AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -17%
PHILIPS Centrale vapeur HI5900/22 5,2 bar
Voir le deal
59.99 €

 Music Sounds Better With You (Gabrielle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) EmptyMer 26 Avr 2023 - 21:59


@Gabrielle Strange - Lucy Cavanagh


Ce soir, Lucy a à nouveau vingt ans. A seulement quelques mètres de la scène, elle saute dans tous les sens en riant, chantant à tue-tête tous les tubes du groupe qui se produit actuellement. Les basses pulsent à travers tout son corps et dictent à ce dernier le rythme à suivre pour se déhancher. Il y avait longtemps qu’elle n’avait plus fait cela, aller à un festival, et elle ne regrette pour rien au monde d’avoir attiré Gaby ici. Car s’il leur arrive d’aller danser en boîte de nuit sur les dernières musiques à la mode, rien ne vaut un show comme celui offert par les artistes qui sur scène, qui communiquent toute leur énergie aux spectateurs. Lucy se sent vivante, insouciante, et elle ne pense plus à rien qu’à l’instant présent, profitant entièrement du moment. Bien trop vite, pourtant, la prestation du groupe prend fin, et l’un des organisateurs annonce une pause d’une dizaine de minutes pour que l’artiste suivant se mette en place. Prenant son amie par la main, Lucy crie.

« Viens, on va se poser ! »

Elle rit en s’entendant, ses oreilles sans doute légèrement impactées par le volume sonore de la musique. Sa voix enrouée également la fait sourire, alors qu’on devine aisément qu’elle a chanté tout le répertoire de l’artiste précédent, sans ménager ses cordes vocales.
La foule se disperse petit à petit, nombreux étant les spectateurs qui profitent du break pour faire une pause technique. Peu désireuse de perdre Gaby au milieu de tous ces inconnus, Lucy ne lui lâche la main que lorsqu’elles sont dans la file pour obtenir à boire. Quelques instants plus tard, les deux jeunes femmes s’allongent dans l’herbe, face à la scène, mais bien loin de la foule. D’ici, elles entendront bien l’artiste suivant, à un volume sonore raisonnable, et pourront un peu se reposer et papoter. Lucy prend une longue gorgée de bière et cale son sac sous sa tête. Elle pose ensuite son gobelet et son téléphone portable entre elle et l’avocate, se réallongeant sur son sac. Avec curiosité, elle observe l’agitation sur scène, alors que des techniciens s’empressent d’installer les instruments du groupe qui va bientôt se produire.

« On n’est pas bien, là ? »

Son regard dévie sur le ciel qui prend doucement une teinte rosée, alors que le soleil se couche peu à peu. Il n’est pas si tard, mais les brunettes auront encore une heure de route à faire pour rejoindre Brisbane et leur logement respectif si elles décident de rentrer. Pourtant, prévoyantes, ne sachant pas très bien comment le festival allait se dérouler ni si elles désireraient rester, elles ont emporté une tente et des sacs de couchage, pour l’instant bien rangés dans le coffre de la voiture de Lucy.

« Tu veux rester cette nuit ou tu préfères rentrer ? »

Pas de suite, parce que Lucy a encore clairement envie de profiter. Elle a envie d’écouter le groupe qui montera sur scène dans environ une heure, et a repéré un stand de hot dogs tentant dont l’odeur lèche les narines des jeunes femmes.

« Si on veut rester, il faudrait profiter de cet artiste pour installer notre tente et réserver une place. »

Avant que tous les emplacements du camping ne soient occupés ou que les deux femmes ne soient simplement trop fatiguées. Car si elle envisageait l’idée de dormir sous tente, la possibilité de dormir à l’air libre, dans le froid et l’humidité, ne l’attirait pas des masses.



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) EmptyDim 7 Mai 2023 - 21:29



Musics sound better with you ft  @Lucy Cavanagh #2

Avril 2023, sur la route. Son dernier festival remonte à des années en arrière. Et encore, il n’avait rien de comparable à ceux qu’elle a pu faire en tant qu’étudiante, les plus récents remontants aux petits groupes musicaux croisés lors de ses tournées des vignobles californiens, une activité à laquelle elle aimait tout particulièrement s’adonner quand elle vivait encore à Los Angeles. Depuis son installation à Brisbane, Gabrielle n’est même pas certaine d’avoir autant dansé et chanté aussi fort qu’elle peut le faire actuellement, accompagnée de sa meilleure amie, Lucy. Il faut dire que depuis presque trois ans qu’elle est installée sur les terres australiennes, l’avocate n’a pas eu vraiment le loisir de s’accorder un peu de répit – ou très peu, le dernier en date remonte à un an en arrière, lorsqu’elle est partie en Indonésie en compagnie de Channing – ce qui rend ce moment partagé avec son amie de toujours encore plus précieux et bienvenu. Au milieu de la foule, elle laisse sa robe d’avocate derrière elle, oublie les tracas liés à son affaire actuelle – qui, cependant, tend à sentir bon quant à l’issue prochaine du procès – et oublie aussi tout le reste. Cette sensation de légèreté et de liberté qui s’y greffe l’aident énormément et c’est pour cette raison qu’elle passe son bras autour des épaules de son amie pour l’étreindre légèrement quand le concert se termine, un sourire flanqué sur ses lèvres Viens, on va se poser ! » Mais elle marque un mouvement de recul aussi quand Lucy vient à lui crier ces mots dans ses oreilles, lui faisant avoir un rire qu’elle ne peut réprimer et la laissant les guider à travers la foule l’instant suivant en la tirant par la main.

Après avoir fait la queue pour obtenir une boisson rafraîchissante plus que bienvenue, les deux jeunes femmes s’installent non loin de la scène, à distance suffisante pour ne pas se retrouver piétiner par la foule qui afflue à nouveau aux abords de la scène, mais pas trop loin non plus pour pouvoir profiter du spectacle « On n’est pas bien, là ? » Gabrielle s’installe tout aussi confortablement que sa meilleure amie, appuyée sur ses coudes tout en regardant devant elle, ses lunettes de soleil toujours vissées sur le bout de son nez « J’ai l’impression d’être à nouveau étudiante » et elle se souviendra, Lucy, des soirées qu’elles ont pu faire et des festivals de musique auxquels elles ont assisté durant le spring break notamment, lorsque la Cavanagh était aussi étudiante à Los Angeles. Elle est heureuse en tout cas, Gaby, et ça se voit, son sourire sur ses lèvres ne la quittant pas « Tu veux rester cette nuit ou tu préfères rentrer ? » « On reste, qu’est-ce que tu en dis ? On a tout ce qu’il faut pour. Et j’ai franchement pas envie de retourner à la réalité trop vite ». Preuve que cette coupure est nécessaire et qu’elle est reconnaissante que Lucy lui ait proposé cette virée. « Si on veut rester, il faudrait profiter de cet artiste pour installer notre tente et réserver une place. » Regardant l’artiste en question prendre place sur scène, Gabrielle pivote sa tête vers sa meilleure amie, semblant réfléchir quelques instants. « Tu as raison. On reste quand même un peu pour l’écouter et on va s’installer avant la fin ? ». Après ces mots, elle prend une gorgée de sa bière qu’elle vient ensuite poser à côté du téléphone de son amie, manquant d’ailleurs de renverser le contenu de celle-ci sur l’appareil « Ok, on a frôlé la catastrophe, je suis désolée » Qu’elle dit sur un ton léger en saisissant l’appareil pour essuyer les quelques gouttes qui sont tombées dessus « La bière ne me réussit pas. Dommage qu’ils aient pas du … » Et elle s’interrompt parce qu’en finissant d’essuyer l’écran du téléphone de Lucy, celui-ci s’allume et un nom familier apparaît sur celui-ci « Anwar Zehri ? » Elle tourne l’écran vers son amie, lui tendant ensuite son téléphone pour qu’elle s’en saisisse « Pourquoi il essaye de te joindre ? Qu’est-ce qu’il te veut ? ». Les traits de la jeune femme deviennent plus sévères, alors que le concert débute, contrastant avec l’ambiance de suspicion et d’inquiétude qui s’installe subitement entre les deux meilleures amies.



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr




Dernière édition par Gabrielle Strange le Sam 29 Juil 2023 - 23:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) EmptyLun 22 Mai 2023 - 21:50


@Gabrielle Strange - Lucy Cavanagh


Allongées sur l’herbe, les yeux papillonnants entre le ciel qui prend des teintes rosées et l’agitation sur la scène, Lucy se détend. Elle savoure sa bière bien fraîche en compagnie de sa meilleure amie, profitant d’un instant d’accalmie avant d’aller rejoindre à nouveau les festivaliers qui s’agglutinent déjà devant l’estrade, attendant le prochain artiste.

« J’ai l’impression d’être à nouveau étudiante. »

Lucy éclate de rire.

« Mais trop ! »

Elle aussi se sent jeune et insouciante ce soir. Ses soucis sont restés à Brisbane, avec ses affaires en cours, et tout ce qui compte pour les prochaines heures, c’est de profiter de Gaby et de la musique. Sa bonne humeur et son lâcher prise sont sans doute accentués par les effluves de cannabis qu’elles ont inhalées malgré elles, à défaut d’avoir elles-mêmes fumé de la résine ou de l’herbe. Tentant de trouver des formes rigolotes dans les nuages au-dessus de leur tête, Lucy interroge l’avocate sur la suite du programme : un retour en ville dans leur lit douillet ou la poursuite de la fête jusqu’au bout de la nuit.

