AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
Black Friday FUNKO POP : 2 achetés =2 offerts
Voir le deal

 (flora) drawing out the line

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kieran Halstead
Kieran Halstead
les cicatrices de la mémoire
les cicatrices de la mémoire
Voir le profil de l'utilisateur
(flora) drawing out the line IAeu3cF ÂGE : trente-trois (14.07). on évite le sujet, merci.
SURNOM : agnes par sa soeur, « kiki » par les autres (couché, grrrrhhhh).
STATUT : célibataire, refuse d’imposer son fardeau à quiconque. promis, il a essayé de s’aimer ; il n’y est pas parvenu.
MÉTIER : illustrateur (fauché) en freelance et prof (dépité) d’arts visuels, en arrêt maladie.
LOGEMENT : il occupe actuellement une chambre dans le service psychiatrique de l’hôpital st-vincent.
(flora) drawing out the line Tumblr_psm6uzdIBF1si63peo1_r1_400
POSTS : 2528 POINTS : 0

TW IN RP : dépression, pensées suicidaires, tentative de suicide, relation toxique, maltraitance, abus physiques et psychologiques, harcèlement scolaire, dépréciation, troubles anxieux, distorsion corporelle, mention d'agression physique (j'adapte mes rps au besoin, contactez-moi ♡).
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : placé en foyer, très proche de la dernière famille qui s’est occupée de lui ≈ souffre néanmoins de cette absence d’identité propre ≈ réservé, maladroit, optimiste, vit dans un monde imaginaire ≈ a quitté sa fiancée il y a deux ans, soulagé malgré sa phobie de la solitude ≈ essaie de reprendre confiance en lui, de renouer avec ses proches, de retrouver sa place ≈ préfère la compagnie des pop et des jeux vidéo aux humains ≈ du talent au bout des doigts, aucune motivation d’en faire quelque chose ≈ trop mou, trop paresseux, trop paumé ≈ a fait une tentative de suicide fin novembre 2022.
CODE COULEUR : kieran bafouille en rosybrown.
RPs EN COURS : (flora) drawing out the line 6ba4a5983331b5e0b9e48b855e9d42773eb917bb
#8 , #9 & ua #2 (married) ⊹ cause i killed someone for you. you have to understand that the one i killed is me. changing what i was for what you wanted me to be, i followed your direction, did everything you asked. i hope that makes you happy, cause there's just no turning back. would you love me more if i killed someone for you?

(flora) drawing out the line 279f4c0ba307ff09f22c4b110fad4aa457d4934e
spencer #3 ⊹ i've been begging, hope you're listening. i've done my wrongs but i'm someone different.

(flora) drawing out the line Nhc1JWP
halloway #2 (fb) ⊹ i sat alone, in bed till the morning, i'm crying, "they're coming for me" and i tried to hold these secrets inside me, my mind's like a deadly disease.

(flora) drawing out the line Tumblr_nwa28cKVWY1qdjmcko6_250
hally #10 ⊹ mess me up, yeah, but no one does it better, there's nothin' better, that's just the way you make me feel.

(flora) drawing out the line F957192ad20d19e0a13644a235f140c1a90de80d
ally ⊹ oh, if i can take something to make me feel better than i'm feeling now and everything else will work itself out.

(16/06 - bon on va attendre 2023 pour les bonnes résolutions, hein)laila #2eliot #2birdie #2 & jordan #2jessalyn #2caitriona #2florayarajudealbane #1archie #4

(flora) drawing out the line Giphy
miran ⊹ if i was dying on my knees, you would be the one to rescue me and if you were drowned at sea, i'd give you my lungs so you could breathe.

RPs EN ATTENTE : andrew #2 › louisa #2 › primrose #2 › greta #1
RPs TERMINÉS : (flora) drawing out the line MokPW9e
(flora) drawing out the line 8978
kieyer ⊹ close your eyes and think of me and soon i will be there to brighten up even your darkest night. you just call out my name and you know wherever i am i'll come running, to see you again.

(2001) ichabod (2015) laila #1autumn #1raphael #2 (2016) archie #1autumn #4 (2017)archie #2 (2019) reese #1archie #3 hannahkeith (2020) sawyer #1andrew #1dylane #1eve #1raphael #1jessalyn (+ sawyer)eve #3ivy #4ivy #5lucia #1birdieprojet xelias #6eve #4ilariamolly #1hannah #2anastasiadylane #2ava #2halsey #2eve #5raphael #3raphael #4clyde #1lenamolly #2sawyer #2 (2021) ivy #6ivy #7peterjordan raphael #5anastasia #2 & raphael #6eve #6raphael #7sawyer #3ichabod #2ally #1eleonor eliotautumn #2may #1 › › lena #2louisa #1ezracaitrionaautumn #3raphael #8spencer #1ottoautumn #5owen #1aleisha #1 (2022) raphael #9may #2primrose #1autumn #6ivy #8autumn #7spencer #2aleisha #2

autumn ua #1 (slasher)jina #1 (zombie)jina #2 (zombie)lena #2 (hunger games)

abandonnés
hannah (ua)miramavihalseylexcalista sashaelias #7 & ava #1fionarheareeseava #3ellisonrhea 2.0ally #2averyclyde #2olivermichaela (fb)noreenmurphy (ua)carlylena #2 (hunger games)ninasawyer #4

(flora) drawing out the line Kx4f
RACE OF AUSTRALIA
lancementelias #1birdie & eliasjacob & eliasivy #1grace, isaac & eliassienna, gregory & eliassujet communivy #2eve #2élimination s1lancement s2elias #2ivy #3sienna #1elias #3suite s2elias #4elias #5team grisy
AVATAR : dan cutie pie smith.
CRÉDITS : ladyfame ♡ (ava), aslongitsrealforyou (gifs), cham, harley, bleeding_light & mandown (crackships), loonywaltz (ub).
DC : finnley coverdale, alfie maslow & maisie moriarty.
PSEUDO : leave.
INSCRIT LE : 01/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29377- https://www.30yearsstillyoung.com/t29503- https://www.30yearsstillyoung.com/t29523- https://www.30yearsstillyoung.com/t30784-kieran-halstead

(flora) drawing out the line Empty
Message(#) Sujet: (flora) drawing out the line (flora) drawing out the line EmptyDim 4 Sep - 23:31



@FLORA CONSTANTINE & KIERAN HALSTEAD ⊹⊹⊹ Pulling at the line, No compass threads the needle through, Looks like I got my hooks in you And you got yours too. (c) emmacarstairs.

