AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-40%
Le deal à ne pas rater :
PNY – Disque SSD Interne – CS900 – 480Go – 2,5″
29.99 € 49.99 €
Voir le deal

 (cosigan #20) been hurting low from living high for so long

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Hu5cwsy ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Il se sont fiancés, puis rencontrés. Ils se sont mariés le 20.11.21, et n'ont consommé leur mariage qu'un an après. Elle ne sait pas exactement où ils vont, mais elle fonce tête baissée : avec Damon, ils ont toujours fait les choses à l'envers.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon et Bowie, le chien trop amical et affectueux pour protéger qui que ce soit.
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 9m5v
POSTS : 3810 POINTS : 30

TW IN RP : Négligence et retrait de l'enfant par les services sociaux / enfance dans le système, objectification de la femme, dépendance affective, mentions d'agression physique, deuil.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(07) maisie (2019)aiden #2 (2020)murphy #6damon #22shiloh #9jo #8damon #23

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Febe7ca1b8f5b305eb8d0e9c29795d47a77377e8
cosigan #22 & #23 ☆ You made me cry, I won't deny that. Yes, we lied and told our friends that we were fine and played pretend but I'm so scared of being alone and you're the only one that feels like home. I'm just a mess, now I'm just a mess, and you're just the person that changed my life. ☽ 1234567891011121314151617181920212223

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5e60c44207aec5db95e9f504a220603393a98b7d
joseegan #8 ☆ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 83f02f83aa9d35b507dd02a8ee0fda999bdcd417
misfits #6 ☆ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5ca9b049e80c8d43756d6af5a76457d91c094c1f
meloh #9 ☆ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #2 ☆ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs EN ATTENTE :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan (scénario libre) ☆ Sweet like a flower at the beginning, but nothing is ever the way that it seems. Soon as I'm done, I just get up and leave. I swear I don't do it intentionally, I can't help it. A little selfish. You'll be screaming out my name, cursing me for getting oh so close. Didn't mean to cause no pain, but it's just out of my control.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : me/stairsjumper (avatar), harley (crackships) panda gif (gifs signature)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga) & Midas Sterling (Dacre Montgomery)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptyMar 29 Nov 2022 - 15:38




been hurting low from living high for so long
Megan Williams & @Damon Williams (cosigan #20) been hurting low from living high for so long 873483867

La plaie se referme petit à petit. Ma mère est morte depuis plus d’un mois à présent et, si j’ai du mal à reprendre ma vie comme avant, je redémarre à mon rythme. Je ne ris pas à gorge déployée, mais je souris de nouveau timidement. Je redeviens espiègle à petite dose : il suffit de regarder les messages que j’ai envoyé à Damon en réponse aux siens, inattendus et qui attisent ma curiosité. ’Fais ta valise et rejoins moi dans deux heures à l’aéroport” pourrait résumer leur contenu. Et si je ne suis pas idiote - cela coïncide trop avec la date de notre mariage pour que je ne me doute pas que tout est lié - je ne m’attendais pas à ça pour la simple et bonne raison que nous n’avons rien de mariés traditionnels, le jeune italien et moi. La saint valentin et notre anniversaire de fiançailles sont passés à la trappe pour des raisons évidentes et, une fois encore, je ne m’étais pas surprise à espérer quoi que ce soit pour marquer le coup. Non seulement il s’est retrouvé à épouser quelqu’un qu’il n’a pas choisi, mais le clou du spectacle a certainement été la tentative de meurtre à laquelle son père biologique a échappé de justesse, le soir de nos noces. La nuit a été agitée, mais pas comme l’est généralement la première que passent ensemble deux jeunes mariés.

Alors certes, les choses ont changé en un an. Tout a d’abord empiré - lorsque Damon a découvert que j’avais accepté le marché de son père sans hésiter autant que j’avais pu le laisser penser - pour stagner et, ces derniers temps, s’améliorer timidement. Nous n’avons pas reparlé de ces choses que nous avons mises entre parenthèses après mon effondrement. Damon a évité le sujet - parce que j’étais bouleversée et par conséquent dans de médiocres dispositions - mais m’a dit qu’il ne partirai plus, qu’il était avec moi pour de vrai, et je me suis raccrochée à ça, quoi que ça ait voulu dire.

Maintenant que je suis un peu moins au trente-sixième dessous, je ne peux m’empêcher de me poser des questions. Mais peu courageuse - peut-être que cela me plaît de rester dans le déni plutôt que de me risquer à une conversation qui pourrait ne pas tourner à mon avantage - je n’ai pas moi-même remis tout ça sur le tapis. Je n’ai pas envie - et je n’ai pas encore la force - de subir un nouveau rejet qui serait plus dur à encaisser que les autres. Et Damon, certainement préoccupé par l’envie de me préserver et de ne rien aborder tant que je ne serai pas prête, n’en a pas non plus reparlé. Tout le mois il a été prévenant, doux et à attentif à mes moindres fluctuations d’humeur. Il m’a tenu la main dans mes bas, et ne m’a pas rappelé mes crises et mes larmes dans mes hauts. Billie a laissé un vide que je ne m’attendais pas à ressentir, vu l’état de notre relation avant son décès et depuis des années. Alors les bas sont nombreux, mais de moins en moins fréquents, de moins en moins bas également.

Faire une valise d’été et le rejoindre à l’aéroport. Où m’emmène-t-il ? Chez les Williams - comme chez tous les riches de ce monde - on réserve un siège en première classe pour quelques centaines de kilomètres. Toutefois, s’il a bien organisé un week-end - ou bien est-ce une semaine ? Combien de tenues dois-je prévoir ? Dans le doute, il est toujours préférable d’avoir trop que pas assez - ce n’est pas comme si économiser le prix d’un bagage en soute était au cœur des préoccupations de la famille Williams - et j’ai certainement exagéré, lorsque j’ai sélectionné ce que j’allais emporter. La valise m’arrive au-dessus du genou et, lorsque j’aperçois la tête blonde de Damon descendre de son taxi, je lui adresse un signe de la main avant de prendre les devants à ce sujet. « T’as pas le droit de faire de remarque sur la taille de ma valise : je savais pas où on allait ni combien de temps on allait rester. » Il a précisé qu’il me fallait des bikini et que ce serait l’été, mais comment suis-je savoir s’il me fait des tenues plutôt décontractée, si j’ai besoin de tenue de soirées, s’il faut que je prenne de quoi randonner ou bien si nous n’allons que rester au bord de la piscine ? Je ne pouvais raisonnablement pas prendre le moindre risque, et je l’expose au blond avec un sourire sur le visage, un bien plus joyeux que ceux auxquels il a eu droit ces dernières semaines. M’éloigner de Brisbane va me faire du bien. Peut-être que cela nous en fera à tous les deux, d’ailleurs. « J’ai déposé Bowie chez Shiloh juste avant de venir. Il m’a fait ses yeux suppliants mais je sais qu’avec elle il va être traité comme un prince, elle attend que ça depuis qu’on l’a adopté. » Et je serais surprise de ne pas recevoir des dizaines de photos de mon chien avec des nouveaux jouets ou accessoires qu’elle aura achetés pour le gâter. « Maintenant que je suis là, j’ai le droit d’avoir un indice sur la destination ? » J’ai une autre question, une que j’ose à peine poser à voix basse. « L’occasion, c’est ce que je crois ? » Mes joues rosissent et je mords ma lèvre inférieure, n’osant même pas prononcer le mot mariage ou noces de coton. « De toute façon, à moins que tu mettes un bandeau sur mes yeux, je vais voir la destination dès qu’on va arriver à la porte d’embarquement. » J’esquisse un sourire espiègles, attrapant la poignée de ma valise pour me mettre en route.





(cosigan #20) been hurting low from living high for so long A44L8rk
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long VsgJxpQ
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long QIDiPqb
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Fqo0cUp
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long LKqJkYj
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long IAeu3cF ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre 2021.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5781 POINTS : 70

TW IN RP : violences (physiques et verbales), abus émotionnel.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia university à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
CODE COULEUR : navy.
RPs EN COURS :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021
NaNoWriMo 2022

(cinq) - present: auden #6maisiemegan #17megan #18wyatt

RPs EN ATTENTE : ambrose #3 › jo #2 › juliet #2 › papa auden le best
RPs TERMINÉS :
ambroseambrose #2angus › angus #2 › angus #3angus #4 › angus #5auden › auden #2 › auden #3auden #4auden #5auden (sld)charlie › charlie #2charlie #3charlie #4juliet › jomeganmegan #2megan #3megan #4 › megan #5megan #6megan #7megan #8megan #9megan #10megan #11megan #12megan #13megan #14megan #15megan #16murphy (sld)raelyn (sld)raelyn #2 (sld)saül › saül #2 › saül #3saül #4saül #5 › saül #6saül #7saül #8saül #9la famigliala famiglia #2mariage léoliewitchcraftdouble troublehappy birthdeadwhat the folkscall me by your nameanniversaire megansweet and sour dinerdameolyn (sld)

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : harley (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › malone constantine, le poids des regrets (ft. jack lowden) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t48007-damon-williams

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptyJeu 8 Déc 2022 - 18:40




been hurting low from living high for so long
@megan williams
gif: harley


S’il n’avait rien dit à Megan avant aujourd’hui, cela faisait en revanche plusieurs jours que les billets d’avion étaient réservés et que l’hôtel les attendait sur place. Damon s’était simplement dit que dans ces circonstances là, de cette façon ci également, les choses seraient un brin plus amusantes et plus légères, s’il faisait la surprise à sa femme du week-end prolongé loin de l’agitation de leur quotidien et ce à une date qui ne laissait rien au hasard en réalité. Alors, il  lui avait envoyé un message au dernier moment, lui indiquant simplement qu’elle avait deux heures pour faire sa valise et le rejoindre à l’aéroport. Sa valise à lui était prête et avait été emportée avec lui chez Michael Hills, afin qu’il puisse sauter dans un taxi en partance pour l’aéroport sans attendre un instant de plus dès qu’il aurait terminé de rédiger le rapport qu’il avait sous les yeux. Dans quelques heures, ils seraient les pieds dans l’eau sur une plage de sable blanc, et l’agitation quotidienne ne serait qu’un lointain souvenir. Peut-être était-ce là le domaine dans lequel il excellait finalement, Damon: fuir pour une destination plus alléchante afin d’éviter de se retrouver face-à-face avec la réalité. Il chassa cette idée d’un revers de la main avant de monter dans le taxi.

« T’as pas le droit de faire de remarque sur la taille de ma valise : je savais pas où on allait ni combien de temps on allait rester. » Le sourire aux lèvres de Megan, qu’il n’avait pas vu de cette taille et de cette forme depuis des semaines, étira un semblable sur ses lèvres à lui - amusé, espiègle aussi il devait l’avouer. « Heureusement que j’ai pensé à prendre le bagage en soute en avance alors. » Pas qu’il n’aurait pas pu se permettre de l’ajouter au dernier moment, mais disons que cela soulignait surtout qu’il avait su anticiper les actions de la jeune femme bien plus que ce qu’elle aurait pu imaginer, surement. Attrapant sa petite valise, de son côté, dans le coffre du taxi, le véhicule n’attendit pas un instant supplémentaire pour repartir vers une autre course. Damon fit alors quelques pas pour rejoindre la jeune femme, et déposa après un instant d’hésitation un baiser un peu plus appuyé que d’ordinaire surement sur sa joue. « J’ai déposé Bowie chez Shiloh juste avant de venir. Il m’a fait ses yeux suppliants mais je sais qu’avec elle il va être traité comme un prince, elle attend que ça depuis qu’on l’a adopté. » Il secoua doucement la tête, amusé en réalité par la situation. « J’en doute pas un seul instant. » Shiloh était la douceur incarnée, s’il fallait la personnifier sur cette terre, et il savait leur canidé entre de bonnes mains pour les quelques jours où ils seraient partis loin de la ville. « Maintenant que je suis là, j’ai le droit d’avoir un indice sur la destination ? » Allumant une cigarette - Megan pourrait lui jeter un regard noir si elle le voulait, mais à bord de l’avion il ne pourrait pas se permettre de s’en griller une alors il profitait de cette dernière avant d’aller s’enfermer dans les différents couloirs de métal et d’acier. « Hm, je sais pas. » Il jouait l’homme mystérieux, il jouait à l’espiègle - il n’était pas spécialement doué dans ce domaine mais s’amusait à ajouter là un regard amusé et un sourire taquin. « L’occasion, c’est ce que je crois ? » Et il aurait pu jouer tous les scénarios mystères du monde, il fallait s’attendre à ce que l’occasion soit, effectivement, évidente.

Si Damon avait choisi d’emmener Megan pour quelques jours en voyage, alors que la date coïncidait avec leur anniversaire de mariage, c’était effectivement pour cette occasion là. Pas que cette date rappelait des moments heureux au jeune italien, bien au contraire; mais il s’était surtout dit que cela serait une bonne façon de clôturer cette année qui n’avait en rien était douce pour eux, et de repartir sur de meilleures bases. Car, qu’importe ce que les semaines avaient pu leur apporter au fil de l’année, ils étaient toujours là un an plus tard et ce n’était pas rien - pas pour lui, en tous cas. Détournant son visage un instant pour recracher la fumée de cigarette, cela permit à Damon de ne pas montrer que de son côté aussi, il avait les joues qui avaient légèrement rosi - de toutes façons, c’était là une habitude de son côté la jeune femme n’en serait en rien étonnée. « C’est ce que tu crois, oui. » Il plissa le bout de son nez, reposant ses prunelles sur les traits de la jeune femme. « Trop cliché ? Trop évident ? On peut prétexter n’importe quoi d’autre, si tu veux. » Après tout, peut-être qu’elle n’avait pas envie de marquer le coup, préférant laisser les dates dites importantes au placard pour encore quelques temps - qu’importe la raison, qu’importe le délai.

« De toute façon, à moins que tu mettes un bandeau sur mes yeux, je vais voir la destination dès qu’on va arriver à la porte d’embarquement. » Secouant la tête et ajoutant un petit rire en prime, Damon écrasa sa cigarette dans l’un des cendriers avant d’attraper sa valise et de faire les quelques pas manquants pour rejoindre Megan - elle avait de petites jambes mais avançait vite lorsqu’elle était déterminée. Il n’attendit pas qu’ils passent la double-porte du hall de l’aéroport pour glisser sa main libre dans celle de la jeune femme qui l’était également. « Tu vas te moquer de moi de toutes façons, alors effectivement, autant abréger mes souffrances le plus vite. » Parce-qu’il savait qu’il avait l’air idiot d’avoir pris toutes ces excuses, tous ces prétextes pour les mélanger en une seule et même occasion. Entrainant doucement Megan vers le panneau des départs, il glissa son regard sur ce dernier à la recherche de leur vol, avant d’étirer un fin sourire. De leurs mains jointes, il les souleva pour indiquer leur destination. « Ubud, à Bali. C’est là-bas qu’on atterrit. » En réalité, pour les australiens qui avaient le budget pour se le permettre, ce n’était pas une destination inédite puisque l’Indonésie n’était pas si loin que ça du gros rocher rouge. Pour Damon, c’était surtout une destination choisie sans hasard: c’était là-bas qu’il était supposé avoir emmené Megan en week-end pour la demander en mariage - dans la version officielle des faits. « Il fallait bien qu’on y aille un jour pour de vrai, t’en penses quoi ? » Son regard pivota légèrement pour se poser sur le visage de Megan, attendant sa réaction - pas qu’il pensait qu’elle refuserait l’idée de quelques jours au soleil, mais plutôt qu’elle puisse ne pas vouloir que ce soit sous ses prétextes là plutôt. Aux yeux de l’italien, le mariage était déjà passé mais ce serait dommage de se priver et de ne pas réaliser le voyage qui avait été à l’origine associé à la demande.



:rainbow::
Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Hu5cwsy ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Il se sont fiancés, puis rencontrés. Ils se sont mariés le 20.11.21, et n'ont consommé leur mariage qu'un an après. Elle ne sait pas exactement où ils vont, mais elle fonce tête baissée : avec Damon, ils ont toujours fait les choses à l'envers.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon et Bowie, le chien trop amical et affectueux pour protéger qui que ce soit.
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 9m5v
POSTS : 3810 POINTS : 30

TW IN RP : Négligence et retrait de l'enfant par les services sociaux / enfance dans le système, objectification de la femme, dépendance affective, mentions d'agression physique, deuil.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(07) maisie (2019)aiden #2 (2020)murphy #6damon #22shiloh #9jo #8damon #23

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Febe7ca1b8f5b305eb8d0e9c29795d47a77377e8
cosigan #22 & #23 ☆ You made me cry, I won't deny that. Yes, we lied and told our friends that we were fine and played pretend but I'm so scared of being alone and you're the only one that feels like home. I'm just a mess, now I'm just a mess, and you're just the person that changed my life. ☽ 1234567891011121314151617181920212223

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5e60c44207aec5db95e9f504a220603393a98b7d
joseegan #8 ☆ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 83f02f83aa9d35b507dd02a8ee0fda999bdcd417
misfits #6 ☆ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5ca9b049e80c8d43756d6af5a76457d91c094c1f
meloh #9 ☆ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #2 ☆ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs EN ATTENTE :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan (scénario libre) ☆ Sweet like a flower at the beginning, but nothing is ever the way that it seems. Soon as I'm done, I just get up and leave. I swear I don't do it intentionally, I can't help it. A little selfish. You'll be screaming out my name, cursing me for getting oh so close. Didn't mean to cause no pain, but it's just out of my control.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : me/stairsjumper (avatar), harley (crackships) panda gif (gifs signature)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga) & Midas Sterling (Dacre Montgomery)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptyJeu 8 Déc 2022 - 23:58




been hurting low from living high for so long
Megan Williams & @Damon Williams (cosigan #20) been hurting low from living high for so long 873483867

« Heureusement que j’ai pensé à prendre le bagage en soute en avance alors. » Ma main glisse sur sa joue alors qu’il dépose un baiser sur la mienne. « Tu me connais bien, Damon Williams. » Et peut-être que sans que nous ne nous en rendions compte, c’est devenu une réalité. Je n’ai pas forcément cherché à l’apprendre par cœur, mais vivre avec quelqu’un pendant un an crée forcément une certaine forme d’intimité. Je connais ses petites habitudes par cœur, des plus agaçantes aux plus touchantes, je devine ses aspirations et l’homme qu’il est réellement. Ces derniers mois, il avait cessé de faire le moindre pas dans ma direction. Nous n’avons pas réellement eu l’occasion d’avoir de longues discussions, à l’image de celles qui ont succédé à notre rencontre, sur nos aspirations, nos rêves, notre amour pour la lecture fantasy et toutes les autres choses qui font de nous qui nous sommes. Peut-être est-ce ça, la chose principale qui a enfoncé dans mon crâne l’impression que j’étais désespérément seule, parfaitement isolée. Mais malgré tout, nous avons continué à doucement maîtriser un peu mieux l’autre chaque jour.

Malgré tout, j’étais une personne simple, avant les Williams, l’argent et le luxe. Loin de Brisbane, Damon a toutes les chances de me voir vêtue soit d’un maillot de bain, soit d’un jean et d’un simple t-shirt. Je n’ai pas totalement oublié qui j’étais et si ma valise est aussi remplie aujourd’hui, c’était surtout pour pallier à ma nervosité de ne pas connaître notre destination et donc savoir quoi emporter. « J’en doute pas un seul instant. » Personne ne doute de la douceur de Shiloh et de son amour pour nos amis à quatre pattes : c’est bien pour ça qu’elle a été mon choix évident et que personne ne s’est inquiété de devoir trouver un gardien ou une gardienne au dernier moment. C’est pour ça que, depuis que j’ai déposé notre chien chez mon amie de toujours, ma seule préoccupation est de tenter de deviner ce que Damon aura choisi comme destination. « Hm, je sais pas. » - « L’Italie ? » Les choix de Damon ont souvent eu rapport avec ses origines et, n’ayant que peu voyagé, je n’ai jamais pensé à m’en plaindre. « Grenade ? » Celui-là est presque trop logique : la maison lui appartient, il n’en aurait pas fait une surprise. « Non ce sera pas Grenade. » Nous pourrions y passer les fêtes en revanche, puisque je doute qu’il soit prêt à les envisager en famille après cette dernière année - ces dernières vingt-deux années, en fait. Toutefois, rien ne garantit non plus qu’il soit prêt à envisager de les passer avec moi.  

