AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gaïa Salvatori
Gaïa Salvatori
la justicière au stylo
la justicière au stylo
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 9OYzxwd Présent
ÂGE : 34 ans (02/10/89 › ♎︎)
STATUT : elle aime Vittorio à la folie, mais mentirait en disant que trouver une bague de fiançailles dans ses affaires ne l'a pas déstabilisée, d'autant que cette dernière ne porte pas ses initiales, mais ceux d'une autre
MÉTIER : journaliste d'investigation freelance, un premier roman publié en janvier 2023 qui n'a malheureusement pas eu le succès escompté
LOGEMENT : #146 agnes street (bayside), une maison proche de la plage, qu'elle partage avec son italien depuis début 2023.
osvaldrps
POSTS : 2437 POINTS : 0

TW IN RP : mentions d'agression physique (passée), aerodromophobie
TW IRL : cruauté animale
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : ☾ Italienne de naissance et de coeur › troisième d’une fratrie de six › a choisi de partir étudier à Rome à sa majorité › ambitieuse, obstinée (carrément têtue) et surtout très carriériste › noie ses daddy issues dans du vin hors de prix › cuisine à merveille les plats surgelés › pense que la pizza est un légume
CODE COULEUR : (indianred)
RPs EN COURS : vittorio (10)kai (01)lyla (01)mila (02)cece (01) 05/07

FLASHBACKS / UA: X

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Tumblr_ouqel1vSHr1rmi59go8_250
☾ VITTAÏA › I practice every day to find some clever lines to say to make the meaning come true, but then I think I'll wait until the evening gets late and I'm alone with you

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 77d3b79d3b3878c3e78acd4e1f2eef36f967f007
☾ MILA › uc.

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 64b8c2c9866e1cc5def18995d97ed2e35d2a86ad
☾ CECE › uc.

RPs EN ATTENTE : (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest N3hg


blake (01)
RPs TERMINÉS : (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 16591110

2023 ☾ rosalie (02)mila (01 › 2020) - vittorio (09)river (01) 2022 ☾ vittorio (08)rosalie (01) vittaïa (06) vittaïa (07 ; mails)nino (05)gabrielle (01) 2021 ☾ vitto & ninomartinprimrosechanningmaze 2020 ☾ vitto (04)vittaïa (05) 2019 ☾ vitto (03) vittorio & ariane jillian nino (04) 2018 ☾ nino(02) nino(03) noa ariane (01) vitto (02) 2017 ☾ nino (01) vitto (01)

abandons ☾:


(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Wj8r
☾ NINAÏA › (u.c.)

AVATAR : blanca suárez
CRÉDITS : avatar @izzy25 (avacréa) - signature @sial - userbars @loonywaltz - crackships @bleeding_light - douceur sucrée ©mapartche - gifs @midnight-wraith(tumblr), @merrittrps, @damnitmalz, @katesgifsrp
DC : alba fletcher & vivian irish
PSEUDO : kahlyra (gabrielle)
Femme (elle)
INSCRIT LE : 19/10/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t17200-gaia-piu-in-alto-del-sole
https://www.30yearsstillyoung.com/t37527-shining-just-the-way-i-like-gaia#1789232

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Empty
Message(#) Sujet: (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest EmptyDim 11 Juin 2023 - 14:36



tonight is gonna be the loneliest
Blottie au fond du canapé, Gaïa observait distraitement une énième interaction entre le chat et le chien de la maison. La cohabitation entre les deux animaux n'était pas des plus simples, mais puisque pour le moment aucun des deux n'avait eu d'avantage certain et définitif sur l'autre, l'italienne assumait que ça se passait aussi bien que possible. Pour être honnête, la jeune femme avait d'autres choses en tête, et si elle s'était levée de très bonne humeur ce matin, l'appel qu'elle avait reçu quelques minutes plus tôt lui avait fait perdre le sourire. Rosalie, son éditrice et amie, l'avait appelée pour lui parler du roman qu'elle avait publié en début d'année. Un roman qui avait eu beaucoup de succès les premières semaines après le lancement, ce qui avait bien évidemment laissé la journaliste aux anges, flattant son égo avec facilité. Malheureusement, l'euphorie et la curiosité des premiers temps retombés... Le succès n'était pas au rendez-vous, pas autant qu'elle ne se l'était imaginé en tout cas. On était loin du best-seller, très loin, et seul le fait de savoir qu'elle avait utilisé un alias pour publier la soulageait un peu. Oui, depuis qu'elle avait raccroché, Rosalie lui faisait promettre qu'elles se verraient bientôt, Gaïa était en état de choc. Elle n'avait jamais échoué, dans quoique ce soit, et le sentiment qui était un train de l'envahir toute entière n'avait vraiment rien d'agréable. Délaissant la vision du chat noir qui venait de mettre une beigne au chien, l'italienne avait abandonné le canapé pour se lever. Il fallait qu'elle s'occupe l'esprit, sinon, elle allait commencer à broyer du noir. Ce qu'elle finirait par faire assurément, mais si elle pouvait attendre le retour de Vittorio chez eux avant de s'effondrer, elle pourrait au moins lui en parler avant de se renfermer sur elle-même. Mais y arriverait-elle seulement? La déception lui laissait déjà un coup métallique dans la bouche.

Campée dans la chambre à coucher, dans un état second, l'italienne venait de défaire un premier carton et d'attaquer le déballage d'un second quand elle avait entendu le bruit de la porte d'entrée. Le chat, couché en boule au pied du lit, pas peu fier de sa précédente victoire son colocataire canin, avait à peine ouvert un oeil, avant de retourner à sa sieste. Il y avait de tout dans ce carton. C'était un joyeux mélange d'affaires de Vittorio et de quelques unes des siennes, celles qu'elle avait longtemps laissé dans le duplex de son compatriote, où vers la fin, elle passait bientôt plus de temps que dans son propre appartement. La voix de Vittorio s'élevant au rez-de-chaussée, la jeune femme lui avait répondu d'une voix claire, soulagée de le savoir enfin là, quand de toute évidence elle avait besoin de lui parler de ce qu'elle venait d'apprendre. « Je suis dans la chambre. » Elle espérait qu'il ne tarderait pas à monter la rejoindre, qu'il lui volerait un baiser comme à son habitude. C'est pour cette raison qu'elle n'avait pas bougé tout de suite, bien décidée à terminer le déballage du deuxième carton avant de devoir se lancer dans un monologue - probablement larmoyant. Les quelques livres sur le dessus du carton bien vite rangés, la journaliste avait commencé à fouiller dans ce qu'il restait, et rapidement, son regard avait été attiré par un objet en particulier. Une petite boîte carrée, en velours noir. Qui ne laissait que peu de doutes quant à ce qu'il y avait à l'intérieur. Son coeur avait raté un battement, deux même. Fébrile, elle avait ouvert l'écrin, pour réaliser que c'était exactement ce qu'elle avait imaginé. Une bague de fiançailles, magnifique, le solitaire scintillant dans son écrin obscur. Elle avait beau l'avoir sous les yeux, la jeune femme peinait à réaliser que c'était réel, et ce que ça impliquait. Leur couple venait à peine de franchir un grand pas, et voilà que son compagnon envisageait déjà d'en franchir un autre? Oscillant entre l'excitation et la peur, la journaliste, au lieu de refermer l'écran, avait décidé de l'observer un peu plus attentivement. Une belle erreur. Sa gorge s'était resserrée instantanément. Ce n'était pas ses initiales qui étaient gravés sur le métal, à l'intérieur de l'anneau. V.G. & M.S. Et la jeune femme s'était figée. Vittorio avait en sa possession une bague, et pas de n'importe quel type, qui de toute évidence n'était pas pour elle. Elle ne l'avait pas entendu monter les marches, pas du tout, pourtant, sa silhouette venait d'apparaître dans l'encadrement de la porte. Quand elle avait relevé la tête, l'écrin toujours entre les mains, son regard avait immédiatement accroché le sien. Elle aurait voulu dire quelque chose, lui demander ce que ça voulait dire. Mais aucun mot n'avait voulu franchir la barrière de ses lèvres.
@vittorio giovinazzo (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 873483867 ∙ code par alcara


.
Sai, la gente è strana, prima si odia e poi si ama. L’amore non segue le logiche, ti toglie il respiro e la sete.


(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Vittai11
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Journa11
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Wine111
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Libra111
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 4lr4vc11

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 873483867:


Dernière édition par Gaïa Salvatori le Sam 14 Oct 2023 - 15:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vittorio Giovinazzo
Vittorio Giovinazzo
le mal du pays
le mal du pays
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest V5Pnm5h Présent
ÂGE : 38 ans (13/04/86)
SURNOM : vitto par à peu près tout le monde, totti par ses frères
STATUT : il tente non sans mal d'apprendre à manier l'art de la communication, tout en restant persuadé que les actions valent mieux que les belles paroles
MÉTIER : moniteur de boxe américaine et gérant du dojo Riley pour le compte de Donnie, il est aussi juriste bénévole pour Homeless Connect sur son temps libre
LOGEMENT : #146 agnes street (bayside), une maison non loin de la plage, dans laquelle Gaïa et lui font avec les plans machiavéliques du chat pour tenter de se débarrasser du chien
gif@simran
POSTS : 5478 POINTS : 690

TW IN RP : misogynie, gaslighting, pratique religieuse (catholicisme), homophobie intériorisée, mention de négligeances infantiles
TW IRL : non-communiqués
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : à brisbane depuis septembre 2016 › deux demi-frères et une demi-soeur › ceinture noire de full-contact › parle italien & napolitain, accent anglais déplorable › a obtenu une équivalence à son diplôme de droit italien fin 2020 › bénévole chez Homeless Connect, il distribue des repas et dispense de l'aide juridique aux sans-abris › zéro sens de l'orientation › se déplace à vélo › SDF au début de ses études › ancien procuratore sostituto au barreau de Rome › (trop) carriériste › élevé dans une cité, il en a parfois encore l'attitude › attaché à la religion, fréquente régulièrement l'église
CODE COULEUR : étale sa mauvaise foi en "lightseagreen"
RPs EN COURS : gaïa 10kieran 01malone 02mila 02 › ulysse 01 (05/08)

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Z8AxICz
vittaïa 10 › I practice every day to find some clever lines to say to make the meaning come true, but then I think I'll wait until the evening gets late and I'm alone with you

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Tumblr_o7g3ep1xVe1tctq75o8_r1_400
vittonnie (scénario) › doesn't matter what you see, I know I could never be someone that'll look like you, doesn't matter what you say, I know I could never face someone that could sound like you

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 0xNs4wy
homeless connect (préliens) › so take my hands and come with me, we will change reality, so take my hands and we will pray, they won't take you away, they will never make you cry, they will never make you die

