AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -24%
PARISOT ZODIAC Lit adulte 140 x 190 cm – ...
Voir le deal
99.99 €

 it hurts so damn good (joshua)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sam Oakflay
Sam Oakflay
le memento mori
le memento mori
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 46 ans.
SURNOM : Sam en est déjà un.
STATUT : Célibataire, même si dans son esprit, elle n'a jamais réellement été séparée de Joshua.
MÉTIER : Elle flirte avec l'illégalité en faisant disparaître le scandale avant que celui-ci n'éclate. Peu importe la situation, les traces disparaîtront toujours. Officiellement free-lance pour Sergio, une couverture qui lui amène d'autres clients et qui lui permet de déclarer ses revenus.
LOGEMENT : bayside (uc)
it hurts so damn good (joshua) 1669023075-tumblr-nhn1pwaqlc1spc0uxo4-250
POSTS : 310 POINTS : 230

TW IN RP : violence (verbale et physique); drogues; overdose; pornographie infantile et prostitution (mentions dans ma fiche de présa, peut ressurgir en rp)
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : sam croit très fort aux énergies et ne quitte jamais son pendule; souvent, elle s'en remet à lui pour prendre des décisions ༄ caractère incendiaire ༄ aime prétendre ne pas savoir faire certaines choses, uniquement pour qu'on les fasse à sa place ༄ émotionnellement instable ༄ a disparu pendant un an, personne ne sait où elle était où ce qu'elle y a fait.
RPs EN COURS : (7/5) ≡ Mads + Silver + River + Sergio + Louis + Matilda + Jay

it hurts so damn good (joshua) 1669023324-tumblr-n6k5wlucok1qeyop9o2-250

Tenflay - Honey, I rose up from the dead, I do it all the time. I got a list of names, and yours is in red, underlined. I check it once, then I check it twice. Oh, look what you made me do. Look what you just made me do. I don't trust nobody and nobody trusts me. I'll be the actress starring in your bad dreams. - (1) +(2)

it hurts so damn good (joshua) 1669023762-tumblr-f4c45ff5591f27361467316aca8b8f77-27c25409-400

Samer - Maybe she deserves what she's got comin'. She can't hide and there's no runnin' from the guilty, lonely life she's bound to lead. 'Cause she's the other woman - uc
AVATAR : Rose Byrne
CRÉDITS : @doomdays (ava)
DC : Pas de DC
PSEUDO : Shinsekai
Femme (elle)
INSCRIT LE : 30/08/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t45975-there-was-never-wrong-til-there-was-right-sam-oakflay https://www.30yearsstillyoung.com/t46082-when-you-feel-my-heat-look-into-my-eyes-it-s-where-my-demons-hide-sam#2374956

it hurts so damn good (joshua) Empty
Message(#) Sujet: it hurts so damn good (joshua) it hurts so damn good (joshua) EmptyLun 5 Sep - 15:18


It hurts so damn good.



Adossée à ma voiture, je savoure une cigarette en observant la maison de Joshua. Je ne suis pas venue vérifier sa présence, je sais déjà qu’il n’est pas là. Cependant, il ne devrait pas tarder à rentrer. L’avantage des types comme lui, c’est qu’ils sont extrêmement prévisibles. Après quelques secondes, je jette le mégot sans prendre la peine de regarder où il atterrit et me dirige vers l’entrée d’un pas décidé. Il a probablement laissé une clé de secours sous un pot de fleur ou l’un de ces horribles nains de jardin – la signature de River, à n’en pas douter – mais je ne m’épuise pas à chercher après. Où serait le fun là-dedans ? Un coup d’œil à la dérobée me confirme qu’il n’y a pas de voisins dans les parages. Je sors mon attirail et attaque le cylindre de la porte jusqu’à ce qu’il cède. Le bruit familier m’arrache un sourire tandis que je me munis d’un crochet pour ouvrir la serrure. Le tout me prend moins d’une minute ; c’est la technique la plus rapide. C’est aussi celle qui obligera Joshua à remplacer tout le mécanisme, mais il n’est plus à ça près depuis le temps. J’entre dans la maison et m’imprègne de l’ambiance en fermant les yeux. Je n’arrive plus à sentir la présence de River, en dépit des objets personnels qui traînent encore ici et là. Oh, Joshie. N’arrive-t-il pas à faire le deuil de sa relation avec sa chère et tendre ? Une moue boudeuse étire mes lèvres tandis que mes doigts effleurent les meubles, les photos, comme si je cherchais à assimiler ce qu’il s’était passé entre eux. Ce rituel me guide jusqu’à l’étage où je continue mon exploration chevronnée. Tout y passe ; les armoires, les tiroirs, tout ce qui est susceptible de m’en apprendre plus que ce que ne sais déjà. Comment va-t-il ? Face au miroir de la salle de bain, je trouve un rouge à lèvre appartenant à River. Elle l’a probablement oublié ou laissé derrière elle en empaquetant ses affaires. D’un geste expert, je l’applique sur mes lèvres et observe le résultat d’un air dubitatif. « Horrible. » Mais je ne l’enlève pas pour la cause ; Joshua devrait aimer, si c’est ce qu’elle a l’habitude de porter. J’embrasse mon reflet, laissant volontairement la trace de mon passage en ces lieux. Je l’agrémente même d’un cœur avant de jeter le rouge à lèvre dans mon sac. Il y rejoint une armée d’autres objets subtilisés ici et là au cours de ma visite. Un coup d’œil à ma montre m’indique que l’objet de ma venue ne devrait pas tarder à rentrer et je reprends la direction du rez-de-chaussée, décidée à me servir un verre en l’attendant. Sans surprise, son bar est extrêmement bien fourni et je prends soin de sélectionner la bouteille la plus chère avant de prendre place sur l’un des fauteuils. Je reste dans l’ombre et attends patiemment qu’il vienne à moi, ravie de ma petite mise en scène.

Les minutes semblent s’écouler avec une lenteur infinie mais enfin, j’aperçois les phares d’une voiture suivre le tracé de l’allée. L’excitation s’empare de moi ; mon corps se tend, tous mes sens sont en éveil, comme toujours lorsqu’il est dans les parages. Une année de distance n’aura pas suffi à effacer le magnétisme qu’il y a entre nous, rien ne le peut. Je devine ses sourcils froncés lorsqu’il réalise que la porte a été fracturée et cette image m’arrache un sourire ; ses pensées sont-elles déjà tournées vers moi ? Ou a-t-il agrippé un des nains de jardin, prêt à massacrer le voleur qu’il s’attend à trouver à quelques mètres de lui ? La porte s’ouvre lentement et la lumière s’allume avec violence ; mais je cille à peine, trop heureuse de la vision qui se matérialise sous mes yeux éblouis. « Salut Joshie. » Il déteste ce surnom autant que je l’affectionne ; une raison suffisante de l’adopter de façon permanente. « Je suis rentrée. Je t’ai manqué ? » Ma voix prend un ton enfantin et doucereux, mon regard glisse sur le verre qui tourne entre mes doigts graciles avant de revenir sur lui et d’étudier chaque détail de sa personne avec minutie. Il n’a pas l’air en grande forme, mais j’ignore si son visage anxieux est dû à l’instabilité de sa vie ou au spectacle qui se tient sous ses yeux. Je préfère opter pour la première option ; la surprise finira par laisser place au bonheur de me revoir, faisant ainsi écho à ce que je ressens depuis qu’il a franchit le seuil de cette maison.
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Tennenbaum
Joshua Tennenbaum
l'obsession démesurée
l'obsession démesurée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans
SURNOM : Josh
STATUT : Marié
MÉTIER : En faillite
LOGEMENT : a venir
it hurts so damn good (joshua) 1669023324-tumblr-n6k5wlucok1qeyop9o2-250
POSTS : 53 POINTS : 30

PETIT PLUS : A venir
CODE COULEUR : a venir
RPs EN COURS :
it hurts so damn good (joshua) 1669025988-ezgif-com-gif-maker-10
JOLLY
12
Entre moi et mon miroir, l'habitude et le hasard. Entre le soleil et le brouillard qui me racontent des histoires. Ou je te rencontre à l'écart du drôle de monde qui est mien. Je t'attends. Je t'attends, un peu comme un enfant, même si je ne crois plus au Père Noël. Je t'attends, je t'attends. Un peu comme un printemps, avec le coeur aussi grand qu'un soleil.

it hurts so damn good (joshua) 1669023762-tumblr-f4c45ff5591f27361467316aca8b8f77-27c25409-400
SHEBAUM
1(FB)2
La tendresse que tu mets dans ma voix, tous tes gestes sans orages, ni combats. Les larmes que tu n'as pas fait couler, tous ces drames que tu as su m'éviter. C'est de l'or que tu mets dans mon corps, des trésors d'amour qui me dévorent. C'est un sort que tu lances à mon corps, des accords d'ivresse qui s'évaporent. Oui, c'est de l'or.

it hurts so damn good (joshua) 1669026086-tumblr-nhn1pwaqlc1spc0uxo4-250
TENFLAY
12
Je l'ai connue trop tôt mais c'est pas de ma faute, la flèche a traversé ma peau. C'est une douleur qui se garde, qui fait plus de bien que de mal. Mais je connais l'histoire, il est déjà trop tard. Dans son regard, on peut apercevoir qu'elle se prépare au long voyage. Je veux juste une dernière danse avant l'ombre et l'indifférence, un vertige puis le silence.


it hurts so damn good (joshua) 1669026219-tumblr-mzdqe0ia1x1qd5lk3o1-250
TOI?.1OU TOI?.1
You leave in the morning with everything you own in a little black case. Alone on a platform, the wind and the rain on a sad and lonely face. Father will never understand why you had to leave, but the answers you seek will never be found at home, the love that you need will never be found at home. Run away, pushed around and kicked around, always a lonely boy. You were the one that they'd talk about around town as they put you down.

