AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
30Y est ta maison depuis plus de 3 mois ?
Alors aide les nouveaux à se faire une place dans la famille !
Deviens parrain ou fais partie d'un groupe d'intégration.

Partagez | 
 

 Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

ÂGE : Trente-six ans.
SURNOM : Jaimie. Jam' par certains. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi. Jamichou, à mon grand désespoir.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3334 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyteEzékhielEliseBerliozSorenSoren #1Soren #2RomaneEthan

Nous rêvions juste de liberté...

This one's for the man who taught me
Loyalty, Sacrifice and Bravery


She believed she could save my heart, so she did ♥

We be of one blood, ye and I

You are my sonshine


RPs EN ATTENTE : Bryan ↟ Martin & Rose ↟ Matteo ↟ Alvaro
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte Savard & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 08/03/2016

MessageSujet: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Mar 30 Aoû - 15:27

Hit me and tell me I'm alive, tell me who I am and how to survive.
Kyte & Jaimie ↟ Montana, 1996
Un hurlement à glacer le sang s’est répercuté contre les murs mal isolés de la chambre, m’arrachant au sommeil en plein milieu de la nuit. Le cœur battant, je me suis redressée d’un bond, serrant mes couvertures contre moi. Enveloppée par une pénombre aussi rassurante qu’inquiétante, j’écoutai le silence pesant. Je mis un moment avant de me souvenir où je me trouvais. C’est la lumière clignotante du téléviseur éteint qui m’a aguillée, au final. Un motel merdique en plein cœur du Montana. J’étais arrivée la veille avec Kyte. On avait roulé toute la journée dans un pickup truck fatigué qu’il avait emprunté à ses amis d’un club de motards où il traînait souvent. On avait pas fait beaucoup de pauses, nous relayant toutes les deux heures pour rester attentifs. J’avais seize ans maintenant, et je venais d’avoir mon permis de conduire. Mais contrairement aux camarades de ma classe, je ne l’utilisais pas pour partir en weekend ou faire du shopping avec mes copines. Je m’en servais essentiellement pour foutre le camp avec Kyte. L’activisme, c’était un peu devenu ma raison de vivre. Je séchais les cours pour manifester. Fuyais la prison dorée de mes parents pendant des jours pour sillonner les routes avec mon mentor. Dès qu’il avait besoin de moi, je répondais à l’appel. Avec passion et naïveté. Je l’aurais suivi jusqu’au bout du monde. Et en échange, il m’apprenait tout ce qu’il savait. Au compte-goutte, jamais avant que je ne sois prête. C’était un bon mentor, et un homme qui avait su gagner mon cœur.

Un nouveau cri me rappela à la réalité. Plus léger, cette fois. Je me souvins que c’était ça qui m’avait réveillée et j’ai sauté sur mes pieds, m’approchant discrètement de la banquette lit que Kyte occupait à quelques pas du mien. Ce n’était pas la première fois que mon mentor se mettait à beugler dans son sommeil. La première fois, ça m’avait tellement traumatisée que j’étais restée planquée sous mes couvertures en me demandant avec quel taré je traînais. Maintenant, j’étais presque habituée, même si ses crises étaient toujours impressionnantes. Je savais qu’il avait fait l’armée, et que ça lui avait pas mal attaqué les nerfs. Je pensais aussi que la perte de sa femme ne devait pas vraiment aider à s’en remettre. La plupart du temps, il avait l’air normal. Mais parfois, son corps le lâchait complètement, comme à cet instant. Je me suis délicatement penchée par-dessus son épaule et j’ai posé ma main sur son poitrail pour l’arracher au rêve qu’il était en train de faire. Il tressaillit sous mes doigts, poussa un gémissement plaintif entrecoupé de sanglots.

- Kyte, j’ai appelé doucement, la gorge serrée. Kyte, réveilles toi, c’est qu’un mauvais rêve.

J’avais envie de le serrer contre moi. De lui dire que tout allait bien. Mais je prenais un peu mes gardes, parce que je savais qu’il était à moitié dans une autre réalité et qu’il ne contrôlait pas tous ses gestes. Pour autant, je n’ai pas réussi à esquiver son coup de coude lorsqu’il se retourna brusquement, et qui m’atteignit en pleine tempe. Le choc était tellement violent que je suis tombée en arrière sur le sol. Putain de bordel de merde, j’ai juré intérieurement, portant une main à mon front endolori. En face de moi, Kyte s’était remis à gueuler. Il était désormais assis dans son lit et sanglotait des trucs incompréhensibles dans un mélange de Canadien, de Français et d’une autre langue – surement le norvégien – que je ne pouvais pas comprendre. Ignorant la douleur lancinante qui battait dans mon crâne, je me suis redressée pour m’approcher à nouveau et j’ai allumé la lumière tamisée de la table basse.

- Hey, j’ai dit d’une voix à la fois douce et ferme. Tout va bien. T’es en sécurité. Kyte. C’est Jaimie. Tout va bien. C’est Jaimie.

J’ai répété ces paroles plusieurs fois, tentant à nouveau un contact physique pour le ramener dans le présent. J’ai d’abord attrapé son bras, serrant sa main dans la mienne. Il a tourné la tête vers moi, le regard fou et les pupilles dilatées. Il faisait vraiment peur à voir, avec ses lèvres pâles, son teint cireux et la sueur qui collait ses mèches brunes et frisées sur son front. J’ai pincé les lèvres et me suis assise à ses côtés sur le lit et j’ai tendu la main vers son visage. Il a eu un mouvement de recul avant de finir par accepter mes caresses. J’ai poussé un profond soupir et dégagé son front avec tendresse, puis j’ai caressé son dos.

- Tout va bien, j’ai répété. Inspire longuement et expires pareil. Comme ça.

Je lui ai montré l’exemple, et il a fini par hocher la tête et fermer les yeux, calquant sa respiration sur la mienne. Rapide et saccadée au départ, elle finit par s’apaiser. Ses tremblements aussi. Mon propre cœur retrouva peu à peu un rythme cardiaque acceptable. Comme il gardait toujours le silence, j’ai relevé les yeux vers lui, cherchant son regard.

- C’était quoi, cette fois ?

J’ai demandé, compatissante. Je savais que Kyte n’aimait pas particulièrement parler des pensées qui lui provoquaient ce trouble. Mais je savais aussi que les extérioriser lui faisait du bien, et retardait la prochaine crise. Et comme il n’y avait personne d’autre dans ce bas monde pour le réconforter, j’avais endossé ce rôle.  

©junne.





Follow in no footsteps. Listen for the true guides.

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start •• The River, The Woods. 


Dernière édition par Jameson Winters le Mer 31 Aoû - 1:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t7719-jameson-winters-i-wish-i-was-an-outlaw-spent-my-life-kicking-ass-and-takin-names#276727 http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

ÂGE : 56 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup il vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.

POSTS : 168 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme violent et hors la loi l’ont rendu schizophrène (paranoïa chronique). Pour calmer son délire de persécution, a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : JamesonRobinJordan

B . S A V A R D ○ J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

J A I M I E . W I N T E R S ○ Scars are story books; blood will wash away our sins

R O B I N - H O P E . B E R R Y ○ Je bois la terre, je respire les fleurs. Mon âme bariolée, je promène ma pensée

RPs EN ATTENTE : Phoenix ○ Martin ○ Ida
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Whitefalls & tumblr
DC : Jameson Winters & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 05/06/2016

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Mer 31 Aoû - 0:59


Where I belong, where's the place called home.
Emotions are smashing up my bones.
Jaimie & Kyte ○ Montana, 1996
Cette fois-ci, Kyte l’a pas sentie venir. La terreur nocturne. La crise de panique. Il s’est couché comme si de rien n’était. Claqué après une journée de route à travers les rocheuses. Il est joli, le chemin qui traverse le Canada et descend le Montana. Mais tabernak, qu’est-ce qu’il est long. Il s’est endormi presque immédiatement, la gueule enfoncé dans l’oreiller poussiéreux d’un motel minable. Il lui semble bien que Jaimie a essayé de lui poser quelques questions sur le programme du lendemain, mais il était trop défoncé pour lui répondre. Le monde des rêves l’a happé aussitôt. Bientôt remplacé par celui des cauchemars. Au début, il réalise pas trop. Il réalise vraiment jamais. C’est que quand il entend les hurlements et les bombes qu’il comprend ce qui est en train de se passer. Oh non, qu’il pense, affolé. Pas ça. Me dites pas qu’ils m’ont renvoyé là-bas.