Sa main gauche soigneusement posée sur la table de manière à dissimuler ce que gribouille la droite sur une fine serviette en papier blanc, Kieran ponctue ses coups de stylo de regards à droite, puis à gauche, à intervalles réguliers afin de s’assurer que personne ne se préoccupe de sa présence. Volontairement attablé à la minuscule table contre le mur du fond, à l’écart de toute source de lumière et de distraction, qui fait d’elle une paria parmi les autres emplacements disponibles (mais qui fait aussi de cette table sa préférée pour les mêmes raisons), il sursaute dès qu’une silhouette s’approche d’un peu trop près. Lorsqu’un regard croise le sien, c’est un sourire à peine forcé qu’il affiche, de ceux qui invite à passer son chemin plutôt que de se montrer curieux quand à ce qu’il fabrique de son côté. Kieran a l’air d’un criminel, à agir de la sorte. Oh, je sais ce que vous vous dites, que son prénom ne peut pas être associé à un terme aussi péjoratif et vous avez probablement raison. Son principal fait d’arme reste de n’avoir jamais osé se dénoncer quand il a eu la merveilleuse idée de donner sa moitié d’orange (les fruits, un enfant, vous voyez le problème) au hamster de compagnie de sa classe de Middle School, et que celui-ci avait eu le droit à un aller (avec retour, heureusement) chez le vétérinaire. Les faits avaient été suffisamment graves pour que le jeune garçon n’en dorme pas pendant des jours et mette beaucoup de cœur à se faire pardonner par l’animal en question, ce qui n’avait pas été un grand succès puisque la bestiole n’en avait pas grand-chose à faire de lui, bon. À l’âge adulte, la liste de ses méfaits ne s’est pas beaucoup plus développée et le simple fait de mettre à la poubelle un emballage de yaourt en carton suffit à lui causer des sueurs froides – alors vous imaginez bien qu’il n’est pas en train d’élaborer un plan de domination qui nécessite de mettre le monde à feu et à sang. Pour autant, si l’on était dans l’un de ces films qu’il se fait toujours dans sa tête, Kieran aurait tout du principal suspect de par son attitude qui ne laisse rien présager de bon ; mais que vous soyez rassurés, notre protagoniste n’a rien d’autre à cacher qu’un gribouillage qui n’a pourtant rien de compromettant. Mais peu satisfait par ce brouillon, le trentenaire chiffonne la feuille avant de la glisser dans sa poche où elle rejoint deux autres camarades ayant subi le même sort. C’est drôle, car je n’ai pourtant pas souvenir que vous ayez statué d’une règle explicite qui impose de laisser sur la table sa première œuvre sans se donner le droit de recommencer en cas d’insatisfaction, mais bon, hein. C’est pas comme si ça me surprenait qu’il mette des barrières là où il n’y en a aucune, juste parce que Kieran dicte sa vie en fonction de règles et qu’il en a besoin. Mais dans sa tête (et je peux vous dire que, là-haut, c’est un sacré bordel que je renonce de plus en plus à organiser) ne pas laisser son dessin tel qu’il l’a fait en premier lieu enlève un peu de la spontanéité de cette étrange relation nouée avec... il ne sait même pas qui en réalité.

Si vous voulez tout savoir, il ne pensait pas que ses gribouillages pouvaient intéresser qui que ce soit. Ils ne visaient personne, d’ailleurs. Ce n’était qu’un réflexe, à l’origine, celui qui l’accompagne au quotidien, celui qui vise à s’évader par le biais de la créativité pour oublier sa solitude, qui est d’autant plus visible lorsqu’il vient ici, seul, et que le silence qui entoure sa table contraste avec les discussions animées et les rires sincères qu’il entend tout autour de lui. Alors il avait pris cette habitude pour se sentir moins isolé, quand bien même la compagnie n’avait pas grand-chose de réel. Jusqu’à ce qu’elle le devienne, jusqu’à ce que ses brouillons laissés sur la table et qu’il supposait être bons pour la poubelle trouvent des réponses et que cette communication, si vieux jeu pour leur époque, se mette en place. Depuis, il ne manque jamais de faire un détour par le DBD, que ce soit avant ou après son travail, pour suivre cette correspondance qu’il a instaurée malgré lui et qu’il prend plaisir à rédiger – dessiner. Et certains vous diront peut-être que la manière de faire est triste ; que dans une société qui prône l’instantané et la visibilité ça n’a aucun sens d’agir de la sorte, entre des dessins ponctuels et un anonymat garanti. Et peut-être que ce n’est pas faux, peut-être qu’un jour la curiosité sera telle que Kieran regrettera de ne pas savoir avec qui il entretient ces discussions particulières, mais pour l’heure c’est loin d’être sa priorité et c’est également loin d’être la mienne. Parce que ça fait des semaines qu’il n’a pas pris autant de plaisir à une activité et que l’inconnu a du bon, aussi, quand il peut vendre la facette de lui qu’il désire.

Parce qu’il passe de nombreux aspects sous silence durant cette correspondance, se contentant de ce qu’il veut bien révéler sans prendre le risque que ça ne lui explose à la figure. Aujourd’hui ne fait pas exception à la règle quand il gribouille sa dernière mésaventure en date et que celle-ci n’a rien à voir avec une quelconque hospitalisation, des traumatismes dont il n’arrive pas à se débarrasser ou le retour d’un ex qu’il n’arrive pas à oublier. Non, il dresse son portrait – plus avantageux, s’ajoutant quelques muscles l’air de rien et un sourire plus net que la timide grimace qu’il arrive à offrir en temps normal – se baladant dans une rue qu’il agrémente de pavés et d’arbres pour l’imager un peu plus. L’histoire se raconte en plusieurs schémas est sur le suivant, la silhouette fait tomber son porte-monnaie à terre sans s’en apercevoir. Ce n’est qu’au gribouillage suivant qu’il dessine la panique qui a été la sienne quand il s’est rendu compte de sa perte, ses mains ayant retournés l’intérieur de sa poche de pantalon et ses sourcils désormais froncés. Une bulle au niveau de son visage reproduit grossièrement la devanture du café, aux côtés de laquelle il dessine une tasse de café ainsi que quelques points d’interrogation pour traduire de son hésitation à se rendre ici avec les quelques dollars en liquide qu’il possède encore. Enfin, la devanture n’a plus rien d’une simple idée et tout de quelque chose concret quand il se crayonne en train de franchir le seuil de la porte puis qu’il reproduit cette petite table où il a ses habitudes ; cette fois-ci la bulle qui traduit de sa pensée affiche le distributeur de serviettes qu’il a pris le réflexe de fouiller dès qu’il s’asseye, traduction maladroite du petit plaisir que cette visite représente – et il accentue le tout en insistant sur le sourire aux lèvres du bonhomme censé le représenter, et la brillance dans les yeux de celui-ci quand il découvre une serviette qui dénote des autres, sa récompense après cette mauvaise journée. Une sorte de déclaration, dans un sens ; il ne sait seulement pas à qui elle s’adresse.



:l: :

Revenir en haut Aller en bas
Flora Constantine
Flora Constantine
le coeur fragile
le coeur fragile
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt neuf ans (02.02.1993)
SURNOM : don't say it
STATUT : célibataire, terrifiée à l'idée d'être prise pour une idiote. l'amour l'effraie, elle préfère le fuir pour s'éviter de quelconques désillusions
MÉTIER : joli minois à tout faire chez Weatherton, elle est également barmaid et serveuse au Death Before Decaf - oui, cirer des chaussures et courir d'un showroom à l'autre n'est pas suffisant pour payer son loyer et les soins de son père
LOGEMENT : au #03 james street à fortitude valley, le nom de la rue est un pur hasard c'est promis. elle partage cet appartement avec Millie, des cochonneries entassées dans les placards et de précieux rouleaux de tissus dans un coin du salon
(flora) drawing out the line 23c3f7a1a779765768634e67509cd96199d615aa
POSTS : 137 POINTS : 0

TW IN RP : ptsd, achluophobie, maladie, deuil, mention d'overdose, d'addiction et de drogues
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : née à Sydney, elle vit à Brisbane depuis ses six ans › terrible cuisinière, elle mange toutes les cochonneries qui lui tombent sous la main › elle ne sait pas nager › elle a développé une peur phobique de l'obscurité suite à un accident de voiture › artiste, elle passe des heures à dessiner tous les jours › elle adore les animaux, peu importe qu'ils soient mignons ou non › maladroite, deux pieds gauches et un sourire innocent pour s'excuser d'avoir renversé votre café › elle rêve de voyages et d'évasion › très douce, grande enfant
CODE COULEUR : #7380B5
RPs EN COURS :

(flora) drawing out the line 2e5v
ELIORA › you still know of dawn, but you always return. when you hid under my black wings, they couldn't have protected you from anything. once in flight they would have let go. you would have once again wound up below. only broken, indeed, its wrong to keep you near me. one could call me cruel and deceiving, but in your sacred air i am full of light.