RPs EN ATTENTE : deborah 02
RPs TERMINÉS :
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest MWyMoMr
giovinetti › passion or coincidence once prompted you to say "pride will tear us both apart" - well, now pride's gone out the window, cross the rooftops, run away

2023gaïalie (incruste)mila 01

2022gaïa 07 (mails)gaïa 08gaïa 09auden 01lisbeth 01malone 01

2021gaïa 06nino 07

2020gaïa 04josephdanikalivia 03adèle 01nino 06gaïa 05matthias 04

2019vittaïarianenino 04cora 04edgegaïa 03matthias 02matthias 03nino 05

2018cora 02gaïa 02ariane 01rooftop nightheidi 03ariane 02nino 03benjamincora 03ariane 03deborah 01

2017heidi 01kaecy 01nino 01livia 01#teamburgersofiaheidi 02finnley 01gaïa 01nino 02continazzetti 01livia 02kanekaecy 02

2016chelseamatthias 01cora 01

flashbacksariane 00 (2010)

univers alternatifsleto 01 (bunyip au)gabrielle 01 (bunyip ua)caitriona 01 (bunyip au)

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Tumblr_pipn7spQwL1x3f696o1_500

AVATAR : rafael lazzini
CRÉDITS : avatar@selfmade & sign@strangehell, non uccidere, mistborn & userbar@loonywaltz & dessin@jojoracoon
DC : hassan & tommy & anwar
PSEUDO : yumita (élodie)
Femme (elle)
INSCRIT LE : 04/10/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11778-piuttosto-can-vivo-che-leone-morto-vittorio
http://madebyumita.tumblr.com

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Empty
Message(#) Sujet: Re: (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest EmptyDim 1 Oct 2023 - 8:50



Vittorio Giovinazzo & @Gaïa Salvatori
'Cause I don't even care about the time I've got left here, the only thing I know now is that I wanna spend it with you, with you nobody else here, tonight is gonna be the loneliest, you'll be the saddest part of me, a part of me that will never be mine, it's obvious tonight is gonna be the loneliest. ☆☆
gifs @vstgifs & @unknown


Vittorio et Nino. Installés sur le sable d’une plage. Une canette de bière à la main, et un bambin qui faisait des pâtés de sable sous un chapeau jaune tournesol juste devant leurs pieds. L’image donnait l’impression de sortir tout droit d’une dimension parallèle, personne au pays n’y aurait cru une seule seconde, et même les hommes qu’ils étaient encore quelques années en arrière n’auraient pas réagi autrement que par un ricanement amer à la simple évocation d’une telle possibilité. Parce qu’après l’enfance soudée était venue l’adolescence aux trajectoires opposées, et que leur relation d’adulte s’était construite sur la rancœur et la frustration de ce que l’autre représentait. Parce que rien chez les enfants de la signora Giovinazzo n’avait jamais été simple, apaisé, ou simplement léger. Parce que leur dernière sortie commune à la plage devait remonter à trente ans en arrière, aux deux enfants qu’ils étaient cramponnés à l’arrière d’une mobylette que leur aîné avait probablement volée, et à la faveur d’un souvenir désormais teinté d’amertume, tant Vitto en possédait peu de Gennaro qui soient foncièrement positifs. Lucia grandissait dans un cocon d’insouciance et de sécurité auquel ni son père ni ses oncles n’avaient jamais eu droit, et auquel Nino mettait, contre toute attente, un point d’honneur à ne pas déroger en sa présence. Là seulement, durant un quart de seconde, Vittorio s’était surpris à penser que tout ça, l’Australie et le fait de s’y sentir coincé désormais, avait peut-être un début de sens – un quart de seconde seulement, après quoi l’égoïsme de son instinct de préservation avait repris le pas sur le reste, et l’avait fait haïr à nouveau la conduite à gauche et les hivers estivaux.

Mais l’heure tournait, la mère de Lucia attendait déjà sans doute le retour de sa progéniture, et dans leur maison d’Agnes Street Gaïa devait probablement commencer à se demander ce qui retenait si longtemps Vittorio au travail. Le temps passait et plus rien ne l’en empêchait, mais l’italien continuait de concilier avec difficultés ses relations avec son frère et sa moitié, s’empêchant tant que cela lui était possible de mentionner l’un en présence de l’autre, maintenant malgré lui une atmosphère que le temps aurait pu commencer à arranger. « Je te dépose ? » avait pour sa part proposé Nino après avoir attaché Lucia dans son siège auto, à l’arrière de la voiture d’occasion dont il était récemment devenu le propriétaire. « Je vais marcher, je suis pas loin. » Un jour il trouverait le courage d’inviter son frère à sa nouvelle adresse sans craindre que cela ne termine en pugilat – mais pas aujourd’hui, pas encore. Et le cadet pour sa part n’avait pas insisté, se contentant de hocher la tête et coller son poing contre celui de Vittorio en guise de salutations fraternelles.

BAYSIDE, 146 AGNES STREET

Quelques coups de pédale avaient suffit à le mener chez lui – chez eux – et à lui faire déposer son vélo près de la porte du garage. Et comme un soir sur deux il avait contemplé la maison quelques secondes avec l’envie de se pincer, tant vivre ici était au-delà de tout ce qu’il aurait imaginé possible un jour. Un parterre de fleurs, un étage, une boîte aux lettres décorée de fleurs par les anciens locataires, et la mer à cinq minutes à pieds : pour Gaïa ce n’était rien d’extraordinaire en comparaison du domaine dans lequel sa famille avait célébré le mariage de l’un des leurs, mais pour Vittorio cela tenait du palace. « Je suis dans la chambre. » Depuis l’étage, la voix de la journaliste s’était élevée tandis que Brusco débarquait toutes babines dehors pour accueillir son maître en jappant. Se délestant de ses chaussures, de son sac de sport et de sa veste, l’italien avait posé un genou à terre pour flatter le poitrail de l’animal, fait un bref crochet par la cuisine pour attraper une pomme dans la corbeille de fruits et s’élancer enfin dans l’escalier menant à l’étage. « Tu sais que j- … » Le sucre de la pomme lui collant encore sur les lèvres, Vitto s’était interrompu dans ce qui était probablement une réflexion sans importance, le regard interdit se posant d’abord sur sa compatriote à l’air défait, puis sur ce qu’elle tenait entre les mains. Aussitôt l’expression sur le visage du boxeur avait changé, la panique y faisant un bref passage avant que le reproche ne s’y installe pour de bon, sa bouchée avalée avec difficulté et les mots sortant finalement de sa bouche avec une froideur instinctive « Qu’est-ce que tu fous avec ça ? » Ce n’était probablement pas la meilleure manière d’aborder le problème, pas plus que le « Tu fouilles dans mes affaires ? » accusateur venu juste après, mais tel l’enfant pris sur le fait d’une grosse bêtise, Vitto attaquait le premier dans l’espoir que la culpabilité change de camp.



(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 763064237  :burger: :


Dernière édition par Vittorio Giovinazzo le Sam 11 Nov 2023 - 2:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gaïa Salvatori
Gaïa Salvatori
la justicière au stylo
la justicière au stylo
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 9OYzxwd Présent
ÂGE : 34 ans (02/10/89 › ♎︎)
STATUT : elle aime Vittorio à la folie, mais mentirait en disant que trouver une bague de fiançailles dans ses affaires ne l'a pas déstabilisée, d'autant que cette dernière ne porte pas ses initiales, mais ceux d'une autre
MÉTIER : journaliste d'investigation freelance, un premier roman publié en janvier 2023 qui n'a malheureusement pas eu le succès escompté
LOGEMENT : #146 agnes street (bayside), une maison proche de la plage, qu'elle partage avec son italien depuis début 2023.
osvaldrps
POSTS : 2437 POINTS : 0

TW IN RP : mentions d'agression physique (passée), aerodromophobie
TW IRL : cruauté animale
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : ☾ Italienne de naissance et de coeur › troisième d’une fratrie de six › a choisi de partir étudier à Rome à sa majorité › ambitieuse, obstinée (carrément têtue) et surtout très carriériste › noie ses daddy issues dans du vin hors de prix › cuisine à merveille les plats surgelés › pense que la pizza est un légume
CODE COULEUR : (indianred)
RPs EN COURS : vittorio (10)kai (01)lyla (01)mila (02)cece (01) 05/07

FLASHBACKS / UA: X

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Tumblr_ouqel1vSHr1rmi59go8_250
☾ VITTAÏA › I practice every day to find some clever lines to say to make the meaning come true, but then I think I'll wait until the evening gets late and I'm alone with you

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 77d3b79d3b3878c3e78acd4e1f2eef36f967f007
☾ MILA › uc.

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 64b8c2c9866e1cc5def18995d97ed2e35d2a86ad
☾ CECE › uc.

RPs EN ATTENTE : (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest N3hg


blake (01)
RPs TERMINÉS : (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 16591110

2023 ☾ rosalie (02)mila (01 › 2020) - vittorio (09)river (01) 2022 ☾ vittorio (08)rosalie (01) vittaïa (06) vittaïa (07 ; mails)nino (05)gabrielle (01) 2021 ☾ vitto & ninomartinprimrosechanningmaze 2020 ☾ vitto (04)vittaïa (05) 2019 ☾ vitto (03) vittorio & ariane jillian nino (04) 2018 ☾ nino(02) nino(03) noa ariane (01) vitto (02) 2017 ☾ nino (01) vitto (01)

abandons ☾:


(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Wj8r
☾ NINAÏA › (u.c.)

