AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-44%
Le deal à ne pas rater :
Casque Gamer sans fil STEELSERIES Arctis 7P+ (PS5/PS4, PC)
86.99 € 155.01 €
Voir le deal

 (caele #4) fly me to the moon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anonymous
Invité
Invité

(caele #4) fly me to the moon Empty
Message(#)(caele #4) fly me to the moon EmptySam 2 Sep 2023 - 4:42


☾ fly me to the moon
Fly me to the moon and let me play among the stars. Let me see what spring is like on Jupiter and Mars. In other words, hold my hand. In other words, darling, kiss me. Fill my heart with song and let me sing forevermore. You are all I long for all I worship and adore. In other words, please be true.
@Adèle Shephard ☆ CARL FLANAGAN
gifs by (c) lomapacks et (c) katmcnamaragifs


L'évènement a fait le tour des couloirs de l'hôtel, passant d'employé en employé jusqu'à parvenir à ses oreilles, et Carl s'est aussitôt dit qu'il voulait y amener sa colocataire. Les années folles ne font pourtant pas partie des époques auxquelles le garçon aurait aimé vivre mais ce n'est pas comme si un véritable retour dans le temps l'attendait à cette occasion, entre le cinéma de sa meilleure amie lui donnant une excuse de plus pour y trainer et le jazz club lui rappelant l'une de ses dernières rencontres avec son actrice préférée. Quelques mois en arrière Carl y avait même déposé son curriculum, et cela sans grand succès. Le Nate's Jazz Club n'avait de toute évidence pas besoin d'un garçon avec son profil mais s'y rendre ce soir n'éveille pas une once d'amertume en lui, loin d'en vouloir à son gérant pour le peu d'intérêt porté à sa candidature et tout aussi certain que son visage n'évoque déjà plus rien à personne par ici. La seule aux yeux de qui Carl souhaite exister se trouve de toute façon à ses côtés, alors qu'il n'a pas choisi la facilité en conviant Adèle au Twelve ayant permis leur rencontre en début d'année. Un peu d'originalité ne fait après tout pas de mal et ce soir, Carl a même revêtu un costume pour prouver à sa colocataire qu'il ne prend pas cette sortie à la légère. Son frère lui a assuré qu'il serait dans le thème et il ne pouvait dès lors que le croire, même si Keefe a aussi longuement insisté pour les accompagner sans que cette idée ait été une seule seconde envisageable. C'est avec Adèle et elle seule qu'il désirait profiter de la programmation du jazz club, aussi intimidant soit ce nouveau tête-à-tête dans un cadre qu'il peut au moins presque se vanter de connaître.

C'est donc ensemble qu'ils rejoignent le At Nate's où la soirée bat déjà son plein au rythme des reprises jazzy, leur garantissant une entrée en musique qui n'est pas sans octroyer un stress supplémentaire à Carl. Sa plus grande crainte ? Que quelqu'un le fasse monter sur cette scène pour montrer l'étendue des talents qu'il n'a pas et qui, à coup sûr, lui vaudrait l'un de ses pires moments de honte en vingt-trois années d'existence sur cette terre. Fort heureusement pour lui, seuls les volontaires sont en principe conviés à affronter le public et ces courageux, Carl se fait déjà la promesse de les applaudir. « Ça te dit qu'on s'assoit là ? D'ici, on devrait plutôt bien voir la scène. » il propose, repérant une table et sa banquette en cuir dans un coin de la pièce, sans pour autant chercher à s'exiler dans le fond de celle-ci. Si en temps normal Carl ferait tout pour passer inaperçu et se fondre dans les murs, ce soir il consent à mettre partiellement sa timidité de côté pour Adèle ou du moins, assez pour donner l'impression de ne pas vouloir à tout prix se cacher. « J'ai négocié pendant une heure avec Keefe tu sais, il tenait vraiment à venir avec nous. » Et la raison pour laquelle son frère avait cette idée fermement ancrée dans la tête, Carl croit bien la connaître car Keefe a déjà manifesté une curiosité certaine vis-à-vis de sa relation avec sa colocataire. Sans doute perçoit-il que son ainé n'y est pas insensible, mais ses interventions ont le don de mettre Carl mal à l'aise quand il ne sait pas à quel point son frère pourrait tenter de forcer les choses entre eux. Ses sous-entendus sont déjà nombreux concernant Adèle, et il craint que cette dernière n'en soit témoin à la longue – si ce n'est pas déjà fait. « Je sais qu'il peut être vachement envahissant parfois, désolé pour ça. » Il l'est d'autant plus que Keefe éternise son séjour à Brisbane ainsi que ses allées et venues à leur appartement, alors qu'il avait bel et bien promis à Adèle et Chelsea que cette situation n'était que provisoire et que son frère ne resterait pas longuement dans leur pattes. Un provisoire qui commence à durer, et il comprendrait que tout ceci finisse par poser problème. « Et merci d'avoir accepté de m'accompagner, surtout. Je sais pas si les années folles t'inspirent mais moi, j'ai toujours trouvé le jazz apaisant. » ajoute-t-il dans un sourire, ajustant par la même occasion les manches de sa veste de costume un peu trop longues pour lui. Son regard navigue entre la scène et Adèle, sans pouvoir bien longtemps se détacher d'elle et ce, au risque que la véritable motivation derrière cette soirée ne vienne peu à peu le trahir. La raison l'ayant poussé à lui proposer cette sortie est la même que celle lui ayant valu de la suivre dans un stage de survie, mais Carl a encore bien trop peur de l'admettre. « On se commande un truc à boire ? Je t'invite, bien sûr. » Cette dernière partie n'est évidemment pas négociable et c'est après un nouveau sourire échangé que les yeux du garçon se mettent à parcourir doucement la carte.



Dernière édition par Carl Flanagan le Lun 6 Nov 2023 - 4:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

(caele #4) fly me to the moon Empty
Message(#)(caele #4) fly me to the moon EmptyDim 3 Sep 2023 - 5:37

(caele #4) fly me to the moon Tumblr_pkojtpi3o31w0lutwo1_250

Adèle n'avait pas eu vent de cette soirée qui s'organisait, et elle n'était même pas sûr qu'elle aurait tenté de participer avec ses colocs si Carl ne lui avait pas proposé de lui-même. On ne pouvait pas dire que sa précédente sortie se soit déroulée comme elle le voulait : Chelsea semblait lui faire autant la gueule et Carl était passé à peu près par tous les états qu'elle n'aurait certainement pas imaginé. Ne voulant certainement pas avouer aussi facilement qu'il n'avait rien d'un aventurier - ce qui en soit ne pouvait pas déranger la miss Shephard. Il a d'autres qualités et il lui donne toujours cette envie d'en découvrir sur lui, davantage quand il a cet air gêné devant un Keefe bavard et à l'aise en toute circonstance - ils sont un opposé. Elle préférait donc pour l'heure rester à l'abri dans sa chambre sans but précis : ce qui ne la ressemble en général pas du tout. Elle a toujours été ce genre de nana à ne jamais rester en place bien longtemps, préférant alors souvent s'aérer l'esprit et profiter de sortie, de bouger. Quand bien même le Flanagan ne la connait pas beaucoup, il doit au moins s'assurer de ce trait de caractère : celui de toujours vouloir être en mouvement, ne jamais connaître de pause. On peut même prétendre qu'elle a des ressorts, si bien qu'elle a toujours épuisé son aîné, quand elle n'était qu'une enfant.

