AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : sortie d’un nouveau ...
Voir le deal

 (elijah #3) never thought we'd be there

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Channing Walker
Channing Walker
l'ironie du sacrifice
l'ironie du sacrifice
Voir le profil de l'utilisateur
(elijah #3) never thought we'd be there 7vHkInU ÂGE : trente cinq ans (26.08.1986)
SURNOM : chan en général, souvent monsieur Walker ou Walker tout court
STATUT : il lui a avoué qu'il l'aimait, ose à peine la regarder dans les yeux depuis
MÉTIER : héritier et président-directeur général du Walker Group, entreprise de renom dans le domaine de l'immobilier
LOGEMENT : de retour au 216 beachcrest road, à bayside. il ne veut plus en sortir, si ce n'est pour s'enfuir à l'étranger ou aller faire un tour sur son voilier
(elijah #3) never thought we'd be there K0dm
POSTS : 2059 POINTS : 310

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : un grave accident de moto en juin 2022 l'a plongé une semaine dans le coma, il est en rémission depuis › il est né et a toujours vécu à Brisbane, même s'il voyage beaucoup › il est gourmand, excellent cuisinier › il a un tempérament calme et diplomate › il participe depuis 2006 à des courses illégales au coeur de Brisbane, un vieux démon dont il a du mal à se débarasser › il est trilingue (anglais, français et italien) › il a un tatouage « 007 » en bas du dos, un souvenir de soirée quand il avait 22 ans › il adore le bon vin et le whisky › il a un voilier au port de la ville
RPs EN COURS :
(elijah #3) never thought we'd be there 1pfp
CHANELLE › your precious heart, can't watch it break, so i close my eyes while you walk away. can i have a second chance ? can i have another dance ? can i start another life with you ? when i wake up in a haze and i haven't slept in days, you're a thousand miles away with such a lonely heart.

#1#2#3#4#5#6#7#8#9#10#11#12#13#14#15#16#17#18#19#20#21#22#23#24#25

(elijah #3) never thought we'd be there Pbbq
LEXIE › and i know that you need someone to make it through. days like this i need it too, i'll take care of you. and honey, you'll take care of me too. so if you ever feel like fallin' through, yeah, i'll take care of you.

(elijah #3) never thought we'd be there Mjjh
ELIJAH › we don't talk much, not anymore. broken bottles and slammin' doors, but we still care about each other, say we care about each other. i know life took us far away, but i still dream 'bout the good old days. when we took care of each other, we were livin' for each other.

(elijah #3) never thought we'd be there Gdgu
WALKIE › we've taken different paths and traveled different roads, i know we'll always end up on the same one when we're old. if i was dying on my knees, you would be the one to rescue me. and if you were drowned at sea, i'd give you my lungs so you could breathe. i've got you, brother.

(elijah #3) never thought we'd be there G0yt
CHANNIRIS › little ghost, you're listening, unlike most you don't miss a thing. you see the truth, i walk the halls invisibly. i climb the walls, no one sees me, no one but you. oh little ghost, you see the pain, but together we can make something beautiful. so take my hand and perfectly, we fill the gaps, you and me make three. iwas meant for you, and you for me.

(elijah #3) never thought we'd be there Axz2
MERING › you gave all that sweat and blood, now you think you're gonna drown. you can't tell that you're bigger than the sea that you're sinking in, and you don't know what you got. but you got it at your fingertips. when the lights go out and leave you standing in the dark, no one ever told you this would be so hard. i know you think your fire is burning out, but I still see you shining through. you got it in you.

(elijah #3) never thought we'd be there 47tq
HARTER › insane, inside the danger gets me high. can't help myself got secrets i can't tell. i love the smell of gasoline, i light the match to taste the heat. i've always liked to play with fire. hot blood, these veins. my pleasure is their pain. i love to watch the castles burn, these golden ashes turn to dirt.


RPs EN ATTENTE :
(elijah #3) never thought we'd be there 0pkf

RPs TERMINÉS : (2020) elizabeth #1dani #1caelan #1raphaellexie #1clyde #1dani #2eddie #1

(2021) elizabeth #2dani #3elizabeth #3caelan #2dani au #4danika #1primrose #1dani #5lexie #3eddie #2victoria #1hayden #1dani #6dani #7elizabeth #4clyde #2 et lexie #2danika #2dani #9garett #1gabrielle #1gabrielle #2gabrielle au #3lexie #4gabrielle #4hunter #1james #1danika #3gabrielle #6nicky #1lexie #5adriana #1freddy #1gabrielle au #8eddie au #3gabrielle #7gala de charitégabrielle #5elizabeth #5danika #4sergio #1jezabel #1michaela #1gabrielle#12lexie #6caelan #5 et gabrielle #9ashley #1otto #1caelan #4gabrielle #10gabrielle #13

(2022) lexie #7gabrielle #11jordan #1hunter #2lawrence #1danika #5deklan #1deklan #2gaïa #2zoya #1elizabeth #6rhett #1lexie #9gabrielle #16freddy #2lexie #8 et noah #1mila #1gabrielle #14mitchell #1 et gabrielle #17iris #1gabrielle #19gabrielle #20lexie #10 et freddy #3eddie #4rhett #2gabrielle #21mila #4 et gabrielle #22elijah #1otto #2 et gabrielle #23gabrielle #24jacob #1gabrielle #25

rps abandonnés:


AVATAR : Matthew Daddario
CRÉDITS : cristalline (avatar) anaphore (code signature) Mapartche (dessin channing) loonywaltz (userbars)
DC :  
PSEUDO : eternalia, astre
Femme (elle)
INSCRIT LE : 27/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t35209-cafe-noir-channing https://www.30yearsstillyoung.com/t35307-des-bleus-a-l-ame-channing https://www.30yearsstillyoung.com/t35936-channing-walker https://www.30yearsstillyoung.com/t35934-channing-walker

(elijah #3) never thought we'd be there Empty
Message(#) Sujet: (elijah #3) never thought we'd be there (elijah #3) never thought we'd be there EmptyMer 20 Juil 2022 - 20:07



never thought we'd be there

@Elijah Walker et Channing
fin juillet
Rééducation jour un. Ses tissus se sont suffisamment resserrés, son état est stable, et à force de persévérance et de respect du protocole, les médecins ont autorisé l'héritier à sortir de son lit. À voir autre chose que les murs de la pièce dans laquelle il est enfermé depuis plus d'un mois, et qui commence à torturer son esprit plus que de raison. Prudemment, évidemment, jamais seul et jamais plus longtemps que quelques minutes pour les premières séances, mais il pouvait passer à l'étape suivante. Celle qui serait douloureuse et pénible, lente et fastidieuse, et qui malgré la prévenance des médecins allait dépasser tous ses pronostics.