AVATAR : blanca suárez
CRÉDITS : avatar @izzy25 (avacréa) - signature @sial - userbars @loonywaltz - crackships @bleeding_light - douceur sucrée ©mapartche - gifs @midnight-wraith(tumblr), @merrittrps, @damnitmalz, @katesgifsrp
DC : alba fletcher & vivian irish
PSEUDO : kahlyra (gabrielle)
Femme (elle)
INSCRIT LE : 19/10/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t17200-gaia-piu-in-alto-del-sole
https://www.30yearsstillyoung.com/t37527-shining-just-the-way-i-like-gaia#1789232

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Empty
Message(#) Sujet: Re: (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest EmptySam 14 Oct 2023 - 15:38



tonight is gonna be the loneliest
La journée de Gaïa, si elle avait pourtant bien commencé, était en train de s'assombrir à chaque minute qui passait. Le message de Rosalie lui avait déjà mis un bon coup au moral, mais la découverte de la bague de fiançailles qu'elle avait entre les mains, c'était encore autre chose. La journaliste n'était pas simplement sous le choc. Elle était aussi perdue, attristée, oscillait entre l'incompréhension et la colère. Si c'était tout d'abord l'excitation qui avait envahi son âme en prenant conscience de ce qu'elle avait entre les doigts, la jeune femme avait rapidement déchanté en apercevant les gravures à l'intérieur de l'anneau doré. Deux ensembles de lettres, et si l'un d'eux correspondaient définitivement à l'italien, le second, lui, n'avait rien à voir avec elle. Elle n'avait pas bougé d'un pouce quand après un temps qui lui avait paru interminable, les pas de Vittorio avaient résonné dans le couloir. « Tu sais que j- … » Les yeux toujours rivés sur la bague de fiançailles, Gaïa n'avait relevé les yeux vers lui qu'une longue seconde après qu'il se soit interrompu brusquement. Si elle avait jeté sur un quelconque autre carton à déballer, elle ne serait pas tombée sur le bijou splendide qu'elle avait sous les yeux. Mais le fait était qu'elle n'était pas censée tomber dessus, comme le lui avait confirmé la réaction de Vittorio, sitôt qu'il avait compris ce qui se jouait sous ses yeux dans leur chambre. Après avoir dégluti avec difficulté, l'italien avait finalement réussi à articuler une phrase, quand elle, restait effroyablement silencieuse. « Qu’est-ce que tu fous avec ça ? » Son ton était sec, plein de reproches. Pourtant, dans l'esprit de Gaïa, c'était plutôt elle qui aurait pu se permettre ce genre d'attitude. Elle n'avait rien fait de mal, simplement entrepris de vider un carton de plus, afin qu'ils se sentent encore un peu plus chez eux. Rien de plus. « Tu fouilles dans mes affaires ? » Bien sûr, Vittorio ne semblait pas être du tout du même avis qu'elle. À voir, il l'imaginait bien capable d'être ce genre de fouine, et quand on connaissait leur passé commun, on pouvait difficilement lui en vouloir. Elle avait déjà fait bien pire, après tout. Cependant, l'attaque directe lui avait envoyé un pincement au coeur, et elle aurait menti en disant que ça ne l'avait pas touché, un peu. Il n'avait pas confiance en elle. La journaliste avait délibérément ignoré les deux questions, un brin agressives, de son compatriote à l'air peu commode. « Qu'est-ce que ça veut dire? » Elle attendait une réponse, à mille lieux de se sentir coupable malgré les viles accusations. Néanmoins, elle était toujours incapable d'esquisser un geste pour refermer l'écrin, ou encore mieux, pour s'en débarrasser, qu'il retourne au fond du carton d'où il provenait. D'autant que maintenant, son propre esprit la torturait un peu plus, lui faisant remarquer que le deuxième groupe d'initiales correspondait parfaitement à ceux de sa petite soeur. M.S. Mila Salvatori. C'était ridicule, complètement absurde, pourtant la constatation l'avait tendue un peu plus encore. « Je ne fouillais pas, pour ton information, j'essayais simplement de me changer les idées en défaisant un carton au hasard. Tu sais, parmi la douzaine qu'il nous reste. » C'était difficile de les manquer. Dans chaque pièce, il en restait un ou deux, même s'ils avaient déballé la grande majorité de leurs affaires dans les jours qui avaient suivi la remise des clés. Elle avait choisi celui-ci en n'usant que le hasard, et le moins qu'on puisse dire, c'est que pour le moment, elle avait complètement oublié son autre principal souci. Le succès de son roman? Envoyé aux oubliettes pour un temps indéterminé. « Qu'est-ce que toi, tu fous avec ça? » C'était la véritable question. Qu'est-ce que c'est que ce bordel, Vittorio? Elle n'arrivait toujours pas à imaginer comment une bague de fiançailles avait pu atterrir dans les affaires de son compagnon, qui semblait aussi prêt de se marier que de sauter d'un avion sans parachute. Pourtant, vu sa réaction, il était parfaitement au courant qu'il détenait ce genre de bijou d'engagement. C'était une sacré mauvaise blague. La surprise passée, le visage de l'italienne s'était fermé, assombri d'un ressentiment naissant. Après un dernier coup d'oeil au bijou, Gaïa avait finalement refermé l'écrin dans un claquement sec, ses doigts crispés sur le velours sombre. Puis la jeune femme avait rejoint Vittorio, traversant leur chambre pour mieux venir se planter juste en face de lui, leurs corps se frôlant, son regard courroucé relevé vers le sien.

@vittorio giovinazzo (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 873483867 ∙ code par alcara


.
Sai, la gente è strana, prima si odia e poi si ama. L’amore non segue le logiche, ti toglie il respiro e la sete.


(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Vittai11
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Journa11
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Wine111
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Libra111
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 4lr4vc11

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 873483867:
Revenir en haut Aller en bas
Vittorio Giovinazzo
Vittorio Giovinazzo
le mal du pays
le mal du pays
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest V5Pnm5h Présent
ÂGE : 38 ans (13/04/86)
SURNOM : vitto par à peu près tout le monde, totti par ses frères
STATUT : il tente non sans mal d'apprendre à manier l'art de la communication, tout en restant persuadé que les actions valent mieux que les belles paroles
MÉTIER : moniteur de boxe américaine et gérant du dojo Riley pour le compte de Donnie, il est aussi juriste bénévole pour Homeless Connect sur son temps libre
LOGEMENT : #146 agnes street (bayside), une maison non loin de la plage, dans laquelle Gaïa et lui font avec les plans machiavéliques du chat pour tenter de se débarrasser du chien
gif@simran
POSTS : 5478 POINTS : 690

TW IN RP : misogynie, gaslighting, pratique religieuse (catholicisme), homophobie intériorisée, mention de négligeances infantiles
TW IRL : non-communiqués
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : à brisbane depuis septembre 2016 › deux demi-frères et une demi-soeur › ceinture noire de full-contact › parle italien & napolitain, accent anglais déplorable › a obtenu une équivalence à son diplôme de droit italien fin 2020 › bénévole chez Homeless Connect, il distribue des repas et dispense de l'aide juridique aux sans-abris › zéro sens de l'orientation › se déplace à vélo › SDF au début de ses études › ancien procuratore sostituto au barreau de Rome › (trop) carriériste › élevé dans une cité, il en a parfois encore l'attitude › attaché à la religion, fréquente régulièrement l'église
CODE COULEUR : étale sa mauvaise foi en "lightseagreen"
RPs EN COURS : gaïa 10kieran 01malone 02mila 02 › ulysse 01 (05/08)

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Z8AxICz
vittaïa 10 › I practice every day to find some clever lines to say to make the meaning come true, but then I think I'll wait until the evening gets late and I'm alone with you

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Tumblr_o7g3ep1xVe1tctq75o8_r1_400
vittonnie (scénario) › doesn't matter what you see, I know I could never be someone that'll look like you, doesn't matter what you say, I know I could never face someone that could sound like you

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 0xNs4wy
homeless connect (préliens) › so take my hands and come with me, we will change reality, so take my hands and we will pray, they won't take you away, they will never make you cry, they will never make you die

RPs EN ATTENTE : deborah 02
RPs TERMINÉS :
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest MWyMoMr
giovinetti › passion or coincidence once prompted you to say "pride will tear us both apart" - well, now pride's gone out the window, cross the rooftops, run away

2023gaïalie (incruste)mila 01

2022gaïa 07 (mails)gaïa 08gaïa 09auden 01lisbeth 01malone 01

2021gaïa 06nino 07

2020gaïa 04josephdanikalivia 03adèle 01nino 06gaïa 05matthias 04

2019vittaïarianenino 04cora 04edgegaïa 03matthias 02matthias 03nino 05

2018cora 02gaïa 02ariane 01rooftop nightheidi 03ariane 02nino 03benjamincora 03ariane 03deborah 01

2017heidi 01kaecy 01nino 01livia 01#teamburgersofiaheidi 02finnley 01gaïa 01nino 02continazzetti 01livia 02kanekaecy 02

2016chelseamatthias 01cora 01

flashbacksariane 00 (2010)

univers alternatifsleto 01 (bunyip au)gabrielle 01 (bunyip ua)caitriona 01 (bunyip au)

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Tumblr_pipn7spQwL1x3f696o1_500

AVATAR : rafael lazzini
CRÉDITS : avatar@selfmade & sign@strangehell, non uccidere, mistborn & userbar@loonywaltz & dessin@jojoracoon
DC : hassan & tommy & anwar
PSEUDO : yumita (élodie)
Femme (elle)
INSCRIT LE : 04/10/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11778-piuttosto-can-vivo-che-leone-morto-vittorio
http://madebyumita.tumblr.com

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Empty
Message(#) Sujet: Re: (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest EmptySam 11 Nov 2023 - 4:13



Vittorio Giovinazzo & @Gaïa Salvatori
'Cause I don't even care about the time I've got left here, the only thing I know now is that I wanna spend it with you, with you nobody else here, tonight is gonna be the loneliest, you'll be the saddest part of me, a part of me that will never be mine, it's obvious tonight is gonna be the loneliest. ☆☆
gifs @vstgifs & @unknown


Vittorio n’était pas de ceux qui prenaient pour acquis le bonheur ou la tranquillité. Qu’elle devait être douce, la vie de ceux qui n’avaient à s’inquiéter de rien, et sur qui la vie glissait jour après jour sans jamais les faire trébucher – existaient-ils seulement, ceux-là ? L’italien, pour sa part, avait été élevé dans la crainte que chaque journée trop douce ne soit compensée ensuite par une autre plus rude, punition divine réservée à ceux qui oubliaient trop souvent de remercier le Seigneur pour le bon qu’il distillait sur leur chemin … A moins qu’il ne s’agisse d’une manière de rendre chaque bon souvenir précieux, et il est vrai qu’ayant eu plus de mauvais jours que de bons durant les vingt premières années de sa vie Vittorio se rappelait encore avec une précision chirurgicale des souvenirs d’enfance les plus heureux. Sa vie d’adulte était plus douce, il est vrai, et s’il estimait ne pas l’avoir volé et sacrifié suffisamment pour les mériter, le napolitain se rendait néanmoins coupable de s’habituer à ce qu’il était supposé continuer à considérer comme une chance. La chance pour son frère et pour lui d’être toujours en vie, faisant mentir les statistiques morbides liées à leur quartier d’origine. La chance d’avoir un toit sur la tête, bien plus spacieux et bien plus cossu qu’il n’aurait jamais osé l’imaginer plus jeune. La chance de partager cette maison, ce lit, ce quotidien avec une femme plus belle et bien plus intelligente qu’il n’en aurait jamais rencontré en continuant de arpenter Scampia. Tout cela, il commençait à s’y habituer, à le prendre pour acquis, et le regard inquisiteur avec lequel Gaïa l’avait accueilli à son irruption dans la chambre, ce n’était qu’une pichenette du Destin pour lui rappeler que rien n’était jamais simple éternellement, et surtout pas la quiétude du quotidien.