Adèle aime ses petits moments qu'elle peut passer auprès de lui, quand bien même elle fera la sourde oreille si on vient à lui poser la question. Les choses ont si vite évolué entre eux - une chance que sa colocataire est partie, et celui d'Adèle aussi. Le concours de circonstance a permis aujourd'hui qu'ils puissent cohabiter ensemble, et même de partager quelques sorties. Ils se côtoient donc sans rajouter une quelconque pression, profitant des moments de calme dans l'appartement pour se retrouver. Keefe squatte souvent le salon - ce qui n'empêche pas Adèle d'y être aussi. Mais pour l'heure elle se trouve dans sa chambre, à écouter de la musique quand elle voit la porte s'entrouvrir. Très certainement Carl a dû taper mais elle ne l'a pas entendu, elle retire ses écouteurs, se relève légèrement avant de voir a peine la silhouette du brun apparaître « Adèle ? » Elle relève sa tête vers lui entièrement avant qu'il poursuive, « ça te dirait d'y aller ? » Et il lui tend un prospectus pour un festival de Jazz, elle lit les grosses lignes avant de relever son regard vers lui, juste un truc a retenu son attention et il va très vite le savoir. « Il y a même un bal. » Qu'elle annonce alors qu'il feinte un sourire un peu gêné devant sa réplique. « Avec plaisir, tu voulais faire quelque chose en particulier ? » Et il disparaît de la chambre un sourire aux lèvres, alors qu'Addie se relève pour se préparer à son tour.

C'est au bras de Carl Flanagan qu'elle finit par céder - ce qui n'a pas semblé bien difficile pour le jeune homme de la convaincre de se rendre au festival de Jazz, avec une de ses jolies robes. Pas qu'elle soit spécialement branché dans ce type de musique. « Ça te dit qu'on s'assoit là ? D'ici, on devrait plutôt bien voir la scène. » Carl s'arrête devant une table et une banquette - et Adèle obtempère en s'installant la première. Elle regarde autour d'elle tout ce qui s'y passe avant de relever son visage vers lui. « Tu es déjà venu dans cet endroit ? » Elle demande, avant de poser ses yeux sur les groupes de personnes qui s'installent à leur tour. « J'ai négocié pendant une heure avec Keefe tu sais, il tenait vraiment à venir avec nous. » Rien de surprenant en réalité. Et ça l'a fait même rire. « Je sais qu'il peut être vachement envahissant parfois, désolé pour ça.  » Elle fait un non de la tête, Keefe est même adorable et il l'a fait bien rire. Peut-être moins Carl. « T'en fais pas pour nous, tu dois être content qu'il soit en Australie. » Elle ne connait pas suffisamment la vie et le passif de Carl pour tout connaître de lui et de ses angoisses, mais ce qu'elle savait déjà c'est que Keefe est important pour lui. Qu'il prend soin de son frère et souhaite que le meilleur pour lui. « Et merci d'avoir accepté de m'accompagner, surtout. Je sais pas si les années folles t'inspirent mais moi, j'ai toujours trouvé le jazz apaisant. » C'était pas vraiment sa musique préférée mais a vrai dire Adèle a pas de jugement négatif sur ce type de musique et elle ne demandait qu'une chose : en découvrir plus.  « C'est normal, tu sais bien que je répond toujours présente, » tout du moins depuis qu'ils se connaissent. « Tu connais quelques noms des artistes qui vont jouer ce soir ? » Qu'elle demande en posant ses yeux sur le programme. « On se commande un truc à boire ? Je t'invite, bien sûr, » et ce n'est que partie remise, parce qu'elle ne comptait pas le laisser tout payer toute la soirée.  « Tu sais ce que tu vas prendre ? » Adèle n'aime pas trop l'alcool et c'est pourquoi elle répond assez rapidement, « je vais vouloir un jus de fruit pour ma part. » Adèle jetait un coup d'oeil sur la scène, pour le moment rien de particulier juste des amateurs qui font leur show en attendant le spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

(caele #4) fly me to the moon Empty
Message(#)(caele #4) fly me to the moon EmptyJeu 7 Sep 2023 - 5:39


☾ fly me to the moon
Fly me to the moon and let me play among the stars. Let me see what spring is like on Jupiter and Mars. In other words, hold my hand. In other words, darling, kiss me. Fill my heart with song and let me sing forevermore. You are all I long for all I worship and adore. In other words, please be true.
@Adèle Shephard ☆ CARL FLANAGAN
gifs by (c) lomapacks et (c) katmcnamaragifs


Son téléphone en mode vibreur, Carl s'assure ainsi que son frère ne pourra pas perturber leur soirée car il connait suffisamment Keefe pour savoir que ses messages et appels seront nombreux, ne serait-ce que pour savoir comment les choses peuvent avancer. S'il doit lui en faire le compte rendu, ce ne sera pas avant demain et si ce sont des détails croustillants que le benjamin Flanagan attend, rien ne garantit pour le moment qu'il aura quelque chose à se mettre sous la dent. Pour ça, il faudrait déjà que Carl parvienne à se détendre et que ce tête-à-tête privilégié avec sa colocataire ne fasse pas ressortir sa bonne vieille maladresse, au risque d'anéantir ce qu'il espère tant tisser avec elle. « Tu es déjà venu dans cet endroit ? » Peut-être a-t-elle senti que le At Nate's ne lui était pas totalement inconnu, car c'est bien un hochement de tête que Carl effectue sans chercher à cacher sa petite histoire avec le lieu. « Oui, j'ai même déposé ma candidature pour y travailler il y a quelques mois. Mais ils m'ont jamais rappelé, j'ai sûrement pas dû leur plaire. » Une histoire banale de garçon cherchant à rebondir car après son départ du DBD, nombreux ont été les cafés et les bars où son curriculum a été déposé. Tout ça pour finalement obtenir sa place dans un prestigieux hôtel en tant que valet, le signe sans doute que Carl devait s'essayer à d'autres choses mais aussi sortir de sa zone de confort. Quant à son jeune frère, Adèle ne semble pas surprise d'apprendre que sa présence ce soir a été évitée de justesse. « T'en fais pas pour nous, tu dois être content qu'il soit en Australie. » Et ce fait, Carl ne pourra pas le nier. Il esquisse même un sourire attendri, touché que sa colocataire songe avant tout à son bien-être au lieu de s'offusquer des intrusions de Keefe. « Il t'aime beaucoup tu sais, quand il me parle de toi c'est toujours en bien. » C'est un aveu timide qu'il consent à lui faire et pour cause, son frère aime aussi beaucoup leur complicité au point de ne pas cacher son désir de les voir ensemble. Qu'est-ce que t'attends pour lui dire qu'elle te plait, trouverait-il même sûrement à dire. « C'est normal, tu sais bien que je répond toujours présente. » Son sourire renait de plus belle tandis que son regard voyage lentement autour d'eux, honoré il est vrai qu'Adèle soit toujours partante pour une sortie avec lui.

