AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le deal à ne pas rater :
Lorcana : où acheter le Trésor des Illumineurs Les Terres ...
Voir le deal

 (laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adrian West
Adrian West
la fortune désabusée
la fortune désabusée
ÂGE : 28 ans, la fleur de l'âge et le goût amer de responsabilités arrivant trop vite
SURNOM : adri sans grande conviction, bien que le côté simple et accessible soit un plus
STATUT : célibataire, et pas vraiment prêt pour autre chose, surtout pas pour les unions arrangées ou les histoires complètement vides de tout sens
MÉTIER : agent de sécurité au Queen Street Mall, la définition même de se retrousser les manches et se défaire du cocon financier aisé familial
LOGEMENT : 507 maine road redcliffe, sûrement sans dessus dessous où il vous faudra choisir entre miette de tabac sur le sol, fringues en boules sur une chaise et spaghetti à réchauffer
(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase B79522ddbb9c75da9d1c3ebbf21f12e9499ec50d
POSTS : 610 POINTS : 370

TW IN RP : suicide, pensées dépressives, addictions, daddy issues, manipulation
TW IRL : tant que les bases de respect mutuel sont assurées tout devrait bien se passer
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : obsédé par le décès de son frère › vient d'une famille très fortunée dont il veut à tout prix se défaire › fumeur trop souvent et en trop grande quantité › fait de la course à pied pour se donner meilleure conscience et se vider l'esprit › peintre à ses heures perdues
CODE COULEUR : bilingue cynisme en #669933
RPs EN COURS : (laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase 923267da1e2d1f15065cd85d87a93b2060d5f28c
laurie#2laurie#3 ◊ hope is the voice that meets you in the storm and says there is more than what you can see right now

lenagretanorah

RPs EN ATTENTE : jenna ◊ julian

RPs TERMINÉS : laurie#1charlie
AVATAR : gavin leatherwood (bae)
CRÉDITS : evermorerpg (avatar) olliviacooke // hunts4all // beckysgomez (gifs) Ilona (signa) loonywaltz (ub)
DC : none
PSEUDO : stressedcreep
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/10/2023
https://www.30yearsstillyoung.com/t51203-chaos-is-what-killed-the-dinosaurs-darling
https://www.30yearsstillyoung.com/t51221-vent-ecarlate-poussiere-d-alors-petit-pas-de-trop-adrian#2678810
https://www.30yearsstillyoung.com/t51677-adrian-west-instagram#2700180

(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase Empty
Message(#) Sujet: (laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase (laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase EmptyVen 22 Déc 2023 - 23:11



she is untamed, she is the wild, she will come to you like a storm and wash you of your fears. and then, when she leaves, you will wonder how you ever hated the rain.
@Laurie Wright   


Pas vraiment un fan de l'orage déjà en temps normal. En même temps, ils ne devaient pas être nombreux, ceux qui adoraient ça au point de se sentir à l'aise au milieu d'éclairs et de bourrasques de vent. Peut-être un ou deux chercheurs de tempête, ceux qu'on voyait dans les documentaires en fin de soirée et qui avaient sûrement, dans le fond, des problèmes bien plus importants à régler pour en arriver à chercher les tempêtes et les ouragans. Mais là, c'était encore autre chose. Là c'était plus qu'un simple orage, plus qu'une bonne averse, c'était une vraie tempête. Tu en avais entendu parler, mais tu n'avais pas vraiment su si c'était sérieux ou si les services métérologiques et les journaux d'informations étaient simplement désireux de faire un peu peur à tout le monde afin de les pousser à rester en sécurité, par précaution. Tu te rendais compte maintenant que ce n'était pas exagéré. Ça ne t'avais pas empêché d'aller au travail normalement aujourd'hui, de faire ta vie comme si de rien n'était, à la seule différence qu'aujourd'hui, le seul sujet de conversation banal que tout le monde avait trouvé, c'était bien la tempête. Vous avez entendu pour la tempête ? pourrait sûrement être élue phrase de la journée à ce stade. Et vu l'intensité de ce qu'il était en train de se passer dehors, on était pas prêt d'avoir fini d'en parler. Mais le vent ne s'était réellement levé qu'en soirée, une fois rentré chez toi. C'était à ce moment là que tu t'étais rendu compte de l'importance de cette tempête.

