AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -59%
TEFAL Marmite 28 cm inox – Tous feux dont ...
Voir le deal
21.99 €

 home, let me come home › lex

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jenna Caldwell
Jenna Caldwell
les regrets oubliés
les regrets oubliés
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-huit ans (30/07/1984)
SURNOM : jen quand on lui en donne un.
STATUT : célibataire, encore et toujours.
MÉTIER : elle a ouvert sa galerie d'art le 5 novembre 2022 à Toowong. avant cela elle était conservatrice de musée.
LOGEMENT : elle a acheté une petite maison au numéro 10 sherwood road, elle laisse finn squatter la chambre d'amis.
home, let me come home › lex Tumblr_inline_nvtd3hxCB51qlt39u_250
POSTS : 549 POINTS : 0

TW IN RP : deuil, fausse couche, cancer, maladie.
TW IRL : aucun.
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : est arrivée à Brisbane à huit ans › a la nationalité Américaine et Australienne › a habité à New York de mars 2020 à juillet 2022 › addict au café › déteste les réseaux sociaux › a fait une fausse couche en novembre 2019 › fait la plupart de ses déplacements en vélo ou en bus › aime dessiner et utiliser des crayons de couleurs pour donner vie à ses dessins › a terriblement peur de la solitude.
CODE COULEUR : #cc6699
RPs EN COURS : finnleymatthewhassanlexcarminemadisonrhett.2darcy

ua bunyip olivelouis

(10/10)

RPs EN ATTENTE : gabrielle › owen ›

RPs TERMINÉS : 2022 rhett
AVATAR : rose leslie.
CRÉDITS : neverland-graphics (avatar), loonywaltz (ub), tumblr (gifs).
DC : identité unique.
PSEUDO : mollywobbles (emma).
Femme (elle)
INSCRIT LE : 15/05/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t45837-jenna-never-give-up-on-a-dream https://www.30yearsstillyoung.com/t45963-jenna-midnight-tales

home, let me come home › lex Empty
Message(#) Sujet: home, let me come home › lex home, let me come home › lex EmptyMar 13 Sep 2022 - 17:36



home, let me come home
@Alexa Monroe & Jenna Caldwell
Ne pas fuir tout le monde. C’est ce que tu avais promis à ta tante. Ces deux dernières années, tu t’étais coupée de tout le monde à part ta famille. Certes, ces derniers étaient ravis de te revoir à Brisbane et de pouvoir te voir plus régulièrement mais tu doutais que cela soit le cas de tout le monde. Tu étais partie comme une petite souris, tu n’avais fait aucun bruit. Tu avais envoyé un petit mot d’un côté puis un autre de l’autre mais tu n’avais donné aucune réelle raison à personne. Pourtant, les raisons étaient nombreuses, tu n’en manquais pas. Mais les formuler, les partager, c’était quelque chose que tu ne t’étais pas sentie faire. Et puis il y avait eu cette opportunité au MET, pouvait-on refuser ce genre de poste ? Tu t’étais cachée derrière, tu continuais à le faire d’ailleurs. Toutefois, tu savais qu’avec tes amis les plus proches, cela n’allait pas fonctionner. Tu pouvais déjà voir leur réaction, ils auraient été ravis pour toi et t’auraient encouragés. Mais la vérité était beaucoup plus sombre que cette opportunité professionnelle et elle te hantait encore. Ce bébé que tu avais perdu, il n’était peut-être pas plus gros d’une petite graine mais tu l’avais aimé comme s’il avait déjà été là. Le perdre si brutalement et sans aucune explication avait été un supplice. Encore aujourd’hui, y penser t’affectait énormément voilà pourquoi tu évitais d’y penser. Quand tu avais fait une liste de toutes les personnes qui avaient dû être affectées par ton départ, il y en avait une en particulier que tu avais mis en haut de la liste. Cette personne, c’était Lex. Votre amitié remontait à ton arrivée à Brisbane et ne pouvait d’ailleurs plus être qualifiée d’amitié. Au fil des années, vous étiez devenues aussi proches que des sœurs. Tu avais hésité de nombreuses fois à prendre ton téléphone pour l’appeler mais tu n’avais jamais sauté le pas, trop apeurée d’avoir envie de rentrer, trop apeurée de faire encore plus de dégâts que ceux que tu avais déjà causés.

