dans le tribunal, devant l'assistance. Mon ton sec et cassant eut tôt fait de manifester mon mécontentement. Et pendant cette entrevue avec mon père, il fut ô combien difficile de retenir mes mots :

- Laisse-moi deviner, c'est Winston ? Encore et toujours Winston ? Que diable a-t-il encore fait ?

- Oh non... non, ça n'a aucun rapport avec lui, Mica, je t'assure... c'est... euh... c'est le restaurant... j'ai du mal à joindre les deux bouts en ce moment, et ça m'inquiète.

- Comment ça ? Qu'est-ce que tu racontes ? Papa, j'ai voulu inviter les membres du cabinet l'autre soir et tu m'as dit que tu étais complet jusqu'à la fin du mois ? Comment est-il possible que tu aies des difficultés ?

- Il y a eu... une avarie… Nous avons perdu beaucoup de stocks de nourriture. Et j'ai du tout racheter. Sauf que je ne peux pas payer le fournisseur, qu'est-ce que je vais devenir, Mica ?

- Mais... l'assurance ne te couvre pas ? Tu n'as pas mis d'argent de côté ? Papa, c'est grave à ce point ?

- Il y a d'autres dépenses ailleurs, j'ai les salaires, les prix qui augmentent... je n'ai pas anticipé... oui, la situation est grave et j'ai peur de devoir fermer le restaurant bientôt si je ne trouve pas une solution.

- Pourquoi tu ne m'en as pas parlé ? De combien tu as besoin, papa ?

- Je ne peux pas te demander ça, Mica... je n'en ai pas le droit…

- Ce restaurant, c'est ta vie... je refuse que tu le fermes pour des histoires d'argent. Dis-moi la somme et je fais un virement tout de suite.

Je ne vais pas vous dire à combien s'est élevée l'ardoise, ce jour-là, mais il y avait plusieurs zéros dans la somme. Franchement, je n'accepte pas l'idée même que mon père puisse se planter et mettre en péril tout ce qu'il a construit. Et c'est cette raison qui m'a poussé à enquêter. Je ne suis pas comptable, encore moins financier, mais les gens sous-estiment mon intelligence en permanence. Pas besoin d'éplucher les comptes. Le simple fait de questionner certains serveurs eut tôt fait de m'éclairer sur la fréquence des venues de Winston. L'avantage quand on est comme lui, c'est que l'on laisse un souvenir marquant dans l'esprit des gens. Pour une fois que je trouve sa suffisance et son égocentrisme utiles… Une chose en amenant une autre, j'ai rapidement retrouvé un enregistrement de vidéosurveillance dans lequel mon père donne l'intégralité de l'argent contenu dans la caisse à Winston. Sûrement pour échapper à des poursuites pour suspicion de fraude fiscale… L'avantage du liquide, c'est qu'il ne laisse pas de trace. Mais le procédé n'est pas pour autant plus légal... et moins dangereux. Papa, dans quelle merde, Winston est allé te mettre ? Ce crâne d'œuf et moi, nous allons avoir une conversation. Qu'il fasse ses frasques lui-même, ma foi, je ne dispose d'aucune solution pour l'en empêcher. Qu'il mette en péril le bien le plus précieux de notre père... en revanche… Et pour quoi faire ? Se payer une nouvelle voiture ? Aller torpiller toute la somme dans un bar ? Alors que je suis devant la porte de son logement, je suis furieux. Je sens que la colère dilate mes narines. Je frappe, sans ménagement, sa porte d'entrée. Il est là, je le sais. Tandis qu'il ouvre la porte, je rentre sans me gêner. Il fait pareil, lui aussi, quand il s'incruste chez moi.

- Bonjour, Winnie.

Je sais qu'il déteste ce surnom, donc je prends un malin plaisir à l'utiliser dès que je le vois. Au ton que j'emploie, je crois qu'il n'aura aucun mal à comprendre que je n'ai nullement envie de plaisanter et que je suis là pour régler des comptes. Quoique... dans la mesure où j'ai affaire à quelqu'un qui ne se préoccupe que de LUI, je ne suis pas certain qu'il parviendra à lire la subtilité entre les lignes. Je parle de Winston, après tout !

- Je me fous de savoir si je te dérange, donc épargne-moi tes plaintes. Il faut que nous parlions. Ça va bien ta vie ? Tu ne prives de rien ?

Oh je la sens, la colère noire qui monte en moi... elle est toute proche, elle menace à tout moment de me submerger, tant elle s'est développée avec le temps et les années. Dehors, au lointain, un léger grondement se fait entendre. Le tonnerre. C'est annonciateur de quelque chose, on dirait !
made by black arrow
Revenir en haut Aller en bas
Winston Ackerman
Winston Ackerman
le coup de poker
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 28
SURNOM : Winnie
STATUT : Célibataire particulier
MÉTIER : Résident en chirurgie orthopédique et traumatologique
We need to talk (ft. Winston) 66523392
POSTS : 680 POINTS : 180

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Amputation transtibial de la jambe droite ☽ + ☽ accro aux jeux ☽ + ☽ endetté jusqu'au cou
RPs EN COURS : .
.
----- *.º o .☽**

We need to talk (ft. Winston) Tumblr_ppuilfNyx71y2mvkfo3_250 We need to talk (ft. Winston) Tumblr_ppuilfNyx71y2mvkfo6_250
Winalmax - grosse cote, gros gain, gros respect ☽ Alma. ϟ . ϟ . ϟ . ϟ .

Wine5 .☽. Lena .☽. Adriana3 .☽. Eleonora .☽. Mica .☽. Caitriona .☽.