« Qu'est-ce que ça veut dire ? »
Entre les doigts fins de la journaliste, l’objet de la discorde brillait d’une lueur mauvaise et semblait narguer son propriétaire, lequel était pourtant trop occupé à soutenir le regard de sa compatriote pour avoir l’idée de détailler un bijou dont il connaissait déjà la moindre parcelle. « Je ne fouillais pas, pour ton information, j'essayais simplement de me changer les idées en défaisant un carton au hasard. Tu sais, parmi la douzaine qu'il nous reste. » À tort ou à raison, le boxeur avait senti dans la voix de Gaïa un brin d’accusation qui n’avait fait que le crisper un peu plus, exacerbant la posture et le ton défensifs avec lesquels il envisageait la situation « Et sur ces douze-là tu as choisi de commencer par le seul qui ne te concernait pas, hm ? » Il avait du mal à y croire, quand bien même le dit carton n’était pas bien différent de ses voisins, et l’erreur facilement identifiable. Il n’y avait pas de hasard, dans l’esprit de Vittorio, et que de tranches si séparées de son existence se télescopent de cette manière, sa moitié actuelle tenant entre ses mains la preuve d’une autre moitié sortie du paysage depuis, mettait l’italien dans une posture qui lui était on ne peut plus désagréable. « Qu'est-ce que toi, tu fous avec ça ? » Refermant l’écrin d’un geste sec, la jeune femme avait traversé la chambre en quelques pas pour venir se planter devant Vittorio, le regard semblant défier celui du boxeur comme pour le mettre en garde de toute tentative de mensonge. « J’ai pas de comptes à te rendre, Gaïa. Toi, rends-moi ça. » Tendant la main, il avait pris sur lui de ne pas le lui arracher lui-même, s’estimait par là faire preuve d’une bonne volonté qu’il serait probablement le seul à voir.

Dans l’arrière-plan faussement rassurant de la pièce, l’italien avait le coin de l'œil sur le carton ouvert près du lit, et duquel la journaliste avait de toute évidence exhumé le bijou qui faisait lieu de scandale d’état. Il aurait pu regretter de l’avoir gardé, ou simplement de l’avoir conservé à portée de main pour Gaïa comme on laissait les cadeaux de Noël trop facilement trouvables pour des enfants curieux … Mais le seul regret de Vitto résidait dans le fait que sa chère et tendre ait découvert l’existence du bijou, pour tout ce qu’il représentait de “détails” qu’il n’avait jamais pu (voulu) partager avec elle. « C’est qu’une bague, me regarde pas comme si tu venais de découvrir que j’ai une femme et trois gosses au pays. » avait-il finalement repris, le ton sans doute un peu trop acide pour quelqu’un qui désirait seulement apaiser la conversation, et les pas le guidant finalement au carton de la discorde pour le refermer et le repousser sans ménagement sous le lit à l’aide de son pied, hors de leur champ de vision à l’un et à l’autre. « J’ai eu une vie avant toi. J’suis sûr que toi aussi. » Et jamais n’avait-il posé la moindre question à ce sujet … Il vous ferait croire que cela prouvait sa bonne composition, mais en réalité il préservait seulement la jalousie qui était la sienne à la seule idée que d’autres que lui aient pu poser leurs mains sur la peau dénudée de Gaïa. Reste qu’à elle, il n’avait jamais demandé de comptes, et estimait par conséquent ne pas en avoir plus à lui rendre.



(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 763064237  :burger: :
Revenir en haut Aller en bas
Gaïa Salvatori
Gaïa Salvatori
la justicière au stylo
la justicière au stylo
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 9OYzxwd Présent
ÂGE : 34 ans (02/10/89 › ♎︎)
STATUT : elle aime Vittorio à la folie, mais mentirait en disant que trouver une bague de fiançailles dans ses affaires ne l'a pas déstabilisée, d'autant que cette dernière ne porte pas ses initiales, mais ceux d'une autre
MÉTIER : journaliste d'investigation freelance, un premier roman publié en janvier 2023 qui n'a malheureusement pas eu le succès escompté
LOGEMENT : #146 agnes street (bayside), une maison proche de la plage, qu'elle partage avec son italien depuis début 2023.
osvaldrps
POSTS : 2437 POINTS : 0

TW IN RP : mentions d'agression physique (passée), aerodromophobie
TW IRL : cruauté animale
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : ☾ Italienne de naissance et de coeur › troisième d’une fratrie de six › a choisi de partir étudier à Rome à sa majorité › ambitieuse, obstinée (carrément têtue) et surtout très carriériste › noie ses daddy issues dans du vin hors de prix › cuisine à merveille les plats surgelés › pense que la pizza est un légume
CODE COULEUR : (indianred)
RPs EN COURS : vittorio (10)kai (01)lyla (01)mila (02)cece (01) 05/07

FLASHBACKS / UA: X

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Tumblr_ouqel1vSHr1rmi59go8_250
☾ VITTAÏA › I practice every day to find some clever lines to say to make the meaning come true, but then I think I'll wait until the evening gets late and I'm alone with you

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 77d3b79d3b3878c3e78acd4e1f2eef36f967f007
☾ MILA › uc.

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 64b8c2c9866e1cc5def18995d97ed2e35d2a86ad
☾ CECE › uc.

RPs EN ATTENTE : (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest N3hg


blake (01)
RPs TERMINÉS : (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 16591110

2023 ☾ rosalie (02)mila (01 › 2020) - vittorio (09)river (01) 2022 ☾ vittorio (08)rosalie (01) vittaïa (06) vittaïa (07 ; mails)nino (05)gabrielle (01) 2021 ☾ vitto & ninomartinprimrosechanningmaze 2020 ☾ vitto (04)vittaïa (05) 2019 ☾ vitto (03) vittorio & ariane jillian nino (04) 2018 ☾ nino(02) nino(03) noa ariane (01) vitto (02) 2017 ☾ nino (01) vitto (01)

abandons ☾:


(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Wj8r
☾ NINAÏA › (u.c.)

AVATAR : blanca suárez
CRÉDITS : avatar @izzy25 (avacréa) - signature @sial - userbars @loonywaltz - crackships @bleeding_light - douceur sucrée ©mapartche - gifs @midnight-wraith(tumblr), @merrittrps, @damnitmalz, @katesgifsrp
DC : alba fletcher & vivian irish
PSEUDO : kahlyra (gabrielle)
Femme (elle)
INSCRIT LE : 19/10/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t17200-gaia-piu-in-alto-del-sole
https://www.30yearsstillyoung.com/t37527-shining-just-the-way-i-like-gaia#1789232

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Empty
Message(#) Sujet: Re: (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest EmptyDim 10 Déc 2023 - 15:35


tonight is gonna be the loneliest
Le choc avait été tel que dans un premier temps, elle avait été incapable de bouger, terriblement immobile de l’autre côté de la pièce alors que l’italien, près de la porte, avisait l’objet de discorde entre ses mains plutôt qu’elle. Elle avait vu passer tout un tas d’émotions dans les prunelles de sa moitié, les unes se succédant derrière les autres à toute vitesse, pour qu’à la fin il ne reste qu’un semblant de colère et ce qu’elle espérait être de la culpabilité. Seulement, les mots de l’italien avait claqué dans l’air, sèchement, retournant la situation en la désignant comme coupable, elle qui n’avait fait qu’ouvrir un carton au hasard. « Et sur ces douze là, tu as choisi de commencer par le seul qui ne te concernait pas, hm ? » Peut-être avait-il réalisé qu’il venait de faire une erreur quand le visage de la journaliste s’était fermé pour de bon, s’assombrissant à mesure que le temps passait quand ses yeux, eux, étincelaient d’une colère grandissante. « Et donc j’étais censée savoir que dans ce carton précis, il y avait une bague de fiançailles destinée à une autre femme ? Si j’avais seulement pu imaginer que je tomberais sur quelque chose du genre, jamais… » Jamais elle n'aurait ouvert ce maudit carton. Les mots s’étaient étranglés dans sa gorge, et la fin de sa phrase n’avait pas été audible. Elle en venait à maudire ce hasard qui l’avait fait ouvrir ce carton plutôt que celui d’à côté. On ne pouvait pas souffrir de quelque chose qu’on ignorait, pas vrai ? Maintenant qu’elle était enfermée dans une situation des plus désagréables, elle ne pouvait pas faire comme si de rien n’était. Elle avait besoin de réponses, et c’est dans ce but qu’elle l’avait confronté à nouveau. Bordel, qu’est-ce qu’il faisait avec ça dans ses affaires ? Le bruit de l’écrin se refermant d’un claquement sec avait paru assourdissant dans le silence de la chambre. D’un pas vif, elle était venue se planter juste en face de lui, la tête relevée pour pouvoir seulement croiser son regard, le défiant de mentir ou de tenter de fuir. « J’ai pas de comptes à te rendre, Gaïa. Toi, rends-moi ça. » Les doigts de la jeune femme s’étaient crispés un peu plus sur la boîte en velours, comme mus par une volonté propre. La voix de Vittorio, basse et suintant la tension, lui avait arraché un frisson. Qu’il essaye seulement de la reprendre de force, et elle lui arracherait les yeux. Si elle avait simplement essayé de relâcher sa prise sur l’écrin, elle aurait réalisé qu’elle en était pour le moment incapable. « Ce n’est qu’une bague, ne me regarde pas comme si tu venais de découvrir que j’ai une femme et trois enfants au pays. » L’italienne avait secoué la tête, exhalant un rire mesquin. Devant leurs yeux à tous les deux, elle avait rouvert la boîte, le bijou étincelant aussitôt d’un éclat insolent. « Bien sûr oui, ce n’est qu’une bague. Une superbe bague, une promesse de mariage, avait persiflé la journaliste, appuyant sur chaque mot, que tu as gardé depuis je ne sais combien d’années, alors que tu aurais pu t’en débarrasser à chaque coin de rue. » Il n’allait pas céder, elle en était convaincue. Elle non plus, et c’était bien le problème. Soupirant, elle lui avait finalement rendu l’objet de discorde, qu’il s’était empressé d’aller remettre au fond du carton d’où il avait été tiré, avant de rebalancer ce dernier sous le lit d’un coup de pied, comme si de rien n’était. Comme si le fait de ne plus voir la bague allait tout effacer, et faire oublier à la jeune femme ce qu’elle venait de découvrir. « J’ai eu une vie avant toi. J’suis sûr que toi aussi. » La journaliste avait roulé des yeux, retenant de justesse un grondement d’agacement. Est-ce qu’il essayait de l’apaiser, ou au contraire tentait-il de lui faire perdre ses moyens ? De vaines tentatives afin qu’au final, ce soit elle qui se sente coupable de la situation. « Bien sûr que j’ai eu une vie avant toi! Mais je lui ai rendu sa bague, ça ne me serait jamais venu à l’idée de la garder quand je l'ai quitté. » Elle s’était rendu compte après coup qu’elle en avait peut-être un peu trop dit, sur des choses qu’il ignorait jusque là. Elle s’était mordu la lèvre une seconde, avant de croiser les bras. Peu importe. Il pouvait bien saisir l’occasion et la questionner sur le sujet s’il en avait envie, elle n’avait absolument rien à cacher, elle. « L’anneau est gravé, Vitto. Alors à moins que tu ne prévoies d’épouser ma sœur un jour ou l’autre, elle ne te servira probablement plus. » V.G. & M.S. C’était probablement le pire dans tout ça. Que les initiales de l’autre femme, la femme du passé, correspondent si bien à ceux de Mila. C’était ridicule, d’avoir seulement songé à faire un rapprochement. Pourtant… Elle l'avait dit, et probablement qu'il la prendrait pour une folle, maintenant. Pour la première fois depuis le début de la dispute, l’italienne s’était sentie vulnérable, et son assurance s’était quelque peu effritée. Soudain saisie de froid, alors que l’air de dehors était étouffant, Gaïa avait croisé les bras à nouveau, dans une position plus défensive, cette fois. « Je suis pas en train de te reprocher d’avoir eu quelqu’un avant moi, ce serait hypocrite de ma part. Je voudrais juste comprendre. » Est-ce que ce bijou avait, encore aujourd’hui, une signification particulière pour sa moitié? Et si oui, jusqu’à quel point était-il attaché à un vestige du passé empreint de mélancolie ? Blessée dans son orgueil, la jeune femme arrivait tout juste à espérer que la vérité qu’elle espérait tant ne lui scinderait pas le cœur en deux.
@vittorio giovinazzo (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 873483867 ∙ code par alcara