Le flyer trônant sur la table donne quant à lui une idée du programme de la soirée, même si Carl n'a jusqu'ici pas vraiment pris le temps de s'y pencher. « Tu connais quelques noms des artistes qui vont jouer ce soir ? » Il aimerait lui répondre que oui pour prouver qu'il s'est intéressé comme il se doit à l'évènement mais à quoi bon mentir, et jouer le connaisseur qu'il n'est sûrement pas ici. « Oh ? J'avoue que non. Hurtwave c'est le nom du groupe apparemment, est-ce que ça te dit quelque chose à toi ? » Carl n'est pas une référence en la matière alors peut-être bien que ce groupe revendique une notoriété certaine, le public en tout cas semble plus que jamais au rendez-vous. « Tu sais ce que tu vas prendre ? je vais vouloir un jus de fruit pour ma part. » Pas d'alcool pour elle donc, et il faut avouer que cette information tend presque à le rassurer. Carl n'a lui-même pas prévu d'en boire mais si Adèle s'était laissée tenter, il aurait pu revoir sa position dans l'unique but de trinquer – ce qu'ils pourront tout aussi bien faire en misant sur du soft. « Une limonade ça me dirait bien, je vais nous commander ça. » Et il profite du prochain serveur passant près de leur table pour communiquer leur choix, laissant Adèle préciser le fruit qu'elle préfère avant d'attendre patiemment que leur commande leur soit apportée. Un court silence s'installe alors, mais Carl prend son courage à deux mains pour briser aussitôt ce dernier. « Je t'en ai jamais parlé mais si je bois peu d'alcool, c'est parce que c'est un déclencheur de mes migraines. J'ai des crises depuis longtemps et quand je m'enferme dans ma chambre sans lumière, c'est souvent pour ça. » Et non pas parce qu'il affectionne l'obscurité, bien au contraire car l'unique avantage que Carl y trouve n'est autre qu'un côté calmant. « Mais pardon, c'est pas très joyeux je m'en rends compte. Tu voudrais pas me parler des styles de musique que tu aimes, plutôt ? » il reprend en supposant que le jazz n'a pas vraiment sa préférence, et parce que l'occasion lui semble bonne pour tenter aussi d'en apprendre un peu plus sur elle. Pourtant, un élément trouble bien vite la concentration du garçon et Carl n'est pas certain de pouvoir le cacher bien longtemps. « Et hum.. ta robe, elle est jolie et elle te va bien, tu sais. » Adèle est ravissante c'est un fait, mais il n'a pas attendu ce soir pour s'en rendre compte. D'autres en revanche semblent le découvrir, et ses yeux ne s'égarent pas un peu plus loin par hasard. « Je crois même que je suis pas le seul à le penser parce que le type là-bas, il arrête pas de te regarder. » Un type au regard insistant, dont l'attention portée à sa colocataire lui tord doucement le ventre. Il ne manquerait plus qu'il cherche à lui offrir un verre, et cela sous son nez.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

(caele #4) fly me to the moon Empty
Message(#)(caele #4) fly me to the moon EmptyJeu 7 Sep 2023 - 22:20

(caele #4) fly me to the moon Tumblr_pkojtpi3o31w0lutwo1_250

Elle avait désormais besoin de passer du temps avec le Flanagan sans même accepter de s'en rendre compte elle-même. Préférant plutôt l'insouciance du moment, alors il est vrai qu'elle n'avait pas vraiment refuser cette sortie en sachant pertinemment que le jazz n'est pas fait pour elle. Mais curieuse de nature, son regard se posait de gauche à droite alors que les groupes commençaient à se former, laissant parfois quelques duos par ci et là, dont le leur qu'elle ne se plaignait pas. Elle avait bon espoir qu'ils s'en sortent mieux que lorsqu'ils ont fait leur sortie construction d'abri ou qu'ils retrouvent plus facilement la sortie dans cette salle que dans leur forêt. Adèle finit par poser son regard sur Carl qui répond à sa question, une fois qu'ils se sont installés sur la banquette confortable qu'offre le lieu. Pour sa part, elle n'est jamais venue ici dans ses souvenirs en tout cas certainement pas récemment. « Oui, j'ai même déposé ma candidature pour y travailler il y a quelques mois. Mais ils m'ont jamais rappelé, j'ai sûrement pas dû leur plaire. » Elle hausse les épaules avant de sourire légèrement pour finalement venir dans un réconfort lui ajouter, « je suppose qu'ils ont perdu au change. » En réalité tout ça n'a que peu d'importance parce que la Shephard a d'autres plans pour lui que de rester dans son hôtel ou dans un bar quelconque. Et il s'est d'ailleurs suffisamment penché sur le dossier pour qu'elle se mette en tête de le convaincre de reprendre ses études. Mais Adèle sait comment les choses se déroulent et ne heurte pas le brun avec ses pensées et ses nombreuses questions, préférant largement détourner son attention sur autre chose pour mieux attaquer par la suite. Elle en avait l'habitude, quand on grandit avec deux frères et qu'on est le juste milieu de tout. Elle sait y faire l'agente immobilière. « Il t'aime beaucoup tu sais, quand il me parle de toi c'est toujours en bien. » Elle relève ses yeux sur son colocataire et ne peut s'empêcher de sourire à sa phrase. « Il est vraiment adorable, je l'apprécie beaucoup aussi. J'espère qu'il reviendra bien vite quand il rentrera chez lui, » et c'était sincère mais ce n'est pas le seul frère Flanagan qu'elle apprécie à sa juste valeur. « Faut croire que j'ai trouvé ma petite place avec la famille Flanagan. » Qu'elle avoue avec un ton léger, sourire aux lèvres avant de s'épancher sur le sujet des groupes qui participent à cette festivité. C'était en tout cas ce qu'elle espérait. « Oh ? J'avoue que non. Hurtwave c'est le nom du groupe apparemment, est-ce que ça te dit quelque chose à toi ? » Elle fait une légère grimace avant de faire non de la tête. « Tu crois que ça devrait ? » Qu'elle lui demande en rigolant, « Ils sont peut-être très connus et on reste dans l'ignorance. » Pour l'heure, ça la fait plus rire que craindre une éventuelle perte de mémoire. Elle détourne son visage vers la carte face à elle alors que Carl fait déjà signe au serveur pour commander les boissons. « Une limonade ça me dirait bien, je vais nous commander ça. » Adèle finit par ajouter qu'elle souhaite un multi fruit, quelque chose d'hyper vitaminé, elle aura au moins besoin de ça pour l'entraîner sur la piste de danse. Carl l'ignore mais elle a bien l'intention de le convaincre au bien fait de la musique et de la danse. Le serveur repart avec la commande et Adèle observe le brun un instant avant qu'il rompt le silence. « Je t'en ai jamais parlé mais si je bois peu d'alcool, c'est parce que c'est un déclencheur de mes migraines. J'ai des crises depuis longtemps et quand je m'enferme dans ma chambre sans lumière, c'est souvent pour ça. » Son visage est surpris, et tout de suite, elle s'empresse, « j'espère que je te saoule pas de trop avec mes histoires pendant ta migraine, faut pas hésiter à me dire. » Combien de fois était-elle venue dans sa chambre pour combler ses nuits ou tenter de trouver le sommeil quand il était dans la même pièce qu'elle ? Combien de fois lui avait-elle parlé de choses et d'autres alors qu'il souffrait peut-être de migraine ? « Tu arrives à les apaiser ? » Elle demande à présent qu'on leur emmène leurs boissons, elle remercie le serveur. « Mais pardon, c'est pas très joyeux je m'en rends compte. Tu voudrais pas me parler des styles de musique que tu aimes, plutôt ? » Elle sirote déjà sa boisson avec sa paille avant de sourire devant la question de Carl. « Non au contraire, tu fais bien de m'en parler, » qu'elle débute avant de s'empresser d'ajouter, « j'aime bien que tu te confies à moi et que tu m'parles de toi. » Ça devait se voir sûrement mais elle l'appréciait vraiment beaucoup, quand bien même elle sera pas toujours autant démonstrative. Il était sans aucun doute arrivé dans sa vie au bon moment et elle n'avait aucune intention que ça change. « Je n'aime pas forcément un style en particulier, mais disons tout ce qui bouge, le pop et aussi les chansons a texte. » Elle était pas très difficile et n'avait pas une star en préférence. Mais plutôt c'était un tout, une musique, un tempo, un texte, une voix. « Et hum.. ta robe, elle est jolie et elle te va bien, tu sais. » Elle sourit devant l'attention de Carl, un peu gêné elle-même mais si elle devait être honnête, ça lui faisait plaisir d'entendre ça venant du Flanagan. « Je crois même que je suis pas le seul à le penser parce que le type là-bas, il arrête pas de te regarder.  » Elle relève son visage vers Carl, surprise de cette dernière phrase. Elle n'avait même pas fait attention, peut-être que au final elle s'en fichait pas mal. « Que veux-tu, si il t'envie. » Elle souffle avec légèreté avant de poser sa main sur le bras de Carl. « Je suis certaine que je dois aussi faire des envieuses, et ça me plaît bien. » Fallait qu'elle soit honnête quelques instants sur ses ressentis, quand bien même, l'avouer n'était pas si aisé que ca. « Merci de ton invitation, je suis contente qu'on passe encore ce moment ensemble, à la tienne. » Qu'elle souffle avant de récupérer son verre et de le pointer vers Carl. Et tant pis pour le type, qu'elle ne regarde même plus.
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

