AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -29%
PC portable – MEDION 15,6″ FHD Intel i7 ...
Voir le deal
499.99 €

 come and take a walk on the wilde side (sami)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dahlia Jakande
Dahlia Jakande
le château de sable
ÂGE : 26 ans (01.05.97) - taureau ascendant gémeau
STATUT : Célibataire, maman d'une fillette de six ans qu'elle désire aujourd'hui connaître.
MÉTIER : Elle est depuis peu la voix féminine et rassurante qui décroche le combiné du Call Center : service des urgences. Repérée il y a une petite semaine dans les ruelles pavées de Spring Hill, Dahlia vient d’apposer sa signature au bas d’un contrat proposé par le Directeur Marketing de la célèbre maison Weatherton. Elle défilera pour les campagnes et défilés de la saison 2024.
LOGEMENT : Elle vit au #31 James Street, un petit appartement qu'elle loue à Fortitude Valley, le quartier nord de la ville.
come and take a walk on the wilde side (sami) A9ff484573c3a66a7822e2ea24e0edf61d607579
POSTS : 1310 POINTS : 2850

TW IN RP : Abandon d'un enfant à la naissance.
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : J'aime les beaux garçons.
CODE COULEUR : darkgoldenrod.
RPs EN COURS :
(7) camelia #2mehlia#1samishilohzolia #1mateoadèle

(scénarios)
› maël (ft. grant gustin)

come and take a walk on the wilde side (sami) B36aafc364e63eb2f533addbe5ba8db9782a31ce
camelia #2 ☆ i have got both hands in my pocket, and i won't look at you ; won't look you at the halo that shines around you. i don’t know how to describe you, you look like a tortured soul and you're the only one who makes me feel like this. when i’m near you my mind is in chaos. ☽ 1

RPs EN ATTENTE :
come and take a walk on the wilde side (sami) Tumblr_inline_p206uxCgQo1tr0x1o_250
maël (scénario libre) ☆ time stops as I stand at your door. i lose focus, i’ve lost everything. we had so much before we said goodbye. i’m so sacred of being alone and never getting to know her. today i feel like a stranger, please forgive me my mistakes. ☽

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens.
liste des conversations téléphoniques.
AVATAR : Carla Guetta Cohen
CRÉDITS : bycosmiclight (avatar) ; vocivus (icones signature), a-devious-route (gif profil), harley (gif cameron), tina (gif maël).
DC : /
PSEUDO : itsafreenzy ; céline.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 03/12/2023
https://www.30yearsstillyoung.com/t52372-my-weakness-caused-your-pain-dahlia
https://www.30yearsstillyoung.com/t52387-dahlia-must-mistake-me-as-a-sucker#2733461
https://www.30yearsstillyoung.com/t52897-dahlia-jakande-instagram#2769879

come and take a walk on the wilde side (sami) Empty
Message(#) Sujet: come and take a walk on the wilde side (sami) come and take a walk on the wilde side (sami) EmptyJeu 14 Déc 2023 - 18:39




Come and take a walk
on the wild side

Dahlia Jakande & @Sami Barlow come and take a walk on the wilde side (sami) 873483867

Elle traversa la rue asphaltée d’un pas résolu, prête à en découdre lors de cette nouvelle session de self-defense — la troisième depuis qu’elle réarpentait les terres cuisantes de Brisbane. À raison d’un cours par quinzaine, l’israélienne entendait s’initier aux pratiques rudimentaires mais efficaces du corps-à-corps, et acquérir des notions embryonnaires pour savoir agir s’il lui arrivait un jour de faire l’objet d’une agression.
Dans son rôle imparfait de mère solitaire, Maddie n’avait cessé de la mettre en garde contre les dangers du monde qui l’entourait. Ses recommandations s’étaient d’ailleurs largement accentuées lorsque la poitrine de la jeune femme s’était dressée comme une proue vers le large, et que ses hanches s’étaient sensiblement élargies. Dahlia avait ignoré sans vergogne, à l’époque, ces paroles remplies d’inquiétude dont elle avait écouté les sons plus que les mots avec le plus grand des désintérêts. À présent, elle se figurait parfaitement la difficulté et les craintes qu’avait pu rencontrer Maddison Whintrop en élevant seule son enfant. Un timide sourire étira les lèvres de l’israélienne, ses yeux voilés d’une brume empreinte de nostalgie ; sa génitrice avait passé des années à mener une irréfragable lutte sourde ; pugilat qu’elle remportait enfin, sans doute à bout de souffle.

Lorsqu’elle parvint à l’angle de Montague Road, les pupilles de la sylphide scrutèrent les rangées d’édifices aux façades inégales et aux tons mornes ; ses sens s’imprégnant des passants, des bruits, des odeurs ; du bitume où vrombissaient les moteurs et hurlaient les sirènes. La chaussée mouillée accentuait l’austérité qu’elle percevait dans les surfaces en pierres, les toitures en ardoises et le peu de véhicules qui circulait. Dahlia franchit le seuil du 41 Montague Road et progressa dans le sillage de deux silhouettes qui échangeaient avec ennui sur les positions latitudinaires des politiques d’aujourd’hui. Leurs ombres étaient projetées au sol par l’éclairage artificiel du hall d’entrée et des couloirs qui menaient aux différentes salles. Quand elle pénétra dans celle qui accueillait le cours de self-defense, le regard de l’israélienne s’attarda sur la stature d’un homme qu’elle ne connaissait guère. Ses consœurs semblaient elles aussi perplexes, sans toutefois oser poser la moindre question. « Bonsoir Daryl, désolée de vous interrompre. Est-ce que le cours de ce soir est annulé ? » Les iris mordorés du professeur balayèrent son minois délicat. De minuscules rides s’étaient formées aux coins de ses paupières et un rictus bienveillant étirait ses lèvres. « Bonsoir Dahlia. Non, pas du tout. Je te présente Sami, un élève du cours masculin qui s’est trompé de semaine. Si cela ne vous dérange pas, nous allons travailler avec lui aujourd’hui. » La jeune femme hocha la tête avant de se diriger vers le fond de la pièce où elle déposa ses affaires. Dans son dos résonnait la voix gutturale mais chaleureuse de Daryl qui expliquait aux autres élèves la spécificité de la session d’aujourd’hui.

« Dahlia, puisque tu es la dernière arrivée, je vais te demander de nous rejoindre. Tu serviras d’exemple pour le premier exercice. » L’israélienne esquissa un sourire poli puis vint se positionner à la droite du dénommé Sami ; elle reprit rapidement une expression impassible afin qu’il ne puisse pas la déchiffrer. Très secrète sur sa vie privée et ses ressentis, la sylphide détestait l’idée que sa coquille protectrice puisse être percée, même d’un tout petit millimètre. Elle évita donc soigneusement de croiser les yeux d’un bleu délavé de Sami — du moins, jusqu’à ce que l’ensemble des consignes leur soient communiquées. « Tu t’es vraiment trompé de cours ou c’est Daryl qui t’a demandé de passer ? » Parce qu’elle imaginait très bien le professeur de self-defense planifier ce type de coup monté. « Je n’ai pas l’intention de me blesser en apprenant à me défendre. » le mit-elle immédiatement en garde.