.
Sai, la gente è strana, prima si odia e poi si ama. L’amore non segue le logiche, ti toglie il respiro e la sete.


(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Vittai11
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Journa11
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Wine111
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Libra111
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 4lr4vc11

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 873483867:
Revenir en haut Aller en bas
Vittorio Giovinazzo
Vittorio Giovinazzo
le mal du pays
le mal du pays
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest V5Pnm5h Présent
ÂGE : 38 ans (13/04/86)
SURNOM : vitto par à peu près tout le monde, totti par ses frères
STATUT : il tente non sans mal d'apprendre à manier l'art de la communication, tout en restant persuadé que les actions valent mieux que les belles paroles
MÉTIER : moniteur de boxe américaine et gérant du dojo Riley pour le compte de Donnie, il est aussi juriste bénévole pour Homeless Connect sur son temps libre
LOGEMENT : #146 agnes street (bayside), une maison non loin de la plage, dans laquelle Gaïa et lui font avec les plans machiavéliques du chat pour tenter de se débarrasser du chien
gif@simran
POSTS : 5478 POINTS : 690

TW IN RP : misogynie, gaslighting, pratique religieuse (catholicisme), homophobie intériorisée, mention de négligeances infantiles
TW IRL : non-communiqués
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : à brisbane depuis septembre 2016 › deux demi-frères et une demi-soeur › ceinture noire de full-contact › parle italien & napolitain, accent anglais déplorable › a obtenu une équivalence à son diplôme de droit italien fin 2020 › bénévole chez Homeless Connect, il distribue des repas et dispense de l'aide juridique aux sans-abris › zéro sens de l'orientation › se déplace à vélo › SDF au début de ses études › ancien procuratore sostituto au barreau de Rome › (trop) carriériste › élevé dans une cité, il en a parfois encore l'attitude › attaché à la religion, fréquente régulièrement l'église
CODE COULEUR : étale sa mauvaise foi en "lightseagreen"
RPs EN COURS : gaïa 10kieran 01malone 02mila 02 › ulysse 01 (05/08)

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Z8AxICz
vittaïa 10 › I practice every day to find some clever lines to say to make the meaning come true, but then I think I'll wait until the evening gets late and I'm alone with you

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Tumblr_o7g3ep1xVe1tctq75o8_r1_400
vittonnie (scénario) › doesn't matter what you see, I know I could never be someone that'll look like you, doesn't matter what you say, I know I could never face someone that could sound like you

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 0xNs4wy
homeless connect (préliens) › so take my hands and come with me, we will change reality, so take my hands and we will pray, they won't take you away, they will never make you cry, they will never make you die

RPs EN ATTENTE : deborah 02
RPs TERMINÉS :
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest MWyMoMr
giovinetti › passion or coincidence once prompted you to say "pride will tear us both apart" - well, now pride's gone out the window, cross the rooftops, run away

2023gaïalie (incruste)mila 01

2022gaïa 07 (mails)gaïa 08gaïa 09auden 01lisbeth 01malone 01

2021gaïa 06nino 07

2020gaïa 04josephdanikalivia 03adèle 01nino 06gaïa 05matthias 04

2019vittaïarianenino 04cora 04edgegaïa 03matthias 02matthias 03nino 05

2018cora 02gaïa 02ariane 01rooftop nightheidi 03ariane 02nino 03benjamincora 03ariane 03deborah 01

2017heidi 01kaecy 01nino 01livia 01#teamburgersofiaheidi 02finnley 01gaïa 01nino 02continazzetti 01livia 02kanekaecy 02

2016chelseamatthias 01cora 01

flashbacksariane 00 (2010)

univers alternatifsleto 01 (bunyip au)gabrielle 01 (bunyip ua)caitriona 01 (bunyip au)

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Tumblr_pipn7spQwL1x3f696o1_500

AVATAR : rafael lazzini
CRÉDITS : avatar@selfmade & sign@strangehell, non uccidere, mistborn & userbar@loonywaltz & dessin@jojoracoon
DC : hassan & tommy & anwar
PSEUDO : yumita (élodie)
Femme (elle)
INSCRIT LE : 04/10/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11778-piuttosto-can-vivo-che-leone-morto-vittorio
http://madebyumita.tumblr.com

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Empty
Message(#) Sujet: Re: (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest EmptyJeu 7 Mar 2024 - 7:57



Vittorio Giovinazzo & @Gaïa Salvatori
'Cause I don't even care about the time I've got left here, the only thing I know now is that I wanna spend it with you, with you nobody else here, tonight is gonna be the loneliest, you'll be the saddest part of me, a part of me that will never be mine, it's obvious tonight is gonna be the loneliest. ☆☆
gifs @vstgifs & @unknown


La conversation n’en était pas vraiment une, et chacun sentait la moutarde lui monter au nez sans réaliser que même leur désaccord n’était pas sur la même longueur d’onde. Gaïa s’offusquait d’un mensonge, Vittorio lui s’offusquait de l’intrusion faite à son jardin secret. Celui qu’il refusait de partager avec quiconque, pas même avec celle qui aurait pu constituer l’exception, car les parties de son existence qu’il choisissait de compartimenter n’étaient pas vouées, sous aucun prétexte, à entrer en collision les unes avec les autres. Il aurait pu mieux ranger ses affaires, c’est vrai, et s’assurer pour de bon que celles qu’il ne voulait pas voir tomber entre les mains de sa chère et tendre ne se trouvent pas sur son chemin, mais comme souvent avec Vittorio blâmer l’autre lui apparaissait comme une solution bien plus à sa portée que celle de se remettre un peu en question, et voilà que Gaïa faisait les frais de sa mauvaise foi et nourrissait sa propre colère. « Et donc j’étais censée savoir que dans ce carton précis, il y avait une bague de fiançailles destinée à une autre femme ? Si j’avais seulement pu imaginer que je tomberais sur quelque chose du genre, jamais … » Jamais elle n’aurait fouiné dans ses affaires ? Jamais elle n’aurait poursuivi son exploration en réalisant que ce carton ne contenait aucune affaire susceptible de lui appartenir, mais seulement une accumulation de babioles dont la seule valeur était celle sentimentale qu’y attachait son propriétaire ? « T’aurais pu le refermer quand t’as compris que y’avait rien à toi là-dedans, personne t’a forcée à fouiller. » Il refusait de croire qu’elle avait mis la main sur cette bague sans l’avoir un peu cherchée – comme quoi, la curiosité restait un vilain défaut, que son âme de journaliste ne pouvait s’empêcher de cultiver quand bien même cela leur avait déjà valu quelques ennuis, et quelques disputes.

Ce n’était qu’une bague, voulait-il faire croire. Rien de plus qu’une bague, vestige d’un passé pour lequel Vitto ne devait à Gaïa aucune explication, au titre de n’en avoir lui-même jamais exigé quant aux autres hommes ayant fait un passage plus ou moins remarqué dans l’existence de la journaliste avant qu’il ne s’y impose durablement – et définitivement, croyait-il. « Bien sûr oui, ce n’est qu’une bague. Une superbe bague, une promesse de mariage, que tu as gardé depuis je ne sais combien d’années, alors que tu aurais pu t’en débarrasser à chaque coin de rue. » Ses lèvres s’étaient pincées, et il s’en était fallu de peu pour que Vitto ne jette un peu plus d’huile sur le feu en y rajoutant le contexte et la chronologie, avant de laisser Gaïa se livrer elle-même à des calculs qui lui auraient permis de comprendre que oui : l’ancien juriste et elle s’étaient rencontrés avant que cette bague ne subisse un retour à l’envoyeur. Mais l’italien n’avait pas pipé mot, se contentant de renvoyer Gaïa dans les cordes sans s’imaginer un instant qu’elle puisse avoir matière à répliquer, elle aussi. « Bien sûr que j’ai eu une vie avant toi ! Mais je lui ai rendu sa bague, ça ne me serait jamais venu à l’idée de la garder quand je l'ai quitté. » Arquant un sourcil, il avait eu l’air de prendre une seconde ou deux pour digérer l’information, et un sourire amer s’étirant finalement sur ses lèvres il avait rétorqué « Et pour autant qu’on sache, il la garde peut-être aussi planquée dans une boîte, ça veut pas dire pour autant qu’il compte te refaire la cour dans les jours qui viennent. » presque avec insolence. « Sauf si t’as quelque chose à me dire. » En cela, l’italien possédait encore de purs réflexes d’avocat, capable dès qu’il se sentait acculé de renverser la situation pour tenter de faire croire qu’il n’était pas celui des deux avec le plus de cadavres à dissimuler.