C’est sa plus grande peur, à Kyte. D’être obligé de s’enrôler à nouveau dans l’armée. Envoyé dans le Moyen-Orient. Quelque part, il s’est toujours douté que ça arriverait un jour. Le cœur bat fort dans sa poitrine. Les traits déformés par la peur, il se planque derrière des sacs de sables. Il serre les dents et son arme contre lui. Tellement fort que ça fait mal. Les balles sifflent à ses oreilles. Les bombes se rapprochent. Explosent sur un immeuble juste à côté. Une école. Le hurlement des enfants emplit le vide et glace son sang. Alors il gueule, lui aussi, parce qu’ils sont des dizaines à sortir du bâtiment qui s’effondre. Dans une mare de sang. Alors Kyte, il oublie sa mission. Il saute sur ses pieds, et la sueur se mêle aux larmes sur son visage. Il coure vers les mômes, essaie de les aider. Sauf qu’ils ont peur, en le voyant débarquer. Ils crient encore plus fort. Retournent dans les décombres ensanglantés. En enfer.  

« Tu détruits tout ce que tu touches. » Cette voix, c’est celle de Lenore. Sa douce Lenore. « Moi aussi, tu m'as détruite. » Elle tend ses mains osseuses vers lui. Elle a le teint ciré et les yeux prêts à sortir de leurs orbites. Sa peau c'est comme du cuir. Elle est morte, mais vivante. Une petite fille lui tient la robe déchiquetée. Une petite brune à qui il manque un bras et une jambe. Son visage, c’est qu’une grande plaie béante. Mais elle ouvre quand même ce qu’il reste de sa bouche et dit : « Papa, pourquoi t’as fait ça ? Pourquoi tu m’as fait ça ? ». Elle saute sur un pied en se rapprochant de lui, et Kyte aimerait bien s’éloigner, sauf que les sacs le bloquent dans son dos. Il est comme paralysé. Elle pose sa main valide sur son torse et un sourire immonde étire ses chairs sanglantes. « C’est qu’un mauvais rêve. » Elle se penche vers lui, et le sourire l’englobe. Kyte hurle à nouveau et se contorsionne pour se dégager.  

Son coude cogne dans quelque chose. Il sait pas trop quoi. Il s’agite, mais il est empêtré un truc fluide et trempé. Il met un long moment à réaliser qu’il s’agit de ses draps. Qu’il est sur un matelas. Il sait pas trop où. Il se demande même pas. C’est pas le plus important. « Jeg beklager. Jeg beklager så mye. Ma pierre de lune. My babygirl. I’m so sorry. Tellement désolé. » Il pleurniche dans le noir. Le désespoir bloque ses poumons et les sanglots secouent sa poitrine. Une longue plainte lugubre s’échappe de ses lèvres. Il a envie de boire. D’oublier qui il est et d’où il vient. Non, il a envie d’effacer sa vie. Ses erreurs. Le mal qu’il a fait aux autres. De s’arracher le cœur qui lui fait si mal dedans. Il frappe contre sa poitrine. Contre sa tête. Il aurait continué de s’acharner comme ça longtemps s’il avait pas senti la main qui accrochait son bras. S’il avait pas entendu la voix de Jaimie. Jaimie ! Elle parle, apaisante et autoritaire à la fois. Le ramène doucement à la réalité. A cette chambre de motel pourri au beau milieu du Montana. Il tourne la tête vers elle. S’attend presque à la voir défigurée, elle aussi. Les yeux pleins de reproches. Mais son visage est normal. Beau, malgré l’inquiétude qu’il lit sur ses traits. Et il s’en veut, de lui faire subir ça. Elle a que seize ans, bordel. Elle devrait pas avoir à gérer un mec comme moi ! Mais il a pas la force de la repousser. De sortir de sa vie. Parce qu'il est lâche, et que dans ce bas monde, elle est la seule personne qui lui donne envie de pas crever. Alors il fait comme elle dit. Il calque sa respiration sur la sienne. Inspire lentement et expire pareil. Les battements de son cœur se calment peu à peu. Sa respiration devient plus régulière. Les tremblements finissent par cesser. Son cerveau oxygéné parvient à différencier le cauchemar de la réalité. Le passé du présent. Ses peurs les plus profondes retournent à son inconscient, et il a un peu honte de les avoir laissées prendre le dessus encore une fois.

- J’suis désolé gamine. Il marmonne dans sa barbe. J’sais pas c’qui m’a pris.

Mais elle lui en veut pas, Jaimie. Ou du moins, elle le montre pas. Elle cherche son regard, caresse son front pour en éponger la sueur et lui demande ce qui a déclenché la crise, cette fois. Kyte se détourne, fronce les sourcils. Il a pas envie d’en parler. Pas envie de le revivre. Mais il sait que ça lui fait du bien. Que Jaimie sortira l’épée pour aller planter un pieux dans ses dernières angoisses. Elle est forte comme ça, la môme. Il sait pas trop où elle puise toute cette férocité, mais elle le rassure comme personne.

- La guerre. Le bombardement de l’école, encore. Mais cette fois, y’avait aussi Lenore. Elle disait que tout est d’ma faute. Et Blythe aussi. Elle avait la moitié du corps arraché. Toute défigurée. Et elle disait que c’était d’ma faute pareil. Elle demandait pourquoi. Pourquoi ?

Sa voix se brise, les larmes coulent le long de ses joues. Il hausse les épaules et se tourne vers Jaimie. Lève les sourcils comme pour lui poser la question, à elle. Puis il s’essuie rageusement la morve qui couvre sa lèvre supérieure.

- Qu'est-ce j'en sais moi ? J’sais pas pourquoi j’ai fait c’que j’ai fait. Pourquoi j’ai dit c’que j’ai dit. Mais si j’pouvais, j'retournerais en arrière. J'changerais tout. J’m’effacerais, même. J'voulais pas les blesser. Mais j'sais faire que ça. Distribuer la mort.

Il pousse un soupir rageur et se frappe le front de son poing. Il aime pas se sentir comme ça. Tourmenté. Impuissant. Nocif. Inutile. Désespéré.  

Codage par Emi Burton



No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man, behind blue eyes. And no one knows what it's like to be hated, to be faded, to telling only lies. But my dreams they aren't as empty, as my conscience seems to be — The Who.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

ÂGE : Trente-six ans.
SURNOM : Jaimie. Jam' par certains. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi. Jamichou, à mon grand désespoir.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3334 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyteEzékhielEliseBerliozSorenSoren #1Soren #2RomaneEthan

Nous rêvions juste de liberté...

This one's for the man who taught me
Loyalty, Sacrifice and Bravery


She believed she could save my heart, so she did ♥

We be of one blood, ye and I

You are my sonshine


RPs EN ATTENTE : Bryan ↟ Martin & Rose ↟ Matteo ↟ Alvaro
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte Savard & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 08/03/2016

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Mer 31 Aoû - 14:44

Hit me and tell me I'm alive, tell me who I am and how to survive.
Kyte & Jaimie ↟ Montana, 1996
Kyte a commencé par secouer la tête, se renfermer sur lui-même. Un instant, j’ai cru qu’il allait garder le silence, et ça n’aurait pas été grave. Je me serais contentée de le serrer contre moi, puis on aurait parlé de choses et d’autres pour que son organisme finisse de chasser le stress qu’il venait de subir. Il y a quelques mois, je n’y connaissais rien en PTSD, mais depuis que je connaissais Kyte, je lisais tout ce qui sortait sur le sujet. Pour mieux l’aider lorsque les crises arrivaient. Pour me sentir moins désemparée, aussi. J’étais prête à reprendre la parole pour lui dire que c’était pas un problème s’il n’avait pas envie de me raconter, quand sa voix basse et rauque vibra dans le silence de la chambre. Comme souvent, c’était le bombardement d’une école au Moyen Orient, qu’il revivait. Plus de dix ans après l’événement, ce souvenir douloureux continuait de le hanter sans relâche. Mais cette fois, sa femme décédée, et la fille qui lui avait été arrachée s’étaient ajoutées au tableau funeste. Ma gorge se serra, et j’ai posé ma main sur son épaule, la caressant doucement tandis qu’il s’effondrait à nouveau, rongé par les remords. Il releva les yeux vers moi, comme si je détenais la clef de la raison derrière ses erreurs. Mais ce n’était pas le cas, alors j’ai pincé les lèvres et haussé les épaules, impuissantes.