« On reste, qu’est-ce que tu en dis ? On a tout ce qu’il faut pour. Et j’ai franchement pas envie de retourner à la réalité trop vite. »

Lucy hoche la tête, le sourire aux lèvres. Elle aussi, elle aimait leur bulle, être ainsi coupée du monde pour quelques heures, et simplement profiter de la vie sans se soucier du reste.

« Je te préviens, si j’ai mal au dos demain, rien ne m’empêchera de me plaindre et de te blâmer pour ça ! »

Parce qu’elle avait quand même 37 ans, maintenant, qu’elle aimait son confort et n’avait plus campé depuis plus de dix ans. Et simplement parce qu’elle aimait pester, avec ou sans raison. Pragmatique, Lucy insiste pour qu’elles s’installent dans peu de temps : elle sait que plus tard, toutes les meilleures places seront prises, et qu’elles seront trop crevées, voire trop bourrées, pour réussir à monter leur tente, au beau milieu de la nuit. Les jeunes femmes se mettent donc d’accord pour écouter le début du prochain artiste pour se mettront en quête d’un emplacement, avant que son show n’arrive à sa fin et ne déverse sur le reste de la pelouse des festivaliers en furie.

« Ok, on a frôlé la catastrophe, je suis désolée. »

Lucy rit en secouant la tête en voyant Gaby récupérer son portable pour essuyer les quelques gouttes qu’elle a fait tomber sur l’écran.

« Peu importe ! »

A cet instant précis, elle n’avait que faire de son téléphone et des appels qu’elle pourrait recevoir dès le lendemain, lorsque le retour à la réalité aura sonné. Elle n’a envie que de profiter, et si elle doit y laisser son téléphone, qu’il en soit ainsi.

« La bière ne me réussit pas. Dommage qu’ils aient pas du … »

La détective détache son regard de la scène, alors qu’elle avait fixé son attention sur les techniciens en pleine préparation pour l’artiste suivant. La pause de son amie l’intrigue, et elle s’apprête à compléter sa phrase pour elle pour tenter de deviner l’alcool qui ferait envie à la Strange.

« Anwar Zehri ? »

Merde. Son visage se ferme alors qu’elle récupère son téléphone, qu’elle fourre dans sa poche, se tenant dorénavant assise sur l’herbe. Elle ne comptait pas répondre à un appel aujourd’hui, encore moins maintenant que Gabrielle a vu le nom de son interlocuteur. Intérieurement, elle maudit le Zehri qui a fait exploser sa bulle de bonheur avec sa meilleure amie et qui a fait s’envoler toute leur insouciance.

« Pourquoi il essaye de te joindre ? Qu’est-ce qu’il te veut ? »

Le concert démarre, les festivaliers hurlent leur joie et applaudissent en rythme, mais ni Gaby ni Lucy n’y prêtent attention. Leurs yeux rivés dans ceux de leur amie lancent des éclairs. Lucy laisse planer le silence un instant : elle n’a pas envie de mentir à Gabrielle, pas alors que l’honnêteté est une valeur si importante de leur amitié. Pour autant, elle n’a pas envie de lui révéler toute la vérité, parce qu’elle sait que celle-ci déplaira à la Strange. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’elle ne lui avait pas parlé de ce contrat avec Anwar.

« On bosse ensemble. Ou plutôt, je bosse pour lui. Beurk ! »

Faisant mine de se frotter la langue après avoir avoué travailler pour le policier, Lucy avale une longue rasade de bière.

« Je l’ai vu une seule fois, pour qu’il me confie une mission, c’est tout. Et il paie super bien. »

Elle hausse les épaules, comme pour tenter de dédramatiser les choses.

« Il doit simplement venir aux nouvelles pour le contrat. Je le rappellerai une autre fois. »

Ou jamais, parce qu’en réalité, elle était dans une impasse et n’était pas impatiente de l’avouer au flic.

« Il ne fait pas partie de ma vie, et n’en fera plus jamais partie. C’est juste … professionnel. »

Entre eux, pas d’amitié, pas de confiance, rien qu’un but commun. Après cette mission, il disparaitrait à nouveau, et plus jamais elle n’aurait à lui parler. Tout était strictement cloisonné. Tout irait bien, tout simplement.



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) EmptyDim 11 Juin 2023 - 19:51



Musics sound better with you ft  @Lucy Cavanagh #2

Avril 2023. « Mais trop ! » Cette insouciance retrouvée pour quelques heures leur ait bénéfique autant à l’une qu’à l’autre, alors qu’en un claquement de doigts elles ont l’impression de se retrouver propulser une quinzaine d’année en arrière, lorsqu’elles n’étaient que de simples étudiantes qui appréciaient encore les plaisirs simples de la vie. Surtout, elles avaient bien moins de tracas que dans le présent, ceux-ci se cantonnant à leur réussite scolaire et au fait de parvenir à corréler cet objectif avec leur envie festive de jeunes adultes de leur âge qu’elles étaient. « Je te préviens, si j’ai mal au dos demain, rien ne m’empêchera de me plaindre et de te blâmer pour ça ! » Gabrielle propose qu’elles passent la nuit ici, comme au bon vieux temps, mais surtout dans le but de fuir davantage encore cette réalité qu’elle n’en guère envie de retrouver. Elle grimace toutefois à la réponse de sa meilleure amie, qu’elle trouve assez rabat-joie pour le coup « Moi qui comptait te proposer qu’on fasse ça jusqu’à nos derniers jours. Si tu commences déjà à te plaindre… » alors ça n’en vaut pas la peine  Gabrielle ne finit pas sa phrase, volontairement, conservant un sourire en coin, persuadée que son argument fera changer l’humeur plaintive de son amie, ce qui explique qu’elle l’observe attentivement du coin de l’œil.

La bière est la boisson qui est de rigueur ce soir et ce n’est pas une boisson à laquelle Gabrielle est nécessairement habituée. Elle supporte bien plus les effluves de bons vins que ceux de bière, qui plus est, bon marché « Peu importe ! » que lui lance Lucy alors que Gaby manque de renverser l’intégralité de sa bouteille sur son téléphone. Il ne s’agit là, heureusement, que de quelques gouttes, qu’elle essuie rapidement pour limiter les dégâts. C’est en exécutant ce geste toutefois que son regard s’arrête sur l’écran du cellulaire de son amie, celui-ci vibrant entre ses mains. Elle y découvre alors l’appel d’un fantôme du passé, celui qu’elle préfèrerait ne pas savoir de retour dans la vie de Lucy, après cette sombre affaire qui a failli coûter de la prison à sa meilleure amie « On bosse ensemble. Ou plutôt, je bosse pour lui. Beurk ! » « T’es pas sérieuse, Lucy ? ». Le ton change entre les deux amis, la réalité semblant les rattraper bien plus vite qu’elles ne l’auraient souhaité. « Je l’ai vu une seule fois, pour qu’il me confie une mission, c’est tout. Et il paie super bien. » Gabrielle est quelque peu bouche bée face au discours que tient sa meilleure amie. Anwar n’est peut-être pas l’homme à abattre, toutefois, l’avocate doute que renouer avec lui soit judicieux, et ça peu importe qu’il paye bien ou non « Quelle mission ? Et si ce n’est qu’une question d’argent, tu sais que je peux t’aider » elle connait les projets de sa meilleure amie, sait que ceux-ci coûte de l’argent et préférerait lui venir en aide, elle, plutôt que de la savoir tremper dans des affaires louches qui pourraient, une nouvelle fois, lui coûter cher. «  Il doit simplement venir aux nouvelles pour le contrat. Je le rappellerai une autre fois (…) Il ne fait pas partie de ma vie, et n’en fera plus jamais partie. C’est juste … professionnel. » Gabrielle fait totalement abstraction de ce qui se passe autour d’elle. Les festivaliers, la musique, le bruit de foule ne sont que des sonorités de fond dont elle se contrefiche et qui n’ont plus cette capacité de l’apaiser. Elle est inquiète par les choix de son amie, inquiète que tout cela soit une mauvaise idée et qu’elle finisse par en payer les pots cassés. Elle reste silencieuse quelques instants, observant Lucy d’un air sévère, jusqu’à ce qu’elle ne laisse échapper un soupir, faisant se détendre ses épaules « Tu es sûre de toi ? Honnêtement ? Après tout ce qui s’est passé, tu es sûre que c’est une bonne idée ? ». Ne craint-t-elle pas les retombées de ce partenariat qu’elle semble entreprendre avec lui ? Gabrielle a conscience qu’aucun argument qu’elle pourra tenir ne fera changer d’avis sa meilleure amie et c’est pour cette raison qu’elle tente de ne pas trop s’emporter envers Lucy – et puis, elles sont venues aussi ici pour profiter et ne souhaite pas que leur escapade prenne fin prématurément pour cette raison « Je n’ai aucunement confiance en Zehri, encore moins à votre collaboration… mais si tu penses être certaine de ce que tu fais… » alors qu’il en soit ainsi.