« C’est ce que tu crois, oui. » Ses joues à lui aussi rosissent, mais il est bien inutile de le cacher. Si je le trouvais ridicule, il y a longtemps que je lui aurais fait comprendre que sa candeur m’exaspérait, et ce n’est pas le cas. Mes lèvres esquissent un sourire discret, mais la vérité est que je suis bien plus touchée que lorsque je compose parfois d’immenses sourires qui n’ont rien d’authentiques. « Trop cliché ? Trop évident ? On peut prétexter n’importe quoi d’autre, si tu veux. » Je reste muette quelques secondes, émue sans trop le comprendre et, pour que son cœur ne s'emballe pas de panique, je secoue la tête. « Non. On a pas besoin de prétexter. » Pourtant n’est-ce pas ce que nous faisons au quotidien, prétexter, faire l’autruche, prétendre ? Certainement, mais je suis fatiguée de n’être qu’une jolie image de moi-même. J’ignore si la mort de ma mère a déclenché quelque chose mais, ce que je sais, c’est que je n’ai pas la moindre envie de faire semblant avec lui. Ni de prétendre que je suis dure et détachée, ni que je suis discrète et effacée pour ne pas que ma présence ne le dérange, ni que je ne sois pas attachée à lui bien plus que je ne l’aurais pensé. Je ne prétendrais pas non plus que je ne suis pas heureuse qu’il ait pensé à notre anniversaire de mariage, aussi ridicule la chose puisse lui sembler à lui. Je ne pensais juste pas que tu en aurais envie.

Il me rattrape bien vite et sa main se glisse dans la mienne sans que je ne pense à m’en plaindre. Je me dis au contraire qu’à avancer main dans la main en direction du terminal, nos valises dans l’autre, nous ressemblons à s’y méprendre à un jeune couple. « Tu vas te moquer de moi de toute façon, alors effectivement, autant abréger mes souffrances le plus vite. » - « Je vais pas me moquer de toi. » Parce qu’à vrai dire, j’ai trop besoin de ressentir que je compte pour quelqu’un, que je compte pour lui qu’il pourrait m’emmener au sommet de la tour Eiffel ou à Venise sans que je ne souligne à quel point c’est cliché. Sur le panneau des vols au départ, je scrute chaque ligne en tentant de deviner s’il peut s'agir de notre destination. Mais je ne suis pas encore arrivée à la bonne ligne que Damon lève le voile sur tout ce mystère. « Ubud, à Bali. C’est là-bas qu’on atterrit. » Je n’ai pas besoin qu’il m’explique. Je n’ai jamais mis les pieds à Bali et quand bien même, la destination a une signification particulière dans notre histoire. Mes yeux s'agrandissent sous le coup de la surprise, peut-être un peu puisque, contrairement à notre lune de miel qui a tourné autour de lui et de son histoire, cette destination-là est à propos de la notre. « Il fallait bien qu’on y aille un jour pour de vrai, t’en penses quoi ? » La surprise ne s’efface pas, mais un sourire timide s’invite à son tour dans la danse alors que mon regard trouve enfin la ligne correspondant à notre vol. Pendant un instant, j’ignore quoi dire alors, après avoir ramené une mèche de cheveux derrière mon oreille, je plaisante. « Je savais bien que j’avais bien fait de pas emporter de haut de maillot de bain. » Un air espiègle illumine mes doux traits. « Il paraît qu’ils sont très ouverts d’esprit là-bas. » Je n’en sais rien à vrai dire, sans être sotte je ne suis pas au fait des destinations prisées et des modes de vie des locaux. Mais tout ça sert bien plus de mon émoi qui est malgré tout trahi par mes doigts qui serrent un peu plus fort les siens. « Oui. J’avais envie d’y aller un jour. » J’avais envie. Pas il fallait. la notion d’obligation et de devoir n’a rien à faire là-dedans, pas à mes yeux et dans mon cœur, en tout cas. Je me demande ce qui m’attend là-bas. Je me demande si, comme à son habitude - la nôtre - nos chambres seront séparées pour me renvoyer un message sans équivoque. Je me demande aussi pourquoi j’aurais l’audace de penser que ce sera différent. Je me mords la lèvre et, à voix basse, je souffle un merci.





(cosigan #20) been hurting low from living high for so long A44L8rk
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long VsgJxpQ
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long QIDiPqb
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Fqo0cUp
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long LKqJkYj
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long IAeu3cF ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre 2021.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5781 POINTS : 70

TW IN RP : violences (physiques et verbales), abus émotionnel.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia university à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
CODE COULEUR : navy.
RPs EN COURS :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021
NaNoWriMo 2022

(cinq) - present: auden #6maisiemegan #17megan #18wyatt

RPs EN ATTENTE : ambrose #3 › jo #2 › juliet #2 › papa auden le best
RPs TERMINÉS :
ambroseambrose #2angus › angus #2 › angus #3angus #4 › angus #5auden › auden #2 › auden #3auden #4auden #5auden (sld)charlie › charlie #2charlie #3charlie #4juliet › jomeganmegan #2megan #3megan #4 › megan #5megan #6megan #7megan #8megan #9megan #10megan #11megan #12megan #13megan #14megan #15megan #16murphy (sld)raelyn (sld)raelyn #2 (sld)saül › saül #2 › saül #3saül #4saül #5 › saül #6saül #7saül #8saül #9la famigliala famiglia #2mariage léoliewitchcraftdouble troublehappy birthdeadwhat the folkscall me by your nameanniversaire megansweet and sour dinerdameolyn (sld)

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : harley (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › malone constantine, le poids des regrets (ft. jack lowden) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t48007-damon-williams

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptyVen 9 Déc 2022 - 3:23




been hurting low from living high for so long
@megan williams
gif: harley


Contrairement à bien d’autres fois, il accueillit le contact de la main de Megan sur son visage avec un sourire. « Tu me connais bien, Damon Williams. » Bien sur qu’il la connaissait bien, malgré tout ce qui avait pu se passer entre eux; ils vivaient ensemble depuis assez longtemps pour que certaines choses puisses être remarquées et retenues. Et puis il se doutait à l’avance qu’en choisissant de ne donner aucun détail à la jeune femme concernant ce voyage surprise, elle aurait pris des précautions quant aux affaires qu’elle souhaitait mettre dans sa valise. Celle de l’italien était bien plus petite, car il savait déjà quoi mettre dedans lorsqu’il l’avait bouclé le matin même. La curiosité de Megan était d’ailleurs piquée à vif, alors qu’elle cherchait déjà à connaître vers quelle destination leur avion allait s’envoler d’ici à une poignée d’heures. « L’Italie ? Grenade ? » Le sourire de Damon se fit un brin plus grand, aux propositions de la demoiselle. Bien sur que là étaient les deux premiers endroits auxquels elle pensait - il s’agissait des deux endroits où le nom de Cosimo Williams apparaissait sur l’acte de propriété, entre autres. « Non ce sera pas Grenade. » - « Grenade en hiver: une fois, pas deux. C’est du vrai soleil cette fois-ci. » Ils y étaient allés en début d’année pour leur lune de miel parce-que l’occasion avait été créée et avait surtout permis à Damon de régler les quelques papiers qui étaient en attente. Il ne proposerait pas de nouveau à la jeune femme d’y retourner sauf en cas de vrai soleil - soit pendant l’hiver australien, si ce dernier devenait trop rude, ils auraient qu’à sauter dans un avion pour l’autre côté du globe terrestre.

Au delà de la question de l’endroit où ils s’apprêtaient à se rendre, il y avait également le fait que le moment de l’année choisi n’était pas anodin. Un week-end improvisé de la sorte, Damon aurait pu se le permettre à plus d’une reprise - surtout que plus le temps avançait, moins il avait de scrupules à prendre ses journées entassées sur un compte temps dans une boite où tout le monde se fichait complètement de sa présence ou non entre les murs. Il ne l’avait cependant effectivement pas fait à cette période là par hasard, et cette remarque de la part de Megan arracha un léger rose aux joues du jeune homme. Peut-être était-ce idiot de sa part, que de se dire que célébrer tout de même cette étape était important - là où aucune autre n’avait été mise en avant pourtant jusque maintenant; il se rendait compte seulement maintenant à l’aéroport qu’il avait peut-être mis la charrue avant les boeufs et que Megan n’était peut-être pas sur la même longueur d’ondes que lui sur le coup. « Non. On a pas besoin de prétexter. » Le sourire que ses lèvres présentèrent en cet instant était bien plus authentique, spontané, quelque peu timide aussi, que tous ceux qu’il avait pu présenter ces derniers temps. Bien sur que cela le rendait heureux qu’elle ne repousse pas l’idée de célébrer leur anniversaire de mariage; c’était peut-être idiot, mais c’était aussi simple que cela aux yeux de Damon en cet instant. Peut-être depuis plus de temps, même, mais ce n’était que trop récemment qu’il se permettait de se faire ce type de remarque.

Il n’était pas encore totalement sorti d’affaires, cependant, car si la jeune femme approuvait l’idée pour laquelle ils quittaient Brisbane pour quelques jours, elle n’avait encore l’information de la destination et Damon s’inquiétait tout de même de savoir si l’idée qu’il avait eu était dans la bonne catégorie ou non. « Je vais pas me moquer de toi. » Il marmonna dans sa barbe inexistante un quelque-chose ressemblant à t’as de quoi faire pourtant mais ne désira pas s’attarder sur cette partie là de la conversation. Elle avait effectivement de quoi se moquer de lui, le jeune homme agissait en jouant sur les souvenirs et sur le peu qu’ils avaient construit ensemble plutôt que sur n’importe quoi d’autre cette fois-ci. Pourtant, lorsqu’il lui indiqua le lieu vers lequel ils s’apprêtaient à s’envoler, qu’il tourna son regard vers le visage de la jeune femme pour observer sa réaction, il comprit qu’effectivement, elle ne se moquerait pas de lui et qu’il avait surement visé juste dans ses choix. La surprise fut de mise, mais il n’en fut aucunement offusqué: il pouvait comprendre qu’elle ne s’attende pas à un tel choix de sa part. Et avec le sourire qu’elle offrait en cet instant, il ne s’était pas un seul instant attendu aux paroles qu’elle prononça ensuite. « Je savais bien que j’avais bien fait de pas emporter de haut de maillot de bain. Il paraît qu’ils sont très ouverts d’esprit là-bas. » - « Megan ! » Ce fut au tour des yeux de Damon de s’écarquiller quelque-peu, on ne pouvait plus surpris par une telle répartie de sa part. Certes, il savait parfaitement qu’elle était du genre à faire ce type de remarque, mais disons qu’il avait perdu l’habitude ces derniers temps - ils n’avaient pas le temps pour ce type de commentaires, se contentant de discuter des choses essentielles à leur quotidien. Et même si un fin sourire ne pouvait s’empêcher de s’étirer sur les lèvres de Damon également - l’idée n’était pas déplaisante, il ne perdait pas le nord -, il était toujours gêné lorsqu’elle agissait de la sorte à ses côtés, en témoignaient ses joues carrément devenues rouges en cet instant. C’était idiot, c’était sa femme après tout, il ne devrait pas être gêné pour si peu et pour un commentaire de cette sorte; il ne pouvait s’empêcher de réagir de cette façon, malgré tout. Et le pire, c’était qu’il savait parfaitement que cela faisait rire Megan; peut-être qu’une partie de lui continuer de ne pas s’empêcher de réagir de la sorte parce-que justement c’était le cas.

« Oui. J’avais envie d’y aller un jour. » La nuance du verbe choisit était subtile, mais il la remarqua. Il étira un nouveau petit sourire aux mots de Megan, qui lui souffla du bout des lèvres un merci qu’il attrapa au vol. Il tira sur la main et le bras de la jeune femme, doucement, pour pouvoir murmure ses prochaines paroles presque au creux de son oreille. « Vos désirs sont des ordres, madame Williams. » Et que si en plus de penser que c’était une bonne idée qu’ils aillent à Bali, c’était là quelque-chose qu’elle avait au moins un jour souhaité, alors il avait pioché toutes les bonnes cartes jusque maintenant. Il espérait que ce soit encore le cas pour tous les autres choix qui s’annonçaient pour eux - mais c’était un questionnement qu’il ne désirait pas avoir pour le moment, préférant laisser les choses venir au fur et à mesure des heures qui s’écoulaient plutôt que de les anticiper de cette sorte. Déposant un nouveau baiser sur la joue de la jeune femme - il était anormale tactile avec elle aujourd’hui, mais habitude qu’il avait pourtant d’ordinaire avec tout le monde -, il tira de nouveau sur son bras mais cette fois-ci pour l’entraîner avec lui jusqu’aux portes de sécurité, jusqu’à la porte d’embarquement, jusque dans l’avion.

***

Le décalage horaire, minime mais bien présent, leur permis d’atterrir avant la fin de la soirée à Bali - ils purent admirer le coucher de soleil alors qu’ils arrivaient en ville, et que leur taxi les déposait au pied de l’hôtel que Damon avait réservé plusieurs jours avant de partir. « A une heure près, on aurait pu admirer les couleurs du coucher de soleil sur la plage, dommage. » Ils auraient d’autres soirs pour se permettre une telle chose, car Megan n’ayant pas les détails encore de la réservation allait bien rapidement s’apercevoir que c’était quatre nuits que son époux avait réservé en arrivant à l’accueil de l’hôtel. Damon finit par se tourner vers le chauffeur de taxi, par lui glisser un pourboire et il fit signe à la jeune femme qu'ils pouvaient se rendre désormais à l’intérieur du bâtiment. Rapidement, les clefs associées à la réservation au nom de Williams avaient été remises, et les deux jeunes gens suivirent un des hôtes qui les conduit… jusqu’à leur chambre, au singulier. « Merci. » Que dit Damon au jeune homme, avant se tourner légèrement vers Megan, le regard pourtant porté vers le sol, vers la porte-fenêtre donnant directement sur la plage, ayant tout simplement du mal à se loger dans son regard à elle. « Je… Comme c’était une surprise, j’ai pas pris le temps de voir avec toi avant si cette configuration là de chambre t’allais, mais je me suis dit… Si ça te va pas, on peut toujours changer. » Parce-qu’il lui semblait que c’était la façon la plus logique de lui montrer à quel point il était prêt à réellement prendre ses responsabilités, celles qu’il avait repoussé jusque maintenant - et commencer par ne plus faire chambre à part comme s’ils étaient des adolescents était un bon début. Il n’avait cependant pas pris le temps de récolter l’avis de Megan sur la question et il espérait que ce n’était pas un choix fait de sa part qui la dérangerait.



:rainbow::
Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Hu5cwsy ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Il se sont fiancés, puis rencontrés. Ils se sont mariés le 20.11.21, et n'ont consommé leur mariage qu'un an après. Elle ne sait pas exactement où ils vont, mais elle fonce tête baissée : avec Damon, ils ont toujours fait les choses à l'envers.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon et Bowie, le chien trop amical et affectueux pour protéger qui que ce soit.
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 9m5v
POSTS : 3810 POINTS : 30

TW IN RP : Négligence et retrait de l'enfant par les services sociaux / enfance dans le système, objectification de la femme, dépendance affective, mentions d'agression physique, deuil.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(07) maisie (2019)aiden #2 (2020)murphy #6damon #22shiloh #9jo #8damon #23

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Febe7ca1b8f5b305eb8d0e9c29795d47a77377e8
cosigan #22 & #23 ☆ You made me cry, I won't deny that. Yes, we lied and told our friends that we were fine and played pretend but I'm so scared of being alone and you're the only one that feels like home. I'm just a mess, now I'm just a mess, and you're just the person that changed my life. ☽ 1234567891011121314151617181920212223

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5e60c44207aec5db95e9f504a220603393a98b7d
joseegan #8 ☆ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 83f02f83aa9d35b507dd02a8ee0fda999bdcd417
misfits #6 ☆ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5ca9b049e80c8d43756d6af5a76457d91c094c1f
meloh #9 ☆ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #2 ☆ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs EN ATTENTE :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan (scénario libre) ☆ Sweet like a flower at the beginning, but nothing is ever the way that it seems. Soon as I'm done, I just get up and leave. I swear I don't do it intentionally, I can't help it. A little selfish. You'll be screaming out my name, cursing me for getting oh so close. Didn't mean to cause no pain, but it's just out of my control.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : me/stairsjumper (avatar), harley (crackships) panda gif (gifs signature)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga) & Midas Sterling (Dacre Montgomery)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptyVen 9 Déc 2022 - 17:43




been hurting low from living high for so long
Megan Williams & @Damon Williams (cosigan #20) been hurting low from living high for so long 873483867

« Grenade en hiver: une fois, pas deux. C’est du vrai soleil cette fois-ci. » Pas de Grenade pour les fêtes de fin d’année dans ce cas, j’oublie mon idée avant même de la lui proposer afin de ne pas risquer d’être renvoyée dans mes buts. Ce n’est pas bien grave. Contrairement à ce que l’opinion publique peut penser, je n’ai pas accepté d’épouser Damon pour le confort matériel, le luxe et les beaux voyages en première classe. Tout ce qui m’importe c’est de ne pas être laissée de côté pour les fêtes, pas de les passer en Espagne, en France ou aux Caraïbes. « Tu viens de me donner un énorme indice. » Je d’ores et déjà exclure la moitié du globe terrestre. « L’hémisphère sud du coup. » Jouer au devinettes est uniquement ça : un jeu motivé par ma curiosité sans failles. Je crois qu’à partir du moment où Damon avoue et admet qu’il a été motivé par l’envie de célébrer l’anniversaire de nos noces, je ne peux plus être plus touchée que je ne le suis déjà. La raison est assez simple : j’ignorais que ce souvenir avait quoi que ce soit de positif pour lui. J’ignorais qu’il pouvait y voir la moindre à fêter et, pas uniquement parce qu’il n’a pas eu le choix et que s’il l’avait eu, il aurait préféré lier sa vie à celle de quelqu’un d’autres que moi. Son père biologique a bien failli perdre la vie, ce jour-là. Et si l’homme coupable de cette tentative de meurtre est désormais derrière les barreaux, le souvenir ne doit pas pour autant être plus facile pour le jeune Italien.

Je pensais donc ne pas pouvoir être plus touchée, mais je réalise que j’ai tort lorsqu’il me confie enfin notre destination. J’ignore pourquoi elle ne faisait pas partie de mes propositions. J’ignore pourquoi je suis si surprise. Bali n’est pas une destination hors de prix pour nous autres Australiens puisque nous avons la chance de n’être qu’à six heures de vol de cette île paradisiaque. Pour les Williams, c’est largement accessible, presque une bouchée de pain pour eux. Pourtant, si la destination revêt tant d’importance à mes yeux, c’est parce qu’elle est bien plus que ça. Nous ne sommes jamais allés là-bas, mais d’après le mensonge que nous avons raconté à toute personne disposée à l’entendre, c’est là-bas qu’il a posé un genou à terre pour me demander ma main. Bien sûr, nous n’y avons jamais été ensemble. Moi, je n’y ai même jamais mis les pieds. Qu’il veuille aujourd’hui rattraper le temps perdu est une bien plus jolie démonstration d’affection qu’un collier d’une valeur mirobolante. Je le lui avoue - presque - sans fard après un trait d’esprit provocateur qui a bien en réalité bien plus vocation à masquer la pointe de gêne teintée de timidité que je sens poindre. « Vos désirs sont des ordres, madame Williams. » - « Tous ? » Nous verrons.

