AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -59%
TEFAL Marmite 28 cm inox – Tous feux dont ...
Voir le deal
21.99 €

 (cosigan #19) a part of me that will never be mine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
(cosigan #19) a part of me that will never be mine Hu5cwsy ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21. Elle s'attache de plus en plus à Damon, mais puisqu'il ne veut pas d'elle, elle se console dans les bras de Scott. Les mauvaises habitudes ont la vie dure.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, modèle photo débutante et wannabe influenceuse. (elle a quitté le studio photo "Mirages" en octobre 2022)
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon, son époux qui dort dans la chambre d'à côté, et Bowie, le chien récemment adopté qui dort dans son lit lui, au moins.
(cosigan #19) a part of me that will never be mine F2b3cac99f0acfa2b8d4e5ea4defa90820bba4aa
POSTS : 3669 POINTS : 900

TW IN RP : Négligence et retrait de l'enfant par les services sociaux / enfance dans le système, objectification de la femme, dépendance affective, mentions d'agression physique, deuil.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(06) maisie (2019)aiden #2jo #7damon #18murphy #6damon #19


(cosigan #19) a part of me that will never be mine Ea34e91011df06cf0a41b2ddccaf586056e472b0
cosigan #18 & #19 ⊹ Go ahead, you can say it's my fault if it still hurts at all. Drowning in my thoughts, staring at the clock, and I know I'm not on your mind. I wonder what would happen if I die. I hope all of my friends get drunk and high. Would it be too hard to say goodbye ? I hope that it's enough to make you cry Maybe that day you won't hate me. ☽ 12345678910111213141516171819

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan (scénario libre) ⊹ You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys. You don't own me, don't try to change me in any way. You don't own me, don't tie me down 'cause I'd never stay. I don't tell you what to say, I don't tell you what to do. So just let me be myself, that's all I ask of you.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 5e60c44207aec5db95e9f504a220603393a98b7d
joseegan #7 ⊹ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 83f02f83aa9d35b507dd02a8ee0fda999bdcd417
misfits #6 ⊹ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 5ca9b049e80c8d43756d6af5a76457d91c094c1f
meloh #8 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #2 ⊹ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : me/stairsjumper (avatar), harley (crackships & gifs signature)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga) & Midas Sterling (Dacre Montgomery)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Empty
Message(#) Sujet: (cosigan #19) a part of me that will never be mine (cosigan #19) a part of me that will never be mine EmptyMar 1 Nov - 0:56




a part of me that will never be mine
Megan Williams & @Damon Williams (cosigan #19) a part of me that will never be mine 873483867

C’est idiot de faire la vaiselle alors que nous avons pour ça un lave-vaiselle à la pointe de la technologie et certainement payé bien trop cher pour ce que c’est. Plus cher que n’importe quelle personne saine d’esprit accepterait de payer. C’est idiot mais quand je frotte vigoureusement toute les trasses de graisses sur une poele avec mon éponge, je ne pense pas à ma mère, à l’enterrement, à Murphy venue m’agresser - une fine estafilade rouge cicatrise doucement sur mon cou - et à tous les sentiments tantôt déchirants tantôt incompréhensibles que je ressens. Lors de la mise en terre de Billie, je lui ai dit au revoir Maman. Depuis combien de temps ne l’avais-je pas appelée comme ça ? Je me pose la question et je l’interprète comme une preuve que ma stratégie supposée me détourner de tout sentiment et m’engourdir n’est pas encore parfaite : je frotte un peu plus fort cette pauvre poêle qui est immaculée depuis quelques secondes déjà.  

J’ai besoin de trouver un coupable à tout ça, à la façon dont je me sens, à cet immense vide qui me dévore le cœur et à ce sentiment de solitude encore plus prégnant maintenant que je suis orpheline. Officiellement, c’est ce que je suis, mon géniteur ne m’ayant jamais reconnue comme sa fille. Officieusement, c’est exactement comme ça que je me sens. Murphy pourrait faire le parfait bouc émissaire si toutefois j’attendais encore quelque chose d’elle. Seulement, depuis que je l’ai chassée de chez moi puis l’épisode du restaurant où elle ne nous a invités que pour me faire du mal en parlant de l’ex - ou aventure ? - de mon mari, j’ai décidé qu’elle n’existait plus à mes yeux. Je n’aurais même pas dû lui laisser l’occasion de me blesser. Je n’aurais même pas dû lui envoyer un message pour la prévenir de la mort de Billie puisque, de toute évidence, elle est complètement folle et perdue. Je ne l’ai pas fait parce que j’espérais que nous nous retrouverions dans la peine et l’adversité. Je ne sais pas à quoi je m’attendais mais, même si j’ai certainement une importante part de torts dans cette histoire, je ne m’attendais pas à ce qu’elle débarque chez moi pour me coller un couteau sous la gorge. Alors que j’y repense, je secoue la tête et de ma main mouillée et couverte de produit vaisselle, je masse la gorge et j’effleure la fine cicatrice laissée par un débordement, pas un appui un peu trop prolongé et un peu trop fort du couteau. Je n’ai rien ressenti sur l’instant.

Aujourd’hui, je suis en colère contre le monde entier. Je suis en colère contre Murphy et ses insinuations répétées qui me donnent l’impression d’être encore plus seule et inintéressante aux yeux du monde. Je suis en colère contre Billie, qui remplissait un putain d’album de photos trouvées sur mes réseaux sociaux et de rares articles me concernant qu’elle avait dénichés je ne sais comment, mais qui n’était pas capable de me montrer qu’elle m’aimait en mettant un terme à sa consommation de cocaïne et d’alcool. Je suis en colère contre cette mère qui s’est droguée jusqu’à en crever alors que je n’ai même pas vingt-cinq ans, que ma vie est un champ de mine et que j’aurais eu besoin d’elle. Je suis en colère contre Edge et son foutu studio photo censé m’apporter un peu de bonheur et l’impression de vivre de mon art sans pour autant ruiner la vie d’autrui, mais auquel je n’arrive plus à penser sans ressentir une bouffée de panique. Et je suis en colère contre Damon. Contre parfait Damon, qui a été adorable et à l’écoute depuis qu’il est rentré du Canada, mais qui n’était pas là quand la police a appelé. Il était certainement occupé à être le petit chien de Saül ou à s’envoyer en l’air avec je ne sais qui à l’autre bout du monde, le plus loin possible de moi alors qu’il est mon mari, et qu’il a promis qu’il essaierait de faire en sorte que je ne me sente plus jamais seule. Je suis en colère contre moi-même aussi, mais c’est plus facile à admettre.

Alors je frotte jusqu’à ce que mes mains deviennent rouges à cause de l’eau trop chaude que je fais couler, je sèche, je vide même les placards pour m’occuper de vaisselle qui n’a pas vu de nourriture depuis des semaines et, ce faisant, je ne remarque même pas que pour la première fois depuis la mort de ma mère, je pleure.





(cosigan #19) a part of me that will never be mine A44L8rk
(cosigan #19) a part of me that will never be mine VsgJxpQ
(cosigan #19) a part of me that will never be mine QIDiPqb
(cosigan #19) a part of me that will never be mine Fqo0cUp
(cosigan #19) a part of me that will never be mine LKqJkYj
(cosigan #19) a part of me that will never be mine YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #19) a part of me that will never be mine IAeu3cF ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre dernier.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5616 POINTS : 700

TW IN RP : violences (physiques et verbales), abus émotionnel.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia universiy à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
CODE COULEUR : navy.
RPs EN COURS :
(cosigan #19) a part of me that will never be mine DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021
NaNoWriMo 2022

(six) - present: ambrose #2juliet › maisiemegan #13megan #14 | past: saül #3

RPs EN ATTENTE : jo #2 › papa auden le best › wyatt
RPs TERMINÉS :

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : strairsjumper (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › malone constantine, le poids des regrets (ft. jack lowden) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #19) a part of me that will never be mine (cosigan #19) a part of me that will never be mine EmptyVen 11 Nov - 10:20




a part of me that will never be mine
@megan williams

Damon n’avait pas compris de suite qu’il se passait quelque-chose de l’autre côté du mur de sa chambre, dans une autre pièce de la maison. Au début, il avait cru entendre quelques bruits mais n’y avait pas prêté une attention plus développée, ayant bien d’autres papiers vers lesquels se tourner pour perdre un instant vers un bruit qui n’était en rien inquiétant. Sauf que ce dernier ne l’avait pas été jusqu’à temps qu’il le devienne - c’était presque indescriptible, à peine explicable car plutôt perceptible, l’idée que le même bruit puisse être bénin dans un premier temps et devenir inquiétant la seconde suivante. Mais il y avait quelque-chose de différent dans l’aire, ce qui avait fait refermer le dossier sur lequel il planchait depuis son retour de l’école pour se lever de derrière son bureau et parcourir le couloir menant à la cuisine.

Elle était là; même s’il ne l’avait pas autant connu, il aurait reconnu sans le moindre effort son profil parmi mille autres presque similaires. L’exercice n’était plus autant compliqué depuis longtemps entre eux, puisque Damon avait passé plusieurs heures à observer les traits du visage de la jeune femme - pour s’exercer à peindre, de temps en temps, mais également pour son propre plaisir sans qu’elle ne le prenne la main dans le sac. Il avait tellement observé les détails qui pouvaient constituer son portrait qu’il aurait reconnu entre mille situations les émotions qui pourraient parcourir ce dernier. Lorsque Megan souriait, tout le reste du monde souriait avec elle - elle n’y pouvait rien, elle avait ce type de sourire qui illuminait autour d’elle lorsqu’il était visible. La plupart du temps, lorsqu’elle était contrariée ou même triste, Damon ne pouvait pas le deviner aussi facilement que lorsqu’elle était heureuse et c’était dans ces moments là qu’il obtenait pour la première explication des deux types de situations. S’il n’arrivait pas à mettre le doigt sur ce qu’elle ressentait, c’était que la tristesse l’envahissait petit à petit et qu’elle ne souhaitait pas le montrer. De temps à autres, avec le temps et à apprendre à se connaître, elle s’était laissée à montrer ses émotions bien plus davantage - là était un comportement que Damon adoptait avec n’importe qui dès le premier jour d’une rencontre; il était un véritable livre ouvert et ne cherchait même pas à changer la donne.

Et alors qu’il entrait dans la cuisine de façon plutôt silencieuse, alors que le profil de Megan apparaissait dans son champ de vision et qu’il identifiait la source du bruit qu’il avait entendu comme étant celui que la jeune femme provoquait à s’énerver contre la vaisselle, alors qu’il avait désormais entre ses mains bien plus de détails pour comprendre ce qu’il se passait… son coeur se brisa quand, justement, il comprit. Ce n’était pas par gaité de coeur que la blonde s’était mise à ranger et astiquer le moindre placard de la cuisine; ce n’était pas non plus pour quelconque passion sordide pour tout ce qui était ordre et propreté. Il pouvait la voir, la tension que ses doigts tentaient de dégager en s’en prenant à poêles et casseroles qui avaient le malheur de se trouver sur son chemin. Il voulait la façon dont ses muscles de ses épaules se crispaient là où aucun élément indiquait que cela ne soit nécessaire. Et surtout, il voyait les larmes que ses joues ne faisaient pas l’effort d’absorber, qui ruisselaient en silence là où elles s’étaient montrées absentes jusque maintenant. Megan était une femme forte, et cela n’était plus à prouver à personne. Elle avait su être forte lorsque l’on mettait sa mère en terre. Aujourd’hui cependant, ses émotions et ses nerfs semblaient la rattraper: la réalité s’imposait à elle, le chagrin allant de paire avec la situation s’en venant gaiement. Les larmes inondaient sa peau à la vitesse où le coeur de Damon se brisait face à ce qu’il pouvait voir. Il préférait lorsqu’elle paraissait forte, lorsque le monde entier pouvait reposer sur ses épaules - il allait devoir se rendre à l’évidence et comprendre qu’elle aussi, elle pouvait flancher parfois, même si ce n’était pas au moment où elle était le plus attendue.

