AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le deal à ne pas rater :
Booster et display anglais One Piece OP-02 Paramount War : où les ...
Voir le deal

 (cassidy) get in your places

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alfie Maslow
Alfie Maslow
le jardin du vice
le jardin du vice
(cassidy) get in your places MTtf4TM ÂGE : trente-huit ans (01.11).
SURNOM : alfie en est déjà un.
STATUT : célibataire, qui se rêve de retour aux côtés d'une ex qui ne veut plus de lui.
MÉTIER : anthropologue de formation ; consultant à l’occasion. actuellement en pause : détruire sa vie est une occupation à plein temps.
LOGEMENT : une maison parfaite à logan city. il met donc beaucoup d’énergie à contrebalancer tout ça en pissant sur les bégonias de la voisine de droite et en étant l’amant de celui de gauche.
gif @asdarknessdescends
POSTS : 2624 POINTS : 360

TW IN RP : drogues, ptsd, alcool, personnalité toxique, violence, langage grossier, religion, autodestruction.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, le vrai (anthropologue de terrain) ≈ se déplace en skate ou vélo ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ impulsif, borderline, toxique, tout est un jeu pour lui ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis trois ans, il rêve de fuir à nouveau ≈ deux agressions en deux ans et un ptsd qui prend de plus en plus de place au quotidien ≈ addict, a replongé début 2021.
CODE COULEUR : Quand Alfie n'est pas trop occupé à prendre des golden shower (merci maze), son arrogance s'exprime en darkseagreen.
RPs EN COURS : (cassidy) get in your places Ezgif-3-8c97fd1bd3
#4 (fb) & #5 ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

(cassidy) get in your places Tumblr_inline_phvgkojOCG1rvmmrv_540
anabel ⊹ no matter how big and bad you are, when a six year old hands you a toy phone, you answer it.

(cassidy) get in your places Tumblr_nu0nk6iN5z1sognhno5_r2_250
aleph #6 (fb) ⊹ i know i'll be alright, but i'm not tonight, i'll be lying awake counting all the mistakes i've made, replaying fights. i know i'll be alright, but i'm not tonight, i lost a friend.

(cassidy) get in your places Tumblr_nwoy2qOjJq1qc354ro8_r2_250
alfly 15 ⊹ y'know, i always try to settle you when i'm away 'cause we struggle sometimes, if it means that we get through.

(08/06)gretahaydencassidyophelia
RPs EN ATTENTE : chad #1 › ophelia #2 (mariage)
RPs TERMINÉS : lily & joseph (ua)joseph #5 (1994)lily (1998)lily #3 (2001)harvey #3 (2001) lily #6 (2009)lily #10lily #13ariane #2 (2010) norah #2 (2015)halsey(2012)stephen #1 (2017)evaariane #1 (& jules)leonardojoeyjules #1joseph & julesnorah #1tad #1harvey #1tad #2hassanharvey #2kanejules #2jules, leah & stephen jules #3joseph #2anwarjules #4alex #1dimitri joseph #3leah #1emmanorah #3elwynjules #5diana #1lily #2joseph #4lily #4norah #4jules #6edward #1nathanaeljules #7norah #5lily #7lily #8maze #1lily #9juliet #1juliet #2lily #11juliet #3lily #12 & joseph #7lily #13

(abandonnés)
romy (au)james (1994)calie (2006)nadia eleonoralily stephen #2leah eirlystad #3leah #2tad #4alexandra #2jacob tommy (ua)yara
AVATAR : brandon flowers.
CRÉDITS : (ava) @azarnaah (gifs) @emmaofrph, @pressure-machine, @dreamlonelywolf, @odairannies, @bluesartgent (ub) @loonywaltz.
DC : finnley coverdale, kieran halstead & maisie moriarty.
PSEUDO : leave.
INSCRIT LE : 01/02/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light https://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it https://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow https://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

(cassidy) get in your places Empty
Message(#) Sujet: (cassidy) get in your places (cassidy) get in your places EmptyDim 11 Déc - 21:53



@CASSIDY LOWELL & ALFIE MASLOW ⊹⊹⊹ throw on your dress and put on your doll faces, everyone thinks that we're perfect. please don't let them look through the curtains, picture, picture, smile for the picture.(c) pressure-machine&jaifkncourtney.  

Du fin fond de sa forêt amazonienne dans laquelle il a fait le choix d’aller se perdre, Stephen a plutôt intérêt à être en état de décomposition avancée pour justifier de ne pas être revenu s’occuper de sa fille, Anabel, après les trois mois d’absence durant lesquels il a missionné Alfie de s’occuper de sa filleule. Les trois mois sont en train d’en devenir le double et si Alfie a encore la garde de l’enfant, ce n’est qu’une question de temps avant que la tâche ne devienne une épine dans un quotidien qui se voulait bien plus libre avant qu’il n’ait la gamine sous sa responsabilité. N’allez pas croire qu’il a quelque chose contre elle, non, s’il devait définir du destinataire de sa colère, c’est bien Stephen et personne d’autre. Anabel n’y peut rien si la vie a décidé de s’acharner sur elle en lui enlevant sa mère et en lui collant un père irresponsable. Et si Alfie n’a jamais vraiment cru à toutes ces conneries de « destin » il doit bien admettre que concernant Anabel, il tend à croire que celui-ci est un connard qui doit revoir ses priorités. La gamine a encaissé bien plus que quiconque et à seulement sept ans, elle affiche une maturité qui ne devrait pas être la sienne. Et c’est parce qu’il perçoit ses efforts pour être agréable et pas incommandante qu’Alfie remplit toujours ce devoir qu’il n’aurait jamais pensé être le sien. Il n’a jamais voulu d’enfants ; il l’a même assuré à sa copine, Juliet, avant de lui imposer la présence d’Anabel dans leur vie. Mais la situation est différente, qu’il aime à croire. Que les liens du sang l’obligent à prendre en charge la gamine, autant que l’obligation que lui a gentiment collé Stephen sans réellement lui demander son avis. Et s’il se raccrochait à l’idée de pouvoir confier Anabel à la charge de son père dès le retour de celui-ci, le mutisme dont il fait désormais preuve l’oblige à reconsidérer cette perspective. Et s’il ne revenait pas ? Et si Alfie devait accepter ce rôle plus que les six mois prévus ? Et si Anabel finissait par devenir cet enfant dont il n’a jamais voulu ? Il sait que Jules sera comblé ; quant à lui, malgré tout l’amour qu’il porte à sa filleule, il n’est pas sûr que la gamine saurait le faire changer d’avis. En ce sens, il a été admiratif de la décision de Stephen là où d’autres se sont empressés de le condamner. On ne laisse pas sa propre chair derrière soi pour courir le monde sous prétexte d’avoir vécu des événements difficiles. Stephen l’a pourtant fait, se fichant pas mal des jugements qu’il lui serait offert. Pour autant, Alfie espère toujours que celui-ci a été dévoré par une bête sauvage pour avoir une bonne raison de ne pas donner signe de vie. Il est inquiet pour la sécurité de ce dernier, bien sûr, mais il est surtout inquiet de l’avenir que ça lui réserve à lui.