S’asseoir sur le fauteuil roulant que l’on pousse jusqu’à la salle de rééducation est la première étape. et déjà, la prise de conscience s’amorce. Son corps est raide, faible, ses jambes ne supportent plus son poids et pire encore, se sentir aussi diminué dans une chaise roulante dans laquelle on l’aide à s’installer porte le coup de grâce à son moral. Une infirmière l’emmène jusqu’à l’étage de soins, compatissante et souriante, et ayant pour rôle de patienter avec lui jusqu’à l’arrivée du kinésithérapeute qui va prendre sa relève. et alors qu’ils arpentent les couloirs en silence, l’héritier prend conscience que le reste de l’hôpital n’est pas plus chaleureux que sa chambre. Les murs sont tous plus pâles les uns que les autres, les blouses des médecins toutes les mêmes à quelques exceptions près, et bien vite le maigre espoir qu’il nourrissait de parvenir à retrouver un soupçon de courage en sortant de sa chambre s'amenuise jusqu’à disparaître.

Il ne leur faut que quelques minutes pour atteindre la salle dans laquelle il est censé réapprendre à mobiliser son corps, et alors que la demoiselle arrête le fauteuil peu après qu’ils soient entrés, son regard croise un miroir sur un pan de mur. Situé en face de ce qu’il devine être des barres d’appuis, l’image de la pièce s’y reflète et la sienne également. Déglutir lui est difficile alors que ses yeux glissent vaguement sur sa personne, puis se détournent sans pouvoir supporter davantage ce à quoi ils assistent. La vitesse à laquelle son état s'est dégradé en quelques semaines est spectaculaire. Ses muscles ont fondu, ses cheveux sont déjà légèrement trop longs, son teint est particulièrement blanc et prendre conscience sans les draps pour couvrir son corps qu'il n'est plus que l'ombre de lui-même lui fait un choc. et même si le grand brun a la chance d'être bien entouré et d'avoir pour l'épauler du personnel compétent et patient, il n’est pas sûr d’être assez fort pour une telle épreuve. Remarcher normalement lui prendrait des mois, peut-être des années si toutefois il y parvenait un jour. Remuscler son corps serait un travail long et pénible, et réapprendre à l’aimer le serait plus encore. « Bonjour Channing. » Son prénom le ramène à lui, et lorsqu’il tourne la tête celui qu’il déduit être son kiné s’approche avec ce même sourire que tous les autres membres du St Vincent. Celui compatissant, chaleureux et qui ne l’encourage qu’à se tendre quand la pitié n’est jamais cachée bien loin derrière toute cette mascarade. L’homme fait signe à l’infirmière de prendre congé, et le relais est pris pour ce qu’il craint d’être une heure interminable.

et elle l’est. Interminable, douloureuse, drainante, et alors que son médecin et lui se retrouvent à même le sol après des étirements, Channing ferme les yeux. Il sent son sang pulser dans ses jambes, ses bras tremblent alors qu’il les a à peine sollicités, et sa main se lève pour empêcher celle du kiné de se poser sur son épaule. Il n’a pas besoin de la pitié de l’autre, et son visage froid et fermé est tout aussi dissuasif que ce geste qu’il a à l’encontre de l'autre. Alors, faute de pouvoir lui frotter le dos, le médecin lui adresse des mots pour dédramatiser la situation. et lui ne l’écoute que d’une oreille en cherchant à deviner le nombre de patients auquel l'homme a déjà tenu ce discours. Combien d’entre eux étaient parvenus à remarcher, combien l'avaient cru, combien avaient tenu le coup. Ses yeux s'égarent dans le vide, et il frissonne désagréablement à l’entente des paroles suivantes. « Vous allez y arriver. Donnez-vous du temps. » À l'aube de la quarantaine, célibataire et sans enfant, à la tête de l'empire immobilier le plus puissant du pays, Channing n’avait pas le temps.

Finalement, la séance se termine et on raccompagne l’héritier jusqu’à sa chambre. On l’aide à s’y réinstaller, chose qui lui donne envie de vomir tant son état le répugne, et on lui accorde enfin un peu de temps en seul à seul. Du moins, c’est ce qu’il pensait avant qu’on ne toque à sa porte, et si l’idée de devoir être poli auprès d’un énième docteur lui fait échapper un souffle triste, son regard noisette se fait toutefois étrangement doux en rencontrant celui bleu de son frère. Il n’irait pas jusqu’à dire être heureux de le voir, il est trop tôt pour ça, mais est définitivement soulagé de voir une paire de jeans et des baskets au milieu de tout ce blanc. « Elijah. » le salue t’il avant de détourner le regard pour réajuster une couverture afin de mieux cacher sa jambe, se reportant sur lui par la suite. Il aurait préféré être seul, mais est toutefois reconnaissant à ce coup du hasard que son frère soit celui à pointer le bout de son nez plutôt que Gabrielle ou même Lexie. Apparaître aussi ridicule et mal en point devant les brunes lui tord le coeur, et il juge Elijah plus à même de supporter la scène à laquelle il assiste sans se sentir obligé de sourire bêtement. « J’aimerais dire que je suis heureux de te voir mais je mentirais. » souffle t’il d’une voix qui n’est ni venimeuse ni amusée, plutôt simple et plate alors que son regard parcourt celui de son frère. Il n’est enjoué à l’idée de voir personne, que cela en plaise ou non à ses proches qui ont bien compris que cela n’était rien de personnel. « Comment ça se passe au Walker Group ? » demande-t-il après une brève pause, tendant attentivement l’oreille. Il a envie de se changer les idées, de parler d’autre chose que de l’état lamentable dans lequel il se trouve, et Elijah lui offre l’opportunité parfaite. L’aîné est aux commandes depuis son accident, et même s’il sait que son frère est assez intelligent pour ne pas mener l’entreprise familiale à sa perte en quelques semaines, il ne peut lui en vouloir de prendre quelques nouvelles.
 
rainmaker


 
     harsh words

soft hands     
ANAPHORE

(elijah #3) never thought we'd be there 5n8cnjvx

(elijah #3) never thought we'd be there 7ens88hz (elijah #3) never thought we'd be there D93hxuty
(elijah #3) never thought we'd be there 133089928:
Revenir en haut Aller en bas
Elijah Walker
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 37 ans (04/01/1985)
SURNOM : eli, simple et efficace
STATUT : indépendant sentimental, la fin de l’histoire est toujours la même. c’est ce qu’il se dit plutôt que d’envisager la possibilité d’une exception, pas vraiment prêt à retenter l’expérience
MÉTIER : architecte au sein du Walker Group, l’ironie ne fait pas rire son petit frère - pour le moment. chargé du cours de Recherche en Environnement et Durabilité à la faculté d'architecture de l'université du Queensland.
LOGEMENT : un penthouse lumineux à Spring Hill, qu’il partage avec son chat siamois Zelda - ou plutôt dans lequel il est autorisé à rester tant qu’il n’oublie pas de remplir sa gamelle
(elijah #3) never thought we'd be there Tumblr_inline_o4kfqka9TH1rfmocr_250
POSTS : 109 POINTS : 225