Doucement, toujours en silence, Damon fit alors les quelques pas manquant pour se glisser derrière Megan. Avant même qu’elle n’ait le temps de dire ou faire quoi que ce soit, il coupait le robinet d’eau chaude - d’eau brulante - pour apposer ses mains contre celle de sa femme. Elle était en train de les réduire en chair à saucisse, à agir de la sorte. « Megan… » Ses mots étaient prudents, tout comme sa voix était tendre. « Tu peux lâcher cette assiette, je la tiens, ne t’en fais pas. » Au delà de l’assiette dans le sens littéralement de la définition de l’objet, là était un signal de sa part pour lui souligner qu’elle avait le droit de lâcher prise et de laisser libre court à ses émotions. Il ne la blâmerait pas, ne la jugerait pas pour autant. Si elle ressentait désormais le besoin de pleurer, qu’elle se laisse donc aller: il était là, prêt à être à ses côtés et à l’aider, la réceptionner, si les choses se mettaient à déraper. « Laisse les larmes couler, laisse les s’enfuir. » Il tentait de réconforter, d’être présent; lorsqu’il parlait, cela se faisait à basse voix et à ton doux, autant que l’était son intention quant à l’idée de s’imposer de la sorte auprès de la jeune femme. A tout moment, elle pourrait se mettre à le repousser, à lui dire qu’elle étouffait et qu’il ne pouvait s’imposer de la sorte. Tant qu’elle ne formulerait pas de telles paroles, cependant, Damon garderait ses bras atour de la jeune femme, ses mains sur les siennes fragilisées, sa joue posée avec délicatesse contre le dessus de son crâne. Si elle avait besoin de vider son âme de ses ondes la pesant, qu’elle se permette donc.



:rainbow::


Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
(cosigan #19) a part of me that will never be mine Hu5cwsy ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21. Elle s'attache de plus en plus à Damon, mais puisqu'il ne veut pas d'elle, elle se console dans les bras de Scott. Les mauvaises habitudes ont la vie dure.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, modèle photo débutante et wannabe influenceuse. (elle a quitté le studio photo "Mirages" en octobre 2022)
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon, son époux qui dort dans la chambre d'à côté, et Bowie, le chien récemment adopté qui dort dans son lit lui, au moins.
(cosigan #19) a part of me that will never be mine F2b3cac99f0acfa2b8d4e5ea4defa90820bba4aa
POSTS : 3669 POINTS : 900

TW IN RP : Négligence et retrait de l'enfant par les services sociaux / enfance dans le système, objectification de la femme, dépendance affective, mentions d'agression physique, deuil.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(06) maisie (2019)aiden #2jo #7damon #18murphy #6damon #19


(cosigan #19) a part of me that will never be mine Ea34e91011df06cf0a41b2ddccaf586056e472b0
cosigan #18 & #19 ⊹ Go ahead, you can say it's my fault if it still hurts at all. Drowning in my thoughts, staring at the clock, and I know I'm not on your mind. I wonder what would happen if I die. I hope all of my friends get drunk and high. Would it be too hard to say goodbye ? I hope that it's enough to make you cry Maybe that day you won't hate me. ☽ 12345678910111213141516171819

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan (scénario libre) ⊹ You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys. You don't own me, don't try to change me in any way. You don't own me, don't tie me down 'cause I'd never stay. I don't tell you what to say, I don't tell you what to do. So just let me be myself, that's all I ask of you.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 5e60c44207aec5db95e9f504a220603393a98b7d
joseegan #7 ⊹ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 83f02f83aa9d35b507dd02a8ee0fda999bdcd417
misfits #6 ⊹ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 5ca9b049e80c8d43756d6af5a76457d91c094c1f
meloh #8 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #2 ⊹ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : me/stairsjumper (avatar), harley (crackships & gifs signature)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga) & Midas Sterling (Dacre Montgomery)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #19) a part of me that will never be mine (cosigan #19) a part of me that will never be mine EmptyVen 11 Nov - 19:04




a part of me that will never be mine
Megan Williams & @Damon Williams (cosigan #19) a part of me that will never be mine 873483867

Dans tous les mondes sauf celui dans lequel je vis, Damon n’a très certainement rien à se reprocher. Au-delà d’être doux, c’est un garçon droit, attendrissant et à l’écoute. Je crois qu’une part de moi aurait préféré qu’il soit aussi détestable que son père puisque je n’aurais alors pas hésité une seule seconde lorsqu’il m’a proposé une issue de secours, un échappatoire à tout ça que j’ai refusé parce que je suis attachée à lui, à ce que nous pourrions partager si je me fie aux doux moments partagés avant le mariage, et à mon propre reflet dans ses yeux. Il a parfaitement mis les bons mots là-dessus : j’aime la version de moi-même que je suis, ou que je sais que je peux être, lorsque je suis avec lui.

Mais je lui en veux. Je lui en veux parce que je l’ai placé sur un piédestal et que j’avais besoin de lui et uniquement lui lorsque les policiers ont appelé en me demandant de me déplacer le plus vite possible à la morgue pour identifier officiellement ma mère. Il n’était pas là et devient par conséquent le coupable parfait pour combler ce vide terrifiant en moi à l’aide de colère. Elle, elle est désagréable, mais elle reste rassurante, en un sens. La rage est un sentiment que j’ai ressenti toute ma vie, surtout lorsqu’il s’agissait de Billie, et j’ai bien moins de mal à l’appréhender que la détresse, la culpabilité et le sentiment d’être passée à côté de trop de choses, comme tenter d’aider ma mère ou au moins de réparer notre relation tant qu’il en était encore temps. Murphy s’est - sans le savoir - engouffré dans la brèche et a attisé le foyer de mes reproches injustes pour ce garçon qui ne me doit rien mais qui est pourtant là, la plupart du temps. Elle m’a montré un futur dont je ne veux pas, une image de moi bien trop désagréable et réaliste pour ne pas me dévaster : celle de la femme trophée que son mari n’a jamais aimée, n’a jamais touchée ou désirée non plus, qui assouvi ses besoins ailleurs pendant qu’elle chasse la solitude dans le bras d’hommes qui n’ont pas bien plus de considération pour elle. Oh bien sûr, j’obsède Scott. Mais je ne suis pas naïve au point de croire que c’est grâce à ma personnalité ou au respect qu’il a pour moi. Je l’obsède grâce à mes courbes, mes sourires et parce que je suis la solution à son sentiment d’étouffer dans son mariage. Si je me refusais à lui, je n’aurais plus grand chose d’intéressant à ses yeux et je lui trouve de toute façon de moins en moins de qualité de mon côté également. Petit à petit, je crois que j’ouvre les yeux et que je vois au-delà de ce que mon besoin d’être protégée et portée aux nues me fait ressentir. J’accepte que, comme lui, je l’utilise pour les mauvaises raisons.

« Megan… Tu peux lâcher cette assiette, je la tiens, ne t’en fais pas. » Quand la voix de Damon me fait revenir à moi, il me faut quelques secondes pour me reconnecter avec mon corps et quelques unes de plus pour en reprendre le contrôle. Je ne me souviens pas tout de suite de ce que je suis en train de faire et je n’arrive pas à me rappeler pourquoi, si bien que j’observe la vaisselle que je tiens dans mes mains avec la bouche ouverte, cédant l’assiette en céramique à mon jeune mari le regard vide, avant d’essuyer ma joue à l’aide de mon avant bras - mes mains sont couvertes de produit vaisselles. Pourquoi sont-elles si rouges, déjà ? « Laisse les larmes couler, laisse-les s’enfuir. » Pleurer, c’est un truc de faible. C’est ce que disait Jasper quand on était gosses, lui et moi, et c’est la doctrine que j’ai adoptée et reproduite par la suite persuadée que mon frère de cœur avait raison sur toute la ligne. Mes yeux se baissent pour se poser sur cette main que Damon a enfermée à l’intérieur des siennes pour m’empêcher de continuer à me faire mal - ou de devenir complètemet folle, peut-être - et, au bout de quelques secondes d’un silence total, je la retire vivement, comme si le contact de nos doigts m’avait brûlée. Les yeux toujours ruisselants de larmes, je sens un verrou céder dans mon esprit. Peut-être était-ce le dernier entre la folie et la lucidité ainsi que l’équilibre. « Tu m’avais dit que je serais plus seule. » Mon ton est déjà plein d'accusations. « T’avais dit que t’étais désolé et que je me sentirais plus comme ça. Mais tu t’es cassé à l’autre bout du monde dès que t’en as eu l’occasion. » Je recule d’un pas, avant d’ajouter, la gorge serrée. « T’étais pas là. » Que me manque-t-il à ses yeux, putain ?






(cosigan #19) a part of me that will never be mine A44L8rk
(cosigan #19) a part of me that will never be mine VsgJxpQ
(cosigan #19) a part of me that will never be mine QIDiPqb
(cosigan #19) a part of me that will never be mine Fqo0cUp
(cosigan #19) a part of me that will never be mine LKqJkYj
(cosigan #19) a part of me that will never be mine YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #19) a part of me that will never be mine IAeu3cF ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre dernier.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5616 POINTS : 700

TW IN RP : violences (physiques et verbales), abus émotionnel.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia universiy à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
CODE COULEUR : navy.
RPs EN COURS :
(cosigan #19) a part of me that will never be mine DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021
NaNoWriMo 2022

(six) - present: ambrose #2juliet › maisiemegan #13megan #14 | past: saül #3

RPs EN ATTENTE : jo #2 › papa auden le best › wyatt
RPs TERMINÉS :

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : strairsjumper (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › malone constantine, le poids des regrets (ft. jack lowden) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #19) a part of me that will never be mine (cosigan #19) a part of me that will never be mine EmptyVen 18 Nov - 18:01




a part of me that will never be mine
@megan williams

Il avait guetté, silencieusement et du coin de l’oeil, le moment où une telle chose arriverait: celui où les nerfs de Megan ne seraient plus assez solides pour tenir et retenir les émotions qui l’animaient de l’intérieur. Ce n’était pas un mauvais pas, au contraire, au yeux de Damon si elle laissait ses émotions aller de la sorte cela voulait dire dans un sens qu’elle commençait à guérir, qu’elle se laissait glisser à travers les étapes du deuil. Il n’était pas sur que ce moment arrive un jour, mais à voir la façon dont la blonde se comportait en cet instant et à la façon dont les larmes avaient commencé à inonder ses joues, il n’y avait que peu de doutes désormais à ses yeux. Ce fut alors avec des gestes lents et attentionnés, des mots doux et posés, qu’il s’était imposé à Megan afin de prendre le relai. Là était la façon dont ils avaient procédé lorsqu’il était rentré du Canada, qu’il s’était enfin ajouté à l’équation de cette tragédie; en silence et sans avoir d’indication contraire pour le moment, il supposait donc que c’était de cette façon là qu’il devait agir aujourd’hui également.