Alors oui, aujourd’hui qu’il goûte à la vie qui pourrait être la sienne si cette responsabilité s’éternise, la colère a remplacé l’admiration. Anabel a bien essayé de mettre les formes en lui présentant la chose ; mais aucun récit ne serait suffisamment représentatif de la réalité qu’il vit à cet instant. La kermesse de l’école est probablement ce qui se rapproche le plus d’un avant-goût de l’enfer et Alfie ne peut que le constater depuis qu’il a mis les pieds dans ce gymnase. Ça hurle, ça crie, ça pleurniche du côté des enfants, ça se prend dans les bras, ça se compare et ça se congratule du côté des adultes. Et lui, au milieu de tout ça, se demande quels sont exactement les choix de vie l’ayant amené à s’infliger ça. Parce que chaque « parent » se devait de contribuer à l’effort collectif, Alfie s’est prêté à la tradition. Mais à sa manière, évidemment, puisqu’il serait utopique de l’imaginer suivre les règles, d’autant plus pour quelque chose qu’il exècre autant. Anabel lui a demandé de ne pas « faire exprès » quand il envisageait d’acheter des gâteaux industriels bourrés de composants cancérigènes, ainsi s’est-il résolu à (littéralement) mettre la main à la pâte. Il a confectionné une bonne trentaine de cookies croquants aux criquets (découpés en petits morceaux au préalable puisque tant qu’à être dans les apparences et la tromperie au milieu de cette bande de faux-culs, il respecte le règlement) dont il se garde bien de partager l’ingrédient mystère.

Arrivés sur le stand qu’il est supposé tenir durant les prochaines heures, il réalise très vite que celles-ci vont être interminables. Il ne dissimule pas plus le soupir qui est le sien quand il s’approche de Cassidy, puisqu’il s’agit d’elle, qui semble s’assurer d’une parfaite symétrie entre les diverses gourmandises à vendre pour en faire un stand accueillant. Lui, il se contente de pousser sans délicatesse un plateau de brownies pour y déposer son plat, non sans se servir d’un biscuit aux amandes dans le plat d’à côté. « Je crois pas que la Reine ait prévu de passer, hein. » Qu’il juge en voyant les gâteaux à décor qui seront massacrés en quelques secondes alors qu’ils ont nécessité, visiblement, des heures de travail. Un principe qu’il ne comprend pas, autant que celui qui entoure les deux mères du stand d’à côté qu’il juge du regard alors qu’elles se lancent dans un combat acharné pour comparer les notes de leurs progénitures. Alfie mime un reflux gastrique qui lui donne envie de vomir, avant que son regard ne se porte sur l’un des deux enfants en question (s’il en croit le prénom entendu dans la conversation et celui soudainement hurlé par une institutrice), en train de paniquer après s’être mis le sac de jute sur la tête au lieu de sauter dans celui-ci pour la course qu’il va évidemment perdre, maintenant qu’il est à la traîne. « C’est vraiment un génie ou c’est votre manière de vous rassurer sur ses capacités ? » Il se permet à l’égard de la femme non loin de lui, attirant son attention sur la scène qu’elle n’a même pas remarquée, trop occupée à vanter les mérites de son fiston. « Oh, fais pas genre, tu penses la même chose. » Qu’il adresse à Cassidy quand il reporte son attention sur elle. La seule différence, c’est que lui n’a pas peur de le dire.
Revenir en haut Aller en bas
Cassidy Lowell
Cassidy Lowell
le virage sentimental
le virage sentimental
ÂGE : 37 ans (02.06.1985)
SURNOM : cass, cassie
STATUT : mariée & maman de 2 enfants - elle n'a connu qu'un seul homme dans sa vie et a épousé son meilleur ami d'enfance
MÉTIER : inspectrice à la brigade des homicides
LOGEMENT : #527 daisy hill road, Logan City
® jaifkncourtney
POSTS : 306 POINTS : 45

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : ◊ elle est de bonne humeur dès le matin ◊ seule fille d’une fratrie nombreuse, elle a appris à se faire une place en jouant des coudes ◊ elle pratique la course à pied, la boxe et le volleyball ◊ elle est devenue très proche de sa partenaire, sans le savoir elle est en train de tomber amoureuse ◊ elle adore la nature et les grands espaces ◊ elle a deux chiens ◊ workaholic ◊ elle sait parler Gaeilge ◊ elle adore les road trips et pourrait conduire pendant des heures ◊ elle est une excellente cuisinière ◊ elle est très proche de ses frères restés en Irlande, malgré le décalage horaires ◊
AVATAR : Maggie Grace
CRÉDITS : ® shinysnotra
DC : non
Femme (elle)
INSCRIT LE : 06/06/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t44806-do-one-thing-every-day-that-scares-you-cassidy https://www.30yearsstillyoung.com/t44837-what-if-we-could-risk-everything-we-have-and-just-let-our-walls-cave-in-cass#2274348

(cassidy) get in your places Empty
Message(#) Sujet: Re: (cassidy) get in your places (cassidy) get in your places EmptySam 14 Jan - 17:17