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : né à Brisbane, il a sillonné les plus belles régions du globe une fois sa majorité atteinte puis s’est installé à New York avant de revenir dans la ville qui l’a vu grandir fin 2021 ✵ aîné de la fratrie Walker ✵ architecte depuis plus de dix ans, il excelle dans son travail ✵ un passé riche d’excès en tous genres, le seul vice ayant persisté au travers des années étant la cigarette ✵ (trop) honnête, il préfère une vérité blessante à un mensonge confortable ✵ très sociable, doué avec les mots et le sourire facile, sa façade s’effondre lorsque l'interaction devient trop réelle
RPs EN COURS :
(elijah #3) never thought we'd be there Dde90ac573cd439b74630bdbccc2f187d0ac8e1c
ELING ✵ we don't talk much, not anymore. broken bottles and slammin' doors, but we still care about each other, say we care about each other. i know life took us far away, but I still dream 'bout the good old days. when we took care of each other, we were livin' for each other.

(elijah #3) never thought we'd be there Tumblr_n7u6gesRNW1qbr4j2o6_250
ELEXIE ✵ feels like we’re on the edge right now. i wish that i could say i’m proud, i’m sorry that i let you down. all these voices in my head get loud, i wish that i could shut them out. i’m sorry that i let you down.

(elijah #3) never thought we'd be there C9d7ce3b82c69a90e1aa236de0a97e6f6bbe75ee
ELETT ✵ boy, when I left you, you were young, i was gone, but not my love. i want you to be happy, free to run, get dizzy on caffeine, funny friends that make you laugh. i know you'll feel the ghost of some memories so warm.

(elijah #3) never thought we'd be there Giphy
ELIYA ✵ yes my love, i confess to you - i am only here to break your heart in two. the very flower you chose that day, its only task was to decay. indeed, it's wrong to keep you near me. one could call me cruel and deceiving, but in your sacred air i am full of light - your loving arms are the true delight.


RPs TERMINÉS : elila #1channing #1mila #1elila #2zoya #1

AVATAR : Henry Cavill
CRÉDITS : dorystick pour l'avatar, dory tout court pour le reste
DC : aucun
Femme (elle)
INSCRIT LE : 18/04/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t44193-survival-of-the-fittest-eli https://www.30yearsstillyoung.com/t44486-elijah-king-of-the-clouds

(elijah #3) never thought we'd be there Empty
Message(#) Sujet: Re: (elijah #3) never thought we'd be there (elijah #3) never thought we'd be there EmptyDim 24 Juil 2022 - 17:46





( Never thought we'd be there )
@CHANNING WALKER & ELIJAH WALKER


( 19 juin 2022 ) C’est assez perplexe, et considérablement inquiet, qu’Eli avait décroché son téléphone en voyant le nom de son frère s’afficher à l’écran alors que la nuit était déjà bien avancée. Craignant une urgence qui justifierait un appel aussi tardif, Eli fut toutefois vite rassuré sur ce point-là en entendant la voix traînante de son frère retentir dans ses oreilles, indiquant que celui-ci devait être passablement imbibé et que c’était davantage ses états d’âme qu’un cas de force majeure qui avaient motivé l’appel téléphonique. Il déchanta cependant rapidement lorsque vint s’écraser contre ses oreilles incrédules un déferlement de colère, de reproches et de sarcasmes à son encontre, motivés apparemment par les opinions qu’Eli avait précédemment émises au sujet de la relation qu’entretenait son frère avec une dénommée Gabrielle, avec qui la situation, à en juger le discours décousu mais intense de Chan, semblait battre de l’aile. Lorsque les propos colériques vinrent se faire pratiquement insultants, Eli s’était contenté d’annoncer qu’il mettait fin à la conversation, avant de joindre le geste à la parole et de raccrocher, perplexe mais pas énervé pour autant, et décidé à tirer la situation au clair lorsque la lumière du jour serait à nouveau au rendez-vous.

( 20 juin 2022 ) Tirer la situation au clair, oui, mais… C’était sans compter la persistance de la mauvaise humeur de Chan, qu’Eli avait mise de manière erronée sur le compte de l’alcool. Lorsque l’aîné des Walker vint rendre visite à son frère, un sachet de viennoiseries à la main dans le but de l’aider à éponger l’alcool ingurgité la veille, ce dernier lui réserva un accueil pour le moins glacial. Les esprits ne tardèrent cependant pas à s’échauffer, au gré d’une joute verbale dont, à ce jour, Eli serait toujours incapable d’expliquer la cause précise. Mais, même sans cette dernière, les mots n’en avaient pas moins été proférés – et ils avaient été aussi durs que blessants. Alors que pleuvaient de la part de son cadet les mêmes reproches que ceux qu’il entendait en boucle depuis sept mois, indépendamment de tous les efforts qu’il avait fournis pour réparer les torts qu’il avait pu causer, et qui ne semblaient décidément pas compter pour un sou, Eli, pour la première fois depuis son retour, perdit à son tour son calme d’ordinaire olympien. Pour la première fois depuis son retour, il répondit aux accusations qu’on lui balançait par autre chose que des excuses, troquant la position humble à laquelle il s’était curieusement habituée ces derniers temps contre un ton défensif, osant enfin se justifier face à certains des reproches qu’il ne cessait d’entendre. Et, pour la première fois depuis son retour, Eli haussa à son tour le ton face à son frère, rompant ainsi l’image du grand frère à la sérénité à toute épreuve. Grand mal lui en prit, cependant – car face à cette perte de sang-froid, le ton de Channing ne devint que plus véhément, jusqu’à atteindre un point culminant d’agressivité, qu’Eli n’avait pas vu venir. « Mais arrête de faire comme si t’étais mon frère ! Tu l’es plus, ça fait vingt ans que tu l’as plus été. » Ces propos eurent l’effet d’une douche froide, et Eli retrouva instantanément son calme, bien que ce dernier fût teinté de colère autant que de peine. « Je vais y aller, Chan – j’ai pas envie de poursuivre cette conversation. Reviens me voir quand tu seras calmé. » Il s’était aussitôt levé et avait pris la porte sans demander son reste, ni sans un regard en arrière – bien loin de se douter combien il risquait de perdre à tout jamais son frère sur ces dernières paroles.

( 21 juin 2022 ) C’est dans un brouhaha d’allers et venues des proches et des médecins qu’Eli, comme déconnecté, contemplait son petit frère, assis dans le fauteuil qui faisait face au lit d’hôpital de ce dernier. Il avait envie de pleurer toutes les larmes de son corps, bouleversé par ce que venaient de traverser tant Channing que Lexie, mais il se refusait à céder – il était indispensable pour lui de rester fort et inébranlable, tant pour lui que pour les autres, à la façon d’un phare qui ne faiblissait pas en pleine tempête. Lorsqu’il était seul, il s’autorisait parfois à laisser s’évanouir l’éternel sourire optimiste que l’on lui connaissait si bien, et la terreur venait s’emparer à nouveau de ses entrailles.