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) EmptyDim 9 Juil 2023 - 22:07


@Gabrielle Strange - Lucy Cavanagh


Gabrielle suggère qu’elles prolongent leur escapade loin de Brisbane et restent camper ici. Après tout, elles avaient emporté tout le nécessaire pour rester dormir ici, et poursuivre quelques heures supplémentaires leur voyage dans le passé, ce festival les ramenant à leur vie étudiant à Los Angeles. Et même si Lucy est partante, elle ne peut s’empêcher de pester et de ronchonner, parce que c’est Lucy, tout simplement. Elle adore râler, et cette fois-ci ne fera pas exception.

« Moi qui comptait te proposer qu’on fasse ça jusqu’à nos derniers jours. Si tu commences déjà à te plaindre … »

La brunette éclate de rire à la remarque de sa meilleure amie.

« Si tu m’avais proposé de rentrer, tu sais que j’t’aurais traité de petite mamie rabat-joie ! »

Sans aucun doute, alors que Gabrielle lui aurait donné une nouvelle excuse pour pester. Lucy rit, quand l’ambiance change du tout au tout.

« T’es pas sérieuse, Lucy ? »

Il y a quelques secondes, elles étaient allongées sur l’herbe, à planifier leur week-end, insouciantes. Les voilà désormais assises, les épaules tendues, se faisant face, leurs yeux lançant des éclairs. Il avait suffi d’un appel sur le téléphone de Lucy et d’un nom en provenance du passé : Anwar. Face à l’insistance de sa meilleure amie, la brunette laisse échapper un soupire agacé.

« Quelle mission ? Et si ce n’est qu’une question d’argent, tu sais que je peux t’aider. »

Elle grimace à cette proposition : Lucy n’était pas du genre à quémander la charité, et ne supporterait pas l’idée que Gabrielle lui donne de l’argent, peu importe qu’il s’agisse de payer une FIV. Elle avait toujours été indépendante et avait toujours voulu s’en sortir seule, sans aucune aide. Et si, avec son job de détective, elle était loin de rouler sur l’or, ses revenus lui suffisaient à payer son loyer et à s’acheter de quoi manger.

« Tu sais bien qu’il n’en est pas question … »

Soupirant une nouvelle fois, elle poursuit.

« Je dois lui trouver toutes les infos possibles sur un type, c’est tout. »

Elle n’en dira pas plus, et Gaby, de par son métier, est bien placée pour comprendre l’importance du secret professionnel. Pourtant, l’avocate continue à la fixer d’un air sévère et, un instant, la brunette a l’impression d’être face au jugement de sa mère. Son regard se durcit davantage face à l’insistance de son amie.

« Tu es sûre de toi ? Honnêtement ? Après tout ce qui s’est passé, tu es sûre que c’est une bonne idée ? »

Nouveau soupire, accompagné des yeux levés au ciel. Lucy commence sérieusement à s’agacer. Elle ne peut pas dire qu’elle ne s’était pas elle-même posée des questions quand Anwar avait ressurgi dans sa vie. Pourtant, elle avait vite compris qu’il avait autant d’animosité envers elle qu’elle en avait à son égard. Ils se détestaient, c’était un fait. Alors, s’il avait fait à elle, c’est que ça devait être important pour lui, très important, et qu’il était carrément dans une impasse. S’il avait eu un autre choix à sa disposition, ne serait-ce qu’un seul autre choix, il ne serait jamais venu la trouver. Et ces constatations auxquelles elle était parvenue avaient suffi à rassurer Lucy.

« S’il est venu me voir, c’est qu’il était vraiment coincé. Crois-moi, il me déteste autant que je le déteste, c’est certain. Alors je lui trouve les infos dont il a besoin, il me paie, et on ne se reverra plus jamais. C’est aussi simple que ça. »

Du moins, elle l’espérait.

« Je n’ai aucune confiance en Zehri, encore moins à votre collaboration … mais si tu penses être certaine de ce que tu fais … »

Gabrielle semble enfin lâcher du leste et s’apaiser, et Lucy se détend à vue d’œil. Elle finit par hausser les épaules avant d’ajouter.

« Ce n’est pas un piège, Gaby. Ca ne peut pas en être un. Et si je devais tomber, il tomberait avec moi. »

C’était lui qui l’avait démarché, lui qui avait été clair sur le fait que les canaux officiels, ceux de la police, ne pouvaient pas lui apporter ce qu’il cherchait. Alors si elle frôlait l’illégal, ou y mettait un pied, nul doute qu’il plongerait également, pour l’avoir incité à commettre une infraction. Elle ne lui faisait aucunement confiance, certes, mais le comportement du flic l’avait rassuré sur ses intentions sincères. Et ce n’est pas parce qu’elle n’avait pas envie de prendre ses appels et de prévoir un rendez-vous de debriefing qu’elle craignait pour sa santé ou sa sécurité. Il ne lui arriverait rien, à part éventuellement une poussée d’urticaire au contact de la flicaille.
Bien décidée à clôturer le sujet, Lucy reporte son attention sur la scène et tente de se concentrer sur la musique.

« Pas mal, comme groupe. »


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) EmptyMar 1 Aoû 2023 - 18:15



Musics sound better with you ft  @Lucy Cavanagh #2

Avril 2023. « Si tu m’avais proposé de rentrer, tu sais que j’t’aurais traité de petite mamie rabat-joie ! » Gabrielle n’en doute pas, connaissant suffisamment sa meilleure amie pour savoir qu’elle en aurait été tout autant capable, alors que c’est elle qui est en train de se plaindre de la proposition de la californienne qui souhaite rester camper sur le site ce soir. Et si la légèreté est le maître mot et que les deux jeunes femmes souhaitent retrouver un temps qui est désormais bien loin derrière elles, la réalité les rattrape bien plus vite qu’elles ne l’auraient pensé. Il faut dire que cet appel impromptu d’un fantôme du passé ne réjouit en rien l’avocate, qui voit d’un très mauvais œil que sa meilleure amie ait renoué avec Anwar qui n’est, à ses yeux, que source de problème. « Tu sais bien qu’il n’en est pas question … » Evidemment qu’elle refuse son aide, celle financière qu’elle pourrait lui apporter si telle est sa motivation pour avoir accepté de renouer avec l’inspecteur de police. Une motivation qu’elle peut comprendre, Gabrielle, consciente des souhaits de Lucy quant à sa future maternité. Mais elle préférerait qu’elle accepte son aide plutôt qu’elle fournisse la sienne à Zehri « Je dois lui trouver toutes les infos possibles sur un type, c’est tout. » Le sourcil de Gaby s’arque, n’appréciant guère la précision. Ce type qu’elle évoque ne lui inspire pas confiance et ne la rassure en rien sur l’issue possible de cette affaire. Elle retient un commentaire, celui qui confirmerait sa réticence et surtout elle retient des questions relatives à ce fameux type dont elle parle, bien placée effectivement pour savoir que Lucy ne pourra lui fournir d’informations à son sujet. A la place, l’avocate préfère interroger sa meilleure amie sur sa certitude à se lancer dans une telle requête, tentant de faire redescendre la tension qui s’est instaurée entre elles du fait du désaccord qu’elles ont à ce sujet « S’il est venu me voir, c’est qu’il était vraiment coincé. Crois-moi, il me déteste autant que je le déteste, c’est certain. Alors je lui trouve les infos dont il a besoin, il me paie, et on ne se reverra plus jamais. C’est aussi simple que ça. » Aussi simple que ça, Gabrielle n’y croit pas, se souvenant très bien du passé commun entre Lucy et Anwar et de la tournure des événements, qui n’ont pas été à l’avantage de la Cavanagh, bien au contraire. « Ce n’est pas un piège, Gaby. Ca ne peut pas en être un. Et si je devais tomber, il tomberait avec moi. » « Crois-moi que cette fois, il tombera, je m’en assurerait » Parce qu’elle va veiller au grain et que Lucy peut être certaine que, si quelque chose devait mal tourner, Gabrielle sera là pour la soutenir « Promets moi juste que, si tu sens que le vent tourne, tu me le diras » parce qu’elle ne tient pas à la revoir dans une situation similaire à quelques années en arrière alors qu’elle a tout perdu et si elle ne peut agir sur le fait que Lucy accepte ou non cette collaboration, elle veut au moins être au courant quant au fait que tout se passe bien.

« Pas mal, comme groupe. » Il est peut-être préférable qu’elles changent de sujet et retrouvent la légèreté qu’elles étaient venues trouver ici en se concentrant sur le nouveau groupe qui est venu prendre place sur scène. Gabrielle reporte son regard sur la scène et affiche un sourire alors qu’elle écoute un peu plus attentivement la mélodie qui leur parvient jusqu’aux oreilles. Reprenant sa bière, buvant une gorgée de celle-ci, une grimace vient tordre ses traits « On aurait dû vraiment apporter nos propres bouteilles » De vin, évidemment, râlant à nouveau face à ce liquide ambré dont elle n’apprécie nullement les saveurs. Les deux jeunes femmes restent quelques minutes encore à écouter le groupe et décident de s’éclipser après quelques chansons pour aller poser leur campement d’un soir.