- Je sais pas Kyte. Je sais pas.

J’ai murmuré d’une petite voix tandis qu’il s’essuyait rageusement le visage. Lui non plus, apparemment. Et ça le torturait clairement. Tellement qu’il partit dans un délire d’autodestruction. Et moi, ça m’inquiétais pas mal, parce que je ne l’avais jamais entendu dire ce genre de trucs. Qu’il voulait disparaître. Je trouvais ça vachement inquiétant. Horriblement même. Ça réveillait une de mes peurs les plus profondes, dont je n’étais même pas consciente à l’époque : l’abandon.

- Dis pas ça ! J’ai protesté d’une voix forte. Puis, voyant la surprise dans son regard, je me suis reprise. C’est pas ta faute. C’est pas toi qui as ordonné les attaques. T’étais qu’un soldat. Et c’est pas toi qui a passé la corde autour du coup de Lenore. Elle avait des problèmes. T’étais pas responsable de son désespoir. Sans toi, peut-être même qu’elle serait morte bien avant. Et Blythe, elle a de la chance d’avoir un père comme toi. Tu l’aimes. Et même si t’es pas avec elle en ce moment, je suis sûre qu’elle le sait. C’est pas de ta faute.

C’était la police qui avait merdé, qui l’avait accusé à tort. Je ne savais pas trop pourquoi et je n’avais jamais demandé. Ça me paraissait trop personnel, d’autant que je savais que Kyte traînait dans quelques affaires louches. Je m’étais toujours dit que s’il voulait en parler, il le ferait de lui-même. Mais quoi qu’il ait fait, rien ne justifiait ce que la vie lui avait réservé. Et sa fille, je ne l’avais jamais rencontrée, mais j’étais sûre qu’elle le sentait. Quelque part dans le monde, elle avait un père qui l’aimait plus que tout. Et ça comptait pas pour rien. Moi, j’aurais adoré avoir ce genre de lien. Un père comme Kyte.

- Tu distribues pas la mort. Tu distribues la vie. Moi, tu me fais me sentir vivante.

J’ai ajouté d’une petite voix, en détournant les yeux. J’avais pas l’habitude de dire ce que j’avais sûr le cœur. Mais avec Kyte, je ne pouvais qu’être sincère. Il m’encourageait à le faire. A être vraie. Brutalement honnête, triste, heureuse, en colère. Toutes ces émotions que je refoulais habituellement. Que je devais cacher parce que j’étais trop « tout » d’après mes éducateurs. Lui, ça ne l’indisposait pas. Ça lui plaisait, même. Du moins c’était ce qu’il disait.

- On fait tous des erreurs, et on peut pas changer le passer. L'important c'est d'apprendre à travers elles et de ne pas les répéter dans le futur. 

©junne.





Follow in no footsteps. Listen for the true guides.

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start •• The River, The Woods. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t7719-jameson-winters-i-wish-i-was-an-outlaw-spent-my-life-kicking-ass-and-takin-names#276727 http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

ÂGE : 56 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup il vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.

POSTS : 168 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme violent et hors la loi l’ont rendu schizophrène (paranoïa chronique). Pour calmer son délire de persécution, a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : JamesonRobinJordan

B . S A V A R D ○ J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

J A I M I E . W I N T E R S ○ Scars are story books; blood will wash away our sins

R O B I N - H O P E . B E R R Y ○ Je bois la terre, je respire les fleurs. Mon âme bariolée, je promène ma pensée

RPs EN ATTENTE : Phoenix ○ Martin ○ Ida
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Whitefalls & tumblr
DC : Jameson Winters & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 05/06/2016

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Mer 31 Aoû - 20:32


Where I belong, where's the place called home.
Emotions are smashing up my bones.
Jaimie & Kyte ○ Montana, 1996
Jaimie s’énerve brusquement, et Kyte comprend pas trop pourquoi, sur le coup. Si douce l’instant d’avant, sa voix claque dans le silence. Alors il referme la bouche. La regarde, interloqué. Elle se reprend rapidement. Trop, pour une môme aussi jeune. Elle lui répète que c’est pas sa faute, encore une fois. Et il a bien envie de la croire. C’est si rassurant. Mais dans le fond de son être il se dit qu’on a toujours le choix. Qu’il a tué des gens innocents sur le terrain. Qu’il a été une enflure avec Lenore. Qu’il a merdé après sa mort. Que s’il était moins barré, peut-être bien que les képis l’auraient pas mis sur la liste des suspects. Et alors il serait là-bas avec Blythe. Quoi qu’elle en dise, la gamine, il sait bien que c’est de sa faute à lui. Mais ça lui fait du bien qu’elle l’innocente, elle. Parce que si lui se déteste, y’a au moins une personne qui l’aime bien dans ce bas monde. Alors ça lui donne une raison de se relever après chaque crise. Encore et encore. Elle en rajoute une couche, lui dit qu’il distribue la vie, et qu’il la fait se sentir vivante. Et ça l’émeut vachement dedans, Kyte. Il pousse un profond soupir. Ses yeux brillent dans la nuit et il sourit à la gamine. Mais elle le voit pas. Elle a détourné les yeux depuis un moment. Il sait pas trop pourquoi elle a autant de mal à dire ce qu’elle ressent. Il comprend pas, parce qu’il a jamais eue cette retenue, lui. Il la respecte, mais il la challenge quand même un peu.

- Alors comme ça on est quitte gamine, il dit en passant un bras autour de ses épaules. Parce que t’apprendre tout ce que j’sais, te traîner sur les actions terrain un peu partout en Amérique du nord, c’est un des rares trucs qui me donnent envie d’m’accrocher à la vie encore un peu.

Il posa sa joue contre le crâne de Jaimie. Colle un baiser dans ses cheveux sombres. Inspire son odeur de cannelle. Il aime bien. Ça lui rappelle les fêtes de Noël au club, quand Emilie force tous les gars à mettre la main à la pâte pour faire des Kanelbullar végans. Ils rechignaient tous un peu, mais dans le fond, ils adoraient ça. C’était marrant. Même si fallait avouer que les manger c’était encore mieux. Jaimie le ramène au présent, lui parle de ses erreurs. Il sent un peu ses tripes se retourner, mais au final c’est plutôt positif ce qu’elle dit. Alors il hoche la tête.

- Je sais bien qu’t’as raison. Il dit en s’écartant avec un soupir. Mais c’est pas si facile parce que…

Il se coupe, fronce les sourcils. Il vient de voir un truc qu’il aime pas du tout. Il attrape le menton de Jaimie, tourne son visage vers la lumière. Elle se détourne brutalement, le repousse. Avec violence presque. Mais pas assez fort pour qu’il lâche prise. Pas assez rapidement pour qu’il voit pas l’hématome autour de son œil droit. La peau qui enfle jusqu’à son nez rougit.

- Tabarnak !

Il jure entre ses dents. Il se relève brusquement, marche jusqu’à la fenêtre. Se tord le bas du visage d’une main. Il arrive pas à croire qu’il ait pu cogner la gamine. Bordel de merde, c’est qu’une gosse. Il est censé la protéger, pas la dégommer. Il revient vers elle, se penche. Comme pour vérifier les dégâts à nouveau. Une grimace tord ses lèvres et l’inquiétude perce son regard clair. La haine, aussi. Qui vient du fond de ses entrailles et toute dirigée contre lui-même.

- C’est moi qui t’ai fait ça ?