Volets de l'appartement fermés, par précaution. Seul, au milieu de ton appartement, avec simplement le vent pour te tenir compagnie, la paranoïa grimpe facilement. Tu entends le bruit de la pluie, des grêlons, qui viennent frapper contre les volets, les gouttières en métal, tu as presque même l'impression d'entendre les grêlons se cogner contre les murs. L'électricité finit par sauter, heureusement, tu avais prévu le coup, téléphone et batterie portable chargée à fond, ordinateur pareil, et bougies sorties du placard. Tu allumes tranquillement tes bougies, pour avoir un peu de lumière, et tu en profites pour allumer la cigarette au coin de tes lèvres. Tu te souviens que tu dois avoir un réchaud de camping qui traine quelque part. En voilà une riche occasion de l'utiliser, pour une fois. Parce que bon, tes excursions de camping se comptaient sur le doigt d'une main, tu avais un peu acheté cet accessoire sur un coup de tête, mais pour une fois, ça allait peut être enfin avec une utilité. Finalement, ce n'était pas un coup de tête mais peut être un coup de génie. Te voilà en train de fouiller au fond de tes placards, sortant toutes les fringues pour tout foutre en boule au pied de la commode, à la recherche de la fameuse boîte en carton que tu peux dessiner dans ta tête. C'est bien, cette recherche soudaine pour essayer de te faire chauffer de l'eau dans l'espoir de prendre un thé et des nouilles chinoises est en train de te faire presque oublier ce qu'il se passe juste à l'extérieur.

D'un seul coup, tu sursautes, surpris d'entendre quelqu'un toquer à ta porte. Tu te rends compte que tu n'as pas regardé ton téléphone depuis un moment, trop obnubilé par ta recherche d'un réchaud. Tu y jettes un coup d'oeil tout en te mettant en chemin au milieu de la pile de vêtements que tu viens de créer pour te diriger vers ta porte d'entrée. Tu te stoppes au milieu de l'appartement parce que tu vois que tu as un message de Laurie disant simplement qu'elle arrive. Tu lui as proposé plus tôt dans la journée, si jamais la tempête était vraiment trop importante, de venir te rejoindre, au besoin. Mais ça t'était un peu sorti de la tête ou bien tu t'étais tellement persuadé qu'elle ne viendrait pas que tu n'y avais plus pensé. Toujours est-il qu'au vu de l'heure où tu as reçu ce message, c'est certainement elle, qui est derrière ta porte. Merde, elle est devant ma porte et c'est un bordel monstre, la honte. C'est la seule chose à laquelle tu penses. Tu lances à la cantonnade, pour qu'elle entende derrière la porte "J'arrive! Une minute!" Tu pousses rapidement la pile de vêtements, histoire de dire, tentant tant bien que mal de cacher la misère ou au moins de réduire le carnage. Tu passes la tête devant ton armoire, pour regarder rapidement ta tête dans le miroir. Les cheveux un peu en pétard, un jean et un t shirt blanc, ça va, tu avais encore limité la casse. On aurait un peu dit que tu avais mis les doigts dans une prise, mais après tout, en l'absence de courant et de lumière vive, personne ne s'en rendrait compte. Au moins c'est ce que tu espérais. Tu finis par aller ouvrir la porte, et tu découvres Laurie sur le pas de la porte. Elle a l'air d'avoir pris un bon coup de pluie sur la tête, tes yeux se font rond et compatissant face à elle. "Merde, t'es trempée et moi je te fais attendre, je suis le pire, rentres, rentres." Le geste accompagne la parole, tu ouvres grand la porte et la laisse entrer, refermant derrière elle et plaçant machinalement, sans même réfléchir, ta main dans son dos pour l'accompagner tandis qu'elle rentre. Tu ne sais pas d'où ça sort, on ne peut pas vraiment dire que ce soit dans tes habitudes, mais là, c'est venu naturellement. Peut-être l'ambiance intimiste avec la lumière à la bougie ou l'aspect de presque fin du monde vu ce qu'il se jouait à l'extérieur de l'appartement. Tu gardes un visage assez neutre, ne surtout pas montrer que toi-même tu viens un peu de déstabiliser et peut-être qu'elle ne se rendra même pas compte que tu viens de fair eça, que ça ne posera aucune question. Comme si... C'est beau de rêver. "Je suis désolé, j'ai même pas vu ton message, j'étais en pleine recherche de réchaud pour faire un thé comme tout bon campeur qui se respecte. Mais t'as bien fait de venir.". Tu marques une pause, tu remarques qu'elle a un sac avec elle, tu la regardes de nouveau, posant ton regard dans le sien en lui souriant "C'est la tempête qui t'amène ? Ou bien t'as soudainement décidé qu'on allait monter une coloc et que c'était maintenant le best moment pour déménager ?". Tu désignes son sac des yeux pour illustrer ta remarque, rieur pour alléger la situation. Tu souris un peu bêtement, la question est bateau, bien sûr que c'est ça qui l'amène, c'est même toi qui lui a proposé plus tôt dans la journée idiot. Mais ça te rend heureux qu'elle ait saisi la perche que tu lui as tendu et qu'elle soit là, devant toi.