(flora) drawing out the line 68lg
WEATHERTINE › under the surface, you don't know what you'll find until it's your time. no second chances but all we can do is try. i made up my mind. i can't see you but i hear your call. baby, hold on now, we're going home. if we make it or we don't, we won't be alone. if you're waiting all your life, you won't ever go. when I see your light shine, i know i'm home.

(flora) drawing out the line Anui
AURA › i see the wires pulling while you're breathing. you knew you had a reason, it killed you like diseases. i can hear it in your voice while you're speaking, you can't be treated. mr know-it-all, had his reigns and his fall. at least that is what his brain his telling all.

(flora) drawing out the line C5oq
CARL › so no one told you life was gonna be this way, your job's a joke, you're broke, your love life's doa. it's like you're always stuck in second gear, when it hasn't been your day, your week, your month or even your year. but i'll be there for you, 'cause you're there for me too.

RPs EN ATTENTE :
(flora) drawing out the line P5kx

RPs TERMINÉS : (2022) auden #1ambrose #1(event) défilé weathertonelijah #1millie #1
AVATAR : emma watson
CRÉDITS : dracarys (avatar) astra (signature) loonywaltz (userbars)
DC : channing walker (ft. matthew daddario)
PSEUDO : eternalia, astre (amandine)
Femme (elle)
INSCRIT LE : 15/08/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t45755-we-accept-the-love-we-think-we-deserve-flora https://www.30yearsstillyoung.com/t45768-flora-what-lies-beneath-the-surface https://www.30yearsstillyoung.com/t45770-flora-constantine

(flora) drawing out the line Empty
Message(#) Sujet: Re: (flora) drawing out the line (flora) drawing out the line EmptyMer 28 Sep - 17:42


drawing out the line
Un chiffon humide à la main, son tablier noué à la taille, Flora entreprend de préparer l'ouverture du café comme elle a pris l'habitude de le faire depuis quelques années maintenant. Logan City s'éveille, les commerces du quartier également, les pigeons bruyants habitant Brisbane depuis bien plus longtemps qu'elle sont aussi de la partie, et ces petits détails parmi d'autres contribuent à donner vie à une routine qu'elle se plaît à retrouver. L'odeur de café chaud, le ronronnement des broyeuses à grains, le fleuriste de la rue d'en-face qui lève son bras pour la saluer, ces moments sont aussi minimes que confortables et la brune regagne l'intérieur de la boutique d'un pas léger avec un sourire l'étant tout autant. Elle n'est pas attendue aux locaux de Weatherton aujourd'hui, occupe ici un service de jour en tant que serveuse, et l'idée de frotter des verres en se contenant de servir quelques chocolats et cafés la met de bonne humeur. La brune est éternellement reconnaissante à James de l'accueillir dans ses rangs, mais son compteur de pas s'affole chaque jour qu'elle passe aux ateliers à Spring Hill, et parfois un peu de calme et de simplicité lui permettent de se retrouver. Ses heures ici sont presque du repos en comparaison à celles qu'elle passe dans le centre-ville - pas que les autres soient du domaine de la corvée. bien au contraire, mais simplement plus éreintantes.

Elle regagne l'intérieur du café après avoir agencé la terasse, et ses yeux noisette balayent la boutique d'un air satisfait. Les premiers clients peuvent désormais arriver d'une minute à l'autre, et la brune marque une pause avant de gagner l'arrière du bar. La petite table à l'écart des autres, celle prisée des discrets et travailleurs, manque de son distributeur de serviettes. et pour cause. Flora l'a mis de côté, comme tous les matins, pour pouvoir en rafraîchir le stock et surtout s'accorder quelques minutes afin de trouver la serviette parmi les autres. Elle est incapable de statuer avec certitude quand ce petit jeu s'est installé entre elle et l'inconnu, et elle sait pourtant que s'il venait à disparaître elle en serait affectée. Le jeu ou l'inconnu, peut-être les deux. Il est celui l'ayant initié, inconsciemment très certainement, elle celle ayant saisi un stylo et un support similaire pour entamer une réponse à ses dessins. Leurs coups de crayons sont aussi différents que similaires, et la demoiselle avait été trop chagrinée à l'idée de jeter la serviette personnalisée parmi celles usagées sans lui accorder un minimum d'importance. Alors elle l'avait mise de côté, elle et celles ayant suivies, les empilant soigneusement dans son casier de l'arrière boutique. Pourquoi faire me direz vous ? Elle-même l'ignore, mais sait-on jamais. et c'est avec le même état d'esprit qu'elle parcourt le dessin lui ayant été laissé la veille, le mettant de côté avant de faire sortir la mine d'un vulgaire stylo bille et de griffonner à son tour en profitant du calme de début de journée.

Ils ont appris, d'une certaine façon, à se connaître au travers de leurs gribouillages. L'étranger est conscient de ses capacités quasi nulles à cuisiner, de sa maladresse coûtant au DBD plusieurs verres et tasses à l'année, de ses mésaventures de transport - le vélo qui déraille, le bus qu'elle poursuit en courant, la voiture qui ne démarre pas. Il sait aussi qu'elle supporte mal ce client particulièrement petit et ingrat, celui qu'elle schématise régulièrement sur leurs serviettes en accentuant les traits sévères de son visage et ses manières dramatiques. Il sait sur elle autant de détails inutiles sur son quotidien qu'elle peut bien avoir à lui en partager, et la réciproque est vraie à sa manière. et pourtant, Flora ignore jusqu'à son prénom. Contrairement à lui, elle a pourtant l'avantage de jouer à domicile - ainsi, elle peut surveiller les clients s'asseyant à cette table et essayer de deviner derrière lequel de ces visages d'habitués se cache son habitué à elle. Elle a déjà fait quelques tentatives, apportant les commandes à table et jetant un oeil discret à la recherche d'un stylo ou d'une serviette sortie de son logement, mais toutes jusque lors se sont soldées par de tristes échecs. Pas que la Constantine insiste plus que de raison, aussi curieuse que confortable quant à cet anonymat, se plaisant à s'imaginer en s'attardant sur certains clients que celui-ci soit l'artiste derrière ces échanges. Son stylo gratte la surface du papier tandis que ses pensées s'égarent, et la brunette entreprend de répondre à cette perte de portefeuille par une grise mine où elle se schématise d'un air concerné, soucieuse quant à savoir si l'étui de cuir avait été retrouvé depuis. Pour les quelques billets s'y trouvant, évidemment, mais aussi et surtout pour les papiers d'identité très certainement perdus par la même occasion et plus contraignants à réobtenir. Elle donne vie à une bulle de parole, questionnant l'individu quant à son bien retrouvé ou non, puis griffonne sur le schéma suivant une réponse fidèle à la réalité quant à son enjouement à fouiller le distributeur. Ces petites conversations lui tiennent visiblement à coeur, et Flora s'applique à lui faire comprendre que la réciproque est vraie. Elle s'invente une démarche guillerette en allant se quérir du distributeur en fin de journée, le ramenant en sécurité dans son casier - voyez la ressemblance avec le voyou qui griffonne quelque chose de tout à fait confidentiel sur sa serviette, protégeant des curieux son dessin avec son bras. Puis, sur un dernier schéma avant de devoir se concentrer sur son travail, la brune entreprend de dessiner les courbes élégantes du chat de son quartier venu lui faire les yeux doux ce matin sur son balcon. Amoureuse des félins mais n'ayant pas la chance d'avoir le sien, Flora n'hésite pas à se saisir d'un stylo bille rouge pour teindre ses joues à la vue de l'animal. On la voit ensuite se saisir d'une petite assiette débordante de croquettes, qu'elle offre au félin faisant le dos rond avant d'entreprendre de déguster son petit déjeuner. et après un câlin sous-entendu par les poils qu'elle ajoute sur ses vêtements dans la suite du dessin, la brune quitte son domicile.
 
rainmaker



    
my love i confess to you ☽i am only here to break your heart in two, the very flower you chose that day. i only warned you with a lowered voice, be wary of my river's undertow, it flows with water from the coldest source.