Sa voix froide claque dans l’obscurité de la petite chambre. Il y a tellement d’animosité dans son ton qu’on dirait presque que c’est elle qu’il engueule. D’ailleurs elle frémit, et il s’en veut aussitôt. Bout d’calvaire, il jure intérieurement. J’suis vraiment qu’une sous merde de mec.

Codage par Emi Burton



No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man, behind blue eyes. And no one knows what it's like to be hated, to be faded, to telling only lies. But my dreams they aren't as empty, as my conscience seems to be — The Who.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

ÂGE : Trente-six ans.
SURNOM : Jaimie. Jam' par certains. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi. Jamichou, à mon grand désespoir.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3334 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyteEzékhielEliseBerliozSorenSoren #1Soren #2RomaneEthan

Nous rêvions juste de liberté...

This one's for the man who taught me
Loyalty, Sacrifice and Bravery


She believed she could save my heart, so she did ♥

We be of one blood, ye and I

You are my sonshine


RPs EN ATTENTE : Bryan ↟ Martin & Rose ↟ Matteo ↟ Alvaro
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte Savard & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 08/03/2016

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Mer 31 Aoû - 22:30

Hit me and tell me I'm alive, tell me who I am and how to survive.
Kyte & Jaimie ↟ Montana, 1996
J’ai senti un sourire vachement naïf et sincère étirer mes lèvres quand Kyte me dit que m’apprendre le militantisme, c’était un des trucs qui lui donnaient envie de s’accrocher à la vie. D’un côté, ça me rendait un peu triste, parce que j’aimais pas qu’il souffre. Mais de l’autre, personne ne m’avait jamais dit quelque chose de si beau. Et j’aurais jamais pensé que je puisse être aussi importante pour quelqu’un, que je connaissais à peine, qui plus est. Ça réchauffait un peu mon cœur glacial. J’ai soupiré alors qu’il m’attirait contre lui, inspirant son odeur musquée qui me semblait si rassurante. J’étais bien, là, dans ses bras. La tête appuyée contre la peau humide de son torse. J’avais l’impression que rien ne pouvait m’atteindre. Rien… sauf lui.

Ça arriva si rapidement que je n’eus pas le temps de réagir. Un instant, il parlait tranquillement, rebondissant sur ce que je lui avais dit. Le suivant, ses mains agrippaient mon menton et mon cou avec une telle force qu’il m’arracha un petit cri de douleur. Je me suis débattue, mais rien à faire, il a attiré mon visage vers la lumière, ignorant mes protestations pourtant véhémentes. Alors j’ai attrapé sa main et je l’ai repoussé furieusement avant de darder un regard meurtrier vers lui.

- Qu’est-ce qui te prend putain ? Tu m’as fait mal !

J’ai protesté rageusement alors qu’il se relevait en poussant un juron. Sourcils froncés, je l’ai suivi du regard en frottant mon menton endolori tandis qu’il faisait les cents pas dans la pièce. Je ne comprenais pas sa réaction, mais ça m’énervait. Il a marché jusqu’à la fenêtre, puis il est revenu se planter devant moi, se penchant à nouveau vers mon visage. C’est quand j’ai lu la douleur dans ses yeux, alors qu’il contemplait ma tempe droite, que j’ai compris. Merde, le coup qu’il m’a flanqué tout à l’heure. Je l’avais presque oublié, avec tout ça. Mais pas lui. La colère s’est mêlée à la haine dans son regard, et je savais que ces émotions ne m’étaient pas destinées. Pourtant, quand il reprit la parole, je me suis un peu recroquevillée sur moi-même. Je savais qu’il ne me ferait jamais de mal consciemment. Mais il n’empêchait qu’il était imprévisible. Et impressionnant, aussi. Alors quand il prenait un ton comme ça, j’étais toujours un peu sur la défensive. Envers moi, mais aussi (et surtout) envers lui.

- T’étais pas conscient, j’ai répondu à mi-voix, boudeuse. Tu t’agitais dans ton sommeil et j’ai voulu te réveiller. Je sais que j’aurais pas dû. Que tu contrôles pas tes mouvements quand t’es comme ça. Je suis désolée.

A mesure que je parlais, je gagnais en assurance. J’ai relevé les yeux vers lui, cherchant à accrocher son regard. Mais Kyte l’évitait. Ses lèvres étaient tellement retroussées par la haine qui le consumait qu’elles formaient une mince ligne autour de ses dents serrées. Il évita mon regard et frappa son front de sa main en geignant une série d’autres jurons et insultes qui lui étaient destinées. J’ai froncé les sourcils et me suis approchée de lui pour attraper ses mains et l’empêcher de se blesser plus encore.

- Hey ! C’est pas de ta faute, putain. C'est la mienne. Tu m’entends ? Tu dormais, je te dis ! C’est pas grave. C’est qu’une égratignure. J’avais même oublié que c’était là !

J’ai tenté un petit sourire, pour le rassurer. J’avais pas envie qu’il se déteste encore plus. Parce que moi, je ne le détestais pas. Au début, ses yeux brulaient toujours de ce feu étrange. Puis, petit à petit, il s’effaça pour faire place à quelque chose de plus calme, mais de plus sombre, aussi. Et je ne savais pas très bien si c’était bon signe.

©junne.





Follow in no footsteps. Listen for the true guides.

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start •• The River, The Woods. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t7719-jameson-winters-i-wish-i-was-an-outlaw-spent-my-life-kicking-ass-and-takin-names#276727 http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

ÂGE : 56 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup il vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.

POSTS : 168 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme violent et hors la loi l’ont rendu schizophrène (paranoïa chronique). Pour calmer son délire de persécution, a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : JamesonRobinJordan

B . S A V A R D ○ J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

J A I M I E . W I N T E R S ○ Scars are story books; blood will wash away our sins

R O B I N - H O P E . B E R R Y ○ Je bois la terre, je respire les fleurs. Mon âme bariolée, je promène ma pensée

RPs EN ATTENTE : Phoenix ○ Martin ○ Ida
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Whitefalls & tumblr
DC : Jameson Winters & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 05/06/2016

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Mer 31 Aoû - 23:13


Where I belong, where's the place called home.
Emotions are smashing up my bones.
Jaimie & Kyte ○ Montana, 1996
Jaimie proteste. Contre toute attente, elle prend sa défense. Et ça l’emmerde encore plus, Kyte. Ça le fait se sentir encore plus coupable. Il a envie de la faire taire. Mais c’est pas son truc, à Jaimie. Quand elle est lancée, elle s’arrête pas. Pas tant qu’elle a pas réussi à convaincre tout le monde autour d’elle. Et généralement, elle y arrive. C’est qu’elle a un don pour l’argumentation, la gamine. Et elle le sait. Alors elle choisit toujours les cas les plus improbables. Les plus indéfendables. Lui, par exemple. Mais elle pourra jamais le convaincre qu’il est un homme bon. Ou que les merdes qui lui arrivent ne sont pas de sa faute. Kyte a pas grand-chose pour lui, mais il a son honneur. Et il assume ses actes, même les plus merdiques. C’est une question de responsabilité. Alors il secoue la tête, refuse ses arguments.

- Dis pas d’conneries. C’est ma faute et j’le sais. J’aurais jamais dû t’amener avec moi ici. Tabarnak ! C’est pas correct de t’faire ça. T’as qu’seize piges, bordel !