As long as you call my name.
à chaque fois que j'essaie de m'envoler, je tombe sans mes ailes. je suppose que j'ai besoin de toi. et chaque fois que je te vois dans mes rêves, je vois ton visage ; il me hante. c'est le seul chemin pour y voir clair. ✻ (d. jakande)

come and take a walk on the wilde side (sami) PP3Gbis
:rainbow::
Revenir en haut Aller en bas
Sami Cadburry
Sami Cadburry
Le post-it
Le post-it
Présence réduite
ÂGE : 32 ans. La vie passe, le passé reste. C'est mal fait, ça. 02 janvier 1992.
SURNOM : Sami est déjà le surnom de Samuel.
STATUT : Il a ghosté la dernière personne parce qu'elle ronflait comme le moteur d'une Ford Mustang.
MÉTIER : Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation. L'acronyme CPIP est plus mignon. Sami est la dernière personne qui sépare un détenu de la liberté.
LOGEMENT : Une petite maison bordélique à Fortitude Valley. Elle accueille régulièrement un nouvel animal qui cherche sa famille pour la vie.
come and take a walk on the wilde side (sami) SFMyk
POSTS : 472 POINTS : 90

TW IN RP : Crimes de toutes les natures (je préviendrai le moment venu), OCD.
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il tient un journal qu'il remplit de négativité. Chaque personne qu'il rencontre trouvera sa place à l'intérieur du carnet, accompagnée d'une liste de ses défauts ainsi que des détails de sa personnalité qui chicotent Sami.
RPs EN COURS : come and take a walk on the wilde side (sami) Bd013b9444e7d3b102bb3870b287dd45a7c14cd6
SAMELI - Eli 4 • I could drown myself in someone like you. I could dive so deep and never come out. I thought it was impossible.

(6) Birdie - Cameron - Scarlett - Dahlia - Louis

(5 max svp on y croit (pas (oups)))
RPs TERMINÉS : Eli 1 - Eli 3 - Eli 2
AVATAR : Will Poulter
CRÉDITS : Harley pour le vava et le gif et le crackship bien évidemment ♥ Cocaïne pour le codage du post-it dans mes réponses. ♥
DC : Joseph le raton, Raphael le flamant et Archie le varan.
PSEUDO : Mapartche
INSCRIT LE : 11/11/2023
https://www.30yearsstillyoung.com/t52083-j-ai-croise-le-loup-et-je-ne-suis-pas-mort-sami
https://www.30yearsstillyoung.com/t45364-joseph-raphael-archie-sami-fiche-commune
https://www.30yearsstillyoung.com/t52243-sami-barlow-instagram#2724771

come and take a walk on the wilde side (sami) Empty
Message(#) Sujet: Re: come and take a walk on the wilde side (sami) come and take a walk on the wilde side (sami) EmptyVen 22 Déc 2023 - 1:31



Trois années avaient passé tellement rapidement. Entre ses vingt-huit et trente-et-un an, Sami n’a pas vu les paysages défiler derrière la vitre. Occupé comme il est, il n’a pas le temps de contempler le silence, les secondes qui s’écoulent, les aiguilles qui poursuivent leur sempiternelle course dans le cadran de sa montre. Quand il cligne des paupières, le matin devient la nuit. Il est un homme occupé, ou plutôt il fait tout en son pouvoir pour se maintenir occupé, et même si cela finit par l’épuiser, il sera le dernier à l’admettre. Parce qu’il a besoin d’action et de changement, Sami. Il refuse la routine, la déteste de tout son être et est rebuté à l’idée de passer une journée entière à ne rien faire. Alors, quand il franchit la porte de la salle de cours de défense, son cœur bat à mile à l’heure et son cerveau n’a pas eu le temps de prendre une pause. Il vient tout juste de terminer de travailler, s’est enchaîné une grosse poignée de détenus parfois agréables, parfois détestables, et il a à peine eu le temps de se changer dans les vestiaires.

Mais, détail, minime problème qui le fait se stopper dans son élan quand il va pour se choisir une place dans la salle : il n’y a que des femmes. Qui le regardent. Et qu’il regarde aussi, avec de grands yeux surpris pendant que ses méninges s’activent dans sa boîte crânienne sur utilisée. « Eum… » C’est la seule onomatopée qu’il peut prononcer. Le professeur, qui le reconnait, l’interroge aussitôt quant à sa présence inattendue. Il explique qu’il pensait qu’il était mardi. Hélas, il est lundi. Alors la classe rit un peu, sans trop se moquer du lunatique qui s’est trompé de journée. C’est le genre de maladresse qu’il se découvre tous les jours, Sami. « Mais tu peux rester, si tu veux. Tu as fait le trajet jusqu’ici. Tu pourras nous servir d’exemple durant les exercices. » Il n’en faut pas plus pour convaincre le garçon qui prend d’abord place à l’arrière de la classe, puis qui se fait ramener vers l’avant avec insistance. Il attire le regard. Comme d’habitude. Il échange des sourires enchanteurs avec les demoiselles, toutes, sans exception, pour plaire à la majorité. Et il plaît, il le sait ça aussi, puisque c’est une seconde nature que d’attirer l’attention dans même la salle la plus bondée. Sami est un aimant tant une gentillesse naturelle construit les traits de son visage.