AVATAR : J. Phoenix
CRÉDITS : Herbyflowers (avatar)
DC : Amos Taylor, les raisins de la colère
PSEUDO : Ci !
Femme (elle)
INSCRIT LE : 24/08/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t45879-joshua-la-sympathie-est-le-doux-privilege-de-la-mediocrite https://www.30yearsstillyoung.com/t45983-joshua-i-need-you-to-need-me

it hurts so damn good (joshua) Empty
Message(#) Sujet: Re: it hurts so damn good (joshua) it hurts so damn good (joshua) EmptyMer 7 Sep - 19:48





IT HURTS SO DAMN GOOD
Il n’a pas demandé, mon père. Il a exigé, dès le matin, me sortant de mon lit de manière presque incestuelle. Je déteste ça. Je ne suis plus un gosse sur lequel il a le plein pouvoir, en particulier celui de me tirer de ma chambre sous prétexte que je vais être en retard. En retard pour ? Je ne bosse plus. Ma femme a “disparu”, Sam est aux abonnées absents, elle aussi. Rien ne m’obligeait à lui obéir, à mon paternel, hormis sa séance de chimiothérapie, une de plus parmi celles auxquelles il me force à participer. Il prétend qu’il est sur la fin, que vivre chez moi et me supplicier à l’écouter, assis sur une chaise inconfortable durant la durée de ce soin naît du désir de resserrer les liens entre nous, de rattraper le temps perdu. Pff… que des conneries. Il a peur, je le sais. Je le sens qu’il balise à l’idée de crever avec ses regrets. J’en suis convaincu parce que, la peur, ça me connait. Alors, j’ai obtempéré. Je l’ai accompagné et, au terme, je l’ai déposé chez son ami au sortir de l’hôpital. Je l’ai conduit chez son vieux pote et, comme un con, j’ai promis de courir tel un chien sifflé par son maître quand il souhaitera rentrer. Au pied, Josh. Donne-moi ta patte, mon fils. Est-il un être sur cette terre qui nourrit encore un brin de considération pour moi ? Décidé à m’avachir dans mon divan à peine rentré, je songe avec tristesse, dans l'allée, que je suis incapable d’en citer un seul. La preuve s’étale sous mes yeux d’ailleurs : ma porte a été forcée. Le nain de jardin qui veille en sentinelle sur mon entrée a été renversé et la clé qu’il dissimulait, elle gît là, à mes pieds, sur la première marche au pied de la porte. Je ne suis pas bien malin, mais je ne suis pas idiot non plus. Cette démonstration de perfidie est signée Sam et, en moi, bouillonnent des émotions contraires. En suis-je heureux ? L’ai-je attendue ? Suis-je enthousiasmé de la revoir ? Je pénètre à l'intérieur de ma maison sans statuer parce que c’est vain. L’angélisme des traits de mon ex est le plus dévastateur des poisons pour mon coeur. Me construire un air austère sur le visage n’est qu'une façade. Sa voix chaude, suave, me nargue déjà et je guerroie pour ne pas sourire face à sa formule favorite. Combien de fois l’ai-je entendue ? Combien de fois ai-je été rassurée de les entendre, ces mots ? Combien de fois les ai-je détestés ? «Si tu sais où est la clé, pourquoi tu forces la serrure ? » Et pourquoi je ne change pas de stratégie, de mon côté ? Quelle tête ferait-elle si je feignais de ne pas la reconnaître ? Ne serait-ce pas plus profitable que cette bête question dont je connais la réponse ? Ça l'amuse, Sam. Qu’elle me tourmente ou me cajole, qu’elle m’aime ou me quitte, qu’elle se moque ou m’encense, je suis son jouet préféré, le doudou de la gamine en elle qui souffre et qui pleure encore son enfance. Dieu que j’aimerais apprivoiser notre histoire avec une légèreté semblable à la sienne. Je n’ai malheureusement pas été programmé pour ça et, machinalement, je croise les bras sur mon torse. «De quoi tu as besoin ? » lui ai-je lancé, debout au milieu de mon salon à l’image d’un visiteur espérant d’être invité à s’asseoir. Quel comble. Je suis chez moi quoique le malade me dépossède de mon confort, de mes habitudes et quelquefois de la sécurité de mes quatre murs. «Pourquoi tu es là, Sam ?» Même interrogation, mots et tons différents, simplement. Je suis irrité d’être ravi par sa présence et à la fois muselé. Un tel aveu de faiblesse, c’est signé une décharge de consentement qu’elle me brandira sous le nez après chacun de ses coups tordus si, d’aventures, je me rebiffe. «Pourquoi tu ne veux pas crever dans le fond d’un égout comme un parasite ?» ai-je suggéré pourtant conscient sur ce que je doute de lui survivre, à ce nuisible qui accélère la cadence des battements de mon coeur. Sait-elle pour Kelly ? Pour ma femme ? Pour mon fils que j’éloigne de moi ? Pour ma situation financière ? Mon instinct gueule un grand : “oui, josh, parce qu’elle sait toujours. Elle sait toujours tout, Sam.”



Revenir en haut Aller en bas
Sam Oakflay
Sam Oakflay
le memento mori
le memento mori
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 46 ans.
SURNOM : Sam en est déjà un.
STATUT : Célibataire, même si dans son esprit, elle n'a jamais réellement été séparée de Joshua.
MÉTIER : Elle flirte avec l'illégalité en faisant disparaître le scandale avant que celui-ci n'éclate. Peu importe la situation, les traces disparaîtront toujours. Officiellement free-lance pour Sergio, une couverture qui lui amène d'autres clients et qui lui permet de déclarer ses revenus.
LOGEMENT : bayside (uc)
it hurts so damn good (joshua) 1669023075-tumblr-nhn1pwaqlc1spc0uxo4-250
POSTS : 310 POINTS : 230

TW IN RP : violence (verbale et physique); drogues; overdose; pornographie infantile et prostitution (mentions dans ma fiche de présa, peut ressurgir en rp)
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : sam croit très fort aux énergies et ne quitte jamais son pendule; souvent, elle s'en remet à lui pour prendre des décisions ༄ caractère incendiaire ༄ aime prétendre ne pas savoir faire certaines choses, uniquement pour qu'on les fasse à sa place ༄ émotionnellement instable ༄ a disparu pendant un an, personne ne sait où elle était où ce qu'elle y a fait.
RPs EN COURS : (7/5) ≡ Mads + Silver + River + Sergio + Louis + Matilda + Jay

it hurts so damn good (joshua) 1669023324-tumblr-n6k5wlucok1qeyop9o2-250

Tenflay - Honey, I rose up from the dead, I do it all the time. I got a list of names, and yours is in red, underlined. I check it once, then I check it twice. Oh, look what you made me do. Look what you just made me do. I don't trust nobody and nobody trusts me. I'll be the actress starring in your bad dreams. - (1) +(2)

it hurts so damn good (joshua) 1669023762-tumblr-f4c45ff5591f27361467316aca8b8f77-27c25409-400

Samer - Maybe she deserves what she's got comin'. She can't hide and there's no runnin' from the guilty, lonely life she's bound to lead. 'Cause she's the other woman - uc
AVATAR : Rose Byrne
CRÉDITS : @doomdays (ava)
DC : Pas de DC
PSEUDO : Shinsekai
Femme (elle)
INSCRIT LE : 30/08/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t45975-there-was-never-wrong-til-there-was-right-sam-oakflay https://www.30yearsstillyoung.com/t46082-when-you-feel-my-heat-look-into-my-eyes-it-s-where-my-demons-hide-sam#2374956

it hurts so damn good (joshua) Empty
Message(#) Sujet: Re: it hurts so damn good (joshua) it hurts so damn good (joshua) EmptyJeu 8 Sep - 13:13


It hurts so damn good.