Damon comprit rapidement que la situation ne serait en rien la même, que les circonstances avaient changé en ce laps de temps écoulé, lorsque Megan prit du recul sur lui et retira avec une force qui l’étonna sa main d’entre les siennes - là où elle était  l’abris de se faire seule du mal. Les azurs du jeune homme ne cessaient de s’accrocher au moindre trait offert par le visage de la blonde, à la moindre émotion pouvait s’en réchapper, à la moindre larme ayant coulé. Il savait, sentait, que quelque-chose proche d’une tempête s’en venait; il n’aurait cependant pas parié sur ce sujet là en guise d’introduction à la situation. « Tu m’avais dit que je serais plus seule. » Damon se mit à froncer quelque peu les sourcils, légèrement perdu quant à ce qu’elle sous-entendait dans ces paroles accusatrices - car c’était le ton qu’elle avait sciemment donné à ses mots, il pouvait le sentir. « Je suis là, Megan, tu n’es pas seule. » C’était peut-être la chose qu’il s’était le plus évertué à dire, répéter, ces derniers jours. Elle n’était pas seule, et il ne comptait pas la laisser seule à travers cette épreuve. Même s’il ne pouvait parfaitement comprendre, seulement imaginer, la peine qu’elle ressentait en ce moment - en témoignaient les larmes ne cessant de trouver le chemin jusque ses joues -, il ne comptait pas la laisser seule dans cette détresse pour autant. Il faisait de son mieux pour essayer de palier à tout ce qu’il pouvait, pour être sûr que cette épreuve puisse être traverser de la plus douce des façons - toutes choses considérées.

Ce n’était pas sur ce point là qu’elle souhaitait insister, cependant. Ce n’était pas de la façon dont il avait présent ces derniers jours qu’elle avait besoin de s’exprimer. « T’avais dit que t’étais désolé et que je me sentirais plus comme ça. Mais tu t’es cassé à l’autre bout du monde dès que t’en as eu l’occasion. » C’était sur le avant qu’il ne reste à ses côtés, qu’il soit là pour elle. « T’étais pas là. » C’était de son absence plutôt que de sa présence qu’elle souhaiter parler. Lentement, Damon laissa échapper un soupire. Ce type de conversation, il n’aurait pas voulu l’avoir alors que le coeur de Megan était en miettes et qu’il avait son lot d’émotions annexes à gérer. Car même s'il entendait les reproches qu’elle lui faisait, même s’il admettait pour l’instant en silence, ne prenait pas de suite la parole, qu’elle n’avait pas vraiment tort il ne pouvait être sûr que ce serait une conversation basée sur la logique et sur l’ouverture d’esprit plutôt que sur l’affect et les ressentis qu’elle pouvait entrainer. Il ne souhaitait pas de soustraire à un tel sujet abordé, mais il ne voulait pas le faire si les conditions annexes à ce dernier pouvaient altérer la qualité de leur discussion. « Non, je n’étais pas là. » Il ne l’avait pas nié sur le moment, il ne le ferait pas aujourd’hui. Les faits étaient les faits, c’était ainsi. « Mais je suis là maintenant. Je compte pas aller ailleurs. » Et il était on ne pouvait plus sincère en cet instant, à s’exprimer de la sorte. « Mais Megan… » Se frottant le sourcil du bout des doigts, il cherchait la meilleure façon d’apporter son point de vue, d’ajouter la façon dont il voyait les choses. Il sentait malheureusement que le chagrin qu’elle portait en son sein ne pourrait pas lui permettre de l’entendre réellement; et il ne jugeait pas, ne lui en voulait pas non plus. Cela lui brisait surtout davantage le coeur de voir à quel point le sien était en mille morceaux. « Est-ce que tu veux vraiment avoir cette discussion là maintenant ? Est-ce que tu penses que c’est une bonne idée ? » Son regard ne lâchait pas son visage. Damon ne se défilait pas, bien au contraire tout dans ses gestes et son comportement indiquait qu’il restait ancré dans le moment présent.

Cependant, si c’était là une façon de faire qui chamboulait encore plus la blonde face à lui alors qu’elle n’avait clairement pas besoin de ça en cet instant, il ne désirait pas participer. Ce n’était pas dans ses intentions, de la blesser; il n’était pas le plus habile pour agir dans ce domaine mais il avait toujours eu son bonheur à coeur, ou au moins ces derniers temps bien plus qu’à d’autres moments. « Je comprends que tu sois en colère et que tu m’en veuilles, et s’il faut servir de bouc émissaire je veux bien en être un. Mais j’ai pas envie d’avoir des discussions sous le coup des émotions si ça peut te faire plus de mal que de bien. T’as pas besoin de ça en ce moment. » Elle avait besoin de se sentir en sécurité chez elle et avec lui, pas comme l’idiot du village à qui on rirait au nez à la première occasion. Et Damon n’avancerait pas vers ce type de discussions là s’il voyait que la jeune femme pouvait en pâtir plus qu’en tirer un bénéfice. Si elle insistait et pensait que c’était là le meilleur moyen pour elle d’aller mieux, d’aller de l’avant, qu’il en soit ainsi: ils aborderaient n’importe quel sujet, même s’il devait passer pour le pire des hommes à travers ces derniers. Mais tant qu’il ne se retrouverait pas au pied du mur, les poings liés par la même occasions, il ne plongerait pas le premier.



:rainbow::


Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
(cosigan #19) a part of me that will never be mine Hu5cwsy ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21. Elle s'attache de plus en plus à Damon, mais puisqu'il ne veut pas d'elle, elle se console dans les bras de Scott. Les mauvaises habitudes ont la vie dure.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, modèle photo débutante et wannabe influenceuse. (elle a quitté le studio photo "Mirages" en octobre 2022)
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon, son époux qui dort dans la chambre d'à côté, et Bowie, le chien récemment adopté qui dort dans son lit lui, au moins.
(cosigan #19) a part of me that will never be mine F2b3cac99f0acfa2b8d4e5ea4defa90820bba4aa
POSTS : 3669 POINTS : 900

TW IN RP : Négligence et retrait de l'enfant par les services sociaux / enfance dans le système, objectification de la femme, dépendance affective, mentions d'agression physique, deuil.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(06) maisie (2019)aiden #2jo #7damon #18murphy #6damon #19


(cosigan #19) a part of me that will never be mine Ea34e91011df06cf0a41b2ddccaf586056e472b0
cosigan #18 & #19 ⊹ Go ahead, you can say it's my fault if it still hurts at all. Drowning in my thoughts, staring at the clock, and I know I'm not on your mind. I wonder what would happen if I die. I hope all of my friends get drunk and high. Would it be too hard to say goodbye ? I hope that it's enough to make you cry Maybe that day you won't hate me. ☽ 12345678910111213141516171819

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan (scénario libre) ⊹ You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys. You don't own me, don't try to change me in any way. You don't own me, don't tie me down 'cause I'd never stay. I don't tell you what to say, I don't tell you what to do. So just let me be myself, that's all I ask of you.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 5e60c44207aec5db95e9f504a220603393a98b7d
joseegan #7 ⊹ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 83f02f83aa9d35b507dd02a8ee0fda999bdcd417
misfits #6 ⊹ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 5ca9b049e80c8d43756d6af5a76457d91c094c1f
meloh #8 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #2 ⊹ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : me/stairsjumper (avatar), harley (crackships & gifs signature)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga) & Midas Sterling (Dacre Montgomery)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #19) a part of me that will never be mine (cosigan #19) a part of me that will never be mine EmptyVen 18 Nov - 20:28




a part of me that will never be mine
Megan Williams & @Damon Williams (cosigan #19) a part of me that will never be mine 873483867

« Je suis là, Megan, tu n’es pas seule. » Non, mais je l’étais. Je l’étais et s’il n’a pas grand chose à se reprocher - même si nous étions un couple marié heureux et tout ce qu’il y a de plus classique, il serait peut-être amené à faire des déplacements professionnels - je suis blessée par ce que j’envisage comme interprétation à son geste. Je l’imagine me fuir ou, en tout cas, préférer la compagnie de n’importe qui qui ne soit pas moi. Suis-je si peu attirante ou attachante ? Suis-je si indigne de lui, à ses yeux ? Comment me perçoit-il Damon ? Comme une menace à sa tranquillité d’esprit ? Comme une menotte à son poignet ? J’exagère peut-être, mais je suis malheureuse et, par conséquent, mes pensées partent dans tous les sens et s’éparpillent. Avant même d’exploser, je sens déjà que j’ai du mal à respirer tant ces hypothèses que je fait me renvoient à toutes ces choses qui me terrifient autant qu'elles me dégoûtent de moi-même. L’idée de ne pas être aimable, au sens le plus noble du terme, l’idée d’être seule et de ne pouvoir me reposer sur personne d’autre que moi-même. Damon est là, mais il ne désire pas mêler son existence à la mienne. Damon est là par sentiment d’obligation, parce que je suis une responsabilité pour lui et que le jeune italien possède un sens aigu du devoir. Damon n’est pas là parce qu’il m’a choisie, qu’il m’aime et qu’il crève d’envie de me protéger du reste du monde. Et moi, je veux quelqu’un qui m’aime au point d’avoir mal, au point de ressentir le besoin violent de me garder sous une cloche de verre, je rêve du genre de romance peut-être un peu malsaine que l’on retrouve dans la littérature pour les jeunes adultes, c’est comme ça que je veux être perçue.

Damon était pas là et, même Murphy qui n’est au courant de rien semble avoir compris que quelque chose clochait. J’oublie d’être rationnelle : il y a des fortes chances pour qu’elle ait simplement cherché à m’insulter par tous les moyens, tapant au hasard sous la ceinture. Non, au contraire, je tire de ses propos la certitude que tout le monde voit ce qu’il se passe au-delà des apparences, que tout le monde réalise à quel point je suis seule, désaimée, pathétique au point que mon mari se tire à l’autre bout du monde avec quelqu’un ou pas moins d’un an après notre mariage. Et j’enrage, d’être ainsi ridiculisée, même si tout se joue dans mon propre esprit. « Non, je n’étais pas là. » Les bras enroulés autour de mon corps, je l’observe, les yeux ruisselants de larmes, la colère inscrite au fond de mes iris. « Mais je suis là maintenant. Je compte pas aller ailleurs. Mais Megan… » - « Jusqu’à quand ? » Quand il considérera que mon deuil est fait ? Quand le délai qu’il considère comme correct et adéquat sera passé ? Dans son monde, rien ne compte plus que ce qui est convenable. Les convenances et les apparences sont le maître mot. Les individus et leurs sentiments ne sont que secondaires. Les miens l’ont toujours été aux yeux des Williams, pourquoi Damon serait-il différent ? « Quand est-ce que tu recommenceras à coucher avec je ne sais qui à l’hôtel ou à aller à l’autre bout du monde pour pas avoir à être dans le même appartement que moi ? » Je ne suis pas idiote. J’ai été l’amante, la maîtresse, l’autre femme, je l’ai été pendant assez d’années pour savoir ce que signifie quelqu’un qui rentre au milieu de la nuit ou qui part en voyage d’affaires. L’a-t-il oublié ? « Qu’est ce qui te dégoûte tant chez moi Damon ? Qu’est ce qui me rends à tes yeux si peu digne de tout ce que tu donnes au reste du monde ? » La discussion m’échappe, les reproches aussi et tout est mélangé. J’ai besoin de m’en prendre à quelqu’un. J’ai besoin d’extérioriser toute ma douleur et il est la cible idéale, puisqu’il nourrit mes insécurités.

Si j’en crois la force avec laquelle je serre mes doigts autour de mes bras, il a bien fait de me faire lâcher la vaisselle, certainement hors de prix.