***

Pendant la durée du vol, je n’ai pas fermé l'œil, bien trop excitée pour m’endormir et ce malgré toute notion d’heure ou de digestion. Je ne me rappelle pas de la dernière fois que j’ai été aussi enthousiaste, à vrai dire. Cela remontait assurément à avant la mort de ma mère mais à bien y réfléchir, pratiquement toute l’année me semble avoir été compliquée pour moi. Quand ai-je ressenti autant d’allégresse pour la dernière fois ? « A une heure près, on aurait pu admirer les couleurs du coucher de soleil sur la plage, dommage. » Dans la voiture qui nous conduit jusqu’à l’hôtel, j’ai du mal à détacher mon regard de la vitre et des paysages qui défilent devant moi. L’hôtel sélectionné par Damon se détache rapidement, en dehors de la ville et dans un paysage idyllique. « Tu es déjà venu ici ? » A Bali, pas dans cette partie de l’île particulièrement. Seul ? En famille, ou avec quelqu’un de cher à son cœur ? « A Bali je veux dire. Tu connais ? » Est-ce pour ça qu’il a naturellement proposé ce scénario il y a un an et demi ? Parce qu’il avançait en terrain connu et qu’après tout, mon ignorance était bien mon problème à moi et aucunement le sien ?

L’hôtel est charmant, autant que ce que l’on peut attendre de notre destination de carte postale. Tout ici respire la détente, la volupté et le luxe et, lorsque Damon échange avec l’agent d’accueil qui parle un anglais approximatif, j’attends un pas en arrière, les deux mains accrochées à la poignée de ma valise. Je ne suis toutefois pas assez loin pour ne pas entendre leur échange, ni le fait qu’il a réservé la suite avec vue sur la plage, ni le fait qu’il a réservé non pas deux, mais une chambre. Le doute est permis étant donné que notre langue n’est pas la langue maternelle de l’agent d'accueil, mais la chose devient une certitude quand il glisse non pas deux, mais bien une clé dans la main de mon jeune époux. Je l’observe sans rien dire, avec concentration et incrédulité, je dois bien l’admettre. Il a promis que les choses changeraient, mais avant de le voir, j’ai du mal à y croire. « Je… Comme c’était une surprise, j’ai pas pris le temps de voir avec toi avant si cette configuration là de chambre t’allais, mais je me suis dit… Si ça te va pas, on peut toujours changer. » - « Si ça me va, de ne prendre qu’une seule chambre ? » Ai-je bien compris ce à quoi il fait allusion ? Oui Megan, personne ne demande à une jeune femme si le fait de prendre la plus belle chambre de l’hôtel, avec vu sur le plage de Bali lui convient. Hébétée, je me contente de hocher la tête avec vigueur. « Non non, ça me dérange pas. » Bien sûr que ça me va. « C’est bien plus… » Bien plus quoi Megan ? Economique ? Nous sommes riches. Pratiques ? Ça ne veut rien dire. Convivial ? Nous ne sommes pas des enfants en colonie de vacances. « C’est mieux. » Parfois, la nervosité vous pousse à dire naturellement ce que vous avez sur le cœur. Mieux ? Trouve-t-il réellement ça mieux, de son côté ? Ne suis-je pas en train de dangereusement m’avancer ?

Au moins, je ne suis pas la seule à l’avoir fait, puisque le staff de l’hôtel, visiblement habitué à recevoir des couples en lune de miel ou simplement en voyage en amoureux, a parsemé sur l’unique lit double de la chambre une myriade de pétales de rose. Immédiatement, mes joues rosissent et je n’ai pas besoin de me retourner pour savoir que celles de Damon doivent être cramoisies. Je choisis d’être amusée plutôt que mal à l’aise. Abandonnant ma valise à l’entrée de la suite, je fais quelques pas dans la chambre et je me retourne finalement vers l’Italien, un sourire sur les lèvres et le nez plissé. « Ils ont pas dû comprendre tes consignes, je crois. » Espiègle, je tends ma main vers l’un des pétales, je l’attrape et joue avec du bout des doigts. « C’est une décoration intéressante. » J’abandonne le pétale froissé sur les draps blanc, avant d’observer la totalité de la suite. « C’est magnifique ici. » Cela se passait même de commentaire, mais le mien devrait faire plaisir à mon timide époux. « Alors, t’as joué ça comment ? Avec un planning défini à l’avance ? On reste combien de temps ? » Assez de temps pour le voir, ce coucher de soleil ? Assez de temps pour que l’un de nous deux réussissent à se jeter à l’eau pour finir une bonne fois pour toute cette conversation que nous n’avons jamais eue ? « C’est pas grave si on a raté le coucher de soleil. On peut quand même dîner sur la plage. » Loin de Brisbane, je me sens bien plus légère, moins asphyxiée par le deuil, sans être capable de l’expliquer. Je me sens hors du temps.
   




(cosigan #20) been hurting low from living high for so long A44L8rk
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long VsgJxpQ
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long QIDiPqb
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Fqo0cUp
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long LKqJkYj
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long IAeu3cF ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre 2021.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5781 POINTS : 70

TW IN RP : violences (physiques et verbales), abus émotionnel.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia university à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
CODE COULEUR : navy.
RPs EN COURS :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021
NaNoWriMo 2022

(cinq) - present: auden #6maisiemegan #17megan #18wyatt

RPs EN ATTENTE : ambrose #3 › jo #2 › juliet #2 › papa auden le best
RPs TERMINÉS :
ambroseambrose #2angus › angus #2 › angus #3angus #4 › angus #5auden › auden #2 › auden #3auden #4auden #5auden (sld)charlie › charlie #2charlie #3charlie #4juliet › jomeganmegan #2megan #3megan #4 › megan #5megan #6megan #7megan #8megan #9megan #10megan #11megan #12megan #13megan #14megan #15megan #16murphy (sld)raelyn (sld)raelyn #2 (sld)saül › saül #2 › saül #3saül #4saül #5 › saül #6saül #7saül #8saül #9la famigliala famiglia #2mariage léoliewitchcraftdouble troublehappy birthdeadwhat the folkscall me by your nameanniversaire megansweet and sour dinerdameolyn (sld)

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : harley (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › malone constantine, le poids des regrets (ft. jack lowden) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t48007-damon-williams

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptyVen 9 Déc 2022 - 19:30




been hurting low from living high for so long
@megan williams
gif: harley


« Tu viens de me donner un énorme indice. » Il esquissa un sourire amusé. « L’hémisphère sud du coup. » Même s’il le faisait sans trop y réfléchir, les temps de trajet n’étant pas une gêne dans son quotidien, Damon ne les aurait pas emmené très loin de toutes façons - il ne voulait pas non plus qu’ils passent une partie trop importante de leur week-end dans l’avion. Il aurait pu commencer par ça, comme indice il était vrai; mais parler de Grenade avait été une façon comme une autre de mettre la puce à l’oreille de Megan. « Hémisphère sud, du coup. » De toutes façons, la surprise ne fut de mise qu’une poignée de minutes supplémentaires, le suspense ne fut pas gardé bien longtemps. A révéler l’endroit où ils se rendaient à Megan avant de passer la sécurité permettait également de s’assurer que l’idée de l’endroit, de l’occasion lui plaisait avant de l’enfermer pendant plusieurs heures dans l’avion. A voir sa réaction, il n’y avait cependant plus aucun doute: Damon avait vu juste. Elle lui avoua à haute voix que Bali était un endroit qu’elle avait toujours souhaité visité - il ne faisait donc que répondre par la positive à ses désirs. « Tous ? » En guise de réponse, il déposa un second baiser sur sa joue - elle verrait bien.

***

Les couleurs du soleil couchant avaient pu être observées depuis la fenêtre du taxi, mais il était vrai que de l’observer depuis la plage aurait été bien plus agréable; ce serait chose faite dans les jour à venir, tant pis pour aujourd’hui. « Tu es déjà venu ici ? » Damon tourna son regard en direction de Megan, plissant quelque peu les sourcils. Etait-il déjà venu ici, avec précision ou ? « A Bali je veux dire. Tu connais ? » Oh, ça. Il hocha doucement son visage. « Y’a quelques temps oui. Avec des copains de la fac, en première année. A l’époque, c’était exotique d’aller à Bali pendant les vacances d’hiver - et après j’ai déménagé en Australie et bon, c’est toujours exotique, mais on vit dans un pays déjà exotique quoi. » Ils étaient venus passer deux semaines loin de l’agitation new-yorkaise, et effectivement à l’époque Damon s’était demandé comment la vie pouvait se corser avec les années lorsqu’elle commençait comme ça, lorsqu’ils pouvaient mener un train de vie similaire au sien. Il n’avait pas pris en compte bien des variables, avec ce type de pensées. Mais effectivement, il était déçu venu à Bali. « On avait fait quelques endroits touristiques, mais on avait surtout écumé les bars et les boites de nuit honnêtement. » Ils étaient rentrés bien plus fatigués que ce qu’ils pouvaient déjà être en partant, pour sur.

De toutes façons, ce n’était pas sur cette partie là de la situation que ses pensées se concentrèrent alors qu’ils arrivèrent à l’hôtel; les prochaines minutes étaient importantes, et pouvaient donner un ton bien différent à l’idée qu’il avait de base de ce week-end tous les deux. Comme il voulait garder la surprise, il n’avait pas pris le temps de consulter Megan avant de faire la moindre réservation et il espérait qu’il ne s’était pas trop avancé en ne demandant qu’une chambre, qu’un lit, alors qu’ils avaient dormi qu’une poignée de fois ensemble finalement depuis qu’ils se connaissaient; même lorsqu’ils étaient allés à Grenade, justement, ils avaient fait chambres à part. Il était tout à fait au courant que c’était là entièrement sa faute à lui, qu’il était celui ayant pris les décisions toutes les autres fois que ce soit le cas, mais il ne voulait pas trespasser des limites déjà en place depuis de longs mois désormais. « Si ça me va, de ne prendre qu’une seule chambre ? » - « Oui ? » Si la question de la jeune femme était légitime, puisque celle de l’italien plutôt étrange, sa propre confirmation de ses dires n’était plus en rien assuré désormais. Ses joues avaient rosies, rougies - toute une palette de couleurs prête à emporter -, et il s’imaginait déjà avoir été trop loin. Il aurait pu s’apercevoir rapidement qu’il s’agissait que de surprise, de la part de Megan, s’il avait réussi à poser son regard sur elle. « Non non, ça me dérange pas. C’est bien plus… » Oh boy, bien plus quoi maintenant. « C’est mieux. » Un petit soupire, presque inaudible, échappa d’entre les lèvres de Damon alors qu’il esquissa un fin sourire. Si c’était mieux, c’était qu’il avait donc pris une bonne décision. Tant mieux, oui.

Et comme si elle actait ses paroles, Megan laissa sa valise dans l’entrée de la suite pour déambuler jusque la chambre, jusqu’au lit joliment décoré - bien sur qu’il avait vu du coin de l’oeil de quoi il en ressortait, Damon. « Ils ont pas dû comprendre tes consignes, je crois. C’est une décoration intéressante. » Il prit un instant, peut-être un de plus aussi, avant de répondre. « J’ai peut-être mentionné l’anniversaire de mariage au téléphone. » Peut-être même qu’il avait appelé exprès, quelques jours plus tôt, pour mentionner spécifiquement l’anniversaire de mariage. C’était idiot, une fois de plus il le savait parfaitement, mais il s’était dit qu’étant donné que leur lune de miel n’en avait eu que le nom et encore, qu’ils pouvaient se permettre ce type de fantaisie cette fois-ci. Ca faisait too much maintenant qu’il était face à ce lit et à cette décoration intéressante, effectivement - il pouvait voir que les pétales avaient pris un petit coup de chaud mais étaient frais, ce qui signifiait qu’ils avaient pris le temps de s’occuper avec attention et soin de sa demande. Il s’était souvent senti idiot, mais ce soir était la cerise sur le gâteau. Et si ses prunelles croisèrent un instant celles de la jeune femme, il ne sut s’y accrocher longtemps. « C’est magnifique ici. » Un petit sourire se glissa sur ses lèvres. Bien sur que Damon était heureux, malgré tout, d’entendre que ses choix étaient validés par son épouse.

« Alors, t’as joué ça comment ? Avec un planning défini à l’avance ? On reste combien de temps ? C’est pas grave si on a raté le coucher de soleil. On peut quand même dîner sur la plage. » A cette dernière mention, Damon reprit quelque peu du poils de la bête, revint à l’instant présent, se ressaisit là où il se laissait glisser dans un ressenti qui avait tendance à le paralyser plutôt qu’à lui donner un coup de main, à le dégourdir. « Cette partie là est déjà prévue. Viens. » Il attrapa la main de Megan pour l’entrainer à sa suite jusque la plage - la partie devant leur suite leur était réservée, c’était aussi un avantage dans ce type d’hôtel. Là était dressée une table pour deux, avec bougies bien sur, où deux plats les attendaient. Leur arrivée avait été le signal pour le personnel et les cuisines pour préparer cette petite mise en scène; c’était toujours idiot, mais là Damon avait un peu moins honte de son idée puisque ce n’était pas la première fois que Megan et lui se retrouvaient à diner en tête à tête. Il laissa la jeune femme s’asseoir sur l’une des chaises, avant d’attraper la bouteille de vin qui attendait au frais dans un seau de glace. Remplissant les deux verres, il se décida à répondre aux quelques questions de la blonde. « J’ai rien préparé. Pour les quelques jours qu’on va passer ici. On repart dans cinq jours, on atterrira en fin de journée en Australie. On a donc quatre soirs pour profiter du coucher de soleil encore. » Comme si c’était vraiment le seul but pour lequel ils étaient venus jusque là.

Reposant la bouteille sur la table, Damon fit le tour de cette dernière avec une lenteur qui était un poils exagérée, avant de s’asseoir sur la chaise restante. Gardant son regard en direction de la mer un instant, profitant du clapotis des légères vagues de fin de journée, il finit par reporter ce dernier sur le visage de la jeune femme, par le plonger dans ses yeux également. Il y avait bien d’autres choses pour lesquelles il les avait amené ici. Il n’était en rien à l’aise quant aux paroles qu’il s’apprêtait à prononcer, mais il savait que les choses ne pouvaient être laissées en attente comme ça encore bien longtemps; il avait laissé le temps nécessaire à Megan pour faire son deuil, mais ils ne pouvaient laisser certaines conversations indéfiniment non-discutées. « La seule chose au programme, c’est qu’on prenne le temps de discuter. » Il n’y avait aucun reproche dans sa voix, aucune rancune non plus; c’était là simplement des faits qu’il exposait, des envies de son côté également. « J’ai coupé mon portable à l’instant où on a décollé de Brisbane, il est dans le fond de mon sac et je compte pas le reprendre du séjour. Pas de distraction, pas d’interventions de l’extérieur et d’autres personnes, que nous deux pendant cinq jours. » Parce-qu’il savait que si ce dernier restait dans ses mains, il aurait des notifications à gauche à droite du boulot et d’autres personnes, et ce n’était pas pour avoir l’esprit concentré sur ces dernières qu’il avait mis sa femme dans un avion. « Pas ce soir pour discuter vraiment, parce-que j’ai quand même envie de souffler un peu de la semaine et je sais que le repas qui nous attend va être excellent, j’ai hâte d’y gouter. » Il ajoutait là ces paroles avec un fond d’humour, pour montrer à Megan que même si c’était sérieux, le ton fin du monde qui s’imposait de lui-même à sa façon de parler n’en était rien en réalité. « Mais dès demain, je répondrai à toutes les questions que j’ai laissé de côté jusque maintenant. » Doucement, il posa sa main sur celle de la jeune femme, étirant une petite moue. « Qu’importe les questions. Comme je t’ai dit: tes désirs sont des ordres. »



:rainbow::
Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Hu5cwsy ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Il se sont fiancés, puis rencontrés. Ils se sont mariés le 20.11.21, et n'ont consommé leur mariage qu'un an après. Elle ne sait pas exactement où ils vont, mais elle fonce tête baissée : avec Damon, ils ont toujours fait les choses à l'envers.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon et Bowie, le chien trop amical et affectueux pour protéger qui que ce soit.
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 9m5v
POSTS : 3810 POINTS : 30

TW IN RP : Négligence et retrait de l'enfant par les services sociaux / enfance dans le système, objectification de la femme, dépendance affective, mentions d'agression physique, deuil.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(07) maisie (2019)aiden #2 (2020)murphy #6damon #22shiloh #9jo #8damon #23

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Febe7ca1b8f5b305eb8d0e9c29795d47a77377e8
cosigan #22 & #23 ☆ You made me cry, I won't deny that. Yes, we lied and told our friends that we were fine and played pretend but I'm so scared of being alone and you're the only one that feels like home. I'm just a mess, now I'm just a mess, and you're just the person that changed my life. ☽ 1234567891011121314151617181920212223

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5e60c44207aec5db95e9f504a220603393a98b7d
joseegan #8 ☆ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 83f02f83aa9d35b507dd02a8ee0fda999bdcd417
misfits #6 ☆ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5ca9b049e80c8d43756d6af5a76457d91c094c1f
meloh #9 ☆ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #2 ☆ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs EN ATTENTE :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan (scénario libre) ☆ Sweet like a flower at the beginning, but nothing is ever the way that it seems. Soon as I'm done, I just get up and leave. I swear I don't do it intentionally, I can't help it. A little selfish. You'll be screaming out my name, cursing me for getting oh so close. Didn't mean to cause no pain, but it's just out of my control.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : me/stairsjumper (avatar), harley (crackships) panda gif (gifs signature)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga) & Midas Sterling (Dacre Montgomery)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptySam 10 Déc 2022 - 0:50




been hurting low from living high for so long
Megan Williams & @Damon Williams (cosigan #20) been hurting low from living high for so long 873483867

« Y’a quelque temps oui. Avec des copains de la fac, en première année. A l’époque, c’était exotique d’aller à Bali pendant les vacances d’hiver - et après j’ai déménagé en Australie et bon, c’est toujours exotique, mais on vit dans un pays déjà exotique quoi. » - « Oui, j’ai compris. » Damon est touchant lorsqu’il se perd dans ses explications et, de toute façon, je crois que tant que je serai encore sous le coup de la surprise, tout ce qui sortira de sa bouche me semblera touchant. « Exotique. C’est marrant, pour qui ai toujours vécu là, y’a rien de moins exotique que Brisbane à mes yeux. » Je suppose qu’il en va de même pour tout le monde : ce qui se cache derrière ce terme est tout ce qui n’a rien de familier. Bali l’est, à mes yeux, exotique. Ou en tout cas, c’est l’impression que j’ai après un rapide trajet en voiture durant lequel mes yeux ont imprimé chaque image, et pendant lequel je me suis émerveillée pour tout et rien. « On avait fait quelques endroits touristiques, mais on avait surtout écumé les bars et les boîtes de nuit honnêtement. » Ils avaient tout ce que n’importe quel étudiant fait certainement à un moment dans sa vie. Je n’ai touché cet univers du bout du doigt que par procuration, à travers Wendy, à travers Mac qui n’ont pas quitté les bancs de la fac en cours de route, elles. En revanche, je me suis toujours sentie différente et en trop lorsque je les accompagnais à leurs soirées étudiantes. Je suis passée de l’enfance à l’âge adulte sans transition, je crois.  

La destination lui est familière, mais dans un contexte tout autre et je ne saurais pas l’expliquer, mais cette réponse me satisfait pleinement. Son esprit est vierge de tout souvenir qu’il pourrait comparer à ceux qu’il forgera pendant ces quelques jours et, quoi que nous devenions tous les deux, la destination gardera un statut un peu à part - ou en tout cas, c’est ce que j’aime croire.

La suite est luxueuse et immense, mais ce n’est pas ce que je note en premier. Ce sur quoi mes yeux se posent, ce sont les pétales de roses qui forment un chemin jusqu’au lit et qui reposent sur les draps blancs. Il s’agit du genre d’attention que l’on a lorsqu’on célèbre une lune de miel, lorsqu’on célèbre un anniversaire de mariage - mais un vrai - ou lorsque l’on cherche à séduire son partenaire. Mon premier réflexe est d’imaginer qu’il s’agit là d’un problème de communication entre l’hôtel et le jeune homme. Il est facile de voir Damon et Megan Williams et de s’imaginer que l’on a à faire à un jeune couple complice et susceptible d’apprécier ce genre d’attention.