(caele #4) fly me to the moon Empty
Message(#)(caele #4) fly me to the moon EmptyVen 15 Sep 2023 - 3:22


☾ fly me to the moon
Fly me to the moon and let me play among the stars. Let me see what spring is like on Jupiter and Mars. In other words, hold my hand. In other words, darling, kiss me. Fill my heart with song and let me sing forevermore. You are all I long for all I worship and adore. In other words, please be true.
@Adèle Shephard ☆ CARL FLANAGAN
gifs by (c) lomapacks et (c) katmcnamaragifs


Adèle suppose que le jazz club y a perdu au change en ne donnant pas suite à sa candidature mais Carl, lui, s'imagine bien évidemment qu'un millier de garçons avaient un profil plus intéressant que le sien car quand n'est-il pas trop dur envers lui-même, au juste ? Son frère tiendrait pourtant le même discours que sa colocataire car ces deux-là n'ont jamais manqué de croire en lui, pas étonnant finalement qu'Adèle et Keefe aient aussi bien accroché quand il y pense. Pour peu, l'adolescent deviendrait presque un habitant à part entière de leur appartement et s'il ne connait pas encore l'avis de Chelsea sur cette situation, il sait au moins que la Shephard ne sera pas celle qui le mettra dehors. « Il est vraiment adorable, je l'apprécie beaucoup aussi. J'espère qu'il reviendra bien vite quand il rentrera chez lui. » Ces paroles le font tendrement sourire car il est touchant de voir son frère gagner autant de points aux yeux d'Adèle – tant qu'il ne lui vole pas trop la vedette, car Carl tient tout de même à rester son petit préféré. « Et moi ce que j'espère, c'est qu'il repartira pas trop vite. » souffle-t-il en baissant la tête, quelque peu pensif. Keefe devra tôt ou tard rentrer au pays et il le sait, mais l'échéance à laquelle il s'était préparé se voit finalement repoussée. Une bonne chose, même s'il n'y voit pas très clair. « Il devait rentrer il y a deux semaines, mais j'ai l'impression qu'il s'est passé un truc là-bas. » Et Carl retrouve sans attendre une voix inquiète, comme s'il pouvait sentir que son frère lui dissimule quelque chose. Ne pourrait-il pas simplement rallonger son séjour parce que ce pays lui plait, et parce qu'il veut aussi renouer plus longuement avec son ainé ? Une part de lui l'espère, sans en être néanmoins tellement convaincu. « Faut croire que j'ai trouvé ma petite place avec la famille Flanagan. » Oh, Adèle ne croit pas si bien dire car la voilà officiellement adoptée par les deux frères, en gagnant même une place très particulière dans le cœur du plus âgé. Carl hoche alors doucement la tête, confirmant silencieusement cette place qu'elle est parvenue à trouver avant de s'intéresser au programme de la soirée. « Tu crois que ça devrait ? Ils sont peut-être très connus et on reste dans l'ignorance. » Le nom du groupe ne leur dit rien pour le moment, mais il en sera peut-être autrement tout à l’heure. « Si ça se trouve, ils vont gagner deux nouveaux fans ce soir ! » Ou du moins, deux curieux qui se pencheront ensuite sur leur discographie car ce festival est aussi la porte ouverte à toutes les surprises.