Nouvel événement perturbateur : une élève du cours arrive en retard. Elle interrompt l’enseignant au milieu de ses explications. Sami l’accompagne, droit comme un piquet et les mains jointes dans son dos. Il n’a peut-être pas encore réalisé qu’il servira seulement de punching bag cet après-midi. « Bonsoir Daryl, désolée de vous interrompre. Est-ce que le cours de ce soir est annulé ? » Il l’observe d’un œil intéressé, puis son regard passe d’elle au professeur dans un ping-pong de curiosité alors qu’ils conversent. « Bonsoir Dahlia. Non, pas du tout. Je te présente Sami, un élève du cours masculin qui s’est trompé de semaine. Si cela ne vous dérange pas, nous allons travailler avec lui aujourd’hui. » Lui adressant son plus beau sourire, il la salue d’un signe de la tête. Il observe ensuite sa silhouette gracieuse se frayer un chemin jusqu’à l’arrière de la classe. Comme il fait face aux autres filles, il ne se permet pas un regard déplacé ; quelle mauvaise idée, de passer pour un goujat dans groupe comme celui-ci. Il a l’intention de se faire aimer. Le cours se poursuit, le plan de match est déroulé et Sami se retrouve à former une équipe avec cette fameuse Dahlia. Elle ne le regarde pas. Il la regarde. Le eye contact, ça le connait. Sonder les âmes, partager la sienne, ou plutôt celle qu’il a fabriquée lui-même dans l’espoir de cacher ses nombreux défauts. « Tu t’es vraiment trompé de cours ou c’est Daryl qui t’a demandé de passer ? » Qu’elle lui dit enfin, se mettant face à lui. Toutes les autres filles ont été jumelées avec une de leurs semblables. Dahlia aura l’honneur d’acter une scène d’agression avec un garçon – le genre d’agression qui se produit réellement dans les rues de Brisbane, malheureusement. Les statistiques ont parlé. Esquissant un énième sourire, Sami ricane et répond : « Je me suis trompé de cours. Je me rendais à celui de plongée sous-marine. » Le sarcasme s’entend dans le ton de sa voix aux tintements amusés. Il ne l’emploie pas pour se moquer d’elle mais pour se montrer joueur.

« Je n’ai pas l’intention de me blesser en apprenant à me défendre. » « Et je n’ai pas l’intention de te blesser alors que tu es là pour apprendre à te défendre. » Que le jeune homme précise aussitôt pour affirmer cette position haut et fort. Le respect par-dessus tout. « Les mises en situation seront simplement plus réalistes pour toi. » Penchant la tête sur le côté, il se pince les lèvres. « Parce que ce n’est plus vraiment un secret. La majorité d'entre vous êtes ici parce qu'il y a beaucoup trop de connards, et ils me ressemblent plus qu’ils te ressemblent toi. » Son attention se reporte vers Daryl, qui explique que la thématique du jour sera l’étranglement. En premier, un exercice tout simple : l’un des deux partenaires doit envelopper le cou de l’autre, et ce dernier doit chercher un moyen de se défaire de la prise. Par défaut, Sami se porte volontaire pour « étrangler » Dahlia, mais il s’assure d’avoir son consentement en premier, soulevant les mains à la hauteur de son cou sans la toucher. « Je peux ? » Un vrai gentlemen, cet agresseur.  

@Dahlia Jakande I love you

Voici l'exercice que j'essaye de reproduire come and take a walk on the wilde side (sami) 4251317097




Flaw seeker
The poet ☽ I have written you down, now you will live forever and all the world will read you. In eyes not yet created and on tongues that are not born.
Revenir en haut Aller en bas
Dahlia Jakande
Dahlia Jakande
le château de sable
ÂGE : 26 ans (01.05.97) - taureau ascendant gémeau
STATUT : Célibataire, maman d'une fillette de six ans qu'elle désire aujourd'hui connaître.
MÉTIER : Elle est depuis peu la voix féminine et rassurante qui décroche le combiné du Call Center : service des urgences. Repérée il y a une petite semaine dans les ruelles pavées de Spring Hill, Dahlia vient d’apposer sa signature au bas d’un contrat proposé par le Directeur Marketing de la célèbre maison Weatherton. Elle défilera pour les campagnes et défilés de la saison 2024.
LOGEMENT : Elle vit au #31 James Street, un petit appartement qu'elle loue à Fortitude Valley, le quartier nord de la ville.
come and take a walk on the wilde side (sami) A9ff484573c3a66a7822e2ea24e0edf61d607579
POSTS : 1310 POINTS : 2850

TW IN RP : Abandon d'un enfant à la naissance.
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : J'aime les beaux garçons.
CODE COULEUR : darkgoldenrod.
RPs EN COURS :
(7) camelia #2mehlia#1samishilohzolia #1mateoadèle

(scénarios)
› maël (ft. grant gustin)

come and take a walk on the wilde side (sami) B36aafc364e63eb2f533addbe5ba8db9782a31ce
camelia #2 ☆ i have got both hands in my pocket, and i won't look at you ; won't look you at the halo that shines around you. i don’t know how to describe you, you look like a tortured soul and you're the only one who makes me feel like this. when i’m near you my mind is in chaos. ☽ 1

RPs EN ATTENTE :
come and take a walk on the wilde side (sami) Tumblr_inline_p206uxCgQo1tr0x1o_250
maël (scénario libre) ☆ time stops as I stand at your door. i lose focus, i’ve lost everything. we had so much before we said goodbye. i’m so sacred of being alone and never getting to know her. today i feel like a stranger, please forgive me my mistakes. ☽

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens.
liste des conversations téléphoniques.
AVATAR : Carla Guetta Cohen
CRÉDITS : bycosmiclight (avatar) ; vocivus (icones signature), a-devious-route (gif profil), harley (gif cameron), tina (gif maël).
DC : /
PSEUDO : itsafreenzy ; céline.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 03/12/2023
https://www.30yearsstillyoung.com/t52372-my-weakness-caused-your-pain-dahlia
https://www.30yearsstillyoung.com/t52387-dahlia-must-mistake-me-as-a-sucker#2733461
https://www.30yearsstillyoung.com/t52897-dahlia-jakande-instagram#2769879

come and take a walk on the wilde side (sami) Empty
Message(#) Sujet: Re: come and take a walk on the wilde side (sami) come and take a walk on the wilde side (sami) EmptyJeu 25 Jan 2024 - 17:41




Come and take a walk
on the wild side

Dahlia Jakande & @Sami Cadburry come and take a walk on the wilde side (sami) 873483867

« Je me suis trompé de cours. Je me rendais à celui de plongée sous-marine. » Elle resta une seconde interdite, avant d’affirmer avec une authenticité qui suintait par tous les pores de sa peau : « Dans ce cas tu ferais mieux de rebrousser chemin. On n’a pas prévu d’explorer les fonds marins. » Les paroles sarcastiques de l’australien avaient fait naître une vilaine flambée de méfiance qu’elle masqua, à son tour, derrière un sourire factice. Incapable de discerner si l'humour du trentenaire était simplement excentrique ou s'il dissimulait une provocation délibérée, Dahlia avait opté pour une approche proactive en choisissant d'être la première à lancer l'offensive. « Mais si t’es prêt à prendre ce cours au sérieux, je pourrais peut-être faire équipe avec toi. » À défaut de solliciter Daryl pour changer de partenaire. L’israélienne laissa son regard errer sur les silhouettes des autres femmes qui, rassurées de ne pas avoir à travailler avec un homme, se positionnaient par paires. Elles attendaient avec attention les directives du professeur, redoutant cette première mise en situation qui survenait peut-être un peu trop hâtivement dans le programme. « Et je n’ai pas l’intention de te blesser alors que tu es là pour apprendre à te défendre. » La sylphide accepta son argument avec une petite moue mais n’entreprit rien pour se montrer plus coopérative ; il en faudrait davantage pour la faire dérider. Elle réajusta le col de son tee-shirt. Ses ongles étaient parfaitement manucurés, laqués d’un joli rose pâle. « Ça fait longtemps - » Dahlia le fixa de ses yeux d’ambre, profondément logés dans leurs orbites. « - que tu suis des cours d’auto-défense ? »