Désormais, tu étais de retour à Brisbane et tu ne voulais pas que Lex te croise dans la rue et apprenne ainsi ton retour. Tu lui devais au moins de lui annoncer ton retour même si son accueil risquait d’être très froid. Il était temps de prendre ton courage à deux mains. En rentrant de la galerie, tu étais passée à la salle de bain avant d’enfiler une robe de printemps. Tu laissais tes cheveux tomber sur tes épaules et te maquillais très légèrement. Tu n’allais pas à un rendez-vous galant de toute manière. En sortant, tu pris le temps de saluer Finn et de lui confier tes plans pour la soirée. Tu notais dans un coin de ta tête la nécessité de vous organiser une petite soirée entre colocataires ce que vous n’aviez pas vraiment pris le temps de faire pour l’instant. Tu pris le bus à l’arrêt le plus proche pour te rendre à Spring Hill. Tu espérais que Lex n’avait pas changé d’adresse depuis la dernière fois que tu lui avais rendu visite. En sortant du bus, tu fis un arrêt dans un supermarché pour acheter une bouteille de vin et de quoi grignoter. Il n’était pas question de te pointer comme une fleur et avec les mains vides. Tu avais bien veillé à ne pas venir trop tôt, il y avait peu de chances que Lex ait diminué son temps de travail depuis que tu avais quitté la ville. Une fois devant son immeuble, tu pris une profonde inspiration prenant le temps de reprendre tes esprits. Le code de l’immeuble te revint machinalement à l’esprit et tu pénétrais dans l’immeuble. Tu pris l’ascenseur jusqu’à l’étage où se trouvait le loft de Lex et une fois devant, le cœur battant, tu frappais à la porte. Tu attendis quelques instants avant que la porte s’ouvre et la voix un peu coincée dans ta gorge, tu lui dis : « Salut Lex. » Rien de plus, tu voulais savoir comment elle allait réagir avant de rajouter quoi que ce soit d’autre. C’était intimidant de se retrouver dans cette position mais tu n’avais pas d’autres choix. Est-ce que Lex allait te crier dessus ou te fermer la porte aux nez ? Son indifférence serait certainement ce qui te blesserait le plus mais il fallait te préparer à toutes les éventualités. Lex était la première personne avec qui tu cherchais à reprendre contact et tu ne pus t’empêcher d’espérer que les fois suivantes seraient plus faciles même si tu en doutais.


home, let me come home › lex SasC63f
home, let me come home › lex ZKSiRSA
home, let me come home › lex 982718museum2
home, let me come home › lex EIhyBXy
home, let me come home › lex ZZBr7e1
home, let me come home › lex Leo10
Revenir en haut Aller en bas
Alexa Monroe
Alexa Monroe
La promesse assassine
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 39 ans déjà (22/03/1983).
SURNOM : Lex pour le plus grand nombre, Lexie pour quelques rares privilégiés, et ses collègues se contentent de Monroe.
STATUT : Se prétend satisfaite d'être mariée à son boulot et de ses aventures sans lendemain, même si son cœur bat plus fort quand 'elle' est dans les parages.
MÉTIER : Flic depuis toujours, inspectrice aux homicides depuis juillet 2018. Ses méthodes sont de plus en plus bordeline, et si personne ne se doute encore de rien, à trop vouloir jouer avec le feu, elle finira sûrement par se brûler.
LOGEMENT : Un loft au dernier étage d'une ancienne usine rénovée, au N°28, Parkland Boulevard, Spring Hill.
home, let me come home › lex Tumblr_inline_pcd5ekp8jt1rfmocr_250
POSTS : 548 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Parle peu d'elle et accorde rarement sa confiance. ∞ A un caractère très affirmé. ∞ Ne se sépare jamais de son pendentif double signe de l'infini. ∞ Se déplace à moto, une Kawasaki Ninja 650. ∞ A un tatouage sur tout le dos : un phénix renaissant de ses cendres. ∞ Dévouée à son travail, ne compte pas les heures supp. ∞ Quand elle ne bosse pas, elle s'entraîne au tir, au combat ou fait du sport. ∞ Adepte de la junk food, elle ne sait pas se faire à manger. ∞ Joue aux jeux vidéos, ses goûts sont variés.
RPs EN COURS : home, let me come home › lex T67t
CASSIDY #2 ∞ I am short of breath standing next to you. I am out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat. You are beautiful like I've never seen.

home, let me come home › lex Krdd
JENNA #1 ∞ No, I don't want to talk about myself, tell me where it hurts. I just want to build you up, build you up, till you're good as new.

home, let me come home › lex Dxti
BYRON #3 ∞ You know I'll take my heart clean apart, if it helps yours beat. It's okay if you can't catch your breath, you can take the oxygen straight out of my own chest.

home, let me come home › lex 5prk
ELIOT #1 ∞ Nobody said it was easy, it's such a shame for us to part. Nobody said it was easy, no one ever said it would be this hard. Oh, take me back to the start.

home, let me come home › lex 1hzk
ABEL #3 ∞ You got troubles, I've got them too. There isn't anything I wouldn't do for you. We stick together and see it through, cause you've got a friend in me. As the years go by, our friendship will never die.

(FB) Anwar (2022) HugoBillieAxelMuiredach.

RPs EN ATTENTE : home, let me come home › lex E98l
DARIO (scénario libre) ∞ But it's a bad bet, certain death, but I want what I want and I gotta get it. Burn with me, and when the fire dies, darkened skies, hot ash, dead match, only smoke is left.

RPs TERMINÉS : Abel 1Byron 1Byron 2Leslie 1MacLeod 1Abel 2Cassidy 1Marathon.