Il existe une expression qui dit qu’il n’existe pas de manière d’être une mère parfaite mais qu’il existe des millions de moyens d’être une bonne mère. Malheureusement pour Cassidy, sa propre mère n’avait jamais été du genre à croire au proverbes, et si la perfection n’était pas atteignable, elle l’avait manqué d’un cheveu. Mère au foyer dès la naissance de son premier bébé et jusqu’à l’entrée du lycée du petit dernier… près de vingt-cinq ans plus tard. Une vingtaine d’années dévouées entièrement à sa progéniture : pour les nourrir, les border, les cajoler, les conduire au stade, au gymnase, au cours de chant, de danse, de trompette, l’hôpital (trop souvent), les aider pour leurs devoirs, les guider et les aimer, tout simplement. Elle était présente chaque minute de chaque jour et, si parfois, à l’adolescence, avoir sa mère à la maison était un désavantage certain, elle était la première appelée en cas de problème – et, même au milieu de la nuit, elle sautait dans la voiture et allait négocier avec la police pour que son garçon ne passe pas la nuit en garde à vue ou elle traversait la moitié de la ville parce que l’amie qui devait ramener sa fille avait finalement trop bu et que le groupe s’était retrouvé coincé à côté de la discothèque. (Alors que Cassidy lui avait annoncé qu’elle allait dormir chez une copine. Soirée tranquille, avait-elle promis.) Mais tout cela reste un détail : l’important était que sa mère était le stéréotype de la mère parfaite. Pour elle, tout semblait simple et naturel et « tu verras Cassidy, quand tu auras tes enfants, tu comprendras » et… Cassidy a eu sa fille. Son adorable bébé, sa princesse, son petit cœur. Cassidy adore sa fille, plus que tout au monde. Mais, la maternité vécue par sa mère ne lui paraissait pas plus attirante même avec le bébé dans les bras. Était-elle une mauvaise mère de jalouser le retour au travail de son mari ?  De ne pas s’enthousiasmer sur les couches lavables (qui a eu cette idée absurde ?) ou de ne pas réussir à trouver du plaisir dans des nuits entrecoupées de cris et aucune interactions avec des adultes ? Lorsque Thomas, le sourire aux lèvres, lui avait affirmé que leurs finances tiendraient sur son salaire unique et qu’elle pouvait se permettre de prolonger son congé maternité, elle avait fondu en larmes (foutues hormones !) et ne lui avait pas adressé la parole jusqu’au lendemain. Elle ne pourrait pas supporter ne pas quitter la maison. Elle serait pas sa mère, elle n’en était simplement pas capable. La naissance de son fils (surprise !), moins d’un an après l’arrivée de leur fille était la goutte d’eau. Elle qui avait grandi dans une grande fratrie et qui rêvait, plus jeune, d’offrir la même chose à ses enfants, avait changé d’avis. C’est suffisant deux enfants, non ? Un de chacun, en plus, le choix du roi, parfait. Elle s’était fait posé un stérilet dès que possible après la naissance de son fils et était retourné au travail sans demander d’arrêt parental supplémentaire.

Alors, oui, elle ne serait jamais sa mère. Elle n’était pas présente à n’importe quelle sortie scolaire (elle n’était présente à aucune sortie scolaire) et elle ratait parfois un match de football ou un récital mais elle est une bonne mère pour ses enfants. Elle est présente, dès qu’elle le peut, et ils ont toujours la priorité à ses yeux. Malheureusement, l’attention et le temps qu’elle accorde à ses deux gamins ne semble pas être suffisant, selon certains commentaires d’autres mamans à l’école. Pourquoi se soucier des médisances d’autres femmes, me direz-vous ? Eh bien, parce que ces femmes, Cassidy devaient les croiser à l’école et pour chaque activité liée à l’école. Alors, au lieu de passer outre ses remarques désobligeantes, elle faisait de son mieux pour compenser son absence et de leur prouver qu’elle était une bonne mère. Pathétique, un peu. Mais si faire des gâteaux et tenir un stand parfait à la kermesse de l’école permettait d’éviter (un peu) de remontrances, elle saisissait l’opportunité. Elle est en train de mettre en place les gourmandises sur le stand, cherchant une harmonie entre les formes et les couleurs et une répartition permettant de pouvoir les voir facilement à une autre d’enfant quand son binôme de la journée arrive. « Je crois pas que la Reine ait prévu de passer, hein. » Alfie. « Oh non ! Elle ne vient plus ? Et moi qui ai passé la soirée à m’entraîner ! » réplique-t-elle après une révérence exagérée, avant de replacer légèrement le plateau de brownie qu’Alfie vient de déplacer. Sérieusement, il n’a pas vu qu’il y avait un peu d’organisation sur ce stand ? Bon, Alfie n’était peut-être pas le partenaire idéal s’il s’agissait de mettre en place un stand, mais il avait un peu de conversation. Et au moins, elle n’aura pas à passer la journée avec Nathalie à comparer les notes de leurs enfants (ils ne sont même pas dans la même classe ! Elle ne comprendra jamais cette femme). En parlant de Nathalie, la voilà dans son activité favorite, juste sur le stand à côté.

Au loin l’institutrice commence à crier quelque chose. La majorité des parents (des mères, soyons honnêtes) relève la tête. La première réaction est l’inquiétude : pourvu qu’il en soit rien arrivé à mon enfant, pourvu que ce ne soit pas le mien. La deuxième réaction, en voyant le gamin avec le sac en jute sur la tête est… quasi identique. Pourvu que ce ne soit pas le mien. La seule différence ? L’inquiétude se transforme en embarras. Après avoir identifié que l’enfant en question n’est pas le sien (ouf), elle se concentre à nouveau sur le stand, alors qu’Alfie tente une conversation avec les voisines.   « C’est vraiment un génie ou c’est votre manière de vous rassurer sur ses capacités ? » Cassidy ravale un rire. Elle ne doit pas être si discrète qu’elle ne le pense puisque que la remarque suivante lui ai adressée :  « Oh, fais pas genre, tu penses la même chose. » La blonde feint l'innocence avec un sourire : « Je ne vois pas de quoi tu parles ! » avant d'ajouter : « Je sais simplement que le génie a passé la nuit aux urgences la semaine dernière à cause d'un masque qu'il avait collé à son nez parce que sinon ca ne tenait pas » Se moquer d'un enfant ? Mon dieu, elle allait en enfer.

@Alfie Maslow  Toutes mes excuses  :facepalm:


You only live once, but if you do it right, once is enough.
© Solosand


(cassidy) get in your places 118942police2
(cassidy) get in your places YlMyvG3
(cassidy) get in your places L95P7ms

(cassidy) get in your places Lbjcusp
(cassidy) get in your places GZFHSTH
Revenir en haut Aller en bas
Alfie Maslow
Alfie Maslow
le jardin du vice
le jardin du vice
(cassidy) get in your places MTtf4TM ÂGE : trente-huit ans (01.11).
SURNOM : alfie en est déjà un.
STATUT : célibataire, qui se rêve de retour aux côtés d'une ex qui ne veut plus de lui.
MÉTIER : anthropologue de formation ; consultant à l’occasion. actuellement en pause : détruire sa vie est une occupation à plein temps.
LOGEMENT : une maison parfaite à logan city. il met donc beaucoup d’énergie à contrebalancer tout ça en pissant sur les bégonias de la voisine de droite et en étant l’amant de celui de gauche.
gif @asdarknessdescends
POSTS : 2624 POINTS : 360

TW IN RP : drogues, ptsd, alcool, personnalité toxique, violence, langage grossier, religion, autodestruction.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, le vrai (anthropologue de terrain) ≈ se déplace en skate ou vélo ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ impulsif, borderline, toxique, tout est un jeu pour lui ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis trois ans, il rêve de fuir à nouveau ≈ deux agressions en deux ans et un ptsd qui prend de plus en plus de place au quotidien ≈ addict, a replongé début 2021.
CODE COULEUR : Quand Alfie n'est pas trop occupé à prendre des golden shower (merci maze), son arrogance s'exprime en darkseagreen.
RPs EN COURS : (cassidy) get in your places Ezgif-3-8c97fd1bd3
#4 (fb) & #5 ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

(cassidy) get in your places Tumblr_inline_phvgkojOCG1rvmmrv_540
anabel ⊹ no matter how big and bad you are, when a six year old hands you a toy phone, you answer it.