Un jus multi-fruits et une limonade commandés plus tard, Carl se risque à avouer la raison pour laquelle sa consommation d'alcool est si rare, car ce n'est pas uniquement parce qu'il ne le tient pas. Migraineux depuis l'adolescence, ses crises lui mènent la vie dure mais les années écoulées lui ont au moins permis d'identifier ses principaux déclencheurs, bien plus nombreux qu'Adèle doit le penser mais en faire la liste serait un coup à la faire fuir. « J'espère que je te saoule pas de trop avec mes histoires pendant ma migraine, faut pas hésiter à me dire. » Si les intrusions d'Adèle dans sa chambre sont devenues presque habituelles, jamais Carl n'a ressenti l'envie secrète de lui demander d'en partir. Au contraire, il ne connait pas de meilleurs moments que ceux susceptibles de le rapprocher de sa colocataire. « Aucun risque que tu me saoules. » il lui assure et ne veut certainement pas que ces crises puissent les priver de temps passé à deux. « Tu sais, ça me rassure de pas me retrouver tout seul. C'est déjà compliqué avec la douleur, je peux juste pas supporter beaucoup de bruit ou de lumière dans ces moments-là. » Ainsi, Carl ne promet pas de tenir de longues conversations durant ses crises mais ne pas les affronter seul est déjà un petit réconfort, et en parler ce soir à Adèle permet au moins à celle-ci de comprendre pourquoi il peut parfois disparaître subitement pour trouver refuge dans sa chambre. Ses crises, Carl ne veut aussi les infliger à personne. « Tu arrives à les apaiser ? » Bien sûr, il aimerait lui répondre que oui mais les atténuer est en réalité devenu très difficile. « Il existe des médicaments spéciaux pour ça, les triptans, mais je les tolère pas. Ça me rend très nauséeux, du coup je les prends pas. » Et même si Carl ne le précise pas, il a assurément essayé beaucoup d'autres choses au fil des années pour tenter de soulager ce qui pouvait l'être. Huiles essentielles, points d'acupuncture, cures en tous genres... tout ou presque y est passé. « Non au contraire, tu fais bien de m'en parler. » Compte tenu de l'importance de ces crises dans sa vie, il est bien normal qu'Adèle en soit enfin informée. « J'aime bien que tu te confies à moi et que tu m'parles de toi. » Et lui aussi, apprécie de se confier à elle même si parler de lui ne sera jamais ce que Carl préfère. Il saisit alors son verre, sans pour autant le porter à ses lèvres. « Je voulais surtout pas que tu penses que quand je m'isole, c'est parce que je suis sauvage. Mais si t'es d'accord, je pourrai aussi venir dans ta chambre parfois comme ça, on se reposera ensemble. » C'est une idée comme ça, histoire que lui aussi puisse l'y rejoindre et pas seulement quand ses migraines pointeront le bout de leur nez, bien entendu. En attendant, Carl s'intéresse aux goûts musicaux de sa colocataire puisque cette soirée s'y prête. « Je n'aime pas forcément un style en particulier, mais disons tout ce qui bouge, le pop et aussi les chansons a texte. » Aussitôt reçue, l'information est soigneusement notée dans un coin de son esprit en supposant qu'elle pourra un jour lui servir. Adèle a bon goût, mais en est-il réellement surpris ?

Tout irait à vrai dire pour le mieux si cet autre client du jazz club n'avait pas des vues évidentes sur sa colocataire, une attention que la principale concernée ne semble jusqu'ici pas avoir remarqué. Mais Carl a l'œil lui, mieux placé que quiconque pour reconnaître ce regard porté vers elle car sans doute éveille-t-il en lui un soupçon de jalousie, aussi. « Que veux-tu, si il t'envie. » Et il a de quoi, compte tenu de la jolie compagnie qui est la sienne ce soir. La main d'Adèle posée sur son bras se charge quant à elle de le faire frissonner, un contact dont Carl ne risque pas de se plaindre même si son cœur menace sérieusement de s'emballer. « Je suis certaine que je dois aussi faire des envieuses, et ça me plaît bien. »« Oh, j'en suis pas aussi sûr que toi. » Il secoue alors la tête, ses lèvres ornées d'un sourire timide face au compliment que sa colocataire vient indirectement de lui faire. Lui, intéresser des demoiselles par ici ? La seule dont l'attention compte pour lui n'est autre que celle assise à ses côtés, tandis que ses derniers mots tournent encore dans sa tête. « Merci de ton invitation, je suis contente qu'on passe encore ce moment ensemble, à la tienne. » Et des moments ensemble, Carl aimerait qu'il y en ait beaucoup d'autres si on lui demande son avis. Après avoir entrechoqué leurs verres, le garçon fait vraiment tout ce qu'il peut pour ne plus penser au client qui observait Adèle. « Quand j'ai entendu parler de ce festival, j'ai tout de suite pensé à te demander de venir avec moi. Et je regrette pas, ça me plait qu'on soit ici rien que tous les deux et pas seulement parce que l'endroit est sympa. » Pour quelle autre raison, dans ce cas ? Elle peut sembler évidente mais l'avouer n'a vraiment rien d'évident, alors Carl choisit de présenter les choses autrement. « Tu penses qu'il pourrait y avoir d'autres sorties comme celle-là ? Je veux dire.. t'accepterais que je t'invite ailleurs, une prochaine fois ? » Le formuler est incroyablement stressant mais pas autant que de croiser le regard de sa colocataire à cet instant, alors que Carl ne saisit même pas l'occasion de se cacher derrière son verre. Non, c'est à la place un trait d'humour qu'il tente, comme si c'était susceptible de faire battre son cœur un peu moins vite. « J'éviterai juste d'en parler à Keefe, sinon tu peux être sûre qu'il finira par nous suivre. » Mais dans le genre envahissant, il y a peut-être bien pire que son frère et Carl va en avoir rapidement le cœur net.


les p'tits dés:



Dernière édition par Carl Flanagan le Ven 15 Sep 2023 - 3:26, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
LE DESTIN
LE DESTIN
l'être suprême
l'être suprême
(caele #4) fly me to the moon HlIQNBi Présent
ÂGE : des milliers d'années, mais je suis bien conservé.
STATUT : marié au hasard.
MÉTIER : occupé à pimenter vos vies, et à vous rendre fous (a).
LOGEMENT : je vis constamment avec vous, dans vos têtes, dans vos esprits, et j'interviens de partout, dans vos relations, dans vos joies, vos peines.
(caele #4) fly me to the moon 55151247c8faf837c79382fe1cd76e6bcdb0516e
POSTS : 30743 POINTS : 200

TW IN RP : nc
PETIT PLUS : personne ne sera épargné, c'est promis les chéris.
AVATAR : je suis tout le monde.
CRÉDITS : harley (avatar) & katebeckets (gif profil)
DC : nope.
PSEUDO : le destin.
INSCRIT LE : 16/12/2014

(caele #4) fly me to the moon Empty
Message(#)(caele #4) fly me to the moon EmptyVen 15 Sep 2023 - 3:22

Le membre 'Carl Flanagan' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'dé action' :
(caele #4) fly me to the moon 7qAeKoF
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

(caele #4) fly me to the moon Empty
Message(#)(caele #4) fly me to the moon EmptyVen 15 Sep 2023 - 22:25