« Est-ce que tu veux vraiment avoir cette discussion là maintenant ? Est-ce que tu penses que c’est une bonne idée ? » Je l’observe avec tristesse et dégoût, avant de hausser les épaules. « Faut que je prenne un rendez-vous ? T’as besoin que je t’envoie une invitation pour être certain d’avoir une place dans ton agenda ? » Il ne faut pas grand-chose pour que la mèche s’allume et que toute la dureté et la violence de la situation escalade trop vite. Après avoir passé des jours à me sentir anesthésiée, paralysée et vidée de tout sentiment, chaque émotion me semble trop vive et à saturation, surtout les plus négatives. La coupe est pleine pour peu de choses, pour une phrase ou une pensée malheureuse et, face à Damon, je perds les pédales. « Je comprends que tu sois en colère et que tu m’en veuilles, et s’il faut servir de bouc émissaire je veux bien en être un. Mais j’ai pas envie d’avoir des discussions sous le coup des émotions si ça peut te faire plus de mal que de bien. T’as pas besoin de ça en ce moment. » - « Est-ce que t’as la moindre idée de ce dont j’ai besoin Damon ? » Il est mon bouc émissaire, c’est vrai, même si, sur l’instant, je trouve ça justifié à tant d’égards. « Est-ce que ça t’intéresse ? » Je suis injuste, mais ce n’est pas ma faute, je n’ai plus le moindre discernement, à l’heure actuelle.





(cosigan #19) a part of me that will never be mine A44L8rk
(cosigan #19) a part of me that will never be mine VsgJxpQ
(cosigan #19) a part of me that will never be mine QIDiPqb
(cosigan #19) a part of me that will never be mine Fqo0cUp
(cosigan #19) a part of me that will never be mine LKqJkYj
(cosigan #19) a part of me that will never be mine YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #19) a part of me that will never be mine IAeu3cF ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre dernier.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5616 POINTS : 700

TW IN RP : violences (physiques et verbales), abus émotionnel.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia universiy à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
CODE COULEUR : navy.
RPs EN COURS :
(cosigan #19) a part of me that will never be mine DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021
NaNoWriMo 2022

(six) - present: ambrose #2juliet › maisiemegan #13megan #14 | past: saül #3

RPs EN ATTENTE : jo #2 › papa auden le best › wyatt
RPs TERMINÉS :

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : strairsjumper (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › malone constantine, le poids des regrets (ft. jack lowden) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #19) a part of me that will never be mine (cosigan #19) a part of me that will never be mine EmptyLun 21 Nov - 5:00




a part of me that will never be mine
@megan williams

« Jusqu’à quand ? » Il n’avait même pas eu le temps d’aller au bout de ses paroles, de ses pensées, qu’elle était venue lui couper l’herbe sous le pied et le presser. Dans toute autre circonstance, il se serait surement permis un commentaire, surement un brin sarcastique; bien sur que cela ne lui aurait pas été au teint, mais il devait avouer ne pas être à l’aise avec la façon dont elle lui adressait la parole en cet instant. Chaque circonstance attendait un type de comportement particulier, et l’italien savait parfaitement qu’en cet instant c’étaient surtout les émotions de la jeune femme qui parlaient plus que n’importe quoi d’autre chez elle. Il savait très bien qu’en temps normal, elle n’aurait pas été autant frontale avec lui - et peut-être était-ce là une habitude qui leur manquait, après tout. « Quand est-ce que tu recommenceras à coucher avec je ne sais qui à l’hôtel ou à aller à l’autre bout du monde pour pas avoir à être dans le même appartement que moi ? » Parce-que s’ils avaient été un peu plus ouverts à la discussion, si Damon l’avait été ces derniers temps, peut-être que ses actions et son comportement en reviendraient pas vers lui comme un boomerang en cet instant. Oh, il n’avait jamais cherché à cacher la façon dont il se comportait; il ne voulait juste pas que cela se répercute de la sorte, pour lui-même mais surtout pour Megan. « Tu sais très bien que je cherche pas à te cacher que je vois d’autres personnes. » Parce-que là n’avait jamais été son intention. « Et ce n’est pas pour ne pas être dans le même apparemment que toi. » Il savait pertinemment que ses paroles ne seraient pas entendues en cet instant et que c’était là comme pisser dans un violon. Mais même si Megan était trop énervée et surtout trop triste par toutes les émotions qui lui tombaient dessus en même temps, peut-être qu’une petite partie de sa conscience attraperait au vol les paroles qu’il lui adressait; et, qu’une fois la tempête passée, elle serait apte à se dire qu’il était honnête avec elle malgré tout. « Qu’est ce qui te dégoûte tant chez moi Damon ? Qu’est ce qui me rends à tes yeux si peu digne de tout ce que tu donnes au reste du monde ? » Un instant, il ferma les yeux: elle n’était pas apte à tenir cette discussion avec lui en cet instant, alors qu’ils ne se trouvaient pas sur la même longueur d’ondes, avec les mêmes attentes. Megan se contentait de déverser le trop-plein de son coeur face à lui; ça aurait pu être n’importe qui d’autre à sa place que peut-être les choses se seraient passées de la même façon - sauf qu’en l’occurence, elle avait apparement un sacré paquet de choses à lui reprocher. Surtout que cette partie là de ses reproches n’était pas nouvelle: Damon avait l’impression d’entendre un vieux disque rayé, à force. Il savait que c’étaient là les peurs et insécurités de Megan qui revenaient au galop, profitaient de son état actuel pour refaire surface. Mais il ne pouvait s’empêcher de souligner mentalement qu’ils tournaient en rond, malgré tout.

Cependant, plutôt que de répondre à cette partie là des questions - accusations réellement - de sa femme, il préféra terminer l’idée vers laquelle il se dirigeait à la base avant d’être interrompu: Damon voulait s’assurer qu’elle désirait vraiment avoir ce type de discussions, là, maintenant de suite, alors que clairement c’était couru d’avance qu’il n’y aurait aucune productivité à agir de la sorte. « Faut que je prenne un rendez-vous ? T’as besoin que je t’envoie une invitation pour être certain d’avoir une place dans ton agenda ? » - « Tu déformes mes propos. » Et au delà de ça, cette remarque là lui faisait vraiment mal. Car si Megan se sentait obligée de souligner en cet instant le fait qu’il soit tant inaccessible et toujours trop occupé pour lui accorder du temps, c’était qu’il était en train d’échouer. Echouer en tant que mari, échouer en tant qu’homme, en tant qu’ami. S’il y avait bien quelque-chose pour laquelle il se démènerait toujours, si telle était formulée le désir, c’était de créer du temps dans son quotidien pour les personnes qui étaient importantes à ses yeux. Megan était importante à ses yeux. Etre présent et disponible pour elle était important à ses yeux. Faire en sorte qu’elle se sente en sécurité avec lui, dans son quotidien, était important à ses yeux. Surtout ces derniers temps: elle n’avait pas besoin d’une couche de problèmes supplémentaire à gérer. « Est-ce que t’as la moindre idée de ce dont j’ai besoin Damon ? » Oh, il avait une longue liste de suppositions qui pourraient toutes être plus justes les unes que les autres. « Est-ce que ça t’intéresse ? » Gardant son regard ancré dans celui de la jeune femme, Damon laissa un soupire s’échapper sans chercher à le cacher. Son but à lui en cet instant était justement de ne pas se laisser aller aussi à ses émotions, qui pourtant étaient comme à leur habitude nombreuses en son sein. Il se devait de garder calme et patience pour épauler Megan, alors que son monde semblait s’écrouler une fois de plus autour d’elle. Il s’apprêtait à surement passer l’examen surprise le plus dur sa vie, mais il était déterminé à le réussir.

« Si je suis là aujourd’hui Megan, c’est que ça m’intéresse. » Puisque de toutes façons, elle semblait avoir envie de le détruire sur place, il se risqua à faire un léger pas en avant vers elle. Il existait de grandes chances pour qu’elle se mette à le repousser très prochainement, à le sortir de sa sphère personnelle, mais il ne lâcherait pas l’idée qui était ancrée dans son esprit: il ne fuirait pas la situation, la confrontation. « Ca m’intéresse aujourd’hui, comme ça m’intéressait hier et comme ce sera toujours le cas demain. » Un mouvement de plus en direction de la blonde, un brin hésitant tout de même en regardant en détail le comportement du jeune italien. « Je sais que c’est pas ce que tu penses là, en ce moment, mais je ne suis pas ton ennemi. Je suis là pour toi, je compte pas changer d’avis. » Parce-qu’au delà de ses insécurités déjà présentes avant le tragique décès de sa mère, Megan devait faire face à une situation qu’elle n’avait encore jamais connu - et c’était tant mieux -, qui mettait à mal ses émotions. Oh, elle avait connu d’autres mésaventures de la sorte, mais celle là avait un arrière goût amer de définitif, avec le départ de sa mère, et la mort d’un proche nous rendait souvent les émotions dans tous les sens. « Je sais pas ce dont tu as besoin exactement, je peux que le deviner, parce-que tu m’en parles pas. » Par rapport au décès de sa mère, la jeune femme était rentrée dans un mode presque automatique, se chargeant surtout de tout ce qui était pratique plutôt que d’affronter ses ressentis. « Mais je t’en veux pas, parce-que c’est le deuil qui parle et pas la Megan que je connais. » Celle qu’il avait appris à connaître au fil des mois écoulés, qui ne serait pas venue frapper gratuitement sur lui de la sorte. « Mais si tu as besoin de quoi que ce soit, tu es toujours la bienvenue pour m’en parler parce-que c’est quelque-chose qui m’intéresse de savoir. » Il était vrai que le comportement qu’il avait eu pendant bien longtemps ne corroborait pas avec cette déclaration, et pourtant il était sincère: qu’importe la raison et le moment où elle aurait besoin de lui, il répondait présent. Et pas seulement parce-que c’était là son devoir d’époux, mais parce-que c’était quelque-chose qu’il souhaitait être apte à faire. Alors, dans un dernier mouvement et alors qu’il était maintenant à quelques centimètres d’elle, il leva ses mains pour entourer le visage de Megan, paumes contre ses joues, dans le but de balayer des pouces les larmes qui avaient inondé son minois. « Je ne suis pas ton ennemi, Megan. Et je sais qu’au fond de toi tu le sais. » A force de regarder les yeux baignés de larmes de la jeune femme, les siens ne savaient faire autrement que de commencer à imiter cette situation. « Je sais que tu es dévastée, et que tu as trop d’émotions à gérer d’un coup. Je peux être ton punching-ball s’il le faut, je le redis. Mais ne doute pas du fait que je sois intéressé par ce que tu ressens parce-que ça a toujours été le cas. » Maladroitement surement, mais avec tout son coeur pourtant.