made by LUMOS MAXIMA



Out with lanterns, looking for myself(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase Tumblr_inline_ptay8oVM0N1w7l1zl_540 (laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase Tumblr_inline_ptav7a82Zk1w7l1zl_540
In the shade, I spend my life - in continuous travel between living and dead; see here, my heart of metal, my black wings, stretched out on the grass... drawn down on the ground like dark waves that recede.

(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase IUJCx06
(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase YtxTUla
(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase EIhyBXy
(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase YI1xEdJ
Revenir en haut Aller en bas
Laurie Wright
Laurie Wright
la lumière des podiums
la lumière des podiums
Présent
ÂGE : 27 ans, décidément trop âgée pour les bêtises commises et non assumées
SURNOM : lau, la tornade, la chieuse, l'aimant à problèmes, tout ça c'est correct et te décrit très bien
STATUT : seule, remonte la pente petit à petit, avec des bonnes résolutions en tête et peut-être une épaule sur laquelle se reposer (peut-être)
MÉTIER : influenceuse avertie & mannequin plus si débutante que cela; les gens sont sur ta page Instagram pour le côté honnête et brut, on maquille, on mange, on pleure, on fait tout sur ta page - on te trouve aussi à la boutique MAC du Queen Street Mall en tant que make-up artist - tu es également "bénévole" au St-Vincent six heures par semaine (oui, c'est la loi qui t'y oblige mais c'est tout de même une bonne action)
LOGEMENT : habite dans Fortitude Valley, un petit appartement du côté de kent street, le 89, c'est toi
(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase 64502aa5ef0a75a1c9fe1d0521ac5c374ff9d4f0
POSTS : 382 POINTS : 320

TW IN RP : pensées dépressives, consommation excessive d'alcool et drogues légères, transidentité (& dysphorie de genre), traitement médicaux légers (hormonal, mention d'aiguille) & lourd (hospitalisation, opération de réassignation sexuelle)
TW IRL : racisme, homophobie, transphobie, relations sexuelles non-consenties et/ou explicites (le suggéré et la métaphore filée sont mes meilleurs amis)
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : trans women are women, get over it • né Lawrence Wright à des kilomètres de Brisbane dans un trou paumé nommé Dalby • c’est Laurie, ça a toujours été Laurie • fille unique, élevée par une mère autoritaire et un brin étouffante • reine de beauté, tu as vu plus de scènes et de podiums que n’importe quelle fille de ton âge • 1m78, souvent sur des talons, on te remarque, ça ne loue pas • pas romantique, tu tombes amoureuse à chaque fois qu’on respire trop fort devant toi • beauty guru, on dit merci à Instagram
CODE COULEUR : #3333ff
RPs EN COURS :
(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase De69bb632ac2150908de15152f52acd3a0a8a24d
adrian • Guess it's been a while since you last said sorry, crying in the dark at your best friends' parties, you've had enough, gotta turn the lights up, go home, couldn't wait to turn fifteen, then you blink and it's been ten years, growing up a little at a time then all at once...