(caele #4) fly me to the moon Tumblr_pkojtpi3o31w0lutwo1_250

A peine installés sur le fauteuil que les deux colocataires retrouvent leur complicité sans trop tarder. Adèle apprécie passer du temps avec lui et quand bien même il fait un non de la tête dès lors qu'elle trouve sa réponse un peu trop brutale et pas à son avantage. Carl mérite mieux qu'un bar quand bien même ce bar a le mérite de se dire que Addie semble installée ici à son aise. Il ne suffit jamais de beaucoup pour qu'elle se désintéresse d'un lieu qui n'a pas été en son sens. Et très certainement sans le Flanagan, elle ne se serait pas rendue avant très longtemps dans cet endroit. Ceci étant elle ne s'en plaint pas, accompagnée de cette charmante compagnie. La conversation prend tout son sens dès lors que l'aîné parle de Keefe. « Et moi ce que j'espère, c'est qu'il repartira pas trop vite. » Adèle relève son regard sur son colocataire en souriant légèrement devant son aveu alors que ce dernier baisse le regard, timidement. « Il devait rentrer il y a deux semaines, mais j'ai l'impression qu'il s'est passé un truc là-bas. » Adèle est songeuse un instant et si un soupire discret sort de ses lèvres, elle cherche surtout une solution. « Et pourquoi tu n'irai pas quelques temps là-bas pour en juger toi-même ? » C'est peut-être complètement idiot et elle ne voudrait pas qu'il s'imagine qu'elle veuille se débarrasser de lui ou de s'occuper de ce qui ne la regarde pas mais selon elle, c'est toujours le meilleur moyen de découvrir si on ne nous cache pas quelque chose. D'affronter frontalement les sujets douloureux, c'est pourtant pas ce qu'elle a su faire par le passé, se rangeant parfois derrière cette rancoeur. Quand bien même Keefe cacherait quelque chose et qu'elle l'apprécie suffisamment pour qu'il devienne proche de son quotidien, c'est vers Carl que Adèle se tournerait en priorité, et vers lui qu'elle prendrait sa défense coûte que coûte. Elle se devait donc de l'aider. « Je ne veux pas me mêler de ce qui me regarde pas Carl mais ce serait pas le meilleur moyen de savoir ? » Mais les choses ne sont pas aussi simples et Adèle ignore le passé de son colocataire, assez pour lui présenter cette idée comme la meilleure, peut-être pas que le Flanagan possède la même opinion qu'elle. « Si ça se trouve, ils vont gagner deux nouveaux fans ce soir ! » L'atmosphère se détend et Carl finit par sourire légèrement devant cet aveu avant que leurs boissons soient servis. « Aucun risque que tu me saoules. » Adèle n'en est pas très sûr. Elle sait parfois se montrer vraiment très pipelette. Et elle imagine que si il ne se sent pas bien, qu'il n'ait pas envie de se coltiner la petite agente Immobilière qui ne s'arrête jamais. « Tu sais, ça me rassure de pas me retrouver tout seul. C'est déjà compliqué avec la douleur, je peux juste pas supporter beaucoup de bruit ou de lumière dans ces moments-là. » Elle n'avait pas vraiment remarqué que c'était à ce point là et s'enquit de demander,  color=#9E1E05]« et c'est à quelle fréquence ? »[/color] La Shephard imagine que ça doit être assez handicapant surtout quand il est en extérieur ou au travail, parce que s'isoler révèle de la chance. Mais il ne possède pas le même métier et sans doute qu'il reste le plus souvent sans compagnie à l'hôtel. « Il existe des médicaments spéciaux pour ça, les triptans, mais je les tolère pas. Ça me rend très nauséeux, du coup je les prends pas. » Elle prend note de son info, elle qui ne connait presque rien aux médicaments. Les seuls qu'elle prenait c'était surtout pour se guérir de son cancer et notamment quand elle a fait sa chimio. Et désormais, elle ne veut plus entendre parler de tout ça ni même se souvenir de cette période qu'elle aimerait refouler au plus profond d'elle, comme si cela était possible. « Je voulais surtout pas que tu penses que quand je m'isole, c'est parce que je suis sauvage. Mais si t'es d'accord, je pourrai aussi venir dans ta chambre parfois comme ça, on se reposera ensemble. » Elle hoche la tête de bas en haut avant de déclarer avec un sourire plaqué sur ses lèvres, « la porte te sera toujours ouverte. » Qu'elle lui répond avant de boire une gorgé ou deux de son verre. C'est une évidence pour elle de vouloir partager du temps avec Carl même si elle refuse pour le moment, l'évidence - ça ne lui traverse pas vraiment l'esprit. Elle relève son visage sur Carl. Compliment qu'elle accepte de sa part alors même qu'elle pourrait s'imaginer en retour faire des envieuses. « Oh, j'en suis pas aussi sûr que toi. » Une moue sur son visage alors qu'elle hausse les épaules, pas convaincue des paroles de Carl - visiblement c'est réciproque avant qu'elle lui rétorque, un sourire en coin. « Tant mieux je préfère éviter que tu t'éclipses avec une autre. » Et ça permettra sans aucun doute de mettre tout le monde d'accord : prétendante possible ou pas, elle le laissera pas s'enfuir aussi facilement mais cette complicité entre eux la fait rire alors même qu'elle n'a pas remarquer réellement le type qui semble la fixer d'après les dires de Carl. « Quand j'ai entendu parler de ce festival, j'ai tout de suite pensé à te demander de venir avec moi. Et je regrette pas, ça me plait qu'on soit ici rien que tous les deux et pas seulement parce que l'endroit est sympa.  » En réalité aux yeux d'Adèle, le lieu n'avait aucune importance. Elle aurait très bien pu accepter dans un autre, elle aurait même accepté avec certitude. Tant qu'elle pouvait profiter de ses moments avec Carl loin de Chelsea. « Tu penses qu'il pourrait y avoir d'autres sorties comme celle-là ? Je veux dire.. t'accepterais que je t'invite ailleurs, une prochaine fois ? » Adèle fait semblant de réfléchir un instant, une moue sur le visage hésitante avant de relever son regard sur Carl, curieuse de voir sa réaction. « Oui ce sera même avec plaisir. » Qu'elle lâche soudainement, sans surprise en riant alors qu'il avait certainement dû être inquiet de sa réponse. « Et tu peux déjà me filer un petit indice ? » Qu'elle lâche soudainement. « J'éviterai juste d'en parler à Keefe, sinon tu peux être sûre qu'il finira par nous suivre. » Elle hausse les épaules avant de trouver la solution, « on aura qu'à se faire un de ses jours une activité tous les trois... » Est-ce qu'elle sait dans quoi elle s'engage au moins ? Sans doute pas, mais ça ne devrait pas être pire que de se retrouver entre Ash et Cody. Quelques secondes après, Adèle fronce les sourcils quand elle voit l'homme en question venir vers eux et Carl se tend légèrement. Un papier tombe sur la table et la Shephard fixe le bout de papier. « J'en étais sûr qu'il préparait quelque chose.. » Carl qui marmonne.

Spoiler:
Revenir en haut Aller en bas
LE DESTIN
LE DESTIN
l'être suprême
l'être suprême
(caele #4) fly me to the moon HlIQNBi Présent
ÂGE : des milliers d'années, mais je suis bien conservé.
STATUT : marié au hasard.
MÉTIER : occupé à pimenter vos vies, et à vous rendre fous (a).
LOGEMENT : je vis constamment avec vous, dans vos têtes, dans vos esprits, et j'interviens de partout, dans vos relations, dans vos joies, vos peines.
(caele #4) fly me to the moon 55151247c8faf837c79382fe1cd76e6bcdb0516e
POSTS : 30743 POINTS : 200

TW IN RP : nc
PETIT PLUS : personne ne sera épargné, c'est promis les chéris.
AVATAR : je suis tout le monde.
CRÉDITS : harley (avatar) & katebeckets (gif profil)
DC : nope.
PSEUDO : le destin.
INSCRIT LE : 16/12/2014

(caele #4) fly me to the moon Empty
Message(#)(caele #4) fly me to the moon EmptyVen 15 Sep 2023 - 22:25

Le membre 'Adèle Shephard' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'dé action' :
(caele #4) fly me to the moon N8hDDlp
Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