:rainbow::


Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
(cosigan #19) a part of me that will never be mine Hu5cwsy ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21. Elle s'attache de plus en plus à Damon, mais puisqu'il ne veut pas d'elle, elle se console dans les bras de Scott. Les mauvaises habitudes ont la vie dure.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, modèle photo débutante et wannabe influenceuse. (elle a quitté le studio photo "Mirages" en octobre 2022)
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon, son époux qui dort dans la chambre d'à côté, et Bowie, le chien récemment adopté qui dort dans son lit lui, au moins.
(cosigan #19) a part of me that will never be mine F2b3cac99f0acfa2b8d4e5ea4defa90820bba4aa
POSTS : 3669 POINTS : 900

TW IN RP : Négligence et retrait de l'enfant par les services sociaux / enfance dans le système, objectification de la femme, dépendance affective, mentions d'agression physique, deuil.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(06) maisie (2019)aiden #2jo #7damon #18murphy #6damon #19


(cosigan #19) a part of me that will never be mine Ea34e91011df06cf0a41b2ddccaf586056e472b0
cosigan #18 & #19 ⊹ Go ahead, you can say it's my fault if it still hurts at all. Drowning in my thoughts, staring at the clock, and I know I'm not on your mind. I wonder what would happen if I die. I hope all of my friends get drunk and high. Would it be too hard to say goodbye ? I hope that it's enough to make you cry Maybe that day you won't hate me. ☽ 12345678910111213141516171819

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan (scénario libre) ⊹ You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys. You don't own me, don't try to change me in any way. You don't own me, don't tie me down 'cause I'd never stay. I don't tell you what to say, I don't tell you what to do. So just let me be myself, that's all I ask of you.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 5e60c44207aec5db95e9f504a220603393a98b7d
joseegan #7 ⊹ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 83f02f83aa9d35b507dd02a8ee0fda999bdcd417
misfits #6 ⊹ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 5ca9b049e80c8d43756d6af5a76457d91c094c1f
meloh #8 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #2 ⊹ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : me/stairsjumper (avatar), harley (crackships & gifs signature)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga) & Midas Sterling (Dacre Montgomery)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #19) a part of me that will never be mine (cosigan #19) a part of me that will never be mine EmptyLun 21 Nov - 18:27




a part of me that will never be mine
Megan Williams & @Damon Williams (cosigan #19) a part of me that will never be mine 873483867

Tous mes reproches se mélangent, à de vraies blessures se mêlent celles de l’égo, à des reproches légitimes viennent s’ajouter de qui le sont un peu moins, puisque tant de choses sont floues, entre Damon et moi. Nous savons tous les deux que personne n’a jamais pris le temps ou la peine de définir les règles du jeu. Nous savons tous les deux que nous nous sommes promis de nous respecter, sans jamais réellement s’interroger sur ce que cela représente, comme engagement. Nous savons tous les deux que la bague que nous portons à l’annulaire veut à la fois tout et rien dire et qu’en tout cas, notre mariage n’est pas régi par les mêmes règles que celles qui régissent celui des autres individus. Moi, je veux plus. Pas forcément parce que j’aime Damon, même si je m’y suis attachée, mais parce que je veux plus pour moi, pour ma vie, pour mon futur. Damon me résume peut-être à une amie, à un membre de sa famille au statut un peu particulier et, dans mon esprit alors que la peine vient faire en sorte que tout se mélange, il m’assimile surtout à une paire de menottes à son poignet et ça me fait mal au coeur, puisque cela me renvoie à ma solitude, cela me renvoie à l’image que j’ai de moi et que j’imagine être celle du reste du monde également. La maîtresse. La jolie fille qui n’a pas grand chose d’intéressant, au-delà de ses atouts physiques. La parvenue. L’opportuniste. La manipulatrice. L’autre fille, jamais le rôle principal de la moindre romance. Rien d’étonnant à ce que, en plus d’être friande d’heroic fantasy, je me gave de romances qui n’existent en réalité que dans la pop culture. Comme ces héroïnes, je veux vivre ma grande histoire d’amour. Je veux qu’un homme pose ses yeux sur moi et reconnaisse en moi son âme sœur. Je veux vivre un rêve éveillé, après une jeunesse cauchemardesque. « Tu sais très bien que je cherche pas à te cacher que je vois d’autres personnes. » Mais nous n’en avons jamais non plus parlé de façon ouverte et adulte, hein, Damon ? Il sait comme moi que si rien n’est interdit, rien n’est vraiment officiel non plus. Suis-je la seule à ressentir une sorte de culpabilité inexpliquée lorsque je retrouve Scott ? « Et ce n’est pas pour ne pas être dans le même appartement que toi. » - « Non, mais c’est pour être avec n’importe qui sauf moi, ou en tout cas, c’est à ça que ça ressemble. » Ca ressemble à un échappatoire. Et ça me fait mal, de recevoir l’impression qu’il a besoin d’un échappatoire à son quotidien quand j’en suis une composante primaire. Je m’en fous que ce soit hypocrite puisque, de mon côté, j’ai repris contact avec Scott après notre lune de miel.  

« Tu déformes mes propos. » Peut-être. Ou non. Je crois que je m’en fiche, à vrai dire. Il n’était pas là alors, à mes yeux et sur l’instant, ça me donne le droit de lui jeter ce que j’ai envie de lui jeter au visage. Ça en fait le coupable idéal, tout désigné pour tous mes maux. N’en reste pas moins vrai que je ne veux pas qu’il m’accorde du temps parce qu’il a l’impression que c’est ce qu’il doit faire, ce que le monde attend de lui. Je ne veux pas non plus qu’il le fasse parce qu’il a pitié de moi. Damon a la main sur le cœur et cette qualité est autant un défaut : il est difficile de savoir quand il agit comme ça parce qu’il en a vraiment envie, ou quand il s’agit simplement de ce que son sens du devoir lui a dicté. « Je déforme rien du tout. Je te pose une question. » Parce que Saül a beau être la pire des ordures à ses yeux, il continue à se plier en quatre pour lui et pour son entreprise, et pour les extras aussi, visiblement. Et que moi, je me demande quelle est ma place dans tout ça.

« Si je suis là aujourd’hui Megan, c’est que ça m’intéresse. » Il fait un pas dans ma direction. De mon côté, je ne recule pas, mais je n’avance pas non plus. Je reste figée, interdite, doutant de tout ce qui sort de sa bouche. « Ça m'intéresse aujourd’hui, comme ça m’intéressait hier et comme ce sera toujours le cas demain. » - « J’en sais rien, ça. » Si cela l’intéresse réellement ou s’il fait ce qu’on attend de lui, persuadé que c’est là la meilleure des façon de s’appliquer autant dans le rôle de mari que dans tous les autres qu’on lui a donné au cours de sa vie. « Je sais que c’est pas ce que tu penses là, en ce moment, mais je ne suis pas ton ennemi. Je suis là pour toi, je compte pas changer d’avis. » Il approche encore un peu, et mes mains se resserrent autour de mon corps. Je ressemble à un animal blessé. J’ai tout d’un animal blessé. Le problème c’est que ce n’est pas tellement ça que je remets en question. Ce dont je doute, ce sont les bases de notre relation. Ce dont je doute, ce n’est pas tant de sa sincérité que tout ce qui est inconscient qu’il panse en passant du temps dans les bras d’une foule d’autres personnes - je n’en sais rien, au fond, mais j’en suis à présent convaincue. « Je sais pas ce dont tu as besoin exactement, je peux que le deviner, parce-que tu m’en parles pas. » - « Parce que j’en sais rien ! » Moi aussi, j’ignore ce qui me ferait du bien. J’ignore comment je suis censée me conduire, comment je suis censée réagir et, si je continue à faire la liste, j’ignore tout simplement quoi faire de ma vie. Les larmes redoublent, et je cache mon visage dans les immenses manches de mon sweat trop grand, attrapant ma tête entre mes mains. « Je veux quelqu’un qui sache pour moi. » Aujourd’hui plus que jamais, je veux quelqu’un sur qui me reposer. J’ai besoin de quelqu’un qui prenne toutes les décisions à ma place parce qu’il saura mieux que moi ce dont j’ai besoin, parce que je compterais pour lui. Si j’ai laissé mon visage s’échapper le temps de lui crier ces deux phrases, je l’enferme à nouveau dans mes manches.

« Mais je t’en veux pas, parce-que c’est le deuil qui parle et pas la Megan que je connais. » Il se trompe. Ce qui parle, c’est ce que le deuil révèle de la Megan qu’il connaît. La Megan qui en a assez de toujours sourire, d’être solaire, de ne pas se plaindre, la Megan qui en a assez d’être sur le banc de touche, la Megan qui en a marre de n’être qu’un second rôle. La Megan qui garde beaucoup de choses pour elle - et certes, ces choses ressortent déformée par le deuil et la peine - parce qu’elle considère qu’elle n’intéresse personne au point d’être à l’aise pour vider son coeur. « Mais si tu as besoin de quoi que ce soit, tu es toujours la bienvenue pour m’en parler parce-que c’est quelque-chose qui m’intéresse de savoir. » - « Non, y’a des sujets dont tu veux pas parler. Des questions auxquelles t’as pas envie de répondre. » Peut-être parce qu’il est lâche, peut-être parce qu’il n’a pas la réponse et, dans d’autres circonstances, j’aurais admis qu’il est difficile de lui en vouloir.

Il prend son visage entre mes mains et je ne me débats que mollement. Je ne me débats quasi pas, je tourne ma tête de gauche à droite pour me soustraire, mais à peine, et avoir si peu de force que ça n’a pas le moindre effet. Ses doigts glissent sur mes joues, ses pouces caressent ma peau pour essuyer les larmes, et dieu que j’aimerais qu’il la caresse dans d’autres circonstances, sans drame, juste parce qu’il en a envie. « Je ne suis pas ton ennemi, Megan. Et je sais qu’au fond de toi tu le sais. » Je baisse les yeux, je laisse mes larmes s’écraser par terre et je tente aussi de me soustraire à son regard. Ma façon de pleurer n’a rien de celle d’une héroïne romantique, sous la pluie et avec pudeur, force et fierté. Je suis agitée par des sanglots. Mes yeux sont rouges. Les hommes n’aiment pas les pleureuses, Megan. « Je sais que tu es dévastée, et que tu as trop d’émotions à gérer d’un coup. Je peux être ton punching-ball s’il le faut, je le redis. Mais ne doute pas du fait que je sois intéressé par ce que tu ressens parce que ça a toujours été le cas. » - « Je sais pas. » Doucement, je me soustrais à ses doigts, à ses mains, à ses caresses. Je ne fuis pas, je ne me réfugie pas dans ma chambre en tout cas. Je fais quelques pas seulement jusqu’au canapé, sans être capable de m’arrêter de pleurer. Je m’assois, et je ramène mes genoux contre ma poitrine. Je les enserre et j’y dissimule mon visage. « J’ai personne. » Billie n’était pas vraiment là pour moi. Mais elle agissait parfaitement comme illusion, elle me donnait un peu moins le sentiment de venir de nulle part. « Je veux quelqu’un. »





(cosigan #19) a part of me that will never be mine A44L8rk
(cosigan #19) a part of me that will never be mine VsgJxpQ
(cosigan #19) a part of me that will never be mine QIDiPqb
(cosigan #19) a part of me that will never be mine Fqo0cUp
(cosigan #19) a part of me that will never be mine LKqJkYj
(cosigan #19) a part of me that will never be mine YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #19) a part of me that will never be mine IAeu3cF ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre dernier.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5616 POINTS : 700

TW IN RP : violences (physiques et verbales), abus émotionnel.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia universiy à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
CODE COULEUR : navy.
RPs EN COURS :
(cosigan #19) a part of me that will never be mine DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021
NaNoWriMo 2022

(six) - present: ambrose #2juliet › maisiemegan #13megan #14 | past: saül #3

RPs EN ATTENTE : jo #2 › papa auden le best › wyatt
RPs TERMINÉS :