Tel qu’il l’avait précédemment souligné, Daryl se posta derrière l’israélienne afin d’approfondir le contexte du premier exercice et présenter la manière la plus simple de se défendre contre une agression spécifique : l’étranglement. Il fit néanmoins remarquer que les techniques qu’ils allaient étudier étaient souvent considérées comme avancées et réservées aux élèves plus expérimentés. Il était donc impératif que les participants restent attentifs et focalisés pendant toute la durée de l'exercice. Les mouvements pouvaient être dangereux s’ils étaient mal exécutés. En outre, la difficulté de maîtriser ces techniques dans des situations stressantes, où la pression et l'urgence pouvaient affecter la précision de l'exécution représentaient un défi supplémentaire à intégrer. « Les mises en situation seront simplement plus réalistes pour toi. » C’était un euphémisme, particulièrement si l'on considérait la stature imposante de l'australien, qui la dépassait d'une tête. « Parce que ce n’est plus vraiment un secret. La majorité d'entre vous êtes ici parce qu'il y a beaucoup trop de connards, et ils me ressemblent plus qu’ils te ressemblent toi. » Les prunelles de Dahlia accrochèrent les siennes. « Qu’est-ce que ça signifie, au juste ? » Ses yeux ressemblaient à ceux d’un félin tapi dans la pénombre. Ils étaient comme deux petits miroirs auxquels il était difficile de se soustraire. « Tu me fais des aveux ? »

D’un geste mesuré, le bras de l’instructeur enserra délicatement sa gorge, plongeant la jeune femme dans une sensation d’emprise dont elle ne pouvait se défaire. Bien qu'elle eût conscience de la nature fictive de l'exercice, une pression désagréable s'infiltra dans la poitrine de Dahlia. Avec la poigne de Daryl, elle n'aurait pas fait long feu si elle s'était retrouvée esseulée dans l'une des artères de Brisbane. « C’est quand tu veux. » Elle acquiesça discrètement, fléchissant le genou et pivotant sur le côté pour échapper à la prise du quadragénaire. « Parfait. Je vous montre le second exercice. Vous commencerez par celui-ci. » Cette fois-ci, il positionna ses mains juste au-dessus des épaules de l'israélienne, reproduisant l'intention de comprimer son cou aussi fort que possible. La méthode pour s’en défaire restait à peu de choses près la même : fléchir les genoux, pencher le buste en avant, puis réaliser une rotation. « Dahlia ? » La sylphide inclina légèrement la tête avant de commencer l'enchaînement. « Super. Je vous laisse dix minutes pour mettre en pratique ces deux techniques. Si vous avez la moindre question, n'hésitez pas. Je rappelle qu’il n’y a aucune question bête. » Plus facile à dire qu’à faire. Elle se plaça en face de Sami dont les mains se levèrent également à la hauteur de ses épaules et de sa gorge délicate. « Je peux ? »« Si tu veux que ce soit réaliste, t’es pas censé me demander mon avis. » Elle tressaillit quand il posa les mains autour de son cou, mais ne chercha pas à s’y soustraire. Son corps resta immobile, comme coulé dans une énorme chape de plomb. On aurait cru une somnambule, ou un spectre ayant abandonné l’espoir de reprendre consistance. Elle battit des paupières deux fois avant de réaliser l'enchaînement comme elle le devait. « Je peux te poser une question ? » Parce que ça la démangeait depuis le début et que changer de sujet pour éviter de se focaliser sur ce qui venait de se passer était une option à son goût. « T’es plutôt grand et t’as pas l’air timide… qu’est-ce que tu fais dans un cours de self-defense ? » Par-delà sa stature de plus d'un mètre quatre-vingt-dix — du moins, c'est ainsi qu'elle l'évaluait — Sami ne semblait pas être une cible facile. Pas de celles qu’on prenait à partie pour les menacer ou leur dérober leurs effets personnels. Il semblait même plutôt se situer de l'autre côté de la frontière avec ses yeux d'un bleu perçant et ses épaules carrées. « Est-ce que qu’il est arrivé quelque chose à quelqu’un que tu connais ? » Au diable l’éviction des questions personnelles, Dahlia était maîtresse dans l’art de pousser des portes, qu’elles soient préalablement ouvertes ou pas. Il ne restait plus qu'à attendre la réponse de l'Australien pour qu'elle décide d’enfoncer ladite porte à coups bélier.



As long as you call my name.
à chaque fois que j'essaie de m'envoler, je tombe sans mes ailes. je suppose que j'ai besoin de toi. et chaque fois que je te vois dans mes rêves, je vois ton visage ; il me hante. c'est le seul chemin pour y voir clair. ✻ (d. jakande)

come and take a walk on the wilde side (sami) PP3Gbis
:rainbow::
Revenir en haut Aller en bas
Sami Cadburry
Sami Cadburry
Le post-it
Le post-it
Présence réduite
ÂGE : 32 ans. La vie passe, le passé reste. C'est mal fait, ça. 02 janvier 1992.
SURNOM : Sami est déjà le surnom de Samuel.
STATUT : Il a ghosté la dernière personne parce qu'elle ronflait comme le moteur d'une Ford Mustang.
MÉTIER : Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation. L'acronyme CPIP est plus mignon. Sami est la dernière personne qui sépare un détenu de la liberté.
LOGEMENT : Une petite maison bordélique à Fortitude Valley. Elle accueille régulièrement un nouvel animal qui cherche sa famille pour la vie.
come and take a walk on the wilde side (sami) SFMyk
POSTS : 472 POINTS : 90

TW IN RP : Crimes de toutes les natures (je préviendrai le moment venu), OCD.
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il tient un journal qu'il remplit de négativité. Chaque personne qu'il rencontre trouvera sa place à l'intérieur du carnet, accompagnée d'une liste de ses défauts ainsi que des détails de sa personnalité qui chicotent Sami.
RPs EN COURS : come and take a walk on the wilde side (sami) Bd013b9444e7d3b102bb3870b287dd45a7c14cd6
SAMELI - Eli 4 • I could drown myself in someone like you. I could dive so deep and never come out. I thought it was impossible.