(caele #4) fly me to the moon Empty
Message(#)(caele #4) fly me to the moon EmptyMar 19 Sep 2023 - 4:48


☾ fly me to the moon
Fly me to the moon and let me play among the stars. Let me see what spring is like on Jupiter and Mars. In other words, hold my hand. In other words, darling, kiss me. Fill my heart with song and let me sing forevermore. You are all I long for all I worship and adore. In other words, please be true.
@Adèle Shephard ☆ CARL FLANAGAN
gifs by (c) lomapacks et (c) katmcnamaragifs


Il n'est pas pressé que Keefe lui annonce être sur le point de rentrer au pays, redoutant même que ce jour puisse arriver plus tôt qu'il ne le pense même si pour l'heure, son jeune frère semble avoir bien plus de projets ici. Et ça l'intrigue Carl, lui qui se demande si un événement n'est pas survenu en Irlande durant son absence, au point de pousser Keefe à s'en éloigner à son tour. « Et pourquoi tu n'irai pas quelques temps là-bas pour en juger toi-même ? » Oh, il ne doute pas que les mots d'Adèle dévoilent de bonnes intentions mais il se raidit malgré tout face à sa question, appréhendant grandement la simple idée de revenir sur cette terre qu'il a quittée. Carl ne s'est d'ailleurs pas contenté d'en partir il y a quatre ans maintenant, son départ était avant tout une fuite et cette réalité, il devra tôt ou tard la révéler à celle se trouvant à ses côtés. « Je ne veux pas me mêler de ce qui me regarde pas Carl mais ce serait pas le meilleur moyen de savoir ? » Adèle n'est pas indiscrète, juste un peu curieuse et il ne lui reprochera jamais de s'intéresser à sa vie comme elle le fait, pour une fois que celle-ci ne semble pas insignifiante pour quelqu'un. Pour autant, Carl s'agite légèrement sur son siège et ne sait pas s'il est censé remuer ou hocher la tête. « Si, sans doute. C'est juste compliqué pour moi d'y remettre les pieds, car disons que.. j'y ai pas que de bons souvenirs. » C'est même le moins que l'on puisse dire, sa vie australienne lui semblant en comparaison nettement plus paisible malgré tous les ennuis qu'il a aussi pu s'attirer ici. Sa mère lui manque, tout comme son pays d'origine mais il redoute plus que tout d'être à nouveau confronté à son beau-père, puisque ce dernier vit toujours dans cette maison où il a lui-même grandi. Dans un soupir, Carl joint nerveusement ses mains sur la table en espérant que sa colocataire comprendra qu'il préfère en discuter à un autre moment, quand la nécessité de lui parler de son passé se posera vraiment. Ce n'est pas qu'il souhaite le lui cacher, juste que certains épisodes le hantent encore et pour cette raison, Carl préfère ne rien précipiter. Quant à ses migraines, elles constituent un autre aspect de sa vie le faisant craindre qu'Adèle puisse finir par se lasser, car qu'est-ce qui ne fonctionne pas de travers chez lui, au juste ? « Et c'est à quelle fréquence ? » Une estimation serait difficile à donner mais il tente, malgré tout. « Je dirais que les crises surviennent deux ou trois fois par semaine, parfois moins, parfois plus. Mais c'était beaucoup plus fréquent avant. » Et c'est toujours une petite victoire de prise, se dit-il. « La porte te sera toujours ouverte. » Il est au moins rassurant de l'entendre et le garçon étire d'ailleurs un petit sourire, pendant que ses joues prennent certainement quelques couleurs. C'est un peu comme s'il était officiellement le bienvenu dans sa chambre, là où Carl n'aurait jamais osé s'aventurer de lui-même et cette idée lui plait bien plus qu'il ne se risquera à le reconnaître.

Là où il pourrait aussi rougir, c'est à l'entente du compliment glissé par sa colocataire alors qu'il ne voit pas qui pourrait sérieusement le convoiter ce soir, dans ce jazz bar où sa présence doit sembler terriblement banale. « Tant mieux je préfère éviter que tu t'éclipses avec une autre. » Et à nouveau, Carl se laisse trahir par un sourire toujours plus timide pendant que ses yeux tentent déjà de fuir en direction de son verre. Son prochain aveu en serait alors presque inaudible : « Pour être honnête, j'avais même pas remarqué les autres filles. » Elles sont bien présentes pourtant aux tables tout autour de la leur, mais Carl n'a pas prêté d'attention à quelqu'un d'autre qu'Adèle depuis leur arrivée et ça ne risque pas de changer. Tentant d'oublier comme il le peut l'intérêt qu'un type peut porter à sa colocataire, il propose à cette dernière d'autres sorties dans la continuité de celle-ci en espérant qu'elle n'y sera pas allergique – car persuadé, comme toujours, que sa compagnie n'est pas la meilleure qu'elle puisse trouver. « Oui ce sera même avec plaisir. » Ce n'est pas seulement un oui, et cette réponse semble assez le surprendre pour que Carl relève son regard vers elle en délaissant subitement son verre. Aura-t-il l'occasion de passer d'autres journées ou soirées à ses côtés en dehors de leur appartement, alors ? Tout semble désormais l'indiquer. « Et tu peux déjà me filer un petit indice ? » Il peut bien sûr, et ne voit aucune raison justifiant qu'il garde entièrement le secret de ce qu'il peut avoir en tête. Car une sortie en particulier lui plairait, qu'Adèle pourra peut-être deviner avec ce qui suit. « Hum, est-ce que tu sais nager ? » Le voilà son indice pas si petit, et le sourire accompagnant ces mots se combine à un regard cherchant à savoir si sa colocataire le voit ou non venir. C'est sans doute un peu prévisible, ainsi qu'un programme tout autant susceptible de plaire à Keefe. « On aura qu'à se faire un de ses jours une activité tous les trois... » Pas forcément cette sortie en particulier, mais il ne serait pas contre faire plaisir à son frère puisque Adèle le suggère la première. « Je suis sûr que ça lui plairait beaucoup, peut-être que tu pourrais lui proposer ? » Keefe ne pourra qu’en être ravi, lui qui n'a pas encore pu se faire énormément d'amis dans ce pays et qui semble aussi tenir à passer du temps avec son frère et sa colocataire. « Mais promis, il sera sage. Et puis ça nous empêchera pas d'avoir nos moments à deux aussi. » Pourquoi cette précision, lui seul le sait vraiment car intérieurement, Carl nourrit le souhait de profiter d'un temps privilégié avec elle, que son frère soit présent ou non. Si seulement cet autre type n'entrait pas dans l'équation à cet instant précis avec ce papier déposé sur leur table, sans la moindre subtilité. Adèle ne l'ignore pas vraiment comme il l'avait espéré, sans doute plus intriguée qu'autre chose ici, alors que Carl ne peut s'empêcher de craindre qu'elle n'y soit en réalité pas insensible. « Tu crois que c'est réellement son numéro ? » Il retient un soupir, ne tenant pour sa part pas à le savoir. « J'en sais rien mais son approche est nulle, je trouve. » Et cela parce qu'elle ne l'arrange pas, surtout. Carl croise même les bras avant que son regard ne vienne balayer le jazz bar, espérant qu'au moins le type ne reviendra pas sur ses pas. « Il doit s'attendre à ce que tu l'appelles maintenant, et c'est sûrement pas pour te proposer une séance de cinéma. » Ou du moins pas uniquement, une idée suffisant à accroitre la jalousie lui montrant au ventre. Non, il n'a pas envie qu'Adèle donne une chance à ce type mais quels sont ses arguments pour lui rappeler que lui existe ? Son regard glisse alors lentement vers elle, avant que Carl ne souffle : « T’as qu’à le vérifier si tu veux. » Et ce, en espérant à vrai dire l'exact contraire. Il détourne après ça le regard en direction de la scène pour au moins profiter du groupe se produisant sur celle-ci, perdant officiellement son sourire comme son envie d'être ici à cause de ce type qui ne pouvait bien évidemment pas approcher une autre fille. C'est encore bien sa veine, ça.