Il grogne avec rage, dans sa barbe. Plus pour lui-même que pour elle, d’ailleurs. Parce qu’il a envie de s’enfoncer un coup. Non. Il a envie de se faire mal. De se blesser comme il vient de la blesser elle. Alors il serre les dents, étouffe un gémissement de hargne, et frappe son front de ses poings serrés. Les bagues griffent sa peau. Le choc pète les vaisseaux. Il jure, s’insulte un peu au passage. Il aurait sans doute pu continuer encore longtemps comme ça, si elle lui avait pas attrapé ses mains avec un mélange de force et de douceur. Il s’arrête un instant, la regarde. Il sait qu’il pourrait l’envoyer paître dans le décor d’un simple geste. D’une simple baffe. Mais il peut pas. Parce que même si elle est plus une enfant, elle est pas encore totalement une femme. Et si Kyte, ça le dérange pas trop de cogner sur les adultes, il refuse de le faire sur les mômes. Alors il serre la mâchoire, subit encore une fois les excuses qu’elle lui fait. Les accusations qu’elle se porte. Elle dit que c’est qu’une égratignure, mais Kyte voit bien que ça prend déjà une teinte violacée bien dégueulasse. Mais brusquement, il est rincé. Il a plus la force de se battre encore. Alors il hoche doucement la tête. Il a la gorge qui se serre et le cœur pareil. Il sait pas ce qu’il a fait pour mériter l’amour de cette môme. Mais il sait pas non plus ce qu’il ferait sans. Alors il lève doucement sa main vers la peau meurtrie. Caresse sa pommette saillante et le côté de son visage si doux. Remets une mèche brune derrière ses oreilles. Puis il sent un sourire attendrit étirer ses lèvres. Ça touche un peu ses yeux. Pas assez pour effacer la tristesse qui brille encore dans ses iris.

- J’suis désolé gamine. Désolé de t’avoir cognée et de m’être emporté. De t’avoir réveillée en pleine nuit, aussi.

Dans le fond, il est surtout désolé d’être ce qu’il est. Une loque humaine. Le fantôme d’un type qui avait un jour croqué la vie à pleines dents. Un écorché vif avec la douleur à fleur de peau et la haine palpable pareil. Il se penche et pose un baiser sur son front.

- Faut t’reposer maintenant. On a une rude journée demain. Si tu veux, j’peux me prendre une autre chambre. Tu s’ras plus tranquille.

Codage par Emi Burton



No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man, behind blue eyes. And no one knows what it's like to be hated, to be faded, to telling only lies. But my dreams they aren't as empty, as my conscience seems to be — The Who.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

ÂGE : Trente-six ans.
SURNOM : Jaimie. Jam' par certains. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi. Jamichou, à mon grand désespoir.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3334 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyteEzékhielEliseBerliozSorenSoren #1Soren #2RomaneEthan

Nous rêvions juste de liberté...

This one's for the man who taught me
Loyalty, Sacrifice and Bravery


She believed she could save my heart, so she did ♥

We be of one blood, ye and I

You are my sonshine


RPs EN ATTENTE : Bryan ↟ Martin & Rose ↟ Matteo ↟ Alvaro
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte Savard & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 08/03/2016

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Mer 31 Aoû - 23:43

Hit me and tell me I'm alive, tell me who I am and how to survive.
Kyte & Jaimie ↟ Montana, 1996
Kyte m’a dévisagée pendant un instant, comme incertain. Puis quelque chose a changé dans son regard, et il a doucement levé sa main vers mon visage. Caressant ma peau de ses grandes mains rugueuses. Ça me chatouillait, mais je l’ai laissé faire. Surement parce que quelque part, je sentais qu’il en avait besoin. Et aussi parce que la tendresse de ses gestes faisait un peu fondre la glace autour de mon cœur. Petit à petit, un sourire a pris place sur son visage, et j’ai senti mes lèvres lui répondre, tout naturellement. Il s’excusa de m’avoir frappé et de s’être énervé. Puis de m’avoir réveillée. J’ai froncé les sourcils, parce que je voyais bien, dans son regard, qu’il s’excusait pour bien plus que tout cela. Mais je ne comprenais pas. Parce que j’étais foncièrement convaincue que rien de tout ceci n’était de sa faute.

- C’est rien, Kyte. Je t’en veux pas.

J’ai soupiré à voix basse. Je n’arrivais pas à comprendre pourquoi il était aussi dur avec lui-même. Ce que ça pouvait lui apporter. Je le voyais comme un homme courageux qui avait beaucoup souffert. Comme une personne sensible qui essayait de garder la tête hors de l’eau. Forcément, je m’attendais à ce qu’il vive des moments difficile. Et je préférais être avec lui. Pour l’aider. Parce que c’était ce que faisaient les amis. Non, mieux encore, c’était ce que faisaient les équipes ! On ne laisse jamais un camarade derrière, il m’avait dit, la première fois que nous nous étions rencontrés. Je trouvais que c’était pareil, ici. Je n’allais pas le laisser se noyer dans ses remords et ses regrets. Il a soutenu mon regard un long moment, puis il a fini par soupirer à son tour. Et il y avait tellement de peine là-dedans que ça me serra un peu la gorge. Il prit mon visage entre ses mains et se pencha pour poser un baiser sur mon front. Sa barbe me gratouilla la peau. Une sensation qui commençait à devenir familière. Cette réflexion amena d’ailleurs un sourire sur mes lèvres. J’aimais bien ça, être familière avec quelqu’un. J’avais jamais connu, avec mes parents.

- Dis pas de conneries.

J’ai soupiré en secouant la tête, reprenant son expression quelques secondes plus tôt. J’ai à nouveau attrapé ses mains et je l’ai entraîné vers son lit, le tirant vers moi pour qu’il y pose ses fesses. Là, je me suis penchée dans mon sac et j’en ai sorti une petite trousse de secours. Comme il gémissais, j’ai roulé des yeux et lui ai attrapé le menton. Puis j’ai délicatement désinfecté les petites coupures qu’il avait faites avec ses bagues. Ensuite, j’ai tiré les draps pour qu’il se couche. Ce qu’il a fait, docilement. J’ai hésité une seconde, puis je lui ai tapoté la hanche.

- Bouge.

J’ai ordonné. Il m’a regardé un instant sans trop comprendre puis il s’est décalé sur le côté. Il a vaguement essayé de protester quelque chose, mais j’ai sifflé entre mes dents pour le faire terre, et je me suis installée contre lui, la tête sur son bras et la main sur son ventre par-dessus la couette. Au début, je le sentais un peu tendu. Mais rapidement, sa respiration s’est calquée sur la mienne. J’avais déjà remarqué plusieurs fois qu’après une crise de panique nocturne, il n’arrivait pas à se rendormir. Je me disais que de rester seul avec ses pensées, dans l’ombre, n’était peut-être pas forcément une bonne chose. Mais jusqu’à aujourd’hui, je n’avais jamais essayé de dormir avec lui pour voir si ça changeait quelque chose. Apparemment, oui. Il caressa distraitement la peau de mon bras, puis sombra rapidement dans le sommeil. Je le savais, parce que de petits ronflements s’échappèrent de ses narines. J’ai pouffé un instant dans le silence de la chambre, puis mes yeux ont fini par se fermer eux aussi.

©junne.





Follow in no footsteps. Listen for the true guides.

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start •• The River, The Woods. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t7719-jameson-winters-i-wish-i-was-an-outlaw-spent-my-life-kicking-ass-and-takin-names#276727 http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

ÂGE : 56 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup il vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.

POSTS : 168 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme violent et hors la loi l’ont rendu schizophrène (paranoïa chronique). Pour calmer son délire de persécution, a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : JamesonRobinJordan

B . S A V A R D ○ J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

J A I M I E . W I N T E R S ○ Scars are story books; blood will wash away our sins

R O B I N - H O P E . B E R R Y ○ Je bois la terre, je respire les fleurs. Mon âme bariolée, je promène ma pensée

RPs EN ATTENTE : Phoenix ○ Martin ○ Ida
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Whitefalls & tumblr
DC : Jameson Winters & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 05/06/2016

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Jeu 15 Sep - 16:16


Where I belong, where's the place called home.
Emotions are smashing up my bones.
Jaimie & Kyte ○ Montana, 1996
Jaimie refuse de le voir mettre les voiles, c’était à prévoir. Et ça rassure un peu Kyte, aussi, parce qu’il a pas vraiment envie de foutre le camp. Un sourire léger sur les lèvres, il se laisse traîner par les mains et s’installe sur le lit où la gamine le pose. Le tout sans protester… du moins jusqu’à ce qu’elle sorte sa terrible petite trousse de secours.

- Ah non gamine. J’en ai pas besoin ! Ah… bordel.