Est-ce l’ombre d’un sourire que je décèle sur son visage fermé ? S’il est surpris, il le cache très bien. Il faut dire qu’il n’est pas étranger à mes techniques d’effractions, ayant lui-même appris à les utiliser sous mes conseils avisés. A l’époque où il ne laissait pas ses inhibitions prendre le dessus sur sa spontanéité, une époque révolue, donc. Je ne le reconnais plus Joshua ; River l’a transformé en une espèce de pantin destiné à suivre la ligne de conduite qu’on lui impose, comme un bon toutou. J’aimerais revoir la flamme s’allumer au fond de ses yeux, mais ses pupilles restent résolument éteintes, comme tout le reste de sa personne. Ça me peine, ça m’énerve et l’envie de le secouer s’empare de moi. Je tente malgré tout de rester calme et bois une gorgée de scotch afin de conserver mon stoïcisme – jusqu’à quand cela fonctionnera-t-il, je l’ignore. « Si tu sais où est la clé, pourquoi tu forces la serrure ? » Elle est rhétorique cette question ? Je hausse un sourcil amusé, persuadée qu’il connaît déjà la réponse. « Ça n’aurait pas été aussi amusant. » Et surtout, il n’aurait pas passé les prochaines heures à s’énerver au téléphone pour trouver un serrurier qui ne soit pas hors de prix. J’aime le faire sortir de ses gonds, le sortir de la léthargie dans laquelle il semble s’enfoncer depuis mon départ. Ne réalise-t-il pas que c’est moi qui le garde en vie, qui stimule son esprit ? Ce n’est certainement pas la plante verte qui lui sert de femme qui serait capable d’une chose pareille. Plutôt crever que de croire à ces conneries. River a beau être venue pisser sur mon territoire, elle ne sera jamais à la hauteur. La preuve, où est-elle ce soir ? Elle aurait au moins pu reprendre ses foutus nains de jardin avec elle. « De quoi tu as besoin ? » Joshua me surplombe en restant debout face à moi, les bras croisés sur son torse. C’est plutôt ironique car d’habitude, j’aurais pu répondre qu’il me fallait de l’argent, ou encore qu’il me répare ma voiture. Mais cette fois, j’étais motivée uniquement par l’envie de le voir, de le secouer. C’est toi qui as besoin de moi, Joshie. « Pourquoi tu es là, Sam ? » Il répète la question mais son attitude a déjà changé. Il a beau paraître autoritaire, je sens au plus profond de moi qu’il est heureux de me voir, même s’il préférerait se tirer une balle dans le crâne que de se l’avouer. « Pour toi. » Je réponds simplement avant de vider mon verre d’un trait et de me lever à mon tour. J’englobe la pièce d’un geste avant de me retourner vers lui, perplexe. « Tu peux me dire ce que tu fous exactement ? » Il sait que je sais. Il ne peut rien me cacher. Il est loin d’imaginer les moyens que j’utilise pour avoir autant de perspicacité le concernant mais ça ne le travaille pas plus que ça. Encore une chose qu’il accepte avec fatalité, comme tout le reste. « Je disparais un an et voilà ce que tu deviens. C’est pitoyable. » Je le pique en le fixant droit dans les yeux avant de me resservir un verre, puis un autre que je lui tends sans ajouter quoique ce soit. « Pourquoi tu ne veux pas crever dans le fond d’un égout comme un parasite ? » Un rire franc s’échappe de mes lèvres et je secoue la tête, amusée malgré moi. Je ne m’étais pas attendue à des effusions de joie mais tout de même, il aurait pu faire un effort sur la forme. Il n’a pas tort cependant ; je fais partie de ces personnes qui sont tout simplement increvables. J’ai un instinct de survie sur-développé ; je ne pense plus au passé, je me focalise à peine sur le présent et la seule chose qui m’intéresse, c’est le futur. J’ai toujours un plan. « Tu cherches à me faire de la peine ? » Je prends une moue boudeuse, même si sa remarque acerbe me fait autant d’effet qu’un coup de poing lancé par une gamine de quatre ans et demi. « Il ne faut pas dire des choses comme ça. Imagine, si ça arrivait vraiment ? » Mon ton redevient sérieux et je laisse planer le doute, presque comme si une menace imminente planait au-dessus de ma tête. « Tu danserais sur ma tombe ? » Mes fossettes se creusent alors que je plante mon regard dans le sien, avide de savoir à quel point il se délecterait de ma mort lorsque celle-ci arriverait. Car il y a une certitude implicite entre nous ; c’est moi qui partirai la première.
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Tennenbaum
Joshua Tennenbaum
l'obsession démesurée
l'obsession démesurée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans
SURNOM : Josh
STATUT : Marié
MÉTIER : En faillite
LOGEMENT : a venir
it hurts so damn good (joshua) 1669023324-tumblr-n6k5wlucok1qeyop9o2-250
POSTS : 53 POINTS : 30

PETIT PLUS : A venir
CODE COULEUR : a venir
RPs EN COURS :
it hurts so damn good (joshua) 1669025988-ezgif-com-gif-maker-10
JOLLY
12
Entre moi et mon miroir, l'habitude et le hasard. Entre le soleil et le brouillard qui me racontent des histoires. Ou je te rencontre à l'écart du drôle de monde qui est mien. Je t'attends. Je t'attends, un peu comme un enfant, même si je ne crois plus au Père Noël. Je t'attends, je t'attends. Un peu comme un printemps, avec le coeur aussi grand qu'un soleil.

it hurts so damn good (joshua) 1669023762-tumblr-f4c45ff5591f27361467316aca8b8f77-27c25409-400
SHEBAUM
1(FB)2
La tendresse que tu mets dans ma voix, tous tes gestes sans orages, ni combats. Les larmes que tu n'as pas fait couler, tous ces drames que tu as su m'éviter. C'est de l'or que tu mets dans mon corps, des trésors d'amour qui me dévorent. C'est un sort que tu lances à mon corps, des accords d'ivresse qui s'évaporent. Oui, c'est de l'or.

it hurts so damn good (joshua) 1669026086-tumblr-nhn1pwaqlc1spc0uxo4-250
TENFLAY
12
Je l'ai connue trop tôt mais c'est pas de ma faute, la flèche a traversé ma peau. C'est une douleur qui se garde, qui fait plus de bien que de mal. Mais je connais l'histoire, il est déjà trop tard. Dans son regard, on peut apercevoir qu'elle se prépare au long voyage. Je veux juste une dernière danse avant l'ombre et l'indifférence, un vertige puis le silence.


it hurts so damn good (joshua) 1669026219-tumblr-mzdqe0ia1x1qd5lk3o1-250
TOI?.1OU TOI?.1
You leave in the morning with everything you own in a little black case. Alone on a platform, the wind and the rain on a sad and lonely face. Father will never understand why you had to leave, but the answers you seek will never be found at home, the love that you need will never be found at home. Run away, pushed around and kicked around, always a lonely boy. You were the one that they'd talk about around town as they put you down.

AVATAR : J. Phoenix
CRÉDITS : Herbyflowers (avatar)
DC : Amos Taylor, les raisins de la colère
PSEUDO : Ci !
Femme (elle)
INSCRIT LE : 24/08/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t45879-joshua-la-sympathie-est-le-doux-privilege-de-la-mediocrite https://www.30yearsstillyoung.com/t45983-joshua-i-need-you-to-need-me

it hurts so damn good (joshua) Empty
Message(#) Sujet: Re: it hurts so damn good (joshua) it hurts so damn good (joshua) EmptyVen 9 Sep - 16:38





IT HURTS SO DAMN GOOD
Dieu ce qu’elle m’agace, Sam. Installée dans ma causeuse, mon scotch dans mon verre qu’elle sirote comme si elle était chez elle, ça me tape sur le système nerveux, mais pas avec autant d’intensité que je le souhaiterais. Il y a quelque chose, dans cette scène, qui m’est tellement familier que je serais presque rassuré par son retour. Mon ex me permet d’envisager de ce que tout rentrera bientôt dans l’ordre dans ma vie. Sauf que le tribut à payer, ce sera un tremblement de terre qui soulève mes émotions, qui les mélangera et que je trierai difficilement. Lorsqu’il est question de la mère de ma fille, je suis incapable de déterminer ce qui relève du bon grain ou de l’ivraie. Sans doute est-ce que ces certitudes facilitent mon irritation et empêchent un sourire de s’étirer franchement sur mes lèvres. «Pour toi, je veux bien le croire. Pour moi, ça va déboucher sur une série d’emmerdes.» Trouver un serrurier, piocher dans mon épargne pour payer une facture pharaonique. « Tu me dois au moins le prix des réparations, Sam.» Je la toise de toute ma hauteur. Je suis tenté de m’asseoir, je n’esquisse aucun mouvement à cet endroit. Je persiste à me comporter comme si Samantha n’était pas la bienvenue. Malheureusement, ce n’est pas tout à fait vrai. Une part de moi est ravi qu’elle non plus n’arrive pas à m’oublier. Elle me confirme que c’est impossible et je me sens beaucoup moins bête à l’idée que mes pensées vagabondent vers elle au cours de ses absences. Néanmoins, j’ignore encore la raison de cette visite surprise et je l’interroge, vivement, de la brusquerie dans le ton. J’insiste et je comprends tout. Elle n’est pas sortie de sa grotte pour réclamer quelque chose de ma part. Elle est venu pour “me sortir les doigts des fesses”. Elle s’est déplacée jusqu’ici pour me ramener sur le chemin sinueux qu’elle préfère, mais qui prévaut sur le sentier caillouteux que j’emprunte depuis des mois. «De quoi tu parles ?» ai-je tenté par fierté alors que, cette fois, je me dirige vers le bar pour attraper et me servir un verre. Elle ne partira pas sans avoir obtenu de réponse. Je prétends souhaiter sa mort, mais c’est parce que je sais déjà qu’elle a gagné. Elle saura tout ce qu’il voudra savoir… dans l’éventualité où il lui manquerait des informations. «Il faut un coeur pour avoir de la peine, et je suis pas certain que tu en aies un.» Cette fois, mon timbre ressemble plus à celui utilisé pour l’humour. Mon sourire est moins dissimulé dès lors que j’ajoute : «Et je cracherais sur ta pierre tombale, tu veux dire. Mais, ça ne risque pas d’arriver, tu es increvable. Je te le dis, tu es un parasite. » Du reste, à propos de ce que je deviens, j’avale à mon tour une gorgée d’un peu d’alcool fort. Il s’ensuit un soupir désappointé et, sans surprise, je crache le morceau : «Il s’est fait tuer.» Mon associé qui a laissé derrière lui une gamine avec un gosse et une soeur désarmée face à la situation. «C’est lui qui négociait les contrats. J’ai fait ce que j’ai pu sur chantier, puis… » La suite, elle l’a apprise. Comment ? Aucune idée. Ces méthodes sont un grand mystère pour moi, une énigme que je percevais volontiers : elle me  serait utile pour me rapprocher de Kelly. «Puis, j’ai plus eu le temps. Mon père a débarqué. Si ça continue, je vais devoir vendre la baraque… si River est d’accord.» Or, je n’ai aucune idée de ce qu’elle en pense : la communication est rompue. «Elle est partie. J’ai pas compris pour quoi. Je ne…» J’inspire une énorme bouffée d’air et, cette fois, j’avale cul sec mon scotch sur glace. «Tout ce qu’elle m’a laissé, c’est ses rouges-à-lèvre, entre autres… et celui que tu as choisi lui va mieux à elle qu’à toi.» ai-je chuchoté par vexation, pas tant à cause de Sam, mais parce qu’elle a réussi, en moins de cinq minutes, à ce que je crache le morceau avec résignation.