(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase B3eec9913541a30fa46e301f7108ae389a0dc751
jaurie • In my head, I play a supercut of us, all the magic we gave off, all the love we had and lost. and in my head, the visions never stop, these ribbons wrap me up, but when I reach for you, there's just a supercut...

jaurie (fb 2009)adrian#3louisolivia#2AJ

RPs EN ATTENTE : saddie •
RPs TERMINÉS : (cf.fiche de liens)
AVATAR : hunter schafer
CRÉDITS : (av) malibu (gifs profils & sign) elleefanning/tumblr, monsoongifs/tumblr, ssoveia
DC : lashana reeves • lara pearson • nicholas hurley • abel reyes • heath wilson
PSEUDO : malibu
Fluide/non-binaire (iel/ellui)
INSCRIT LE : 09/10/2022
https://www.30yearsstillyoung.com/t46543-peaking-in-high-school-is-cringe-anyway
https://www.30yearsstillyoung.com/t46640-laurie-consider-the-flowers-they-don-t-try-to-look-right
https://www.30yearsstillyoung.com/t46643-laurie-wright

(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase Empty
Message(#) Sujet: Re: (laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase (laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase EmptyDim 24 Déc 2023 - 17:56



≈ ≈ ≈
{she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase}
crédit/(raquelsgifs) ✰ w/ @Adrian West