(flora) drawing out the line V3vr
Revenir en haut Aller en bas
Kieran Halstead
Kieran Halstead
les cicatrices de la mémoire
les cicatrices de la mémoire
Voir le profil de l'utilisateur
(flora) drawing out the line IAeu3cF ÂGE : trente-trois (14.07). on évite le sujet, merci.
SURNOM : agnes par sa soeur, « kiki » par les autres (couché, grrrrhhhh).
STATUT : célibataire, refuse d’imposer son fardeau à quiconque. promis, il a essayé de s’aimer ; il n’y est pas parvenu.
MÉTIER : illustrateur (fauché) en freelance et prof (dépité) d’arts visuels, en arrêt maladie.
LOGEMENT : il occupe actuellement une chambre dans le service psychiatrique de l’hôpital st-vincent.
(flora) drawing out the line Tumblr_psm6uzdIBF1si63peo1_r1_400
POSTS : 2528 POINTS : 0

TW IN RP : dépression, pensées suicidaires, tentative de suicide, relation toxique, maltraitance, abus physiques et psychologiques, harcèlement scolaire, dépréciation, troubles anxieux, distorsion corporelle, mention d'agression physique (j'adapte mes rps au besoin, contactez-moi ♡).
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : placé en foyer, très proche de la dernière famille qui s’est occupée de lui ≈ souffre néanmoins de cette absence d’identité propre ≈ réservé, maladroit, optimiste, vit dans un monde imaginaire ≈ a quitté sa fiancée il y a deux ans, soulagé malgré sa phobie de la solitude ≈ essaie de reprendre confiance en lui, de renouer avec ses proches, de retrouver sa place ≈ préfère la compagnie des pop et des jeux vidéo aux humains ≈ du talent au bout des doigts, aucune motivation d’en faire quelque chose ≈ trop mou, trop paresseux, trop paumé ≈ a fait une tentative de suicide fin novembre 2022.
CODE COULEUR : kieran bafouille en rosybrown.
RPs EN COURS : (flora) drawing out the line 6ba4a5983331b5e0b9e48b855e9d42773eb917bb
#8 , #9 & ua #2 (married) ⊹ cause i killed someone for you. you have to understand that the one i killed is me. changing what i was for what you wanted me to be, i followed your direction, did everything you asked. i hope that makes you happy, cause there's just no turning back. would you love me more if i killed someone for you?

(flora) drawing out the line 279f4c0ba307ff09f22c4b110fad4aa457d4934e
spencer #3 ⊹ i've been begging, hope you're listening. i've done my wrongs but i'm someone different.

(flora) drawing out the line Nhc1JWP
halloway #2 (fb) ⊹ i sat alone, in bed till the morning, i'm crying, "they're coming for me" and i tried to hold these secrets inside me, my mind's like a deadly disease.

(flora) drawing out the line Tumblr_nwa28cKVWY1qdjmcko6_250
hally #10 ⊹ mess me up, yeah, but no one does it better, there's nothin' better, that's just the way you make me feel.

(flora) drawing out the line F957192ad20d19e0a13644a235f140c1a90de80d
ally ⊹ oh, if i can take something to make me feel better than i'm feeling now and everything else will work itself out.

(16/06 - bon on va attendre 2023 pour les bonnes résolutions, hein)laila #2eliot #2birdie #2 & jordan #2jessalyn #2caitriona #2florayarajudealbane #1archie #4

(flora) drawing out the line Giphy
miran ⊹ if i was dying on my knees, you would be the one to rescue me and if you were drowned at sea, i'd give you my lungs so you could breathe.

RPs EN ATTENTE : andrew #2 › louisa #2 › primrose #2 › greta #1
RPs TERMINÉS : (flora) drawing out the line MokPW9e
(flora) drawing out the line 8978
kieyer ⊹ close your eyes and think of me and soon i will be there to brighten up even your darkest night. you just call out my name and you know wherever i am i'll come running, to see you again.

(2001) ichabod (2015) laila #1autumn #1raphael #2 (2016) archie #1autumn #4 (2017)archie #2 (2019) reese #1archie #3 hannahkeith (2020) sawyer #1andrew #1dylane #1eve #1raphael #1jessalyn (+ sawyer)eve #3ivy #4ivy #5lucia #1birdieprojet xelias #6eve #4ilariamolly #1hannah #2anastasiadylane #2ava #2halsey #2eve #5raphael #3raphael #4clyde #1lenamolly #2sawyer #2 (2021) ivy #6ivy #7peterjordan raphael #5anastasia #2 & raphael #6eve #6raphael #7sawyer #3ichabod #2ally #1eleonor eliotautumn #2may #1 › › lena #2louisa #1ezracaitrionaautumn #3raphael #8spencer #1ottoautumn #5owen #1aleisha #1 (2022) raphael #9may #2primrose #1autumn #6ivy #8autumn #7spencer #2aleisha #2

autumn ua #1 (slasher)jina #1 (zombie)jina #2 (zombie)lena #2 (hunger games)

abandonnés
hannah (ua)miramavihalseylexcalista sashaelias #7 & ava #1fionarheareeseava #3ellisonrhea 2.0ally #2averyclyde #2olivermichaela (fb)noreenmurphy (ua)carlylena #2 (hunger games)ninasawyer #4

(flora) drawing out the line Kx4f
RACE OF AUSTRALIA
lancementelias #1birdie & eliasjacob & eliasivy #1grace, isaac & eliassienna, gregory & eliassujet communivy #2eve #2élimination s1lancement s2elias #2ivy #3sienna #1elias #3suite s2elias #4elias #5team grisy
AVATAR : dan cutie pie smith.
CRÉDITS : ladyfame ♡ (ava), aslongitsrealforyou (gifs), cham, harley, bleeding_light & mandown (crackships), loonywaltz (ub).
DC : finnley coverdale, alfie maslow & maisie moriarty.
PSEUDO : leave.
INSCRIT LE : 01/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29377- https://www.30yearsstillyoung.com/t29503- https://www.30yearsstillyoung.com/t29523- https://www.30yearsstillyoung.com/t30784-kieran-halstead

(flora) drawing out the line Empty
Message(#) Sujet: Re: (flora) drawing out the line (flora) drawing out the line EmptyLun 10 Oct - 22:29