(cassidy) get in your places Tumblr_nu0nk6iN5z1sognhno5_r2_250
aleph #6 (fb) ⊹ i know i'll be alright, but i'm not tonight, i'll be lying awake counting all the mistakes i've made, replaying fights. i know i'll be alright, but i'm not tonight, i lost a friend.

(cassidy) get in your places Tumblr_nwoy2qOjJq1qc354ro8_r2_250
alfly 15 ⊹ y'know, i always try to settle you when i'm away 'cause we struggle sometimes, if it means that we get through.

(08/06)gretahaydencassidyophelia
RPs EN ATTENTE : chad #1 › ophelia #2 (mariage)
RPs TERMINÉS : lily & joseph (ua)joseph #5 (1994)lily (1998)lily #3 (2001)harvey #3 (2001) lily #6 (2009)lily #10lily #13ariane #2 (2010) norah #2 (2015)halsey(2012)stephen #1 (2017)evaariane #1 (& jules)leonardojoeyjules #1joseph & julesnorah #1tad #1harvey #1tad #2hassanharvey #2kanejules #2jules, leah & stephen jules #3joseph #2anwarjules #4alex #1dimitri joseph #3leah #1emmanorah #3elwynjules #5diana #1lily #2joseph #4lily #4norah #4jules #6edward #1nathanaeljules #7norah #5lily #7lily #8maze #1lily #9juliet #1juliet #2lily #11juliet #3lily #12 & joseph #7lily #13

(abandonnés)
romy (au)james (1994)calie (2006)nadia eleonoralily stephen #2leah eirlystad #3leah #2tad #4alexandra #2jacob tommy (ua)yara
AVATAR : brandon flowers.
CRÉDITS : (ava) @azarnaah (gifs) @emmaofrph, @pressure-machine, @dreamlonelywolf, @odairannies, @bluesartgent (ub) @loonywaltz.
DC : finnley coverdale, kieran halstead & maisie moriarty.
PSEUDO : leave.
INSCRIT LE : 01/02/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light https://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it https://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow https://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

(cassidy) get in your places Empty
Message(#) Sujet: Re: (cassidy) get in your places (cassidy) get in your places EmptyLun 13 Fév - 23:54


L’obsession à la perfection n’a jamais convaincu un Alfie qui a passé la majeure partie de sa vie à prôner l’imperfection et à accentuer ses failles plus qu’à prendre le temps de les réparer. Alors évidemment qu’au milieu du monde d’hypocrites comme celui dans lequel il est forcé d’évoluer aujourd’hui, son aisance est toute relative. Son secret réside dans le paraître, agrémenté d’une bonne pincée de je m’en foutisme qui l’aide à survivre à une journée qui est un avant-goût de l’enfer à ses yeux. On pourrait croire que la faute est aux marmots, lui qui est ferme sur le fait qu’il n’en veut pas, mais ce n’est pas tant les enfants que leurs parents qui le dérangent. Les géniteurs sont bien souvent pires que leurs progénitures, parce qu’ils ont parfaitement conscience de ce qu’ils font. L’immaturité ne peut pas être salvatrice dans leur cas, ce qui les rend d’autant plus détestables. Le paradoxe que la plupart de ceux-ci représentent n’arrange pas leur situation, alors qu’ils prônent des valeurs qu’ils n’arrivent eux-mêmes pas à mettre à exécution. La bienveillance, alors même qu’ils passent leur temps à pointer du doigt le moindre travers. L’égalité, alors qu’ils ne cessent de se comparer les uns aux autres. L’altruisme, alors que leur présence ici réside dans un besoin d’être vu plus que dans une réelle envie de tendre la main. Il le sait parce qu’il est lui-même un mauvais exemple dans le domaine, quand le dévouement dont il fait preuve professionnellement se heurte à ses propres besoins. Celui d’être supérieur à la majorité de la population, d’avoir une valeur qui ne se compte pas en termes de bonheur, mais de réussite. Au fond, peut-être que leurs travers sont un miroir aux siens dont il préfère se tenir éloigné plutôt que d’avoir à le regarder. Toujours est-il qu'Alfie, bien qu’usant de clichés à outrance, a décidé que tout le monde se trouve dans le même panier et que personne n’est susceptible de trouver grâce à ses yeux. Encore moins ses voisines directes, Nathalie et Cassidy, l’une trop occupée à parler plus fort que les autres pour vanter les mérites de son morveux et l’autre à deux doigts de l’attaque cardiaque si la table n’est pas assez instagramable. La Reine d’Angleterre n’est pas au rendez-vous, pas plus que le Seigneur qui lui attribuera des bons points qui sauront lui ouvrir les portes du Paradis, non, les seules personnes qu’elle essaie d’impressionner sont des idiots dénués de principes ; quel honneur. Le sarcasme dont il fait preuve est le seul moyen qu’il a trouvé pour tenir sans avoir envie de se flinguer – ou de flinguer les autres, ça dépend de l’humeur du moment – et ainsi tenir sa promesse à l’égard d’Anabel. Bien qu’en réalité, il n’ait pas fait de pinky promise, lui laissant une marge de manœuvre pour la décevoir – autant l’habituer rapidement à sa véritable nature.

Pourtant, s’il devait faire un classement de ceux dont il caressait la joue avec une chaise, Cassidy ne serait pas en tête de liste. Il ne saurait même pas donner de raisons concrètes autres qu’une vague impression – celle-là même qui n’est généralement pas fiable. Ce qui laisse supposer une cruelle déception, même s’il n’a pas particulièrement mis d’espoir en elle. Mais c’est toujours plus que ce qu’il place en d’autres, alors qu’elle peut au moins se vanter de ne pas avoir le droit à son traitement préféré, à savoir l’ignorance. Peut-être est-ce ses absences régulières, ses rictus difficilement dissimulés ou son regard plus sincère, toujours est-il que l’inspectrice a su susciter son intérêt – et ce n’est probablement pas à l’avantage de la trentenaire, à vrai dire. Elle l’insupporte autant qu’elle le questionne ; et puisqu’Alfie n’a pas encore réussi à statuer sur elle, le traitement qu’il lui inflige varie de piques acerbes à tentative de sociabilité. « Oh non ! Elle ne vient plus ? Et moi qui ai passé la soirée à m’entraîner ! » Ou peut-être est-ce son répondant bien moins offusqué ou banal que d’autres. Haussant un sourcil, glissant son index sur le glaçage d’un cupcake choisi au hasard avant de le porter à ses lèvres, le verdict ne tarde pas : « Entraîne-toi mieux. » Ce n’est en réalité pas si mauvais que ça, c’est l’amertume de lui l’avouer qui laisse un arrière-goût désagréable. Pour ce qui est de l’emplacement des divers plateaux de sucreries, il n’ira cependant pas jusqu’à dire qu’il y voit une certaine forme d’harmonie ; il s’en fiche complètement.