Gaby ouvrant le coffre de la voiture s’empare du nécessaire pour qu’elles s’installent à quelques pas de là. Après avoir trouvé un emplacement – n’étant pas les seules à avoir eu cette idée – les deux jeunes femmes s’attaquent à l’installation de leur tente, tente que la californienne regarde d’un air dubitatif « Ça fait très longtemps que je n’ai pas monté une tente ». Et sûrement que sa dernière expérience remonte à quand elle était encore étudiante, car même si elle aimait parfois partir en weekend en pleine nature, elle faisait toujours en sorte de trouver un logement douillet pour la nuit « Bon, à deux on devrait y arriver » Un léger rire s’échappe d’entre ses lèvres alors qu’elle est dubitative et s’empare des premiers éléments pour monter la tente.

Spoiler:
.



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
LE DESTIN
LE DESTIN
l'être suprême
l'être suprême
Music Sounds Better With You (Gabrielle) HlIQNBi Présent
ÂGE : des milliers d'années, mais je suis bien conservé.
STATUT : marié au hasard.
MÉTIER : occupé à pimenter vos vies, et à vous rendre fous (a).
LOGEMENT : je vis constamment avec vous, dans vos têtes, dans vos esprits, et j'interviens de partout, dans vos relations, dans vos joies, vos peines.
Music Sounds Better With You (Gabrielle) ZOqJpzo
POSTS : 30378 POINTS : 460

TW IN RP : nc
PETIT PLUS : personne ne sera épargné, c'est promis les chéris.
AVATAR : je suis tout le monde.
CRÉDITS : loonywaltz
DC : nope.
PSEUDO : le destin.
INSCRIT LE : 15/12/2014

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) EmptyMar 1 Aoû 2023 - 18:15


Le membre 'Gabrielle Strange' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'dé action' :
Music Sounds Better With You (Gabrielle) 7qAeKoF
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) EmptyVen 18 Aoû 2023 - 20:50


@Gabrielle Strange - Lucy Cavanagh


Il suffit d’un appel, d’un nom qui s’affiche à l’écran du téléphone de la détective, pour que l’atmosphère détendue et agréable devienne glaciale. Certes, ce n’est pas n’importe quel nom, c’est celui d’Anwar. Gaby et Lucy ont parlé de lui à de nombreuses reprises, encore et encore. D’abord, lorsque Lucy travaillait encore dans la police, il avait été évoqué comme un collègue, un gars sympathique avec qui le contact passait bien, et avec qui elle était déjà partie en infiltrations à quelques reprises. Puis, après le renvoi de Lucy de la police de Brisbane, son nom était revenu fréquemment. A vrai dire, selon la jeune femme, il faisait partie des trois personnes qui auraient pu dénoncer tous les collègues qui étaient tombés. Ca ne pouvait être que trois personnes : Frank, leur chef d’unité, ou Anwar. Ces flics là n’avaient pas flanché. Ces flics là s’en étaient tirés sans aucune égratignure. Et Anwar était sur la liste noire de Lucy, même s’il n’était pas forcément en pole position.

« Crois-moi que cette fois, il tombera, je m’en assurerai. »

Lucy n’est pas une sainte. Elle a, comme tout le monde, ses défauts. Elle en a beaucoup, d’ailleurs. Elle est franche, cynique, sans filtre. Il peut lui arriver d’être égoïste. Elle est têtue et bornée, souvent grincheuse, oui, mais Lucy n’est pas méchante. Et pourtant, quand Gaby lui propose de faire tomber Anwar, un homme qu’elle déteste, un homme qu’elle a rêvé de voir chuter encore et encore, elle ne peut empêcher un sourire mauvais de se dessiner sur ses traits.

« Et ce sera avec grand plaisir. »

Elle tente de retrouver son calme, de ne pas penser au pire, et de ne pas laisser sa haine pour le policier prendre le dessus : après tout, elle n’avait pas fini de travailler pour lui, n’en était qu’au début de sa mission, malheureusement, et serait sans aucun doute bientôt amenée à le revoir.

« Promets moi juste que, si tu sens que le vent tourne, tu me le diras. »

Cette fois-ci, c’est un sourire sincère qui s’affiche sur le visage de la jeune femme alors qu’elle pose sa main sur celle de son amie.

« Je te le promets. Et t’inquiète pas, j’ai toujours ta carte sortie de prison dans mon portefeuille. »

Elle rit, mais elle avait en effet toujours la carte professionnelle de Gaby sur elle, ça pouvait toujours servir, si elle devait rencontrer des ennuis dans le cadre de son travail. Pour l’instant, elle ne l’avait pas utilisé, et elle espérait qu’il en serait toujours ainsi. Mais mieux valait prévenir que guérir.

Bien décidée à ne pas laisser cette dispute ruiner leur petite escapade entre filles, Lucy reporte son attention sur la scène et le groupe qui s’y produit, faisant un commentaire sur la musique pour que Gabrielle s’y intéresse également. Il est temps qu’elles changent de sujet : hors de question qu’Anwar ruine cette soirée, comme il avait potentiellement ruiné la vie de Lucy.

« On aurait dû vraiment apporter nos propres bouteilles. »

Lucy éclate de rire. Elle sait à quel point Gaby tient à son verre de vin.

« Grave ! Je tuerais pour une bouteille de scotch ! »

Il lui faudrait au moins ça pour désinfecter sa bouche après tout l’alcool bon marché qu’elles auront ingurgité. Mais bon, ça reste de l’alcool alors, à défaut de mieux, elles devront s’en contenter. Après encore une quinzaine de minutes à écouter ce groupe qu’elles ne connaissaient pas, les deux jeunes femmes rejoignent la voiture pour y récupérer leur tente et leurs sacs de couchage pour la nuit.

« Ca fait très longtemps que je n’ai pas monté une tente. »

Lucy la sort du sac en tissu en faisant la moue, secouant le sac dans tous les sens.

« T’as pas une notice ? »

La détective est moins précieuse que Gabrielle. Elle n’est pas fan de camping, loin de là, mais elle a déjà dormi dans des conditions plus rudes, elle en est persuadée. Parfois, ses planques s’éternisaient, l’obligeant à dormir dans sa voiture ou, à l’époque de la police, dans des camionnettes ou des appartements déserts, à même le sol. Alors, à défaut de mieux, l’herbe ferait sans doute l’affaire. Ce que Lucy craignait, en revanche, c’étaient le froid, l’humidité, et les bestioles dont la tente ne pourraient pas les protéger si elles n’arrivaient pas à la monter.

« Bon, à deux on devrait y arriver. »

Lucy esquisse une nouvelle moue mais ne dit rien, imitant l’avocate et se saisissant de la toile. Elle la tourne dans tous les sens, la lance dans les airs avec optimisme, et la regarde retomber en boule sur le sol.

« Bon … c’est pas ce genre de tentes qu’on lance et qui se montent toute seule … »

Ca aurait été tellement bien. Les deux jeunes femmes poursuivent leurs efforts mais, décidément, elles ne sont pas très douées. Lucy fait la grimace en examinant le résultat.

« Je suis sûre que c’est pas censé être comme ça … »

C’est évident, elles se sont plantées quelque part. Lucy est en train de perdre patience. Elle sent la colère qui la gagne quand elle repère deux hommes d’à peu près leur âge, à quelques mètres de là, qui boivent tranquillement une bière devant l’entrée de leur tente, une tente fonctionnelle et bien montée. La détective penche la tête pour les observer une minute, reporte son regard sur leur abri bancal avant de reposer ses yeux bleus sur les deux types. Laissant échapper un petit soupire, Lucy s’approche d’eux : après tout, pourquoi pas ? Elles étaient là pour s’amuser, non ?

« Hey ! Je crois qu’on n’a plus utilisé cette tente depuis un petit moment pour faire des festivals … »

Inutile de préciser que ça fait en réalité un petit moment qu’elles n’ont plus fait de festivals … A ce moment précis, Lucy déteste le ton de sa voix, légèrement mielleux et implorant.

« Ca vous dérangerait de nous aider ? Promis, on vous paiera une bière après ça ! »

Les deux gars échangent un regard avant de les rejoindre, le sourire aux lèvres. Et, alors qu’ils s’attaquent à la tente des filles, Lucy hausse les épaules d’un air innocent en regardant Gaby.

« Le grand brun est pour moi ! »

Qu’elle se démerde avec l’autre si elle en avait envie. Lucy n’était pas près de refaire confiance à un homme et à se lancer dans une relation, mais elle n’était pas devenue nonne pour autant.



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) EmptyDim 3 Sep 2023 - 18:58



Musics sound better with you ft  @Lucy Cavanagh #2

Avril 2023. « Et ce sera avec grand plaisir. » La méfiance est de mise à l’égard d’Anwar Zehri et si jamais cette nouvelle alliance que forme l’inspecteur avec sa meilleure amie venait à causer du tort à cette dernière, Gabrielle agirait à la seconde même. Cette fois, elle ferait en sorte qu’il tombe aussi, là où la dernière fois, elle s’est surtout focalisée sur sortir Lucy du pétrin et limiter les dégâts pour elle plutôt que de faire tomber les vrais traîtres dans cette histoire. « Je te le promets. Et t’inquiète pas, j’ai toujours ta carte sortie de prison dans mon portefeuille. » Si Lucy use d’une petite touche d’humour, Gaby, elle, ne le voit pas de cette façon, son regard s’assombrissant alors qu’elle croise celui de la jeune femme. Elle ne dit rien mais cela n’est pas nécessaire, Lucy a très bien compris que ce deal avec le Zehri ne lui plait pas et qu’elle ne manquerait sûrement pas de remonter les bretelles à son amie si jamais les choses venaient à mal tourné. Elle va veiller au grain, c’est certain.