(6) Birdie - Cameron - Scarlett - Dahlia - Louis

(5 max svp on y croit (pas (oups)))
RPs TERMINÉS : Eli 1 - Eli 3 - Eli 2
AVATAR : Will Poulter
CRÉDITS : Harley pour le vava et le gif et le crackship bien évidemment ♥ Cocaïne pour le codage du post-it dans mes réponses. ♥
DC : Joseph le raton, Raphael le flamant et Archie le varan.
PSEUDO : Mapartche
INSCRIT LE : 11/11/2023
https://www.30yearsstillyoung.com/t52083-j-ai-croise-le-loup-et-je-ne-suis-pas-mort-sami
https://www.30yearsstillyoung.com/t45364-joseph-raphael-archie-sami-fiche-commune
https://www.30yearsstillyoung.com/t52243-sami-barlow-instagram#2724771

come and take a walk on the wilde side (sami) Empty
Message(#) Sujet: Re: come and take a walk on the wilde side (sami) come and take a walk on the wilde side (sami) EmptyMar 6 Fév 2024 - 17:12



« Dans ce cas tu ferais mieux de rebrousser chemin. On n’a pas prévu d’explorer les fonds marins. » Elle a certainement entendu l’ironie qui coulait du ton de Sami. Il avait fait en sorte qu’il soit clairement détectable pour ne pas porter Dahlia à confusion. Pour faire une bonne première impression, il faut calculer chaque octave de sa voix et chaque pixel de son visage. Pourtant, la jeune femme ne mord pas à l’hameçon (parce qu’il s’agit toujours d’un hameçon, pour Sami, car il est le seul à savoir que son bon cœur n’est que façade). Se détendant les traits, il répond à son sourire faux par un sourire pincé. Il ne cesse de l’analyser avec son radar. « Mais si t’es prêt à prendre ce cours au sérieux, je pourrais peut-être faire équipe avec toi. » Il a toujours pris ce cours au sérieux alors ; marché conclu. Il opine du chef avec confiance et repose son attention sur l'organisateur de l’activité, avec lequel il a déjà travaillé des dizaines de fois. Cela fait presque dix ans que Sami se met à jour sur ce genre de cours, son travail exigeant une telle rigidité. Dans tous les cas, aujourd’hui il ne se trouve pas au bon cours, et il devra se placer dans les chaussures de l’agresseur. Il n’a pas l’intention de faire mal à sa partenaire qui lui a déjà fait savoir qu’elle prenait l’exercice au sérieux, et il se refuse, pour l’instant, de lui demander ce qui l’amène ici. Ce n’est pas pour la vexer, mais elle n’a pas la carrure d’une surveillante de prison. Aussi, sa manucure parfaite le laisse penser qu’elle est du genre à soigner son apparence pour le meilleur et pour le pire. Des ongles cassés derrière les barreaux, ce doit être un événement récurrent. Il suffit qu’un détenu décide de se défendre et qu’une prise autour de son bras soit exigée pour que les ongles soient mis à risque. Heureusement, les mains de Sami s’en tirent très bien parce qu’il n’est pas celui qui doit se précipiter en cas de conflit. Lui, il disparaît et laisse les autres faire le travail. Depuis qu’il travaille en prison, Sami ne s’est retrouvé que deux fois à confronter physiquement un malotru. Les deux fois, ses cours d’auto-défense lui ont bien servi. « Ça fait longtemps - » Elle a envie de parler, alors ?  « - que tu suis des cours d’auto-défense ? » Il lui renvoie son regard insistant, calquant ses mimiques sur les siennes comme le ferait un dompteur de tigre. « J’ai commencé en 2016, et c’est la première fois que je me trompe de journée ! Ce doit être le destin. » Qu’il annonce sur le ton de la rigolade en espérant lui voler un sourire pour détendre l’atmosphère.

Mais elle attrape ses prochaines confessions à pleine mains, les dévie pour les sortir de leur contexte, et ça fait froncer Sami des sourcils. Non, il ne voulait pas parler de lui, quand il disait que la majorité des agresseurs sont des hommes. Le garçon a de nombreux défauts, mais jamais il ne franchirait cette barre-là. Comment pourrait-il vivre avec lui-même s’il devenait l’un de ceux qui se font enfermer derrière les barreaux ? Il préfère rester de l’autre côté. « Tu me fais des aveux ? » Plutôt aller droit au but et se montrer sérieux. Le sujet l’est. « Non, ce sont les statistiques. Je ne fais que soulever les faits. » Et il ne se justifiera pas davantage, préférant tourner les yeux vers l’instructeur qui leur fait débuter les exercices. Comme d’habitude, c’est une tâche difficile de garder les yeux rivés vers lui. Le cerveau de Sami est stimulé par le moindre mouvement dans son angle mort, le moindre toussotement dans le fond de la classe. Mais, au fil des années, il a appris quelques trucs et astuces qui lui permettent de se concentrer. Ça ne sera jamais parfait, mais c’est moins pire qu’avant. La médication aide, aussi. Quand vient le moment de former les duos et de pratiquer la première prise, Sami s’assure d’avoir le consentement de Dahlia avant de poser ses mains contre son cou. Il s’efforce de faire de son mieux pour bien paraître, combat qu’il mènera jusqu’à sa mort. « Si tu veux que ce soit réaliste, t’es pas censé me demander mon avis. » Il prend ça pour un oui, alors ses paumes entrent en contact avec sa chair. Elle est chaude, tendre, et il sent sa gorge se contracter quand elle avale sa salive. Il fait en sorte de serrer le moins possible. Ça lui fait bizarre, de se retrouver dans la position de l’agresseur. Dans la position de l’ennemi. Ça ne lui va pas au teint. La jeune femme exécute les premiers mouvements appris pour se défaire de cette prise d’étranglement, et, étonnamment, elle reprend la parole. « Tu peux me poser n’importe quelle question. » « T’es plutôt grand et t’as pas l’air timide… qu’est-ce que tu fais dans un cours de self-defense ? » Il lâche un petit gloussement, reprend position pour permettre à sa partenaire de tenter une deuxième fois de se défaire de son emprise. « Est-ce que qu’il est arrivé quelque chose à quelqu’un que tu connais ? » Il secoue la tête à la négative. « Je travaille dans une prison. » Il ne pourra pas satisfaire son appétit d’histoires dramatiques. Certes, il en a plusieurs à partager, mais le sujet de son père alcoolique n’est jamais le premier à venir sur la table. La plupart de ses amis ne le savent pas. Sûrement parce que ce ne sont pas de vrais amis. « Ça fait partie de la formation pour obtenir le job. » C’est logique et il n’a pas besoin de lui expliquer davantage le processus. Mais il est curieux à son tour, et se demande pourquoi Dahlia a suspecté la piste de la victime dans son entourage en premier. A-t-elle projeté sa propre expérience sur lui ? Tandis qu’elle se penche vers l’avant pour ouvrir les deux pouces de Sami, il renvoie la balle : « Et toi, alors ? Qu’est-ce qui s’est passé, à cette personne proche de toi ? » Il interroge avec respect, le visage neutre, des yeux impartiaux quand elle se redresse après s’être défait de ses mains.