AVATAR : Eliza Dushku.
CRÉDITS : junkiie (avatar).
DC : Quinn, la fracture originelle & Silver, la grâce obscure.
PSEUDO : Lumen.
INSCRIT LE : 31/01/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42837-lex-infinity-times-infinity https://www.30yearsstillyoung.com/t42877-lex-infinity-times-infinity https://www.30yearsstillyoung.com/t42878-alexa-monroe

home, let me come home › lex Empty
Message(#) Sujet: Re: home, let me come home › lex home, let me come home › lex EmptyLun 19 Sep 2022 - 13:23



home, let me come home
(don't be a stranger)

Encore un soir de semaine passé le nez dans cette foutue paperasse administrative qui, à ton plus grand désespoir, représente un pourcentage indécent de ton temps de travail. En tout état de cause, le seul élément positif à retenir des dernières heures est la présence de ta partenaire à tes côtés. Affublée de la même tâche aussi ennuyeuse que répétitive, vous avez su vous apporter un soutien mutuel. Ou, de façon plus réaliste, Cassidy t'a soutenue pendant que tu enchaînais les soupirs et autres râles agacés, ainsi que quelques jurons par-ci par-là. T'es comme ça, tu n'y peux rien. Même si ce n'est pas pour ça que tu es devenue flic, tu te dis souvent que les films et les séries télé ont tendance à survendre le job : non, tu ne poursuis pas des criminels à longueur de journée et non, tu ne passes pas non plus ton temps à étudier des preuves pour trouver des pistes ni à interroger des gens sur ce qu'ils faisaient 'la nuit dernière entre trois et quatre heures du matin'. Par contre, des rapports à détailler et des PV à remplir, t'en as à la pelle. Beaucoup trop. Tu aimerais laisser ce boulot ingrat à des subordonnés - parce que finalement, tu portes le badge d'inspectrice - seulement voilà : ce n'est pas de cette façon que les choses fonctionnent. Alors, tu encaisses et tu te plies au règlement (presque) sans broncher.

C'est donc fatiguée et légèrement sur les nerfs que tu insères la clé dans la serrure de ton loft, à dix-neuf heures trente. Tu as la ferme intention de te faire réchauffer au micro-ondes le premier plat cuisiné que tu vas dénicher dans ton frigo, avant de te poser sur ton canapé, ta manette de Playstation entre les mains. Buter du zombie, c'est ton propre moyen de décompresser, bien que seule une poignée de personnes de ton entourage soit au courant de ta facette geek. Une fois à l'intérieur de la spacieuse pièce de vie intégrant hall d'entrée, salon, cuisine et salle à manger, tu te sépares de ta veste en cuir et de tes baskets histoire d'être plus à l'aise. Puis, direction le fameux frigo, que tu as à peine le temps d'ouvrir : on frappe à ta porte. Ugh, c'est pas vrai, tu jures entre tes dents. Tu viens seulement de rentrer, tu as une faim de loup et on vient t'emmerder avant même que tu n'aies pu calmer ton estomac. Ça promet déjà, question accueil. Avant d'aller ouvrir, tu réfléchis à celui ou celle qui pourrait se trouver de l'autre côté de la cloison. De toute évidence, c'est quelqu'un qui habite l'immeuble ou qui connaît le code pour pénétrer dans la bâtisse, puisqu'il n'a pas eu besoin d'utiliser l'interphone afin de s'annoncer. Bravo, Lex ! Dis, tu serais pas enquêtrice, par hasard ? Tu railles intérieurement. Oui, quand tu as la dalle, tu peux être horrible, même avec ta propre personne.

À la seconde où ton regard se pose sur elle, tes traits se durcissent. Elle sait, pourtant, que tu n'aimes pas les surprises. Et encore moins quand elles viennent de gens ayant disparu de ta vie pendant les deux dernières années. De gens à qui tu aurais pourtant tout donné. Et ils sont rares, ceux-là. « Salut Lex. » Tu portes ton attention sur la bouteille de vin et les gâteaux salés qu'elle a apportés, puis replonge tes iris dans les siens. Elle semble autant gênée que tu es sur la défensive. Tu voudrais avoir la force de la jeter dehors, de lui dire que c'est trop tard, que si elle tenait vraiment à toi, elle aurait répondu aux appels que tu lui a destinés avant de comprendre que ce n'était pas la peine, et d'abandonner. Comme elle t'a abandonnée. Mais tu ne peux pas. Tu ne peux pas parce que malgré ton amertume, malgré ton ressentiment, elle reste Jenna Caldwell. Et qu'écouter ses arguments ne te coûte rien. Tu es même curieuse de les connaître. Au pire, s'ils ne te conviennent pas, rien ne t'empêche de la bannir de ton appart pour de bon, et elle n'aura pas d'autre choix que de remballer son Chardonnay et ses Doritos et d'accepter ta décision. Tu ne lui dois rien.