Ton offre tient toujours ? On va dire que oui, j'arrive dans tous les cas.
Le message est envoyé l'instant suivant et tu pousses un léger soupir avant de jeter un coup d'œil sur ton appartement et le sac que tu es en train de faire. Dehors, il fait un peu trop froid et un peu trop gris, il pleut à grosses gouttes et le vent fait rage.
Tu peux le sentir depuis ton salon et tu ne peux même pas fermer les volets ou tout simplement tirer les rideaux et attendre que ça passe. Avec ton téléphone portable bien chargé, le frigo remplit et... un autre coup de vent te fait sursauter et tu reprends ce que tu faisais. Tu fourres des habits à la hâte et un peu au hasard dans ce sac, en te demandant si c'est une bonne idée ou pas. Adrian t'a tendu la main, encore une fois, ça commence à devenir récurrent entre vous deux, alors tu vas la saisir. Et ne pas rester toute seule alors qu'une part de toi est terrifiée. Oui, c'est impressionnant cette tempête, non, tu n'en as pas l'habitude, il n'y avait pas un tel climat d'où tu viens et c'est tant mieux. Tu ne sais même pas comment aurait réagi ta mère face à tout ceci, vous vous seriez sûrement réfugiées dans la cave où les fondations sont plus solides ou un truc du genre. Est-ce que tu devrais l'appeler d'ailleurs ? Non, les lignes sont pour les urgences et plus résolues que jamais, tu attrapes tes affaires de toilettes à la hâte. Prête à fuir ton chez-toi et à aller retrouver Adrian et ses larges épaules plus que rassurantes. Tu ne vas même pas faire semblant de ne pas avoir remarqué cette fois-ci, tu seras beaucoup mieux sous un de ses longs regards. Que tu as bien vu et identifié, mais que tu n'analyses pas, parce que tu n'es pas encore prête à emprunter ce chemin-là, pas du tout prête à te demander ce que cela signifie, ou même le lui demander.
Pour l'heure, tu refermes ton sac quand que tu es satisfaite et tu en attrapes un autre pour les choses les plus importantes : téléphone, chargeur, brosse à dent, trousse de maquillage et... une lampe torche, parce qu'on ne sait jamais. Trouver un taxi par ce temps est une mission, personne ne veut braver les éléments et le seul chauffeur qui s'arrête devant ton immeuble te demande si tu n'as pas perdu la tête. "Je vais me mettre à l'abri... je vous paye le double, le triple même s'il faut !" C'est cela plus qu'autre chose qui réussit à convaincre le chauffeur et tu mets l'argent dans sa poche avant de glisser sur la banquette arrière. Tu es bien habillée pour l'été, une mini-jupe plissée grise, un bustier noir, tu as juste pris la peine d'enfiler une chemise blanche beaucoup trop grande par-dessus ta tenue du jour pour te protéger du vent du temps. Mais tu ne peux que regretter ton choix de tenue quand le chauffeur s'arrête dans la rue indiquée. Il te dit bon courage, et sincèrement ? Tu vas en avoir besoin pour braver les derniers mètres qui te séparent de la demeure d'Adrian. Est-ce la pire idée du siècle ? Oui, voilà ce que tu te dis alors que la pluie tombe et que tu finis trempée en seulement deux pas. Tu ne t'arrêtes pas, tu sais que ta paire de bottes est ruinée, mais tu trouves bien le bon numéro et tu tapes à la porte avec toute la force que tu possèdes.
Si ça se trouve, il ne sera même pas là. Ou pire encore, il y aura quelqu'un avec lui. Tu fronces un peu les sourcils en imaginant cela, tes mèches blondes collées à ton visage et tu es contente, soulagée quand la porte s'ouvre… Tes yeux dérivent définitivement sur les fameuses épaules et la peau de ces biceps exposée à cause (ou est-ce grâce) au t-shirt qu'Adrian porte."Ouais, pire hôte du monde, tu me laisses rentrer s'il te plait ?" Juste au moment où tu poses la question, il te fait bien rentrer et tu te laisses guider par la main qu'il a dans ton dos. C'est rassurant, la raison de ta venue si tu es honnête avec toi-même. Et tu fronces un peu les sourcils face à l'atmosphère. Pourquoi les bougies ? Il y a vraiment quelqu'un dans sa chambre à coucher ou...? Mais non, le courant, la tempête idiote, que te murmure une autre voix dans ta tête. "Au moins il y avait du courant chez moi mais, j'étais toute seule, tu es là alors..." Tu le marmonnes alors que tu abandonnes tes deux sacs dans son entrée. "Hmm, j'ai bravé les éléments juste pour venir voir dans quel tiroir tu ranges tes sous-vêtements, Adri, bien sûr que oui !" Tu réponds à son sourire un peu trop brillant du mieux que tu peux et tu finis par enlever tes bottes la seconde d'avant. Pas que, tes bas complètement trempés aussi, et enfin, ta chemise qui te colle à la peau. "Tu aurais une serviette ? Une couverture ? Un endroit où je peux continuer de me changer ?" Ou alors tu te désapes et tu te changes dans son entrée et il aura le droit à un véritable show de la part de la meilleure des colocataires.



I'm kinda like a prettier Jesus, Forget all of the tears that you've cried, It's over, over, over, over. It's a new state of mind, are you coming, my baby?
Revenir en haut Aller en bas
Adrian West
Adrian West
la fortune désabusée
la fortune désabusée
ÂGE : 28 ans, la fleur de l'âge et le goût amer de responsabilités arrivant trop vite
SURNOM : adri sans grande conviction, bien que le côté simple et accessible soit un plus
STATUT : célibataire, et pas vraiment prêt pour autre chose, surtout pas pour les unions arrangées ou les histoires complètement vides de tout sens
MÉTIER : agent de sécurité au Queen Street Mall, la définition même de se retrousser les manches et se défaire du cocon financier aisé familial
LOGEMENT : 507 maine road redcliffe, sûrement sans dessus dessous où il vous faudra choisir entre miette de tabac sur le sol, fringues en boules sur une chaise et spaghetti à réchauffer
(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase B79522ddbb9c75da9d1c3ebbf21f12e9499ec50d
POSTS : 610 POINTS : 370

