AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-12%
Le deal à ne pas rater :
SAMSUNG Galaxy M13 64Go 4G Light Blue à 149€
149 € 169 €
Voir le deal

 Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Muiredach MacLeod
Muiredach MacLeod
le râleur au grand coeur
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 50 ans [21 mars 1972]
SURNOM : S'essayer avec son prénom devrait être punissible de mort. Il ne l'a jamais aimé. Il risque plus de se retourner sur MacLeod que sur toute tentative de diminution de son prénom.
STATUT : Divorcé depuis décembre 2018, remarié à son travail depuis.
MÉTIER : Inspecteur de police à la brigade criminelle
LOGEMENT : #50 Sherwood Road (Toowong)
Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 Tumblr_mhd8hk9yxZ1rl8m99o1_500
POSTS : 1539 POINTS : 1950

TW IN RP : acephobie internalisé, maladie cardiaque, dépression
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Ça ne m'intéresse pas.
PETIT PLUS : n'a jamais été doué pour les politesses – parle couramment le gaélique écossais – se traine un accent écossais à tout casser – cache très bien un cœur de guimauve sous une montagne de droiture et de froideur – aurait brisé toutes les lois pour ses enfants (et tuerait pour les revoir) – a été convaincu par son ex que c’est de sa faute si elle l’a trompé – a couvert une grosse bourde professionnelle en raison de sa culpabilité – son médecin lui dit qu’il fait de l’arythmie, ses cachets lui disent la même chose, mais il vous affirme qu'il va bien. il va donc bien.
CODE COULEUR : #DC143C (dialogue en anglais) // #DC143C + italique (dialogue en gaélique écossais)
RPs EN COURS : [2/10 libre]
Billie #1 - Casey #1 - Cassidy #1 - Isla #1 - Laurie #1 - Maisie #2 - Marceline #2 - Yasmine #2
RPs EN ATTENTE : Deacon, Gabrielle, Anwar
RPs TERMINÉS : Terminé
2022
Adriana #1 - Alexa #1 - Antone #1 - Caitriona #1 - Cesar #1 - Charlie #1 - Clément #1 - Drew #1 - Halston et Diana #1 - Jake #1 - Marceline #1 -

Abandonné:

AVATAR : David Tennant
CRÉDITS : Avatar : Harley
DC : (Pas encore de dédoublement)
PSEUDO : MissPiggy
Femme (elle)
INSCRIT LE : 05/12/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t41824-muiredach-hate-hate-hate-double-hate-loooooooathe-entirely-the-grinch#2086640 https://www.30yearsstillyoung.com/t41895-muiredach-sticks-and-stones-may-break-your-bones-but-words-can-break-heart https://www.30yearsstillyoung.com/t42803-muiredach-macleod#2151530 https://www.30yearsstillyoung.com/t42411-club-tricot-defi-12-moi

Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 Empty
Message(#) Sujet: Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 EmptyLun 14 Nov 2022 - 21:29



Presque deux mois plus tôt, assis sur une chaise en plastique froide de la salle d’attente des cardiologues du Saint Vincent Hospital, je fixais le livre qui était dans mes mains ouvert sans, réellement, absorber le contenu qui se trouvait entre ses pages. Ce n’était pourtant pas ma première lecture de ce classique de Mary Shelley débuté pour me mettre dans une ambiance halloweenesque. Ce n’était pas pour autant que ma tête était apte à boire avec avidité le propos de l’ouvrage pour autant. Le simple fait d’être en train de poireauter que le médecin (trop jeune à mon goût) qui avait la charge d’ajuster (encore une fois) mes antiarythmiques. Le bruit de la porte du bureau qui s’ouvre avait été assez pour que je relève mon visage et que mon regard croise celui du patient qui en sortait. Assez longtemps pour le reconnaître. Un ami de mon défunt frère : le genre qui se trouvait inviter dans ces soirées où la famille en arrivait à être conviée à une farandole avec les proches comme pour le cinquantième anniversaire de mon cher Rud'. Un collègue de l’armée de mon aîné… un truc Vaughn. Assez près socialement pour qu’il soit de ceux qui étaient venus se confier en des condoléances au funérarium et à son enterrement quand il avait fini par lever les pattes quatre ans plus tôt. Un type que j’avais en estime peut-être sans apprêt parce qu’il m’avait bien fait rire à une ou deux reprises (une occurrence qui s’avérait plutôt rare… non, ce n’était pas assez fort. Cette situation relevait d’un pur et simple miracle). J’avais figé, immobile, et prétendu de main de maître que je n’avais pas fait le contact visuel assez long pour pouvoir le reconnaître en me reconcentrant sur mon livre. Un ami de mon frère saurait que c’était une tachycardie maligne qui avait emporté mon aîné et mon père. Si cette même personne n’avait qu’un demi-cerveau en situation de marche, en me voyant dans ce purgatoire médical, elle serait fort bien capable d’effectuer des connexions logiques de base et de comprendre que j’étais là pour une maladie cardiaque. Bien sûr, parce que l’on se retrouvait cloîtrés dans une salle d’attente d’un médecin spécialisé quand tout allait bien. Oh! Tant de violentes ironies ont modelé mon déni de mon état! Agir comme un animal effaré n’aidait en rien la situation.