J’aurais préféré qu’il s’attelle à un projet plus concret qu’une correspondance épistolaire ; mais j’imagine qu’après des mois de page blanche, je ne peux pas me plaindre de la créativité dont Kieran fait preuve, quand bien même celle-ci ne s’exprime pas de la manière dont je l’aurais voulu. Le projet de comics repoussé à plus tard, je vais me contenter d’apprécier l’attention qu’il porte à ses traits ; là où il aurait pu se contenter de gribouiller avec son stylo sans se soucier de prendre soin des détails. Mais il fait attention, Kieran, concentré sur ce bout de serviette qui ne rend pas son coup de stylo plus précis, tentant de fournir une œuvre travaillée, même si elle s’adresse à une inconnue. Ce fait aurait été suffisant pour qu’il ne s’encombre pas de la pression du travail bien fait ; mais si je connais Kieran comme étant prédisposé à la flemmardise, le domaine de l’Art est bien le seul où il ne se permet pas ce trait de caractère. Elle le sait de par les schémas qu’il lui a déjà laissés, mais aussi par ce qu’il a bien voulu mettre en image, donnant des indications sur sa personnalité hésitante, peu sûre d’elle et, parfois, totalement paumée. C’est probablement parce qu’il ne la connait pas qu’il s’est laissé à gribouiller des insécurités qui transparent de lui et qu’il tente pourtant toujours de masquer pour se donner un meilleur genre ; parce que personne n’aime s’approcher d’un type qui bafouille dès qu’on lui pose une question et pour lequel chaque décision relève d’une bataille avec lui-même pouvant durant de longues minutes, voire des heures. C’est parce qu’il n’a aucune autre obligation envers elle que ses dessins que Kieran s’ose parfois à donner des indications sur sa personne ; et jusqu’ici il a plutôt bien fait puisque celles-ci n’ont pas été suffisantes pour percer le mystère de son identité. Parfois, il s’interroge quant à savoir si la personne qui lui répond l’a identifié et qu’il est le seul à rester dans l’inconnu, d’autres il se montre curieux et à d’autres occasions il est désireux de conserver le mystère. Mais il sait que dans le cas contraire, l’aisance dont il fait preuve à travers ses ébauches n’en sera que plus perturbée : c’est bien parce qu’elle ne le connait pas qu’il s’autorise à être lui-même. Et vous pouvez trouver cela triste, ça l’est, mais moi j’apprécie qu’il s’autorise à baisser les barrières qu’il érige constamment en temps normal pour ne jamais laisser les autres s’approcher de lui. Cette personne ne connait pas grand-chose de profond sur lui, pourtant au milieu de toutes les superficialités qu’il a dessinées, elle est de ceux qui peuvent se prétendre proches de lui, aussi surprenant que ça puisse paraître compte tenu des circonstances.

Un sourire s’affiche sur ses lèvres après avoir trouvé la précieuse serviette au milieu de toutes les autres, sourire qui ne fait que s’agrandir quand il admire le travail et traduit celui-ci. Il apprécie sa sollicitude quant à son porte-monnaie égaré, d’autant que la situation a connu un développement depuis la dernière fois, qu’il ne manque pas de dessiner à sa façon. Dans un coin de la serviette apparaît un téléphone, autour duquel il gribouille quelques demi-cercles pour suggérer le mouvement. À côté, dans une autre case sans que celle-ci ne soit pourtant réellement délimitée, sa tentative d’autoportrait (parce qu’on est toujours plus dur quand il s’agit de se représenter) se saisit du mobile. À l’autre bout du fil, caractérisé par une bulle dans laquelle il esquisse quelques traits qui représentent son bien perdu aux côtés d’un point d’interrogation, un bon samaritain qu’il rencontre dans un autre coin de la serviette, où sa silhouette quelque peu améliorée rencontre celle de Yara, qu’il a essayé de représenter le plus fidèlement (comme si cela avait de l’importance dans le contexte). La jeune femme lui tend son bien sans pour autant le lui confier, quémandant une contrepartie qu’il symbolise par un nouveau dessin de la jeune femme à côté du précédent, alors que sur celui-ci elle recule son bras, avec le porte-monnaie toujours dans la main. Dans la troisième représentation de la brune, elle penche légèrement la tête vers le ciel, un air concentré sur le visage et l’index sur ses lèvres pour accentuer sa réflexion. Elle a évidemment demandé une contrepartie comme il essaie de le faire comprendre, ce qu’il rend plus évident par les quelques mots qu’il écrit sous les schémas ; à ton avis ? Curieux de la voir exprimer ses suppositions par le biais de traits maîtrisés qu’il prend goût à admirer.

S’il garde précieusement chacune des serviettes qu’il récupère dans ce café, celle-ci est encore plus précieuse quand sa déclaration reçoit une réponse et qu’il comprend qu’elle aussi, elle apprécie ces échanges originaux. Il s’en doutait, sans quoi elle se serait contentée de mettre ses gribouillis à la poubelle, mais c’est plaisant d’en avoir désormais la certitude. En réponse à la relation nouée avec le chat du quartier qui n’est pas le sien, Kieran tente de reproduire les traits du matou, ou plutôt de son visage, suffisamment grand pour qu’elle puisse s’intéresser à la plaquette qu’il lui a collée autour du cou, et sur lequel au lieu d’un nom figure un point d’interrogation afin de connaître celui-ci. Saisissant l’affection qu’elle a pour le félin, il s’interroge sur les raisons pour lesquelles elle ne possède pas encore le sien par le biais de traits qui imaginent un appartement (le sien, même s’il est probablement très loin de le représenter correctement et c’est normal), où panier, gamelle et arbre à chat se mélangent pour rendre le lieu plus chaleureux, à côté duquel se dessine quelques grillages derrière lesquels on peut distinguer plusieurs chats de gouttière (différenciés par la dureté ou la légèreté accordé au coup de stylo, et aux rayures et tâches qu’il leur prête). Devant le choix, une silhouette qu’il imagine être celle de la jeune femme, probablement à côté de la plaque là-aussi, qui ne semble pas parvenir à se décider, mais qui veut assurément en ramener un avec elle, à en croire ses yeux dans lesquels il prend soin de représenter une certaine brillance.

@Flora Constantine (flora) drawing out the line 1949770018



:l: :

Revenir en haut Aller en bas
Flora Constantine
Flora Constantine
le coeur fragile
le coeur fragile
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : vingt neuf ans (02.02.1993)
SURNOM : don't say it
STATUT : célibataire, terrifiée à l'idée d'être prise pour une idiote. l'amour l'effraie, elle préfère le fuir pour s'éviter de quelconques désillusions
MÉTIER : joli minois à tout faire chez Weatherton, elle est également barmaid et serveuse au Death Before Decaf - oui, cirer des chaussures et courir d'un showroom à l'autre n'est pas suffisant pour payer son loyer et les soins de son père
LOGEMENT : au #03 james street à fortitude valley, le nom de la rue est un pur hasard c'est promis. elle partage cet appartement avec Millie, des cochonneries entassées dans les placards et de précieux rouleaux de tissus dans un coin du salon
(flora) drawing out the line 23c3f7a1a779765768634e67509cd96199d615aa
POSTS : 137 POINTS : 0

TW IN RP : ptsd, achluophobie, maladie, deuil, mention d'overdose, d'addiction et de drogues
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : née à Sydney, elle vit à Brisbane depuis ses six ans › terrible cuisinière, elle mange toutes les cochonneries qui lui tombent sous la main › elle ne sait pas nager › elle a développé une peur phobique de l'obscurité suite à un accident de voiture › artiste, elle passe des heures à dessiner tous les jours › elle adore les animaux, peu importe qu'ils soient mignons ou non › maladroite, deux pieds gauches et un sourire innocent pour s'excuser d'avoir renversé votre café › elle rêve de voyages et d'évasion › très douce, grande enfant
CODE COULEUR : #7380B5
RPs EN COURS :

(flora) drawing out the line 2e5v
ELIORA › you still know of dawn, but you always return. when you hid under my black wings, they couldn't have protected you from anything. once in flight they would have let go. you would have once again wound up below. only broken, indeed, its wrong to keep you near me. one could call me cruel and deceiving, but in your sacred air i am full of light.

(flora) drawing out the line 68lg
WEATHERTINE › under the surface, you don't know what you'll find until it's your time. no second chances but all we can do is try. i made up my mind. i can't see you but i hear your call. baby, hold on now, we're going home. if we make it or we don't, we won't be alone. if you're waiting all your life, you won't ever go. when I see your light shine, i know i'm home.

(flora) drawing out the line Anui
AURA › i see the wires pulling while you're breathing. you knew you had a reason, it killed you like diseases. i can hear it in your voice while you're speaking, you can't be treated. mr know-it-all, had his reigns and his fall. at least that is what his brain his telling all.