----- **☽. o °.*

UA
Alma
AVATAR : noah centineo
CRÉDITS : astra (avatar) ice and fire. (signa)
DC : Jules Royer
PSEUDO : Syno
Femme (elle)
INSCRIT LE : 04/10/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t40748-winnie-aussi-sage-quun-orage#2026999 https://www.30yearsstillyoung.com/t40779-ill-be-good-winnie#2028721 https://www.30yearsstillyoung.com/t40796-winston-ackerman#2030261 https://www.30yearsstillyoung.com/t40797-winston-ackerman#2030280

We need to talk (ft. Winston) Empty
Message(#) Sujet: Re: We need to talk (ft. Winston) We need to talk (ft. Winston) EmptySam 2 Juil 2022 - 20:44




WE NEED TO TALK

ϟ
-T- u soupires, passant tes mains dans tes cheveux jusqu’à ta nuque tout en basculant ton crâne en arrière. Tu fixes un instant le plafond, les yeux se noyant dans le vague. Est ce que t’as vraiment sorti la tête hors de l’eau? Tes dettes s’étaient amoindries grâce à ton père. Sauf qu’encore une fois, une partie de cette somme était partie dans les jeux. Tu pouvais cependant presque te féliciter que la grande majorité soit partie dans le remboursement plutôt que de tout miser sur une table de poker dans l’espoir d’en faire profit. Il fallait dire que t’étais dans une merde si noire que tu avais, pour une fois dans ta vie, préféré la sécurité. Pourtant ça te démangeait de retourner jouer ton fric. La douce illusion de régler tous tes soucis en une partie est tenace, elle te berce tous les soirs. Et plus ta vie personnelle s’effondrait, plus tu t’y plongeais. Plus tu t’y plongeais, plus tu perdais de l’argent. Plus t’en perdais, plus tu basculais dans un état de nervosité qui te rendait un peu plus désagréable.
Tu claques ton casier pour le refermer, sans doute avec trop d’entrain puisque ça fait sursauter le collègue qui se changeait à coté de toi. Il te dévisage un instant sans que tu ne le relèves. Tu te contentes d’un geste du menton vers lui, un sourcil arqué, silencieux. Vous échangez un regard insistant sans qu’aucun mot ne sorte de vos lèvres avant qu’il ne remette le nez dans son casier, et que tu ne sortes du vestiaire.

Un fois chez toi, tu prends le temps de sortir ton chien et de t'aérer. Ou plutôt de t’asseoir sur un banc en fixant le vide pendant que Sony vit sa meilleure vie dans le parc. Tu te sens vide depuis quelques jours. Peut être était ce la fatigue, peut être les remords d’entrainer ton père dans la situation désastreuses dans laquelle tu t’étais mise, peut être cette impression désagréable d’avoir été abandonné par Albane et Reese. Après une demi heure à te torturer l’esprit, c’est lorsque l’animal revient partager ton activité qui consistait à fixer un point aléatoirement que tu décides de rentrer. Tu as à peine le temps de te poser que tu entends le bois malmené sur ta porte d’entrée. Un sourcil se arque, curieux de l’insistance. Ton shiba s’impatiente alors que tu restes indécis en fixant la porte, et il se met à aboyer pour te hater. Tu appuies sur la poignée, et découvres ton frère sur le pas. Il a cet air pincé qui te fait rapidement comprendre que quelque chose n’allait pas. Il entre sans attendre, prenant ses aises. Toi, tu restes méfiant depuis que tu as pu voir ses traits agacés que tu ne connaissais que trop bien. Tu refermes la porte derrière lui, t’avançant à ton tour dans le séjour. « Bonjour, Winnie. »  Tu soupires outrageusement, levant les yeux au ciel. « Si t’es venu juste pour m’emmerder, la sortie est de l’autre coté. » Que tu lui réponds en tendant la bras vers l’entrée. Tu n’as pas franchement l’énergie aujourd’hui de jouer à ce jeu là avec Mica. Pourtant t’aimais ça, provoquer. Surtout ton frère. C’était une habitude qui était tenace et que tu ne cherchais pas non plus à atténuer. « Je me fous de savoir si je te dérange, donc épargne-moi tes plaintes. Il faut que nous parlions. Ça va bien ta vie ? Tu ne prives de rien ? » Tu inclines légèrement la tête, l’incompréhension marquant ton visage. Tu restes silencieux quelques secondes, le sondant de tes opales perçantes. Quelle mouche l’avait piqué? Tu tentes de te souvenir de vos derniers échanges, mais ils remontent à au moins plusieurs semaines maintenant. Et rien de particulier ne semble pouvoir être l’origine des reproches incompréhensibles qu’il te lance. Il met un suspens inutile à la remontrance qui ne va pas tarder à éclater, et tu ne peux t’empêcher de lui lancer un petit regard lourd de jugement. « Oui tout va bien. Tu ne pouvais pas m’appeler ou m’envoyer un message pour me demander ça? » Tu réponds d’une manière détachée, restant sur la défensive. De toute évidence il avait quelque chose à blâmer. Tu ne sais juste pas encore quoi. Tu ouvres le frigo, en sort une bière. T’en auras bien besoin pour supporter ton ainé semble t-il. « Je suis sensé te proposer quelque chose à boire avant que tu n’exploses comme une cocotte minute? » Tu ajoutes, haussant tes sourcils tout en posant tes opales sur lui. Tu attrapes ensuite le décapsuleur rangé sagement dans un tiroir et ouvres la bouteille en verre avant de boire quelques gorgées, comme si de rien était.

 


your name is
the strongest
positive and negative
connotation in any langage
© SIAL ; icon tumblr




@Michael Ackerman :OO:


My habits, they hold me like a grudge
I promise I won't budge
BUT I'M WEAK, I love it
when I fall for that


.☽*:

Revenir en haut Aller en bas
 

We need to talk (ft. Winston)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley :: logements
-