Après un silence court mais tendu, tu finis par te décaler légèrement sur le côté. « Entre. Tu connais la maison. Enfin, si tu t'en souviens encore, » que tu ne peux t'empêcher d'ajouter, sarcastique à souhait. Une infime part de toi réalise que tu joues les gamines vexées, et que ce n'est pas une bonne manière d'amorcer la difficile conversation qui s'annonce entre vous. Tant pis, tu estimes que tu as mérité de pouvoir lui lancer une petite pique. Elle ne l'a pas volée, après tout, et elle en a conscience. Parce qu'elle te connaît. Elle devait se douter que tu ne lui sauterais pas dans les bras en te réjouissant de son retour. Tu récupères des verres ainsi qu'un bol pour les biscuits apéro, que tu viens poser sur la table basse. D'un geste de la main, tu encourages Jen à s'asseoir, et tu en fais de même, attrapant le vin dans le but de le déboucher et de le servir. T'en auras bien besoin. « Dis donc, ils sont pas très sympas au MET, pour te filer tes premières vacances après deux longues années de boîte. Même chez les flics, on a plus de congés. » Non, tu ne vas pas lui rendre la situation plus facile. La balle est dans son camp, elle se doute de ce que tu attends d'elle, et si elle veut avoir ne serait-ce qu'une chance de quitter ton collimateur, elle a intérêt à avoir une putain d'explication.


@Jenna Caldwell home, let me come home › lex 873483867



:l::
Revenir en haut Aller en bas
Jenna Caldwell
Jenna Caldwell
les regrets oubliés
les regrets oubliés
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-huit ans (30/07/1984)
SURNOM : jen quand on lui en donne un.
STATUT : célibataire, encore et toujours.
MÉTIER : elle a ouvert sa galerie d'art le 5 novembre 2022 à Toowong. avant cela elle était conservatrice de musée.
LOGEMENT : elle a acheté une petite maison au numéro 10 sherwood road, elle laisse finn squatter la chambre d'amis.
home, let me come home › lex Tumblr_inline_nvtd3hxCB51qlt39u_250
POSTS : 549 POINTS : 0

TW IN RP : deuil, fausse couche, cancer, maladie.
TW IRL : aucun.
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : est arrivée à Brisbane à huit ans › a la nationalité Américaine et Australienne › a habité à New York de mars 2020 à juillet 2022 › addict au café › déteste les réseaux sociaux › a fait une fausse couche en novembre 2019 › fait la plupart de ses déplacements en vélo ou en bus › aime dessiner et utiliser des crayons de couleurs pour donner vie à ses dessins › a terriblement peur de la solitude.
CODE COULEUR : #cc6699
RPs EN COURS : finnleymatthewhassanlexcarminemadisonrhett.2darcy

ua bunyip olivelouis

(10/10)

RPs EN ATTENTE : gabrielle › owen ›

RPs TERMINÉS : 2022 rhett
AVATAR : rose leslie.
CRÉDITS : neverland-graphics (avatar), loonywaltz (ub), tumblr (gifs).
DC : identité unique.
PSEUDO : mollywobbles (emma).
Femme (elle)
INSCRIT LE : 15/05/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t45837-jenna-never-give-up-on-a-dream https://www.30yearsstillyoung.com/t45963-jenna-midnight-tales

home, let me come home › lex Empty
Message(#) Sujet: Re: home, let me come home › lex home, let me come home › lex EmptyMer 28 Sep 2022 - 12:17



home, let me come home
@Alexa Monroe & Jenna Caldwell
Quand la porte s’ouvre, le visage de Lex se ferme d’un coup. Ce n’est pas vraiment une surprise, c’était l’accueil auquel tu t’étais attendue. Son visage fermé te fait comprendre à quel point tu as merdé en partant sans un mot et surtout en ne donnant aucune nouvelle. Tu as blessé ton amie en étant égoïste et tu t’en voulais. Ce n’était pas comme si tu venais la voir en te pensant au-dessus de tout reproche mais voir son regard, voir ses traits se durcir te permettait de te rendre compte du mal que tu avais causé. Et ça, tu étais en train de le prendre en pleine face. Tu refuses de vaciller cependant. Toi qui n’aimes pas le conflit et qui a tendance à le fuir dès que possible, tu restes droite et tu ne baisses pas le regard. Tu te revois dans la chambre de ta tante dans son appartement New-Yorkais. Tu te revois lui promettre de persévérer, de ne pas baisser les bras quand il s’agira de réparer ce que tu as brisé en partant à Brisbane. Tu avais pensé à Lex, bien sûr que tu avais pensé à elle. Vous n’aviez jamais été réellement séparées depuis vos retrouvailles après la mort de sa famille. Tu lui avais promis d’être toujours là pour elle et tu avais failli à cette promesse. Aujourd’hui, tu allais essayer de te racheter mais pour cela, il fallait que ton amie, celle que tu avais considérée comme une sœur, accepte de te laisser essayer. Tu voyais dans le regard de Lex qu’elle pesait le pour et le contre, se demandant sans doute si elle allait te laisser rentrer. Elle ne te devait rien, c’était plutôt tout le contraire et le fait qu’elle ait toutes les cartes en main était ton plus grand atout. Après tout, elle n’avait rien à perdre en te laissant entrer n’est-ce pas ? Tu ne parlais pas, tu attendais que Lex se décide. Ne pas la brusquer, ne pas chercher à forcer ton entrée. Et puis finalement, elle te dit : « Entre. Tu connais la maison. Enfin, si tu t'en souviens encore, » Malgré la pique envoyée dans ta direction, tu retiens un soupir de soulagement. Tu as passé le premier test, Lex te fait entrer chez elle. La réponse à sa pique est évidente, bien sûr que tu te souviens de son appartement et comment il était organisé. Tu laisses filer toutefois car tu sais qu’elle n’attend pas de réponse. Il va falloir que tu acceptes les coups. Il n’était pas encore temps pour toi de te défendre alors tu allais jouer le jeu. Tu entres sans trop savoir où te mettre parce que tu es incapable de faire comme chez toi, pas ce soir. Tu laisses Lex aller chercher les verres alors que tu t’approches de l’espace salon. Son loft n’a pas changé lui mais deux années se sont écoulées depuis ta dernière visite. Il y a des petites touches par-ci par-là qui dénotent des années écoulées mais cela ne saute pas au yeux. Tu aurais pu croire que le temps s’était arrêté si ce n’était pas pour le comportement de ton amie.