(flora) drawing out the line C5oq
CARL › so no one told you life was gonna be this way, your job's a joke, you're broke, your love life's doa. it's like you're always stuck in second gear, when it hasn't been your day, your week, your month or even your year. but i'll be there for you, 'cause you're there for me too.

RPs EN ATTENTE :
(flora) drawing out the line P5kx

RPs TERMINÉS : (2022) auden #1ambrose #1(event) défilé weathertonelijah #1millie #1
AVATAR : emma watson
CRÉDITS : dracarys (avatar) astra (signature) loonywaltz (userbars)
DC : channing walker (ft. matthew daddario)
PSEUDO : eternalia, astre (amandine)
Femme (elle)
INSCRIT LE : 15/08/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t45755-we-accept-the-love-we-think-we-deserve-flora https://www.30yearsstillyoung.com/t45768-flora-what-lies-beneath-the-surface https://www.30yearsstillyoung.com/t45770-flora-constantine

(flora) drawing out the line Empty
Message(#) Sujet: Re: (flora) drawing out the line (flora) drawing out the line EmptyMer 26 Oct - 14:57


drawing out the line
Lorsque leurs échanges avaient commencé par le plus curieux des hasards, Flora leur avait donné tout au plus quelques jours avant de disparaître dans l'oubli. Elle avait répondu à une serviette abandonnée pendant sa pause, désireuse de griffonner quelques traits sur le support atypique, et d'égayer - avec un peu de chance, la journée de celui qui s'en saisirait par la suite. Elle l'avait fait sans trop d'intérêt au départ, si ce n'est celui-ci, se prêtant au jeu davantage par ennui que par réelle envie de communiquer. Mais elle s'y était prise dès lors qu'elle avait reçu une réponse lui étant directement adressée, soudain bien plus intéressée. C'était atypique, mais terriblement sain et sincère comme dialogue. Transparent sous couvert d'anonymat, encourageant quant au fait de pouvoir faute de poser des mots donner vie à des schémas, et si certains de leurs dessins étaient déraisonnablement ordinaires, d'autres étaient parfois plus profonds. Probablement y aurait-il de la pudeur au travers de leurs coups de crayons s'ils imaginaient le visage de l'autre en découvrant la nouvelle correspondance du jour, mais puisqu'ils ne s'étaient jamais vus qu'au travers de ces serviettes l'idée était tout à fait confortable. Elle n'avait pas peur d'un quelconque jugement en partageant à celui devenu son ami ses bonnes et moins bonnes journées, et trouvait dans ces petites parenthèses régulières un genre de safe zone où tout pouvait avoir sa place. et c'est cela, en grande majorité, qui la conforte dans cet anonymat - car de eux deux, Flora est celle ayant le plus de chance de pouvoir le démasquer. Elle pourrait y parvenir si elle s'en donnait vraiment les moyens, mais la situation perdrait en équité et elle serait alors confrontée à un choix qu'elle ne voulait pas directement avoir à faire : aller à sa rencontre, ou garder le silence. Ils étaient égaux dans leur cas de figure actuelle, et cela lui correspondait parfaitement.

Ses yeux noisette trouvent les tissus travaillés, et elle sourit déjà en analysant la suite à l'histoire du portefeuille égaré. Son attention s'attarde sur tous ces petits détails qu'ils s'appliquent à apporter l'un à l'autre, et elle apprend progressivement que l'étui de cuir a bel et bien été retrouvé - mais pas par lui-même. et, aussi ironique que cela puisse paraître, Flora trouve sur les traits du visage de celle qui tient le document entre ses mains des airs de ressemblance avec l'ex-fiancée de August. De grands yeux expressifs, des sourcils denses et structurés, des cheveux de jais et un air qu'elle juge supérieur à la façon dont elle se garde bien de rendre immédiatement son bien à son propriétaire. Ou est-ce parce qu'elle ne trouve plus aucune qualité à Yara que cela l'arrange de la reconnaître dans cette situation ? Les quelques mots annotés à l'illustration la font sourire malgré elle, et Flora ne tarde pas à y apporter sa réponse sur un nouveau lot de serviettes. La scène décrite précédemment qu'elle représente à nouveau avec son crayon, elle s'ajoute cette fois-ci aux côtés des deux protagonistes et s'applique avec autant de crédibilité qu'elle en est capable à se représenter en pleine action. D'un mouvement digne d'un karatéka de haut niveau, sa jambe qu'elle porte à hauteur du visage de la jeune femme - soit en faisant preuve de bien plus de souplesse qu'elle n'en est réellement capable, Flora décrit une attaque tout en délicatesse pour déstabiliser celle qui se permet de conserver l'étui de cuir contre une rançon. et, ramassant le portefeuille malencontreusement retombé sur le sol pendant son attaque, elle se schématise l'instant suivant prendre ses jambes à son cou pour aller le mettre en sécurité. Voilà comment les retrouvailles entre ses papiers et lui auraient dû se dérouler, et la brunette était navrée que son ami n'ait pas eu cette chance. Elle annote toutefois, discrètement et avec une pointe - jamais trop prononcée, de sérieux ; la prochaine fois, offre lui un café. j'y mettrais du sel :)

La thématique suivante est plus légère, et la brune sourit bêtement en découvrant la frimousse joliment représentée d'un chat. Celui qu'elle lui a présenté lors de leur dernier échange, le félin trop rondouillet pour être abandonné, mais à qui elle offre diverses friandises caloriques par soucis qu'il soit malheureux. Son ami met en valeur une plaque à son collier, mettant en évidence l'absence de précision quant au nom lui ayant été attribué, et Flora s'occupe d'ores et déjà de répondre à cela. Elle remplace minutieusement la plaque à la forme ordinaire par une en forme de poisson - fidèle à la réalité, l'initiative ne lui appartenant pas, et y inscrit joliment le nom de RUSTY. Elle est à peu près certaine que ce félin gourmand fait les yeux doux à tout l'immeuble, et que son propriétaire doit être l'un de ses voisins, mais aucune adresse ni numéro de téléphone ne figure au revers de la médaille. Pas que cela l'ait jamais inquiétée. Sur la serviette suivante, Flora se surprend à admirer ce qu'elle comprend être un appartement - supposé être sien, agencé de fournitures pour chats. Un griffoir, quelques gamelles et nids douillets sont représentés, et elle prend le temps d'apprécier les détails portés à chacun des accessoires. Tout semble tellement plus important au travers des yeux de son correspondant que des siens, comme si l'évidence sautait aux yeux de celui dont elle ignorait toujours le prénom. Son regard s'attarde sur une silhouette qu'elle adopte comme étant sienne devant plusieurs félins à la recherche d'un foyer, et elle inspire posément avant de se saisir d'un nouveau support. Elle et Millie n'ont jamais vraiment eu cette conversation, et c'est probablement parce-que les deux colocataires ont un emploi du temps surchargé que Flora n'a jamais mis l'idée sur la table. Elle ne voudrait pas que la pauvre bête soit malheureuse à passer ses journées seules, et passerait des heures à se ronger les sangs en la sachant seule à l'extérieur tandis qu'elle travaille. Elle a pourtant conscience que beaucoup de propriétaires fonctionnent ainsi avec leurs animaux, mais elle craint de ne pas être à la hauteur de rendre le sien heureux, et cela lui ferait bien trop de peine. C'est ce qu'elle explique du mieux qu'elle peut, représentant un appartement vide sur lequel les aiguilles d'une horloge sont les seules à bouger, puis se représentant elle-même entrain de le regagner une fois la nuit tombée - bien qu'elle ne rentre jamais en pleine nuit noire, ses vieux démons l'en empêchant. Puis, c'est à son tour de l'interroger sur un animal de compagnie, représentant sur une dernière serviette les têtes d'un chat, d'un chien, d'un oiseau puis d'un lapin côte à côte, les agrémentant de quelques points d'interrogation de ça et là.
 
rainmaker



    
my love i confess to you ☽i am only here to break your heart in two, the very flower you chose that day. i only warned you with a lowered voice, be wary of my river's undertow, it flows with water from the coldest source.