Qu’importe, cet anneau de malheur avait retrouvé sa place au fin fond d’un carton, celui qu’il n’aurait jamais dû quitter en premier lieu et que Vitto s’était empressé de faire disparaître sous le lit comme on faisait disparaître un tas de poussière sous un tapis en sachant qu’il ne cesserait pas d’exister pour autant. « L’anneau est gravé, Vitto. Alors à moins que tu ne prévoies d’épouser ma sœur un jour ou l’autre, elle ne te servira probablement plus. » Cette fois-ci, la journaliste était néanmoins parvenue à le prendre au dépourvu, et ouvrant la bouche entre surprise et incompréhension, il avait secoué la tête et balayé le tout d’un « Je comprends même pas ce que ta sœur vient foutre dans cette histoire. T’es en train de te faire une montagne d’un truc qui devrait pas avoir la moindre importance, tu t’en rends compte ? » qui trahissait les limites de patience vers lesquelles Gaïa était en train de le pousser malgré elle. Et s’il avait bien senti un changement dans le ton sur lequel elle avait fini par ajouter « Je suis pas en train de te reprocher d’avoir eu quelqu’un avant moi, ce serait hypocrite de ma part. Je voudrais juste comprendre. » il n’était pas parvenu à y voir autre chose qu’une volonté de le voir se mettre à table, pour aborder des sujets qu’il n’avait aucune envie de partager – ni avec elle, ni avec personne d’autre. « Y’a rien à comprendre, c’est qu’une vieillerie au milieu d’un tas d’autres vieilleries … C’est toi qui en fait toute une histoire, je vois pas ce que t’essayes de me faire dire. » Et bien sûr qu’à situation inverse il trouverait que les choses étaient dIfFéReNTeS … Mais la mauvaise foi n’avait jamais étouffé Vittorio, elle n’allait pas commencer maintenant, et secouant la tête en soupirant il avait attrapé le bas de jogging qui lui servait de pyjama abandonné au pied de son lit le matin même, avant de marmonner un « J’suis crevé, j’vais prendre une douche. » et de quitter la pièce en évitant soigneusement de croiser à nouveau le regard de Gaïa.



(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 763064237  :burger: :


Dernière édition par Vittorio Giovinazzo le Dim 19 Mai 2024 - 1:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gaïa Salvatori
Gaïa Salvatori
la justicière au stylo
la justicière au stylo
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 9OYzxwd Présent
ÂGE : 34 ans (02/10/89 › ♎︎)
STATUT : elle aime Vittorio à la folie, mais mentirait en disant que trouver une bague de fiançailles dans ses affaires ne l'a pas déstabilisée, d'autant que cette dernière ne porte pas ses initiales, mais ceux d'une autre
MÉTIER : journaliste d'investigation freelance, un premier roman publié en janvier 2023 qui n'a malheureusement pas eu le succès escompté
LOGEMENT : #146 agnes street (bayside), une maison proche de la plage, qu'elle partage avec son italien depuis début 2023.
osvaldrps
POSTS : 2437 POINTS : 0

TW IN RP : mentions d'agression physique (passée), aerodromophobie
TW IRL : cruauté animale
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : ☾ Italienne de naissance et de coeur › troisième d’une fratrie de six › a choisi de partir étudier à Rome à sa majorité › ambitieuse, obstinée (carrément têtue) et surtout très carriériste › noie ses daddy issues dans du vin hors de prix › cuisine à merveille les plats surgelés › pense que la pizza est un légume
CODE COULEUR : (indianred)
RPs EN COURS : vittorio (10)kai (01)lyla (01)mila (02)cece (01) 05/07

FLASHBACKS / UA: X

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Tumblr_ouqel1vSHr1rmi59go8_250
☾ VITTAÏA › I practice every day to find some clever lines to say to make the meaning come true, but then I think I'll wait until the evening gets late and I'm alone with you

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 77d3b79d3b3878c3e78acd4e1f2eef36f967f007
☾ MILA › uc.

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 64b8c2c9866e1cc5def18995d97ed2e35d2a86ad
☾ CECE › uc.

RPs EN ATTENTE : (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest N3hg


blake (01)
RPs TERMINÉS : (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 16591110

2023 ☾ rosalie (02)mila (01 › 2020) - vittorio (09)river (01) 2022 ☾ vittorio (08)rosalie (01) vittaïa (06) vittaïa (07 ; mails)nino (05)gabrielle (01) 2021 ☾ vitto & ninomartinprimrosechanningmaze 2020 ☾ vitto (04)vittaïa (05) 2019 ☾ vitto (03) vittorio & ariane jillian nino (04) 2018 ☾ nino(02) nino(03) noa ariane (01) vitto (02) 2017 ☾ nino (01) vitto (01)

abandons ☾:


(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Wj8r
☾ NINAÏA › (u.c.)

AVATAR : blanca suárez
CRÉDITS : avatar @izzy25 (avacréa) - signature @sial - userbars @loonywaltz - crackships @bleeding_light - douceur sucrée ©mapartche - gifs @midnight-wraith(tumblr), @merrittrps, @damnitmalz, @katesgifsrp
DC : alba fletcher & vivian irish
PSEUDO : kahlyra (gabrielle)
Femme (elle)
INSCRIT LE : 19/10/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t17200-gaia-piu-in-alto-del-sole
https://www.30yearsstillyoung.com/t37527-shining-just-the-way-i-like-gaia#1789232

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Empty
Message(#) Sujet: Re: (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest EmptySam 9 Mar 2024 - 21:12


tonight is gonna be the loneliest
La situation était douloureuse, difficile, et plus les secondes passaient, interminables, plus l'issue de la conversation paraissait trouble à la journaliste. Il n'admettrait pas qu'il était en tord, préférant de loin tenter de la faire culpabiliser d'être tombée sur l'objet de discorde, consciemment ou inconsciemment. De son côté, Gaïa ne lâcherait pas l'affaire, mais commençait à désespérer d'avoir au bout d'un moment le fin mot de l'histoire. Cette histoire qu'avait eu Vittorio était terminée depuis des années, probablement, mais pourtant, il en avait gardé un vestige, et pas des moindres. Qu'est-ce qui ne tournait pas rond, chez lui? Si la journaliste regrettait maintenant sa découverte, elle se lamentait surtout de la réaction de sa moitié. « T’aurais pu le refermer quand t’as compris que y’avait rien à toi là-dedans, personne t’a forcé à fouiller. » Le commentaire n'avait fait qu'alimenter sa colère. Serrant les mâchoires, la jeune femme avait refoulé son indignation juste avant de se laisser emporter pour de bon, reprenant d'un ton si calme qu'il aurait pu en paraître inquiétant. « J'aurais pu, si l'écrin s'était pas retrouvé bien en évidence sur le dessus du carton. Excuse moi d'avoir espéré que -... » Les mots avaient refusé de sortir, étranglés dans sa gorge par une boule de chargin. Hors de question qu'il réalise tout de suite à quel point elle était blessée, à quel point la vision de l'écrin l'avait ravie, au début. Refermant la boite dans un claquement sec, l'italienne avait planté son regard courroucé dans celui de son compatriote, amère. « T'as bon goût en ce qui concerne les bagues de fiançailles, je dois au moins reconnaître ça. » Mais encore une fois, il ne l'avait pas choisie pour elle, par conséquent, Gaïa aurait préféré ne jamais l'avoir vue.

Les choses n'avaient fait que s'envenimer par la suite, Vittorio commençant à exiger des choses qu'elle n'était certainement pas prête à céder, ses doigts verrouillés sur l'écrin en velours, si fort qu'elle s'en coupait la circulation, les angles lui irritant la paume. Elle n'était pas certaine de ce qu'il comptait faire de ce bijou qu'il réclamait, mais elle aurait parié sa vie qu'il ne comptait pas s'en débarrasser pour de bon devant elle. Pas quand il rechignait à admettre sa part de culpabilité. Elle avait cru le voir inconfortable quand elle était venue se planter juste en face de lui, son corps presque collé au sien et réduisant ainsi grandement ses chances de fuite si c'était ce qu'il avait eu en tête, mais cette impression avait rapidement disparu. La journaliste s'agaçait de plus en plus à mesure qu'il persistait, assénant qu'il ne s'agissait que d'une bague, un pauvre bijou qui ne signifiait rien, qu'il n'avait pas de comptes à lui rendre à ce sujet. Et si ce dernier point était vrai, autant dans un sens que dans l'autre, la jeune femme peinait réellement à croire au peu d'intérêt que portait Vittorio au bijou. Un bijou qui représentait à lui seul un grand engagement, ce que l'italien paraissait oublier un peu trop facilement. Finalement, elle avait réussi à desserrer les doigts, et lui avait rendu l'écrin, résistant à l'envie de lui balancer à la figure. Dès qu'il l'avait eu en main, il s'était empressé de faire disparaître l'objet sous leur lit, comme si de rien n'était. Certes, il avait une vie avant elle, et ne s'était pas privé pour le lui rappeler. Pour autant, du point de vue de la jeune femme, ça n'excusait pas tout, d'autant que cette dernière s'était retrouvée dans une situation de couple identique à un moment de sa vie. Loin d'elle l'envie de garder la preuve d'engagement quand la relation s'était brisée en deux, au contraire, elle lui avait rendu sa bague avec grand plaisir. C'était bien pour cette raison qu'elle avait des difficultés à comprendre les réticences de son amant à ce sujet. De façon assez malsaine, elle avait presque été ravie de le voir un brin déstabilisé de l'information qu'elle avait laissé échappé par accident. Oui, elle aussi avait déjà été fiancée. Le sourire amer qu'il lui avait renvoyé avait provoqué un frisson désagréable le long de son dos. « Et pour autant qu’on sache, il la garde peut-être aussi planquée dans une boîte, ça veut pas dire pour autant qu’il compte te refaire la cour dans les jours qui viennent. Sauf si t’as quelque chose à me dire. » À cet instant, l'italienne avait définitivement perdu son sang froid, pourtant légendaire. « Bon sang, tu comptes retourner contre moi absolument tout ce que je pourrais te dire? » Elle avait l'impression désagréable de parlementer avec un mur, tant il paraissait difficile de faire comprendre son point de vue à l'italien. « Merde Vitto, je l'ai pas vu depuis quinze ans! Quinze. Ans. Peut-être qu'il l'a gardé, je n'en sais rien et j'en ai absolument rien à foutre, c'est pas comme si c'était encore mon problème. Mais ce n'est pas parce que d'autres personnes ont potentiellement fait le même choix de merde que toi que c'est la bonne chose à faire! » Leandro n'était définitivement pas un exemple à suivre, et le fait que d'autres personnes aient hypothétiquement pu réagir de la même façon que l'italien que tout était soudain justifié, pardonné.