Je ne dis pas que ce n’est pas mon cas. Je crois que si je soupçonnais un instant que cela ait pu être volontaire de la part de Damon, j’aurais été réellement touchée pour la simple et bonne raison que personne n’a jamais fait ça pour moi. Lorsque je me suis retrouvée dans une chambre d’hôtel avec un homme, jusqu’ici, c’était toujours avec le statut de maîtresse, et on offre pas des dizaines de pétales de rose à sa maîtresse. « J’ai peut-être mentionné l’anniversaire de mariage au téléphone. » Mais encore ? J’observe les pétales, puis Damon, avant de pencher la tête sur le côté. « Mentionné comme dans j’ai spécifié l’occasion à l’hôtel et ils ont pris des initiatives, ou comme dans je leur ai demandé de faire ça ? » Je me sens idiote de faire ne serait-ce que poser la question, supposant qu’il ne peut pas s'agir de la seconde proposition. Si je me trompait, s’il était bien à la genèse de l’idée dans son entièreté, je ne sais même pas comment je gèrerais l’information. Je crois que je serais estomaquée. Emue. Perdue quand à ce qu’il voit chez moi, ce qu’il voit en moi. Mais plutôt que de m’inventer un monde, plutôt que de me raconter des histoires, je chasse cette idée bien vite.

« Cette partie-là est déjà prévue. Viens. » Il me tend une main et rendue docile par la surprise - et un tantinet d’émerveillement - j’entrelace mes doigts aux siens. Je ne prends qu’une seule initiative : retirer mes sandales arrivée à l’extrémité de la terrasse pour marcher pieds-nus dans le sable. Je vais de surprise en surprise. Là, sur une plage qui semble privée, est dressée une table sur laquelle sont placées quelques bougies allumées. Je m’installe sans un mot, en l’observant avec intensité pour tenter de le déchiffrer et, lorsqu’il me serre un verre de vin, je le prends dans ma main sans pour autant le porter tout de suite à mes lèvres, toujours aussi interdite. Je me demande si je suis en train de dormir et de rêver. Je me demande si je vais me réveiller sur le sofa de notre appartement, à Brisbane, après une sieste qui tiendrait plus du coma. Pour peu, je me pincerai pour être certaine que je suis bel et bien en train de vivre cette scène, que je ne l’ai pas fantasmée.

Que s’est-il passé dans l’esprit du jeune homme pour qu’il opère un changement si radical ? Pour qu’il semble - j’ose à peine le penser - faire tomber les unes après les autres les différentes barrières qu’il a lui-même dressées entre nous ? Sont-ce les effets secondaires de la pitié, parce que j’ai perdu ma mère et que j’ai été l’ombre de moi-même pendant plusieurs semaines ? Cherche-t-il à me faire plaisir simplement pour me redonner le sourire, ou m’a-t-il entendue, toutes ces fois où je lui disais que tout ce à quoi j’aspirais, c’est qu’il me voit ? « J’ai rien préparé. Pour les quelques jours qu’on va passer ici. On repart dans cinq jours, on atterrira en fin de journée en Australie. On a donc quatre soirs pour profiter du coucher de soleil encore. » Cinq jours. Presque une semaine loin de MHI, loin de Brisbane et loin de notre pays - le mien et celui qui a adopté l’Italien. Suis-je la seule à remarquer le romantisme de toute cette préparation ? Suis-je en train de me faire des idées ? Les lèvres entrouvertes, j’observe les alentours, les yeux brillants mais retenant quelques larmes qui menacent de couler. « Je… » Je me mords la lèvre, les yeux ronds, avant de les reposer sur Damon. « Personne a jamais fait ça pour moi. » Ce genre de surprise, ce genre de mise en scène, ce genre de démonstration de tendresse. Ma voix est étranglée par l’émotion et, pour avoir moins l’impression d’être ridicule, je porte mon verre de vin blanc à mes lèvres. Mal à l’aise, j’utilise ma main libre pour gratter mon cou du bout de mes ongles.

« La seule chose au programme, c’est qu’on prenne le temps de discuter. » Le retour vers des sujets plus sérieux - graves, si j’ose dire - est immédiat, et je hoche la tête en tentant tant bien que mal de maintenir un mince sourire sur mes lèvres. « J’ai coupé mon portable à l’instant où on a décollé de Brisbane, il est dans le fond de mon sac et je compte pas le reprendre du séjour. Pas de distraction, pas d’interventions de l’extérieur et d’autres personnes, que nous deux pendant cinq jours. » Pas de distraction. Un si petit mot lourd de tout un tas de sens, dans notre cas. Un concept qui peut prendre bien des formes, certaines plus blessantes que d’autres. « J’ai écrit à Jo pour lui dire que je prenais l’avion tout à l’heure. Je vais lui dire où on est pour pas qu’elle s’imagine que tu m’as attirée à l’étranger pour m’assassiner et te débarrasser de mon corps… » Il va sans dire que la brune est presque capable d’en arriver à ce genre d’extrémité. « Et j’éteindrai le mien aussi. » S’il doit être rallumé, il ne le sera que pour prendre des photos en guise de souvenir, c’est promis.

« Pas ce soir pour discuter vraiment, parce-que j’ai quand même envie de souffler un peu de la semaine et je sais que le repas qui nous attend va être excellent, j’ai hâte d’y goûter. » Ce n’est donc pas ce soir que le nœud qui vient de se resserrer dans mon estomac sera levé. Damon pratique une forme certaine de torture : celle qui consiste à dire il faut qu’on parle et à laisser planer doute et suspens. Il sourit, il s’exprime sur le temps de l’humour et je me déteste d’être déjà en train de tirer des conclusions. « Mais dès demain, je répondrai à toutes les questions que j’ai laissé de côté jusqu'à maintenant. » Toutes celles auxquelles je l’ai accusé de ne pas vouloir répondre, sans l’ombre d’un doute. J’ai employé le terme d’omerta, il me semble, même si mes souvenirs sont parasités par toutes les émotions trop fortes et négatives que j’ai pu ressentir ce soir là, me donnant presque l’impression d’être spectatrice d’un déchainement dans lequel je n’étais que spectatrice. « Qu’importe les questions. Comme je t’ai dit: tes désirs sont des ordres. » Peut-être réellement tous, alors ?

***

Pendant la totalité du repas, nous avons parlé de sujets légers, de la nourriture, de la plage et de l’hôtel qui semble merveilleux et tout droit sorti d’une brochure de publicité. Que dire d’autres, alors qu’une discussion avec un grand D nous attend demain et que je ne peux pas m’empêcher d’y songer ? Et sinon, comment s’est passée ta journée ? Quoi de beau au travail ?

Le repas était délicieux, sans que personne ne soit réellement surpris, tout semble parfait ici, c’est ce à quoi je songe alors que nous terminons la soirée à la lueur des torches à la fois rustique et travaillées de l’hôtel - il fait nuit depuis longtemps - installés l’un à côté de l’autre sur un canapé d’extérieur placé sur la terrasse de notre chambre et qui fait face à l’océan. « On dit qu’à Bali, l’eau est chaude toute l’année. » J’ignore dans quel documentaire sur un chaîne du câble j’ai pêché cette information. Plus de blague sur mon maillot de bain et l’absence - supposée, mais bien sûr complètement fausse - de son haut. Avec Damon, la jeune femme audacieuse et qui n’a pas froid aux yeux s’efface en partie. Je le provoque, je joue, mais j’ai trop été échaudée pour réellement prendre le devants et prendre de tels risques. Il m’a repoussée plus de fois que je n’ai envie de les compter pour des raisons que je n’ai jamais complètement comprises. La seule chose que je me permets pour l’instant, c’est de me rapprocher juste assez pour poser ma tête sur son épaule et qu’il puisse respirer l’odeur de mon shampoing. « C’est vraiment une jolie surprise. » C’est bien plus que joli. « Je ne m’y attendais pas du tout. » Je ne pensais pas qu’il y avait quelque chose à commémorer à tes yeux. « Un repas surprise, éventuellement. » Mais dans mon esprit, il m’emmenait au maximum manger dans un restaurant huppé du centre ville de Brisbane, pas sur une plage de Bali. « Mais ça… Non, j’étais loin de m’en douter. » Je glisse mes doigts dans les siens, avant de relever légèrement la tête dans sa direction. « T’es conscient du genre de signaux que ça envoie ? » Ma question est posée avec une douceur infinie. Est-ce volontaire ? Est-ce que j’affabule ? La discussion aura lieu demain et je le respecterai, c’est promis. Mais je ne peux m’empêcher de prendre la température.





(cosigan #20) been hurting low from living high for so long A44L8rk
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long VsgJxpQ
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long QIDiPqb
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Fqo0cUp
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long LKqJkYj
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long IAeu3cF ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre 2021.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5781 POINTS : 70

TW IN RP : violences (physiques et verbales), abus émotionnel.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia university à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
CODE COULEUR : navy.
RPs EN COURS :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021
NaNoWriMo 2022

(cinq) - present: auden #6maisiemegan #17megan #18wyatt

RPs EN ATTENTE : ambrose #3 › jo #2 › juliet #2 › papa auden le best
RPs TERMINÉS :
ambroseambrose #2angus › angus #2 › angus #3angus #4 › angus #5auden › auden #2 › auden #3auden #4auden #5auden (sld)charlie › charlie #2charlie #3charlie #4juliet › jomeganmegan #2megan #3megan #4 › megan #5megan #6megan #7megan #8megan #9megan #10megan #11megan #12megan #13megan #14megan #15megan #16murphy (sld)raelyn (sld)raelyn #2 (sld)saül › saül #2 › saül #3saül #4saül #5 › saül #6saül #7saül #8saül #9la famigliala famiglia #2mariage léoliewitchcraftdouble troublehappy birthdeadwhat the folkscall me by your nameanniversaire megansweet and sour dinerdameolyn (sld)

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : harley (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › malone constantine, le poids des regrets (ft. jack lowden) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t48007-damon-williams

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptySam 10 Déc 2022 - 2:31




been hurting low from living high for so long
@megan williams
gif: harley


« Oui, j’ai compris. » Sa phrase fut dite avec douceur, mais il pouvait entendre un brin de moquerie - ou était-ce lui qui l’imaginait, parce-que c’était de cette façon là qu’il s’attendait à ce que les personnes autour de lui réagisse lorsqu’il se perdait dans ses explications ? Ses mots n’avaient rien d’amusants, mais il était tant habitué à être bridé sur ce qu’il pouvait penser et exprimer que parfois, il s’attendait à ce que les gens rient de lui à la première occasion. « Exotique. C’est marrant, pour qui ai toujours vécu là, y’a rien de moins exotique que Brisbane à mes yeux. » Un fin sourire amusé se glissa sur les lèvres du jeune homme. « La ville est pas tant exotique que ça, mais les alentours sont incroyables. » Pourtant, il avait connu des villes et des endroits; il avait parcouru le monde bien plus que la majorités des personnes de son âge. Il trouvait que l’Australie avait ce charme particulier qu’il ne retrouvait nulle part ailleurs - ce qui était d’ailleurs surement l’une des raisons qui faisaient qu’il était encore présent là-bas, alors que mille et unes autres opportunités auraient pu le propulser ailleurs à partir du moment où il s’était aperçu que ses parents n’étaient pas forcément une raison assez forte pour lui pour rester quelque part. Ou tout du moins dans les conditions qu’il aurait pensé. Là n’était pas la question de toutes façons, puisque Megan voulait surtout à la base savoir s'il était venu ici, et s’il connaissait le coin. Il lui avoua que ce n’était pas en parfait petit touriste qu’il avait déjà foulé le sol de l’île de Bali; il avait donc tout à découvrir à ses côtés en réalité.

La première étape de leurs découvertes était de se rendre dans la chambre d’hôtel - singulier - que Damon avait réservé. Et s’il trouvait déjà ça très niais de s’être permis une telle initiative, lorsque Megan remarqua la décoration qui avait été mise en place avant leur arrivée, il se sentait d’autant plus bête. Les personnes normales faisaient-elle vraiment ça ? De demander des pétales de fleurs sur le lit avant d’arriver dans une chambre d’hôtel ? Il avait toujours vécu dans la démesure et dans ses habitudes qui ne relevaient pas de l’habitude, justement; et puis il était habitué à tout donner d’un coup lorsqu’il laissait son coeur diriger les actions, ce qui pouvait être à l’exact opposé de celui qu’il était au quotidien lorsqu’il était brimé ou se brimait seul, en réalité. Le rose, le rouge, le cramoisie était donc présents sur ses deux joues lorsque le regard de Megan se reposa sur lui. « Mentionné comme dans j’ai spécifié l’occasion à l’hôtel et ils ont pris des initiatives, ou comme dans je leur ai demandé de faire ça ? » Un petit silence s’installa entre les deux jeunes époux, pendant un instant. Damon était tenté de laisser la culpabilité porter sur l’hôtel et répondre que la première option était la bonne, mais ce n’était pas ses habitudes en revanche de mentir - il n’agissait pas de cette manière là face à la jeune femme et il ne comptait pas commencer aujourd’hui. « Comme dans j’avais même demandé si c’était possible d’avoir des pétales récoltés le jour même et je vois qu’ils s’en sont chargés ? » Le volume de sa voix avant quelque peu diminué sur cette réponse, se laissant glisser dans une honte certaine et ayant du mal à assumer l’idée qu’il avait pu avoir, lorsqu’il avait passé ce coup de téléphone. « Tu peux les retirer si ça te plait pas, je t’en voudrais pas. » Peut-être que son égo en prendrait un petit coup mais eh, il était habitué et ce n’était pas ce détail là qui allait aujourd’hui l’achever.

Surtout que si Megan trouvait de trop cette attention là, peut-être qu’elle n’allait pas être bien plus en accord avec le diner qui les attendait dehors - mais comme elle fut celle mentionnant l’idée en premier, un vent de soulagement souffla sur Damon. Cette partie là, normalement ils maitrisaient, ils étaient habitués. S’il y avait bien un endroit où ils avaient eu l’habitude de se rendre, dans les premiers mois après leur rencontre, c’était au restaurant; tout autant parce-qu’ils n’avaient pas habités de suite ensemble et n’avaient pas réellement d’endroits qu’ils souhaitaient mettre en avant l’un envers l’autre, que parce-que cela avait été un terrain neutre pour les deux, afin de faire connaissance. A peine avaient-ils rejoint la table dressée à leur intention, que Damon servait les verres de vin avant de s’asseoir aux côtés de sa femme - si d’ordinaire, cette appellation ne remuait rien en lui, ces derniers temps elle prenait un sens qu’il n’aurait pas pensé donner un jour proche. Il secoua discrètement son visage, remettant ses pensées et son attention dans l’instant présent, répondant aux questions de la jeune femme quant à la durée et au programme de leur séjour. Cinq jours. Lorsqu’ils rentreraient à Brisbane après ces cinq jours écoulés, l’italien savait que les choses ne seraient jamais plus comme avant - il ne savait vers quoi elles tendraient, mais Bali aurait une saveur particulière dans tous les cas après ces cinq jours là. « Je… » Il fronça un instant les sourcils, inquiet que cette idée ne plaise pas à Megan ou qu’il ait oublié de prendre ici et là un détail en compte. Après tout, il avait joué au curieux quand à l’emploi du temps de la jeune femme pour s’assurer que cinq jours ne serait pas de trop, mais il ne pouvait connaître tous les détails et peut-être marchait-il sur une plate bande où il n’était en rien attendu. « Personne a jamais fait ça pour moi. » Face aux gestes trahissant la gêne qui semblait s’emparer du moindre pore de sa peau, Damon étira un petit sourire rassurant. Il aurait bien répondu je sais parce-qu’il s’en doutait largement, mais il savait surtout que la moindre réponse n’était pas attendu de sa part. Et si quelqu’un avait déjà fait ça pour elle, cette personne n’était plus dans son entourage et avait perdu au jeu de la chance, surement. Une pointe de fierté pinça le coeur de Damon, bien qu’il l’ignora et la rangea dans un coin de son esprit, à l’idée qu’il puisse être le premier à lui faire une surprise de cette sorte. Pas forcément parce-que c’était à l’autre bout de l’hémisphère et que l’hôtel était luxueux, mais parce-qu’il prenait le temps de dégager du temps pour être à ses côtés. Il préférait miser sur cette partie là de l’histoire et de cette révélation.

« J’ai écrit à Jo pour lui dire que je prenais l’avion tout à l’heure. Je vais lui dire où on est pour pas qu’elle s’imagine que tu m’as attirée à l’étranger pour m’assassiner et te débarrasser de mon corps… » Il retint un rire étranglé. C’était donc ça, les menaces de mort. « Oui, s’il te plait. » Pas qu’il aurait préféré qu’elle se retienne de lui expliquer où ils se trouvaient parce-que cela ne regardait en rien la jeune femme; simplement dans cette situation il préférait amplement qu’elle accède à trop de détails plutôt que pas assez, souhaitant garder toute son anatomie en place encore quelques années. Damon porta son verre de vin à son tour à ses lèvres; il avait mal rien qu’à imaginer la scène que lui avait promis Carter s’il agissait comme un idiot. « Et j’éteindrai le mien aussi. » Il hocha légèrement sa tête, soufflant donc un merci silencieux; il ne lui aurait jamais d’agir de la sorte, mais qu’elle soit prête à jouer le jeu de son côté également le rendait plus heureux qu’il ne l’aurait imaginé. Le but de ce long week-end étant de toutes façons bien loin de passer du temps sur leur téléphone respectif, puisque Damon souhaiterait surtout qu’ils profitent d’être seuls, loin, pour réellement discuter. Si la date n’avait pas été choisie au hasard pour le moment où s’éclipser de la réalité, le prétexte était loin d’être aussi simple et de ne porter qu’une seule signification. Il savait qu’il y avait des voiles sur certaines choses à lever, surement d’un côté comme de l’autre - mais surtout du sien. Il avait entendu Megan, plus d’une fois; lors de leur dernière discussion en date, alors qu’elle laissait toutes ses émotions sortir de son corps suite à la perte de sa mère, il avait compris surtout qu’il n’avait pas été tout blanc dans cette situation. Il avait des comptes à lui rendre, qu’importe ce que ces derniers contenaient en réalité, et ne comptait pas repousser l’échéance de payer sa dette. Il avait utilisé son dernier joker la dernière fois car les circonstances n’étaient pas les bonnes pour discuter à coeurs ouverts; il ne fuirait plus. Dès demain, pour profiter pleinement de la soirée comme si les choses étaient encore intactes, ou en tous cas comme dans leur quotidien. Demain seulement - et elle ne s’opposa pas à l’idée, peut-être n’osant pas le faire ou préférant attendre que de forcer la discussion et ne rien obtenir en fin de course. Il n’aurait jamais la réponse à cette question, Damon, et il était plutôt en paix avec cette idée sur le moment alors qu’ils se mettaient à déguster le diner préparé par l’hôtel.

***

« On dit qu’à Bali, l’eau est chaude toute l’année. » Ils étaient désormais installés dans l’un des canapés extérieurs, installés devant leur chambre d’hôtel. Le repas avait été délicieux, et peut-être que Damon avait pris un verre de vin en plus de son quota habituel. Il n’était pas saoul, mais ses joues n’étaient pas rosies uniquement par la présence de la jeune femme à ses côtés et par le peu de soleil qu’il avait pris ces derniers jours sans mettre de crème protectrice. « On a beaucoup à envier à l’eau d’ici, en Australie. Elle est chaude chez nous, mais pas tout le temps. » Ici, il était facile d’avoir envie de se baigner à toute heure de la journée, de la nuit, qu’importe la saison qui s’affichait autour de vous. C’était là un des bons côtés de l’Indonésie: qu’importe le moment de l’année, les îles vous accueillaient avec exactement le climat adapté à vos besoins.