Darkness is your candle.
Et j'ai ramassé les bouts de verre. J'ai recollé tous les morceaux, tout était clair comme de l'eau. Contre le passé y a rien à faire; il faudrait changer les héros dans un monde où le plus beau reste à faire.


it hurts so damn good (joshua) 7e0cint
Revenir en haut Aller en bas
Sam Oakflay
Sam Oakflay
le memento mori
le memento mori
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 46 ans.
SURNOM : Sam en est déjà un.
STATUT : Célibataire, même si dans son esprit, elle n'a jamais réellement été séparée de Joshua.
MÉTIER : Elle flirte avec l'illégalité en faisant disparaître le scandale avant que celui-ci n'éclate. Peu importe la situation, les traces disparaîtront toujours. Officiellement free-lance pour Sergio, une couverture qui lui amène d'autres clients et qui lui permet de déclarer ses revenus.
LOGEMENT : bayside (uc)
it hurts so damn good (joshua) 1669023075-tumblr-nhn1pwaqlc1spc0uxo4-250
POSTS : 310 POINTS : 230

TW IN RP : violence (verbale et physique); drogues; overdose; pornographie infantile et prostitution (mentions dans ma fiche de présa, peut ressurgir en rp)
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : sam croit très fort aux énergies et ne quitte jamais son pendule; souvent, elle s'en remet à lui pour prendre des décisions ༄ caractère incendiaire ༄ aime prétendre ne pas savoir faire certaines choses, uniquement pour qu'on les fasse à sa place ༄ émotionnellement instable ༄ a disparu pendant un an, personne ne sait où elle était où ce qu'elle y a fait.
RPs EN COURS : (7/5) ≡ Mads + Silver + River + Sergio + Louis + Matilda + Jay

it hurts so damn good (joshua) 1669023324-tumblr-n6k5wlucok1qeyop9o2-250

Tenflay - Honey, I rose up from the dead, I do it all the time. I got a list of names, and yours is in red, underlined. I check it once, then I check it twice. Oh, look what you made me do. Look what you just made me do. I don't trust nobody and nobody trusts me. I'll be the actress starring in your bad dreams. - (1) +(2)

it hurts so damn good (joshua) 1669023762-tumblr-f4c45ff5591f27361467316aca8b8f77-27c25409-400

Samer - Maybe she deserves what she's got comin'. She can't hide and there's no runnin' from the guilty, lonely life she's bound to lead. 'Cause she's the other woman - uc
AVATAR : Rose Byrne
CRÉDITS : @doomdays (ava)
DC : Pas de DC
PSEUDO : Shinsekai
Femme (elle)
INSCRIT LE : 30/08/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t45975-there-was-never-wrong-til-there-was-right-sam-oakflay https://www.30yearsstillyoung.com/t46082-when-you-feel-my-heat-look-into-my-eyes-it-s-where-my-demons-hide-sam#2374956

it hurts so damn good (joshua) Empty
Message(#) Sujet: Re: it hurts so damn good (joshua) it hurts so damn good (joshua) EmptyJeu 15 Sep - 15:30


It hurts so damn good.



Je suis ravie de constater que ma présence a toujours autant le don de l’énerver, même après une période d’absence aussi longue. J’ai souvent pensé à lui cette dernière année, me demandant si lui aussi laissait ses pensées divaguer à mon sujet. Rien ne m’aurait fait plus mal que son indifférence, il le sait. C’est dans ce but qu’il essaie d’agir comme s’il était de marbre, comme si me voir réapparaître sans prévenir ne l’affectait en rien. Mais je suis meilleure que lui à ce petit jeu, je l’ai toujours été. Je perçois son agacement, à me voir agir comme si c’était moi la propriétaire des lieux et qu’il n’y était, au mieux, qu’un invité. « Pour toi, je veux bien le croire. Pour moi, ça va déboucher sur une série d’emmerdes. » Je lève les yeux au ciel en signe d’exaspération ; il a toujours eu le don de dramatiser. Il s’agit d’une serrure, ce n’est pas comme si j’avais mis le feu à toute la baraque. « Tu me dois au moins le prix des réparations, Sam. » Mon verre continue de se promener entre mes doigts et j’observe le liquide tanguer dangereusement d’un bout à l’autre avant de ramener mon attention sur Joshua. Le fait qu’il reste debout m’oblige à lever les yeux vers lui et je hoche la tête, telle une enfant résignée que je ne suis pas. « Tu m’enverras la facture. » Mon ton est sérieux mais mon regard lui, ne l’est pas. J’ai beau connaître les moindres détails de son existence, lui ne sait rien me concernant. Il ignore où j’ai passé cette dernière année, pourquoi j’ai disparu et même comment je fais pour gagner ma vie. Les seules informations qu’il a à mon sujet sont celles que je lui ai volontairement laissées, telles des miettes de pain lancées à un oiseau affamé. Je ne paierai pas ces réparations car cette facture ne me parviendra jamais, à moins qu’il ne me la lance au visage un jour prochain. Cette idée m’amuse plus qu’elle ne m’effraie, mais je retiens mon sourire car les raisons qui m’ont poussées à venir le voir ne relèvent guère de l’amusement. Sa vie part à vaut l’eau et je refuse de le voir s’enfoncer davantage ; la seule source tolérée du chaos de son existence s’appelle Sam et je ne tolère pas que d’autres personnes que moi lui causent des problèmes. « De quoi tu parles ? » Oh, on va jouer à ça maintenant ? Joshua se décide enfin à sortir de sa torpeur pour se servir un verre et je ne prends même pas la peine de répondre, me contentant de plonger mes lèvres dans le mien sans le quitter des yeux. « Il faut un coeur pour avoir de la peine, et je suis pas certain que tu en aies un. »  « Tu l’as pourtant senti battre plus d’une fois. » Je hausse un sourcil, faussement déçue d’avoir à lui rappeler le nombre incalculable de fois où il a posé ses mains sur ma poitrine, où nos rythmes cardiaques ne faisaient qu’un. Ces instants sont gravés en moi et je prends un malin plaisir à les lui rappeler, même si je doute qu’il ait pu oublier. Joshua et moi ne sommes peut-être pas capables de cohabiter sans nous entre-tuer, mais notre alchimie n’a jamais été au cœur du problème ; au contraire. « Et je cracherais sur ta pierre tombale, tu veux dire. Mais, ça ne risque pas d’arriver, tu es increvable. Je te le dis, tu es un parasite. » Je distingue à nouveau l’ombre d’un sourire sur son visage aux traits fatigués et je laisse un ricanement m’échapper en imaginant la scène. Il ne se doute pas que ça pourrait arriver n’importe quand, il ignore à quel point je flirte avec le danger en me chargeant des basses besognes pour mes clients. « Ne parle pas trop vite. » Je me contente de laisser planer le doute, juste pour le plaisir de le laisser gamberger sur les raisons de cette réponse évasive. Je ne me sens pas en danger, plus pour le moment. Mais rien ne me dit que la menace qui planait sur ma tête il y a un an n’est pas encore d’actualité, il faut que je reste prudente. Seuls ma fille et Sergio savaient comment me contacter à l’époque et je n’ai encore annoncé mon retour à personne. Le risque est minime, mais pas inexistant. « Il s’est fait tuer. » Joshua se décide à passer à table après avoir bu une longue gorgée de scotch et mes pupilles se contractent alors qu’il obtient toute mon attention. Je suis peut-être au courant des grandes lignes, mais j’espère qu’il me donnera les détails qui me manquent pour comprendre la situation dans son ensemble. « C’est lui qui négociait les contrats. J’ai fait ce que j’ai pu sur chantier, puis…  Puis, j’ai plus eu le temps. Mon père a débarqué. Si ça continue, je vais devoir vendre la baraque… si River est d’accord. » Je me retiens de mettre deux doigts au fond de ma gorge pour qu’il comprenne que ce prénom me donne toujours autant la nausée et je me contente de souffler de mécontentement. Mon ex n’a jamais eu les épaules pour gérer ce genre de responsabilités, trop enclin à subir les situations plutôt que de prendre le taureau par les cornes comme il aurait dû le faire. Évidemment qu’il attend l’aval de River, un chien regarde toujours en direction de son maître avant d’agir. « Elle est partie. J’ai pas compris pour quoi. Je ne…» Pauvre bébé Il espère quoi, ma compassion ? Je suis venue le secouer, pas lui offrir une thérapie de couple aux frais de la princesse. « Tout ce qu’elle m’a laissé, c’est ses rouges-à-lèvre, entre autres… et celui que tu as choisi lui va mieux à elle qu’à toi.» Ah. Mes sourcils se froncent involontairement et je repose mon verre sur le coin d’un meuble, assez brutalement pour que le liquide alcoolisé s’échappe de part et d’autre. « Intéressant comme souvenir d’adieu, tu te travestis à l’occasion ? » J’ignore sa tentative de vexation et me contente de croiser les bras pour le fixer en penchant la tête sur le côté, comme si j’étudiais son attitude après m’avoir exposé ses problèmes. Il ne m’a rien dit que je ne sache déjà ; la mort de son associé, sa rupture avec River, le cancer de son père. « Ta femme se barre et tu n’as pas la moindre idée de ce qu’il s’est passé ? Sérieusement ? » Ça veut dire que j’en sais plus sur elle que lui, mais je décide de garder ça pour moi ; pour l’instant. « Quant à ton père, explique-moi pourquoi tu t’infliges ça ? Tu l’as laissé débarquer, tout comme tu as laissé ta société couler. » S’il cherche de la compassion, ça n’est pas chez moi qu’il la trouvera. « Tu mens à ta fille en prétextant avoir trop de travail et… tu te mens à toi-même. » Je lâche, sans prendre de gants. Autant arracher le sparadrap, il a suffisamment été dorloté ces dernières années. « T’es dans la merde. » Une conclusion franche, à mon image. J’agrémente le tout d’un sourire condescendant et reprend mon verre en main ; mon assurance tranche avec son désarroi et subtilement, je me positionne comme la seule personne de son entourage à être capable de l’aider. Joshua n’a jamais aimé les échecs mais moi, j’ai positionné des pions toute ma vie.  