( 22 juin 2022 ) Profitant des quelques minutes où il se retrouva seul avec son frère, toujours profondément endormi, dans la chambre d’hôpital de ce dernier, Eli fut pris d’un besoin impérieux de communication avec son cadet, autrement qu’en lui murmurant des paroles angoissées en lui tenant la main. C’est assez naturellement qu’il lui vint l’idée de s’enregistrer, et, à son grand soulagement, il n’eut pas trop de difficulté à esquisser son sourire le plus éclatant en dépit de l’inquiétude qui brillait, maladroitement camouflée, dans ses prunelles turquoise, dès que démarra l’enregistrement vidéo. « Salut, mon grand… Ça fait deux jours que tu dors, et le temps devient long sans toi, tu sais ? Je vais pas te mentir, ces deux jours ont été bien merdiques – je pense qu’il y a même pas de mots qui pourraient exactement décrire à quel point. Mais on s’accroche, et on t’attend. Ne t’en fais pas, je veille sur notre Lexie – elle ne manquera de rien en attendant le retour de son frère préféré. » L’aisance lui vint en parlant, et il poursuivit quelques instants supplémentaires son petit laïus dominé par des notes d’espoir et d’encouragement, où ne perçait nullement l’angoisse glaçante qui titillait à bas bruit chacun de ses sens. Lorsqu’il eut fini de parler, il n’hésita pas longtemps avant d’envoyer la vidéo à son frère, dont le téléphone vibra paresseusement à côté de lui. Ce fut la première d’une série de vidéos quotidiennes, qu’Eli continuerait à enregistrer jusqu’au réveil de son petit frère.

( 23 juin 2022 ) « Salut, mon grand – alors, toujours pas décidé à nous faire l’honneur de ta présence, à ce que je vois ? Tu devais être une rockstar dans une vie antérieure, à te faire désirer comme ça… J’ai rencontré ta fameuse Gabrielle, bon, c’était pas les circonstances idéales pour faire connaissance, tu t’en doutes… Mais je peux te dire que t’as bon goût – encore que ça m’étonne pas, ça doit être de famille », plaisanta Eli en adressant l’un de ses fameux clins d’œil à la caméra, le ton toujours aussi joyeux en dépit de combien les interactions avec ladite Gabrielle, brèves mais lourdes de sens, avaient été déchirantes. « C’est qu’elle t’aime, en tout cas… Impossible de la déloger d’ici, je suis sûr qu’elle planterait sa tente dans le parking de l’hôpital si on lui interdisait de rester ici – je la connais pas, mais on dirait bien que tu t’es dégoté une sacrée perle. »

( 24 juin 2022 ) « Salut, mon grand. J’aurais presque voulu être à ta place, aujourd’hui… Je te dis pas la dispute que je viens d’avoir avec maman. Elle est totalement déconnectée, enfin, je t’apprends rien. Elle veut maintenir son gala d’hiver à la con, et elle veut que je sois là pour rEpRésEnTeR lA fAmiLlE… Tenir un discours devant cinq cent connards pour leur demander leur fric… Comme si j’avais la tête à ça – déjà que j’ai jamais eu la tête à ça, mais alors là, maintenant, je pense pas qu’il y aurait pu y avoir de pire moment. Tu m’as pas dit que je signais pour ça, quand tu m’as fait venir au Walker Group… Je suis sûr que tu dois bien ricaner de m’imaginer dans cette posture – tu m’en devras une, c’est moi qui te le dis. »

( 25 juin 2022 ) « Salut, mon grand… Alors, c’est quand que tu vas te réveiller ? Ça a assez duré comme ça, tu penses pas ? » Eli n’avait plus la force de prendre ce ton enjoué et optimiste, tandis que l’espoir de voir se réveiller son petit frère se faisait de plus en plus mince, en dépit du courage qu’il aurait voulu continuer à avoir. Il avait les traits tirés, le teint pâle, le visage émacié tant il ne parvenait plus à manger convenablement, faute de place dans un estomac continuellement tordu par l’appréhension d’entendre tomber une terrible nouvelle. Eli soupira, se passant une main sur le visage en s’exhortant au calme, ses yeux bleus se mettant à briller, suggérant sans équivoque le chagrin qui menaçait de le submerger à chaque instant. « On a besoin de toi, Chan… J’ai besoin de toi. Ça peut pas se finir comme ça… On a encore tellement de choses à vivre ensemble, toi et moi. Si tu savais comme je regrette d’être parti… de ne pas avoir profité de tout le temps que j’aurais pu passer à tes côtés. Je suis tellement désolé, tu sais ? Je te l’ai dit un million de fois, mais tu sais pas combien c’est vrai. Tu sais pas combien je t’aime, combien tu comptes. Combien j’ai besoin que tu sois dans ma vie… » Ses yeux se firent rougis, tandis que la pudeur cédait enfin à tous les sentiments dissimulés pendant tant de temps. Gonflant les joues, Eli souffla longuement, recomposant tant bien que mal une contenance qui devenait plus difficile que jamais à garder, et qui ne put empêcher une larme de couler le long de sa joue mal rasée. « Je compte sur toi, petit frère. Je sais que tu peux le faire. On t’attend de pied ferme… On bougera pas jusqu’au jour où tu ouvriras les yeux. » Même si ce jour risque de ne jamais arriver…

( 26 juin 2022 ) « Salut, mon grand. Aujourd’hui est un nouveau jour plein d’espoir, tu m’excuseras d’avoir un peu perdu les pédales, hier. Je ne sais pas si ça va te donner un peu plus envie de te réveiller, mais il faut que tu saches qu’ils ont l’air d’avoir mis toutes les plus jolies infirmières de corvée pour tes beaux yeux. Je croyais que c’était une légende, mais c’est vrai, on se croirait à la télé. Je sais, c’est pas très 2022 et je te promets qu’il n’y a personne pour entendre ce que je suis en train de dire – à part toi, bien sûr. Je suis sûr que tu aurais apprécié le spectacle. T’as plus qu’à te réveiller pour voir par toi-même de quoi je parle. »

( 27 juin 2022 ) Le hasard aura bien fait les choses, diront certains. Eli, quant à lui, maintiendra toujours mordicus que c’était son invitation à contempler les jolies infirmières du service qui aura eu raison du coma de Chan. Il n’aura toutefois jamais eu l’occasion d’en faire la blague – trop pudique pour évoquer les vlogs qu’il avait tout naturellement envoyés alors que Chan était endormi, mais dont la mention devenait plus délicate maintenant qu’il était réveillé, et que leurs anciennes tensions venaient obstruer sa propension à verbaliser ses sentiments à l’égard de son petit frère. Cela ne l’avait pas empêché à continuer à lui rendre quotidiennement visite, arborant un sourire bienveillant et complice dans l’espoir de voir se dérider celui qui avait échappé de peu à la mort, et dont la rééducation s’annonçait au moins aussi douloureuse que la semaine qu’il avait passée entre la vie et la mort.