J’avais pris un instant pour inspirer lentement par le nez, et je m’étais contenté de son nom de famille ayant toujours eu un certain dégoût pour l’usage des prénoms (probablement parce que je ne tenais pas le mien en affection). C’était ainsi que j’en étais venu à échanger un peu avec Vaughn. J’avais appris pour le virus qui avait failli lui coûter la vie et sur la greffe de cœur qui lui offrait maintenant une deuxième chance dans ce bas monde. Ça lui donnait une apparente vigueur que je n’avais pas quant à moi. Je savais que j’aurais dû accepter l’intervention chirurgicale, mais elle me semblait à juste titre fondamentalement invasive et associée avec des risques que je n’étais pas encore prêt à prendre comme celui de perdre ce travail que j’aimais au plus haut point. Bref, l’ancien militaire était sorti de l’hôpital, de retour dans une maison dans Logan City, sur Princess Street. J’avais poussé mon audace de socialisation jusqu’à me présenter chez lui en cet avant-midi. Mais planté sur le bord du terrain, j’avais observé la demeure avec un air étrange : ce terme était d’ailleurs fort erroné parce que c’était minuscule. La petite bicoque que j’avais dans Toowong n’était pas très grande quand l’on considérait ma collection de livres que je possédais. Elle n’en restait pas moins un palace si on la comparait à la maison qui se trouvait devant moi. Je toquais en attendant qu’il vienne à la porte. Ironique, je piquais d’un : « Fort, heureusement que tu as ouvert, j’ai eu peur d’avoir à sortir les pinces de désincarcérations pour t’extirper d’ici. »
@Deacon Vaughn Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 2078041801


The burning ashes of shattering dreams

Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 3VlZbhk
Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 OfFbxmO
Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 Hod8yO6
Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 YtxTUla
Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 118942police2
Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 L1zV3Kz

Spoiler:

Revenir en haut Aller en bas
Deacon Vaughn
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : cinquante ans (09 novembre)
SURNOM : deek
STATUT : divorcé & père de famille (sa fille emily a vingt-deux ans)
MÉTIER : responsable maintenance du centre équestre Riverside
LOGEMENT : il vit dans une tiny house, à logan city
Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 F76f137f1e5979cdaedadb543a824faa33e42b77
POSTS : 75 POINTS : 365

TW IN RP : violence physique et psychologique. greffe de coeur. transplantation. deuil. décès.
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : ancien militaire dans l'armée de terre. il a porté le titre de major pendant ses dernières années de service à l'étranger • a subi une greffe de coeur en août 2022 • a recueilli un chat errant qu'il prénomme le chat mais qui est devenu une des raisons de se lever chaque matin
CODE COULEUR : #FFFFF0
RPs EN COURS : Quinn #1Louis #1Muiredach #1
AVATAR : norman reedus
CRÉDITS : evie (avatar)
DC : aucun dédoublement pour l'instant
PSEUDO : Michi
Femme (elle)
INSCRIT LE : 29/10/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t46829-deek-ou-la-preuve-que-l-orthographe-a-son-importance

Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 Empty
Message(#) Sujet: Re: Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1 EmptyVen 18 Nov 2022 - 13:18





Let's pretend everything is fine
(rp numéro un)



Face au miroir de la salle de bain, je l’observe.
Elle est là.
Elle est présente. Elle est inévitable. Elle est l’énorme tâche au milieu d’un drap blanc immaculé. Nombreux sont les professionnels de la santé qui me disent et me répètent, qu’elle est belle. Je n’aurais jamais cru entendre autant de fois la combinaison entre ce nom et cet adjectif mais c’est une nouvelle vérité de ma vie. Mon regard ne la quitte pas des yeux et du bout des doigts, je viens effleurer les bords. Derrière cette cicatrice bat un cœur qui appartenait à un autre et qui est désormais le mien. C’est une folie à laquelle je ne me suis pas encore totalement habitué. C’est une folie qui a amené tant de nouvelles sensations, de nouveaux questionnements … comme … Lorsque je ferme les yeux, lorsque je me laisse happer par le silence lourd de cette maison, ils sont là. Je les entends. Ces battements forts, mélodieux. Le cœur bat et sa mélodie régulière est entendue. Je n'y avais jamais prêté attention. Pas avant que nous entamions cette colocation bénie. Ce tête-à-tête est devenu un nouvel élément à ma routine matinale. Elle me permet de prendre conscience de cette foutue chance, de cette seconde chance, de ce nouveau souffle. Une nouvelle vie que je ne veux en aucun cas foutre en l’air.

Je prépare la boisson du diable, le café, tout en essayant de m’affairer à la grille de mots croisés du journal de la veille. Elle est loin l’époque du terrain, l’époque de l’uniforme, l’époque où l’on se prend pour un héros. Une fois passé la cinquantaine (avec une greffe) on rejoint rapidement le banc des retraités, pas celui des remplaçants. Le banc des remplaçants que j’avais détesté dans ma jeunesse devient aujourd’hui une éventualité que j’aurais aimé continuer à avoir. Le crayon griffonne le papier recyclé de maigre qualité alors que les sourcils se froncent au fur et à mesure que la grille se noircit. Un hobby de vieillard pour un nouveau vieillard.
C’est lorsqu’on frappe à ma porte que je sors de ma torpeur. Les visites sont rares à Brisbane. Nouveau depuis quelques mois, je n’ai pas encore eu le temps (ni l’envie) de me faire beaucoup de connaissances. Alors, quand on frappe à ma porte, les possibilités sont assez limitées et c’est sans un air surpris que j’aperçois MacLeod sur le pas de ma porte. Un large sourire s’affiche sur mon visage alors que ma main est toujours posée sur la porte. « Fort heureusement que tu as ouvert, j’ai eu peur d’avoir à sortir les pinces de désincarcérations pour t’extirper d’ici. » Je n’aurais pas rêvé de mieux comme message de salutation et ouvre grand ma porte tout en accompagnant ce mouvement d’un geste de la tête pour l’inviter à entrer dans cette minuscule demeure qui est la mienne. « Dis pas de connerie, elle est suffisamment grande pour contenir mon ego et ta mauvaise humeur », que je lui réponds tout en lui offrant une brève accolade qui se veut toujours aussi polie. Un regard circulaire dans les lieux et on peut dire que c’est pragmatique. Petit et pragmatique. Je n’ai jamais été habitué au luxe, aux appartements gigantesques. Mon épouse et ma fille, peut-être mais les séjours à la maison étaient si rares que j’étais davantage habitué à dormir, à vivre dans quelques mètres carrés avec d’autres frères d’armes. Les grands espaces me mettaient mal à l’aise quand il s’agissait de demeure.

« J’étais en train de me faire un café, tu veux boire quelque chose ? » Je lui demande sans les grandes pompes que certains réservent pour leur invité. Pas de ça avec moi, pas de ça entre nous. Apparemment, quand on atteint la cinquantaine, on arrête de passe par des détours infinis. On va à l’essentiel.
@Muiredach MacLeod  


still standing

≈ Join the Fight, Treat Your Heart Right.


Revenir en haut Aller en bas
 

Let's pretend everything is fine || Deacon-Muiredach #1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: logan city :: logements
-