@Dahlia Jakande :l: Et félicitations pour ton nouveau poste :keur:




Flaw seeker
The poet ☽ I have written you down, now you will live forever and all the world will read you. In eyes not yet created and on tongues that are not born.
Revenir en haut Aller en bas
Dahlia Jakande
Dahlia Jakande
le château de sable
ÂGE : 26 ans (01.05.97) - taureau ascendant gémeau
STATUT : Célibataire, maman d'une fillette de six ans qu'elle désire aujourd'hui connaître.
MÉTIER : Elle est depuis peu la voix féminine et rassurante qui décroche le combiné du Call Center : service des urgences. Repérée il y a une petite semaine dans les ruelles pavées de Spring Hill, Dahlia vient d’apposer sa signature au bas d’un contrat proposé par le Directeur Marketing de la célèbre maison Weatherton. Elle défilera pour les campagnes et défilés de la saison 2024.
LOGEMENT : Elle vit au #31 James Street, un petit appartement qu'elle loue à Fortitude Valley, le quartier nord de la ville.
come and take a walk on the wilde side (sami) A9ff484573c3a66a7822e2ea24e0edf61d607579
POSTS : 1310 POINTS : 2850

TW IN RP : Abandon d'un enfant à la naissance.
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : J'aime les beaux garçons.
CODE COULEUR : darkgoldenrod.
RPs EN COURS :
(7) camelia #2mehlia#1samishilohzolia #1mateoadèle

(scénarios)
› maël (ft. grant gustin)

come and take a walk on the wilde side (sami) B36aafc364e63eb2f533addbe5ba8db9782a31ce
camelia #2 ☆ i have got both hands in my pocket, and i won't look at you ; won't look you at the halo that shines around you. i don’t know how to describe you, you look like a tortured soul and you're the only one who makes me feel like this. when i’m near you my mind is in chaos. ☽ 1

RPs EN ATTENTE :
come and take a walk on the wilde side (sami) Tumblr_inline_p206uxCgQo1tr0x1o_250
maël (scénario libre) ☆ time stops as I stand at your door. i lose focus, i’ve lost everything. we had so much before we said goodbye. i’m so sacred of being alone and never getting to know her. today i feel like a stranger, please forgive me my mistakes. ☽

RPs TERMINÉS : liste tenue à jour dans ma fiche de liens.
liste des conversations téléphoniques.
AVATAR : Carla Guetta Cohen
CRÉDITS : bycosmiclight (avatar) ; vocivus (icones signature), a-devious-route (gif profil), harley (gif cameron), tina (gif maël).
DC : /
PSEUDO : itsafreenzy ; céline.
Femme (elle)
INSCRIT LE : 03/12/2023
https://www.30yearsstillyoung.com/t52372-my-weakness-caused-your-pain-dahlia
https://www.30yearsstillyoung.com/t52387-dahlia-must-mistake-me-as-a-sucker#2733461
https://www.30yearsstillyoung.com/t52897-dahlia-jakande-instagram#2769879

come and take a walk on the wilde side (sami) Empty
Message(#) Sujet: Re: come and take a walk on the wilde side (sami) come and take a walk on the wilde side (sami) EmptyJeu 21 Mar 2024 - 23:13




Come and take a walk
on the wild side

Dahlia Jakande & @Sami Cadburry come and take a walk on the wilde side (sami) 873483867

« J’ai commencé en 2016, et c’est la première fois que je me trompe de journée ! Ce doit être le destin.  » Son regard aux nuances mordorés se posa dans les abysses bleutés de l’australien. Le ton qu'il avait adopté trahissait son désir de franchir les défenses de la jeune femme, comme s'il tentait d'atténuer le malaise provoqué par son erreur et la réticence de Dahlia. Bien qu'une partie d'elle fût sensible aux efforts de Sami, une autre résistait à l'idée d'abaisser ses barrières. Un sourire timide étira les contours de ses lèvres tandis qu’elle s’immergeait davantage dans les profondeurs de son regard. « J’y crois. » À la certitude que rien n'était fortuit, que chaque événement était destiné à une raison bien précise. « Au destin. » C'était probablement ce dont il était question, mais la sylphide ne croyait pas nécessairement que l'univers avait pour dessein de les faire se rencontrer. « Tout comme je crois aux actes manqués. » Et à la manière dont l'inconscient savait se faufiler dans l'esprit sans éveiller la moindre suspicion. « Qu’est-ce que tu cherchais à éviter ? » Quiconque possédant une paire d'yeux aurait remarqué qu'elle avait décidé de se prêter à son jeu : comme il s'efforçait de briser sa carapace, l'israélienne optait pour une approche similaire. Elle pensait que si Sami n'avait pas commis d'erreur sur la date, il aurait dû être ailleurs à ce moment précis, et esquivait peut-être, à contrecœur, une situation moins agréable que de partager un cours de self-defense avec une dizaine de femmes.

Leur conversation aurait pu prendre fin à ce stade, mais l’un des deux rayonnait bien plus de chaleur humaine et de gentillesse, et il n’était pas difficile de distinguer lequel. Malgré ses efforts pour paraître ouverte, Dahlia conservait sa réserve. « Non, ce sont les statistiques. Je ne fais que soulever les faits. » Elle le scruta un instant, évaluant avec attention sa réponse et surtout, la conviction qu'il y apportait. « Tu t’intéresses à ce genre de statistiques ? » La sylphide se questionna sur l'éducation qu'il avait reçue et les rapports qu’il entretenait avec sa figure maternelle. Selon elle, la relation à la mère était fondamentale dans la perception des femmes, bien plus qu'on ne voulait l'admettre. On ne se départissait jamais complètement de ses premières années. On édifiait des bases solides ou on luttait contre les schémas de l'enfance, mais ces derniers demeuraient toujours les spectres de ce que nous devenions. « J’ai du mal à te cerner. » Une dualité singulière l’habitait et le dotait d'une aura lunisolaire qui la déconcertait.