( un mois plus tard ) Comme à son habitude, Eli avait pris le chemin vers l’hôpital dès la fin de sa journée de travail, afin de rendre visite à un Chan dont l’humeur semblait inversement proportionnelle à son état physique. Ces derniers jours, il l’avait connu de plus en plus bougon, de plus en plus contrarié de voir que sa revalidation n’avançait pas aussi vite qu’il ne l’aurait voulu. Tout en se rendant disponible si jamais Chan voulait s’épancher sur ses états d’âme –ce qu’il se refusait toujours farouchement à faire–, Eli avait opté pour cette légèreté caractéristique dont il avait l’habitude de faire preuve afin de lui changer les idées. Il avait, depuis le réveil de son cadet, évité comme la peste les conversations profondes, peu désireux de l’accabler avec des discussions susceptibles de lui faire perdre le peu de moral qu’il parvenait encore à garder. Pourtant, ils en avaient, des choses à déballer. Mais, tout égoïste qu’il pouvait l’être, Eli avait bien conscience que le moment n’était pas venu de les aborder, et il mettait quotidiennement un point d’honneur à faire de son mieux pour que ses visites allègent un tant soit peu le quotidien déjà difficilement supportable de son petit frère.

C’est avec douceur qu’il s’introduisit dans la chambre de Channing après avoir reçu le feu vert des infirmières, qui l’informèrent qu’il venait de rentrer de sa première séance de kinésithérapie. Il fut peiné de voir l’état d’accablement qui se lisait sur le visage de son cadet, mais n’en laissa rien remarquer, conservant son indémodable sourire à la fois enjoué et réconfortant. « Merde, et moi qui espérais t’avoir manqué », répondit-il sans se départir de son expression joviale à la réplique pourtant peu engageante de Channing. Il prit place aux côtés de son frère, dégageant ces ondes positives qui pouvaient presque devenir agaçantes tant elles étaient authentiques. « Le Walker Group ? J’ai conclu un accord de vente avec une firme taïwanaise, ils nous ont garanti qu’ils ne licencieraient presque personne après la reprise. » Un sourire mutin se dessina sur ses lèvres pour démentir sa plaisanterie, mais il ne tarda pas trop avant de rectifier, soucieux de ne pas trop mettre les nerfs de Channing à rude épreuve. « Ça se passe bien, t’en fais pas. Je me fais chier tous les jours dans des réunions à n’en plus finir. Je peux te dire que j’ai jamais été aussi content d’avoir échappé aussi longtemps à ton poste, et que j’ai jamais eu aussi hâte que tu reviennes au boulot. J’ai jamais vu des gens aussi chiants que ce putain de comité d’administration », affirma-t-il avec ce sourire témoin de son aversion des responsabilités. « Tiens, j’ai réussi à faire un peu de contrebande à l’entrée, si jamais tu veux te changer les idées », annonça-t-il avec un clin d’œil, avant de tirer deux bières glacées de sa mallette en cuir, et d’en tendre une à Chan.



( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
Channing Walker
Channing Walker
l'ironie du sacrifice
l'ironie du sacrifice
Voir le profil de l'utilisateur
(elijah #3) never thought we'd be there 7vHkInU ÂGE : trente cinq ans (26.08.1986)
SURNOM : chan en général, souvent monsieur Walker ou Walker tout court
STATUT : il lui a avoué qu'il l'aimait, ose à peine la regarder dans les yeux depuis
MÉTIER : héritier et président-directeur général du Walker Group, entreprise de renom dans le domaine de l'immobilier
LOGEMENT : de retour au 216 beachcrest road, à bayside. il ne veut plus en sortir, si ce n'est pour s'enfuir à l'étranger ou aller faire un tour sur son voilier
(elijah #3) never thought we'd be there K0dm
POSTS : 2059 POINTS : 310

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : un grave accident de moto en juin 2022 l'a plongé une semaine dans le coma, il est en rémission depuis › il est né et a toujours vécu à Brisbane, même s'il voyage beaucoup › il est gourmand, excellent cuisinier › il a un tempérament calme et diplomate › il participe depuis 2006 à des courses illégales au coeur de Brisbane, un vieux démon dont il a du mal à se débarasser › il est trilingue (anglais, français et italien) › il a un tatouage « 007 » en bas du dos, un souvenir de soirée quand il avait 22 ans › il adore le bon vin et le whisky › il a un voilier au port de la ville
RPs EN COURS :
(elijah #3) never thought we'd be there 1pfp
CHANELLE › your precious heart, can't watch it break, so i close my eyes while you walk away. can i have a second chance ? can i have another dance ? can i start another life with you ? when i wake up in a haze and i haven't slept in days, you're a thousand miles away with such a lonely heart.

#1#2#3#4#5#6#7#8#9#10#11#12#13#14#15#16#17#18#19#20#21#22#23#24#25

(elijah #3) never thought we'd be there Pbbq
LEXIE › and i know that you need someone to make it through. days like this i need it too, i'll take care of you. and honey, you'll take care of me too. so if you ever feel like fallin' through, yeah, i'll take care of you.

(elijah #3) never thought we'd be there Mjjh
ELIJAH › we don't talk much, not anymore. broken bottles and slammin' doors, but we still care about each other, say we care about each other. i know life took us far away, but i still dream 'bout the good old days. when we took care of each other, we were livin' for each other.

(elijah #3) never thought we'd be there Gdgu
WALKIE › we've taken different paths and traveled different roads, i know we'll always end up on the same one when we're old. if i was dying on my knees, you would be the one to rescue me. and if you were drowned at sea, i'd give you my lungs so you could breathe. i've got you, brother.

(elijah #3) never thought we'd be there G0yt
CHANNIRIS › little ghost, you're listening, unlike most you don't miss a thing. you see the truth, i walk the halls invisibly. i climb the walls, no one sees me, no one but you. oh little ghost, you see the pain, but together we can make something beautiful. so take my hand and perfectly, we fill the gaps, you and me make three. iwas meant for you, and you for me.

(elijah #3) never thought we'd be there Axz2
MERING › you gave all that sweat and blood, now you think you're gonna drown. you can't tell that you're bigger than the sea that you're sinking in, and you don't know what you got. but you got it at your fingertips. when the lights go out and leave you standing in the dark, no one ever told you this would be so hard. i know you think your fire is burning out, but I still see you shining through. you got it in you.

(elijah #3) never thought we'd be there 47tq
HARTER › insane, inside the danger gets me high. can't help myself got secrets i can't tell. i love the smell of gasoline, i light the match to taste the heat. i've always liked to play with fire. hot blood, these veins. my pleasure is their pain. i love to watch the castles burn, these golden ashes turn to dirt.