Sans même le vouloir, et comme si tout n'était déjà pas assez compliqué, Gaïa n'avait pas pu s'empêcher de faire des liens alambiqués entre les initiales inconnues gravés à l'intérieur de l'anneau et ceux de sa soeur. Les mêmes. Ceux de sa soeur correspondaient parfaitement, pour le plus grand déplaisir de la journaliste, quand bien même tout ça n'était qu'une détestable coïncidence. Mais ça n'avait fait que renforcer sa certitude comme quoi son compagnon n'avait aucune raison valable pour conserver cet anneau, cet anneau gravé et donc désormais inutilisable. À moins qu'il ne prévoie d'épouser quelqu'un d'autre qu'elle, pour peu qu'il veuille se marier un jour, quelqu'un dont les initiales colleraient parfaitement à la gravure. Ceux de sa soeur, notamment, qui prenait un malin plaisir à essayer de mettre la main sur Vitto, sans le moindre scrupule. L'insécurité, un sentiment véritablement étranger de la journaliste, était arrivé pour l'étrangler, quand de son côté, l'italien avait paru abasourdi. « Je comprends même pas ce que ta sœur vient foutre dans cette histoire. T’es en train de te faire une montagne d’un truc qui devrait pas avoir la moindre importance, tu t’en rends compte ? » Si la patience de Vittorio était mise à rude épreuve, en témoignait la tension dans sa voix, celle de Gaïa était perdue pour de bon. « Un truc sans la moindre importance, hein? Eh bien, si tu le dis, c'est que ça doit être vrai. qu'elle avait persiflé, mauvaise. Non mais, t'es réellement en train d'essayer de me convaincre que c'est rien? T'as perdu toute crédibilité à la seconde où tu m'as sauté à la gorge en me trouvant avec cet anneau. » Il l'avait accusé dans la seconde, immédiatement sur la défensive. L'attitude normale de quelqu'un qui vient de perdre le contrôle, de voir un de ses secrets dévoilé au grand jour.« Alors arrête avec ça. C'était pas rien. » Finalement, l'italienne s'était radoucie, ravalant une seconde son chagrin et son agacement pour tenter de calmer le jeu. On avait jamais rien résolu en criant, ça n'allait pas commencer aujourd'hui. Croisant les bras, la journaliste avait finalement admis que par dessus le reste, elle voulait simplement comprendre. Mais son compatriote n'y avait pas vu de drapeau blanc. « Y’a rien à comprendre, c’est qu’une vieillerie au milieu d’un tas d’autres vieilleries … C’est toi qui en fait toute une histoire, je vois pas ce que t’essayes de me faire dire. » Cette fois-ci, Gaïa était restée sans voix, bouche bée par la mauvaise foi de l'italien. Une mauvaise foi qu'elle connaissait, ça allait sans dire, mais qu'elle n'avait jamais confronté de façon aussi directe. Exhalant un soupir, il avait récupéré son bas de jogging qui traînait au pied du lit, avant de lui tourner le dos. « J’suis crevé, j’vais prendre une douche. » La conversation était donc terminée, du moins, de son côté à lui. Gaïa n'avait rien ajouté, alors qu'il disparaissait dans la salle de bain, refermant soigneusement la porte derrière lui. Comme anesthésiée, la jeune femme était restée de longues secondes immobile, incapable du moindre mouvement, les pensées perdues dans un brouillard épais. Le bruit de la douche lui avait fait comme un électrochoc. Portée par une impulsion, elle avait quitté la chambre sans un regard en arrière, l'aura de la dispute, lourde comme la présence du carton sous le lit la poussant à fuir. Elle avait besoin d'air. Dévalant les escaliers à la hâte, elle avait sursauté quand en arrivant en bas de marches, un chien était immédiatement venu traîner dans ses jambes. Elle ne lui avait accordé qu'une vague caresse sur la tête en passant, sans même un regard, ne reprenant contact avec la réalité qu'au moment où elle s'était retrouvée dehors, sur la terrasse, une brise fraîche mordant sa peau nue. Inspirant une longue bouffée d'air nocturne, l'italienne avait resserré ses bras autour de son corps frêle. Elle était restée ainsi quelques minutes, Brusco ayant fini par sortir lui tenir compagnie, se couchant de tout son long à côté de ses pieds nus, ronflottant joyeusement en quelques secondes à peine. En d'autres circonstances, ça l'aurait sûrement fait sourire. Cette fois, le cœur n'y était pas. Quand elle avait entendu des pas dans son dos, elle n'avait pas bougé, n'ayant aucun doute quant à l'identité de celui qui approchait lentement. Fixant toujours l'horizon, plongé dans une pénombre constellé d'étoiles, elle n'avait même pas cherché à lui faire face. « Ne m'attends pas pour aller dormir, puisque tu es crevé. Je monterai plus tard. » Son ton, neutre, était dépourvu de toute émotion qui pourrait trahir sa détresse. Oui, elle monterait plus tard. Ou pas. Tout dépendrait du temps qu'elle mettrait à ravaler cette boule qui s'était logée dans sa gorge. Si elle y arrivait.

@vittorio giovinazzo (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 873483867 ∙ code par alcara


.
Sai, la gente è strana, prima si odia e poi si ama. L’amore non segue le logiche, ti toglie il respiro e la sete.


(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Vittai11
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Journa11
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Wine111
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Libra111
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 4lr4vc11

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 873483867:
Revenir en haut Aller en bas
Vittorio Giovinazzo
Vittorio Giovinazzo
le mal du pays
le mal du pays
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest V5Pnm5h Présent
ÂGE : 38 ans (13/04/86)
SURNOM : vitto par à peu près tout le monde, totti par ses frères
STATUT : il tente non sans mal d'apprendre à manier l'art de la communication, tout en restant persuadé que les actions valent mieux que les belles paroles
MÉTIER : moniteur de boxe américaine et gérant du dojo Riley pour le compte de Donnie, il est aussi juriste bénévole pour Homeless Connect sur son temps libre
LOGEMENT : #146 agnes street (bayside), une maison non loin de la plage, dans laquelle Gaïa et lui font avec les plans machiavéliques du chat pour tenter de se débarrasser du chien
gif@simran
POSTS : 5478 POINTS : 690

TW IN RP : misogynie, gaslighting, pratique religieuse (catholicisme), homophobie intériorisée, mention de négligeances infantiles
TW IRL : non-communiqués
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : à brisbane depuis septembre 2016 › deux demi-frères et une demi-soeur › ceinture noire de full-contact › parle italien & napolitain, accent anglais déplorable › a obtenu une équivalence à son diplôme de droit italien fin 2020 › bénévole chez Homeless Connect, il distribue des repas et dispense de l'aide juridique aux sans-abris › zéro sens de l'orientation › se déplace à vélo › SDF au début de ses études › ancien procuratore sostituto au barreau de Rome › (trop) carriériste › élevé dans une cité, il en a parfois encore l'attitude › attaché à la religion, fréquente régulièrement l'église
CODE COULEUR : étale sa mauvaise foi en "lightseagreen"
RPs EN COURS : gaïa 10kieran 01malone 02mila 02 › ulysse 01 (05/08)

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Z8AxICz
vittaïa 10 › I practice every day to find some clever lines to say to make the meaning come true, but then I think I'll wait until the evening gets late and I'm alone with you

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Tumblr_o7g3ep1xVe1tctq75o8_r1_400
vittonnie (scénario) › doesn't matter what you see, I know I could never be someone that'll look like you, doesn't matter what you say, I know I could never face someone that could sound like you

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 0xNs4wy
homeless connect (préliens) › so take my hands and come with me, we will change reality, so take my hands and we will pray, they won't take you away, they will never make you cry, they will never make you die

RPs EN ATTENTE : deborah 02
RPs TERMINÉS :
(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest MWyMoMr
giovinetti › passion or coincidence once prompted you to say "pride will tear us both apart" - well, now pride's gone out the window, cross the rooftops, run away

2023gaïalie (incruste)mila 01

2022gaïa 07 (mails)gaïa 08gaïa 09auden 01lisbeth 01malone 01

2021gaïa 06nino 07

2020gaïa 04josephdanikalivia 03adèle 01nino 06gaïa 05matthias 04

2019vittaïarianenino 04cora 04edgegaïa 03matthias 02matthias 03nino 05

2018cora 02gaïa 02ariane 01rooftop nightheidi 03ariane 02nino 03benjamincora 03ariane 03deborah 01

2017heidi 01kaecy 01nino 01livia 01#teamburgersofiaheidi 02finnley 01gaïa 01nino 02continazzetti 01livia 02kanekaecy 02

2016chelseamatthias 01cora 01

flashbacksariane 00 (2010)

univers alternatifsleto 01 (bunyip au)gabrielle 01 (bunyip ua)caitriona 01 (bunyip au)

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Tumblr_pipn7spQwL1x3f696o1_500

AVATAR : rafael lazzini
CRÉDITS : avatar@selfmade & sign@strangehell, non uccidere, mistborn & userbar@loonywaltz & dessin@jojoracoon
DC : hassan & tommy & anwar
PSEUDO : yumita (élodie)
Femme (elle)
INSCRIT LE : 04/10/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11778-piuttosto-can-vivo-che-leone-morto-vittorio
http://madebyumita.tumblr.com

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Empty
Message(#) Sujet: Re: (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest EmptyLun 6 Mai 2024 - 19:20


Vittorio Giovinazzo & @Gaïa Salvatori
'Cause I don't even care about the time I've got left here, the only thing I know now is that I wanna spend it with you, with you nobody else here, tonight is gonna be the loneliest, you'll be the saddest part of me, a part of me that will never be mine, it's obvious tonight is gonna be the loneliest. ☆☆
gifs @vstgifs & @unknown


Tenter de faire entendre raison à Vittorio une fois qu’il se sentait piqué était peine perdue : il ne savait plus se défendre autrement que par l’attaque, et les reproches qu’il enchaînait auprès de Gaïa depuis plusieurs minutes étaient à la hauteur de la position désagréable dans laquelle le mettait la situation. Il aurait pu ranger son carton ailleurs s’il ne voulait pas qu’elle y touche, c’est vrai, mais elle n’était pas obligée de fouiller. Il aurait pu se débarrasser de cet écrin poussiéreux depuis longtemps, c’est vrai, mais il n’avait pas de comptes à lui rendre. Il aurait pu minimiser les choses au lieu de jeter de l’huile sur le feu, c’est vrai … Mais enfin, on parlait de Vittorio, il ne fallait pas trop en demander. Reste que piquée au vif par le fait d’être traitée de fouineuse, un reproche ô combien lourd de sens à la lueur des antécédents de leur relation, la journaliste avait semblé ravaler une insulte avant de rétorquer avec froideur « J'aurais pu, si l'écrin s'était pas retrouvé bien en évidence sur le dessus du carton. Excuse-moi d'avoir espéré que – ... » Que quoi ? Qu’il attendait le bon moment pour en épouser une autre, et lui demander de débarrasser le plancher pour mieux pour y installer une autre à sa place ? Incapable de voir ce qui aurait dû se remarquer comme le nez au milieu de la figure, l’italien avait questionné du regard avec un brin d’impatience, Gaïa ne terminant pas sa phrase et préférant refermer l’écrin d’un geste sec. « T'as bon goût en ce qui concerne les bagues de fiançailles, je dois au moins reconnaître ça. » Fallait-il encore y voir un reproche déguisé ? L’italien pour autant n’avait pas fait de commentaire supplémentaire, pas plus d’humeur à la contredire qu’à admettre qu’il n’avait aucun mérite à avoir choisi une bague plutôt qu’une autre – il s’était laissé guider par les conseils du bijoutier sans trop y ajouter de réflexion personnelle, une bague était une bague à ses yeux, mais force était au moins de constater que celui qui la lui avait vendu ne s’était pas moqué de lui. La bague avait fait mouche non pas une, mais deux fois désormais, et il fallait bien y reconnaître une certaine ironie.