Ce qui l’est beaucoup moins, pour sûr, c’est la voix de Nathalie, aussi agréable à entendre que des ongles sur un tableau noir, alors qu’elle continue de vouloir faire comprendre au monde entier que fiston est premier de la classe (même si son petit doigt lui dit qu’Anabel lui vole la vedette en sport). Et lorsque l’institutrice attire malgré elle l’attention sur un enfant en prise avec un sac de jute – dont l’usage est visiblement détourné – Alfie ne manque pas l’occasion de retourner les paroles de Nathalie contre elle. Peu importe s’il passe pour un connard, et quitte à s’ennuyer, autant emporter quelqu’un dans sa chute. « Je ne vois pas de quoi tu parles ! » Bien sûr, bien sûr, douce et innocente Cassidy, quelle emmerdeuse. « Je sais simplement que le génie a passé la nuit aux urgences la semaine dernière à cause d'un masque qu'il avait collé à son nez parce que sinon ca ne tenait pas » Oh, surprenante et acide Cassidy, quelle énigme. « Premier de la classe en partant du bas, huh ? » Qu’il se retourne vers Nathalie, qui le fusille du regard. « Vous en faites pas, le premier est souvent raté, le second sera peut-être moins con. » Et alors que Nathalie marmonne ce qu’il suppose être des injures avant de se retourner pour rejoindre le spectacle, Alfie adresse un regard à l’autre femme qui, elle aussi, ne manque pas de l’observer d’un regard outré. « Oh ça va, vous venez de gagner par KO, là. » Qu’il dit en désignant du coin de la tête l’enfant qui s’agite et s’emmêle encore plus alors que mère et institutrice tentent de lui venir en aide. Se retournant vers Cassidy une fois la seconde indésirable disparue, il demande « Et sur son petit génie à elle, t’as du dossier ? Parce que je pense qu’elle va pas me rater la prochaine fois. » Il questionne, bien que la perspective le réjouisse ; Alfie sait se montrer créatif pour se débarrasser des nuisibles. « Bon, c’est quoi le but ? Tu dois savoir. » Cette fois-ci, il désigne leur petit stand d’un geste de la tête, saisissant un brownie dans lequel il croque avant de poursuivre. « On sort nos meilleurs arguments de vente pour se débarrasser de tout ça ? Ça va être compliqué pour certains. » Qu’il juge, en piquant une serviette pour recracher le brownie à l’intérieur de celle-ci. Ouais, compliqué, carrément impossible.

@Cassidy Lowell (cassidy) get in your places 1949770018




(cassidy) get in your places 335306globetrotter
(cassidy) get in your places 4lR4VcN
(cassidy) get in your places YI1xEdJ
(cassidy) get in your places FCp4D84
(cassidy) get in your places 134205justice
(cassidy) get in your places YtxTUla
(cassidy) get in your places M0CxiX6
(cassidy) get in your places YnbqR4c
(cassidy) get in your places FOO2y3e

(cassidy) get in your places 8XKLS6S (cassidy) get in your places Spg7okK
:l::

Revenir en haut Aller en bas
Cassidy Lowell
Cassidy Lowell
le virage sentimental
le virage sentimental
ÂGE : 37 ans (02.06.1985)
SURNOM : cass, cassie
STATUT : mariée & maman de 2 enfants - elle n'a connu qu'un seul homme dans sa vie et a épousé son meilleur ami d'enfance
MÉTIER : inspectrice à la brigade des homicides
LOGEMENT : #527 daisy hill road, Logan City
® jaifkncourtney
POSTS : 306 POINTS : 45

GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : ◊ elle est de bonne humeur dès le matin ◊ seule fille d’une fratrie nombreuse, elle a appris à se faire une place en jouant des coudes ◊ elle pratique la course à pied, la boxe et le volleyball ◊ elle est devenue très proche de sa partenaire, sans le savoir elle est en train de tomber amoureuse ◊ elle adore la nature et les grands espaces ◊ elle a deux chiens ◊ workaholic ◊ elle sait parler Gaeilge ◊ elle adore les road trips et pourrait conduire pendant des heures ◊ elle est une excellente cuisinière ◊ elle est très proche de ses frères restés en Irlande, malgré le décalage horaires ◊
AVATAR : Maggie Grace
CRÉDITS : ® shinysnotra
DC : non
Femme (elle)
INSCRIT LE : 06/06/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t44806-do-one-thing-every-day-that-scares-you-cassidy https://www.30yearsstillyoung.com/t44837-what-if-we-could-risk-everything-we-have-and-just-let-our-walls-cave-in-cass#2274348

(cassidy) get in your places Empty
Message(#) Sujet: Re: (cassidy) get in your places (cassidy) get in your places EmptyJeu 16 Fév - 19:32