RPs EN ATTENTE :
(elijah #3) never thought we'd be there 0pkf

RPs TERMINÉS : (2020) elizabeth #1dani #1caelan #1raphaellexie #1clyde #1dani #2eddie #1

(2021) elizabeth #2dani #3elizabeth #3caelan #2dani au #4danika #1primrose #1dani #5lexie #3eddie #2victoria #1hayden #1dani #6dani #7elizabeth #4clyde #2 et lexie #2danika #2dani #9garett #1gabrielle #1gabrielle #2gabrielle au #3lexie #4gabrielle #4hunter #1james #1danika #3gabrielle #6nicky #1lexie #5adriana #1freddy #1gabrielle au #8eddie au #3gabrielle #7gala de charitégabrielle #5elizabeth #5danika #4sergio #1jezabel #1michaela #1gabrielle#12lexie #6caelan #5 et gabrielle #9ashley #1otto #1caelan #4gabrielle #10gabrielle #13

(2022) lexie #7gabrielle #11jordan #1hunter #2lawrence #1danika #5deklan #1deklan #2gaïa #2zoya #1elizabeth #6rhett #1lexie #9gabrielle #16freddy #2lexie #8 et noah #1mila #1gabrielle #14mitchell #1 et gabrielle #17iris #1gabrielle #19gabrielle #20lexie #10 et freddy #3eddie #4rhett #2gabrielle #21mila #4 et gabrielle #22elijah #1otto #2 et gabrielle #23gabrielle #24jacob #1gabrielle #25

rps abandonnés:


AVATAR : Matthew Daddario
CRÉDITS : cristalline (avatar) anaphore (code signature) Mapartche (dessin channing) loonywaltz (userbars)
DC :  
PSEUDO : eternalia, astre
Femme (elle)
INSCRIT LE : 27/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t35209-cafe-noir-channing https://www.30yearsstillyoung.com/t35307-des-bleus-a-l-ame-channing https://www.30yearsstillyoung.com/t35936-channing-walker https://www.30yearsstillyoung.com/t35934-channing-walker

(elijah #3) never thought we'd be there Empty
Message(#) Sujet: Re: (elijah #3) never thought we'd be there (elijah #3) never thought we'd be there EmptyVen 29 Juil 2022 - 17:33



never thought we'd be there

@Elijah Walker et Channing
fin juillet
20 juin 2022 L'alcool qui lui avait tenu compagnie la veille ne s'était pas évaporé de son système en quelques heures de sommeil seulement, et inévitablement Channing avait la tête lourde comme du plomb en se réveillant au petit matin. Il ne buvait que rarement seul, se connaissait assez pour savoir que sans quelqu'un avec qui tenir une conversation sa main avait tendance à se faire généreuse pour maintenir ses verres à flot, mais Elijah avait été une excuse suffisante pour dérober à ses principes. Le goût de whisky toujours sur la langue, l'héritier enfonce sa tête dans l'oreiller en grommelant contre lui-même, se remémorant peu à peu les évènements de la nuit et notamment sa conversation avec son frère qu'il avait appelé entre deux verres - ou bouteilles, à ce stade. L'aîné l'avait fait sortir de ses gongs en abordant le sujet sensible de la californienne un peu plus tôt, prétendant avoir son mot à dire sur cette relation qu'il entretenait avec Gabrielle, et il n'en avait pas fallu beaucoup plus pour que le brun se saisisse de l'occasion afin de dire quelques vérités à celui qui avait fui à l'autre bout du monde sans un regard en arrière. Ses doigts avaient donc composé son numéro sur le pavé tactile de son portable, sa voix traînante appelant son nom au travers du combiné et les mots coulant avec une facilité surprenante une fois la connexion établie. Il n'était pourtant pas le genre impulsif, sanguin ou blessant, mais avec environ deux grammes d'alcool dans chaque bras et vingt ans de reproches à partager, la donne avait été différente. et maintenant qu'il se retrouvait seul avec sa gueule de bois et ses regrets, se rendormir lui semblait être la meilleure chose à faire pour ne pas aggraver son cas. Il ne regrettait pas d'avoir insulté son aîné, a probablement besoin de le faire à un moment ou à un autre pour pouvoir définitivement tourner la page - s'il y parvenait un jour, mais regrettait en revanche qu'ils en soient arrivés là. Qu'ils n'aient plus rien d'autre à partager que des insultes, que Channing n'ait plus rien d'autre à lui dire excepté à quel point il le haïssait d'être parti quand lui et Lexie étaient les deux seules personnes sur qui il avait toujours pensé pouvoir compter. Il avait eu tord.

et au moment où ses paupières se referment et qu'il semble prêt, d'un moment à un autre, à sombrer à nouveau, le son distinctif d'une personne qui sonne à sa porte l'arrache à son sommeil tant convoité. Channing expire un râlement - qui s'apparente davantage à un grognement tant l'héritier s'apparente plus à un ours ayant mal dormi qu'un fils prodige, avant de trouver la force de se lever. Avec un peu de chance, il ne s'agit que du facteur et son sommeil ne sera reporter que de quelques minutes. Avec un peu de chance... mais il en manque cruellement en découvrant son frère, un sachet de ce qu'il devine être des viennoiseries à la main, debout devant sa porte avec un sourire sur les lèvres. misère. Elijah entre sans vraiment lui laisser le temps de l'inviter à le faire, et aussi simplement que cela les étincelles de la veille se rallument alors qu'il referme la porte sur son passage. Tous les croissants du monde ne peuvent racheter une conduite à l'aîné des Walker, et sa tentative d'apaiser les choses ne fait que les envenimer alors que le brun n'est pas enchanté le moins du monde à l'idée de le voir. Il lui manque, il lui manque tellement que sa vue lui est insupportable quand trop de détails chez lui lui rappellent inlassablement son grand frère qu'il aimait plus que tout. Celui avec qui il tenait la barre sur le bateau de Richard, celui qui les entraînait en dehors du manoir familial Lexie et lui lorsqu'il avait quelque chose d'important à leur montrer - soit l'adorable chat errant du quartier à qui la fratrie avait donné un nom et pour qui ils dérobaient toutes les boites de thon du cellier. Son regard bleu lui est trop familier, son éternel optimisme trop dur à supporter, et toutes ces choses font que Channing est aussi heureux que irrité par sa présence qu'il préfère repousser plutôt que de prendre le risque d'aimer à nouveau. C'est plus facile, plus prudent, mais l'autre s'acharne et complique les choses en l'obligeant ainsi à ne lui laisser d'autre choix que de le blesser à chaque fois un peu plus. et c'est ce qu'il fait, une nouvelle fois, vociférant quelques atrocités à son égard en espérant que cela le fasse partir, continuant jusqu'à lui faire perdre son calme olympien qu'il pensait pourtant impénétrable. « Je vais y aller, Chan – j’ai pas envie de poursuivre cette conversation. Reviens me voir quand tu seras calmé. » Il respire d'une manière audible, son visage contracté par la rancœur et sa poitrine se soulevant au même rythme que le sang qui pulse anormalement fort dans ses veines, dommage collatéral de cet énervement dont il subit les conséquences après l'avoir créé. « C'est ça, pars Elijah. C'est ce que tu fais de mieux. » crache t'il avec douleur autant que venin, se levant à son tour et se détournant pour abandonner son frère au milieu de son salon et retourner faire la seule chose que lui est apte à faire aujourd'hui : dormir.