« C’est vraiment une jolie surprise. » Megan posa finalement sa tête sur l’épaule de l’italien, après s’être rapproché quelque peu de lui sur le canapé; presque par automatisme, Damon déposa un baiser sur son front avant d’apposer à son tour sa joue contre le haut de crâne. Il était presque sur qu’elle avait utilisé son shampooing à la pomme avant de venir. « Je ne m’y attendais pas du tout. Un repas surprise, éventuellement. Mais ça… Non, j’étais loin de m’en douter. » Un fin sourire amusé se glissa un instant sur ses lèvres; elle ne pouvait pas le voir d’où elle se tenait pour l’instant, mais il était surement possible de l’entendre dans les mots qu’il prononça par la suite. « Même si tu t’y attendais pas, le principal c’est que ça te plaise. » Il releva son visage pour déposer un second baiser sur le front de la jeune femme, avant de tourner ce dernier de façon à ce que son regard s’éloigne de nouveau vers l’océan. Le but de cette escapade était d’en faire une surprise pour Megan, qu’elle ne se soit doutée de rien était donc une réussite à ses yeux. Si elle appréciait l’attention en plus de tout ça, c’était faire carton plein là où il avait douté à chaque instant, chaque décision de savoir si c’était une bonne idée. Il cherchait à lui faire plaisir, avant tout; elle avait assez souffert ces dernières semaines et méritait que quelqu’un prenne soin d’elle, prenne du temps avec elle. Damon ne voyait pas meilleure personne pour ce rôle que lui-même, alors il avait pris les devants. « T’es conscient du genre de signaux que ça envoie ? » Il le faisait exactement pour ça, justement. Ses actions avaient pour but que ce genre de signaux soit envoyé, et reçu.

Il avait senti la tête de Megan bouger légèrement contre son épaule, alors que ses doigts se glissaient entre ceux de son époux. Damon resserra doucement sa prise sur ces derniers, glissant son regard dessus un instant - et sur les bagues que portait particulièrement cette main là de la jeune femme -, avant de tourner de nouveau son visage vers la elle. De là, leurs nez se touchaient presque, s’effleuraient pour sûr. De là, le souffle de Megan se mêlait au sien et il ne fit rien pour que quelque-chose d’autre que ça arrive en cet instant. « Je suis parfaitement au courant, oui. » Ses mots avaient été prononcés avec la même douceur qu’elle avait elle utilisé, mais n’avaient pas été dits avec hésitation comme ça pouvait être le cas dans d’autres circonstances. Parce-que en cet instant, et peut-être pour la première fois depuis qu’il connaissait Megan, l’italien était sur de ce qu’il voulait pour la suite. Peut-être que ces décisions auraient des conséquences pour la suite des choses, de leurs vies, et plus simplement quotidiennement dans ce qui les attendait en Australie, mais il s’en fichait parce-qu’il n’avait pas peur de tout ça justement. Il avait mis quelques temps à mettre le doigt sur cette sensation, et cela allait paraitre retournement de situation complet pour Megan, mais il n’y aurait pas mort d’homme - pas cette fois ci, s’il vous plait. Alors, après un instant de silence, le jeune homme avança légèrement son visage vers celui de sa femme pour déposer ses lèvres sur les siennes. Un baiser, doux et presque chaste, mais qui ne comportait pas la même électricité que la maigre poignée de ceux qu’ils avaient pu échanger depuis qu’ils se connaissaient. La moitié de ces derniers avaient été planifiés, orchestrés, parce-que cela avait été nécessaire. Celui là n’était rien de tout ça. La seconde main de Damon était venu replacer une des mèches de cheveux de la blonde derrière son oreille, alors que son regard sondait le sien comme s’il le voyait pour la première fois. « Tu veux aller tester si l’eau est chaude toute l’année ? » Ce ne fut qu’à la suite de ces paroles là que ses joues prirent de nouveau une teinte rosée, mais qu’il décida d’ignorer cet effet apparemment au rendez-vous aujourd’hui plus que les autres jours. « On peut prendre un bain de minuit, même. » Et dans toutes autres circonstances, il n’aurait pas été gêné de proposer ce type d’activité; il aurait même été le premier déjà à l’eau, en réalité. Avec Megan, les choses étaient toutes différentes et il souhaitait surtout ne plus faire de faux pas. En cet instant, il voulait lui souligner d’une façon plus qu’évidente qu’il était on ne pouvait plus être conscient des signaux qu’il envoyait, parce-que ces derniers étaient volontaires et désirés de sa part à lui. Seraient-ils reçus sur la même fréquence et sans déformation de son côté à elle ? Ou allait-elle lui rendre la monnaie de sa pièce, comme il le mériterait amplement ?



:rainbow::
Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Hu5cwsy ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Il se sont fiancés, puis rencontrés. Ils se sont mariés le 20.11.21, et n'ont consommé leur mariage qu'un an après. Elle ne sait pas exactement où ils vont, mais elle fonce tête baissée : avec Damon, ils ont toujours fait les choses à l'envers.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon et Bowie, le chien trop amical et affectueux pour protéger qui que ce soit.
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 9m5v
POSTS : 3810 POINTS : 30

TW IN RP : Négligence et retrait de l'enfant par les services sociaux / enfance dans le système, objectification de la femme, dépendance affective, mentions d'agression physique, deuil.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(07) maisie (2019)aiden #2 (2020)murphy #6damon #22shiloh #9jo #8damon #23

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Febe7ca1b8f5b305eb8d0e9c29795d47a77377e8
cosigan #22 & #23 ☆ You made me cry, I won't deny that. Yes, we lied and told our friends that we were fine and played pretend but I'm so scared of being alone and you're the only one that feels like home. I'm just a mess, now I'm just a mess, and you're just the person that changed my life. ☽ 1234567891011121314151617181920212223

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5e60c44207aec5db95e9f504a220603393a98b7d
joseegan #8 ☆ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 83f02f83aa9d35b507dd02a8ee0fda999bdcd417
misfits #6 ☆ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5ca9b049e80c8d43756d6af5a76457d91c094c1f
meloh #9 ☆ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #2 ☆ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs EN ATTENTE :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan (scénario libre) ☆ Sweet like a flower at the beginning, but nothing is ever the way that it seems. Soon as I'm done, I just get up and leave. I swear I don't do it intentionally, I can't help it. A little selfish. You'll be screaming out my name, cursing me for getting oh so close. Didn't mean to cause no pain, but it's just out of my control.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : me/stairsjumper (avatar), harley (crackships) panda gif (gifs signature)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga) & Midas Sterling (Dacre Montgomery)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptySam 10 Déc 2022 - 18:09




been hurting low from living high for so long
Megan Williams & @Damon Williams (cosigan #20) been hurting low from living high for so long 873483867

« Comme dans j’avais même demandé si c’était possible d’avoir des pétales récoltés le jour même et je vois qu’ils s’en sont chargés ? » Mes yeux s’écarquillent un peu plus et mon regard fait des allers-retours entre Damon et le lit, ainsi que le pétale de rose rouge que je tiens dans ma main. Le geste est sentimental. Digne du jeune homme sensible et délicat qu’il est, du grand romantique qu’il est certainement depuis toujours, avec d’autres que moi. Ce n’est pas surprenant venant de lui, au fond, ce qui est surprenant, c’est que l’attention me soit destinée. Il n’a même pas accepté une proposition faite par le personnel de l’hôtel, il a demandé lui-même. Dans n’importe quelle autre circonstance, je me serais demandé s’il se moquait de moi, tant la chose me semble improbable. « Tu peux les retirer si ça te plait pas, je t’en voudrais pas. » Ma surprise entraîne un silence qu’il interprète certainement comme du mécontentement, peut-être craint-il de s’être trop avancé et, ce que je peux en tout cas affirmer, c’est que ces joues prennent une qui s’approche du rouge vif. Doucement, je secoue la tête, et je laisse retomber le pétale sur le lit, exactement là d’où il vient. Il faudra bien les retirer lorsque nous nous glisserons sous les draps mais, pour l’instant, je décide qu’ils sont très bien là où ils sont, en témoigne la réponse dont je me contente : je fais quelques pas dans la direction de Damon et je glisse mes doigts dans les siens, m'enquérant simplement sur la suite du programme. Ne pas répondre à sa question et aborder le repas ainsi que la suite du programme, c’est répondre avec pudeur que je suis touchée, et qu’il n’a pas besoin de retirer le moindre pétale de rose.

***

« On a beaucoup à envier à l’eau d’ici, en Australie. Elle est chaude chez nous, mais pas tout le temps. » Sommes-nous en train de tourner autour du pot ? Peut-être. Discuter de la température clémente de l’air et celle délicieuse de l’eau ne m’intéresse pas tant que les propositions que cela sous-entend. Je le trouve différent, Damon. Je n’affirmerai pas qu’en parfaite innocente je suis aveugle sur là où il veut en venir mais ce qui est vrai, c’est que je n’ose formuler mes suppositions, de peur de me tromper, de passer pour une idiote qui se fait des films. Il m’a fait la surprise de m’emmener dans un endroit qui possède une forte signification. Il a fait recouvrir la chambre et le lit de pétales de rose. Il a organisé pour moi un dîner en tête à tête sur la plage privée attenante à la chambre. Et à présent que je dépose doucement ma tête sur son épaule, il ne me repousse pas. Ce que je sais, c’est que je me sens plus apaisée qu’à Brisbane, plus apaisée que ces dernières semaines. Je crois que j’en avais besoin, de cette parenthèse loin de chez nous, de ce qui semble se transformer en bulle de tendresse. « Même si tu t’y attendais pas, le principal c’est que ça te plaise. » - « C’est encore mieux parce que je m’y attendais pas. » C’est encore mieux puisque cela trahit l’envie de me surprendre, cela trahit une vraie préparation, et pas simplement un coup de fil passé à son assistante pour qu’elle s’occupe de l’organisation de ces quelques jours. J’aime tout maîtriser et tout contrôler mais, dans le cas présent, la surprise et l’ignorance n’ont eu que du bon.

Nous discuterons demain, il l’a dit et j’ai à cœur de le respecter. Je ne me vois pas lui mettre un couteau sous la gorge après qu’il ait mis tout ça sur pied pour moi. Pour autant, désireuse de ne pas me coucher avec le ventre noué et des questions plein la tête, je lui fait passer un message : si je me trompe concernant tes attentes et tes intentions, dis-le moi tout de suite, je t’en prie. Je n’ai pas envie de tomber de haut après m’être fait tout un tas d’idées. « Je suis parfaitement au courant, oui. » Sans que mon menton ne quitte son épaule, je lève à nouveau mes yeux dans sa direction, je plonge mon regard dans le sien et, pendant un instant, je jurerais que je ressens ces foutus papillons dans le ventre dont parlent certains romans de ma collection. Nos souffles se mêlent, et je comprends qu’il va m’embrasser quelques secondes avant qu’il n’approche ses lèvres des miennes. Il est doux ce baiser. Il est tendre, délicat, mais il m’est surtout donné à l’abri des regards et je crois qu’il ne l’avait jamais, ou en tout cas pas de cette façon, et plus depuis longtemps. Je fais glisser ma main libre jusqu’à sa joue, du bout des doigts. Et lorsque nos lèvres se séparents, j’esquisse un sourire avant de baisser légèrement et brièvement les yeux. « Désolée. J’ai les mains gelées. » J'en prends conscience alors sa peau me semble brûlante sous mes doigts et je me mords la lèvre. Ce baiser, que voulait-il dire ? Que représentait-il ? La tendresse qu’il ressent pour moi et qu’il lui était déjà arrivé de manifester sans pour autant ne désirer grand chose de plus ? Il m’a embrassée lors de sa remise des diplômes, mais nous étions en public et quelques jours à peine après ça, il m’a expliqué toutes les raisons pour lesquelles il repoussait l’idée d’imaginer plus que quelques marques de tendresse avec moi. Toutes ses raisons avaient tout avoir avec Saül, et rien avec moi et je crois que c’est de là qu’est née ma plus grande frustration de ces derniers mois. La blessure, elle est venue de mon sentiment de solitude, elle est venue des mots de Murphy, elle est venue avec le constat que d’autres semblaient avoir quelque chose dont j’étais à ses yeux dépourvue. Est-il en train de reconsidérer toutes ses positions, en ce qui nous concerne ? Qu’est-ce que cela veut dire, pour notre relation ?

Toutes mes questions devront attendre demain. Ce soir, je me souviens enfin que je ne suis pas une jeune fille en fleur, une gamine candide qui attend son prince charmant docilement. Ce soir, je prends ce baiser pour ce qu’il a l’air d’être : un pas dans ma direction. Et il ne sera pas dit que je lui ai laissé parcourir toute la distance nous séparant. « Tu veux aller tester si l’eau est chaude toute l’année ? » Un sourire s’étire sur mes lèvres tandis qu’il tourne toujours autour du pot Damon, mais de façon un peu moins dissimulée. « On peut prendre un bain de minuit, même. » - « Tu sais ce que c’est un bain de minuit, Damon ? » La différence entre une simple baignade nocturne et ce qu’il me propose, c’est que nous sommes bien trop habillés pour ce dernier. Mais Damon n’est pas un gamin. Il peut paraître innocent sous bien des égards, mais je sais qu’il a vécu, qu’il a profité de sa vie étudiante et qu’il collectionne certainement bien plus d’aventures que moi, sous ses airs de gentil garçon et de gendre idéal. Damon est venu à Bali pendant ses années étudiantes et lui et ses amis ont fait la tournée des bar pendant toute la durée de leur séjour. Damon sait ce qu’un bain de minuit implique.

Pourquoi y aurait-il la moindre gêne entre nous après qu’il ait vu les photos qui ont circulé dans la totalité des bureaux de la MHI ? Je ne suis pas timide. Je ne manque pas de confiance en moi, pas lorsqu’il est question de ce à quoi je ressemble, en tout cas. Je me sais gâtée par la nature, tout comme je sais que derrière leurs railleries, beaucoup de collègues de Damon devaient en réalité se dire que le fils du patron est un petit veinard. Qu’il est étrange de songer que nous nous sommes rencontrés il y a plus d’un an et demi, que nous sommes mariés depuis un an et que, malgré ça, je me sens aussi nerveuse. Ma main lâche la sienne, glisse sur son genoux et, un sourire sur les lèvres, j’ajoute. « Je ne suis d’accord que si on le fait dans les règles de l’art. » Sans attendre sa réponse - je crois que je serais paralysée si je le faisais - je quitte la confortable assise du sofa en rotin. Je me lève, et face à lui, j’ignore mon cœur qui bat la chamade. J’attrape le bas de mon crop-top - qui ne dissimule aucun vêtement en dessous - pour le faire passer au-dessus de mes épaules. Ma démarche aurait été plus simple, plus brève si j’avais enfilé une robe. Toutefois, je ne me dégonfle pas. Je tente d’ignorer le poids du regard de mon époux, ainsi que toute la vulnérabilité que je ressens. Je déboutonne mon short en jean que je fais glisser le long de mes jambes. Vêtue à présent d’une simple culotte échancrée, je l’observe en résistant à l’envie de croiser mes bras sur ma poitrine pour me dissimuler. Je fais un pas vers lui, et j’attrape à nouveau ses doigts entre les miens. « Chacun son tour. Je ne continue que si toi aussi tu joues. » J’esquisse un sourire et si je ne rougis pas, si je paraît sûre de moi, il n’en est en réalité rien. « Est-ce que tu me trouves belle Damon ? » J'ai toujours su que je l'étais. Il me l'a également déjà dit. Mais j'ai toujours eu besoin de l'entendre encore et encore.





(cosigan #20) been hurting low from living high for so long A44L8rk
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long VsgJxpQ
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long QIDiPqb
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Fqo0cUp
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long LKqJkYj
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long IAeu3cF ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre 2021.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5781 POINTS : 70

TW IN RP : violences (physiques et verbales), abus émotionnel.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia university à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
CODE COULEUR : navy.
RPs EN COURS :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021
NaNoWriMo 2022

(cinq) - present: auden #6maisiemegan #17megan #18wyatt

RPs EN ATTENTE : ambrose #3 › jo #2 › juliet #2 › papa auden le best
RPs TERMINÉS :
ambroseambrose #2angus › angus #2 › angus #3angus #4 › angus #5auden › auden #2 › auden #3auden #4auden #5auden (sld)charlie › charlie #2charlie #3charlie #4juliet › jomeganmegan #2megan #3megan #4 › megan #5megan #6megan #7megan #8megan #9megan #10megan #11megan #12megan #13megan #14megan #15megan #16murphy (sld)raelyn (sld)raelyn #2 (sld)saül › saül #2 › saül #3saül #4saül #5 › saül #6saül #7saül #8saül #9la famigliala famiglia #2mariage léoliewitchcraftdouble troublehappy birthdeadwhat the folkscall me by your nameanniversaire megansweet and sour dinerdameolyn (sld)

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : harley (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › malone constantine, le poids des regrets (ft. jack lowden) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t48007-damon-williams

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptyMar 13 Déc 2022 - 4:39




been hurting low from living high for so long
@megan williams
gif: harley


« C’est encore mieux parce que je m’y attendais pas. » Le sourire un brin amusé que portaient les lèvres de l’italien jusque maintenant se chargea d’une touche d’attendrissement aux mots de la jeune femme. Elle appréciait donc la surprise qu’il avait pris le soin de mettre en place, là était quelque-chose qu’il le voyait ravi: c’était exactement l’effet escompté, il n’avait pas besoin d’en entendre plus pour considérer ce week-end loin de Brisbane une réussite. Même si bien sur il espérait que le reste du temps qu’ils passeraient tous les deux sur cette grande île plaise tout autant à la jeune femme - il ne voyait pas pourquoi ça ne pourrait pas être le cas, mais une certaine appréhension s’était tout de même installé chez Damon au fil des derniers jours écoulés. Parce-que si Megan parlait des signaux qu’il envoyait, il en était parfaitement conscient, puisque ces derniers étaient volontaires. Ce serait mentir que de nier cette évidence, surtout qu’elle faisait partie des choses qu’il souhaitait apporter et mettre en avant pour ce séjour. C’était sur cette partie là qu’il espérait que la jeune femme ne serait pas trop déçue qu’il agisse de cette sorte. Rien que le simple fait qu’elle ne laisse pas son baiser sans retour, qu’elle glisse même sa main le long de sa joue à lui prouvait qu’au premier abord, ce changement de comportent de la part de l’italien était pris de façon positive. « Désolée. J’ai les mains gelées. » Il esquissa un maigre sourire amusé. « C’est pas grave. » Parce-que de toutes façons, ce n’étaient pas réellement les mains de Megan qui étaient froides, mais plutôt les joues de Damon qui réchauffaient au fil des minutes qui passaient.

Parce-qu’il s’était hésitant la plupart du temps aux côtés de la jeune femme, s’il marchait sur des oeufs depuis bien longtemps désormais, ce soir les choses seraient différentes. Ce serait un version de Damon bien plus proche de la réalité qui se mettait en avant, prenait les commandes et le devant de la scène. De celle que Megan n’avait que rarement vu réellement - et jamais dans ce contexte là, dans les conditions qu’il lui proposait. Alors, les joues rosies faisaient partie du lot global mais serait la seule trace d’hésitation et de gêne qui apparaitrait pour le moment. Le sourire de la blonde dans ses bras témoignait en tous cas d’un certain encouragement de sa part à poursuivre dans cette voie, à aller au bout de son idée. « Tu sais ce que c’est un bain de minuit, Damon ? » Un éclat de malice parcourut son regard, s’installant un instant dans ce dernier, alors qu’il le laissait descendre le long du corps de la jeune femme avant de s’ancrer de nouveau dans le sien. « Je sais bien oui. » Et il ne retirait pas sa proposition, puisqu’elle était juste; il tentait là une main vers Megan, elle pouvait la saisir si elle le souhaitait. Si tel n’était pas le cas, peut-être qu’il bouderait - parce-qu’était là également une réaction spontanée de sa part, d’ordinaire - un instant ou deux mais se remettrait rapidement de se faire éconduire de la sorte. Oeil pour oeil, dent pour dent en quelques sortes.