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : strairsjumper (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › malone constantine, le poids des regrets (ft. jack lowden) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #19) a part of me that will never be mine (cosigan #19) a part of me that will never be mine EmptyMar 22 Nov - 23:48




a part of me that will never be mine
@megan williams

« Non, mais c’est pour être avec n’importe qui sauf moi, ou en tout cas, c’est à ça que ça ressemble. » Il aurait voulu lui souligner que c’était parce-que c’était là la description, la signification, qu’elle souhaitait donner à ses actions mais il savait pertinemment qu’il s’apprêtait à se heurter à un mur. Depuis le début, elle avait vu le reste du monde comme étant une menace à l’encontre de leur relation, qu’importe les états par lesquels cette dernière était passée, alors qu’il avait juste été là d’une façon pour Damon de trouver un certain équilibre dans cette vie qui le malmenait depuis longtemps maintenant. « Je suis avec qui, Megan, là ? » Ses mots étaient pour sur là pour souligner une évidence qu’elle ne semblait pas résolue à voir en face, peut-être un brin trop proches des reproches d’ailleurs; mais sa voix restait claire, restait mesurée. Il n’y avait pas une seule version de cette scène où il perdait son calme, où il compromettait son tempérament. Parce-que même si les propos de la jeune femme face à lui étaient durs et lui faisaient mal - mais n’étaient pas moins réalistes tout du long -, il avait à coeur de ne pas se laisser happer par ses émotions, cette fois. Megan pouvait se le permettre, mais pas Damon. Même si cela s’annonçait être un exercice compliqué, alors qu’elle semblait vouloir taper sur tous les sujets qui pouvaient faire mal; le pire dans cette discussion, c’était que ses reproches semblaient lui venir du coeur. Toute une partie de Damon en cet instant était en train d’espérer que cela lui ferait du bien, de vider son sac de la sorte. « Je déforme rien du tout. Je te pose une question. » Elle déformait ses propos pour y ajouter une couche de colère, même si cela se trouvait être sous forme de question. « Je te demande si tu es sure de vouloir continuer ce type de discussion parce-que tu es bouleversée Megan et que c’est pas dans ces conditions là qu’on réussira à discuter correctement. » Il tentait autant comme autant de soutenir son regard à chaque mot prononcé, pour qu’elle puisse voir qu’il ne cherchait pas d’échappatoire mais réellement la meilleure façon pour que tout se passe pour le mieux.

Parce-qu’elle lu reproche son manque de présence à ses côtés, même si ça ne lui plaisait pas qu’elle le fasse, elle en avait tous les droits: il n’avait pas su répondre présent lorsqu’elle avait eu besoin de lui. Il l’entendait, et pourrait s’excuser pendant le restant de ses jours si c’était là quelque-chose qui pouvait apaiser le coeur de Megan. En revanche, de savoir que son manque de présence physique à ses côtés se traduisait pas un manque d’intérêt à ses yeux, c’était là une vérité qu’il ne laisserait pas être prise pour acquis - puisqu’elle n’en était rien. « J’en sais rien, ça. » - « Et que je te le dise, ça te suffit pas pour me croire ? » Parce-qu’il y avait la présence et les preuves par les gestes, d’accord; mais si elle ne croyait pas ce qu’il pouvait dire concernant ses envies et ses ressentis, ils s’en allaient vers un tout autre type de problème à résoudre. Car si elle ne le croyait plus sur parole, cela voulait dire qu’elle n’avait plus confiance en lui. Et s’il y avait bien quelque-chose qui avait toujours semblé primordial aux yeux de Damon, à travers leur relation, c’était la confiance qu’ils se devaient de s’accorder sur les paroles qu’ils s’adressaient. C’était ce qu’ils avaient de plus important, de plus précieux. C’était ce qui leur avait permis de tenir jusque maintenant.

« Parce que j’en sais rien ! » Les larmes ne cessaient de couler encore et encore sur les joues de la jeune femme, et voir ce spectacle tordait de douleur le coeur de Damon. Et pas simplement parce-qu’il avait l’empathie facile: parce-qu’il n’avait aucun désir de voir Megan dans cet état. « Je veux quelqu’un qui sache pour moi. » Les sourcils du jeune homme se froncèrent un instant sur son visage. « Je t’assure que tu veux pas ça. » Parce-que Damon était le mieux placé pour connaître les autres pensant pour lui, les autres agissant à sa place, ne lui laissant prendre aucune décisions de lui-même; cela avait été son quotidien pendant bien trop longtemps, et c’était une des raisons pour lesquelles aujourd’hui il se cherchait tant. Car bien des décisions avaient été prises pour lui, mais ce n’était pas dans son intérêt: c’était simplement plus facile de contrôler ce qui allait ressortir de certaines situations en ne laissant pas le choix au protagoniste principal. « T’as peut-être envie que quelqu’un prenne des décisions à ta place en ce moment pour te soulager de ça, mais t’as pas envie de quelqu’un qui sache à ta place. Crois moi. » Ces dernières paroles avaient été prononcées sur un ton bien plus doux, bien plus hésitant aussi. Ce ne serait pas une surprise pour Megan si à travers sa colère et ses larmes, elle réussissait à comprendre qu’il parlait en connaissance de cause; de toutes façons il ne lui avait jamais caché. Damon avait eu la belle vie en apparence depuis sa naissance, mais s’était retrouvé émotionnellement abusé par ses proches - avec plus ou moins préméditation de la part de ces derniers. Après tout, un enfant qui ne dit rien, ne reproche rien, et qui obéit au doigt et à l’oeil c’était bien plus pratique pour l’image renvoyée à autrui. Megan avait peut-être besoin de plein de choses, mais que quelqu’un décide pour elle. Et il serait là pour l’écouter, qu’importe ce que ses réels besoins étaient; il aurait toujours une oreille attentive si elle désirait lui parler. « Non, y’a des sujets dont tu veux pas parler. Des questions auxquelles t’as pas envie de répondre. » Le jeune italien se pinça les lèvres un instant. « Y’a des sujets qui sont plus douloureux que d’autres à aborder, nuance. » Et parce-que lorsque c’était le cas, il avait été habitué à ce que ces derniers soient enfouis, enterrés, plutôt que mis sur le tapis et discuté. « C’est pas pour autant que j’ai pas envie d’en parler. » Mais de toutes façons, la question du jour n’était pas cette dernière, car sa femme n’était pas apte à discuter de tout et n’importe quoi en cet instant.

Lorsque les mains de Damon arrivèrent finalement tout contre le visage de Megan, le premier réflexe qu’il eut fut de sécher les larmes qui inondaient ses joues. Il sentit entre ses doigts qu’elle bougeait son visage, légèrement - la prise qu’il avait sur elle ne l’empêchait pas un seul instant de s’exciper si elle le souhaitait, il ne bougea donc pas d’un pouce en sachant que si elle ne retirait pas immédiatement son visage de l’endroit où il était désormais posé, c’était qu’elle n’y voyait pas tant qu’inconvénients que cela pour le moment. Cependant, ce n’était pas sur cette partie là de sa façon d’agir qu’il se concentrait, Damon, mais bien plus sur le fait qu’elle évitait sciemment son regard du sien - il n’avait pas besoin d’une capacité spéciale quelconque pour s’en rendre compte. Qu’elle n’aime pas qu’il se soit imposé à elle, ce n’était pas un problème. Qu’elle ne désire pas parler avec lui les yeux dans les yeux soulignait bien d’autres choses - et une fois de plus, pour ne pas changer, le coeur du jeune homme en pris un coup. Tant était si bien qu’il ne chercha même pas un seul instant à la retirer lorsqu’elle se dégagea de ses mains, de sa présence, pour aller se réfugier sur le canapé. « Je sais pas. » Son visage fut rapidement caché, enfoui entre ses genoux remontés contre sa poitrine. « J’ai personne. » Je suis là, moi, qu’il aurait voulu lui crier une fois de plus; il savait cependant qu’elle ne l’entendrait pas plus cette fois ci. « Je veux quelqu’un. » Damon ferma les yeux un instant, laissant un soupire bien malgré lui s’échapper. Prenant un instant avant de parler, de bouger de nouveau, il dut se rappeler que cette discussion n’était pas à propos de ses émotions à lui et que ces dernières se devaient de rester bien sagement rangées dans un coin. Même son coeur hurlait à la tragédie, à la trahison, au désastre, à l’incompréhension - son coeur était un brin dramatique lorsqu’il était brisé. Finalement, ouvrant de nouveau les yeux, il reposa son regard sur Megan. « Tu veux quelqu’un… » Et peut-être que les prochaines paroles qu’il s’apprêtait à dire allaient être rapidement regrettées, mais il avait toujours promis d’être le plus honnête possible et c’était ce qu’il faisait, avec les éléments dans cette situation qui lui étaient donnés. « Ou tu me veux moi ? » Il ne disait pas ça pour satisfaire quelconque égo, et reprit rapidement la parole pour que la jeune femme puisse comprendre ce qu’il voulait dire avec ces mots là. « Parce-que si tu veux quelqu’un qui n’est pas moi, je peux appeler qui tu veux vraiment voir. » Qu’importe qui serait cette personne, il le ferait sans broncher. « Si tu me veux moi, je suis déjà là. » Inspirant longuement, tristement aussi, il parcourut les quelques pas afin de s’asseoir sur la table basse, face à Megan elle toujours dans le canapé. « Regarde moi Megan, s’il te plait. Laisse moi être là pour toi. » Lentement, sa main se posa sur celle de la jeune femme. « S’il te plait laisse moi être là pour toi. » Ces derniers mots étaient comme suppliés, prononcés dans un soupire ressemblant davantage à un dernier souffle, à une prière.



:rainbow::


Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
(cosigan #19) a part of me that will never be mine Hu5cwsy ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Monroe devenue Williams le 20.11.21. Elle s'attache de plus en plus à Damon, mais puisqu'il ne veut pas d'elle, elle se console dans les bras de Scott. Les mauvaises habitudes ont la vie dure.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, modèle photo débutante et wannabe influenceuse. (elle a quitté le studio photo "Mirages" en octobre 2022)
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon, son époux qui dort dans la chambre d'à côté, et Bowie, le chien récemment adopté qui dort dans son lit lui, au moins.
(cosigan #19) a part of me that will never be mine F2b3cac99f0acfa2b8d4e5ea4defa90820bba4aa
POSTS : 3669 POINTS : 900

TW IN RP : Négligence et retrait de l'enfant par les services sociaux / enfance dans le système, objectification de la femme, dépendance affective, mentions d'agression physique, deuil.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(06) maisie (2019)aiden #2jo #7damon #18murphy #6damon #19


(cosigan #19) a part of me that will never be mine Ea34e91011df06cf0a41b2ddccaf586056e472b0
cosigan #18 & #19 ⊹ Go ahead, you can say it's my fault if it still hurts at all. Drowning in my thoughts, staring at the clock, and I know I'm not on your mind. I wonder what would happen if I die. I hope all of my friends get drunk and high. Would it be too hard to say goodbye ? I hope that it's enough to make you cry Maybe that day you won't hate me. ☽ 12345678910111213141516171819

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan (scénario libre) ⊹ You don't own me, I'm not just one of your many toys. You don't own me, don't say I can't go with other boys. You don't own me, don't try to change me in any way. You don't own me, don't tie me down 'cause I'd never stay. I don't tell you what to say, I don't tell you what to do. So just let me be myself, that's all I ask of you.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 5e60c44207aec5db95e9f504a220603393a98b7d
joseegan #7 ⊹ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 83f02f83aa9d35b507dd02a8ee0fda999bdcd417
misfits #6 ⊹ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 5ca9b049e80c8d43756d6af5a76457d91c094c1f
meloh #8 ⊹ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #19) a part of me that will never be mine 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #2 ⊹ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : me/stairsjumper (avatar), harley (crackships & gifs signature)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga) & Midas Sterling (Dacre Montgomery)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #19) a part of me that will never be mine (cosigan #19) a part of me that will never be mine EmptyMer 23 Nov - 12:44




a part of me that will never be mine
Megan Williams & @Damon Williams (cosigan #19) a part of me that will never be mine 873483867