Revenir en haut Aller en bas
Anonymous
Invité
Invité

(caele #4) fly me to the moon Empty
Message(#)(caele #4) fly me to the moon EmptyMer 20 Sep 2023 - 21:51

(caele #4) fly me to the moon Tumblr_pkojtpi3o31w0lutwo1_250

Aussi étrangement que cela puisse paraître, Adèle aime la compagnie du Flanagan. Quand bien même ils sont peut-être quelque part un opposé. Contrairement à elle, il est le genre introverti, à préférer rester chez lui entre quatre murs, alors qu’elle, elle ne sait jamais rester en place. Elle a ce besoin permanent de s’entourer, ne supportant pas bien longtemps la solitude. Peut-être que Carl ressemble assez simplement à Will son cousin, qui lui manque plus que de raison et dont elle n’a quasiment plus de nouvelles. Peut-être que la plupart des gens prendraient simplement son téléphone pour appeler cette personne, s’excuser pour tout et proposer de repartir sur de meilleures bases, plus saines. Peut-être… Mais pas Adèle. Pas dans les gênes des Shephard quand on compare Cody, Ash et Adèle. Ils sont bornés tous autant qu’ils sont, et franchement pas le genre à faire des courbettes et venir s’excuser pour tout et n’importe quoi. La Shephard reporte son regard sur Carl. Un sourire réconfortant au coin des lèvres – sans aucun doute, serait-il surpris de connaître comment ça se passe avec son frère depuis le retour forcé de la benjamine de la famille. « Si, sans doute. C'est juste compliqué pour moi d'y remettre les pieds, car disons que.. j'y ai pas que de bons souvenirs. » Elle lui fait un mince sourire, et simplement dans un geste réconfortant, elle lui caresse le bras. « Tu sais Carl, si tu as besoin d’en parler, tu sauras où me trouver… » Et elle ne forcera rien de sa part, elle-même a des zones d’ombres sur son passé. Peut-être pas autant que Carl, pas aussi douloureux, mais la perte de ses parents à ses quatorze ans et celle plus récemment de son petit frère a joué dans cette manie à tout garder pour elle, sans trop oser en dévoiler davantage. Elle garde précieusement le bras du Flanagan au creux de sa main, alors qu’éveille un rictus amusé au coin des lèvres des deux compères quand ils viennent à s’imaginer dans quoi Carl va bien pouvoir l’emmener lors de leur prochaine sortie. « Hum, est-ce que tu sais nager ? » La Shephard sourit légèrement, « tu veux que je t’apprenne c’est ça ? » Qu’elle le taquine en rigolant bien volontiers, « tu veux qu’on aille à la plage ? » Un sourire amusé se dessine sur ses lèvres avant qu’elle poursuit,  « je sais pas si tu lis pas dans mes pensées, mais en tout cas, j’adore la mer, alors plongée sous-marine ou plage, tout me va. » Son rêve serait d’aller faire de la plongée et y voir des animaux qu’elle n’a encore jamais vu. Bizarrement, même se retrouver face à un requin ne semble pas l’effrayer tant elle n’y pense pas du tout. Ils refont le monde à leur façon et elle trouve ça agréable en sa compagnie. « Je suis sûr que ça lui plairait beaucoup, peut-être que tu pourrais lui proposer ? » Et ça ne tombe pas dans l’oreille d’une sourde, elle se voit déjà entourée des deux Flanagan pour ses prochaines sorties. « Mais promis, il sera sage. Et puis ça ne nous empêchera pas d'avoir nos moments à deux aussi. » Ca fait rire de la façon dont il planifie déjà tout ça et surtout le fait qu’il précise à haute voix qu’il y aura bien ce nouveau duo qu’ils forment de nouveau dans une autre sortie. « Je me fais pas de souci pour tout ça… » Qu’elle souffle avant de recevoir le bout de papier sur la table, et sans vraiment vouloir blessé Carl, Adèle relève son regard sur le numéro de l’homme. Elle ne comprend pas trop l’attitude de Carl, elle n’a pas envie de partir d’ici, encore moins de quitter l’Irlandais pour un pauvre inconnu. Mais il se renferme sur lui, et si elle pourrait soulager sa peur et ses angoisses, elle préfère de son côté rester passive face à la situation qui dérape. « J'en sais rien mais son approche est nulle, je trouve. » Elle ne parvient pas à décrypter si ce n’est pas juste une certaine jalousie qui fait ressortir ce visage de lui, ou si il le pense réellement. « Il doit s'attendre à ce que tu l'appelles maintenant, et c'est sûrement pas pour te proposer une séance de cinéma. » Il semble ironique, et détourne son visage de façon à ce qu’Adèle se demande bien ce qu’elle a fait de mal, elle lâche son bras, et quand il se lève du fauteuil, elle en fait pareil sans trop savoir à quoi s’attendre de lui. « T'as qu’à le vérifier si tu veux.  » Elle hausse les épaules, délaissant le bout de papier, comme de toute façon elle ne comptait rien faire avec, c’est pas une situation qui l’amuse, et elle fronce les sourcils devant l’attitude de Carl, lui emboitant le pas alors qu’il se dirige sans un mot et nerveusement vers la sortie. Adèle se mord la lèvre, prête à le suivre à l’extérieur, avant qu’ils passent devant une grande porte qui s’ouvre et se referme sous l’effet des passants. Son cœur s’emballe, et sans une once d’hésitation, elle rattrape le bras du valet de chambre, et peu importe ce qu’il ressent à présent, son énervement ou son entêtement. Elle le tire avec elle, avant de chuchoter à voix basse, suffisamment pour qu’il l’entende ses quelques mots se voulant rassurant, « fais-moi confiance. » Et c’est tout ce qu’elle lui demandait à présent. De lui faire confiance maintenant, demain et même pour quelques longues années, parce qu’il n’arrivera pas à se débarrasser d’elle aussi facilement. Ils entrent finalement dans la salle de bal et Adèle détourne son regard sur lui, prête à lui offrir sa plus belle danse.

FIN
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(caele #4) fly me to the moon Empty
Message(#)(caele #4) fly me to the moon Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

(caele #4) fly me to the moon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
écrire son histoire.
 :: nouer des contacts :: mémoire du passé
-