This feeling in my soul
Cause there’s magic in my bones. I’m in the bathroom looking at me, face in the mirror is all I need. Wait until the reaper takes my life, never gonna get me out alive; I will live a thousand million lives.


it hurts so damn good (joshua) N6ergK3
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Tennenbaum
Joshua Tennenbaum
l'obsession démesurée
l'obsession démesurée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans
SURNOM : Josh
STATUT : Marié
MÉTIER : En faillite
LOGEMENT : a venir
it hurts so damn good (joshua) 1669023324-tumblr-n6k5wlucok1qeyop9o2-250
POSTS : 53 POINTS : 30

PETIT PLUS : A venir
CODE COULEUR : a venir
RPs EN COURS :
it hurts so damn good (joshua) 1669025988-ezgif-com-gif-maker-10
JOLLY
12
Entre moi et mon miroir, l'habitude et le hasard. Entre le soleil et le brouillard qui me racontent des histoires. Ou je te rencontre à l'écart du drôle de monde qui est mien. Je t'attends. Je t'attends, un peu comme un enfant, même si je ne crois plus au Père Noël. Je t'attends, je t'attends. Un peu comme un printemps, avec le coeur aussi grand qu'un soleil.

it hurts so damn good (joshua) 1669023762-tumblr-f4c45ff5591f27361467316aca8b8f77-27c25409-400
SHEBAUM
1(FB)2
La tendresse que tu mets dans ma voix, tous tes gestes sans orages, ni combats. Les larmes que tu n'as pas fait couler, tous ces drames que tu as su m'éviter. C'est de l'or que tu mets dans mon corps, des trésors d'amour qui me dévorent. C'est un sort que tu lances à mon corps, des accords d'ivresse qui s'évaporent. Oui, c'est de l'or.

it hurts so damn good (joshua) 1669026086-tumblr-nhn1pwaqlc1spc0uxo4-250
TENFLAY
12
Je l'ai connue trop tôt mais c'est pas de ma faute, la flèche a traversé ma peau. C'est une douleur qui se garde, qui fait plus de bien que de mal. Mais je connais l'histoire, il est déjà trop tard. Dans son regard, on peut apercevoir qu'elle se prépare au long voyage. Je veux juste une dernière danse avant l'ombre et l'indifférence, un vertige puis le silence.


it hurts so damn good (joshua) 1669026219-tumblr-mzdqe0ia1x1qd5lk3o1-250
TOI?.1OU TOI?.1
You leave in the morning with everything you own in a little black case. Alone on a platform, the wind and the rain on a sad and lonely face. Father will never understand why you had to leave, but the answers you seek will never be found at home, the love that you need will never be found at home. Run away, pushed around and kicked around, always a lonely boy. You were the one that they'd talk about around town as they put you down.

AVATAR : J. Phoenix
CRÉDITS : Herbyflowers (avatar)
DC : Amos Taylor, les raisins de la colère
PSEUDO : Ci !
Femme (elle)
INSCRIT LE : 24/08/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t45879-joshua-la-sympathie-est-le-doux-privilege-de-la-mediocrite https://www.30yearsstillyoung.com/t45983-joshua-i-need-you-to-need-me

it hurts so damn good (joshua) Empty
Message(#) Sujet: Re: it hurts so damn good (joshua) it hurts so damn good (joshua) EmptyDim 18 Sep - 20:22





IT HURTS SO DAMN GOOD
Certes, je tente de manifester toute la mauvaise humeur possible liée à sa présence. Toutefois, causer à propos des emmerdes dont Sam sera à l’origine - comme si je n’en cumulais pas assez - n’avait rien de fléchettes empoisonnées vouées à son coeur. Le sien bat pour survivre. Figuralement parlant, il ne s’emballe ou n’est blessé qu’en de rares occasions et j’ai cessé de croire il y a longtemps que je comptais parmi les rares élus en mesure de la heurter. Peut-être est-ce une erreur d’ailleurs. Souvent, je me suis fait la réflexion que les retours de mon ex dans mon quotidien justifiait d’une forme de sentiments, un qu’elle serait la seule à pouvoir définir. Puis, elle s’en va de nouveau et je me retrouve comme un con avec mes espoirs que nous puissions nous entendre - au moins pour les gosses - beaucoup trop lourds pour mes bras. D’antan, j’aspirais à ce que nous puissions nous retrouver et être heureux ensemble. River a néanmoins changé la donne, mais seulement en partie. Ma femme - si elle l’est toujours -, à défaut de m’apprendre la stabilité - m’a éclairé sur les comportements déviants de Tenflay. Elle m’a sauvé de cet amour indéfectible que je nourrissais pour cette dernière jusqu’au-delà du confins des mondes. Elle ne m’a cependant pas libéré de mon attachement et de cette sensation qu’elle est indispensable à mon existence. «Battre, certainement. Mais, pas pour les bonnes raisons.» me suis-je employer à jouer les hommes bougons, maussades et victimes d’une mauvaise surprise. Pour peu, je lui cracherais d’arrêter de me mentir. Au lieu de ça, mes pupilles lui lancent des éclairs tout aussi évocateurs. Mes leurres ne trompent personne, Sam moins que les autres. Mes tentatives de garder la tête haute ont, a minima, le mérite d’exister. «Oh, mais je n’y manquerai pas.» ai-je affirmé, les bras croisés sur mon torse, une fausse lueur de résolution dansant au fond de mes yeux. Cette menace, je ne l’exécuterai pas et, pour cause, la gravité du timbre de mon interlocutrice ne me dupe pas : elle a l’oeillade moqueuse et mon orgueil me supplie de ne pas lui offrir la satisfaction, le moment venu, de réclamer le prix des réparations des dommages qu’elle a causés aujourd’hui. Devrait-elle me rembourser en monnaie tous les préjudices dont elle m’a accablé que je serais plus riche que Crésus. Sauf que certains ne sont pas quantifiables pécuniairement parlant. Alors, je laisse déjà tomber. Je permets à l’intruse de me conduire au gré de ses envies sur le sentier de la discussion. Au terme de sous-entendu - est-elle sur le point de mourir ? Va-t-elle m’inventer une maladie grave ? Avec elle, tout est possible - qui m’a obligé à baisser ma garde, elle vise le mile de mes problèmes et j’abandonne. A quoi bon lutter contre cette diablesse ? Je le répète, elle est avertie de tout, tout le temps, surtout lorsque je suis concerné. La vie me l’a appris à mes dépens et, longtemps, l’éventualité que nous nous aimions sincèrement convergeait vers cette évidence : je suis toujours au creux de ses préoccupations. Plus tard, j’ai intégré qu’elle adorait surtout se délecter de mes fautes, de ma bêtise. Elle se gausse de railler le capitaine incapable de conduire sa barque sans faire naufrage. Dissimuler ma vérité, c’est donner de l’eau à son moulin. Dès lors, je réinvesti mon salon comme étant le mien - ce qu’il est - et je vide mon sac. J’accouche de mes emmerdes, le débit rapide et le timbre alourdi par l’angoisse d’être enlisé dans les sables mouvants de mes problèmes. La tête rentré dans mes épaules, je me fais pitié. Autant préciser que son lazzi à propos des rouges à lèvres de ma femme me ferait bien sortir de mes gonds s’il me demeurait un soupçon d’énergie consacré à me défendre, à me relever, à recouvrer ma dignité. «Arrête avec elle.» Cesse de préférer ignorer mon mariage et, contrariée qu’il en soit question, d’être mauvaise quand je me mets à nu, ai-je tu parce qu’elle aura compris, Sam. Elle peut lire entre mes lignes. «Hé oui, je suis sérieux. Je vois pas pourquoi ça t’étonne. Tu te barres souvent, et je ne sais jamais vraiment pourquoi !» Je persifle sous prétexte qu’elle juge, encore, en négligeant l’impact de sa versatilité. «Que veux-tu que je te dise ? » Mes bras s’ouvrent en signe de désespoir et, machinalement, j’attrape mon verre pour en avaler une longue gorgée. «Je la baisais mal. Elle ne m’aimait plus. Elle avait besoin de retrouver son job. Je ne sais pas. Tout avait l’air de rouler.» A moins que je ne m’en sois convaincu par confort : ce n’est pas impossible. « Et je sais. Je sais tout ça.» Mon père, mes mensonges à la famille, la nôtre. «Et tu voulais que je fasse quoi, toi qui as l’air de tout savoir ? Parce qu’à part me dire ce que je sais déjà.» En soi, je m’éclabousse en remuant ma merde au quotidien. «Vas-y, je t’écoute. Parce que si tu es juste là pour te foutre de ma gueule, tu peux repartir. Tu connais le chemin et on ne sait plus fermer la porte à clé. » Je suis bon pour dénicher, avant ce soir, de quoi la réparer provisoirement.