Quand Lex vient te rejoindre dans le salon, elle te fait signe de t’asseoir. Suivant son exemple, tu pris place sur le canapé la laissant s’occuper de débouchonner le vin si elle le souhaite. Tu ne sais pas quoi dire, tu ne sais pas par où commencer et comment enchainer mais Lex te donne une ouverture en disant : « Dis donc, ils sont pas très sympas au MET, pour te filer tes premières vacances après deux longues années de boîte. Même chez les flics, on a plus de congés. » Le deuxième coup de poing est lancé. Vous saviez tous les deux que ce n’était pas un problème de vacances. Certes, il n’y en a pas beaucoup aux Etats-Unis mais il y a tout de même deux semaines par an où tu aurais pu rentrer à Brisbane. A ta décharge, tu ne l’avais pas fait donc ce n’était pas comme si tu cherchais à éviter Lex personnellement. C’est l’Australie que tu avais évité pendant deux ans. « Je ne suis pas en vacances, je suis revenue m’installer à Brisbane. » Dis-tu pour commencer. Tu préfères aller droit au but, c’est mieux comme ça. « Je me suis installée dans ma maison à Toowong et j’ai loué un local pour ouvrir une galerie. » C’était un moyen déguisé de dire à Lex que tu ne comptais plus quitter la ville. Tu n’avais plus aucune envie de voyage, tu n’en avais jamais vraiment eu. Ce dont tu avais eu besoin c’était de t’éloigner et New York était la destination la moins solitaire grâce à ta tante. « Je n’ai pas quitté Brisbane pour aller travailler au MET. Enfin si mais ce n’était pas la raison principale. J’avais besoin de partir, de faire une pause pour pouvoir de nouveau vivre avec moi-même. » Lex ne s’en était peut-être pas rendue compte mais tu avais été très faible psychologiquement à l’époque. Cette fausse-couche dont tu n’avais jamais parlé et puis les accusations d’Hassan étaient trop lourds à gérer. « Je sais que cela ne changera rien mais je suis désolée. » Il fallait que tu le dises malgré tout. C’est tout ce que tu dis pour l’instant. Lex ne tarderait pas à réagir et il serait temps de s’énerver, de s’expliquer, de faire tout un tas de choses mais pour le moment, tu en restais là.


home, let me come home › lex SasC63f
home, let me come home › lex ZKSiRSA
home, let me come home › lex 982718museum2
home, let me come home › lex EIhyBXy
home, let me come home › lex ZZBr7e1
home, let me come home › lex Leo10
Revenir en haut Aller en bas
Alexa Monroe
Alexa Monroe
La promesse assassine
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 39 ans déjà (22/03/1983).
SURNOM : Lex pour le plus grand nombre, Lexie pour quelques rares privilégiés, et ses collègues se contentent de Monroe.
STATUT : Se prétend satisfaite d'être mariée à son boulot et de ses aventures sans lendemain, même si son cœur bat plus fort quand 'elle' est dans les parages.
MÉTIER : Flic depuis toujours, inspectrice aux homicides depuis juillet 2018. Ses méthodes sont de plus en plus bordeline, et si personne ne se doute encore de rien, à trop vouloir jouer avec le feu, elle finira sûrement par se brûler.
LOGEMENT : Un loft au dernier étage d'une ancienne usine rénovée, au N°28, Parkland Boulevard, Spring Hill.
home, let me come home › lex Tumblr_inline_pcd5ekp8jt1rfmocr_250
POSTS : 548 POINTS : 0

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : Parle peu d'elle et accorde rarement sa confiance. ∞ A un caractère très affirmé. ∞ Ne se sépare jamais de son pendentif double signe de l'infini. ∞ Se déplace à moto, une Kawasaki Ninja 650. ∞ A un tatouage sur tout le dos : un phénix renaissant de ses cendres. ∞ Dévouée à son travail, ne compte pas les heures supp. ∞ Quand elle ne bosse pas, elle s'entraîne au tir, au combat ou fait du sport. ∞ Adepte de la junk food, elle ne sait pas se faire à manger. ∞ Joue aux jeux vidéos, ses goûts sont variés.
RPs EN COURS : home, let me come home › lex T67t
CASSIDY #2 ∞ I am short of breath standing next to you. I am out of my depth at this altitude. Like the world makes sense from your window seat. You are beautiful like I've never seen.

home, let me come home › lex Krdd
JENNA #1 ∞ No, I don't want to talk about myself, tell me where it hurts. I just want to build you up, build you up, till you're good as new.

home, let me come home › lex Dxti
BYRON #3 ∞ You know I'll take my heart clean apart, if it helps yours beat. It's okay if you can't catch your breath, you can take the oxygen straight out of my own chest.

home, let me come home › lex 5prk
ELIOT #1 ∞ Nobody said it was easy, it's such a shame for us to part. Nobody said it was easy, no one ever said it would be this hard. Oh, take me back to the start.

home, let me come home › lex 1hzk
ABEL #3 ∞ You got troubles, I've got them too. There isn't anything I wouldn't do for you. We stick together and see it through, cause you've got a friend in me. As the years go by, our friendship will never die.