fin juillet S'il avait su ce qui l'attendait. S'il avait su que sortir sa moto ce maudit soir du vingt juin lui ferait faire un aller-retour dans les ténèbres, s'il avait su qu'une jambe pouvait se déchirer et se briser en autant de points et de façons différentes. S'il avait accéléré un peu plus ou un peu moins à ce feu rouge, s'il n'avait pas doublé autant de voiture en remontant en inter file, s'il avait pu éviter ce tocard d'italien. si. Mais il n'avait rien fait de tout ça, s'était fait prendre comme une biche au milieu d'une paire de phares et avait virevolté dans les airs avant de s'écraser contre le macadam et d'y laisser une partie de lui. Il regrettait, regrettait de ne pas avoir pu éviter le pire, regrettait plus encore d'être alité dans ce lit et de dépendre des différents membres du personnel du St Vincent pour survivre. Vivoter, continuer de respirer, cela faisait plus d'un mois à présent qu'il ne vivait plus mais se contentait d'exister et cela lui pesait bien plus qu'il ne l'avouerait à personne à voix haute. Il n'avait après tout pas le droit de protester, pas vrai ? Les médecins lui répétaient à longueur de journée qu'il était un véritable miracle, ses proches le cajolaient à la moindre occasion et ses jours n'étaient plus en danger. Mais qu'est-ce qui pouvait bien faire croire à tous ces gens que cela suffisait ? Consommer de l'oxygène, occuper une place sur cette Terre, exister : cela n'avait jamais été ce à quoi se résumait sa vie. Sa vie, Channing l'avait toujours vécue à deux cent kilomètre heure. Il l'avait passée à sillonner les plus belles villes du monde, au volant des plus belles supercars, à assister à des fêtes toutes plus somptueuses les unes que les autres, à consommer tout ce qui attirait son regard, à sourire pour les tabloïds tant que cela lui assurait un avenir serein : un dans lequel le Monde était à sa portée. Dans lequel tout méritait d'être vécu, dans lequel il pouvait forger des souvenirs indélébiles et s'entourer des personnes qu'il aimait en ayant à se soucier uniquement de l'empire de l'immobilier dont il devait faire prospérer le nom. Là avait été sa seule règle, et il n'y avait jamais dérogé.

Il n'avait jamais fait d'écart, avait rarement été égoïste - en se réservant la dernière part de son propre gâteau d'anniversaire, par exemple. Il avait toujours tout fait pour arrondir les angles et permettre à ses proches de s'épanouir, et voilà que la vie le remerciait pour ses services en le clouant ici. En le confrontant à ses démons et à ses plus grandes peurs, en ne lui permettant de ne faire rien d'autre que ruminer et regarder en boucle les vlogs envoyés par son frère durant son sommeil prolongé. Il ne crachait pas sur les visites de ses proches, encore moins sur celles de Gabrielle qui étaient bien plus importantes qu'il ne lui laissait croire, mais ces petites choses peinaient à le maintenir à la surface. Combien de fois avait-il regardé ces vidéos où l'air aussi idiot que irréel de son frère faisait se bousculer en lui trop de sentiments pour qu'il puisse tous les décrire ? À plusieurs reprises, Channing s'était demandé ce à quoi ces vidéos journalières auraient pu ressembler s'il était resté dans le coma plus longtemps. S'il ne s'était réveillé que d'ici un mois ou deux, peut-être même des années. Elijah aurait-il continué de parler à la caméra ? L'aurait-il vu se transformer, vidéo après vidéo - car il les aurait toutes regardé, peu importe leur nombre ? Aurait-il continué ou aurait-il perdu espoir, disparaissant du jour au lendemain comme peut être certains de ses proches qui auraient accepté au fil du temps de lui dire aurevoir ? Qui se serait tenu à son chevet si, deux ans plus tard - en partant du principe que personne ne l'aurait débranché, ses paupières s'étaient ouvertes sur ce foutu plafond pâle ? La question était aussi sérieuse que terrifiante tant l'idée de découvrir que tous l'avaient abandonné le tétanisait au plus profond de son être.

Mais en une semaine, personne ne semblait l'avoir abandonné. et contre toute attente, son aîné avait envoyé chaque jour à une heure similaire une vidéo de lui-même parlant au bord de son lit, à la façon dont on entretiendrait un journal de bord. Elijah lui avait partagé des anecdotes, parlant tantôt des responsabilités du Walker Group que des jolies infirmières qui s'assuraient de le garder en vie, se laissant déborder à une seule reprise en ce curieux jour du vingt-cinq juin. « Salut, mon grand… Alors, c’est quand que tu vas te réveiller ? Ça a assez duré comme ça, tu penses pas ? » Oh, Channing pourrait citer avant lui les moindres mots qui s'apprêtent à sortir de ses lèvres. Mimer les moindres de ses expressions faciales, reproduire à la perfection ce sourire triste sans même avoir à faire trop d'effort pour y parvenir. Elijah se tenait juste là, à côté de lui, et le décor sur lequel se découpe sa silhouette demeure encore aujourd'hui sensiblement le même. Le volume de la vidéo considérablement bas pour permettre à l'héritier de tendre l'oreille vers le couloir dans le cas où quelqu'un viendrait à l'interrompre, ses yeux naviguent avec attention sur le visage de son frère tandis qu'il poursuit. « On a besoin de toi, Chan… J’ai besoin de toi. Ça peut pas se finir comme ça… On a encore tellement de choses à vivre ensemble, toi et moi. Si tu savais comme je regrette d’être parti… de ne pas avoir profité de tout le temps que j’aurais pu passer à tes côtés. Je suis tellement désolé, tu sais ? Je te l’ai dit un million de fois, mais tu sais pas combien c’est vrai. Tu sais pas combien je t’aime, combien tu comptes. Combien j’ai besoin que tu sois dans ma vie… » Sa gorge se serre de la même façon qu'à la première écoute, et ses sourcils s'affaissent tristement. Pensait-il, en enregistrant ces quelques confessions, qu'il serait un jour en mesure de les entendre ? Ou craignait-il de parler dans le vide, se donnant ainsi le courage d'aller au bout de ces vidéos et de les lui envoyer ? L'héritier souhaitait sincèrement parler à coeur ouvert avec lui, avoir la force de lui pardonner son absence et le serrer dans les bras jusqu'à l'entendre se plaindre et lui demander de le lâcher. Il désirait franchir ce cap autant qu'il s'en savait incapable pour l'heure, mais Channing avait bon espoir que son frère daigne patienter le temps nécessaire quand Lexie et lui l'avaient - inconsciemment bien sûr, attendu deux décennies durant. « Je compte sur toi, petit frère. Je sais que tu peux le faire. On t’attend de pied ferme… On bougera pas jusqu’au jour où tu ouvriras les yeux. » et ils n'avaient pas bougé. Ils avaient bien été là, tous les deux, à l'attendre avec leurs sourires soulagés et leurs yeux larmoyants. et Channing les aimait plus que tout au monde pour ça - entre autres.