(flora) drawing out the line V3vr
Revenir en haut Aller en bas
Kieran Halstead
Kieran Halstead
les cicatrices de la mémoire
les cicatrices de la mémoire
Voir le profil de l'utilisateur
(flora) drawing out the line IAeu3cF ÂGE : trente-trois (14.07). on évite le sujet, merci.
SURNOM : agnes par sa soeur, « kiki » par les autres (couché, grrrrhhhh).
STATUT : célibataire, refuse d’imposer son fardeau à quiconque. promis, il a essayé de s’aimer ; il n’y est pas parvenu.
MÉTIER : illustrateur (fauché) en freelance et prof (dépité) d’arts visuels, en arrêt maladie.
LOGEMENT : il occupe actuellement une chambre dans le service psychiatrique de l’hôpital st-vincent.
(flora) drawing out the line Tumblr_psm6uzdIBF1si63peo1_r1_400
POSTS : 2528 POINTS : 0

TW IN RP : dépression, pensées suicidaires, tentative de suicide, relation toxique, maltraitance, abus physiques et psychologiques, harcèlement scolaire, dépréciation, troubles anxieux, distorsion corporelle, mention d'agression physique (j'adapte mes rps au besoin, contactez-moi ♡).
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : placé en foyer, très proche de la dernière famille qui s’est occupée de lui ≈ souffre néanmoins de cette absence d’identité propre ≈ réservé, maladroit, optimiste, vit dans un monde imaginaire ≈ a quitté sa fiancée il y a deux ans, soulagé malgré sa phobie de la solitude ≈ essaie de reprendre confiance en lui, de renouer avec ses proches, de retrouver sa place ≈ préfère la compagnie des pop et des jeux vidéo aux humains ≈ du talent au bout des doigts, aucune motivation d’en faire quelque chose ≈ trop mou, trop paresseux, trop paumé ≈ a fait une tentative de suicide fin novembre 2022.
CODE COULEUR : kieran bafouille en rosybrown.
RPs EN COURS : (flora) drawing out the line 6ba4a5983331b5e0b9e48b855e9d42773eb917bb
#8 , #9 & ua #2 (married) ⊹ cause i killed someone for you. you have to understand that the one i killed is me. changing what i was for what you wanted me to be, i followed your direction, did everything you asked. i hope that makes you happy, cause there's just no turning back. would you love me more if i killed someone for you?

(flora) drawing out the line 279f4c0ba307ff09f22c4b110fad4aa457d4934e
spencer #3 ⊹ i've been begging, hope you're listening. i've done my wrongs but i'm someone different.

(flora) drawing out the line Nhc1JWP
halloway #2 (fb) ⊹ i sat alone, in bed till the morning, i'm crying, "they're coming for me" and i tried to hold these secrets inside me, my mind's like a deadly disease.

(flora) drawing out the line Tumblr_nwa28cKVWY1qdjmcko6_250
hally #10 ⊹ mess me up, yeah, but no one does it better, there's nothin' better, that's just the way you make me feel.

(flora) drawing out the line F957192ad20d19e0a13644a235f140c1a90de80d
ally ⊹ oh, if i can take something to make me feel better than i'm feeling now and everything else will work itself out.

(16/06 - bon on va attendre 2023 pour les bonnes résolutions, hein)laila #2eliot #2birdie #2 & jordan #2jessalyn #2caitriona #2florayarajudealbane #1archie #4

(flora) drawing out the line Giphy
miran ⊹ if i was dying on my knees, you would be the one to rescue me and if you were drowned at sea, i'd give you my lungs so you could breathe.

RPs EN ATTENTE : andrew #2 › louisa #2 › primrose #2 › greta #1
RPs TERMINÉS : (flora) drawing out the line MokPW9e
(flora) drawing out the line 8978
kieyer ⊹ close your eyes and think of me and soon i will be there to brighten up even your darkest night. you just call out my name and you know wherever i am i'll come running, to see you again.

(2001) ichabod (2015) laila #1autumn #1raphael #2 (2016) archie #1autumn #4 (2017)archie #2 (2019) reese #1archie #3 hannahkeith (2020) sawyer #1andrew #1dylane #1eve #1raphael #1jessalyn (+ sawyer)eve #3ivy #4ivy #5lucia #1birdieprojet xelias #6eve #4ilariamolly #1hannah #2anastasiadylane #2ava #2halsey #2eve #5raphael #3raphael #4clyde #1lenamolly #2sawyer #2 (2021) ivy #6ivy #7peterjordan raphael #5anastasia #2 & raphael #6eve #6raphael #7sawyer #3ichabod #2ally #1eleonor eliotautumn #2may #1 › › lena #2louisa #1ezracaitrionaautumn #3raphael #8spencer #1ottoautumn #5owen #1aleisha #1 (2022) raphael #9may #2primrose #1autumn #6ivy #8autumn #7spencer #2aleisha #2

autumn ua #1 (slasher)jina #1 (zombie)jina #2 (zombie)lena #2 (hunger games)

abandonnés
hannah (ua)miramavihalseylexcalista sashaelias #7 & ava #1fionarheareeseava #3ellisonrhea 2.0ally #2averyclyde #2olivermichaela (fb)noreenmurphy (ua)carlylena #2 (hunger games)ninasawyer #4

(flora) drawing out the line Kx4f
RACE OF AUSTRALIA
lancementelias #1birdie & eliasjacob & eliasivy #1grace, isaac & eliassienna, gregory & eliassujet communivy #2eve #2élimination s1lancement s2elias #2ivy #3sienna #1elias #3suite s2elias #4elias #5team grisy
AVATAR : dan cutie pie smith.
CRÉDITS : ladyfame ♡ (ava), aslongitsrealforyou (gifs), cham, harley, bleeding_light & mandown (crackships), loonywaltz (ub).
DC : finnley coverdale, alfie maslow & maisie moriarty.
PSEUDO : leave.
INSCRIT LE : 01/03/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t29377- https://www.30yearsstillyoung.com/t29503- https://www.30yearsstillyoung.com/t29523- https://www.30yearsstillyoung.com/t30784-kieran-halstead

(flora) drawing out the line Empty
Message(#) Sujet: Re: (flora) drawing out the line (flora) drawing out the line EmptyJeu 17 Nov - 1:13