TW IN RP : suicide, pensées dépressives, addictions, daddy issues, manipulation
TW IRL : tant que les bases de respect mutuel sont assurées tout devrait bien se passer
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : obsédé par le décès de son frère › vient d'une famille très fortunée dont il veut à tout prix se défaire › fumeur trop souvent et en trop grande quantité › fait de la course à pied pour se donner meilleure conscience et se vider l'esprit › peintre à ses heures perdues
CODE COULEUR : bilingue cynisme en #669933
RPs EN COURS : (laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase 923267da1e2d1f15065cd85d87a93b2060d5f28c
laurie#2laurie#3 ◊ hope is the voice that meets you in the storm and says there is more than what you can see right now

lenagretanorah

RPs EN ATTENTE : jenna ◊ julian

RPs TERMINÉS : laurie#1charlie
AVATAR : gavin leatherwood (bae)
CRÉDITS : evermorerpg (avatar) olliviacooke // hunts4all // beckysgomez (gifs) Ilona (signa) loonywaltz (ub)
DC : none
PSEUDO : stressedcreep
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/10/2023
https://www.30yearsstillyoung.com/t51203-chaos-is-what-killed-the-dinosaurs-darling
https://www.30yearsstillyoung.com/t51221-vent-ecarlate-poussiere-d-alors-petit-pas-de-trop-adrian#2678810
https://www.30yearsstillyoung.com/t51677-adrian-west-instagram#2700180

(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase Empty
Message(#) Sujet: Re: (laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase (laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase EmptyMar 13 Fév 2024 - 21:13



she is untamed, she is the wild, she will come to you like a storm and wash you of your fears. and then, when she leaves, you will wonder how you ever hated the rain.
@Laurie Wright   


Tu te sens idiot, de la faire attendre comme ça, maintenant que tu la vois trempée de la tête aux pieds. Tu te dis que, quand même, après proposer ce genre de choses, t'aurais au moins pu avoir la décence de vérifier ton téléphone. Que le monde ne s'arrêtait pas de tourner une fois que tu avais passé la porte de ton appartement et que tu ne pouvais pas simplement oublier les choses que tu avais pu dire. En tout cas, tu étais content qu'elle, elle n'ait pas oublié. Qu'elle, elle ait eu assez confiance en toi pour se dire que malgré l'absence de réponse, elle n'allait pas se dégonfler. Tu étais vraiment content de la voir, là. Tu remarques que son regard se stoppe sur les bougies. C'est vrai qu'elles créent une ambiance intimiste et tamisée, mais loin de toi l'idée d'avoir préparé ton coup, vraiment loin. La coupure de courant était l'unique raison pour un potentiel romantisme de ta part, mais tu comprenais que la situation actuelle puisse porter à confusion. Sa remarque te fait sourire. "Si j'avais vu ton message avant ton arrivée j'aurai prévenu de ce détail...  Mais j'en déduis qu'il vaut mieux être dans le noir mais avec moi du coup ?" Le sourire ne quitte pas ton visage. "Je me contenterai de considérer ça comme un compliment alors."
Sa petite blague t'arrache un rire, bravé les éléments. Tu ne l'avais pas vu sous cet angle, mais c'était vrai, elle s'était déplacée par ce temps, pour venir te voir, parce qu'elle se sentait sûrement en sécurité dans cette situation. Pas que tu puisses vraiment la protéger de quoi que ce soit réellement, ni que tu sois d'une compagnie incroyable, mais le simple fait qu'elle ait eu l'envie de se réfugier avec toi dans un moment de doute comme celui de cette tempête te faisait plaisir, dans un certain sens. Pas la tempête bien sûr. Mais la façon dont c'était en train de se dérouler pour toi. "Si c'était que ça un facetime aurait suffit, mais je sais que t'aimes bien faire les trucs à 100% donc je suis pas étonné que tu aies tout fait un grande pompe au milieu d'une tempête !" Un sourire toujours plaqué sur le visage. Ses vêtements collent à son corps, et pour la première fois tu prends conscience de la chance que tu as, que Laurie ait même daigné poser les yeux sur toi un jour. Tu es comme quelque peu hypnotisé, maintenant que tu as remarqué les vêtements mouillés qui mettent son corps en valeur. Si bien que, le silence qui précède ta réponse te paraît un tout petit peu trop long. Tu finis par te sentir rougir, avant d'ouvrir la porte de ta chambre et lui indiquer : "Euh, oui, oui bien sûr! Tu peux te changer tranquille dans ma chambre." Tu ouvres un tiroir de ta commode d'une main tout en maintenant la porte ouverte de l'autre. "Tu peux prendre un t shirt ou ce que tu veux de sec dans ce tiroir là, et dans la pendrie il y a des serviettes propres." Ton regard la parcourt furtivement, avant de fixer le sol et la pointe de tes pieds. Ca y est, maintenant elle doit penser que tu lui as proposé de venir avec une idée derrière la tête, entre les bougies et ce regard peut être un peu trop long. Tu finis par relever la tête, te disant que de toute façon c'est Laurie, qu'elle ne pense pas à toi comme ça, et que, de toute façon, il ne se passe rien entre vous. Tu souffles discrètement et tu lui souris doucement, "Fais comme chez toi, tu peux prendre une douche si t'as besoin."

