AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
LEGO® 10323 Icons Jeu d’Arcade PAC-MAN
Voir le deal
209.99 €

 everybody on the brink of crisis (dorian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elena Esteves
Elena Esteves
ÂGE : 29 ans (19/01)
SURNOM : el, "eh mais t'es pas l'actrice là ?"
STATUT : le glas a été sonné avant même le mariage, elle se sent un peu bête d'y avoir cru.
MÉTIER : sur le papier, fliquette de pacotille ; officieusement, recrue du PSI spécialisée dans la psychologie et les négociations, beaucoup de mots pour dire qu'entourlouper lui sert à payer son loyer.
LOGEMENT : son ex femme a quitté l'appart et elle a pris le chien avec elle.
everybody on the brink of crisis (dorian) 0ddbc1b26153de8d708aac9243970d069b6e87b8
POSTS : 53 POINTS : 170

TW IN RP : alcoolisme parental, quotidien policier, violence, ancienne relation toxique
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : simon#1 ; dina#1 ; dorian#1 ;
RPs EN ATTENTE : jackson#1
AVATAR : alba baptista
CRÉDITS : ava (c) rainbowstars, gif (c) ohlexa
DC : mac la menace
Femme (elle)
INSCRIT LE : 18/07/2023

everybody on the brink of crisis (dorian) Empty
Message(#) Sujet: everybody on the brink of crisis (dorian) everybody on the brink of crisis (dorian) EmptySam 10 Fév 2024 - 10:17


Aurait-elle mieux fait de rester flique ? La question se pose et tourne dans son esprit, régulièrement ; jamais assez longtemps pour qu’elle la considère réellement, mais suffisamment pour l’interpeller. Aurait-elle dû ? Accepter les horaires de bureau, le quotidien chiant et répétitif, la morale douteuse et toujours politiquement justifiée avec une grosse dose de langue de bois saveur démago, quitte à sacrifier le besoin de mieux, de plus, d’une passion qu’elle ne trouvera jamais derrière un écran ? Est-ce que ça valait mieux que les absences régulières, fondamentalement injustifiables, qui entraînaient mensonges sur mensonges et couvertures dévoyées sur engueulades ? Est-ce que c’était préférable au fait de risquer sa vie plusieurs fois par an, en échange de gros billets et d’un peu de dopamine déstructurée et incompréhensible pour le corps, traumatique pour l’esprit ? Avait-elle troqué une vie planquée et calme avec l’amour de sa vie pour une arnaque absurde à grande échelle ? Et surtout, pourquoi se demander, maintenant qu’elle était au pied du mur ? Il n’y avait aucun moyen de sortir d’Epsilon sans se griller absolument partout. Fin de carrière, mort des ambitions : on l’avait prévenue, et elle avait quand même postulé. Elle avait moins à perdre, à l’époque.

Le retour au boulot est difficile, froissant presque ; il suit trois mois passés à essayer de sauver son mariage et à pardonner ses absences trop longues, soudaines et silencieuses, systématiquement injustifiables. Hier encore, elle était au bout du monde à tomber dans un guet-apens et à essayer de survivre avec son équipe. Ils étaient passés trop près d’un futur potentiellement bien pire, et à se perdre à l’imaginer, Elena avait failli ne pas en revenir. Imaginer retourner au travail le lendemain la glace, parce que sur leurs trois mois de permission, elle n’avait été que vaguement présente. Une part d’elle restait toujours au travail, et cette part-là l’empêchait d’être pleinement aux côtés de Victoria. Et Dieu sait combien celle-ci avait eu besoin d’elle.

Alors, à l’image de sa grandeur d’âme habituelle et de son grand courage, elle avait décidé de fuir lors de son dernier soir de liberté. Sac à dos sur les épaules, rempli de daubes à deux balles, elle avait pris la fuite en prétextant une soirée avec des collègues - et ce n’était pas faux, puisqu’elle avait prévenu Dorian qu’elle allait passer chez lui. Elle n’avait pas prévenu pour combien de temps - pas plus qu’elle n’avait anticipé quoi que ce soit : au pire, elle partirait une demi-heure après, s’il lui faisait comprendre qu’il préférait être seul. « Yooo », qu’elle lâche bêtement, une fois devant chez lui. Dorian lui ouvre la porte et tombe nez à nez avec une nana décoiffée en survêts, avec des cernes qui lui bouffent les joues, et l’air d’avoir douze ans et d’avoir fui de chez ses parents. « J’ai ramené des chips et de la drogue. » D’un coup d’épaule, elle désigne son sac à dos mal enfilé. « On peut regarder Jaws ou Conjuring, s’tu veux. » Avec son coloc, même, s’il voulait. « Genre une back to work party. » Sourire à la con, un peu pauvre.