« Je suis avec qui, Megan, là ? » Mais est-ce que tu en as envie, ou est-ce que je suis une obligation, Damon ? C’est celle-là au fond, la question la plus importante. C’est ce doute-là qui me fait le plus mal au cœur. C’est l’idée de n’être que ça aux yeux d’un garçon auquel je me suis attaché et que je place tant bien que mal au cœur de mon existence qui me brise le cœur quand je m’y attarde trop. Et j’ai beau observer le problème sous tous ses angles, je ne trouve pas la réponse à la question qui me tient parfois éveillée la nuit : qu’est-ce que j’ai fait de mal ? Qu’est-ce qu’il me manque, pour susciter son intérêt ? J’ignore tout des gens qu’il fréquente, j’ai mis un mouchoir sur cette information, mais malgré tout je m’interroge : qu’ont-ils de plus que moi ? Ses conquêtes sont-elles mixtes, ou bien le problème réside-t-il dans le fait qu’il recherche la compagnie de jeunes hommes ? Est-ce dans ce cas par vrai ”préférence”, ou bien cherche-t-il seulement à défier son père par tous les moyens possibles, sans se soucier de la peine qu’il peut me faire au passage ? « Tu es avec moi par loyauté, par obligation, ou parce que c’est là que tu avais envie d’être ? » Les larmes coulent toujours le long de mes joues, mais je ne crie pas. Je suis - en apparence - calme, même s’il est évident que ce sera éphémère. Il n’est revenu que parce que ma mère est morte. Il n’est revenu que par sens du devoir, et c’est bien là tout le problème à mes yeux, ou en tout cas le problème auquel j’ai décidé de m’attaquer dans mon besoin de trouver un défouloir, un exutoire. « Je te demande si tu es sûre de vouloir continuer ce type de discussion parce que tu es bouleversée Megan et que c’est pas dans ces conditions là qu’on réussira à discuter correctement. » Le rictus de colère s’efface doucement de mon visage pour laisser place à de l'abattement, à de la résignation. Il est difficile de savoir si Damon a réussi à me faire entendre raison - sur le point qu’il vaut mieux reparler de tout ça à tête bien plus reposée - ou si je baisse simplement les bras, je crois que moi-même, je l’ignore. Je crois que je ne suis simplement pas habituée à me frotter à quelqu’un qui démontre qu’il a la tête bien plus dure que moi. Surtout avec Damon, que j’amène souvent là où je cherche à l’amener, sans même chercher à le manipuler. Je me résigne au fait que nous aurons cette conversation quand il aura envie de l’avoir, même si cela me fait mal au cœur. « Et que je te le dise, ça te suffit pas pour me croire ? » - « Je crois que t’es quelqu’un de tellement gentil que ça serait pareil pour tout le monde. Que c’est pas parce que c’est à moi que ça arrive que ça t’intéresse ou que ça te touche. » Et moi, je voudrais être à part. C’est un belle qualité, d’être sensible et empathique au point que l’est Damon. Mais c’est dur de se sentir privilégiée, d’avoir la certitude qu’on occupe une place particulière pour lui quand il est capable de pleurer sur le sort d’inconnus ou de personnages de fiction. C’est peut-être aussi parce que ce n’est pas ce que j’ai l’habitude de recevoir, de l’intérêt sincère et de la sollicitude. Moi, je voudrais que ce soit parce que c’est moi.

« Je t’assure que tu veux pas ça. » Ce serait pourtant bien plus simple, d’avoir quelqu’un qui me prenne par la main dans des situations comme celle-là. « T’as peut-être envie que quelqu’un prenne des décisions à ta place en ce moment pour te soulager de ça, mais t’as pas envie de quelqu’un qui sache à ta place. Crois moi. » Je crois que Damon et moi avons vécu des choses et des tragédies bien trop différentes pour arriver à voir les choses de la même façon, pour arriver à se mettre dans les chaussures l’un de l’autre. Lui a vu sa vie régie par son père, sa mère et tout le reste du monde sans ne jamais avoir son mot à dire. Moi, j’ai appris à me débrouiller seule à un âge où aucun enfant ne devrait apprendre ce genre de chose, et je n’ai jamais eu le sentiment que je pouvais me reposer sur qui que ce soit, même lorsque j’étais dans des familles d’accueil affectueuses. Ce qui ressemble à un cauchemar pour lui me semble confortable, facile, souhaitable, et vice versa. Nous avons des choses à nous apprendre, lui et moi, avant que chacun ne soit capable de faire la moitié du chemin, avant que chacun n’ait une vision plus saine des choses. Parce que ça ne l’est pas, sain, de se faire dicter sa conduite et de n’avoir aucun choix, mais ça ne l’est pas plus de devoir systématiquement compte que sur soi-même. Si je comprends - je suis bouleversée, je ne souffre pas d’amnésie, je ne suis pas capable de lui dire que je suis d’accord et qu’il a raison. Peut-être parce que nous détenons tous les deux une part de la vérité, parce qu’il y a un peu de vrai dans chacune de nos positions.

« Y’a des sujets qui sont plus douloureux que d’autres à aborder, nuance. » - « C’est pas juste plus douloureux, c’est l’omerta, et on le sait tous les deux. » Sauf que moi, ça ne me convient pas. Pourtant, je suis la première à m’être tue lorsque j’ai été terriblement blessée par sa prise de position en Italie, lors de notre lune de miel. Je suis la première à devoir appliquer un peu plus ce qu’elle prêche, à savoir la transparence et la liberté de dire ce qu’elle a sur le cœur. Mais ma lâcheté, n’est-elle pas compréhensible puisque mon cœur est piétiné à chaque fois qu’il est question des règles floues de notre relation ? « C’est pas pour autant que j’ai pas envie d’en parler. » Je ne demande pas quand. Je ne demande pas sous quelles conditions. Parce que j’ai compris que ce ne serait pas ce soir et que je ne suis pas certaine d’être assez forte pour l’instant pour découvrir toutes ces raisons qui me rendent repoussante à ses yeux ce soir.

Plus la conversation avance, plus je m’effondre. Je n’échappe pas à son étreinte pour m’enfuir, mais parce que mes jambes ne me portent plus et que j’ai besoin de me recroqueviller sur moi-même, de me mettre en position quasi foetale - si ce n’est que je reste assise - sur le canapé. Ces mots que je prononce ne sont pas le résultat d’une pensée mûrement réfléchie mais de l’expression de toute ma détresse. Pourtant, même en étant bouleversée, je suis capable de comprendre que j’ai fait mal au cœur à Damon. Mais comment, pourquoi, puisqu’il est le premier à ne pas vouloir de moi ? « Tu veux quelqu’un… » Il s’avance prudemment. Parce qu’il craint ma réaction, ou parce qu’il appréhende la réponse à la question qu’il s’apprête à formuler ? « Ou tu me veux moi ? » Doucement, je relève mon visage mouillé de larmes dans sa direction. « Parce-que si tu veux quelqu’un qui n’est pas moi, je peux appeler qui tu veux vraiment voir. » Il comprend de toute évidence tout à l’envers, puisque je parlais d’une présence, d’une personne en tant que concept, pas de quelqu’un de spécifique que j’aurais dans ma vie. A qui pense-t-il ? Vers quel genre de personne ses hypothèses le mènent-elles ? « Si tu me veux moi, je suis déjà là. » Parce qu’il y est forcé. Vrai ou pas vrai ? Je n’ai plus vraiment aucune certitude, je suis plus perdue que je ne l’ai jamais été. Doucement, il s’assied sur la table basse, face à moi et je ne le quitte pas des yeux, bien qu’incapable de fermer les vannes de mes pleurs. « Regarde moi Megan, s’il te plait. Laisse-moi être là pour toi. » Ne comprend-il pas que j’en crève d’envie ? Que je veux juste qu’il soit là, pour de vrai, et pas ailleurs dès qu’il en ressent le besoin ? Ce qui me fait mal au cœur, c’est l’idée que sa présence ait une date de péremption, que son affection ait des limites. Je me demande pas si, mais quand il considérera que je vais mieux, et qu’il peut reprendre le cours de sa vie, celui qui ne m’implique pas. Sa main se pose doucement sur la mienne, que je retourne pour enlacer mes doigts aux siens parce que c’est rassurant, parce que c’est ce dont j’ai besoin. « S’il te plait laisse moi être là pour toi. » - « Je veux que t’appelles personne. » Je lui réponds comme il m’a parlé sur sa dernière phrase : à voix basse, comme une prière. « Je te veux toi. Mais je veux pas me demander quand tu partiras. » N’est-ce pas ça le problème ? Que tout le monde finit par partir ? « Je veux plus me demander quand tu partiras. » Le plus change tout. Le plus, il montre que c’est actuellement ce que je fais à longueur de temps. Et je ne veux pas non plus me demander quelles sont les conditions et les limites à sa présence à mes côtés. Je voudrais que tout soit tellement plus simple que ça ne l’est.





(cosigan #19) a part of me that will never be mine A44L8rk
(cosigan #19) a part of me that will never be mine VsgJxpQ
(cosigan #19) a part of me that will never be mine QIDiPqb
(cosigan #19) a part of me that will never be mine Fqo0cUp
(cosigan #19) a part of me that will never be mine LKqJkYj
(cosigan #19) a part of me that will never be mine YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #19) a part of me that will never be mine IAeu3cF ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre dernier.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5616 POINTS : 700

TW IN RP : violences (physiques et verbales), abus émotionnel.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia universiy à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
CODE COULEUR : navy.
RPs EN COURS :
(cosigan #19) a part of me that will never be mine DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021
NaNoWriMo 2022

(six) - present: ambrose #2juliet › maisiemegan #13megan #14 | past: saül #3

RPs EN ATTENTE : jo #2 › papa auden le best › wyatt
RPs TERMINÉS :

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : strairsjumper (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › malone constantine, le poids des regrets (ft. jack lowden) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #19) a part of me that will never be mine (cosigan #19) a part of me that will never be mine EmptyAujourd'hui à 18:06




a part of me that will never be mine
@megan williams

« Tu es avec moi par loyauté, par obligation, ou parce que c’est là que tu avais envie d’être ? » Il n’y avait qu’à regarder le regard qu’il lui jetait en cet instant pour comprendre la réponse à cette question. Certes, Damon était capable d’une empathie sans limite et parfois il était compliqué de distinguer s’il agissait de son plein gré ou simplement parce-qu’il ne savait pas faire le tri dans ses émotions. En cet instant cependant, il n’y avait aucun doute quant au fait qu’il soit réellement inquiet et boulversé lui-même par l’état de Megan; et pas parce-qu’il se sentait obligé de l’être en qualité de mari, mais bien parce-qu’il était réellement inquiet de connaître la façon dont elle pouvait se sentir, de comprendre ses ressentis, de ressentir le besoin d’être présent à ses côtés. « Je suis là parce-que j’ai envie d’être là. » Elle n’avait peut-être pas perçu le changement, mais il y avait eu un moment dans leur histoire où le jeune italien avait rendu les armes et s’était résolu à l’idée qu’il appréciait se trouver aux côtés de la jeune femme. Par la suite, il avait également découvert qu’elle s’était finalement jouée de lui depuis le début et les choses avaient été un peu plus compliquées à prendre en considération. Alors, il avait mis de côté le fait qu’il se sente réellement investi, émotionnellement investi, dans le quotidien de sa femme parce-que c’était bien plus simple d’agir de la sorte que de se dire qu’il avait quelconque affect pour une personne qui lui avait voulu du mal. Même si cela n’avait pas été dans ce but là, ni avec cette intention de base, les faits restaient les faits. Ce n’était que très récemment qu’il avait admis en silence qu’il passait outre le fait qu’elle l’ait trahi avant même de le connaître, et qu’il était à ses côtés plus parce-qu’il en avait envie que parce-que là était son devoir. Damon pouvait comprendre que cela ne puisse pas être évident aux yeux de Megan, alors qu’il avait passé tant de temps à éviter sa compagnie; aujourd’hui cependant, les yeux du jeune homme ne sauraient mentir.