Darkness is your candle.
Et j'ai ramassé les bouts de verre. J'ai recollé tous les morceaux, tout était clair comme de l'eau. Contre le passé y a rien à faire; il faudrait changer les héros dans un monde où le plus beau reste à faire.


it hurts so damn good (joshua) 7e0cint
Revenir en haut Aller en bas
Sam Oakflay
Sam Oakflay
le memento mori
le memento mori
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 46 ans.
SURNOM : Sam en est déjà un.
STATUT : Célibataire, même si dans son esprit, elle n'a jamais réellement été séparée de Joshua.
MÉTIER : Elle flirte avec l'illégalité en faisant disparaître le scandale avant que celui-ci n'éclate. Peu importe la situation, les traces disparaîtront toujours. Officiellement free-lance pour Sergio, une couverture qui lui amène d'autres clients et qui lui permet de déclarer ses revenus.
LOGEMENT : bayside (uc)
it hurts so damn good (joshua) 1669023075-tumblr-nhn1pwaqlc1spc0uxo4-250
POSTS : 310 POINTS : 230

TW IN RP : violence (verbale et physique); drogues; overdose; pornographie infantile et prostitution (mentions dans ma fiche de présa, peut ressurgir en rp)
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : sam croit très fort aux énergies et ne quitte jamais son pendule; souvent, elle s'en remet à lui pour prendre des décisions ༄ caractère incendiaire ༄ aime prétendre ne pas savoir faire certaines choses, uniquement pour qu'on les fasse à sa place ༄ émotionnellement instable ༄ a disparu pendant un an, personne ne sait où elle était où ce qu'elle y a fait.
RPs EN COURS : (7/5) ≡ Mads + Silver + River + Sergio + Louis + Matilda + Jay

it hurts so damn good (joshua) 1669023324-tumblr-n6k5wlucok1qeyop9o2-250

Tenflay - Honey, I rose up from the dead, I do it all the time. I got a list of names, and yours is in red, underlined. I check it once, then I check it twice. Oh, look what you made me do. Look what you just made me do. I don't trust nobody and nobody trusts me. I'll be the actress starring in your bad dreams. - (1) +(2)

it hurts so damn good (joshua) 1669023762-tumblr-f4c45ff5591f27361467316aca8b8f77-27c25409-400

Samer - Maybe she deserves what she's got comin'. She can't hide and there's no runnin' from the guilty, lonely life she's bound to lead. 'Cause she's the other woman - uc
AVATAR : Rose Byrne
CRÉDITS : @doomdays (ava)
DC : Pas de DC
PSEUDO : Shinsekai
Femme (elle)
INSCRIT LE : 30/08/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t45975-there-was-never-wrong-til-there-was-right-sam-oakflay https://www.30yearsstillyoung.com/t46082-when-you-feel-my-heat-look-into-my-eyes-it-s-where-my-demons-hide-sam#2374956

it hurts so damn good (joshua) Empty
Message(#) Sujet: Re: it hurts so damn good (joshua) it hurts so damn good (joshua) EmptyMer 28 Sep - 11:42


It hurts so damn good.



Je trouve qu’il gère plutôt bien mon retour, même si son air renfrogné indique qu’il se serait bien passé de me revoir – où est-ce plutôt lié à la disparition de la serrure de sa porte d’entrée ? Jamais je n’ai disparu aussi longtemps, peut-être s’est-il habitué au vide que j’ai laissé derrière moi. Mon discours dénote d’un égocentrisme assumé ; j’estime avoir la même importance dans son existence que lui dans la mienne. Toutefois, aucun de nous deux ne l’avouera jamais à haute voix, ce manque d’un être de qui on ne parviendra jamais à se détacher. Et si Joshua est parvenu à se marier à une autre, je ne dois ma solitude qu’à mon incapacité à choisir le bon partenaire et surtout, à accorder ma confiance. Mon ex est le seul à l’avoir obtenue dans son entièreté et il sera le dernier, j’en suis convaincue. « Battre, certainement. Mais, pas pour les bonnes raisons. » J’accroche son regard en me retenant de rire, habituée à son mode opératoire ; la fuite. Ressasser le passé l’a toujours mis mal à l’aise et j’ignore s’il s’agit là d’un reste de loyauté envers River – pour toujours et à jamais, blablabla – ou s’il préfère oublier l’intensité qui nous liait autrefois. Qui nous lierait toujours d’ailleurs, s’il y mettait un peu du sien. « Tu m’es toujours apparu comme une excellente raison. » De vivre, ou survivre. Je bats des cils, laissant peu de place à l’imagination quant aux scènes qui me reviennent en tête lorsque le sujet glisse sur notre passé sulfureux. Mais Joshua reste braqué sur un autre détail ; les dégâts occasionnés par mon arrivée quelque peu théâtrale. Son air bougon me ferait presque regretter mon geste s’il ne m’amusait pas autant.  « Oh, mais je n’y manquerai pas. » La menace de cette facture plane donc au-dessus de ma tête et je fais semblant de me sentir concernée, comme si j’allais un jour répondre de mes actes. Sa fierté l’empêcherait d’agir, son besoin de m’éviter suffirait à le convaincre de ne pas me faire face pour si peu. Je suis toujours l’instigatrice de nos rencontres car je sais toujours où il se trouve, alors que lui ignore même parfois si je suis encore en ville. Ce contrôle permanent me rassure, me permet d’avoir un œil sur ses activités et surtout ; d’être sûre que tout va bien. J’ai eu du mal à accepter le fait qu’il mène sa barque sans moi et en réalisant que le bateau prenait l’eau, je n’ai pas pu m’empêcher d’éprouver de la joie. De la satisfaction, aussi. Pas de le voir perdre pied, mais de le sentir suffisamment esseulé que pour avoir besoin de mon aide, pour être heureux de me voir revenir dans sa vie. Comme quoi, tous les vœux de mariage du monde ne suffisent pas toujours. « Arrête avec elle. » Je fronce le nez et mes yeux prennent une nuance plus foncée, comme à chaque fois que je suis contrariée. « J’arrêterai quand ça me chantera. » Une précision que je ne devrais même plus apporter depuis toutes ces années, mais lorsqu’il est question de sa précieuse River, Joshua a tendance à oublier les bonnes manières. « Tu t’obstines à la défendre alors qu’elle t’a laissé tomber, c’est… » Inconcevable. Mais le sujet River ne m’amuse guère et j’aime autant ne pas lui donner d’autres munitions pour continuer à torpiller ma patience. « Hé oui, je suis sérieux. Je vois pas pourquoi ça t’étonne. Tu te barres souvent, et je ne sais jamais vraiment pourquoi ! » Oui mais moi, je suis un vrai mystère. River est aussi complexe qu’une feuille morte, on ne compare pas l’incomparable. « Tu n’as jamais demandé. » Je souffle avec spontanéité, non pas qu’une question vaille forcément une réponse – dans ce cas précis. « Que veux-tu que je te dise ? Je la baisais mal. Elle ne m’aimait plus. Elle avait besoin de retrouver son job. Je ne sais pas. Tout avait l’air de rouler. » Elle allait voir ailleurs. Je ne sais pas ce qui me retient de lui offrir la réponse à toutes ses questions, de mettre fin au supplice de l’attente d’une fin – heureuse ou non. Sans doute n’ai-je point envie d’être, une fois de plus, la source de sa peine et de sa douleur. C’est River la coupable cette fois, mais vous savez ce qu’on dit ; c’est toujours le messager qui trinque dans l’histoire. « Le problème avec toi, c’est que tu préfères porter des œillères que d’affronter la réalité. » Je n’ajouterai rien de plus ; à lui de se poser les bonnes questions, merde. Je suis pas sa foutue conseillère matrimoniale. « Et je sais. Je sais tout ça. Et tu voulais que je fasse quoi, toi qui as l’air de tout savoir ? Parce qu’à part me dire ce que je sais déjà. Vas-y, je t’écoute. Parce que si tu es juste là pour te foutre de ma gueule, tu peux repartir. Tu connais le chemin et on ne sait plus fermer la porte à clé. » Joshua s’énerve et m’arrache un énième sourire. J’y vois une bonne nouvelle, la preuve qu’il n’a peut-être pas perdu toute combattivité finalement. « Hey, c’est pas moi qui me suis mis l’univers à dos. » Je prends un air sévère en pointant du doigt le dessus de nos têtes, comme si ses malheurs étaient dû à un mauvais karma et non au résultat de la somme de ses mauvaises décisions. « Je peux déjà te dire que ta fille n’est pas dupe et qu’il serait temps que tu assumes la situation. Et je suis pas comptable, mais déclarer faillite avant d’avoir tout fait pour sauver les meubles me semble être une solution de facilité. » Je hausse un sourcil avant de pencher la tête sans cesser de l’observer, portant à nouveau mon verre à mes lèvres. « T’as besoin d’argent ? » Je n’aborde jamais la question, parce que je n’ai pas envie qu’il s’imagine que ma situation est aisée. Mais je ne peux pas le laisser comme ça – et si ça l’aide à se défaire de River et de sa maison peuplée de nains de jardin, ça n’en sera que plus bénéfique. 