(FB) Anwar (2022) HugoBillieAxelMuiredach.

RPs EN ATTENTE : home, let me come home › lex E98l
DARIO (scénario libre) ∞ But it's a bad bet, certain death, but I want what I want and I gotta get it. Burn with me, and when the fire dies, darkened skies, hot ash, dead match, only smoke is left.

RPs TERMINÉS : Abel 1Byron 1Byron 2Leslie 1MacLeod 1Abel 2Cassidy 1Marathon.

AVATAR : Eliza Dushku.
CRÉDITS : junkiie (avatar).
DC : Quinn, la fracture originelle & Silver, la grâce obscure.
PSEUDO : Lumen.
INSCRIT LE : 31/01/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t42837-lex-infinity-times-infinity https://www.30yearsstillyoung.com/t42877-lex-infinity-times-infinity https://www.30yearsstillyoung.com/t42878-alexa-monroe

home, let me come home › lex Empty
Message(#) Sujet: Re: home, let me come home › lex home, let me come home › lex EmptySam 15 Oct 2022 - 10:48



Jamais tu n'aurais imaginé que Jenna franchirait la porte de ton loft ce soir. Et pourtant. Alors que vous avez toutes deux trouvé place sur ton sofa et que tu t'obstines à ouvrir la bouteille de vin qu'elle a apporté, tu peines encore à croire qu'elle est bien là, avec toi. Après deux longues années de silence, tu n'espérais presque plus la voir du tout, l'imaginant avoir refait sa vie à NYC, loin de Brisbane. Loin de toi. Tu te doutais que quelque chose l'avait poussée à faire ses valises et à s'installer sur un autre continent. De même que tu te doutais qu'il existait une raison derrière son choix de couper totalement les ponts, de ne plus répondre à aucun appel. Après tout, tu as eu beau rejouer vos derniers instants ensemble dans ton esprit des dizaines de fois, rien, absolument rien, n'aurais pu justifier qu'elle t'ignore toi spécifiquement du jour au lendemain, sans raison. Si tu l'avais blessée d'une quelconque manière, elle te l'aurait dit, tu le sais. A fortiori quand on considère la relation particulière qui vous lie. Car Jenna et toi, ça remonte à votre plus jeune âge : vous avez littéralement grandi ensemble. Et à bien des égards, tu l'as toujours considérée comme une sœur plus que comme une simple amie. Jusqu'à ce qu'elle t'abandonne (presque) sans le moindre mot.

Alors oui, forcément, quand on se fait trahir par sa propre famille, la douleur n'en est que plus vive encore, raison pour laquelle tu restes sur la défensive et n'hésites pas à lui envoyer une ou deux piques. C'est plus fort que toi. Les verres remplis, tu attaques donc les hostilités, t'imaginant de prime abord qu'elle est revenue à l'occasion de congés dans le but de faire amende honorable. Mais Jenna a tôt fait de te détromper : elle n'est pas ici en vacances. Le MET, NYC : c'est fini. Elle est de retour en ville, manifestement pour de bon, puisqu'elle a emménagé dans une maison et a même loué un local afin d'ouvrir sa galerie d'art. Les lèvres pincées, tu acquiesces. « Tu ne fais pas les choses à moitié. » J'avais presque oublié, tu ajoutes en ton for intérieur. Tu te retiens de le dire à voix haute cependant. Ç'aurait été un mensonge, qui n'aurait servi qu'à ajouter de l'huile sur le feu puisqu'en réalité, tu t'en souviens très bien. C'est l'un des traits que vous avez en commun, elle et toi. Vous savez ce que vous voulez, et quand vous êtes décidées à atteindre votre objectif - quel qu'il soit, il faudrait une apocalypse pour vous stopper. Ainsi, tu te doutes que si Jenna n'a pris qu'un aller simple direction l'Australie depuis les USA, ce n'est pas demain la veille qu'elle fera demi-tour. Tu aimerais te réjouir de cette nouvelle pourtant, la rancœur est juste un peu trop forte. Même si elle finit par te donner une explication tenant la route, tu auras besoin de temps pour lui pardonner.