aujourd'hui Le vent s'engouffre quasi silencieusement dans la porte de sa chambre, et alors qu'il vient tout juste de se réinstaller dans son lit son regard se tourne vers celui qui fait son apparition. Elijah et son éternel sourire viennent perturber son chagrin, et peut-être que l'héritier ravale d'ores et déjà un souffle las alors qu'il se sait bien assez fatigué sans avoir besoin de tenir tête à son frère et à sa bonne humeur - bien que rien ne l'y oblige. Les draps réajustés honteusement sur son corps meurtri par une chute qu'il n'oubliera jamais, ses yeux noisettes croisent ceux azurs de son aîné et de premiers mots franchissent la barrière de ses lèvres. Jamais trop chaleureux - signe qu'il ne va pas ni moins bien ni mieux que la veille, jamais trop venimeux pour autant. Mais las, terriblement plats et dénudés de toute énergie, alors que l'arrière de son crâne s'enfonce progressivement dans l'oreiller sous la fatigue. « Merde, et moi qui espérais t’avoir manqué » C'est qu'il le ferait presque désespérément rire à ne pas se défaire de son air jovial alors qu'il sait aussi bien que lui qu'il n'est qu'une mascarade. Mais l'héritier doit bien lui accorder cela : il est coriace. Ses lèvres se plissent brièvement entre elles, comme s'il excusait son manque de bonne humeur face à sa présence, bien qu'il ne se mette pas à faire l'effort de sourire. « On en est pas encore là. » remarque t'il avant de poursuivre, l'interrogeant sans lui laisser le temps de se lamenter sur son sort comment se porte le Walker Group. Comment va l'entreprise familiale, à quel point la presse dramatise les faits le concernant, et comment lui parvient à s'en sortir au milieu de ce qu'il a toujours détesté avec passion : l'administration et les responsabilités. Il faut dire qu'il s'agit là d'une des rares satisfactions qu'il tire de cette situation, si ce n'est la seule. Imaginer Elijah au beau milieu de tous ces idiots en costume, à garder les yeux ouverts et à tendre l'oreille durant des réunions interminables, parvient courageusement à étirer ses lèvres. Lui ayant toujours eu horreur de ces choses se retrouve seul à devoir les gérer, et Channing mentirait en prétendant ne pas rire en imaginant la scène depuis son lit d'hôpital. « Le Walker Group ? » « Oui, la boîte d'immobilier que tu diriges à tes heures perdues en attendant mon retour ? » « J’ai conclu un accord de vente avec une firme taïwanaise, ils nous ont garanti qu’ils ne licencieraient presque personne après la reprise. » Son visage prend une expression agréablement surprise, ses sourcils se réhaussant en redonnant ainsi à son regard un peu de vie. Loin d'éviter au navire de s'écraser dans un flanc de colline, Elijah concluait des accords ? Il l'écoute poursuivre avec attention, lui laissant tout le loisir de sourire de son air niais et complice qui apporte un peu de chaleur dans cette pièce en ayant cruellement besoin. « Ça se passe bien, t’en fais pas. Je me fais chier tous les jours dans des réunions à n’en plus finir. Je peux te dire que j’ai jamais été aussi content d’avoir échappé aussi longtemps à ton poste, et que j’ai jamais eu aussi hâte que tu reviennes au boulot. J’ai jamais vu des gens aussi chiants que ce putain de comité d’administration » Voilà qui ressemble bien plus à un debrief digne de son aîné, et ses sourcils reprennent leur place initiale tandis qu'un sourire profite d'un peu de distraction pour étirer péniblement les courbes de sa bouche. Oui, l'imaginer regarder par les baies vitrées des salles de réunion avec l'envie de s'en jeter l'amuse doucement. Elijah n'avait jamais été fait pour ça, et s'il lui en voulait profondément d'être parti en catimini à la première occasion, Channing savait toutefois qu'il n'aurait jamais pu prendre sa place même s'il avait voulu le faire par principe. « Ne fais pas cette tête, je sais que tu t'amuses comme un petit fou. Tu dois bien t'entendre avec Mila, qui plus est. » souffle t'il en abaissant distraitement son regard sur sa mallette de cuir abordant une drôle de forme, soupçonnant cette dernière de ne pas contenir uniquement des dossiers. Il redresse le regard vers celui de son frère, penchant curieusement la tête une seconde sans avoir besoin de formuler son interrogation à voix haute : voilà que le pirate sort de son tonneau deux bières glacées qui arrachent un regard courroucé au cadet. « Tiens, j’ai réussi à faire un peu de contrebande à l’entrée, si jamais tu veux te changer les idées » Ses iris noisettes se redressent vers les siennes indigo, et ses lèvres s'entrouvrent sans qu'aucun son n'en sorte immédiatement. « Tu veux m'achever ? » lui demande t'il d'un air tout à fait sérieux, et la prise irréfléchie de son aîné lui provoque un rire sifflé tant Elijah n'a cesse de le surprendre. Les substances médicamenteuses qui coulent dans ses veines sont incompatibles avec le trophée qu'il lui propose, mais l'effort l'amuse sincèrement. Le brun secoue la tête d'un air perceptiblement amusé, marquant une pause pour permettre à son frère de réaliser, avant qu'il ne poursuive. « Si tu veux me faire plaisir, je suis cruellement en manque de chocolat. » suggère t'il en haussant légèrement les épaules, l'air innocent. Pas que cela soit très bon non plus, mais disons que cela est moins mauvais qu'une bière et qu'il y prendrait plus de plaisir. Son regard ayant retrouvé celui de son frère, il guette la moindre réaction venant de sa part, se faisant à nouveau silencieux.
 
rainmaker


 
     harsh words

soft hands     
ANAPHORE

(elijah #3) never thought we'd be there 5n8cnjvx

(elijah #3) never thought we'd be there 7ens88hz (elijah #3) never thought we'd be there D93hxuty
(elijah #3) never thought we'd be there 133089928:
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(elijah #3) never thought we'd be there Empty
Message(#) Sujet: Re: (elijah #3) never thought we'd be there (elijah #3) never thought we'd be there Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(elijah #3) never thought we'd be there

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: st vincent's hospital
-