En comparaison avec de nombreuses autres mamans, Cassidy ne gagnait pas beaucoup de points dans la compétition de « qui est le parent parfait ». Si elle connaissait le prénom de la maîtresse de ses deux enfants (ouf) et se tenait au courant des histoires de l’école (pas seulement les réunions, surtout le ‘’avec qui on est copains et qui est bête cette semaine’’) et qu’elle se défendait plutôt bien quand il fallait cuisiner pour ses deux amours, elle pêchait par son absence. Avec ses horaires à rallonge, elle n’avait jamais été parent d’élève à une commission, elle n’avait jamais organisé d’évènement et elle n’avait pas un contact régulier, ni avec les instituteurs, ni avec la cohorte de mamans qui étaient présentes à la sortie de l’école tous les jours (qui a le temps de faire ça ?). Ceux qui ont trouvé cette expression comme quoi il n’existe aucune méthode sans défaut lorsqu’il s’agit de parentalité, mais des milliers de manière d’être une bonne mère/un bon père, ne connaissent pas la pression sociale que peuvent exercer un groupe de parents en recherche de perfection. Non, vraiment, face à ses mamans, elle était en décalage, au point de se questionner parfois si elle ne sacrifiait pas l’enfance de ses enfants sur l’autel de sa carrière et qu’elle n’était pas égoïste de rester à la brigade des homicides alors qu’elle aurait pu sans difficultés se trouver un poste avec des horaires un peu plus fiables et un peu plus de temps derrière un bureau (sa mère trouvait ça absurde qu’elle ait repris le travail tout court et qu’elle le regretterait). Alors pour les jours où elle était présente… il est possible qu’elle surcompense. Elle essaye de se greffer à des conversations, à créer des liens avec les autres mères – mais sans beaucoup de réussite. On lui avait déjà demandé plusieurs fois aujourd’hui de qui elle était la Maman (elle a beau ne pas être souvent là, les enfants sont scolarisés à Brisbane depuis des années maintenant !). Une autre Maman lui avait directement demandé où était Thomas – parce qu’elle avait espéré le voir aujourd’hui. Elle avait répondu avec le plus de politesse possible qu’elle passerait le bonjour de sa part à son mari (oh qu’elle avait insisté sur le mot) mais ne lui avait pas demandé son nom. Son mari avait plus la côte qu’elle. Il n’y avait pas beaucoup d’hommes parmi les parents volontaires (ou désignés volontaires pour certains, vu les têtes qu’ils tiraient). Il y avait Alfie aussi, parmi cette horde de mères formidable ; mais au contraire de Thomas, il ne semblait pas avoir acquis les faveurs de la foule (peut-être était-ce pour ça qu’ils se retrouvaient tous les deux sur un stand ? Les pestiférés de la communauté ?) . Alfie ne semblait pas être particulièrement mal à l’aise avec l’idée qu’on ne l’aime pas. Il restait lui-même (ou du moins, ce que Cassidy supposait était son comportement « normal » et ne se gênait pas du qu’en dira-t-on. Elle l’aimait bien pour ça et elle aurait aimé moins s’en soucier. Il était peu probable qu’elle fasse suffisamment honte au voisinage pour que son garçon ne soit plus invité à des anniversaires ou que sa fille se voit refuser une place dans l’équipe de foot… mais on ne sait jamais. Elle préférait ne pas prendre de risque. Elle était déjà peu appréciée en faisant des efforts… ce qu’elle ne comprenait pas ; elle qui a l’habitude de se lier sans difficultés. (en même temps, à part avoir des enfants dans la même classe, elle n’avait pas trouvé d’accroche avec les autres parents). Ou du moins avec quelques mères du comité (quelle idée avait-elle eu de proposer un coup de main ? Elle n’était clairement pas faite pour être une mère du comité). Non. Elle était beaucoup plus à l’aise avec les parents (ou tuteurs) loin d’être parfait, comme Alfie.. Il ne se prenait pas au sérieux et si elle avait à parler à quelqu’un, au moins, elle pouvait prononcer autre chose que des compliments sur leurs gamins respectifs.

Même si parfois, cela voulait dire avoir un partenaire de stand inutile (vraiment, est-ce qu’il pourrait arrêter de tout toucher et de manger les gâteaux…) et subir ses remarques ironiques. Elle recevait des boutades bien plus vaches au commissariat et entrait dans le jeu sans cligner. color=darkseagreen]« Entraîne-toi mieux. »[/color] le doigt dans le glaçage d’un cupcake (il va finir par manger tout leur stand), il ose critiquer la révérence forcée de la blonde, qui lui répond d’un air faussement outré où elle dissimule difficilement son sourire. « J’ignorais avoir affaire à un spécialiste des manières de la cour. » Le côte je m’en foutiste d’Alfie clasherait avec un passé d’aristocrate mais les gens peuvent toujours nous surprendre (il aurait de meilleures manières s’il avait été élevé dans la haute société, non ?). « Et bah les pattes sur le cupcakes, monsieur l’aristocrate ! ». Alors qu’elle continue à repositionner les gâteaux et à subir le jugement de son binôme, son attention est détournée par une remarque lancée au hasard. Est-ce parce qu’elle est vexée de sa position d’exclue ou parce qu’elle en a marre de se mentir à elle-même et être une personne différente quand elle franchit la cour de l’école, ou est-ce Alfie qui déteint finalement sur elle, mais elle ne peut s’empêcher de répliquer un peu de ragots qu’elle connait sur le petit génie (comment ça, il ne faut pas se moquer des enfants ?). La mère est plus ridicule encore que son fils dans ce cas. « Premier de la classe en partant du bas, huh ? »  Elle a définitivement enterré sa réputation. Elle n’en est pas aussi désolée qu’elle ne le pensait. « Vous en faites pas, le premier est souvent raté, le second sera peut-être moins con. »  Une limite qu’elle n’aurait pas franchie mais qu’Alfie dépasse allégrement , sous l’outrage, réel de Nathalie, qui, dans son modèle de politesse et de tenue, n’ose pas répondre, marmonnant simplement dans sa barbe. Elle attendra qu’elle soit partie pour chuchoter à Alfie que le surdoué en question est… le deuxième déjà.

Finalement, la journée ne sera pas si terrible – elle pourrait même passer un bon moment. Se faire radier de la liste des personnes acceptables, certes, mais passer une bonne journée : « Et sur son petit génie à elle, t’as du dossier ? Parce que je pense qu’elle va pas me rater la prochaine fois. » « Malheureusement, tu vas devoir te débrouiller là. Bonne chance, tu t’es fait une amie. » Thomas saurait sûrement – elle ne pense pas qu’il lui glisse tous les gossips des enfants (mais en soit, pourquoi s’intéresser aux vies de personnes qu’elle ne connaît pas).  « Bon, c’est quoi le but ? Tu dois savoir. » Le but… du stand ? Elle relève un sourcil. Pourquoi n’était-elle pas surprise qu’il soit venu les mains dans les poches, sans même savoir quoi faire ? . « On sort nos meilleurs arguments de vente pour se débarrasser de tout ça ? Ça va être compliqué pour certains. » Il recrache alors le brownie dans lequel il venait de croquer (elle n’est pas sûre qu’ils vont beaucoup vendre mais ils n’auront pas de problème à faire disparaître les gâteaux, apparemment : pas dix minutes sur place et Alfie semblait bien parti pour tout manger à lui seul). En regardant le brownie dans la serviette, elle prend un air peiné : « Tu n’aimes pas mes brownies ? C’est une recette de famille. »  C’est faux, elle ignore qui a apporté ces brownies. ] « Et pour le stand… Je me suis engagée à rester jusqu’à la fin pour ranger » Une idée formidable encore ] « …donc trop tard pour me sauver. Mais si tu continues à engloutir les gâteaux à ce rythme, tu ferais plus vite de faire simplement un chèque et on ferme tout. »