This feeling in my soul
Cause there’s magic in my bones. I’m in the bathroom looking at me, face in the mirror is all I need. Wait until the reaper takes my life, never gonna get me out alive; I will live a thousand million lives.


it hurts so damn good (joshua) N6ergK3
Revenir en haut Aller en bas
Joshua Tennenbaum
Joshua Tennenbaum
l'obsession démesurée
l'obsession démesurée
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 48 ans
SURNOM : Josh
STATUT : Marié
MÉTIER : En faillite
LOGEMENT : a venir
it hurts so damn good (joshua) 1669023324-tumblr-n6k5wlucok1qeyop9o2-250
POSTS : 53 POINTS : 30

PETIT PLUS : A venir
CODE COULEUR : a venir
RPs EN COURS :
it hurts so damn good (joshua) 1669025988-ezgif-com-gif-maker-10
JOLLY
12
Entre moi et mon miroir, l'habitude et le hasard. Entre le soleil et le brouillard qui me racontent des histoires. Ou je te rencontre à l'écart du drôle de monde qui est mien. Je t'attends. Je t'attends, un peu comme un enfant, même si je ne crois plus au Père Noël. Je t'attends, je t'attends. Un peu comme un printemps, avec le coeur aussi grand qu'un soleil.

it hurts so damn good (joshua) 1669023762-tumblr-f4c45ff5591f27361467316aca8b8f77-27c25409-400
SHEBAUM
1(FB)2
La tendresse que tu mets dans ma voix, tous tes gestes sans orages, ni combats. Les larmes que tu n'as pas fait couler, tous ces drames que tu as su m'éviter. C'est de l'or que tu mets dans mon corps, des trésors d'amour qui me dévorent. C'est un sort que tu lances à mon corps, des accords d'ivresse qui s'évaporent. Oui, c'est de l'or.

it hurts so damn good (joshua) 1669026086-tumblr-nhn1pwaqlc1spc0uxo4-250
TENFLAY
12
Je l'ai connue trop tôt mais c'est pas de ma faute, la flèche a traversé ma peau. C'est une douleur qui se garde, qui fait plus de bien que de mal. Mais je connais l'histoire, il est déjà trop tard. Dans son regard, on peut apercevoir qu'elle se prépare au long voyage. Je veux juste une dernière danse avant l'ombre et l'indifférence, un vertige puis le silence.


it hurts so damn good (joshua) 1669026219-tumblr-mzdqe0ia1x1qd5lk3o1-250
TOI?.1OU TOI?.1
You leave in the morning with everything you own in a little black case. Alone on a platform, the wind and the rain on a sad and lonely face. Father will never understand why you had to leave, but the answers you seek will never be found at home, the love that you need will never be found at home. Run away, pushed around and kicked around, always a lonely boy. You were the one that they'd talk about around town as they put you down.

AVATAR : J. Phoenix
CRÉDITS : Herbyflowers (avatar)
DC : Amos Taylor, les raisins de la colère
PSEUDO : Ci !
Femme (elle)
INSCRIT LE : 24/08/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t45879-joshua-la-sympathie-est-le-doux-privilege-de-la-mediocrite https://www.30yearsstillyoung.com/t45983-joshua-i-need-you-to-need-me

it hurts so damn good (joshua) Empty
Message(#) Sujet: Re: it hurts so damn good (joshua) it hurts so damn good (joshua) EmptyJeu 29 Sep - 15:54





IT HURTS SO DAMN GOOD
Las de rester debout au milieu du salon, je finis par m’avachir dans mon divan, moins hébété par la franchise de Sam - j’y suis habitué - que par l’allusion dissimulée derrière son sous-entendu. Depuis qu’elle est arrivée et qu’il n’est plus question de ma serrure, nous ne nous exprimons qu’à travers eux. Nous nous lançons des piques plus longues et plus pointues que des lances du moyen-âge. Pas cette fois, cependant. Moi, ce que j’entends - et je ne doute pas d’avoir raison - c’est que durant toutes ces années où nous nous sommes battus, déchirés et, parfois, adulés, elle a été sincère et l’était toujours dans sa souffrance après ma rencontre avec River. Chacune de ses tentatives pour nous ramener l’un vers l’autre était pensé, réfléchi, non pas dans le but de foutre en l’air ma stabilité parce que me nuire l’amusait, mais parce qu’elle avait mal. Stupéfié, j’appuie mes coudes sur mes genoux, mes mains pendant dans le vide et je l’ai dévisagée. J’ai rivé mon regard dans ses pupilles qui suent de toute sa détermination. Un instant durant, le temps s’arrête. Je ne l’observe plus, je la contemple et j’affiche mon premier sourire depuis son arrivée. Elle ne m’a pas flatté, elle a ébranlé les battements de mon coeur. Comment est-ce possible ? J’ai refait ma vie depuis Sam. River, quoique son silence me déçoit et me crucifie sur la croix de l’abandon, je l’ai aimée profondément. Derrière ma colère envers elle, les sentiments demeurent certainement. Hypnotisé par mon ex, je ne pipe plus mot jusqu’à ce qu’elle me ramène à la réalité. Dans sa bouche, le prénom de mon épouse résonne comme un piano désaccordé. C’est presque proche de l’insulte et je m’emporte. Je prends la défense de la mère de Liberty et ferme ainsi une parenthèse pourtant agréable. « Ah. Parce que toi, tu ne m’as pas laissé tomber ?» ai-je haussé le ton, frappant du poing sur mon genou. «Tu n’as fait que ça.» Horrifié par ma réaction, je me radoucis au point d’assouvir sa curiosité. J’offre les causes et les conséquences de ma situation sur un plateau d’argent, le coeur tapissé d’espoir. Lequel ? Obtenir de l’aide ? Quelle blague ! Je n’entends que des reproches. Je me sens tout à coup aussi minables que mes résultats scolaires quand j’étais gamin. Pourquoi m’enfonce-t-elle, Sam ? S’ennuyait-elle au point de se pointer chez moi après un an d’absence dans l’unique but de me torturer ? De m’afficher au tableau des scores comme le grand perdant ? Le plus triste, c’est que je n’en serais pas étonné. Désabusé, peut-être, mais pas surpris. «Tu es de mauvaise foi en plus.» ai-je persiflé, moins tendu, mais tout de même nerveux. Mon talon claque sur le parquet. Mon genou s’agite de haut en bas et, tandis qu’elle se lève d’un bon pour désigner de l’index “l’univers”. « L’univers. J’y crois pas.» Je la sais fantasque. Je la revois utiliser son pendule comme si c’était normal et à la portée de tout le monde. Elle me faisait rire, à l’époque. Je la trouvais également séduisante au point que je lui tournais autour afin de recueillir son attention et son affection. Aujourd’hui, elle me tape sur les nerfs avec ces réflexions pseudos-ésotériques et je l’imite. Je quitte mon siège moi-aussi. J’ouvre la bouche prêt à répliquer, sauf que rien ne me vient. «Tu me fatigues.» ai-je balancé à la volée, penaud de me tourner moi-même en ridicule. En toute franchise, j’aurais mieux fait d’abandonner au lieu d’aggraver mon cas. Malheureusement, je persiste dans ma bêtise. « Tu m’emmerdes, Sam. Tu crois que je suis complètement con toi aussi ? Tu crois que je sais pas que je dupe personne ?  » Pas même mon père malgré son égoïsme patent. «Si j’avais des solutions, je les aurais mises en place. Mais, je suis pas calibré pour celles qui existent et tu le sais aussi bien que moi. Alors, pourquoi ? Pourquoi tu te fais une spécialité de me rappeler que je suis pas à la hauteur de mes ambitions ? Qu’est-ce que ça t’apporte ? » Je beugle les mots sans regretter et, pour cause, les disputes, entre Sam et moi, elles sont rassurantes. Elle crie. Je tempête. Nous nous toisons et la rage redescend comme un soufflé sorti trop tôt du four. Notre moteur à l’apaisement ? Je l’ignore. La confrontation peut-être. En attendant de résoudre ce mystère datant de notre première rencontre, je finis par me laisser tomber dans la causeuse. Je dépose les armes. J’admets que je suis perdu, perdu sans River, perdu sans Sam. Mais, suis-je à ce point au bord du gouffre pour accepter son argent ? Il m’aiderait, je ne peux pas le nier, mais il y aura une contrepartie et, une fois de plus, je la détaille. Je la dévisage d’un regard inquisiteur. «Sam… si je te dis oui, et que tu m’en prêtes, ça va me coûter quoi après ? » Elle n’a pas de scrupules, mon ex. Elle serait prête à exiger mon divorce pour sauver ma société. «Et pourtant, ouais, j’ai besoin d’argent. J’ai besoin d’aide pour la boîte aussi. J’ai besoin de relancer les clients. J’ai…. je ne veux pas…» Tout perdre ou contacter River pour lui annoncer qu’il conviendra bientôt de vendre la maison. «Je ne veux pas tout foutre en l’air. Mais, je ne veux pas devenir ton pantin non plus.» Dans ce cas, j’attends quoi pour refuser tout de go ?