« Tu peux me poser n’importe quelle question. » À nouveau, ses pupilles étrécies fixèrent les siennes. Chaque interaction la laissait perplexe, comme si la jeune femme cherchait à déchiffrer un code sibyllin. Sami se montrait — presque trop — avenant et elle ne pouvait s'empêcher de se demander s'il ne dissimulait pas quelque chose derrière ce masque de sympathie et de cordialité. « Je travaille dans une prison. » Sa voix résonnait métallique et profonde. « Parce que tu l’as choisi ou parce que c’était un choix par défaut ? » Bien qu'il la dépasse de plus d'une tête et semble taillé dans le marbre, Dahlia n'aurait jamais imaginé qu'il fasse partie de l'administration pénitentiaire ; ses sourcils s’étaient arqués sous le poids de cette révélation. Si elle avait dû se fier à son allure, elle l’aurait imaginé en athlète émérite, voire en boxeur, mais jamais comme un professionnel évoluant dans le milieu carcéral. Avait-il décidé de suivre cette voie de son plein gré, ou bien avait-il été influencé par des attentes familiales ? « Ça fait partie de la formation pour obtenir le job. » L’israélienne se replaça pour exécuter une fois de plus le premier exercice demandé par Daryl. À force de répétitions, sa gestuelle gagnait en fluidité et en assurance. Chaque mouvement devenait plus précis, plus naturel, comme si elle en assimilait peu à peu les subtilités. « Tu l’as choisi, donc. » Elle fléchit le genou et écarta les pouces de l'australien pour se dégager de son emprise. « Pourquoi ? » C'était une véritable question. « Je veux dire, qu’est-ce qui t’a poussé à travailler dans une prison ? » Malgré son attrait pour l'équité et la justice, la sylphide peinait à envisager que l'on puisse choisir d'exercer en milieu carcéral par envie ou par passion. « Tes convictions ? » Si tant est qu’il daigne les partager avec elle. « Et toi, alors ? Qu’est-ce qui s’est passé, à cette personne proche de toi ?  » Dahlia se sentit perplexe. Pourquoi pensait-il que quelque chose était arrivé à une personne qui lui était chère ? Était-ce à cause de sa propre question ? « Rien. » Elle refusait de penser à cette éventualité. Jamais l’isréalienne ne supporterait qu'il arrive quelque chose à Maddie, Helen ou Alma. Chacune occupait une place unique et irremplaçable dans son cœur, et l'idée même qu'un malheur puisse les heurter était insupportable. « J’ai été élevée par ma mère. » lâcha-t-elle enfin. La brune nourrissait une profonde admiration pour sa figure maternelle qui avait dû l'élever seule, sans aucune aide ni soutien d'un géniteur qui n'avait fait que la reconnaître. Malgré les défis et les obstacles rencontrés en chemin, Maddie avait fait preuve d'une force et d'une résilience remarquables. Elle avait su jongler entre les responsabilités parentales, le quotidien, et avait offert à l’israélienne tout l'amour et le soutien dont elle avait besoin pour se construire. « Je n’ai jamais eu envie de suivre des cours de self-defense. C’était son idée. » Maddison Whintrop était parfaitement consciente des multiples dangers qui guettaient les femmes à cette époque. Chaque discussion à ce sujet était marquée par l'urgence et la conviction d’une mère qui considérait la sécurité de sa fille comme sa priorité absolue. Elle ne ménageait aucun effort pour convaincre Dahlia de l'importance vitale de ces cours, soulignant les réalités brutales du monde et l'importance pour une femme de savoir se protéger. « À force de l’entendre dire à quel point ça la rassurerait, j’ai craqué. »

@Sami Cadburry Merci beaucoup come and take a walk on the wilde side (sami) 394614564



As long as you call my name.
à chaque fois que j'essaie de m'envoler, je tombe sans mes ailes. je suppose que j'ai besoin de toi. et chaque fois que je te vois dans mes rêves, je vois ton visage ; il me hante. c'est le seul chemin pour y voir clair. ✻ (d. jakande)

come and take a walk on the wilde side (sami) PP3Gbis
:rainbow::
Revenir en haut Aller en bas
Sami Cadburry
Sami Cadburry
Le post-it
Le post-it
Présence réduite
ÂGE : 32 ans. La vie passe, le passé reste. C'est mal fait, ça. 02 janvier 1992.
SURNOM : Sami est déjà le surnom de Samuel.
STATUT : Il a ghosté la dernière personne parce qu'elle ronflait comme le moteur d'une Ford Mustang.
MÉTIER : Conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation. L'acronyme CPIP est plus mignon. Sami est la dernière personne qui sépare un détenu de la liberté.
LOGEMENT : Une petite maison bordélique à Fortitude Valley. Elle accueille régulièrement un nouvel animal qui cherche sa famille pour la vie.
come and take a walk on the wilde side (sami) SFMyk
POSTS : 472 POINTS : 90

TW IN RP : Crimes de toutes les natures (je préviendrai le moment venu), OCD.
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Il tient un journal qu'il remplit de négativité. Chaque personne qu'il rencontre trouvera sa place à l'intérieur du carnet, accompagnée d'une liste de ses défauts ainsi que des détails de sa personnalité qui chicotent Sami.
RPs EN COURS : come and take a walk on the wilde side (sami) Bd013b9444e7d3b102bb3870b287dd45a7c14cd6
SAMELI - Eli 4 • I could drown myself in someone like you. I could dive so deep and never come out. I thought it was impossible.

(6) Birdie - Cameron - Scarlett - Dahlia - Louis

(5 max svp on y croit (pas (oups)))
RPs TERMINÉS : Eli 1 - Eli 3 - Eli 2
AVATAR : Will Poulter
CRÉDITS : Harley pour le vava et le gif et le crackship bien évidemment ♥ Cocaïne pour le codage du post-it dans mes réponses. ♥
DC : Joseph le raton, Raphael le flamant et Archie le varan.
PSEUDO : Mapartche
INSCRIT LE : 11/11/2023
https://www.30yearsstillyoung.com/t52083-j-ai-croise-le-loup-et-je-ne-suis-pas-mort-sami
https://www.30yearsstillyoung.com/t45364-joseph-raphael-archie-sami-fiche-commune
https://www.30yearsstillyoung.com/t52243-sami-barlow-instagram#2724771

come and take a walk on the wilde side (sami) Empty
Message(#) Sujet: Re: come and take a walk on the wilde side (sami) come and take a walk on the wilde side (sami) EmptyMer 10 Avr 2024 - 21:53