Mais elles ne sont pas là pour se prendre la tête non plus et tourner en boucle sur un sujet qui ne mérite pas de gâcher ce moment qu’elles ont décidé de s’offrir, celui qui leur permet de laisser derrière elle tout ce qui peut bien leur causer du tort au quotidien. Leurs attentions sont vite reportées sur le groupe qui se produit sur scène, appréciant cet instant où l’insouciance reprend le dessus et où elles se voient redevenir les deux étudiantes d’un temps plus simple « Grave ! Je tuerais pour une bouteille de scotch ! » Qui ont toutefois leurs petites exigences parce qu’elles ont dépassé la vingtaine depuis belle lurette et qu’elles ont quelque peu raffiné leur goût depuis en matière d’alcool.

« T’as pas une notice ? » « Non, j’ai eu foi en nous et en nos souvenirs de jeunesse » qu’elle fait en grimaçant alors qu’elles ont pour mission maintenant de monter leurs tentes afin de pouvoir dormir à l’abri cette nuit. Sauf que les vieilles habitudes ne reviennent pas aussi vite qu’elle aurait aimé, elles semblent même être portées disparu, Gabrielle regardant avec dubitation la toile de tente. Bon, elles ne sont pas stupides et devraient pouvoir s’en sortir, les deux s’activant en tournant la toile dans tous les sens pour en trouver le sens… en vain. Lucy tente une autre opération et lorsque la toile s’écrase lamentablement au sol, Gabrielle ne peut s’empêcher de la regarder d’un air ahuri « Bon … c’est pas ce genre de tentes qu’on lance et qui se montent toute seule … » Elle éclate de rire, secouant sa tête de gauche à droite avant de reprendre la toile et d’essayer de lui redonner un semblant de nécessité « On y pensera pour la prochaine fois » soit ça soit elles envisageront de dormir à l’hôtel, ce qui pouvait être une excellente solution de repli. Sauf que baisser les bras n’est pas non plus dans leurs coutumes et finalement,  à force de volonté, elles parviennent à obtenir quelque chose de potable… ou presque « Je suis sûre que c’est pas censé être comme ça … » Gaby arque un sourcil, ses deux mains sur ses hanches « Non, je ne pense pas non plus » En effet, leur tente semble bancale et elle est persuadée qu’à l’instant même où elles essaieront d’installer le matelas gonflable à l’intérieur, tout s’effondrera. L’avocate soupire fortement, sa patience mise à rude épreuve, mais ce n’est sans compter sur le charme indiscutable de sa meilleure amie qui semble avoir trouvé la solution miracle à leur détresse « Hey ! Je crois qu’on n’a plus utilisé cette tente depuis un petit moment pour faire des festivals … » Gaby tourne sa tête de gauche à droite, non sans lever les yeux au ciel, désespérée par le comportement de Lucy qui n’est définitivement le sien, jouant de ses beaux yeux pour convaincre les deux hommes de venir les aider. « Ca vous dérangerait de nous aider ? Promis, on vous paiera une bière après ça ! » « Tu leur payeras une bière, ma cocotte » que souffle Gabrielle entre ces dents, suffisamment fort cependant pour que Lucy l’entende. Les deux hommes ne se font pas prier et viennent en aide aux deux jeunes femmes, s’affairant sans discuter « Le grand brun est pour moi ! » « T’es pas croyable ! » qu’elle fait alors que ses bras sont croisés sur sa poitrine, son regard porté sur les deux inconnus « Tu te laisse l’autre aussi, tu en fais ce que tu veux » Elle la bouscule doucement avant de s’approcher des deux types pour les remercier alors qu’ils semblent avoir réglé leurs problèmes en deux temps trois mouvements, là où elles, y auraient passé des heures. C’est certain.


***


La nuit n’a pas été si désagréable, bien que Gabrielle soit impatiente à l’idée de retrouver son nid douillet et pouvoir prendre une bonne douche chaude. En attendant, elle se réveille avec le sourire, alors qu’elle se souvient de la soirée mémorable passée avec Lucy, où les deux jeunes femmes ont dansé et chanté au milieu de nombreux festivaliers jusqu’à tard dans la nuit. Elles étaient accompagnées des deux inconnus à qui elles ont demandé de l’aide et si Lucy n’est pas à ses côtés ce matin, ce n’est pas tout à fait anodin. Cela fait d’ailleurs rire la Strange qui décide d’ouvrir la toile de tente pour s’en extirper, la lumière du jour l’aveuglant alors qu’elle passe sa tête au dehors et voir sa meilleure amie arriver discrètement – enfin ça aurait pu être plus discret alors qu’elle s’emmêle les pieds dans elle ne sait trop quoi et que Gabrielle éclate de rire. Elle pose cependant vite sa main sur sa bouche et laisse Lucy venir la rejoindre dans la tente, les cheveux ébouriffés « Sacrée nuit on dirait »

Il est temps de repartir et les deux jeunes femmes prennent alors la route du retour avec en fond la fidèle playlist de Gabrielle. Une Gaby qui semble toutefois ailleurs, perdue dans ses pensées, alors qu’elle a les yeux rivés sur la route. Au bout d’un moment, elle décide de sortir de son silence pour interpeler dans un murmure son amie qui semble somnoler à ses côtés « Lucy ? » Lorsqu’elle a son attention, elle tente de capter son regard, faisant des allers retours entre ses pupilles et la route « Je vais devoir retourner à Los Angeles » Dit de but en blanc comme ça, cela laisse le loisir à tout plein d’interprétations et pour ne pas que son amie pense que ce départ soit définitif, elle ajoute « Le deuxième tireur qui a été appréhendé va être jugé. J’ai été appelée à témoigner. Le procès a lieu en juin » Ce qu’elle ne lui dit pas, pas encore du moins, c’est qu’elle le sait depuis quelques semaines déjà « Je travaille dessus depuis janvier avec Jackson. Lui aussi a été appelé à comparaitre » et c’est cette précision qui fait craindre à Gaby que Lucy n’explose. Entre autres raisons, notamment celles attenantes au fait que se rendre là-bas l’expose à un danger dont elle ignore toujours la teneur mais il n’empêche toujours présent et qui a fait qu’elle a fui la ville californienne.



code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) EmptyLun 11 Sep 2023 - 22:01


@Gabrielle Strange - Lucy Cavanagh


Dès que la parenthèse concernant Anwar est refermée, l’atmosphère redevient plus légère. Les deux jeunes femmes écoutent un instant le groupe qui se produit actuellement sur scène, puis décident d’aller monter leur tente. Elles ont envie d’être prêtes avant la fin de la présente prestation, pour assister au show du groupe suivant. Pourtant, dès que Gabrielle sort la tente de son sac, sans aucune notice, Lucy se met à douter de leurs capacités.

« Non, j’ai eu foi en nous et en nos souvenirs de jeunesse. »

La détective grimace à son tour. Gaby a peut-être eu trop d’espoir, quand leurs souvenirs de festivals semblent remonter à leurs années universitaires à Los Angeles. Lucy tente de lancer la tente dans les airs, espérant qu’elle prenne forme toute seule, sous les éclats de rire de son amie.

« On y pensera pour la prochaine fois. »

La Cavanagh fait une moue boudeuse.

« Mouais, il faudra. »

Elle est légèrement piquée au vif, n’appréciant pas qu’on se moque d’elle et de son manque de compétences. Mais c’est une des raisons pour lesquelles elle s’obstine, redouble d’efforts et, après de longues minutes, la tente commence à ressembler à quelque chose. Pour autant, ce n’est pas tout à fait la même chose que le dessin qui est sur l’emballage, et on dirait qu’il manque quelque chose. Les deux jeunes femmes ont pourtant fait de leur mieux, et Lucy ne sait pas où elles ont pu se tromper. La détective ne veut pas manquer le groupe suivant, ni dormir à la belle étoile, en compagnie des insectes. Alors elle n’hésite pas longtemps avant de demander de l’aide à deux hommes installés non loin d’elles, qui les rejoignent le sourire aux lèvres et s’attèlent immédiatement à la tâche.

« Tu leur payeras une bière, ma cocotte. »

Lucy lâche un instant des yeux les deux corps musclés qui s’affairent pour reporter son attention sur Gaby, secouant la tête d’un air désespéré.

« Madame était à deux doigts d’envisager l’hôtel et voilà qu’elle rechigne à payer une bière à un brave travailleur ? Radine va ! »

Mais son sourire la trahit avant qu’elle n’explose de rire et se concentre à nouveau sur les deux hommes, déclarant à Gabrielle avoir fait son choix : le grand brun sera pour elle.

« T’es pas croyable ! Tu te laisses l’autre aussi, tu en fais ce que tu veux. »

Lucy lève les yeux au ciel en riant : entre leur difficulté à monter la tente, leur aversion pour la bière bon marché et le sérieux de l’avocate, elles n’ont décidément plus vingt ans !