Tu la laisses tranquillement se changer, tu essayes de ramasser les affaires que tu vois trainer en dehors de la chambre, des pulls par ci par là, une paire de chaussure, pas vraiment un bordel sans nom mais pas totalement rangé non plus. Pas vraiment un maniaque dans l'âme, mais tu voulais faire bonne impression. Tu profites aussi de ce moment pour poser ta casserole sur le réchaud, faisant bouillir un peu d'eau pour un thé ou un café, quelque chose qui saurait la réchauffer au lieu de rester trempée jusqu'à l'os.
Quand elle sort, tu lui tend une tasse d'eau chaude, avant de lui proposer, une boite à thé dans une main et du café soluble dans l'autre; "Café, thé ? Je me suis dit que ça te ferait peut être du bien." Une partie de toi se sent coupable qu'elle soit venue ici alors que tu n'as plus d'éléctricité, un appart mal rangé et pas grand chose à lui proposer. Tu la regardes un instant. "J'suis désolé, au final j'ai pas grand chose de mieux à t'offrir... Si j'avais su que mon courant allait sauter je t'aurai dit de rester chez toi parce que t'as pas gagné grand chose..." Elle aurait pu rester tranquillement chez elle, au lieu de ça, tu l'avais fait traverser la ville dans ces conditions pour lui offrir moins que ce qu'elle aurait eu en restant chez elle. "Enfin moi je suis content que tu sois venue, mais je me dis que toi t'as perdu au change." Un sourire en coin, résigné, quelque peu coupable au bord des lèvres. Un début de culpabilité qui te pousse à baisser les yeux vers ta tasse à toi, dans laquelle tu vois les grains de café soluble se dissoudre tranquillement, ne sachant pas vraiment ce qu'elle va répondre à ce que tu viens de lui dire. Et d'ailleurs tu ne sais pas pourquoi tu lui as dit ni ce que tu en attends. Alors, tu es là, tu te contentes de regarder le fond de cette tasse, comme si toutes les réponses à tes questions se trouvaient dans cette tasse.

made by LUMOS MAXIMA



Out with lanterns, looking for myself(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase Tumblr_inline_ptay8oVM0N1w7l1zl_540 (laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase Tumblr_inline_ptav7a82Zk1w7l1zl_540
In the shade, I spend my life - in continuous travel between living and dead; see here, my heart of metal, my black wings, stretched out on the grass... drawn down on the ground like dark waves that recede.

(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase IUJCx06
(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase YtxTUla
(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase EIhyBXy
(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase YI1xEdJ
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase Empty
Message(#) Sujet: Re: (laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase (laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

(laurian #3) she was a storm, not the kind you run from, the kind you chase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-