Il proteste en levant ses paumes devant son visage comme pour se protéger. Sauf qu’elle n’en a rien à foutre. D’une main sûre, elle lui agrippe le menton, et Kyte baisse les armes. Docilement, il la laisse désinfecter les petites plaies qu’il vient de s’infliger. L’expérience lui a appris que plus il se débat, plus elle le torture, la sadique petite peste. Enfin, elle s’arrête et tire les draps sous lesquels Kyte se glisse un peu rapidement. Il relève les yeux vers elle, s’attend à la voir éteindre la lumière et partir. Sauf que non. Elle lui tapote la hanche et lui ordonne de se décaler. Surpris, Kyte s’exécute après une seconde d’hésitation. Cependant, quand il comprend qu’elle a l’intention de se glisser à ses côtés, une décharge électrique le ramène à la réalité.

- C’pas une bonne idée gamine. Il grommelle dans sa barbe. On va être serrés. ‘Pis… c’pas correct.

Mais Jaimie n’en a rien à foutre de ses protestations. Elle siffle entre ses dents pour le faire taire et se glisse dans ses bras. Sa joue de satin trouve rapidement sa place contre l’épaule de Kyte, et son corps répand une douce chaleur contre le sien. Trop douce. Trop étrange, aussi. Les lèvres serrées en une mince ligne, Kyte fixe le plafond dans le noir. Il n’ose ni bouger, ni respirer. Normalement, il est pas contre le fait d’avoir le corps d’une femme contre le sien, dans ses draps. Mais comme il s’en faisait la réflexion plus tôt, Jaimie, c’est pas totalement une femme. Ni une enfant. Ni une femme. Tabernak… Et comme il arrive pas trop à savoir dans quelle catégorie elle tombe, il comprend pas plus ce qu’elle lui veut, avec cette étreinte. Et il a ni envie de l’insulter de son inattention, ni de la traumatiser de sa fougue. Putain de dilemme. Après un moment, il ose finalement baisser les yeux vers elle, et cette vision l’apaise, d’un coup. Les yeux fermés, un sourire insouciant sur les lèvres ; les seules caresses auxquels l’adolescente semble vouloir s’abandonner, c’est celles de la nuit. Et cette perspective rassure énormément Kyte, pour une raison étrange. Il colle un nouveau baiser sur son front et calque peu à peu sa respiration sur celle de Jaimie. Quand il ferme les yeux, il s’attend presque à voir ses cauchemars resurgir devant lui, mais il n’en est rien. Alors, le cœur aussi léger que la situation le permet, il tombe à son tour dans le sommeil.

C’est les rayons du soleil qui l’arrachent à ses songes, bien avant que son réveille ne se mette à sonner. La gueule en vrac, il se passe une main sur le visage et jette un coup d’œil à ses côtés, pas trop surpris de trouver les draps défaits mais vides. L’eau qui coule dans la salle de bain lui indique que Jaimie est sous la douche. Bien, bien. Ça signifie qu’elle sera bientôt prête et qu’ils pourront mettre la mission en route. Il s’assoit sur le côté de son lit et enfile son tee-shirt, puis se lève avec un soupire et passe ses pieds dans son jean noir. Vérifie que ses papiers et son canif se trouvent bien dans les poches arrière. Puis il enfile son blouson en imitation cuir et inspecte son flingue avant de le placer bien en sécurité dans la doublure. Il passe ses doigts dans les mèches frisées de ses cheveux, fourre une brosse à dent dans sa bouche, et il est prêt. Comme Jaimie sort de la douche, il crache la mousse par la fenêtre ouverte du motel et s’essuie le visage d’un revers de main.

- Prête gamine ?

Il demande en lui jetant un rapide coup d’œil. Sans attendre sa réponse, il se rince le gosier d’une longue gorgée d’eau et s’approche d’elle, les mains dans les poches. Elle lui fait signe d’attendre une seconde et sort quelques fruits de son sac à dos avant de mordre férocement dans une banane.

- Pas con, on va en avoir besoin. Il marmonne en s’emparant d’une pomme dans laquelle il croque à son tour. Tu te sens de porter une arme à feu, aujourd’hui ? Il demande, l’air de rien, entre deux bouchées.

Codage par Emi Burton



No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man, behind blue eyes. And no one knows what it's like to be hated, to be faded, to telling only lies. But my dreams they aren't as empty, as my conscience seems to be — The Who.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

ÂGE : Trente-six ans.
SURNOM : Jaimie. Jam' par certains. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi. Jamichou, à mon grand désespoir.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3334 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyteEzékhielEliseBerliozSorenSoren #1Soren #2RomaneEthan

Nous rêvions juste de liberté...

This one's for the man who taught me
Loyalty, Sacrifice and Bravery


She believed she could save my heart, so she did ♥

We be of one blood, ye and I

You are my sonshine


RPs EN ATTENTE : Bryan ↟ Martin & Rose ↟ Matteo ↟ Alvaro
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte Savard & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 08/03/2016

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Sam 17 Sep - 13:17

Hit me and tell me I'm alive, tell me who I am and how to survive.
Kyte & Jaimie ↟ Montana, 1996
Je n’avais jamais dormi avec personne, à part Kylian, mon meilleur ami d’enfance, des années plus tôt. Aujourd’hui, je réalisais que je ne manquais rien. En plus de ne pas avoir la place d’étendre mes jambes, Kyte ronflait. Et ce vieux bougre me réveillait toutes les cinq minutes à s’agiter en mastiquant du tofu imaginaire. A un moment de la nuit, je crois que j’aurais pu le buter, alors j’ai préféré me glisser discrètement hors de son lit pour retrouver le mien. Il ronflait toujours, mais au moins je pouvais m’étaler comme une étoile sans risquer de le castrer subitement. Je me suis rendormie quelques heures, puis, au petit matin, j’ai filé sous la douche. Le jet merdique était moyennement chaud, mais il fit son job, à savoir me réveiller. Enroulée dans une serviette, je me suis brossé les dents et j’ai attaché mes cheveux bruns en une longue tresse pour qu’ils ne me gênent pas dans mes mouvements. Ensuite, j’ai enfilé mes fringues. Un débardeur en coton noir et un treillis de camouflage auquel mon couteau suisse était toujours attaché puis ma veste hoodie noire à capuche. Quand je suis ressortie de la salle de bain, j’ai vu que Kyte était prêt. Il avait l’air aussi frais que possible, compte tenu de la nuit qu’il venait de passer. Et son visage rayonnait d’excitation, comme avant chaque mission. Moi, j’étais jamais vraiment fière avant de me lancer. Alors quand il me demanda si j’étais prête, j’ai levé mon indexe devant moi et j’ai balancé mon sac sur mon lit avant de m’y installer.

- Pas avant d’avoir mangé.

J’ai répondu simplement en étalant de nombreux fruits autour de moi. La nutrition, je prenais ça pas mal au sérieux, surtout depuis que j’étais végétalienne. J’avais toujours été perfectionniste, alors j’avais envie de faire ça bien. De montrer au monde que j’étais pas carencée et d’envoyer se faire foutre tous mes médecins avec mon bilan sanguin de warrior des fougères. Je m’étais même mise à la pratique du sport, parce que j’avais envie de prouver à tous ces blaireaux au lycée qu’on pouvait construire du muscle sans bouffer du cadavre. J’ai donc dévoré un avocat, une banane, et dégusté quelques cuillères de beurre de cacahuète, pour le plaisir. Et aussi pour les protéines, je me disais. Kyte m’imita, jetant son dévolu sur une pomme. Et ça me faisait toujours marrer, de voir ce biker mal léché grignoter des fruits de grand-mère. Le contraste était intéressant. Comme je l’observais, un sourire au coin des lèvres, il contre-attaqua en me demandant si je me sentais de porter une arme à feu, aujourd’hui. J’ai dégluti un peu rapidement.

- Pourquoi, je vais en avoir besoin ?