Revenir en haut Aller en bas
Sam Oakflay
Sam Oakflay
le memento mori
le memento mori
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 46 ans.
SURNOM : Sam en est déjà un.
STATUT : Célibataire, même si dans son esprit, elle n'a jamais réellement été séparée de Joshua.
MÉTIER : Elle flirte avec l'illégalité en faisant disparaître le scandale avant que celui-ci n'éclate. Peu importe la situation, les traces disparaîtront toujours. Officiellement free-lance pour Sergio, une couverture qui lui amène d'autres clients et qui lui permet de déclarer ses revenus.
LOGEMENT : bayside (uc)
it hurts so damn good (joshua) 1669023075-tumblr-nhn1pwaqlc1spc0uxo4-250
POSTS : 310 POINTS : 230

TW IN RP : violence (verbale et physique); drogues; overdose; pornographie infantile et prostitution (mentions dans ma fiche de présa, peut ressurgir en rp)
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : sam croit très fort aux énergies et ne quitte jamais son pendule; souvent, elle s'en remet à lui pour prendre des décisions ༄ caractère incendiaire ༄ aime prétendre ne pas savoir faire certaines choses, uniquement pour qu'on les fasse à sa place ༄ émotionnellement instable ༄ a disparu pendant un an, personne ne sait où elle était où ce qu'elle y a fait.
RPs EN COURS : (7/5) ≡ Mads + Silver + River + Sergio + Louis + Matilda + Jay

it hurts so damn good (joshua) 1669023324-tumblr-n6k5wlucok1qeyop9o2-250

Tenflay - Honey, I rose up from the dead, I do it all the time. I got a list of names, and yours is in red, underlined. I check it once, then I check it twice. Oh, look what you made me do. Look what you just made me do. I don't trust nobody and nobody trusts me. I'll be the actress starring in your bad dreams. - (1) +(2)

it hurts so damn good (joshua) 1669023762-tumblr-f4c45ff5591f27361467316aca8b8f77-27c25409-400

Samer - Maybe she deserves what she's got comin'. She can't hide and there's no runnin' from the guilty, lonely life she's bound to lead. 'Cause she's the other woman - uc
AVATAR : Rose Byrne
CRÉDITS : @doomdays (ava)
DC : Pas de DC
PSEUDO : Shinsekai
Femme (elle)
INSCRIT LE : 30/08/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t45975-there-was-never-wrong-til-there-was-right-sam-oakflay https://www.30yearsstillyoung.com/t46082-when-you-feel-my-heat-look-into-my-eyes-it-s-where-my-demons-hide-sam#2374956

it hurts so damn good (joshua) Empty
Message(#) Sujet: Re: it hurts so damn good (joshua) it hurts so damn good (joshua) EmptyMar 18 Oct - 13:53


It hurts so damn good.



Le temps semble se suspendre tandis que Joshua reste là à me fixer sans dire un mot, comme s’il était victime d’une soudaine prise de conscience – à moins qu’il ne soit entrain de faire une attaque. Il me déstabilise et mon sourcil droit se lève, curieuse de savoir ce qui se cache derrière la lueur qui danse dans son regard. Je suis en mesure de contrôler beaucoup de choses, mais ses pensées restent un mystère auquel je n’aurai jamais accès. Je me targue de le connaître par cœur, mais il parvient encore à me surprendre à des instants où j’ai pourtant l’impression d’être inébranlable. Et c’est probablement dans ce côté désarmant que réside mon incapacité à me détacher de lui. J’ai beau l’accuser d’être prévisible au possible, la vérité demeure ; jamais personne n’est parvenu à me déboussoler comme il le fait. Pour preuve, le sourire qu’il me lance comme s’il détenait une information qui m’échappe me fait vriller davantage. Perplexe, je reprends la parole pour cracher mon venin sur River. « Ah. Parce que toi, tu ne m’as pas laissé tomber ? »  Comme d’habitude, mes mots suffisent à le sortir de son mutisme et c’est à mon tour de sourire, ravie d’avoir renversé la vapeur. « Tu n’as fait que ça. » Il hausse le ton et cède aux reproches, ceux que j’ai déjà entendu des dizaines de fois et qui me blessent toujours autant. Ignore-t-il encore que je n’ai jamais cessé de me battre contre moi-même pour sauver notre couple ? Force est de constater que j’ai échoué, mais parce que c’est lui qui a fini par baisser les bras. « Si mes souvenirs sont bons, c’est toi qui m’as quittée. Pas l’inverse. » Mon détachement est feint et les souvenirs en question sont bien plus vivaces que je ne m’autorise à l’avouer. Cette rupture m’a brisée et jamais je n’oublierai la façon dont il est parti sans même se retourner, nous abandonnant ma fille et moi. Je sens une boule se former dans ma gorge et je bois une gorgée supplémentaire pour faire passer l’amertume du passé. Revenir dessus me rend nerveuse et je préfère dès lors me concentrer sur le présent, plus particulièrement sur la situation délicate dans laquelle mon ex se trouve. « Tu es de mauvaise foi en plus. » Je ne peux le nier, mais qu’il ne compte pas sur moi pour le reconnaître. « C’est la vérité. » Je hausse les épaules, faisant fi des nombreux détails liés au contexte de l’époque qui l’ont poussé à agir de la sorte avec moi. Aurais-je répondu à ses questions s’il me les avait posées ? Non. Mais sous-entendre le contraire a le don de l’énerver et une part de moi jubile, comme à chaque fois qu’il sort de ses gonds par ma faute. « L’univers. J’y crois pas. » Sa réponse ne m’étonne pas. Il est trop cartésien pour croire en quoique ce soit dépassant le plan physique et n’a jamais prétendu s’intéresser à ces sujets qui me passionnent depuis toujours. « Tu me fatigues. » Je lève les yeux au ciel, à peine ébranlée par cette vaine tentative de défense. Tout le fatigue, pour peu que ça n’aie pas dans son sens et qu’il faille se battre un peu. « C’est la vie qui te fatigue Joshie, si tu ne fais pas attention tu vas finir comme lui. » Je n’ai pas besoin de préciser à qui je fais référence ; le cancer, la solitude, toutes ces choses qui le feraient crever plus vite encore si ça finissait par lui tomber dessus également. « Tu m’emmerdes, Sam. Tu crois que je suis complètement con toi aussi ? Tu crois que je sais pas que je dupe personne ?  Si j’avais des solutions, je les aurais mises en place. Mais, je suis pas calibré pour celles qui existent et tu le sais aussi bien que moi. Alors, pourquoi ? Pourquoi tu te fais une spécialité de me rappeler que je suis pas à la hauteur de mes ambitions ? Qu’est-ce que ça t’apporte ? » Il s’emporte et je le laisse faire, parce que je suis certaine qu’il n’ose pas parler comme ça à sa chère et tendre. Moi je peux encaisser, je sais à quel point s’en prendre à une autre personne peut se montrer salvateur, surtout quand on n’en peut plus de se marteler soi-même. « J’aimerais juste que tu te réveilles, y a que toi qui peut te bouger le cul. C’est juste plus facile de rester là à contempler les dégâts plutôt que d’agir, pas vrai ? » Je le pousse dans ses retranchements ; ça m’insupporte de le voir se ratatiner sur lui-même de la sorte alors qu’il est capable de mieux, beaucoup mieux. Si j’étais restée dans les parages, je suis convaincue que rien de tout ça ne serait arrivé. Une part de moi se sent responsable, j’ignore pourquoi. Je ne lui dois rien, plus depuis longtemps, plus depuis qu’il a décidé de m’abandonner et de se mettre avec une gamine. Et pourtant les mots franchissent spontanément mes lèvres ; je lui propose de l’argent. Si la proposition part d’un bon sentiment, je décide immédiatement qu’il ne s’en sortira pas à si bon compte. Et il me connaît mon ex, puisque sa première question croise le fil de mes pensées. « Sam… si je te dis oui, et que tu m’en prêtes, ça va me coûter quoi après ? » Un rire m’échappe – pourquoi suis-je encore surprise par le fait qu’il me connaisse aussi bien ? Il maîtrise son sujet Joshua, même si je suis réputée pour ma versatilité. « J’y ai pas encore réfléchi. » Mais la perspective d’avoir un réel ascendant sur lui me plaît. Ça me plaît beaucoup trop. « Et pourtant, ouais, j’ai besoin d’argent. J’ai besoin d’aide pour la boîte aussi. J’ai besoin de relancer les clients. J’ai…. je ne veux pas… Je ne veux pas tout foutre en l’air. Mais, je ne veux pas devenir ton pantin non plus. » Je hausse les épaules et fais mine de n’en avoir cure de ce qu’il pourrait décider. « Je ne te le proposerai pas deux fois. C’est à prendre ou à laisser. » Peut-être que je bluffe, peut-être pas. J’ai l’étrange sensation de tenir son avenir entre mes mains manucurées et je jubile intérieurement. Je suis la seule à être capable de le sortir de ce merdier, j’en ai désormais la preuve concrète. « Et rien ne dit que je te demanderai forcément quelque chose en échange, ça me fait plaisir de t’aider. » J’accroche son regard de mes yeux innocents, intimement convaincue par mes propos. Je vide mon verre d’un trait et le dépose sur son bar, cherchant du regard le poison sur lequel je vais jeter mon dévolu par la suite. Je l’ignore complètement ; je sais qu’il pèse le pour et le contre dans son esprit torturé et je me délecte de son impuissance face à ce que j’ai à lui offrir. S’il accepte, ce sera comme s’il déroulait le tapis rouge pour me faire revenir dans sa vie. Et sans passer par la petite porte. « Alors ? » Mon impatience se fait sentir et plutôt qu’un verre, je m’allume une cigarette en me tournant vers lui. Sourcil relevé, je ne m’inquiète même pas de savoir s’il fume ou non chez lui ; River n’est plus dans les parages pour râler, de toute façon. [/color]





This feeling in my soul
Cause there’s magic in my bones. I’m in the bathroom looking at me, face in the mirror is all I need. Wait until the reaper takes my life, never gonna get me out alive; I will live a thousand million lives.


it hurts so damn good (joshua) N6ergK3
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

it hurts so damn good (joshua) Empty
Message(#) Sujet: Re: it hurts so damn good (joshua) it hurts so damn good (joshua) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

it hurts so damn good (joshua)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city :: logements
-