« C’que tu peux être rabat-joie ! J’suis pourtant certaine que ça te ferait du bien. »

Oui, Gaby a bien entendu : une nuit dans les bras de Ben (ou bien est-ce Ken ? Lucy a déjà oublié) ne pourra que la dérider un peu, et ça lui fera visiblement du bien de prendre son pied ! En attendant, pendant que les filles papotent à voix basse, les deux hommes ont réglé leur problème et bientôt, ils se déhanchent tous les quatre face au prochain groupe. Ces artistes sont la tête d’affiche du festival, et la pelouse est emplie de personnes sautant et chantant dans tous les sens. Lucy se cramponne à son amie pour éviter de la perdre dans un mouvement de foule, le sourire aux lèvres, le souvenir de leurs jeunes années se mélangeant à cette superbe soirée.

La nuit qui se poursuit est toute aussi agréable pour Lucy, qui la passe dans les bras d’un certain Mike, le grand brun qui les avait aidées à monter leur tente. Elle ne sait pas où son copain Ken a dormi, et elle s’en fiche royalement. Elle sait que Gaby avait rejoint leur tente, en sécurité et, réveillée par le soleil qui perce à travers la fine toile, Lucy essaie de s’éclipser discrètement pour la rejoindre. Elle desserre les bras de Mike qui l’entourent, doucement, tout doucement, veillant à ne pas le réveiller : elle déteste qu’on la colle ainsi quand elle dort, elle meurt de chaud, et elle n’a aucune envie d’avoir une discussion gênante. Ils ont passé une nuit sympathique, mais l’amusement s’arrête là. Elle ouvre finalement le plus silencieusement possible la tirette de la toile, et s’extirpe enfin de la tente. Elle aurait pu réussir sa fuite discrète, elle était proche du but, mais son pied nu se pose sur une pomme de pin et la voilà qui jure comme un charretier sous le coup de la douleur.

« Putain de bordel de merde ! »

A quelques mètres, Gabrielle éclate de rire alors que Lucy la fusille du regard, se glissant rapidement dans la tente avec son amie avant de refermer derrière elle, bien destinée à échapper à Mike.

« Sacrée nuit on dirait. »

Le regard de son amie vers ses cheveux invite la détective à tenter de les discipliner, alors qu’un petit sourire amusé éclaire son visage.

« Tout ce que je dis, c’est que t’aurais vraiment dû laisser sa chance à Ken ! »

Après un rapide petit-déjeuner et un remballage express de la tente (Lucy est persuadée qu’elle ne se range pas ainsi, et le sac est à deux doigts de craquer), les voilà reparties pour Brisbane, la réalité et le quotidien. La détective a une légère gueule de bois, avec toutes les bières bon marché qu’elles ont bu, et elle somnole doucement sur le siège passager, ses lunettes de soleil sur son nez.

« Lucy ? »

C’est d’une voix pâteuse que cette dernière grommelle.

« Hum ? »

Elle se redresse cependant, même si elle garde les lunettes pour se protéger de la lumière, qui liu semble particulièrement aveuglante aujourd’hui.

« Je vais devoir retourner à Los Angeles. »

Cette fois-ci, Lucy est entièrement alerte, et son regard sonde son amie, attendant la suite. Elle n’aime pas son ton, n’aime pas sentir Gaby aussi tendue. Si celle-ci lui avait déclamé d’un ton joyeux qu’elle retournait à LA, elle aurait pensé à des vacances, même si elle aurait eu du mal à comprendre le choix de la destination pour la Strange. Là, en réponse au ton de Gabrielle, Lucy se crispe à son tour.

« Le deuxième tireur qui a été appréhendé va être jugé. J’ai été appelée à témoigner. Le procès a lieu en juin. »

Lucy écarquille les yeux sous le coup de la surprise et, immédiatement, les mots franchissent ses lèvres.

« Quoi ? Non ! »

Son « non » est ferme, sans appel, et ne laisse place à aucune négociation.

« Je travaille dessus depuis janvier avec Jackson. Lui aussi a été appelé à comparaître. »

Lucy secoue la tête, outrée par ces révélations.

« Depuis janvier ?! Putain, Gabrielle … »

Gabrielle, son prénom en entier, signe de l’agacement de Lucy. Son amie lui a caché ces informations depuis si longtemps ! La partie raisonnable de son cerveau comprend cette dissimulation : Lucy aurait refusé que Gaby y aille. Mais la partie en colère, celle qui prend rapidement le dessus, refuse de comprendre : elle n’est pas plus à même d’accepter maintenant, et pendant des mois, l’avocate a dû se faire un sang d’encre sans pouvoir partager ses craintes avec sa meilleure amie. Quand la détective reprend la parole, on peut entendre au ton de sa voix qu’elle est blessée.

« Tu aurais dû me le dire … J’arrive pas à croire que t’aies porté ça toute seule depuis janvier … »

Enfin, avec Jackson, visiblement, avec qui elle prépare son témoignage … Ce fameux Jackson qui, si il lui a sauvé la vie à l’époque, semble bien prompt aujourd’hui à l’envoyer pile dans la gueule du loup.

« C’est dommage que tu aies perdu tout ce temps à préparer quelque chose avec Jackson, parce que tu n’iras pas ! »

Un instant, on dirait que Lucy s’est transformée en mère d’une adolescente capricieuse. Elle parle à Gaby doucement, posément, mais fermement, lui assurant qu’elle n’ira pas à LA, comme si Gabrielle a besoin de sa permission.

« Qu’ils trouvent quelqu’un d’autre, que ce Jackson témoigne seul, mais il est hors de question que tu ailles ! C’est beaucoup trop dangereux ! »

Elle s’en fiche des autres, mais il est impensable que son amie se mette en danger pour faire condamner un homme, aussi horrible puisse-t-il être. Elle a été flic, elle comprend l’importance d’un procès bien ficelé pour qu’une sanction soit prononcée, mais quand il est question de Gaby, elle ne réagit pas avec sa tête, mais avec son cœur. Elle est incapable de raisonner, ne pense qu’au danger que la Strange courrait en retournant là-bas. Alors non, elle n’ira pas !




Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) EmptyDim 24 Sep 2023 - 15:59



Musics sound better with you ft  @Lucy Cavanagh #2

Avril 2023. « Madame était à deux doigts d’envisager l’hôtel et voilà qu’elle rechigne à payer une bière à un brave travailleur ? Radine va ! » Sauf qu’elle n’a rien demandé à ses braves travailleurs comme elle dit, tout comme elle trouve exagéré de dire qu’elle était prête à payer une chambre d’hôtel. Elle est celle qui, ce soir, a envie de tout sauf du confort de son quotidien, pour fuir celui-ci qui lui pèse bien plus qu’elle ne peut le laisser entrevoir à cet instant, un sourire amusé sur les lèvres alors que Lucy semble avoir prévu la suite de sa nuit en charmante compagnie « C’que tu peux être rabat-joie ! J’suis pourtant certaine que ça te ferait du bien. »  Elle en doute et préfère restée silencieuse face à une telle certitude, se contentant de lever les yeux au ciel car elle est persuadée qu’elle n’a besoin de personnes pour se sentir mieux. C’est ainsi que Gabrielle a toujours fonctionné et c’est ainsi qu’elle continue de fonctionner bien que sa vie actuelle ne soit pas des plus heureuses. Qu’importe qu’une compagnie masculine et le réconfort d’une étreinte furtive peut lui apporter, elle n’a pas la tête à se laisser aller, si ce n’est face au groupe qui performe sur scène, appréciant cette légèreté retrouvée avec son amie tout deux ayant laissé la Lucy et la Gabrielle adultes derrière elles pour quelques heures encore.

Le lendemain matin, c’est donc seule que Gabrielle se réveille sous sa tente, Lucy ayant passé sa nuit en compagnie de Mike. Qu’elle ne soit pas encore de retour amuse l’avocate qui, en sortant la tête de son habitat de fortune, se rend compte que celle-ci n’est pas très loin, tentant une fuite loin d’être discrète « Putain de bordel de merde ! » Gabrielle ne peut que rire face à la maladresse de sa meilleure amie qui, non seulement a dû réveiller Mike mais aussi tout le reste du campement. Lucy s’engouffre vite dans la tente, refermant celle-ci derrière elle « Tout ce que je dis, c’est que t’aurais vraiment dû laisser sa chance à Ken ! » « Oh lâches moi avec ça » qu’elle lui dit en la bousculant et parce qu’elle est tout de même curieuse, elle lui demande quelques détails sur sa nuit avant que les deux meilleures amies décident de lever le camp et retourner à leur vie monotone à Brisbane.