Et c'est un début d'explication dont Jen te fait part la seconde suivante : le MET ne lui servait que d'excuse. Ce nouveau job loin de chez elle était sans doute alléchant, mais elle ne l'aurait sans doute pas accepté si les circonstances avaient été tout autres. Son choix de mots, contrairement à l'annonce de son retour, ne te laisse pas indifférente. Faire une pause pour pouvoir de nouveau vivre avec moi-même. Tu le répètes dans ta tête, cherchant à en comprendre le sens réel. Qu'a-t-il bien pu se passer de si grave qu'elle ait ressenti la nécessité de s'isoler à des milliers de kilomètres de chez elle ? Sa séparation d'avec Louis, aussi difficile ait-elle pu être, suffit-elle à justifier ce qu'elle vient de dire ? Ton instinct te souffle que non, qu'il y a autre chose. Jenna ne te laisse pas l'occasion d'y réfléchir : après un court silence, elle ajoute qu'elle est désolée. Oh, elle a raison sur un point : ça ne changera rien. Tu secoues la tête, déçue qu'elle ne prenne pas davantage les devants, qu'elle s'imagine que des excuses suffiront à mettre ces deux ans derrière vous. « Je te crois. Sauf que ce n'est pas assez. » Un soupir s'échappe d'entre tes lèvres, puis tu dardes tes iris dans les siens, prête à formuler à haute voix la question qui t'obsède désormais. « Qu'est-ce qui s'est passé ? Et pourquoi tu ne m'as rien dit, Jen ? » C'est avec une pointe d'exaspération dans la voix - toujours mêlée de déception - que tu continues sur ta lancée. « Bon sang, on se connaît depuis trente ans, toi et moi. Qu'est-ce qui a bien pu te faire croire que tu ne pouvais pas m'en parler ? Que je ne saurais pas comprendre et te soutenir, comme on le fait l'une pour l'autre depuis qu'on est gosses ? »

Dans le fond, c'est ça qui te fait le plus mal. Ce n'est pas la longueur de son absence, ou son manque de nouvelles, ni même l'immense distance qu'elle a mis entre vous. C'est qu'elle n'ait pas eu assez confiance en toi pour l'aider à aller mieux, alors qu'elle est l'une des rares pour qui tu étais prête à tout.


@Jenna Caldwell home, let me come home › lex 873483867



:l::
Revenir en haut Aller en bas
Jenna Caldwell
Jenna Caldwell
les regrets oubliés
les regrets oubliés
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente-huit ans (30/07/1984)
SURNOM : jen quand on lui en donne un.
STATUT : célibataire, encore et toujours.
MÉTIER : elle a ouvert sa galerie d'art le 5 novembre 2022 à Toowong. avant cela elle était conservatrice de musée.
LOGEMENT : elle a acheté une petite maison au numéro 10 sherwood road, elle laisse finn squatter la chambre d'amis.
home, let me come home › lex Tumblr_inline_nvtd3hxCB51qlt39u_250
POSTS : 549 POINTS : 0

TW IN RP : deuil, fausse couche, cancer, maladie.
TW IRL : aucun.
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : est arrivée à Brisbane à huit ans › a la nationalité Américaine et Australienne › a habité à New York de mars 2020 à juillet 2022 › addict au café › déteste les réseaux sociaux › a fait une fausse couche en novembre 2019 › fait la plupart de ses déplacements en vélo ou en bus › aime dessiner et utiliser des crayons de couleurs pour donner vie à ses dessins › a terriblement peur de la solitude.
CODE COULEUR : #cc6699
RPs EN COURS : finnleymatthewhassanlexcarminemadisonrhett.2darcy

ua bunyip olivelouis

(10/10)

RPs EN ATTENTE : gabrielle › owen ›

RPs TERMINÉS : 2022 rhett
AVATAR : rose leslie.
CRÉDITS : neverland-graphics (avatar), loonywaltz (ub), tumblr (gifs).
DC : identité unique.
PSEUDO : mollywobbles (emma).
Femme (elle)
INSCRIT LE : 15/05/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t45837-jenna-never-give-up-on-a-dream https://www.30yearsstillyoung.com/t45963-jenna-midnight-tales

home, let me come home › lex Empty
Message(#) Sujet: Re: home, let me come home › lex home, let me come home › lex EmptyDim 6 Nov 2022 - 19:45