Sami apprécie les gens qui ont du caractère et qui ne se laissent pas marcher sur les pieds. Ils consistent en un plus grand défi, plus gratifiant, pour celui qui arrive à les apprivoiser et à lire dans leurs pensées. Derrières les deux perles pralinées de la demoiselle se cachent des expériences, des victoires, des défaites, des traumatismes, des tempêtes, des moments de calme aussi. Il n’y a rien qui plaît plus au garçon que les histoires que peuvent raconter toutes les personnes qui croisent son passage. Autant il adore l’humanité, autant il la déteste pour ses failles – failles qu’il retrouve en lui en un nombre exponentiel. C’est un nectar de bon et de mauvais duquel il s’abreuve pour mieux en noter les touches amères et, dans de rares cas, son agréable saveur. Il n’a pas besoin de supplier Dahlia pour qu’elle s’aventure à son tour à la découverte de cet individu qui prétend s’être trompé de journée – alors que, au fond, il sait très bien que son inconscient a voulu le faire sortir de chez lui parce qu’il n’avait rien de prévu pour l’après-midi. Sami refuse de ne rien faire. Sami évite à tout prix ses propres pensées ; bouffer celles des autres, volontiers, mais se confronter aux siennes, jamais de la vie. Comment réagirait-il s’il venait à réaliser qu’il mériterait un carnet de la taille d’un dictionnaire pour dresser la liste de ses défauts ? « J’y crois. Au destin. » Penchant la tête sur le côté, l’air intéressé, Sami l’encourage à poursuivre. « Tout comme je crois aux actes manqués. » C’est un gloussement qui accueille cette confession. « Qu’est-ce que tu cherchais à éviter ? » Observant ses yeux un à un, dans un dernier espoir de lire ses pensées, il finit par se replier, se cacher derrière sa carapace, battre en retraite. Ce serait trop dangereux, de la laisser pénétrer sa boîte crânienne. « Je te l’ai déjà dit. Je me suis trompé de journée. » Elle ne gagnera pas aussi facilement. Et tant pis si elle se met à penser que ça lui plaît, d’être entouré d’autant de femmes. Elle serait surprise d’apprendre qu’il apprécierait tout autant la compagnie de dizaine d’hommes. Sami est bien des choses, mais pas un pervers.

Bien que Sami ait opté pour une approche passive, ça n’empêche pas Dahlia de chercher le diable soi-disant assis sur l’épaule du jeune homme. Elle semble avoir une opinion faite sur la gent masculine. De mauvaises expériences, peut-être. Dans tous les cas, il ne compte pas la rendre inconfortable. Aussi, il n’a pas envie de défendre son genre parce qu’il y a une chose qu’il a constatée en fréquentant hommes et femmes à parts égales : les premiers ont la volonté de prouver plus de choses. Il en a rencontré des dizaines, de drapeaux rouges ambulants, et pas seulement derrière les barreaux. Il se méfiera toujours plus de ceux-ci, et pas seulement parce que les statistiques le montrent en noir sur blanc. « Tu t’intéresses à ce genre de statistiques ? » Il s’intéresse à tout. C’est aussi simple que ça. « J’aime me tenir à jour, m’ouvrir l’esprit, aller à la rencontre de points de vue différents… » Il marque une pause, se passant la main dans le cou. « Je m’intéresse à l’égalité des sexes, si c’est ce que tu veux savoir. » Et à toutes les égalités, d’ailleurs. Une humanité égalitaire, voilà tout. « J’ai du mal à te cerner. » Lâchant un petit rire, il rétorque : « On se connait depuis quelques minutes à peine. Parfois, je n’arrive pas à cerner les membres de ma propre famille. » Birdie et ses idéologies parfois à l’opposé des siennes, ça en fait partie. Ça ne l’empêche pas d’apprécier sa compagnie. Puis son père, qui a préféré prendre la décision qui a mis fin à la vie de sa femme, de la mère de Sami. « Il faut toute une vie pour y arriver, et parfois même ce n’est pas assez. » Non, le fiston ne saura jamais ce qu’il se passait dans la tête du papa ce jour-là. Il s’évertue à faire le deuil de cette certitude.

Si Sami a toujours apprécié d’être le centre d’attention, quand vient le moment de parler de son emploi, il devient moins bavard. C’est le genre de métier qui fait poser des questions. Il fait peur. Il surprend. On lui demande comment il a pu choisir ce domaine alors qu’il aurait pu sauver des vies, prodiguer des conseils à des cœurs lourds, contrer l’injustice… Il n’y avait personne pour lui dire comment choisir son futur. « Parce que tu l’as choisi ou parce que c’était un choix par défaut ? » Bien sûr, ça soulève aussi la curiosité de Dahlia. Grimaçant, Sami se contente de secouer la tête et de répondre avec simplicité : « C’est drôle, comme mon métier fait parler. » Dans tous les cas, cette voie lui a fait découvrir un tas de choses, tout comme les cours d’autodéfense, qui lui ont donné confiance en lui. Il a l’impression que plus rien ne pourra l’affecter désormais. Qu’il n’aura qu’à serrer les poings et à frapper au bon endroit pour se défaire d’une mauvaise prise – qu’elle soit réelle ou imaginaire. En tout cas, aujourd’hui, c’est Dahlia qui doit se sortir de la prise qu’il a à son cou, et plus le mouvement est fait, plus il devient naturel. La conversation peut continuer même pendant que le duo pratique l’exercice au ralenti. « Tu l’as choisi, donc. » Il acquiesce, suit le rythme qu’instaure sa partenaire. « Pourquoi ? » On demande à un coach sportif pourquoi il le devient ? « Je veux dire, qu’est-ce qui t’a poussé à travailler dans une prison ? » Comprendre. « Tes convictions ? » Il souffle par le nez. « Ça m’intéressait. » La seule raison qu’il peut donner sans révéler la chair sous la coquille. « Je pourrais te réciter le joli discours de l’ouverture d’esprit, de la seconde chance, des erreurs que tout le monde peut commettre durant une période difficile… » Mais il n’y croit pas vraiment… « Mais tu t’endormirais sur mes mots. »

Alors qu’il lui adresse un sourire malicieux, le responsable de l’activité annonce le prochain exercice, qu’ils se mettent à leur tour à pratiquer sans que la discussion ne s’interrompe. Au tour de Sami de renvoyer la balle dans son camp. Elle lui avait demandé si quelqu’un de son entourage avait été victime d’une quelconque attaque ; était-ce le cas pour elle ? « Rien. »  Ah bon ! « J’ai été élevée par ma mère. » Il pourrait comprendre, mais pas dans cette vie. Il doit se contenter de s’imaginer à sa place. « Je n’ai jamais eu envie de suivre des cours de self-defense. C’était son idée. » Un sourire un peu plus tendre étire ses lips. « À force de l’entendre dire à quel point ça la rassurerait, j’ai craqué. » « Avait-elle raison, alors ? » Qu’il demande, haussant un sourcil, sa main se serrant autour de son poignet pour feindre un enlèvement dans une ruelle, comme leur a fait imaginer Daryl. « As-tu eu besoin de te servir de tes apprentissages ? » Son nom a-t-il contribué à gonfler les statistiques crapuleuses ?        

@Dahlia Jakande I love you




Flaw seeker
The poet ☽ I have written you down, now you will live forever and all the world will read you. In eyes not yet created and on tongues that are not born.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

come and take a walk on the wilde side (sami) Empty
Message(#) Sujet: Re: come and take a walk on the wilde side (sami) come and take a walk on the wilde side (sami) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

come and take a walk on the wilde side (sami)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: west end
-