@Dorian Kean everybody on the brink of crisis (dorian) 3258319053


lately, forty wings would be just priceless, i wrestle with myself and with my vices but no one gives a fuck about my nightmares, and it's nothing you should worry yourself about (c)flotsam.
Revenir en haut Aller en bas
Dorian Kean
Dorian Kean
le terrain miné
le terrain miné
ÂGE : 29 (03-03-1994)
SURNOM : Do' pour les intimes. Dodo, comme l'animal, mais c'est horrible. Dori, comme le poisson, mais c'est encore pire. Kean ou bien Pyro par ses collègues.
STATUT : Complètement fou de cette femme sûrement trop bien pour lui, et de cette relation inespérée, elle lui donne envie d'être la meilleure version de lui-même : Cami
MÉTIER : Agent fédéral pour le PSI, officieusement Démineur au sein de la police de Brisbane.
LOGEMENT : 30 Pine Street, Bayside
everybody on the brink of crisis (dorian) QDew1mG
POSTS : 369 POINTS : 200

TW IN RP : Aucun
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION : J'aime les jolies filles.
CODE COULEUR : [color=#66ccff]
RPs EN COURS : Cami 7 Cami 8 Cami 9

everybody on the brink of crisis (dorian) CP1nPde
You've always been perfect for me.
I wanna wake up to you every day,
With your head on my chest and a smile on your face.
I wanna spend my whole life with you, babe,
Making you laugh 'til we're old and we're gray.
You should know, That I won't let go.


Tessa Eli Elena

RPs TERMINÉS : Cami 1Cami 2AsherCami 3Cami UA Cami 4 JacksonByronBlake Cami 5 Cami 6 Lincoln
AVATAR : Alexander Ludwig
CRÉDITS : Aucun
DC : Aucun
Femme (elle)
INSCRIT LE : 09/08/2023
https://www.30yearsstillyoung.com/t50482-calm-down-i-m-just-a-bomb
https://www.30yearsstillyoung.com/t50520-too-good-to-be-bad

everybody on the brink of crisis (dorian) Empty
Message(#) Sujet: Re: everybody on the brink of crisis (dorian) everybody on the brink of crisis (dorian) EmptyDim 18 Fév 2024 - 19:01


Je devais avouer que l'idée de reprendre le travail demain, après trois moi de permission m'angoissais légèrement, mais en même temps j'avais hâte, c'était un drôle de mélange de sensation, pas très logique même. J'aimais et j'avais besoin de l'adrénaline que m'offrait ce job, je faisais quelque chose qui me passionnait, j'aidais les gens, les protégeaient, ce que je faisais était juste et utile, voir même nécessaire à la sécurité d'un tas de gens. Jusqu'à là, je n'avais aucun problème avec les déplacements du jour au lendemain à répétition, les horaires complètement aléatoire, et puis surtout par le fait de risquer ma vie à de nombreuse reprise. Au contraire même j'étais plus qu'heureux de cette deuxième chance que j'avais eut, je préférais mile fois ça que la prison. Mais je n'avais pas vraiment prévu de tomber tellement amoureux d'une personne, qui me ferait imaginer un avenir avec elle. Avenir qui, plus le temps passait, plus devenait de moins en moins compatible avec la vie que je menais au travail. Les soucis avaient commencé à mon retour de dernière mission, tenir le secret jusqu'à là était plutôt simple, mais mentir sur la raison du trou béant que j'avais eu dans la jambe, avait été plus que compliqué. A ce moment précis, j'avais tellement voulu tout lui raconter, j’avais affreusement besoin de parler de ces cauchemars qui me hantait, lui parler de la peur que j'avais ressenti au moment où j'avais cru mourir. Mais je n'avais pu rien faire de cela, à part tenter de la rassurer, lui dire que tout allait bien, lui mentir. Tout ça me brisait le cœur, mais je ne saurais même pas imaginer ce qui risquerait de se passer si je lui parlerais de tout ça.