C’était sans compter le fait que Megan n’hésite pas un seul instant de son côté non plus pour monter à bord du train qui partait de gare. Sa main quitta celle de son mari, glissa un instant contre son genou, geste qui fut suivi du regard par Damon avant qu’il ne reporte ce dernier sur le visage de la jeune femme. L’avantage était qu’ils étaient tous les deux joueurs, dans le fond; la seule différence, c’était que l’italien se doutait que c’était le cas pour sa femme et que l’inverse tiendrait peut-être plus de la découverte pour la blonde. « Je ne suis d’accord que si on le fait dans les règles de l’art. » Le sourire que portait Damon était de plus en plus amusé. « Je comptais pas tricher. » Il attendait simplement le feu vert de sa femme pour être sur qu’ils soient sur la même longueur d’ondes. Et même mieux que ça - elle prenait les devants avant même qu’il n’ait eu le temps d’avoir la moindre autre réaction et qu’il ait pu terminer sa phrase de toutes façons. Elle était déjà debout devant lui, ses mains attrapant le tissu de ses vêtement qu’elle retira jusqu’à se retrouver simplement en culotte devant lui. Si avant, dans d’autres situations, la gêne aurait été tant présente que Damon aurait détourné le regard - il était hors de question qu’il agisse de la sorte ce soir. Au contraire: il se délectait de la scène qui se passait devant lui. Il avait déjà pu apercevoir le corps de sa femme de cette façon, mais cette dernière ne lui avait pas été destinée puisqu’il avait s’agi là des photos qui avaient fuité à son insu. Désormais, elle se mettait à nue, littéralement, mais surtout volontairement pour lui. « Chacun son tour. Je ne continue que si toi aussi tu joues. » Oh, il aurait pu rester là à simplement la regarder pendant des heures - mais il comptait participer à cette baignade improvisée, qu’elle n’ait crainte. Alors, dans un geste assuré et déterminé, il se leva à son tour du canapé de leur terrasse privée. Le simple tee-shirt blanc et le jeans qu’il avait pris le temps d’enfiler à l’aéroport avant de passer la sécurité - bien plus simple pour se mouvoir que le costume de l’entreprise, et bien plus confortable également - ne mirent qu’un instant pour rejoindre le sol à leur tour. Et pour montrer à Megan qu’ils jouaient tous deux au même jeu, il se débarrassa dans la foulée de son boxer. Il y avait bien des moments où Damon pouvait être timide, mais moins il possédait de vêtements et moins il l’était.

« Est-ce que tu me trouves belle Damon ? » Faisant en sorte de toujours garder son regard dans celui de sa femme, l’italien fit un pas, puis deux en avant pour se trouver face à elle, à seulement quelques centimètres. « Je te trouve pas belle, non. » Promis, la suite de cette phrase et de l’idée qu’il avait en tête arriverait bien vite - juste le temps pour lui d’abaisser son visage à hauteur de l’oreille de la jeune femme pour lui murmurer la suite de ses paroles. « Je te trouve magnifique. » Et c’était là quelque-chose qu’il n’avait jamais cherché à cacher, en réalité. Depuis le début, Damon avait clamé que Megan était plus que jolie à ses yeux; seulement, il n’avait jamais cherché à le prouver. Il déposa un premier baiser à la naissance de sa mâchoire, juste en dessous de son oreille. « Absolument exquise, même. » Pendant qu’il jouait au charmeur de ces dames - autrement dit, au Damon naturel et ne se restreignant pas -, les doigts du jeune homme s’étaient glissés jusqu’à l’élastique de la culotte de Megan, sous lequel ils se glissèrent lentement mais avec délicatesse au niveau de ses hanches. Il resta immobile un instant, une seconde ou deux peut-être, pour laisser le temps à la jeune femme de l’arrêter si tel était son désir finalement; avant de tirer légèrement dessus afin de faire passer le rebondi de ses fesses au fin tissu. Ce dernier ne mit qu’un instant supplémentaire par la suite pour rejoindre le reste de leurs vêtements sur le sol. Lentement, de façon à effleurer l’épiderme, les doigts de Damon glissèrent le long des cuisses de Megan, passant sur ses hanches et le long de sa taille, passant sur le galbe de ses seins avant que ses mains ne finirent leur course en prenant en croupe le visage de la jeune femme. Là, le regard de l’italien accrocha le sien, et elle pourrait y voir quelque-chose qu’il ne s’était pas autorisé à laisser transparaitre à son égard jusque maintenant: du désir. « Viens te baigner avec moi, Meg. » C’était rare qu’il se laisse à l’appeler simplement Meg plutôt que par son prénom entier - cela avait du arriver à peine une poignée de fois depuis qu’ils se connaissaient. « Viens goûter l’eau avec moi, mia bella. » Il ne s’était jamais osé à de telles marques d’affection, cependant. Les circonstances ne s’y étaient encore jamais prêtées à ses yeux, pour le moment.

Toujours aussi tendrement, il finit par prendre les mains de Megan dans les siennes, et par s’avancer à reculons lentement en direction des vagues qui clapotaient dans son dos désormais. Pas à pas, faisant en sorte de ne pas trébucher sur le sable - ce n’était pas les quelques verres de vin qui allaient lui faire perdre l’équilibre et qui pourraient être accusés si une telle chose arrivait, mais il rendrait responsable la vue qu’il avait devant lui plutôt. Parce-que si Damon mettait aussi autant de temps pour rejoindre l’eau, c’était pour admirer Megan sous toutes ses coutures, et comme il ne l’avait jamais fait jusque maintenant. Et contrairement à ce qui aurait pu être parié, il n’y avait plus aucune trace de la moindre rougeur sur les joues de l’italien. Le contact de l’eau, même sans ayant pu le voir en amont n’ayant pas d’yeux dans le dos, fut agréable - l’eau était réellement chaude toute l’année ici -, et il ne stoppa sa marche que lorsque l’eau leur arriva jusque respectivement la taille pour Megan et les hanches pour Damon. La lune donnait un reflet particulier aux yeux de la jeune femme, et il ne se priva pas d’y rester plonger un instant supplémentaire. Il laissa même le silence s’installa un moment de plus entre eux, avant de prendre la parole d’une voix suave. « Est-ce que je peux vous embrasser, madame Williams ? » Pas de la façon qu’il avait pu le faire une poignée de minutes plus tôt sur le canapé de la terrasse, ni comme toutes ces fois où ils s’étaient permis à un élan de tendresse plus ou moins orchestré. La question de Damon sous-entendait là de l’embrasser comme il ne l’avait jamais fait jusque maintenant, avec un désir non dissimulé cette fois-ci.



:rainbow::
Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Hu5cwsy ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Il se sont fiancés, puis rencontrés. Ils se sont mariés le 20.11.21, et n'ont consommé leur mariage qu'un an après. Elle ne sait pas exactement où ils vont, mais elle fonce tête baissée : avec Damon, ils ont toujours fait les choses à l'envers.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon et Bowie, le chien trop amical et affectueux pour protéger qui que ce soit.
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 9m5v
POSTS : 3810 POINTS : 30

TW IN RP : Négligence et retrait de l'enfant par les services sociaux / enfance dans le système, objectification de la femme, dépendance affective, mentions d'agression physique, deuil.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(07) maisie (2019)aiden #2 (2020)murphy #6damon #22shiloh #9jo #8damon #23

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Febe7ca1b8f5b305eb8d0e9c29795d47a77377e8
cosigan #22 & #23 ☆ You made me cry, I won't deny that. Yes, we lied and told our friends that we were fine and played pretend but I'm so scared of being alone and you're the only one that feels like home. I'm just a mess, now I'm just a mess, and you're just the person that changed my life. ☽ 1234567891011121314151617181920212223

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5e60c44207aec5db95e9f504a220603393a98b7d
joseegan #8 ☆ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 83f02f83aa9d35b507dd02a8ee0fda999bdcd417
misfits #6 ☆ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5ca9b049e80c8d43756d6af5a76457d91c094c1f
meloh #9 ☆ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #2 ☆ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs EN ATTENTE :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan (scénario libre) ☆ Sweet like a flower at the beginning, but nothing is ever the way that it seems. Soon as I'm done, I just get up and leave. I swear I don't do it intentionally, I can't help it. A little selfish. You'll be screaming out my name, cursing me for getting oh so close. Didn't mean to cause no pain, but it's just out of my control.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : me/stairsjumper (avatar), harley (crackships) panda gif (gifs signature)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga) & Midas Sterling (Dacre Montgomery)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptyMar 13 Déc 2022 - 15:14




been hurting low from living high for so long
Megan Williams & @Damon Williams (cosigan #20) been hurting low from living high for so long 873483867

« Je sais bien oui. » J’ai tout un tas de questions, mais je les poserai demain. Pour l’instant, je n’ai pas envie d’arrêter Damon dans sa lancée, je n’ai pas envie de briser l’instant en pointant du doigt qu’il agit en parfaite incohérence par rapport à son comportement des derniers moi et que si, cela ne me refroidit pas, je ne sais qu’en penser. Je n’ai jamais été du genre à réfléchir avant d’agir et d’écouter mes envies et motivée par un dicton adapté par mes soins - on ne change pas une équipe qui perd - je ne vois pas pourquoi je commencerai aujourd’hui.

Puisqu’aujourd’hui, les choses semblent enfin tourner en ma faveur. Aujourd’hui, Damon me remarque, il me voit. Je le sens au regard qu’il pose sur moi, je le sens parce qu’il ne me semble plus être le garçon hésitant et en proie à ses démons - la plupart portent le nom de Saül Williams - et je le sens parce qu’il ne recule pas lorsque je glisse ma main sur sa joue, qu’au contraire, il me dévore des yeux en souriant. Alors je n’écoute plus la petite voix qui me chuchotait de rester à une distance de sécurité du blond pour ne pas risquer de trop m’attacher à lui. Je ne me bride plus comme j’ai pu le faire, effaçant celle que je suis réellement depuis des mois au profit d’une version plus effacée et contenue de la jeune femme passionnée et fougeuse que je suis réellement. « Je comptais pas tricher. » - « Parfait. Parce que je ne triche jamais. » Si, comme dans les contes, un petit ange et un petit diable étaient posés sur mes épaules pour m’influencer chacun à leur manière, ils se seraient tous les deux esclaffés. Disons que, dans le cas présent, je n’ai pas l’intention de tricher. Et avec lui, je n’ai plus envie de le faire, je le lui ai dit : il me donne envie de devenir une meilleure version de moi-même.

Je prends les devants simplement parce que je n’ai jamais été du genre à me laisser porter, à attendre qu’on me tienne par la main pour prendre des décisions. Je suis même tout le contraire de cette description. Je me suis assez brûlé les ailes pour que l’on puisse supposer que je devienne raisonnable et mesurée, mais il semblerait que je n’ai jamais daigné apprendre de mes erreurs. Je me déshabille la première pour ne pas qu’il pense que je le laisse prendre toutes les initiatives, et face à lui pour pouvoir lire toutes ses réactions sur son doux visage. J’ai à cœur de ne pas le laisser insensible, et si j’en crois son incapacité à garder son regard fixé sur mon visage, je pense pouvoir admettre qu’il ne l’est pas, et dieu que ça me fait du bien. Peut-être ne l’a-t-il jamais tout à fait été. Mais il a mis un point d’honneur à ne pas le montrer, et à ne pas agir de sorte que je le comprenne ou puisse en être certaine. Je ne me suis jamais sentie mal à l’aise sous le regard des hommes. Je ne me suis jamais sentie mal à l’aise sous le regard de qui que ce soit, à vrai dire. Si j’ai fui le devant des objectifs, ce n’est pas par pudeur ou manque de confiance en moi, mais parce que la position de photographe me comblait bien plus que celle de modèle. Mais j’ai tant souhaité que le jeune homme devenu mon époux me regarde que, lorsque son regard se perd sur mes courbes, je ne peux pas prétendre que je ne suis pas nerveuse. Je me demande s’il aime ce qu’il voit. Je me demande si je corresponds à ses standards qui m’ont toujours - à tort - semblé horriblement élevés. Je me demande ce qu’il a entendu de la part de ses collègues les moins subtils, et s’il compare mon corps à celui des photos - celui de la jeune femme de dix huit ans que j’étais - ou encore à celui de tous les amants et toutes les amantes qu’il a eus dans sa vie. Tout pourrait tenir en une seule chose finalement : la peur de le décevoir.

Mais il se lève et m’imite. Il ne me paraît ni candide, ni maladroit alors que ses mains attrapent sans la moindre hésitation le dernier bout de tissu qu’il a sur le dos pour le faire glisser à ses pieds. Je ne suis pas plus candide qu’il ne l’est : je ne détourne pas les yeux à l’instant où il se retrouve entièrement nu devant moi. Mes lèvres forment un sourire discret et une lueur de désir brille dans mes yeux tandis que je caresse du regard la silhouette de mon mari. En voilà une situation inédite.

Je ne suis pas une ingénue. Je n’ai pas besoin qu’il m’encourage ou me rassure pour passer le dernier cap - à savoir ôter le dernier bout de tissu qu’il me reste. Ce n’est pas de cela qu’il s’agit lorsque je lui demande de me confirmer qu’il me trouve belle. J’ai envie de l’entendre, peut-être un peu par orgueil, mais surtout parce que j’aime l’idée qu’il avoue à voix haute que la vue de mon corps nu le remue au moins un peu. Il fait un pas vers moi, ses lèvres s’approchent de mon oreille, et il ne m’en faut pas plus pour qu’un frisson remonte le long de ma colonne vertébrale. « Je te trouve pas belle, non. Je te trouve magnifique. » Le compliment est délicieux à mon oreille. Presque autant que la caresse de ses lèvres sur mon cou. « Absolument exquise, même. » Alors que je ne les surveillais pas, ses doigts ont glissé jusqu’à l’élastique de mon sous-vêtement et instinctivement, sans même m’en rendre compte, j’ai fais un pas de plus dans sa direction. Je ne l’arrête pas. Mes bras restent le long de mon corps et mes lèvres étirent un sourire espiègle. « Qu’est-ce que tu attends ? » Je l’aime bien, le Damon qui me traite avec douceur, mais qui ne rougit pas. Et si j’ai été prise de légers frissons un instant plus tôt, alors qu’il descend doucement le bout de tissu le long de mes jambes, j’ai la chair de poule. Je baisse la tête pour l’observer faire, je soulève une jambe puis l’autre pour me débarrasser définitivement de ce dernier rempart à ma nudité la plus complète. Mon corps réagit comme on attend de lui qu’il le fasse dans de pareilles circonstances, trahissant mon désir grandissant. Mon cœur lui, bat la chamade tandis que les mains du jeune Italien remontent doucement jusqu’à mon visage, se perdant parfois en cours de route pour démontrer qu’il n’a rien d’un enfant sage, Damon. « Viens te baigner avec moi, Meg. Viens goûter l’eau avec moi, mia bella. » Ai-je besoin de préciser que je le suivrai où il veut, après ces jeux de mains moins sages qu’à l’accoutumé ? Je n’ai plus peur de me méprendre sur ses intentions, à présent. On ne touche pas un ami comme ça, bain de minuit ou pas. «Je croyais que tu te déciderais jamais. » J’esquisse un sourire et je serre ses mains dans les mains, lorsqu’il vient les chercher. Elles sont la seule ancre qui le force à ne pas trop s’éloigner, à présent qu’il recule pour me guider jusqu’à l’océan, et il va sans dire que je n’ai plus la moindre intention de le laisser s’éloigner un peu trop. Je n’ai plus la moindre envie de vérifier par moi-même les rumeurs qui concernent la température de l’eau à Bali. Mais s’il s’agit là de l’excuse qu’il a choisie pour m’attirer contre lui, alors je m’exécute sans protester. Je me laisse guider sur quelques mètres, jusqu’à ce que l’eau - effectivement chaude, au demeurant - m’arrive jusqu’à la taille et, alors qu’il s’arrête, je tire un peu sur nos mains jointes pour le forcer à s’approcher de moi. « Est-ce que je peux vous embrasser, madame Williams ? » Je crève d’envie qu’il le fasse depuis que ce petit jeu a commencé. Je crève d’envie qu’il le fasse différement de quelques minutes plus tôt, comme s’il le voulait vraiment, comme s’il voulait plus. Un pas de plus, et je glisse une main dans son dos pour l’attirer contre moi. C’est étrange, de sentir sa peau à présent contre la mienne. Étrange, mais tout sauf désagréable. Je libère à son tour ma seconde main, pour la poser sur le côté de sa nuque, et, tout près de ses lèvres, je chuchote. « Tu peux. Et me demande plus l’autorisation, t’as pas besoin de le faire. » Si un homme s’enquérant du consentement de sa partenaire a quelque chose de terriblement séduisant aux yeux de beaucoup, ma vision des rapports intimes est déformée par une vie à me mettre au service de mes partenaires, animée par l’envie de plaire et de satisfaire. Damon ne fait pas exception à la règle, mais contrairement à d'autres, il est par contre évident qu’il n’est pas le genre d’homme à en profiter pour faire de moi rien de plus qu’une marionnette. « Tu peux faire exactement ce que tu as envie de faire. » Elle est triste, cette façon que j’ai de m’oublier pour les autres, mais elle fait partie inhérente de ce que je suis, de qui je suis, et il faudra certainement des années de relation saine - et il faudrait certainement également un certain nombre d’heures de thérapie - pour que m’apprendre un schéma moins dysfonctionnel. Sur l’heure, j’ai à cœur d’être tout ce que Damon a envie que je sois. N’est-ce pas l’une des promesses de mes voeux de mariage ? Et parce que donner l’autorisation est une chose, mais qu’être actrice de ce que nous sommes en train de vivre est encore mieux, je scelle nos lèvres sans plus d’hésitation. Ce baiser-là a une saveur bien différente de tous ceux que nous avons partagés jusque-là, celui qu’il a déposé sur mes lèvres il y a quelques minutes également. Je me perds dans celui-là, j’oublie mes questions, j’oublie tous les doutes que j’ai laissés à Brisbane - comment pourrais-je ne pas le faire alors qu’il me prouve qu’il a envie de moi - et j’oublie toutes ces choses qui font que notre relation a été semée d’embûches. Je ne me contente plus de ma main sagement posée sur sa nuque. Je glisse mon bras autour de son cou pour l’attirer contre moi, et je me hisse sur la pointe des pieds pour être un peu plus à son niveau. Celle glissée dans son dos se balade, oublie la tempérance et la mesure et caresse sa peau du bout des doigts. Au terme d’un baiser brûlant, d’un baisé gorgé de désir, et lorsque nos lèvres se séparent, les miennes glissent sur sa mâchoire chatouillent la peau fine sous son oreille se pose finalement dans son cou. J’y dépose un, puis deux baisers avant de m’adresser à l’Italien à voix basse. « L’eau est chaude. On a vérifié. » Je ne recule mon visage de quelques centimètres que pour qu’il aperçoive toute la malice dans mon sourire et mon regard. La température de l’eau n’a jamais intéressé personne et je ne me cache plus à présent : c’est lui que je veux. Sans barrière et sans restriction. « On a fait notre devoir. » Avec cœur et application, qui plus est. Faire l’amour sur la plage ou dans l’océan, ça n’est agréable que dans les films à l’eau de rose. Dans la réalité, cela s’accompagne de désagréments que chaque audacieux découvre à son insu. Pour ponctuer mes phrases et parce que j’ai soif de lui, je l’embrasse à nouveau. Cette fois, lorsque je reprends à nouveau la parole, je chuchote à son oreille plus doucement encore que je ne l’ai fait jusque-là. « J’ai jamais fait l’amour sur un lit couvert de pétales de roses. » Et lui ? En a-t-il déjà recouvert un de pétales rouges pour quelqu’un ?