home, let me come home
@Alexa Monroe & Jenna Caldwell
Il n’y avait eu aucun doute à tes yeux. Tes retrouvailles avec Lex allaient être difficiles, peu importe comment elles se déroulaient. L’épreuve allait être de taille et tu pensais t’y être préparée. Mais apparemment tu avais quand même réussi à sous-estimer les choses. Ou alors tu avais refusé d’imaginer que cela pourrait être aussi difficile. Peu importe au final, maintenant que tu y étais, il te fallait assumer et il te fallait aller de l’avance. Tel un bulldozer, tu devais écraser les réticences de ton amie, tout ratisser sur ton passage pour que vous puissiez ensuite reconstruire des fondations solides à une relation qui remontait à ton arrivée à Brisbane. Lex avait été ta première amie, tu avais tellement eu peur de la perdre quand elle avait disparu de l’école et finalement, plus de vingt ans plus tard c’est ton silence à toi qui allait peut-être mettre fin à cette amitié qui était bien plus que ça. Définir votre relation ainsi était la réduire à bien peu de choses. Ta tante t’avait prévenue, c’était les personnes qui t’étaient les plus proches qui seront difficiles à affronter. Ce n’était pas que tu ne l’avais pas crue, c’était plus que tu ne t’étais pas imaginée que cela soit si compliqué. Mais dans l’adversité, il faut avancer et c’est ce que tu étais en train de faire. « Tu ne fais pas les choses à moitié. » Ni aujourd’hui, ni hier, ni jamais. Tu ne savais pas ce qu’était la facilité car si c’était le cas tu n’aurais pas fait les mêmes choix. Là-dessus, Lex pouvait te rejoindre, elle était du genre à ne rien faire à moitié également. votre spécialité, c’était de plonger et une fois dans l’eau seulement, vous vous demandiez comment vous alliez nager et garder la tête hors de l’eau. Lex te laisse parler, elle est même très silencieuse. Les conservations au cours desquelles tu pouvais parler ainsi sans être interrompue se comptaient sur les doigts d’une main et ce n’était pas un bon signe. De l’extérieur, des observateurs auraient pu croire que ce n’était qu’un apéritif entre amis vu que vous aviez le vin et les gâteaux mais en se rapprochant, ils auraient vu que l’ambiance n’avait rien à voir avec cela.

Tu fis de ton mieux, donnant à Lex des éléments de réponse un peu vague tout en t’excusant. A son regard, tu compris que tu avais vu juste, cela ne suffirait pas, tu n’en étais même pas proche à vraie dire. Le silence s’installa après ton monologue, certainement le temps que Lex trouve une manière diplomatique de dire ce qui lui passait par la tête. « Je te crois. Sauf que ce n'est pas assez. » Le soupir qu’elle laissa échapper te fit du mal parce qu’il montrait bien le désarroi dans lequel ton comportement l’avait plongée. Tu lui avais fait du mal même si cela n’avait jamais été le but. « Qu'est-ce qui s'est passé ? Et pourquoi tu ne m'as rien dit, Jen ? Bon sang, on se connaît depuis trente ans, toi et moi. Qu'est-ce qui a bien pu te faire croire que tu ne pouvais pas m'en parler ? Que je ne saurais pas comprendre et te soutenir, comme on le fait l'une pour l'autre depuis qu'on est gosses ? » Les larmes te montèrent aux yeux. Parce que justement, le problème n’avait jamais été que Lex ne pourrait pas comprendre ou qu’elle ne te soutiendrait pas. Dans ta décision, tu n’avais pensé qu’à toi. Il n’y avait eu que toi à protéger. Il te fallait quitter Brisbane au plus vite et ne plus y avoir d’attache pendant quelques temps. Lex n’était pas le problème, personne n’était le problème à part toi. te replonger dans cette époque te fit penser à l’évènement qui avait tout déclenché. Ta rupture avec Louis, ta lettre à Rhett, cette overdose … « Cela n’a jamais été un problème de confiance. Je ne savais plus où j’en étais, tout s’accumulait et j’étais incapable de gérer. En parler n’aurait rien réglé, j’ai mis des mois avant d’en parler … » Même ta tante avait dû attendre bien longtemps pour connaitre le fin mot de l’histoire. Cela ne changeait toujours rien mais tu voulais que Lex comprenne que ce n’était pas de sa faute, qu’elle n’avait rien à se reprocher. « Tu n’y es pour rien Lex, tout ça c’est de ma faute à moi. » Et tu ne le savais que trop bien, il était inutile que l’on te le répète sans cesse. Incapable de rester assise plus longtemps, tu te levais et tu te dirigeais vers les grandes baies vitrées du loft de ton amie. « Louis et moi on ne s’est pas séparé parce qu’il a eu cette superbe opportunité de boulot et que nous ne voulions plus la même chose dans la vie. » C’était plus facile d’affronter ce souvenir pénible si tu ne voyais que ton reflet dans la vitre et les lumières de la ville qui s’étendaient à perte de vue. « J’ai fait une fausse couche en novembre. Seuls Louis et ma soeur sont au courant. Ma tante également mais elle a amené cette confession avec elle en partant. » Tu sentis une larme couler sur ta joue mais tu l’essuyais immédiatement. Tu étais encore incapable de dire que tu avais perdu un bébé, c’était trop personnel, trop poignant. Tu te retournais avant d’ajouter : « J’ai tout gâché, notre avenir, celui de ce petit être, mon rêve et à partir de là tout n’a fait que s’empirer. J’avais l’impression d’étouffer alors je suis partie. C’était égoïste et tu as tous les droits de m’en vouloir mais je n’avais plus d’autres solutions. » Ce n’était pas souvent que tu avouais ta faiblesse mais s’il y avait une personne avec qui tu pouvais le faire, c’était avec Lex. Désormais, c’était à prendre ou à laisser …


home, let me come home › lex SasC63f
home, let me come home › lex ZKSiRSA
home, let me come home › lex 982718museum2
home, let me come home › lex EIhyBXy
home, let me come home › lex ZZBr7e1
home, let me come home › lex Leo10
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

home, let me come home › lex Empty
Message(#) Sujet: Re: home, let me come home › lex home, let me come home › lex Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

home, let me come home › lex

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-