@Alfie Maslow :l:


You only live once, but if you do it right, once is enough.
© Solosand


(cassidy) get in your places 118942police2
(cassidy) get in your places YlMyvG3
(cassidy) get in your places L95P7ms

(cassidy) get in your places Lbjcusp
(cassidy) get in your places GZFHSTH
Revenir en haut Aller en bas
Alfie Maslow
Alfie Maslow
le jardin du vice
le jardin du vice
(cassidy) get in your places MTtf4TM ÂGE : trente-huit ans (01.11).
SURNOM : alfie en est déjà un.
STATUT : célibataire, qui se rêve de retour aux côtés d'une ex qui ne veut plus de lui.
MÉTIER : anthropologue de formation ; consultant à l’occasion. actuellement en pause : détruire sa vie est une occupation à plein temps.
LOGEMENT : une maison parfaite à logan city. il met donc beaucoup d’énergie à contrebalancer tout ça en pissant sur les bégonias de la voisine de droite et en étant l’amant de celui de gauche.
gif @asdarknessdescends
POSTS : 2624 POINTS : 360

TW IN RP : drogues, ptsd, alcool, personnalité toxique, violence, langage grossier, religion, autodestruction.
ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : enfant unique, parents très religieux ≈ rescapé d’un accident de voiture qui a tué son premier amour ≈ passionné par son métier, le vrai (anthropologue de terrain) ≈ se déplace en skate ou vélo ≈ excellent pianiste ≈ trouble tdah jamais diagnostiqué ≈ impulsif, borderline, toxique, tout est un jeu pour lui ≈ cicatrices le long du dos, sur le torse et brûlure sur l’entier de la paume gauche ≈ de retour à brisbane depuis trois ans, il rêve de fuir à nouveau ≈ deux agressions en deux ans et un ptsd qui prend de plus en plus de place au quotidien ≈ addict, a replongé début 2021.
CODE COULEUR : Quand Alfie n'est pas trop occupé à prendre des golden shower (merci maze), son arrogance s'exprime en darkseagreen.
RPs EN COURS : (cassidy) get in your places Ezgif-3-8c97fd1bd3
#4 (fb) & #5 ⊹ i'm sliding into something you won't understand, but don't give up on me 'cause i'm just in a rut, i'm climbing but the walls keep stacking up.

(cassidy) get in your places Tumblr_inline_phvgkojOCG1rvmmrv_540
anabel ⊹ no matter how big and bad you are, when a six year old hands you a toy phone, you answer it.

(cassidy) get in your places Tumblr_nu0nk6iN5z1sognhno5_r2_250
aleph #6 (fb) ⊹ i know i'll be alright, but i'm not tonight, i'll be lying awake counting all the mistakes i've made, replaying fights. i know i'll be alright, but i'm not tonight, i lost a friend.

(cassidy) get in your places Tumblr_nwoy2qOjJq1qc354ro8_r2_250
alfly 15 ⊹ y'know, i always try to settle you when i'm away 'cause we struggle sometimes, if it means that we get through.

(08/06)gretahaydencassidyophelia
RPs EN ATTENTE : chad #1 › ophelia #2 (mariage)
RPs TERMINÉS : lily & joseph (ua)joseph #5 (1994)lily (1998)lily #3 (2001)harvey #3 (2001) lily #6 (2009)lily #10lily #13ariane #2 (2010) norah #2 (2015)halsey(2012)stephen #1 (2017)evaariane #1 (& jules)leonardojoeyjules #1joseph & julesnorah #1tad #1harvey #1tad #2hassanharvey #2kanejules #2jules, leah & stephen jules #3joseph #2anwarjules #4alex #1dimitri joseph #3leah #1emmanorah #3elwynjules #5diana #1lily #2joseph #4lily #4norah #4jules #6edward #1nathanaeljules #7norah #5lily #7lily #8maze #1lily #9juliet #1juliet #2lily #11juliet #3lily #12 & joseph #7lily #13

(abandonnés)
romy (au)james (1994)calie (2006)nadia eleonoralily stephen #2leah eirlystad #3leah #2tad #4alexandra #2jacob tommy (ua)yara
AVATAR : brandon flowers.
CRÉDITS : (ava) @azarnaah (gifs) @emmaofrph, @pressure-machine, @dreamlonelywolf, @odairannies, @bluesartgent (ub) @loonywaltz.
DC : finnley coverdale, kieran halstead & maisie moriarty.
PSEUDO : leave.
INSCRIT LE : 01/02/2019
https://www.30yearsstillyoung.com/t23106-alfie-just-lean-into-the-light https://www.30yearsstillyoung.com/t23175-alfie-smile-like-you-mean-it https://www.30yearsstillyoung.com/t23176-alfie-maslow https://www.30yearsstillyoung.com/t23177-alfie-maslow

(cassidy) get in your places Empty
Message(#) Sujet: Re: (cassidy) get in your places (cassidy) get in your places EmptyLun 20 Mar - 20:54