(cosigan #20) been hurting low from living high for so long A44L8rk
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long VsgJxpQ
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long QIDiPqb
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Fqo0cUp
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long LKqJkYj
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long IAeu3cF ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre 2021.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5781 POINTS : 70

TW IN RP : violences (physiques et verbales), abus émotionnel.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia university à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
CODE COULEUR : navy.
RPs EN COURS :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021
NaNoWriMo 2022

(cinq) - present: auden #6maisiemegan #17megan #18wyatt

RPs EN ATTENTE : ambrose #3 › jo #2 › juliet #2 › papa auden le best
RPs TERMINÉS :
ambroseambrose #2angus › angus #2 › angus #3angus #4 › angus #5auden › auden #2 › auden #3auden #4auden #5auden (sld)charlie › charlie #2charlie #3charlie #4juliet › jomeganmegan #2megan #3megan #4 › megan #5megan #6megan #7megan #8megan #9megan #10megan #11megan #12megan #13megan #14megan #15megan #16murphy (sld)raelyn (sld)raelyn #2 (sld)saül › saül #2 › saül #3saül #4saül #5 › saül #6saül #7saül #8saül #9la famigliala famiglia #2mariage léoliewitchcraftdouble troublehappy birthdeadwhat the folkscall me by your nameanniversaire megansweet and sour dinerdameolyn (sld)

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : harley (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › malone constantine, le poids des regrets (ft. jack lowden) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t48007-damon-williams

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptyDim 18 Déc 2022 - 19:54




been hurting low from living high for so long
@megan williams
gif: harley


« Qu’est-ce que tu attends ? » Les mots de Megan arrachèrent un petit sourire à l’italien, alors que ses doigts jouaient doucement avec l’élastique de son sous-vêtement, qu’ils repoussaient d’une poignée de secondes le moment où ce dernier ne serait qu’un souvenir dans le sable. Il aimait bien ce petit jeu Damon, celui qui faisait monter une tension qui pour une fois ne reposait pas sur des désaccords ou sur des émotions négatives. Justement, c’était bien tout le contraire présentement et c’était agréable. Il n’attendait rien en particulier - si ce n’était l’absence de mouvement de recul en double-objectif de la part de la jeune femme face à lui -, mais il profitait de cet entre-deux plaisant. Car tout serait différent après cette soirée; tout serait rattaché également à la discussion qu’ils auraient le lendemain, ou dès que l’instant se présenterait à eux. Il profitait de cette latence qui leur permettait de respirer correctement, après trop des mois à être restreints par tant que choses qui n’auraient même pas du exister dans une réalité quelconque, dans toute autre vie de couple. Il repoussait encore de quelques minutes cette ambiance électrique qui les entourait en proposant à Megan de se baigner avec lui - il savait pertinemment que cela ne durerait qu’une poignée de minutes tout au plus, tant il sentait le désir se dessiner avec une précision impressionnant en son sein, et qu’il devinait une réaction similaire dans le regard de la jeune femme. « Je croyais que tu te déciderais jamais. » Elle était tout feu, tout flamme, Megan. Elle n’était pas de ceux vivant dans l’attente, dans l’hésitation, dans la retenue. Elle était même tout le contraire de tout ça - et si elle n’agissait pas directement comme ça avec Damon en cet instant, c’était surement parce-que ce revirement de situation n’était pas prévu et qu’attendre de voir où ça menait n’était pas une mauvaise chose. Il avait toujours été tendre et attentionné, l’italien; jamais de cette façon là avant cependant, alors que son regard s’accrochait au sein sans cacher ce qu’il pouvait ressentir, sans masquer les intentions qu’il portait à son égard. Même s’il se doutait de la réponse qu’elle allait lui donner, il n’était pas question pour lui de faire autrement que de poser une fois pour toutes si Megan souhaitait aller dans la même direction que lui. Certes il mourra d’envie désormais de s’amuser bien plus que ça, mais sans son consentement il ne s’oserait pas à un geste de plus. En guise de première réponse, Damon vit sa femme faire un pas de plus dans sa direction, se rapprochant tant de lui qu’il pouvait sentir sa peau sous la sienne. Cette sensation lui arracha un frisson - pas des mauvais, cette fois-ci. La main de la blonde dans son dos pour l’attirer davantage à elle lui en tira un second, et peut-être qu’une esquisse de sourire se dessina au coin des lèvres de Damon. « Tu peux. Et me demande plus l’autorisation, t’as pas besoin de le faire. Tu peux faire exactement ce que tu as envie de faire. » Une slave de chaleur parcouru le corps de l’italien aux mots de la jeune femme. Oh, Megan. C’était tout ce dont il avait besoin pour faire tomber la dernière barrière qu’il avait dressé jusque maintenant entre elle et lui. Elle lui avait déjà fait comprendre à une ou deux reprises que c’était vers cette finalité là qu’elle souhaitait tendre, en réalité, mais étant donné que l’objectif n’était pas partagé entre les époux à ces moments là, lui avait gardé des réserves en place. Il était temps de dire ciao aux réserves en place.

Surtout alors que Megan s’élevait sur la pointe des pieds à sa hauteur pour initier un baiser. Leur premier vrai baiser, en réalité. Jusque maintenant, ils avaient tous été mignons et retenus, prêts à être parfaits pour être présentés en public. Celui qu’ils étaient en train d’échanger en cet instant - disons que c’était plus pudique qu’ils soient sur une partie de plage privatisée, car si Damon a une fraction de seconde où il ne bougea pas, ce fut pour serrer Megan dans ses bras avec empressement l’instant d’après. Il ne luttait plus contre ce que les autres pourraient dire, sur ce que les apparences donnaient comme rendu, sur tout un tas de paramètres extérieurs; en cet instant, le jeune Williams se contentait de se laisser porter par le désir et l’envie de profiter des lèvres de sa femme. Le reste n’avait plus aucune importance, lorsque ses doigts pouvaient glisser sur sa peau, pouvaient l’attirer à lui toujours plus comme s’il comptait ne faire qu’un avec son corps à elle dans les secondes suivantes. Et lorsque Megan délaissa ses lèvres pour déposer baiser sur baiser contre sa mâchoire et son cou, ce ne fut que là l’occasion pour Damon d’échapper un soupire chargé en tension sexuelle. « L’eau est chaude. On a vérifié. On a fait notre devoir. » - « Hm, hm. » Il n’en avait plus rien à faire de l’eau et de la chaleur de cette dernière en cet instant. Surtout si elle s’appliquait à lui arracher un nouveau baiser. « J’ai jamais fait l’amour sur un lit couvert de pétales de roses. » Ses mots furent murmurés à l’oreille de l’italien, alors qu’il nichait son nez contre le cou de la blonde. Un fin sourire, amusé et attendri, à la fois se glissa sur ses lèvres alors qu’il effleurait sa peau de ces dernières. « Je vais être obligé de te montrer ça alors, quel dommage. » Oh oui, il avait vraiment l’air peiné en disant ça. Déposant une trainée de baisers depuis le cou de la demoiselle jusqu’à la commissure de ses lèvres, épargnait ces dernières de manière volontaire et moqueuse, il laissa sa bouche à distance de celle de Megan, de façon à ce qu’elles s’effleurent sans réellement se toucher. « Tes désirs sont des ordres. »

Et pour pouvoir joindre les gestes à la parole, sans attendre un instant de plus, il se détacha un brin de la jeune femme pour passer un premier bras dans son dos, le second à l’arrière de ses genoux et pour la porter jusque la chambre, par la fenêtre restée ouverte, à quelques mètres de là. S’il n’avait pas été du genre à se mettre à pleurer à la moindre contrariété, Damon aurait en réalité pu concourir pour être élu mal alpha; il avait nombreuses qualités pour y arriver. Mais étant donné qu’il était aussi fragile qu’une fleur, ce titre était souvent douté si associé à son nom. En tous cas, porter Megan jusque l’intérieur de la chambre fut un jeu d’enfant - il le déposa toute en délicatesse sur le bord du lit une fois qu’il fut à hauteur de ce dernier. Et là où il aurait pu reprendre le programme là où ce dernier avait été temporairement mis en attente le temps de revenir de la plage - le lit serait d’ailleurs mouillé et finalement les pétales de roses risquaient de coller aux draps, mais c’était pas du tout dans priorités en cet instant -, l’italien resta une seconde supplémentaire. Et après un instant, il finit par s’accroupir aux côtés de la jeune femme, de son côté gauche à elle. Là, avec délicatesse, il attrapa la main de sa femme. C’était Ambrose qui lui avait soufflé l’idée qu’il s’apprêtait à mettre en place, en réalité; il ne l’avait pas fait pour aujourd’hui, mais elle s’appliquait parfaitement aux circonstances. Damon finit par retenir doucement à la fois l’alliance et la bague de fiançailles de Megan, les récoltant dans le creux de sa femme. Une fois que ce fut chose faite, il appliqua le même processus à sa propre alliance, pour finir par déposer les trois anneaux sur la table de nuit à portée de main. Ce ne fut qu’après qu’il releva son regard pour accrocher celui de la jeune femme. Il voulait qu’une chose soit bien claire dans tout ça: il n’agissait pas de la sorte ce soir parce-qu’il avait un devoir à accomplir, mais bien parce-que c’était là une envie de sa part. Il ne s’agissait pas de madame et monsieur Williams pour ce qui s’apprêtait à se passer, ni aucune des responsabilités qui incombaient à leur statut de couple marié. Non, Damon se présentait à elle en tant que jeune homme désirait faire l’amour à une jeune femme. Rien de plus, rien de moins; simplement un désiré partagé et souhaitant être satisfait. Finissant par poser ses genoux à terre face à Megan, il glissa ses doigts le long de l’un de ses mollets pour soulever doucement sa jambe par la suite. Et après être resté un instant de plus son regard azur dans celui similaire de sa femme en contreplongée de lui, il détourna son attention pour se pencher et se mettre à déposer une trainée de baisers, partant de sa cheville, remontant le long de son tibia, contournant son genou, parcourant sa cuisse. Ses désirs étaient des ordres, et seraient les premiers, il espérait, à se retrouver satisfaits. Après tout, elle lui avait donné carte blanche pour faire exactement ce qu’il avait envie de faire. Et dans le langage de Damon, cela correspondait surtout à faire plaisir à l’autre avant d’assouvir son propre désir.

***

Le soleil devait être levé depuis quelques temps déjà lorsque Damon ouvrit pour de bon les yeux. Il avait l’impression d’avoir dormi à peine quelques heures - ce qui était le cas en réalité -, et en même temps d’avoir eu le droit au sommeil du juste. Pour la première fois aussi, il n’avait pas eu un sommeil agité de mauvais rêves comme cela était trop souvent le cas depuis la nuit de leur mariage. Fallait-il que leur nuit de noces soit réellement compléter pour conjurer le mauvais sort ? S’il avait su, il se serait laissé aller au plaisir plus rapidement. Laissant échappé un soupire apaisé, Damon finit par tourner la tête dans la direction de Megan. Elle dormait encore; il ne fallut qu’une poignée de secondes au jeune homme pour statuer que peut-être qu’il allait la réveiller en agissant de la sorte mais tant pis. Alors, glissant ses mains entour de la taille de la blonde, il l’attira à lui, enroulant autour d’une majorité de son corps ses bras et ses jambes - comme si elle lui appartenait à tout jamais toute entière et qu’il devait la protéger, un peu dans un style comme ça. Il en profita pour enfouir son visage dans le creux de son cou, déposant quelques baisers au passage sur sa peau. Il n’aurait aucun mal à admettre qu’il était bien là, Damon. Ce n’était pas de cette façon là qu’il aurait pensé un jour se réveiller, mais il appréciait ce qui s’offrait à lui en cet instant. « Buongiorno, mia bella. » Qu’il murmura du bout des lèvres, doucement pour la tirer complètement des songes en douceur, laissant l'accent italien ressorti et trainer un instant supplémentaire pour faire chanter ses paroles plus que d'ordinaire.



:rainbow::
Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Hu5cwsy ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Il se sont fiancés, puis rencontrés. Ils se sont mariés le 20.11.21, et n'ont consommé leur mariage qu'un an après. Elle ne sait pas exactement où ils vont, mais elle fonce tête baissée : avec Damon, ils ont toujours fait les choses à l'envers.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon et Bowie, le chien trop amical et affectueux pour protéger qui que ce soit.
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 9m5v
POSTS : 3810 POINTS : 30

TW IN RP : Négligence et retrait de l'enfant par les services sociaux / enfance dans le système, objectification de la femme, dépendance affective, mentions d'agression physique, deuil.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(07) maisie (2019)aiden #2 (2020)murphy #6damon #22shiloh #9jo #8damon #23

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Febe7ca1b8f5b305eb8d0e9c29795d47a77377e8
cosigan #22 & #23 ☆ You made me cry, I won't deny that. Yes, we lied and told our friends that we were fine and played pretend but I'm so scared of being alone and you're the only one that feels like home. I'm just a mess, now I'm just a mess, and you're just the person that changed my life. ☽ 1234567891011121314151617181920212223

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5e60c44207aec5db95e9f504a220603393a98b7d
joseegan #8 ☆ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 83f02f83aa9d35b507dd02a8ee0fda999bdcd417
misfits #6 ☆ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5ca9b049e80c8d43756d6af5a76457d91c094c1f
meloh #9 ☆ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #2 ☆ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs EN ATTENTE :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan (scénario libre) ☆ Sweet like a flower at the beginning, but nothing is ever the way that it seems. Soon as I'm done, I just get up and leave. I swear I don't do it intentionally, I can't help it. A little selfish. You'll be screaming out my name, cursing me for getting oh so close. Didn't mean to cause no pain, but it's just out of my control.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : me/stairsjumper (avatar), harley (crackships) panda gif (gifs signature)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga) & Midas Sterling (Dacre Montgomery)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptyDim 18 Déc 2022 - 21:45




been hurting low from living high for so long
Megan Williams & @Damon Williams (cosigan #20) been hurting low from living high for so long 873483867

Je n’ai pas besoin de baisser mon regard pour comprendre que le désir que je ressens pour Damon est partagé, je n’ai pas besoin de tendre l’oreille non plus puisque notre peau à peau me permet de sentir son cœur battre contre ma poitrine. J’ignore comment Damon imagine la suite de notre séjour, j’ignore comment il imagine la suite tout court - ou s’il y a simplement réfléchi ou si, au contraire, il se laisse porter - mais ça aura de l’importance plus tard, pas alors que tout se déroule mieux que je n’aurais été capable de l’imaginer, même si je m’étais autorisée à rêver à ce genre de situation entre l’Italien et moi. Mes paroles me semblent être une évidence - en existe-t-il encore des tas, des hommes qui couvrent réellement un lit et une chambre d’hôtel de pétales de rose avant de vous emmener dîner sur une plage privée à Bali ? - mais elles ont surtout vocation à lui donner un peu plus carte blanche, au cas où cela n’aurait pas été parfaitement clair pour Damon que je suis sur la même longueur d’onde que lui. Il n’y a finalement rien de surprenant au fait qu’il soit le premier à faire toutes ces choses pour moi - si j’avais ce genre de personne dans ma vie, me serais-je mariée pour tout un tas de raisons autres que l’amour - ce qui est surprenant, c’est qu’il ait eu envie de le faire pour moi. Mais je me laisse porter. Faire l’autruche a toujours été une seconde nature pour moi, et enfoncer la tête dans le sable n’a jamais été aussi agréable que ça l’est ce soir, alors que le bout de son nez chatouille la peau de mon cou et que ses lèvres ont le goût du sel contre les miennes. « Je vais être obligé de te montrer ça alors, quel dommage. » Je me mords les lèvres et j’étouffe ce faisant un sourire amusé. Mes yeux brillent, je ne peux et ne veux pas les en empêcher. C’est dommage, en effet, et si personne ne le pense vraiment je ne rétorque rien, préférant largement jouer à ce petit jeu - sans trop savoir s’il est dangereux ou pas. Ses lèvres glissent dans ma nuque et je ferme les yeux sans chercher à réprimer le frisson qui me parcourt la colonne vertébrale. « Tes désirs sont des ordres. » Je l’embrasse, mais il se détache pour faire une chose à laquelle je ne m’attendais pas : glisser une main sous mes genoux et l’autre dans mon dos pour me soulever du sol. Si progresser en ayant de l’eau jusqu’à la taille n’est pas facile dans un premier temps - je ris en cachant mon visage dans le cou de l’Italien - il avale les quelques mètres qui séparent la plage de la terrasse et de la chambre en quelques secondes. Quelques secondes pendant lesquelles j’embrasse chaque centimètre de peau que j’arrive à atteindre : principalement la naissance de son cou, et son torse.

Lorsqu’il me dépose sur le lit et attrape ma main, je retiens ma respiration. Je ne comprends pas son geste, pas tout de suite, mais je me tais, mon regard suivant avec attention chacun de ses gestes, lorsque ses doigts font glisser les bagues de mon annulaire pour les poser sur la table basse avec douceur, puis lorsqu’il reproduit ce geste sur sa propre main. Je me demande s’il s’en libère, de nos alliances. Puis je me rappelle que je lui ai plusieurs fois confié souffrir du sentiment d’être une paire de menottes à ses poignets, d’une responsabilité et d’une obligation à ses yeux et je comprends au même moment que je fiche mon regard dans le sien. Il fait en sorte de m’ôter ce doute - ou obsession selon les jours - de l’esprit. Et il le fait avec application, puisque alors que je m’attends à ce qu’il fonde sur mes lèvres, il prend tout son temps pour embrasser ma jambe, ma cuisse, puis les zones les plus sensibles de ma peau, en garçon bien plus habitué à donner qu’à recevoir. Lorsqu’il s’agit de relations charnelles, nous sommes au moins égaux à ce niveau. On m’a habituée à devoir me mettre en quatre pour plaire. On m’a fait entrer dans la tête - ou j’ai fait rentrer dans ma propre tête, je ne sais pas - la certitude que je dois me plier en quatre pour plaire, que je dois être exactement tout ce que mon partenaire attend que je sois. Mais je m’abandonne à Damon, à ses caresses, à ses baisers et, un peu plus tard, à un corps à corps bien plus effréné.

***

« Buongiorno, mia bella. » J’ai senti les mains de Damon s’enrouler autour de ma taille, coincée quelque part entre un sommeil superficiel et l’éveil. J’ai senti ses jambes s’enrouler autour des miennes et son souffle caresser ma nuque, avant de sentir ses lèvres chatouiller ma peau de la plus agréable des caresses. J’ai même plié un bras pour caresser sa joue du bout des doigts, mais je n’ai ouvert les yeux que lorsqu’il a glissé ces quelques mots d’Italien à mon oreille. Un sourire étire mes lèvres - j’ai toujours l’impression que j’ai rêvé cette nuit - et me tortillant pour me tourner entre ses bras sans pour autant décoller ma peau de la sienne, j’y parviens et noue à nouveau nos jambes avant de déposer un baiser sur ses lèvres. « Tu m’as pas rendue bilingue… » Loin de là même, il ne m’a inculqué avant notre mariage et notre lune de miel que les bases de la langue pour pouvoir saluer ses proches puis des inconnus avec politesse. « Mais je suis presque certaine d’avoir compris ce que tu viens de dire. » Mon nez chatouille le sien alors que je m’exprime en gardant une étroite distance entre nos deux visages.