Au final, on avait passé quasiment ces trois mois de permission ensemble, elle c'était occupé de moi le temps que je me remette de ma blessure, et puis j'avais pu profiter d'une vie presque normale avec elle. Comme si rien ne c'était passé, que tout allait bien, et surtout comme si ça ne risquait pas de se reproduire. Sans travailler pendant tout ce temps, je n'avais du coup pas eu besoin de lui mentir, ni même d'en parler, j'avais vraiment eu cette sensation que tout était parfait. J'avais eu besoin d'elle, et elle avait été là pour moi, sans même chercher à comprendre pourquoi j'avais autant besoin d'elle, de sa présence, et de son soutient. Mais le fait de me dire que j'allais de nouveau devoir lui raconter des histoires à chaque fois que je partirais plusieurs jours sans prévenir, a pourquoi certain soir je termine à des heures si tardive, à jamais pouvoir lui raconter réellement ma journée, me faisait réellement mal au cœur. J'avais l'impression de trahir sa confiance à chaque fois, alors qu'elle était si sincère sur sa vie avec moi. J'avais peur qu'un jour ce bonheur me rattrape, et me ramène à la raison, me rappelant que je n'avais sans pas droit d'être si heureux en amour, avec un tel travail à côté.

Pour le coup, j'avais préféré rester chez moi la veille de cette reprise, prétextant vouloir être en forme, mais en réalité je ne voulais pas en parler avec elle, peur de dire des choses que je ne devrais pas si jamais elle me poserait trop de question. Je ne souhaitais pas être seul non plus, mais par chance, Elena m'avait demandé si elle pouvait venir passer ce soir chez moi, ce que j'avais bien évidement accepté.. Eli n'étant pas là ce soir non plus, j'étais complètement seul. Et je pense que me retrouver avec une personne avec qui je pouvais clairement dire le font de ma pensé me ferais le plus grand bien. Je lui souris en lui ouvrant la porte. « Salut ! » Je la détaillais ensuite rapidement de haut en bas, ne pouvant m'empêcher de réprimer un petit rire en voyant son accoutrement. « Bah dis donc, il t'est arrivé quoi ? » J'avais l'impression qu'elle n'avait pas dormi depuis des jours. Je me décalais pour la laisser rentrer dans l'appartement, mon staffy venant la saluer gentiment également. J'esquissais un sourire amusé en entendant ce qu'elle avait ramené.  « Parfait, je dois avoir de la bière et des pizzas. Tout ce qu'il y a de plus sain. » Ça me faisait penser d'ailleurs que j'allais devoir reprendre un entraînement un plus intensif, il y avait eu un peu de laisser aller pendant ces trois mois. On se dirigeait vers le salon pour aller s'installer sur le canapé. « Ah ouais ? La reprise mérite carrément une soirée ? Mais sinon... Jaws ça me branche bien ! » Je souriais, j'étais content qu'elle ait proposé de passer, déjà parce que ça faisait un bon moment qu'on ne c'était pas vu et qu'il y avait sans doute un tas de chose à raconter. Et aussi parce que parler de ce qui allait nous attendre était plutôt nécessaire. Je me dirigeais ensuite vers la cuisine nous prendre des verres. « Qu'est ce que je te sers? Ou de quoi as tu besoin surtout? » Généralement chez les gens, le degré d’alcool demandé coïncidait avec la gravité du problème. Je revenais ensuite avec les verres m'asseoir à côté d'Elena. « Y'aura que nous deux ce soir, Eli n'est pas là, et j'ai dit à Cami que je préférais qu'on reste chacun chez soi ce soir. » Un peu à contre cœur d'ailleurs, mais je voulais repousser le moment où j'allais devoir recommencer à lui mentir de nouveau. « Bon alors, tu me racontes ce qui t’amène et ce qui t'arrive surtout? » Lançais je un sourire aux lèvres et la pointant du doigt. J'étais curieux de savoir ce qu'il lui était arrivé pendant ces trois mois de permission, puis surtout je voulais savoir si elle allait bien.


@Elena Esteves  everybody on the brink of crisis (dorian) 826475116




When I met you, I told my friends that I'd date you.
No one believed it would come true. But, look where we are,
We're on our way, I know one day we'll get to that part.
By COM
Revenir en haut Aller en bas
 

everybody on the brink of crisis (dorian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside :: logements
-