J’ai répliqué au tac au tac. Je n’aimais pas trop l’idée de me trimbaler avec un flingue, ni ce que ça impliquait. Kyte m’avait déjà appris à tirer, de nombreuses fois. Et d’après lui, j’étais plutôt douée maintenant. Mais je ne pouvais pas m’empêcher de penser que dans le feu de l’action, ce serait différent. Qu’une arme aussi dangereuse entre mes mains ne pourrait mener qu’à une catastrophe. Tuer un homme. Un ennemi, ça m’emmerderait déjà pas mal. Mais un ami… Kyte ou un animal, je ne le supporterais pas.

- D’ailleurs, tu m’as toujours pas dit que ce qu’on allait faire, exactement. J’ai remarqué en prenant une dernière cuillère de peanutbutter. Tu sais que j’aime pas trop me lancer dans les actions sans avoir un minimum d’indications.

Ça faisait quelques mois qu’on faisait équipe, Kyte et moi. Depuis le temps, on avait appris à se connaître. Lui, il marchait plutôt au feeling. Il avait une vague idée de ce qu’il voulait accomplir et il se lançait, adaptant le moment venu. Peut-être parce qu’il était tellement rodé que son instinct pouvait prendre le relai à n’importe quel moment. Ou alors, il était totalement inconscient. Je n’arrivais pas vraiment à me décider. Au début, je le suivais sans rien dire. Je n’osais pas l’ouvrir, parce que je n’y connaissais rien et que j’étais là pour apprendre. Mais au fur et à mesure de notre collaboration, je commençais à piger le truc. Parfois, je me disais même qu’avec un peu d’organisation, on pourrait améliorer nos actions. Et je commençais seulement à avoir le courage d’exprimer mes idées en me disant qu’elles n’étaient pas forcément à chier. Parce que je réalisais que Kyte, la logique et la planification, c'était pas trop son truc. En revanche, c'était carrément ma came.

©junne.





Follow in no footsteps. Listen for the true guides.

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start •• The River, The Woods. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t7719-jameson-winters-i-wish-i-was-an-outlaw-spent-my-life-kicking-ass-and-takin-names#276727 http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

ÂGE : 56 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup il vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.

POSTS : 168 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme violent et hors la loi l’ont rendu schizophrène (paranoïa chronique). Pour calmer son délire de persécution, a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : JamesonRobinJordan

B . S A V A R D ○ J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

J A I M I E . W I N T E R S ○ Scars are story books; blood will wash away our sins

R O B I N - H O P E . B E R R Y ○ Je bois la terre, je respire les fleurs. Mon âme bariolée, je promène ma pensée

RPs EN ATTENTE : Phoenix ○ Martin ○ Ida
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Whitefalls & tumblr
DC : Jameson Winters & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 05/06/2016

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Lun 10 Oct - 19:43


Where I belong, where's the place called home.
Emotions are smashing up my bones.
Jaimie & Kyte ○ Montana, 1996
Jaimie se tend aussitôt, et Kyte le voit bien. Mais il fait comme si de rien était et soutient son regard en mastiquant sa pomme, les sourcils légèrement relevés. D’ailleurs, elle ne répond pas à sa question. Du moins pas directement. Et quelque part, c’est une sorte d’amélioration, parce que les dernières fois qu’il lui a demandé, elle a répondu par la négative à chaque fois. Il avale sa bouchée pour lui répondre et un sourire attendrit un peu bizarre fend son visage.

- Ça s’pourrait bien.

Il dit évasivement en haussant les épaules. Kyte, il se sent toujours plus en sécurité quand ses partenaires sont armés pendant une mission. C’est un truc qu’il a pris en Norvège, avec le club. Tous les mecs et les nanas savaient tirer et personne se séparait de son arme pendant les actions. Ils s’en servaient rarement, dans le fond. Mais Kyte trouve ça rassurant de savoir que si y’a une couille plus grosse que les autres, ça peut servir de dissuasion. Le truc c’est que les Canadiens sont frileux. Ils ont pas la rage et le courage dans les veines comme ces putains de vikings en Norvège. Ils veulent juste faire du tractage et cuisiner des gâteaux végétaliens en espérant convaincre des carnistes. Pire, signer des pétitions en ligne. Et Kyte, ça le rend dingue, parce qu’il sait bien que ça sert à rien. Et qu’en attendant, les animaux, ils crèvent et souffrent par milliards. En fait, y’a que la môme qu’est prête à se mettre un peu sur la ligne de mire. Il trouve ça pas mal courageux d’ailleurs. Mais évidemment il peut pas en attendre autant d’elle qu’il le faisait de ses frères et sœurs en Norvège. Et il a tendance à l’oublier, parfois. Qu’elle est pas comme eux. Qu’elle vient d’une famille bien calme et que les seuls trucs illégaux qu’elle fait, c’est avec lui. Et que c’est une putain de névrosée aussi, qui veut toujours tout savoir, tout contrôler. Il a bien essayé, au début, de la jeter dans les missions comme un soldat, sans rien lui dire, mais c’est pas son truc à elle. Et puis elle a quelque chose que peu de gens ont, dans le fond : un cerveau. Alors tant qu’à faire il est pas contre l’utiliser un peu.

- Et moi qui pensait que t’aimais les surprises !

Il la taquine en croquant dans une banane. Mais comme elle croise les bras et fronce ses sourcils sombres, il avale rapidement sa bouchée et ajoute avant qu’elle ne se lance dans une session d’argumentation qui va juste lui donner la migraine :

- C’est parce que c’est pas une action hyper risquée. On se pointe chez le type qui élève les chèvres, on repère celles qu’on nous a signalées comme étant maltraitées, on les charge dans le camtar et on se tire en foutant une bonne frousse à l'enflure.

Ses yeux brillent d’un feu étrange et il joint ses doigts devant son visage, pour appuyer ses propos et souligner la simplicité de son plan.

- Fastoche.

Il conclu avec un hochement de tête. Il est plutôt satisfait de son plan. C'est vachement réfléchit, il trouve. Plus que ce qu'il aurait fait en temps normal. Mais faut dire qu'il y a Jaimie. Alors pour elle, il fait des efforts. Mais il est pas certain qu'elle s'en rende compte, s'il en croit la tronche qu'elle tire en ce moment.

Codage par Emi Burton



No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man, behind blue eyes. And no one knows what it's like to be hated, to be faded, to telling only lies. But my dreams they aren't as empty, as my conscience seems to be — The Who.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

ÂGE : Trente-six ans.
SURNOM : Jaimie. Jam' par certains. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi. Jamichou, à mon grand désespoir.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3334 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyteEzékhielEliseBerliozSorenSoren #1Soren #2RomaneEthan

Nous rêvions juste de liberté...

This one's for the man who taught me
Loyalty, Sacrifice and Bravery


She believed she could save my heart, so she did ♥

We be of one blood, ye and I

You are my sonshine


RPs EN ATTENTE : Bryan ↟ Martin & Rose ↟ Matteo ↟ Alvaro
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte Savard & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 08/03/2016

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Lun 7 Nov - 21:51

Hit me and tell me I'm alive, tell me who I am and how to survive.
Kyte & Jaimie ↟ Montana, 1996
Au lieu de me répondre clairement comme toute personne censée, Kyte décida de me taquiner. J’ai croisé les bras et roulé des yeux avant de darder un regard dur sur lui. J’adorais ce mec, bien plus que mon géniteur, mais bordel, ce qu’il pouvait m’exaspérer, par moments. Heureusement, je crois qu’il a compris que je n’étais pas là pour déconner, parce qu’il ravala sa pomme aussi rapidement que sa plaisanterie douteuse et entreprit de m’expliquer son plan. Un sourire satisfait étira brièvement mes lèvres… qui s’effaça rapidement lorsque je réalisai qu’il n’avait absolument RIEN prévu. Et il était fier de son « plan » en plus, l’enflure !

- Juste comme ça Kyte ?

J’ai dit en croisant les bras, mes sourcils relevés. Il m’a regardée d’un air bovin, comme s’il ne comprenait pas d’où sortait ma subite mauvaise humeur. J’ai secoué la tête et je suis allée me placer près de la fenêtre, parce que je me sentais soudain étouffée par l’atmosphère confinée de notre petite chambre. Les yeux fixés sur la route droite qui s’enfonçait dans les collines jaunâtres jusqu’à perte de vue, j’ai expliqué :

- Et s’il refuse de nous laisser entrer ? Et qu’est-ce qu’on fait pour les autres chèvres, celles qui ne sont pas encore blessées mais qui le seront bientôt, comme cette merde de mec n’en a rien à foutre ?