Jamais il n’aurait pensé qu’une correspondance aussi improbable lui deviendrait aussi essentielle. Moi non plus, pour tout dire. J’ai l’habitude d’un Kieran qui ne se confesse pas, jamais, peu importe les circonstances. Une bombe à retardement qui accumule et qui n’a pourtant encore jamais explosé ; des mésaventures anodines d’une mauvaise journée aux grands événements de sa vie, jamais il ne s’aventure à réciter le contenu de ses journées qu’il considère, par automatisme, comme inintéressantes. Parce qu’il l’est lui-même, parce que jamais personne n’a eu beaucoup d’intérêt pour sa personne, justement, et qu’il a appris à s’enfermer dans un silence dont il perd peu-à-peu le contrôle. Tantôt accusateur, tantôt lourd, Kieran maîtrise le mutisme comme personne plutôt que d’avoir à dévoiler une quelconque information sur lui, sur son état d’esprit, sur ce qui lui plaît et l’anime, sur ce qu’il ressent, sur ce qu’il aime et ce qu’il déteste, sur toutes ces choses qui font de lui un tout alors qu’on a jamais cessé de lui faire croire qu’il n’était rien. Il a intériorisé cela comme une vérité universelle dont il est bien le seul à croire – je me désolidarise de toute tentative d’auto-sabotage. Mais dans un sens, je crois aussi que ce silence lui a permis de trouver quelque chose de réconfortant dans ces échanges ; parce qu’il n’a pas besoin de poser de mots sur les choses. Ces mêmes mots que ses parents lui interdisaient, que les thérapeutes forçaient ensuite, ceux sur lesquels il a perdu un droit de regard parce qu’ils appartiennent depuis si longtemps aux autres que ce sont eux qui en font ce qu’ils veulent. C’est une façon de faire peut-être surprenante, que de reprendre le contrôle de ses mots en se refusant d’en verbaliser le moindre, pourtant Kieran y trouve une forme de liberté et d’aisance que, à terme, saura, je l’espère, s’exprimer autrement que sur une feuille en serviette. Pour l’instant, c’est pourtant devenu sa manière de communiquer la plus appréciée, la plus facile, aussi. Il a toujours été plus doué avec un crayon entre les mains qu’avec un micro, Kieran, de toute façon, alors évidemment qu’il ne peut qu’être à l’aise de cette façon. Et le fait qu’il n’ait pas à se confronter à un quelconque regard a aussi quelque chose de rassurant pour lui qui ne supporte pas d’être vu et qui, paradoxalement, ne demande qu’un peu d’attention. Cet échange réunit tous les critères pour qu’il s’autorise à être lui-même et c’est en partie la raison pour laquelle il est devenu un client aussi régulier de ce café dans lequel il ne s’arrêtait que ponctuellement il n’y a encore pas si longtemps. Aujourd’hui, il est capable de traverser la ville simplement pour envie soudaine de fouiller le réservoir à serviettes de la table du fond. Et quand il n’en trouve pas, c’est suffisant pour que la journée soit catégorisée comme mauvaise.

La dernière fois, il lui avait laissé le soin de découvrir la contrepartie farfelue de Yara quand elle avait retrouvé son porte-monnaie. Kieran a trépigné d’impatience jusqu’à découvrir les hypothèses de sa correspondante, qui sans surprise, ne correspondent pas à la réalité. Ça ne le déçoit pas pour autant, les traits de stylo étant un bonbon dont il se délecte avec plaisir, un rire solitaire qui résonne à sa table quand il apprécie l’implication de la jeune femme dans la tragique affaire du porte-monnaie égaré. En guise de réponse, il gribouille à l’arrière de la serviette son autoportrait, toujours aussi peu reluisant tandis que cette fois-ci il ne s’ajoute pas quelques muscles au passage, préférant les transférer sur sa réplique de la jeune femme calquée sur ses propres portraits. Pas trop pour la vexer, mais suffisamment pour lui donner le rôle qu’il souhaite, quand il noircit la feuille pour la vêtir d’un costume sombre auquel il ajoute une paire de lunettes de soleil et une oreillette sur laquelle son doigt est placé. Un air sérieux donné par des sourcils froncés, il est certain qu’elle ferait sans doute un excellent garde du corps si elle acceptait le job, une proposition qu’il dessine sous la forme d’un contrat tout aussi grand qu’elle – parce que les proportions passent à la trappe quand il faut pouvoir écrire « engagement contract » pour parfaire l’idée. Et un nouveau sourire s’affiche sur ses lèvres quand il découvre sa proposition d’offrir un café à sa « sauveuse » à côté de laquelle il se représente avec une ampoule qui s’illumine au-dessus de son crâne ; en voilà une bonne idée. La vérité quant à la réelle contrepartie est finalement dessinée sur une nouvelle serviette, où sa silhouette à côté de celle de Yara font face à une arcade sur laquelle est inscrit « tattoo parlor ». À côté, un gros plan sur son visage déconfit, puis une explication dessous la réponse qu’il vient de donner ; et il gribouille son portefeuille duquel on peut y voir une liste, qu’il représente ensuite en plus grand, traçant un ensemble de vagues les unes sous les autres pour faire comprendre qu’il existe bien des points sous le titre qu’il annote, lisiblement cette fois-ci : « things to do before I die ». Yara avait repéré ce numéro, et l’avait aussitôt invité à s’exécuter. Curieux, il se demande si l’inconnue a franchi le pas avant lui, en dessinant un poignet sur lequel on aperçoit un signe de l’infini, puis une clavicule de laquelle s’envolent quelques oiseaux et, enfin, un bras estampillé d’un cœur et d’un ruban qui l’entoure, sur lequel il inscrit « mom ». Des clichés pour qu’elle saisisse l’idée, et un instant il hésite à jeter la serviette aux déchets pour ne pas prendre le risque qu’elle s’offusque si l’une d’entre elle est réelle. Ou qu’elle ne parle plus à sa mère, c’est également une crainte. Mais il se ravise ; il est supposé être lui-même et ça inclut sa maladresse.

Kieran ne peut que s’attendrir de l’affection qu’elle porte au chat qui vient squatter son balcon, et il ne faut pas plus d’un croquis pour comprendre qu’elle l’apprécie tout particulièrement. Il sourit à nouveau quand il découvre que la plaque ordinaire qu’il attribuait au félin est en réalité en forme de poisson, appréciant ce souci du détail autant que de prendre connaissance de son nom. Rusty, donc, identité à côté de laquelle il dessine deux mains aux pouces en l’air. Rusty qui restera sa seule compagnie puisqu’il comprend, dans la serviette suivante, qu’elle n’a pas le temps d’avoir un animal bien à elle et doit ainsi se contenter des visites régulières de celui-ci. Et cette fois-ci, son sourire disparaît alors que l’appartement représenté manque de chaleur – contrairement à celui qu’il voulait lui imaginer. Il ne saurait même pas expliquer pourquoi cela l’attriste. Peut-être parce qu’il y voit une certaine fatalité, qui la renvoie à la sienne et au silence qui devient sa seule compagnie en claquant la porte de son logement. Et parce qu’il ne veut pas se montrer trop curieux, il se contente de son habituelle bienveillance quand, au coin de la serviette pour ne pas gâcher son dessin, il représente un petit lit et une horloge bien plus grande pour marquer d’une flèche une première heure au hasard ; puis calculer de façon à englober les huit suivantes et à désigner d’une autre flèche la dernière. Est-ce qu’elle dort assez ? Est-ce qu’elle s’occupe assez d’elle, surtout ? Kieran esquisse un nouveau sourire quand il retourne les dernières serviettes qu’il n’a pas encore étudiées et qu’apparait effectivement quelques marques sur l’une d’entre elles, qu’il dépose devant lui pour l’observer. Juste à côté de la tête du chien, il dessine un petit trophée, et juste en dessous, se lance dans une représentation fidèle de Waterproof. C’est d’ailleurs loin d’être un simple croquis, et il prend le temps de représenter son corgi dans tous ses plus fidèles détails, et plus particulièrement son pelage pour lequel il s’aide de quelques feutres qui traînent toujours dans son sac à dos. Il les abandonne pour reprendre son stylo bille pour dévoiler les circonstances de son adoption ; et à la va vite en réalisant l’heure qui a tourné sans qu’il ne le réalise. Il esquisse quelques meubles qui composent un salon, puis de nombreuses flaques d’eau qui traduisent d’un dégât des eaux. Une porte légèrement entrouverte par laquelle sa silhouette passe, visiblement interloquée par la présence d’un chien au milieu du salon. Il désigne une mare au sol de l’extrême d’un trait, au bout duquel se retrouve la médaille pendue au cou de son portrait de Waterproof, pour expliquer le nom de celui-ci.

@Flora Constantine (flora) drawing out the line 1949770018



:l: :

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(flora) drawing out the line Empty
Message(#) Sujet: Re: (flora) drawing out the line (flora) drawing out the line Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(flora) drawing out the line

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city :: death before decaf
-