Anabel est la raison pour laquelle il s’inflige pareille souffrance aujourd’hui ; elle devrait également être celle pour laquelle il s’oblige à se tenir à carreau. Aux yeux d’Alfie, pourtant, c’est très exactement ce qu’il fait. Il a traversé la salle afin de rejoindre ce stand sans dénigrer du regard les autres parents (du moins, il ne croit pas l’avoir fait), il a docilement accepté le rôle qui était le sien quand Anabel lui a annoncé l’avoir proposé contre sa volonté, il a pris sur lui pour confectionner des pâtisseries maison plutôt que d’acheter de la merde industrielle, alors, vraiment, on peut considérer qu’Alfie Maslow fait des efforts, peu importe si l’on ne dirait pas. Anabel n’aura probablement aucune raison d’être fière de lui à l’issue de la journée, c’est sûr, mais il essaie au moins de s’abstenir de lui donner des éléments pour lui en vouloir. S’il tire à balles réelles, il prend également soin de cibler les vrais destinataires de ses commentaires ; à quelques exceptions près. Il y aura sûrement des innocents qui passeront sous son jugement, mais concernant Nathalie et sa progéniture, il est à peu près sûr d’avoir entendu Anabel s’en plaindre au moins une fois – peu importe si c’est simplement pour dire qu’il a eu une meilleure note qu’elle à un contrôle, Alfie en fait des ennemis dès le moment où ils se mettent au travers de la réussite et du bonheur de sa filleule. Mais, à voir ainsi le gamin se dépatouiller avec un sac de jute, il doute d’avoir déjà entendu ce prénom pour vanter son intelligence, et ça ne fait que renforcer son avis négatif sur le spécimen qui se débat au milieu du gymnase. On pourrait s’étonner de l’agacement – souvent gratuit, il est vrai – qu’Alfie ressent pour tout ce qui touche de près ou de loin à l’école d’Anabel, mais ce n’est pas tant les gens que ce qu’ils lui inspirent qui posent un problème à Alfie. La normalité qui se joue dans ce gymnase est loin quelque chose de considéré comme particulièrement déplaisant pour l’anthropologue et s’y cadrer pour faire plaisir à Anabel lui coûterait bien plus cher qu’on ne pourrait le croire. Il n’a aucune envie de commencer à jouer au père (de substitution) parfait, car un succès aujourd’hui amènerait à une autre kermesse, puis au spectacle de l’école, puis à l’accompagnement d’une sortie de classe et avant même qu’il ne s’en rende compte, il sera intronisé comme un parfait cliché se noyant dans la masse alors qu’il tient à sa singularité. Probablement qu’il réfléchit plus qu’il ne le faudrait, mais d’un homme qui court les continents pour exercer son métier avec passion, se nourrissant de rencontres ponctuelles et d’expériences uniques, Alfie est devenu un professeur d’université qui va au marché tous les mercredis matins et prend le temps de discuter avec sa voisine rencontrée par hasard devant les carottes bio. On ne peut pas dire que cette image lui plaise particulièrement ; et pourtant c’est en acceptant de poser ses valises à Brisbane plus de trois semaines qu’il en est arrivé-là. Alors une chose est sûre, on ne l’y reprendra pas, et les quelques heures qu’il consacre aujourd’hui à rentrer dans les clous se doivent d’être une exception dans son quotidien. 

Et dans l’hypothèse où il perdrait son objectif de vue, il n’a qu’à détourner le regard en direction d’une Cassidy dont les efforts sont nombreux, mais pas pour autant récompensés. Il n’est pas aveugle, et il l’a perçue, la façon dont elle essaie désespérément de se faire une place, d’égaler son mari dans le cœur des autres parents, mais elle n’a pas la disponibilité nécessaire et s’il pourrait la féliciter pour ça, il n’ira pas saluer l’énergie qu’elle s’efforce de gaspiller dans l’espoir d’être quelqu’un parmi les autres. « J’ignorais avoir affaire à un spécialiste des manières de la cour. » - « C’est pas trop tard pour t’excuser d’avoir douté de mes connaissances. » Il rétorque en haussant les épaules d’un air dédaigneux, quand bien même il est très sérieux. Dans le cadre de son boulot, il a rencontré des familles royales ; mais aussi des dictateurs, et il vaudrait mieux qu’elle s’abstienne de douter de lui sans quoi après avoir imité les premiers, il saura imiter les seconds. « Et bah les pattes sur le cupcakes, monsieur l’aristocrate ! » Léchant le bout de son index avec une lenteur exagérée tout en plongeant son regard dans le sien, il hésite un instant avant de faire subir le même sort à un autre cupcake, se ravisant en songeant à la quantité de sucre qui compose ces glaçages. De toute évidence, son attention est très vite détournée par Nathalie, et après quelques réflexions qu’il ne prend pas la peine de modérer, la voilà qui disparaît en fulminant – promis, il s’excusera auprès d’Anabel dès qu’il rentrera. Mais pas auprès de Nathalie, encore moins après avoir découvert qu’elle enchaîne les brouillons sans accéder à la réussite tant convoitée.

« Malheureusement, tu vas devoir te débrouiller là. Bonne chance, tu t’es fait une amie. » Il hausse les épaules, l’air indifférent. « Qu’est-ce qu’elle va faire ? Lancer son armée de Karen sur moi ? Je lance la rumeur auprès de chacune d’entre elles que le gamin d’une autre a des poux et je les laisse s’entretuer pour ne pas être considérée comme celle à l’origine de cette terrible épidémie. » Le plan est simple, mais efficace si on lui demande son avis. Jetant un coup d’œil à Cassidy, c’est avec un large sourire qui l’informe que : « tu dois pas être dans ses bons papiers non plus, hein. » Et il ne s’excusera pas de l’avoir mêlée à tout ça malgré elle. Tant pis, elle a des jambes pour fuir et une voix pour s’excuser dont elle n’a pas su en faire usage, ce n’est pas son problème. « Bon, remarque, toi t’es vraiment en mesure de les éradiquer en cas de soucis. » Avec son arme, et pour cette seule raison il pourrait presque vouloir faire de Cassidy son alliée. Pour l’heure, il souhaite surtout se faire une idée de leur rôle, car celle qu’il présage n’est pas des plus divertissantes à ses yeux. « Tu n’aimes pas mes brownies ? C’est une recette de famille. »  - « Change de famille. » Il souligne, terminant de se vider la bouche dans la serviette qu’il jette dans la poubelle non loin d’eux. « Et pour le stand… Je me suis engagée à rester jusqu’à la fin pour ranger » évidemment qu’elle s’est proposée. « …donc trop tard pour me sauver. Mais si tu continues à engloutir les gâteaux à ce rythme, tu ferais plus vite de faire simplement un chèque et on ferme tout. » - « Je donne pas un centime à cette foutue école. » Pourtant, il le pourrait, Alfie, mais il n’en a pas l’intention – ils ont refusé la proposition d’Anabel de composer une équipe de foot exclusivement féminine alors qu’elle est une excellente joueuse, et pour cette raison, Alfie décide de ne pas servir les intérêts de cette école. Sa présence ici ne les sert pas, vu son attitude, c’est certain. « J’ai pas signé pour ranger, alors plus vite c’est fini, plus vite je sors d’ici. » Et non, la politesse n’est pas un précepte qui fonctionne pour lui aujourd’hui. « Pourquoi tu t’infliges ça, d’ailleurs ? » Le rangement, ou la bonne volonté jamais remerciée, il lui laisse le soin de choisir l’option qu’elle préfère.

@Cassidy Lowell (cassidy) get in your places 1949770018




(cassidy) get in your places 335306globetrotter
(cassidy) get in your places 4lR4VcN
(cassidy) get in your places YI1xEdJ
(cassidy) get in your places FCp4D84
(cassidy) get in your places 134205justice
(cassidy) get in your places YtxTUla
(cassidy) get in your places M0CxiX6
(cassidy) get in your places YnbqR4c
(cassidy) get in your places FOO2y3e

(cassidy) get in your places 8XKLS6S (cassidy) get in your places Spg7okK
:l::

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(cassidy) get in your places Empty
Message(#) Sujet: Re: (cassidy) get in your places (cassidy) get in your places Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(cassidy) get in your places

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-