Et si la jeune femme désirait vraiment discuter de tous les tenants et aboutissants de cette conversation, de tout ce qui pouvait s’y rattacher de plus ou moins loin, il le ferait sans soucis. Ils auraient surement du avoir une conversation de ce genre bien plus tôt dans leur relation - qu’importe ce que cette dernière représentait réellement. Cependant, ce n’était pas aujourd’hui alors que le coeur de Megan était brisé en mille morceaux, que ses émotions la submergeaient et qu’elle semblait déterminée à le faire passer pour le vilain de son histoire que Damon souhaitait discuter de tout ça. Une telle conversation ne les mènerait pas dans un endroit plus serein, plus apaisé, mais ne ferait que jeter de l’huile sur le feu alors qu’ils n’en avaient clairement pas besoin. « Je crois que t’es quelqu’un de tellement gentil que ça serait pareil pour tout le monde. Que c’est pas parce que c’est à moi que ça arrive que ça t’intéresse ou que ça te touche. » De telles paroles prononcées par la jeune femme prouvaient son point sans qu’il n’ait besoin de le faire lui-même: son jugement était obstrué par ses pensées et ses émotions, et elle ne voyait pas ce qui était pourtant sous son nez et évident. Damon ne pouvait pas lui en vouloir bien sur, il comprenait parfaitement l’état dans lequel elle se trouvait - pas d’être autant émotionnellement sans dessus-dessous à la suite de la perte d’un proche car même lorsque c’était Elon qui les avait quitté, ce n’était pas la même situation, mais il comprenait parfaitement le fait d’être enseveli par ce qu’il était possible de ressentir. C’était un peu une affaire quotidienne, chez lui. Cependant, une part de lui était blessée que Megan puisse penser ça de sa façon de réagir; le fait qu’elle puisse également se dire qu’il réagissait comme ça presque par automatisme, et que ce n’était pas parce-que le sujet l’intéressait ou le touchait réellement. Ne se rendait-elle pas compte que toutes les fois où il s’était retrouvé dans un état de détresse émotionnelle, c’était là parce-que justement il prenait les choses à coeur ? Parce-que cela mettait à mal ses émotions ? Il avait fait en sort de ne pas laisser ses larmes couler lors de l’enterrement de Billie alors qu’il ne l’avait jamais connu; ce n’était pas pour celle enterrée qu’il était peiné en revanche, mais bien pour sa fille dont sa main tenait tellement fermement la sienne qu’il avait failli en perdre ses doigts. Sa femme pensait que ce n’était que parce-qu’il était sensible qu’il agissait de la sorte; cela relevait également du fait qu’elle soit impliquée dans cette histoire. Alors certes, lors d’autres situations, il avait lâché une larme bien trop facilement sans que le contexte ne le pousse réellement à agir de la sorte - mais ce n’était là que parce-qu’il existait des échos à d’autres parties de son existence qu’il taisait, qu’il gardait pour lui, qui s’imposait à sa vision lors de telles situations. « C’est pas juste plus douloureux, c’est l’omerta, et on le sait tous les deux. » Et peut-être était-ce là le point qui devait changer entre eux. Parce-que Damon n’était pas en mesure de réfuter les paroles de Megan en cet instant, s’accordant à sa vision des faits sur plusieurs niveaux. Il aurait aimé être plus ouvert, et bien plus à partager ce qu’il avait sur le coeur. Cependant, il s’était rapidement rendu compte que dans le regard de la jeune femme, une lueur changeait lorsque certains sujets étaient abordés et il n’était pas question de causer davantage de peine. Et puis, là était le modèle qu’il avait connu toute sa vie: ne pas parler des choses permettaient parfois de réussir à les oublier. Dans leur cas, cela n’avait fait qu’empirer les choses et ne leur avait pas permis une meilleure clarté dans leur quotidien. Effectivement, l’omerta était surement la façon la plus juste de définir tout ça, mais ce n’était pas quelque-chose que Damon souhaitait préserver; ils avaient tant à gagner à être bien plus transparent l’un envers l’autre, à se faire davantage confiance également. Au delà de tout ce qui leur avait été imposé, ils avaient bien plus à gagner.

Parce-qu’il ne fallait pas être devin pour comprendre que toute cette situation pesait bien plus sur la jeune femme qu’elle ne l’admettait à haute voix. Certes, elle avait commencé ici et là à souligner le fait qu’il lui arrivait de se sentir seule, de ne pas avoir l’impression d’être à sa place malgré tout ce qui avait été fait autour pour que ce soit le cas. Ce n’était pas d’un point de vue officiel qu’elle voulait parler, et si cela avait toujours été clair ce soir ça l’était on ne pouvait plus. Elle avait du mal à se tenir debout, à laisser ses jambes supporter son poids et sa peine, si bien qu’elle dut se réfugier sur le canapé du salon pour ne pas s’effondrer complètement - Damon ne mit qu’un instant pour la rejoindre. Il avait l’impression de voir sa détresse s’échapper par tous les pores de sa peau, d’entendre son coeur crier cette dernière comme s’il se trouvait dans une pièce isolée et qu’il avait peur de ne pas être le moins du monde perçu. Ce que Megan ne voyait pas en cet instant, c'était que Damon faisait tout ce qui était en son pouvoir pour récolter cette peine et l’apaiser, la panser, avec les outils qui lui étaient donnés - et pour l’heure, ces derniers n’étaient pas nombreux. Il aurait voulu pouvoir faire bien plus, mais était-il celui taillé pour le job ? Parce-que s’il n’était pas la personne dont Megan parlait, qu’elle ressentait le besoin d’avoir à ses côtés pour voir son coeur être apaisé, il pouvait faire le bout de chemin manquant pour prévenir cette personne en question et la faire venir aux côtés de la jeune femme. Si en revanche, il était celui qu’elle mentionnait et qu’elle attendait, elle n’avait qu’à tendre la main: il était déjà présent à ses côtés. Les yeux bleus du jeune homme dévorait le visage de Megan, attendant simplement en réalité qu’elle opte pour la seconde option. Parce-que à ses yeux, l’évidence avait toujours été cette dernière: tant que les règles du jeu restaient floues, il s’appliquerait à jouer avec ces dernières. A partir du moment où elle exprimait l’idée et le besoin que ce ne soit plus le cas, il saurait ajuster sa façon de voir les choses. Ce n’était surement pas là la façon dont il avait envisagé son avenir, plus d’une fois avant ce mariage, mais il avait muri et grandi depuis tout ce temps. Alors, sa main posé sur celle de Megan, son regard cherchant à déloger le sien, il attendait  simplement qu’elle réponde à sa question prononcée dans un soupire, dans un murmure, dans une supplication presque.

« Je veux que t’appelles personne. » Alors il n’appellerait personne si tel était le cas. « Je te veux toi. Mais je veux pas me demander quand tu partiras. » Le coeur de Damon se brisa en silence autant de soulagement que de détresse à déjà anticiper quel allait être la suite de la phrase de la jeune femme. Car si les mots n’étaient, pour cet instant, pas encore formulé à haute voix il pouvait déjà les prédire et ce n’était pas pour lui mettre du baume au coeur, ce qu’il anticipait. « Je veux plus me demander quand tu partiras. » Retenant l’espèce de soupire chargé d’émotions qui menaça d’échapper à ses lèvres, l’italien ferma les yeux un instants. Oh, il comprenait tout ce qu’il y avait à comprendre dans les mots de la blonde face à lui, et à aucun moment il ne pouvait lui en vouloir pour quoi que ce soit. A chaque fois qu’ils étaient revenus ici, chez eux, il s’était échappé de nouveau et c’était un fait qu’il ne pouvait réfuter. Même si les raisons n’étaient pas celles qu’elle se forçait à comprendre - puisqu’à ses yeux, c’était pour la fuir elle qu’il agissait de la sorte alors que c’était surtout pour se fuir lui-même qu’il s’éclipsait si souvent -, les faits restaient les faits. Damon ne supportait pas l’homme qu’il était devenu ces dernières années, la vérité résidait dans cette simple phrase en réalité. Et fuir toute situation qui pouvait le lui rappeler était pour lui le meilleur moyen de préserver encore cette image qu’il se faisait de la réalité, totalement faussée. Lorsqu’il était aux côtés de Megan, il voyait son reflet - celui de l’homme qu’il était devenu et rien dans cette image ne lui plaisait; si bien que s’échapper de ce qu’il pouvait voir était plus simple que d’affronter la vérité. Parce-que s’il était vrai qu’une partie de cette nouvelle réalité n’avait pas été choisie par ses soins, il avait accepté en revanche les conditions de cette dernière sans trop se poser de questions, ni se projeter tant que ça dans l’avenir. Cela aurait été bien plus simple si Megan s’était trouvée être une femme détestable mais ce n’était en rien le cas; si ce dernier avait été vrai, il n’aurait pas eu à fuir la réalité pour une autre montée de toutes pièces puisqu’elle n’aurait pas été faite pour lui, elle n’aurait pas été douce à son oreille. La vie avec sa femme à ses côtés était douce à ses yeux, mais elle représentait les choix qu’il avait laissé lui être imposé. Elle lui pointait du doigt ses faiblesses et ses failles - et quel homme avait envie de faire face à ça tous les matins en se voyant dans le miroir ? Ce qu’il n’avait pas anticipé, Damon, c’était que son comportement à lui puisse autant impacter la vie d’une tiers personne. Ce dernier avait été bénéfique pour ce paternel qu’il méprisait tant désormais; il avait une lente torture pour celle qui se tenait tant bien que mal devant lui. « Je pars plus Megan. Je pars plus. » Et peut-être que si ces paroles là étaient prononcées du bout des lèvres, dans un souffle presque inaudible, c’était aussi parce-qu’il se rendait compte effectivement qu’il ne pouvait plus se permettre de fuir une réalité pour une autre, qu’il se devait d’accorder ses paroles et son comportement. Qu’importe l’âge, qu’importe l’étape de la vie, ce n’était jamais chose aisée; et finalement réussir à faire face à un si jeune âge à une telle responsabilité n’était pas chose à pointer du doigt et à tourner en dérision. Il existait simplement mille et une autre tournure d’évènements, où ces derniers auraient été plus doux à supporter. « Je suis avec toi, je suis là pour toi, et je compte pas partir. Pour de vrai cette fois-ci. » Ils auraient bien d’autres détails à voir pour que cette vérité là soit celle s’imposant à eux désormais, mais pour le moment cette explication était celle attendue, celle nécessaire. Ils avaient plus d’un sujet dont ils avaient besoin de discuter, mais comme Damon l’avait dit plus tôt: les émotions ressenties par Megan en cet instant fourvoyaient son jugement et sa vison des choses. En revanche, il savait qu’elle pouvait parfaitement entendre ce qu’il lui disait en cet instant; elle pouvait se reposer sur lui, voir en lui son pilier, parce-qu’il ne comptait pas l’être pour quelqu’un d’autre qu’elle désormais.



:rainbow::


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(cosigan #19) a part of me that will never be mine Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #19) a part of me that will never be mine (cosigan #19) a part of me that will never be mine Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(cosigan #19) a part of me that will never be mine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill :: logements
-