Si Damon avait été un autre, mon manque de confiance en moi serait ressorti et je lui aurais dit ce que j’ai dit à des nombreux hommes de passage dans ma vie : ”si tu veux te rhabiller et partir, je ne le prendrais pas mal” ou encore ”si tu ne compte pas me rappeler, ne me demande pas mon numéro de téléphone, tu n’as pas besoin de faire semblant.”. A trop avoir l’habitude d’avoir à faire à des profiteurs ou des goujats, j’ai baissé mes attentes. J’ai décidé que personne ne pouvait me blesser si j’étais la première à mettre des distances. Sauf que je suis incapable de dire ces mots à Damon : s’il venait à me dire que ce n’était que l’histoire d’une fois, par sens du devoir ou pour voir ce que ça fait, il me briserait réellement le coeur. La déclaration me ferait l’effet d’une gifle. Alors, je tente d’ignorer mon cœur qui bat la chamade un peu moins à cause du désir et un peu plus à cause de l’angoisse. Je décolle un pétale de fleur collé derrière sa nuque, puis deux autres sur son bras en riant. « Damon, il faut que je te pose une question. » Pas de longue discussion au réveil, c’est promis. Rien qui ne puisse le repousser, je le pense et l’espère. « C’était pas que de l’empathie ou de la pitié à cause de… » De la mort de ma mère, mais je ne termine pas ma phrase, puisqu’elle est peu excitante. « Et si tu n’as pas envie de répondre, tu peux juste me dire ce que tu veux que je commande à manger au room service. » J’ignore l’heure qu’il est, mais dans un endroit comme celui-ci, je suppose que l’on peut demander exactement ce que l’on veut à l’heure à laquelle on le veut. « Par exemple, des pancakes et des fruits pour non et des œufs si la réponse est oui. » S’il souhaite s’éviter - et nous éviter - un moment désagréable et gênant, si d’aventure il s’agissait de la seconde option. Avec une timidité qui ne me ressemble pas, mais qui témoigne de longs mois à ne pas savoir si quels pieds danser avec lui, j’ajoute avant qu’il n’ait le temps de répondre. « Moi, j’ai aimé chaque instant. » Je glisse ma tête dans son cou, m’autorisant à embrasser la naissance de sa mâchoire, m’autorisant même à caresser son flanc du bout des doigts, puis le bas de ses reins. « Ou tu m’embrasses, je me tais et j’oublie ma question. » Et je remettrai aussi mon alliance, parce que mon doigt me semble étrangement vide, sans. Et parce que si j’ai compris et été touchée par la symbolique derrière son geste, je n’ai pas envie que tout ce qu’elle représente signifie un tabou et soit à proscrire à chaque fois que nous voudront à nouveau nous embrasser et nous caresser.





(cosigan #20) been hurting low from living high for so long A44L8rk
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long VsgJxpQ
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long QIDiPqb
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Fqo0cUp
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long LKqJkYj
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Damon Williams
Damon Williams
les illusions perdues
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long IAeu3cF ÂGE : "i don't know about you, but i'm feeling" (04.07).
SURNOM : le petit cappuccino frappé, a.k.a 'pleurnichard' (Saül, 2021).
STATUT : on lui a promis que ça rapporterait aussi trois bonheurs que ce soit un mariage forcé plutôt qu'un mariage d'amour, alors il a passé la bague au doigt de megan en novembre 2021.
MÉTIER : continue ses études en sciences politiques en parallèle de son apprentissage à la michael hills, mais avec de moins en moins d'envie et d'entrain.
LOGEMENT : #61 st paul's terrace (spring hill), là où la vue devient imprenable sur la ville la nuit tombée. là également où les masques tombent et où megan et lui n'ont plus besoin de jouer au petit couple parfait.
never be so polite, you forget your power (never wield such power, you forget to be polite)
POSTS : 5781 POINTS : 70

TW IN RP : violences (physiques et verbales), abus émotionnel.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : né cosimo, se faisant appeler damon depuis plus de cinq ans désormais › les liens du sang, c'est toujours compliqué, mais dans sa famille ça l'est d'autant plus. en effet, son père est son oncle et son oncle son père (bon courage pour suivre) › étudiant prêté de la colombia university à la queensland university depuis janvier 2020 › parle couramment l'anglais et l'italien.
CODE COULEUR : navy.
RPs EN COURS :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long DcVdfvo
sait compter deux par deux et lacer ses chaussures.

NaNoWriMo 2021
NaNoWriMo 2022

(cinq) - present: auden #6maisiemegan #17megan #18wyatt

RPs EN ATTENTE : ambrose #3 › jo #2 › juliet #2 › papa auden le best
RPs TERMINÉS :
ambroseambrose #2angus › angus #2 › angus #3angus #4 › angus #5auden › auden #2 › auden #3auden #4auden #5auden (sld)charlie › charlie #2charlie #3charlie #4juliet › jomeganmegan #2megan #3megan #4 › megan #5megan #6megan #7megan #8megan #9megan #10megan #11megan #12megan #13megan #14megan #15megan #16murphy (sld)raelyn (sld)raelyn #2 (sld)saül › saül #2 › saül #3saül #4saül #5 › saül #6saül #7saül #8saül #9la famigliala famiglia #2mariage léoliewitchcraftdouble troublehappy birthdeadwhat the folkscall me by your nameanniversaire megansweet and sour dinerdameolyn (sld)

chronologie des sujets à jour (lolz) dans ma fiche de liens.

evermore:


what did the buffalo say to his son when he left for college ?:


AVATAR : rudy pankow.
CRÉDITS : harley (avatar), RENEGADE (signature icons), nobodys (gif), loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › malone constantine, le poids des regrets (ft. jack lowden) › ruben hartfield, la main de midas (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. haley lu richardson).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 01/11/2020
https://www.30yearsstillyoung.com/t34617-take-me-to-the-lakes-where-all-the-poets-went-to-die-damon https://www.30yearsstillyoung.com/t31212-whatever-helps-you-sleep-at-night https://www.30yearsstillyoung.com/t34908-damon-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t48007-damon-williams

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptyJeu 29 Déc 2022 - 2:40




been hurting low from living high for so long
@megan williams
gif: harley


Megan ne mit qu’un instant pour faire demi-tour dans ses bras afin de se trouver face à lui désormais. Le sourire qu’elle avait aux lèvres était contagieux - il n’y avait qu’à voir la façon dont un similaire se dessinait sur les lèvres de Damon. Sans broncher d’aucune façon, il accepta avec plaisir le baiser qu’elle lui donna par la suite. « Tu m’as pas rendue bilingue… Mais je suis presque certaine d’avoir compris ce que tu viens de dire. » Alors que le nez de la jeune femme glissait contre le sien, un petit rire s’échappa d’entre ses lèvres. Il déposa un baiser chaste sur celles de sa femme l’instant d’après. « Ca veut dire bonjour ma belle. Et un jour tu serais bilingue, tu verras. » Ce n’était pas difficile, d’apprendre l’italien, et c’était en réalité une première nature pour Damon, pour Cosimo. L’anglais n’était arrivé qu’en seconde position dans sa vie, le chant latin dominant le classement depuis ses premiers mots. Alors, si un jour Megan en arrivait à parler italien également, cela ne serait pas quelque-chose qu’il refuserait sous son toit - bien au contraire, il serait même plus qu’heureux d’encourager un tel comportement à atteindre une telle finalité.

Cependant, les cours de langue étrangère ne prendraient pas cette définition là pour le moment, et se dirigeaient même vers un terrain où Damon n’était pas sur de vouloir y glisser. « Damon, il faut que je te pose une question. » Peut-être que c’était imperceptible, mais ses sources se froncèrent un brin aux mots de la jeune femme. Il savait qu’il avait promis qu’ils discuteraient et tout ça - mais il ne pensait pas que cela se ferait au saut du lit de la sorte. Un café peut-être avant ? « C’était pas que de l’empathie ou de la pitié à cause de… » Demi-tour dans ce qu’il pensait être en train de s’établir autour d’eux: elle ne se dirigeait pas du tout vers le terrain qui commençait à se dessiner sous ses yeux et ce n’était pas pour déplaire au jeune homme. Oh, il savait que la question de la jeune femme était importante pour elle, rien que le fait qu’elle n’ose la terminer en disait long. Mais disons que dans cette direction là, il savait se diriger sans trop de soucis. « Et si tu n’as pas envie de répondre, tu peux juste me dire ce que tu veux que je commande à manger au room service. Par exemple, des pancakes et des fruits pour non et des œufs si la réponse est oui. » Ce fut un fin sourire, surtout attristé par la tournure qu’elle donnait à sa question là où il n’y en avait pas du tout besoin, qui apparaissait désormais sur les lèvres de l’italien. Il pouvait ressentir une certaine nervosité, peut-être une certaine gêne qui savait, dans les mots qu’elle lui adressait; et puis il y avait qu’à voir la façon dont elle enchainait ses phrases sans lui laisser l’occasion de répondre pour le moment pour comprendre qu’elle n’était pas à l’aise là où elle s’aventurait. Oh, Megan, que t’ont fait les autres avant moi. « Moi, j’ai aimé chaque instant. » Ses baisers glissaient le long de la mâchoire de Damon, là où ses doigts en faisaient de même le long de sa peau du flanc. « Ou tu m’embrasses, je me tais et j’oublie ma question. » Récupérant l’une de ses mains pour glisser un doigt sous le menton de sa femme, afin de remonter son regard dans le sien, il allait effectivement commencer par ça: par l’embrasser. Un baiser appuyé, qui ne laissait pas le doute quant au sens de ce dernier - il n’était en aucun cas là pour apaiser le moindre esprit, mais il pouvait servir pour dissiper le moindre doute. « C’est pas de la pitié, non. » Elle n’avait pas terminé sa phrase lorsqu’elle s’était lancée dans cette question qui n’en était pas vraiment une en réalité, il ne le ferait pas également. Ils n’avaient pas besoin de nommer la raison, ils la connaissaient tous les deux. « J’en avais envie Megan. » Glissant à son tour ses doigts le long de l’épiderme de Megan jusqu’à arriver à hauteur de sa cuisse, passant le long de ses côtes et de sa hanche, il agrippa délicatement le muscle du haut la jambe avant de la remonter le long de la sienne, de rapprocher la jeune femme de lui. De presser gentiment son corps un peu plus contre le sien. « J’en ai, envie. » Au présent, pas qu’au passé. « J’ai aimé chaque instant aussi. Je veux pas que tu aies de doute sur ça. » Il acta ses paroles d’un baiser sur ses lèvres, d’un autre à la commissure de ces dernières, alors qu’un fin sourire amusé se glisser côté italien. « On peut commander au room service quand même si tu veux. Et aller profiter de la piscine, de la mer, du sable… » Un baiser le long de sa mâchoire, un autre à la naissance de son cou. « … ou on peut rester dans ce lit un peu plus longtemps et je peux te montrer que c’était en aucun cas de l’empathie ou de la pitié. » Il remonta un instant son regard dans celui de sa femme; l’étincelle dans ce dernier était sans équivoque quand à la véracité de ses propos. Finalement, peut-être que l’idée de profiter un peu plus qu’une simple soirée de ce semblant de calme ne leur ferait pas de mal - en tous cas, cela avait fait du bien, durant la nuit, de se trouver ainsi rien que tous les deux.



:rainbow::
Revenir en haut Aller en bas
Megan Williams
Megan Williams
Le plus doux des poisons
Le plus doux des poisons
Voir le profil de l'utilisateur
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Hu5cwsy ÂGE : 24 ans (28.03.98) - bélier ascendant taureau
SURNOM : Meg généralement, "Barbie les emmerdes" pour Joséphine.
STATUT : Il se sont fiancés, puis rencontrés. Ils se sont mariés le 20.11.21, et n'ont consommé leur mariage qu'un an après. Elle ne sait pas exactement où ils vont, mais elle fonce tête baissée : avec Damon, ils ont toujours fait les choses à l'envers.
MÉTIER : Jouer les égéries pour Michael Hills, la marque de beau-papa, lui a ouvert les portes de la noriété éphémère. Grisée par son nombre de followers qui augmente à toute vitesse, elle en profite tant qu'elle le peut, oubliant au passage que ce n'est pas d'être devant l'objectif qui l'anime. Ancienne paparazzi, modèle photo débutante et wannabe influenceuse.
LOGEMENT : #61 St Paul's Terrace, à Spring Hill, avec Damon et Bowie, le chien trop amical et affectueux pour protéger qui que ce soit.
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 9m5v
POSTS : 3810 POINTS : 30

TW IN RP : Négligence et retrait de l'enfant par les services sociaux / enfance dans le système, objectification de la femme, dépendance affective, mentions d'agression physique, deuil.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : véritablement obsédée par l'idée de s'élever dans l'échelle sociale, elle s'y emploie sans penser aux dommages collatéraux › forte, passionnée, impatiente et déterminée, Megan est courageuse et têtue jusqu'à l'épuisement › balottée entre une mère toxicomane et alcoolique et plus de familles d'accueil qu'elle ne veut les compter, elle ne parle de son enfance à personne › spécialiste des fausses bonnes idées, Megan agit avant et réfléchit après › elle a un grand coeur, pourtant elle n'hésite pas à laisser derrière elle ceux qui deviennent pour elle des "poids morts"
RPs EN COURS :
― megan's theme ―

(07) maisie (2019)aiden #2 (2020)murphy #6damon #22shiloh #9jo #8damon #23

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Febe7ca1b8f5b305eb8d0e9c29795d47a77377e8
cosigan #22 & #23 ☆ You made me cry, I won't deny that. Yes, we lied and told our friends that we were fine and played pretend but I'm so scared of being alone and you're the only one that feels like home. I'm just a mess, now I'm just a mess, and you're just the person that changed my life. ☽ 1234567891011121314151617181920212223

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5e60c44207aec5db95e9f504a220603393a98b7d
joseegan #8 ☆ Sometimes, baby, I'm so carefree, with a joy that's hard to hide. And then, sometimes, again it seems that all I have is worry, and then, you're bound to see my other side. But I'm just a soul whose intentions are good. Oh Lord, please don't let me be misunderstood.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 83f02f83aa9d35b507dd02a8ee0fda999bdcd417
misfits #6 ☆ Are you a stranger ? But you seem so familiar, it's hard to explain. And maybe I'm broken, but my arms are wide open for you. And you'll never know it, but you're just like me. Now you can't deny the times you lied and cried, you missed your mother. And I know, the story goes, you say you really tried, you didn't try at all. So now you hate the world, it hates you back is your excuse to fall.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 5ca9b049e80c8d43756d6af5a76457d91c094c1f
meloh #9 ☆ You have my heart, and we'll never be worlds apart. When the sun shines, we'll shine together. Told you I'll be here forever, said I'll always be your friend, took an oath, I'ma stick it out 'til the end. These fancy things will never come in between, you're part of my entity, here for infinity.

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long 8cfeb39614d4b7948b153340e7201903ce8a763d
aiden #2 ☆ Now I'm worried for my soul, and I'm still scared of growin' old. You were good to me. And I'm so used to letting go, but I don't wanna be alone. Still, no matter where I go, at the end of every road, you were good to me.

RPs EN ATTENTE :
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Dd8244143fdb9b9d4b9cc987e5aae6e227d55678
scogan (scénario libre) ☆ Sweet like a flower at the beginning, but nothing is ever the way that it seems. Soon as I'm done, I just get up and leave. I swear I don't do it intentionally, I can't help it. A little selfish. You'll be screaming out my name, cursing me for getting oh so close. Didn't mean to cause no pain, but it's just out of my control.

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens


POUR INFO :
dialogues en darkgoldenrod.
j'écris à la première personne du singulier et au présent.
+ crédits complets dans mon moodboard
AVATAR : Sydney Sweeney
CRÉDITS : me/stairsjumper (avatar), harley (crackships) panda gif (gifs signature)
DC : Raelyn Blackwell (ft. Lady Gaga) & Midas Sterling (Dacre Montgomery)
PSEUDO : stairsjumper
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/09/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t38701-megan-i-m-your-biggest-fan-i-ll-follow-you-until-you-love-me https://www.30yearsstillyoung.com/t45663- https://www.30yearsstillyoung.com/t38732-megan-monroe https://www.30yearsstillyoung.com/t38735-megan-monroe

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long EmptyVen 30 Déc 2022 - 16:17




been hurting low from living high for so long
Megan Williams & @Damon Williams (cosigan #20) been hurting low from living high for so long 873483867

Damon commence par m’embrasser mais, puisque je lui ai trouvé une infinité de portes de sortie - la faute à ma peur panique d’être rejetée - j’ignore s’il le fait pour emprunter l’une d’elle ou si c’est simplement ce que la proximité de mes lèvres lui inspire, s’il agit par envie ou pour me faire taire, en somme. Heureusement pour mon coeur - il est à nu, les protections que j’érige habituellement brillent de par leur absence - il me rassure dès que nos lèvres se séparent. « C’est pas de la pitié, non. » Je pousse un soupir de soulagement, ferme même les yeux quelques secondes, avant de les rouvrir. « Tu comprends pourquoi j’avais besoin de demander ça, hein ? » Parce que ma mère est morte, parce que je suis une épave depuis et que je sais à quel point cela doit-être dur à vivre, pour le garçon sensible et empathique qu’il est. « J’en avais envie Megan. » Je hoche la tête, j’accepte son explication sans la remettre en doute une seule seconde puisque j’ai espéré qu’elle soit vrai, que ce soit celle-ci qu’il m’offre. Et maintenant, de quoi as-tu envie Damon ? Ses doigts glissent le long de mon flanc, s’attardent sur ma hanche mais s’accrochent finalement à ma cuisse, pour m’attirer un peu plus contre lui. Il en a envie, il en a toujours envie, je ne suis pas toujours certaine de savoir lire le cœur des hommes, mais je ne pense pas me tromper, cette fois. Puisqu’il m’y autorise, puisqu’il m’encourage, je glisse ma jambe derrière son genou, pour la coincer entre les deux siennes et ne plus le lâcher. Je n’ai pas été mal à l’aise à l’idée d’être nue face à lui hier soir, à l’idée d’être avec lui, je ne suis pas plus mal à l’aise ce matin. Mon corps est de toute façon l’une des rares choses qui n’est pas source de complexe« J’en ai, envie. J’ai aimé chaque instant aussi. Je veux pas que tu aies de doute sur ça. » Il m’embrasse à nouveau et j’accepte que c’est la vérité, je me surprends à rêver au fait que, pour une fois, tout puisse bien se passer, que le vent tourne enfin en ma faveur. « J’en ai pas. » Je n’en ai plus. Ses lèvres déposent un chaste baiser sur les miennes qui esquisse un sourire en miroir au sien. Si je n’ai plus de doute, c’est surement parce que son corps se réveille et qu’il ne peut cacher l’effet que lui fait le mien. De toute évidence, je n’ambitionne plus qu’à faire ce que je sais faire de mieux : faire en sorte qu’il n’envisage plus possible de se passer de ça, de moi. Les discussions attendront, je suis douée pour faire l’autruche.
 
« On peut commander au room service quand même si tu veux. Et aller profiter de la piscine, de la mer, du sable… » - « Hum. » Je n’aspire de toute évidence pas forcément à un tel planning. La plage est magnifique, s’il est à l’image du dîner d’hier soir le petit déjeuner sera délicieux, mais les draps - bras - dans lesquels je suis sont bien plus agréables. « … ou on peut rester dans ce lit un peu plus longtemps et je peux te montrer que c’était en aucun cas de l’empathie ou de la pitié. » Voyant qu’il partage mes pensées et envies - ou en tout cas qu’il les a devinées, je lui adresse un sourire encore plus grand.  Mutine, je porte un doigt à ma bouche en prétendant que j’imagine qu’il cachera mon sourire et la lueur de désir dans mes yeux. « Je n’ai pas très faim. » Que je finis par déclarer, lui adressant une moue délicieusement espiègle. « L’île n’est pas bien grande, une demie journée de plus ou de moins pour en faire le tour, est-ce que ça change vraiment quelque chose ? » La plage n’aura pas bougé d’ici quelques heures. Moi, j’ai attendu longtemps qu’il baisse sa garde, j’ambitionne d’en profiter. Alors je me presse un peu plus contre lui et j’appuie ma main contre sa hanche pour le repousser contre le matelas, de sorte à pouvoir m’installer sur - et contre - lui.  

RP terminé (cosigan #20) been hurting low from living high for so long 1949770018




(cosigan #20) been hurting low from living high for so long A44L8rk
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long VsgJxpQ
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long QIDiPqb
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Fqo0cUp
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long LKqJkYj
(cosigan #20) been hurting low from living high for so long YwJSohR
:l::

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty
Message(#) Sujet: Re: (cosigan #20) been hurting low from living high for so long (cosigan #20) been hurting low from living high for so long Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(cosigan #20) been hurting low from living high for so long

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
écrire son histoire.
 :: nouer des contacts :: mémoire du passé
-