« Hum ? » Sur le route, Gabrielle est celle au volant et avec prudence, elle tente d’interpeler Lucy qui somnole à côté d’elle. La californienne ne peut pas garder plus longtemps pour elle ce procès qui s’en vient, celui qui va l’obliger à retourner à Los Angeles et qu’elle a tenu secret depuis des semaines déjà à bon nombre de ses proches – si ce n’est dire, la totalité d’entre eux. « Quoi ? Non ! » Evidemment, la réaction de Lucy n’a rien d’étonnant et c’est en partie pour cette raison aussi que Gaby ne lui a rien dit avant. Dans la continuité de ses confessions, elle poursuit pour avouer à sa meilleure amie que cela fait depuis janvier qu’elle est au courant et qu’elle travaille sur son témoignage avec Jackson depuis « Depuis janvier ?! Putain, Gabrielle … » Elle sait qu’elle aurait dû lui en parler avant, qu’elle n’aurait pas dû garder ça pour elle -  bien qu’elle n’était pas totalement seule face à cette nouvelle, face à cette préparation qui, mine de rien, est très prenante en plus de cette affaire qu’elle mène de front actuellement ici, à Brisbane, mais Gabrielle ne souhaitait pas non plus inquiéter ses proches à ce propos. Mais l’échéance arrive à grands pas et parce qu’elle souhaite faire preuve de franchise et d’honnetêté, elle se doit aujourd’hui d’en parler avec Lucy, alors que, quelques jours auparavant, c’est avec Channing qu’elle en a parlé – un détail qu’elle se gardera sûrement de lui dire, de peur que cela soit la goutte qui fasse déborder le vase et fasse ainsi imploser Lucy. « Tu aurais dû me le dire … J’arrive pas à croire que t’aies porté ça toute seule depuis janvier … » Elle secoue la tête de droite à gauche « Ne t’en fais pas pour moi, je vais bien » Dire qu’elle ait désolé d’avoir gardé ça secret n’est pas aux programmes, surtout quand les dires de son amie qui suivent prouvent tout ce pour quoi elle n’a souhaité rien dire « C’est dommage que tu aies perdu tout ce temps à préparer quelque chose avec Jackson, parce que tu n’iras pas (…) Qu’ils trouvent quelqu’un d’autre, que ce Jackson témoigne seul, mais il est hors de question que tu ailles ! C’est beaucoup trop dangereux ! » Gabrielle soupire fortement et décide alors de s’arrêter sur le bas-côté. Elle ne peut pas avoir cette discussion en étant distraite et il en va de même pour sa conduite. Lorsqu’elles sont arrêtées, Gaby garde toutefois ses mains sur le volant, son regard porté devant elle « Lucy, je vais y aller » qu’elle le veuille ou non et quoi qu’elle en dise, sa décision est prise. Et puis, ce n’est pas d’elle de se défiler, encore moins alors que justice peut enfin être rendue « Je le fais avant tout pour cet agent de sécurité qui a perdu injustement la vie, pour sa famille ainsi que mon ancien client ». Une part d’elle le fait aussi pour d’autres raisons, celles qu’elle décide d’énumérer à sa meilleure amie en se pivotant enfin vers elle, lui adressant la parole sur un ton qui se veut toujours aussi calme « J’en ai besoin aussi, pour moi. Pour que cette histoire soit définitivement derrière moi » parce qu’actuellement, elle lui pèse, celle-ci lui étant revenue en pleine figure sans qu’elle s’y attende. Ses sourcils s’affaissent d’ailleurs, preuve de la difficulté de l’exercice pour elle « Tu sais à quel point c’est important, Lucy. Tu  ne peux pas me dire de ne pas y aller. Au fond, tu le sais très bien » elle attrape la main de sa meilleure amie, comme si elle cherchait à la ramener à la raison et lui faire prendre conscience qu’elle doit laisser sa subjectivité et sa volonté de la protéger de côté et retrouver un tant soit peu de raison. « Jackson sera avec moi, toute l’équipe de mon ancien cabinet aussi sera là et ils veilleront à ce qu’on soit sous escorte policière durant tout ce temps. Au cas où ». Parce que rien n’est moins sûr quant au fait que le gang ne cherche pas à se venger sur elle à nouveau. « Je ne veux pas que tu t’inquiètes, ça ira ». Elle le sait, c’est plus facile à dire qu’à faire, mais elle le lui demande et son regard ancré dans le sien prouve qu’elle y tient tout particulièrement.


code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) EmptyLun 16 Oct 2023 - 22:15


@Gabrielle Strange - Lucy Cavanagh


Le temps de quelques heures, Lucy était revenue en arrière, au temps de la fac et des festivales auxquels les deux jeunes filles insouciantes participaient dans la Nappa Valley. Elle avait revécu l’adrénaline des concerts, la danse, le camping, et même le coup d’un soir. Elle s’était éclatée, avait profité de cette parenthèse exquise avec sa meilleure amie, et trouvait même que la gueule de bois qu’elle se coltinait maintenant, dans la voiture de Gaby, sur la route du retour, n’était pas cher payée pour tant d’amusement.
Mais toute parenthèse doit se refermer, et c’est l’avocate qui s’empresse de faire éclater leur bulle de bonheur en sollicitant l’attention de Lucy, qui somnolait doucement sur le siège passager. Avant toutes les affirmations de Gaby, la détective déteste déjà le ton employé. Elle remarque à quel point sa meilleure amie est tendue, note ses hésitations, et elle se crispe automatiquement. A raison, quand elle intègre les propos de l’avocate : cette dernière envisage de retourner à Los Angeles pour témoigner contre l’un des deux types qui a failli lui ôter la vie. Immédiatement, Lucy s’emporte et refuse, d’un non catégorique. Elle n’est pas du genre à régenter la vie des autres et à leur imposer ses points de vue, mais quand sa meilleure amie envisage de mettre sa vie en danger, elle ne peut s’empêcher d’intervenir. Elle est déçue, également. Déçue que Gaby ne lui en ait pas parlé avant, alors qu’elle est au courant depuis plusieurs mois. Elle ne veut pas comprendre que son amie a agi ainsi par crainte de sa réaction, ne peut que penser à ces épreuves et cette angoisse qu’elle a dû affronter seule depuis janvier.

« Ne t’en fais pas pour moi, je vais bien. »

Lucy secoue la tête, ôtant finalement ses lunettes de soleil pour détailler Gabrielle du regard.

« Alors pourquoi tu te comportes comme une inconsciente ? »

Non, visiblement, elle n’allait pas bien ! La détective blâmerait bien la bière bon marché du festival, si son amie n’avait pas pris sa décision depuis plusieurs semaines. Alors elle réitère son refus, sans appel : Gaby n’ira pas se mettre en danger, même pour faire condamner un dangereux criminel. Que le bureau du procureur de LA trouve une autre manière de gagner ce procès, et c’est tout. Gabrielle soupire et finit par arrêter la voiture sur le bas-côté. Sage décision et pourtant, elle n’affronte pas le regard glacial de Lucy, gardant son attention fixée devant elle, sur un point au loin.

« Lucy, je vais y aller. Je le fais avant tout pour cet agent de sécurité qui a perdu injustement la vie, pour sa famille ainsi que mon ancien client. »

La première fois, personne n’a été capable de la protéger. Alors Lucy n’avait aucune confiance en ces gens-là. Elle secoue la tête.

« Non. Non ! Ils ne sont pas foutus de garder quelqu’un en vie, et je ne veux pas que tu risques la tienne pour ça ?! Qu’ils trouvent un autre moyen de le faire condamner, sans ton témoignage ! Ils doivent bien avoir quelque chose … »

Lucy réfléchit au quart de tour, désireuse de trouver une faille.

« De la poudre sur ses doigts ou ses vêtements ? D’autres témoins ? Des images de vidéosurveillance ? »

N’importe quoi ? Tout, sauf Gaby.

« J’en ai besoin aussi, pour moi. Pour que cette histoire soit définitivement derrière moi. Tu sais à quel point c’est important, Lucy. Tu ne peux pas me dire de ne pas y aller. Au fond, tu le sais très bien. »

Bien sûr qu’au fond, elle le sait. Mais elle n’en a pas envie. Elle n’est pas capable d’être rationnelle quand la vie de son amie serait en jeu. Elle a cette envie de protéger les siens, envers et contre tous. Et pourtant, elle sent déjà qu’elle s’adoucit.

« Jackson sera avec moi, toute l’équipe de mon ancien cabinet aussi sera là et ils veilleront à ce qu’on soit sous escorte policière durant tout ce temps. Au cas où. Je ne veux pas que tu t’inquiètes, ça ira. »

A ces explications, Lucy laisse échapper un rire mauvais, spontané, qu’elle ne peut retenir.

« Bien sûr, parce qu’ils ont parfaitement prouvé qu’ils étaient capables de protéger des gens et de les garder en vie … »

Non, elle n’avait aucune confiance en eux et en leur capacité. Elle n’avait pas non plus confiance dans une bande d’avocats pour protéger son amie, à part pour servir de cibles humaines à sa place … Quant à ce Jackson à qui Gaby n’arrêtait pas de faire référence, Lucy ne le connaissait pas, et il était hors de question qu’elle lui confie la vie de sa meilleure amie sans aucune garantie. Pourtant, la raison fait son chemin, et la détective sent qu’elle est sur le point de craquer. Elle comprend le point de vue de son amie, sait à quel point c’est important pour elle. Alors, en soupirant une nouvelle fois, elle déclame d’une voix ferme, qui ne laisse pas la place à la négociation.

« D’accord. Mais je viens avec toi. Et c’est moi qui te protègerai ! »

Parce qu’on n’était jamais mieux servi que par soi-même.



Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) EmptySam 4 Nov 2023 - 21:00



Musics sound better with you ft  @Lucy Cavanagh #2

Avril 2023. « Alors pourquoi tu te comportes comme une inconsciente ? » Elle ne se comporte pas comme une inconsciente, ce n’est là que la peur de Lucy qui s’exprime et donc qui fait qu’elle pense que c’est le cas alors que Gabrielle a murement réfléchi cette question. Et même si elle venait à craindre pour sa vie – ce qui n’est en rien son cas – le choix ne lui a pas été laissé que de comparaître à ce procès. Et comment pourrait-t-elle se défiler alors qu’elle était celle visée par ces coups de feu et qu’elle a tout simplement eu de la chance d’être épargnée ? Elle est un témoin clé, celle qui fera le lien entre ce qui s’est passé et les raisons qui ont poussé ces hommes à agir comme ils l’ont fait. Elle sait déjà les questions qui lui seront posées à ce sujet, est parfaitement préparée, même si elle passera encore des heures et des nuits blanches le nez dans ce procès qui approche à grands pas. Alors qu’importe ce que Lucy peut bien en dire, Gabrielle ira, quoi qu’il en soit. Elle sait parfaitement qu’elle ne l’écoutera pas et ne la fera pas changer d’avis « Non. Non ! Ils ne sont pas foutus de garder quelqu’un en vie, et je ne veux pas que tu risques la tienne pour ça ?! Qu’ils trouvent un autre moyen de le faire condamner, sans ton témoignage ! Ils doivent bien avoir quelque chose (…) De la poudre sur ses doigts ou ses vêtements ? D’autres témoins ? Des images de vidéosurveillance ? » Elle n’est pas objective, elle n’est pas capable de faire preuve de discernement et de raison et ça, Gabrielle l’entend. Elle ne peut pas lui reprocher non plus quand Lucy exprime là son souhait de ne pas vouloir voir Gaby risquer à nouveau sa vie, ne voulant pas qu’elle se retrouve, à nouveau, sous une pluie de tirs et que, cette fois, elle ne soit pas épargnée. Mais il n’y a rien à craindre, pour ça la californienne en est persuadée, et même si Lucy ne l’entend pas, elle le lui rappelle « Arrêtes, Lucy, veux-tu ? Tu sais très bien que comment ça marche et à quel point ma présence est capitale ». Elle connait le milieu, même si elle l’aborde d’une tout autre manière et c’est sous cet angle que Gabrielle aimerait que sa meilleure amie aborde la question. A défaut, l’avocate essaye de la rassurer, lui disant qu’elle ne sera pas seule, notamment parce que Jackson sera là, qu’une garde rapprochée sera en place cette fois pour veiller à ce que rien ne puisse arriver  « Bien sûr, parce qu’ils ont parfaitement prouvé qu’ils étaient capables de protéger des gens et de les garder en vie … » Elle soupire, son regard se reportant sur l’horizon quelques secondes parce qu’elle comprend bien qu’elle a fasse à elle, un mur. « D’accord. Mais je viens avec toi. Et c’est moi qui te protègerai ! » « Certainement pas, Lucy » et elle est catégorique sur ce point, son air devenant sévère, ses sourcils se fronçant alors que son regard s’est ancré dans celui de la brune « Tu n’as pas à faire ça » qu’elle reprend cette fois avec plus de douceur, ses épaules se détendant à nouveau. « Channing m’accompagne » qu’elle lâche de but en blanc, non pas pour espérer que cela dissuade Lucy, mais parce qu’elle estime devoir être franche à ce sujet avec elle « Je lui ai demandé. Ce n'est pas parce que sa présence me rassure plus que la tienne mais je n’ai vraiment pas envie de te mettre en danger toi aussi, Lucy ». Elle ne se le pardonnerait pas, ayant longuement hésité aussi à le demander à l’héritier qui n’était en rien au courant de toute cette histoire avant qu’elle n’aille le voir, il y a quelques semaines de ça. « C’est en juin, d’ici là… On en reparlera d’accord ? » La discussion ne mène nulle part, les deux campant sur leurs positions et elle ne tient pas à finir ce séjour avec sa meilleure amie sur une mauvaise note, à cause de cette discussion.

code by EXORDIUM. | imgs by tumblr


Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) EmptyLun 20 Nov 2023 - 21:44


@Gabrielle Strange - Lucy Cavanagh


L’incompréhension saisit la brunette, qui écoute pourtant son amie. Ou plutôt, elle l’entend, mais ne l’écoute pas. Elle n’en est pas capable. Pas quand Gabrielle envisage de risquer sa vie pour faire condamner l’homme qui a déjà essayé de la tuer et qui a tué un autre homme. Une partie d’elle comprend la volonté de justice de sa meilleure amie, mais cette partie est insignifiante par rapport à la crainte de voir une nouvelle fois l’avocate se mettre en danger. Elle ne peut tout simplement pas admettre que Gaby frôle une nouvelle fois la mort, pour qu’un homme finisse en prison. Elle tente de marchander, de savoir si le bureau du procureur de Los Angeles n’aurait pas d’autres éléments pour faire condamner l’assassin, quoi que ce soit qui permettrait d’éviter un retour de la Strange sur le sol américain. Car la cité des anges a bien réussi à prouver, la dernière fois qu’elle était parfaitement incapable d’assurer la sécurité de personnes pourtant indispensable à la justice. Alors non, Lucy n’est pas capable de raisonner. Elle ne peut penser avec sa tête, se contentant de réagir avec son cœur et ses tripes, quand toutes les parties de son corps lui crient d’empêcher Gaby de commettre une erreur qui pourrait cette fois-ci lui être fatale.

« Arrêtes, Lucy, veux-tu ? Tu sais très bien comment ça marche et à quel point ma présence est capitale. »

L’incompréhension et la peur laissent la place à la colère, alors que la détective dévisage son amie, la mâchoire serrée. Ses yeux bleutés lancent des éclairs alors qu’elle tente désespérément d’accrocher le regard de sa meilleure amie, qui fixe obstinément la route, malgré le fait qu’elle se soit sagement arrêtée sur le bas-côté. Mais Lucy sait reconnaître une bataille perdue d’avance. Elle connait le tempérament de Gabrielle, sait à quel point l’avocate peut être bornée et butée quand elle a une idée en tête. Alors, elle sait qu’elle a beau protester, refuser ou marchander, rien de ce qu’elle pourra dire ou faire la dissuadera de se rendre à Los Angeles pour témoigner. Alors, avec un soupire, elle concède la défaite, à une seule condition : elle accompagnera Gabrielle, et ce sera elle qui sera en charge de sa sécurité. Après tout, ne dit-on pas que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même ?

« Certainement pas, Lucy. Tu n’as pas à faire ça. »

La détective hausse les sourcils, surprise de ce revirement de situation. Finalement, c’était l’avocate qui finissait par employer un ton ferme et sans appel, et refusait une proposition que Lucy jugeait plutôt correcte. Elle avait fait un énorme effort pour céder et accepter que Gaby aille risquer sa vie à Los Angeles. La moindre des choses était que la Strange accepte qu’elle l’accompagne. Après tout, n’appelait-on pas cela un compromis ?

« Channing m’accompagne. »

Lucy serre tellement fort la mâchoire qu’elle entend ses dents frotter les unes contre les autres, et se demande si Gabrielle entend le même bruit particulièrement désagréable. Channing, l’homme que la détective détestait car il ne cessait de faire souffrir sa meilleure amie, n’avait rien à faire dans l’histoire. Après tout, ils n’étaient plus ensemble, et les choses semblaient enfin définitives. Alors sa présence ne fait aucun sens, d’autant plus qu’il ne peut rien apporter que Lucy ne peut procurer à Gabrielle. La Cavanagh peut assurer sa sécurité, en plus de lui apporter soutien et réconfort. Channing, lui, ne fera que susciter de l’espoir vain d’une idylle qui ne fonctionnera jamais. Lucy en est certaine : sa présence ne pouvait être qu’une mauvaise idée.

« Je lui ai demandé. Ce n’est pas parce que sa présence me rassure plus que la tienne mais je n’ai vraiment pas envie de te mettre en danger toi aussi, Lucy. »
« Et lui par contre, on peut le mettre en danger sa problème ? »

Pas que la perspective dérange Lucy, loin de là, mais elle avoue ne pas comprendre. Elle sait que Gabrielle ne veut, en réalité, mettre personne en danger. Alors pourquoi Channing, alors que la détective est sa meilleure amie, celle qui serait la plus apte à lui apporter le réconfort nécessaire pour traverser cette épreuve, mais également la mieux placée pour la protéger ? Le Walker, lui, ne serait qu’un poids inutile.

« Je comprends pas, Gaby. Tu vas juste t’inquiéter pour lui, quand tu seras là-bas. Sa présence te déconcentrera ! Et moi, je peux assurer ta sécurité, je sais manier une arme, j’ai été formée à ça ! Lui, il a quoi ? »

Mais Gabrielle semble s’agacer de cette discussion qui ne va nulle part, chacune campant sur ses propres positions.

« C’est en juin, d’ici là … On en reparlera d’accord ? »
« Humpf. »

Lucy se contente de grommeler, incapable de manifester autrement son mécontentement, et tout autant incapable de céder devant sa meilleure amie. Alors, remettant ses lunettes de soleil sur son nez, elle croise les bras et se laisse aller dans le fond de son siège. Le reste du trajet sera silencieux, alors que la bulle de bonheur dans laquelle les deux jeunes femmes s’étaient retrouvées lors du festival a bel et bien éclaté.



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty
Message(#) Sujet: Re: Music Sounds Better With You (Gabrielle) Music Sounds Better With You (Gabrielle) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Music Sounds Better With You (Gabrielle)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
écrire son histoire.
 :: nouer des contacts :: mémoire du passé
-