Aussitôt récupéré, le bijou de la discorde avait terminé sa course dans le carton où il aurait dû rester, qui lui-même avait disparu hors de la vue des deux amants. Ils auraient pu en rester là, Vittorio n’avait pas son pareil pour jouer la comédie et ignorer un sujet qui fâchait, mais visiblement bien décidée à ne pas le laisser s’en sortir si facilement, Gaïa entendait bien faire une montagne d’un grain de sable et obtenir des explications que Vitto, lui, estimait pourtant ne pas lui devoir. Le moment était-il bien choisi pour que la jeune femme s’épanche sur son propre passif en la matière ? Sans doute pas, mais elle était au moins parvenue à déstabiliser son compatriote quelques instants, avant que ses réflexes d’avocat ne le poussent à tordre la conversation pour tenter de renvoyer la faute à l’envoyeur. « Bon sang, tu comptes retourner contre moi absolument tout ce que je pourrais te dire? » Osait-elle prétendre en être surprise ? Elle le connaissait trop bien désormais pour ne pas savoir de quel bois il était fait. « Merde Vitto, je l'ai pas vu depuis quinze ans ! Quinze. Ans. Peut-être qu'il l'a gardé, je n'en sais rien et j'en ai absolument rien à foutre, c'est pas comme si c'était encore mon problème. Mais ce n'est pas parce que d'autres personnes ont potentiellement fait le même choix de merde que toi que c'est la bonne chose à faire ! » Croisant les bras, définitivement plus en position de vouloir discuter de quoi que ce soit, il s’était contenté de faire remarquer non sans une certaine froideur « C’est moi que t’essayes de faire passer pour le coupable, mais en attendant t’es la seule de nous deux à ressentir le besoin de te justifier. » Et surtout, qu’elle se sente subitement de lui mentionner ses fiançailles avortées n’empêchait pas que jusqu’à présent, elle n’en avait rien dit : ils étaient donc à égalité concernant ce mensonge par omission, et qu’elle veuille prétendre l’inverse relevait de la mauvaise foi – celle de Gaïa, pour une fois.

La vérité, c’est que la jeune femme se laissait guider par ses propres insécurités, et faisait un procès à son compagnon pour quelque chose qui n’avait d’existence – et d’importance – que dans sa tête. Elle se laissait berner par les médisances de sa cadette, voyait le passif de Vitto par le prisme de ses propres incertitudes, et refusait d’admettre que ce qui avait de l’importance pour elle n’en avait pas forcément pour lui. « Un truc sans la moindre importance, hein ? Eh bien, si tu le dis, c’est que ça doit être vrai. » Marquant une pause, tout juste bonne à mettre l’emphase sur son agacement, elle avait repris aussi vite « Non mais, t’es réellement en train d’essayer de me convaincre que c’est rien ? T’as perdu toute crédibilité à la seconde où tu m’as sauté à la gorge en me trouvant avec cet anneau. Alors arrête avec ça, c’était pas rien. » Tout en sachant que cela n’arrangerait rien à ses affaires, Vittorio n’avait pas su retenir le soupir d’agacement que lui inspirait la dernière remarque. « Mais cet anneau ou le reste, c’est la même chose ! On partage déjà une baraque entière, est-ce que c’est trop demandé de pouvoir garder certaines affaires pour moi ? J’aurais fouillé dans les tiennes en estimant que tout ce qui est à toi est à moi tu m’aurais pas fait une scène, peut-être ? » C’était bien beau de lui sortir le totem d’immunité du féminisme lorsque cela l’arrangeait, si le deux poids deux mesures continuait de s’appliquer en fonction de ce qui l’arrangeait le mieux. « Y’a aussi un bijou de ma mère et des photos de mes frères là-dedans, c’est autorisé ou bien j’ai besoin de ta bénédiction pour ça aussi ? » Elle voyait les choses par le prisme de ses insécurités, et lui par le prisme de sa valeur sentimentale ; La différence était pourtant simple, mais elle suffisait à semer la discorde, et déjà las d’une discussion qu’il n’avait pas envie de poursuivre, l’italien y avait coupé court en prétextant la fatigue pour mieux noyer sa contrariété sous le jet brûlant de la douche.

***

Il aurait pu y rester des heures, se transformer en ravioli vapeur et passer au rouge écrevisse, que cela n’aurait pas suffit à lui permettre de ruminer tout ce qu’il avait à ruminer. Il n’avait pas la sensation d’être en tort, mais avait aussi de quoi ne pas être fier de son comportement – reste que se l’admettre à lui-même était une chose, l’admettre à Gaïa en était une autre. Au fond de lui, il espérait sans doute que le problème se soit évaporé en même temps que la buée sur le miroir de la salle de bain, mais lorsqu’il avait regagné le rez-de-chaussée après avoir enfilé un short et le sweat à capuche avec lequel il avait l’habitude de sortir le chien, et constatée la silhouette de Gaïa plantée droite comme un “I” sur la terrasse, il avait compris qu’il ne s’en sortirait pas aussi facilement. Passant une main sur son visage en laissant échapper un long soupir, l’italien avait rejoint l’extérieur à son tour en ignorant à moitié Brusco, qui s’imaginait sans doute que la promenade était imminente. Se contentant d’une brève caresse sur le crâne poilu de l’animal, il avait enfoncé les mains dans ses poches et observé durant de longues secondes la silhouette de Gaïa, qu’il devinait crispée. « On peut discuter ? » avait-il d’abord risqué, marchant sur des œufs, le « Ne m’attends pas pour aller dormir, puisque tu es crevé. Je monterai plus tard. » reçu en retour le renvoyant dans les cordes au premier coup droit. « Sois pas ridicule, t’es en train de te geler … Rentre au moins à l’intérieur. » Posant une main sur l’épaule dénudée de la jeune femme, il avait senti cette dernière s’en dérober aussitôt ; peut-être que lui dire qu’elle était ridicule n’était pas la meilleure manière de s’y prendre pour espérer la persuader de l’écouter. « Je suis … » Marquant une pause, les mots toujours aussi difficiles à sortir que dans ses souvenirs, il avait pincé ses lèvres l’une contre l’autre. « Je suis désolé. » Mais pas désolé de tout, il ne fallait pas non plus exagérer, aussi s’était-il empressé de préciser sa pensée. « Je sais que t’étais pas en train de fouiller. J’ai réagi à chaud. » Il avait paniqué, en somme, et pas pour les raisons qu’elle semblait croire – la bague, ce n’était pas vraiment le problème. « C’est juste … Tout ce que j’ai ramené de chez nous tient dans ce carton. C’est trente ans de vie et ça tient dans une boîte. » Chez eux c’était l’Italie, bien sûr – un jour, peut-être, il serait capable d’appeler l’endroit où ils se trouvaient comme tel, un jour il serait capable de parler de l’Australie comme d’un “chez lui”, mais pour l’heure il n’y parvenait pas. Il aurait eu envie de lui expliquer que tous ces objets entassés dans un carton avaient une valeur à deux vitesses, qu’il y accordait de l’importance sans pour autant être nostalgique de l’époque à laquelle elles appartenaient, qu’il ne les gardait pas en souvenir du “bon vieux temps” sans pour autant avoir le coeur à les jeter … Mais se sentant bien incapable de formuler une explication à laquelle elle trouverait du sens, il avait abandonné sans même essayer. « On se moque de pour qui était cette bague. C’est pas important, c’est pas pour ça que je la garde. » Alors pourquoi ? Il n’avait même pas besoin qu’elle pose la question pour la deviner, et tentant de choisir ses mots avec précaution il avait ajouté aussitôt « Des bagues comme ça, dans ta famille on la voit en vitrine, on rentre pour l’acheter et on en prend une ou deux autres au passage, parce que “pourquoi pas” … Moi ça représentait des mois d’économies. C’était un accomplissement que je réussisse à rassembler une somme pareille, peu importe qu’on me la rende ensuite. J’ai pas envie de me débarrasser de quelque chose que j’ai mis autant d’effort à obtenir. » La vérité, c’était qu’il n’espérait même pas que Gaïa comprenne le raisonnement ; Il ne lui demandait pas, au même titre qu’il évitait autant que possible de lui rappeler les deux planètes diamétralement opposées sur lesquelles ils avaient grandi. Ce qu’il refusait, en revanche, c’était de profiter de l’existence de ce bijou pour l’accuser de malhonnêteté, ou pour remettre une nouvelle fois en question la sincérité des promesses et des engagements qu’il prenait auprès d’elle. Traverser la moitié du pays par inquiétude c’en était un, rencontrer sa famille c’en était un, lui proposer de vivre ensemble c’en était encore un … Et pourtant cela semblait n’être jamais assez. « Qu’est-ce que t’attends de moi, Gaïa ? » avait-il finalement questionné à voix basse. « Qu’est-ce que je dois faire pour que tu arrêtes de douter de moi à la moindre occasion ? » Il demandait sans reproche, seulement empreint d’une certaine lassitude quant au fait que son langage et celui de sa compagne dès lors qu’il était question de leur couple ne semblaient jamais s’accorder correctement. Après un instant d’hésitation, ses mains étaient venues se poser à nouveau sur les épaules de la jeune femme, et une fois certain qu’elle ne s’en déroberait pas à nouveau il l’avait attirée vers lui. Glissant le long de ses bras, ses mains étaient finalement allées attraper les doigts de l’italienne pour les entrelacer aux siens. « Je suis là, dans cette maison, avec toi. J’ai pas envie d’être ailleurs. Mais j’ai besoin que tu me fasses confiance. » Pas seulement qu’elle lui accorde le bénéfice du doute, non, mais qu’elle lui fasse suffisamment confiance pour que, lorsqu’un grain de sable se glisse dans la machine, sa première réaction soit d’y chercher une explication logique plutôt que de conclure à la découverte d’un mensonge ou d’un secret honteux.



(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest 763064237  :burger: :
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Empty
Message(#) Sujet: Re: (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest (vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(vittaïa #10) tonight is gonna be the loneliest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: logements
-