J’ai baissé la tête en soupirant et me suis retournée pour lui faire face. Les bras toujours croisés sous ma poitrine, je me suis adossée au mur et j’ai relevé les yeux vers lui, avec un regard un peu dur et légèrement paniqué à la fois. Parce que je détestais m’y prendre à la dernière minute. Improviser. Et très potentiellement me planter.

- T’aurais dû m’en parler hier. On se serait arrêtés dans une grande surface à la con et j’aurais acheté des blouses et des badges. On se serait fait passer pour les services vétérinaires et là on lui aurait fichu une putain de frousse dont il se serait souvenu longtemps. Et surtout on aurait pu embarquer toutes les chèvres sans qu’il puisse s’y opposer ou pense à appeler les flics.

J’ai soupiré et comblé la distance qui nous séparait.

- Alors que là, on aura de la chance si on parvient à repartir avec les quelques biquettes qui ont besoin de soins en urgence. A moins de lui foutre le flingue sur la tempe, évidemment, ce qui nous compromettrai directement et pourrait nous empêcher de revenir œuvrer pour les animaux dans le Montana. Mais c’est facilement évitable avec un peu d'organisation. Tu vois ?

Vu la tronche qu’il tirait, je voyais bien que mon mentor réfléchissait à mes propos. C’était ça qui était plutôt cool avec lui : il n’avait rien à prouver. Même lorsque je remettais ses méthodes en cause, il était à l’écoute. Dans le fond, c’est lui qui aurait le dernier mot et il le savait. Mais il ne refusait jamais mes idées sous prétexte qu’elles ne venaient pas de lui. Dans le fond, je crois qu’il avait autant conscience que moi du fait qu’on était une bonne équipe pour cette raison : nous avions des points de vue diamétralement opposés sur nos façons d’aborder des situations ou de résoudre des problèmes.

©junne.





Follow in no footsteps. Listen for the true guides.

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start •• The River, The Woods. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t7719-jameson-winters-i-wish-i-was-an-outlaw-spent-my-life-kicking-ass-and-takin-names#276727 http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

ÂGE : 56 ans.
SURNOM : Le grand type louche, ou hippie hargneux. Par un certain boxeur/plongeur. Oh, et puis grand oncle. Celui-là pour le coup il vient d'un rongeur australien.
STATUT : Veuf, divorcé & célibataire.
MÉTIER : Militant écologiste et cause animale… ou écoterroriste et dangereux criminel selon les points de vue.
LOGEMENT : Sans domicile fixe.

POSTS : 168 POINTS : 30

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : Ancien militaire, souffre de PTSD. Découvre le véganisme et le militantisme écologique à travers son club de motards en Norvège. Accusé du meurtre de sa femme, séparé de sa fille en 1996. Ne pas l’avoir vue grandir est son plus grand regret. Idéaliste insatiable, Kyte est prêt à tuer et mourir pour la cause animale. Marginal et impulsif, ne respecte pas les lois et suit son propre code de l’honneur et de la justice. Ces années d’activisme violent et hors la loi l’ont rendu schizophrène (paranoïa chronique). Pour calmer son délire de persécution, a des médocs qu’il n’aime pas trop prendre.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : JamesonRobinJordan

B . S A V A R D ○ J’irai par la forêt, j’irai par la montagne. Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

J A I M I E . W I N T E R S ○ Scars are story books; blood will wash away our sins

R O B I N - H O P E . B E R R Y ○ Je bois la terre, je respire les fleurs. Mon âme bariolée, je promène ma pensée

RPs EN ATTENTE : Phoenix ○ Martin ○ Ida
PSEUDO : Whitefalls
AVATAR : Kim Coates
CRÉDITS : Whitefalls & tumblr
DC : Jameson Winters & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 05/06/2016

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Mar 15 Nov - 20:52


Where I belong, where's the place called home.
Emotions are smashing up my bones.
Jaimie & Kyte ○ Montana, 1996
La gamine, elle a pas l’air franchement emballée par son plan, et Kyte comprend pas vraiment pourquoi. Il la comprend pas tout court en fait. Sur le moment elle est toujours prête à se lancer dans l’action sans poser de questions, mais avant faut qu’elle analyse tout, qu’elle stresse sur le moindre détail et qu’elle reprenne tout point par point. Et ça lui fait vachement penser à Blythe, quand elle est dans ce délire-là. Mais ça l’aide pas à la comprendre davantage. Les femmes… qu’il se dit en l’écoutant évoquer les différentes possibilités (comme si elle avait une sorte de pouvoir pour lire l’avenir) et l’assommer de questions auxquelles il a clairement pas les réponses.

- Et bah on avisera.

Il soupire en haussant les épaules. Il capte pas trop ce qui lui pose problème, dans le fond. Si jamais les choses ne se passent pas comme prévu, il sort son arme et il colle une balle dans le crâne du pauvre con qu’aurait jamais dû naître pour commencer. Ça lui semble assez simple, même si ça le ferait chier d’abattre un mec devant Jaimie. Parce que c’est qu’une gosse et que quelque part il sait qu’elle devrait pas avoir à voir ce genre de trucs. Pire, à les vivre. Et en vérité, Kyte sait bien qu’il y a de fortes chances pour que la situation se barre en couille. Mais il en a tellement l’habitude de se foutre dans la merde qu’il sait même pas comment il réagirait si quelque chose se mettait brutalement à fonctionner comme il faut. Alors il s’assoit contre le lit et croise les bras à son tour, ses yeux dans ceux de la gosse qui lui fait maintenant la morale comme s’il était un môme attardé. Et quand il écoute ses idées, il se dit que dans le fond, elle a pas tort. Ils voient pas la vie de la même façon, elle et lui. Kyte, il fonce et il réagit dans l’instant, en suivant son instinct. Mais Jaimie, elle, c’est pas un soldat. C’est une stratège. Et une putain de visionnaire, avec ça. Alors il se dit qu’en effet, il aurait pas été trop con de lui en parler la veille. Et il le note, pour la prochaine fois. Parce que son plan à elle, il est tout de même foutrement moins foireux. Il garde le silence un instant, la mine sombre. Juste pour la faire chier un peu et la laisser mariner dans les vestiges de sa tirade bien pensée. Et parce que ça le fait un peu chier d’admettre que son super plan est totalement naze. Mais Kyte, c’est pas un mauvais perdant, alors après un moment, il relève la tête, et une sorte de sourire étire son visage et creuse des rides autour de ses yeux.

- Tu vois gamine, c’est pour ça qu’j’aime faire équipe avec toi !

Il balance, l’air de rien. Comme s’il avait prévu qu’elle lui trouverait un plan à la dernière minutes et qu’ils allaient le suivre. Il attrape sa veste, choppe les clefs de la fourgonnette sur le meuble télé du motel et fait signe à Jaimie de le suivre vers la caisse.

- Allez, grimpe. Qu’il dit en lui tenant la porte. On va bien trouver une grande surface en route pour qu’tu puisses jouer les infirmières.

Il lui fait un clin d’œil et s’installe au volant. On est aux Etats-Unis, bordel, ils vendent tout et n’importe quoi un peu partout !. Et en effet, il en voit une pas longtemps après. Il s’arrête sur le parking et essaie de pas trop faire le con dans les rayons pendant que Jaimie achète ce dont elle estime avoir besoin. Lui, il essaie juste de pas être dans ses pattes, alors il en profite juste pour observer les tenues loufoques qu’ont choisi les clients pour faire leurs courses. Ses préférés restent ceux qui se trimbalent en pyjama, à la cool. Après un moment, Jaimie lui fait signe de se ramener alors il retourne vers la voiture au petit trot et trace vers la chèvrerie qu’ils ont en ligne de mire. Il s’arrête une centaine de mètres avant l’entrée et se tourne vers sa partenaire. Et comme elle le regarde avec de grands yeux et semble attendre une consigne, il secoue la tête en pinçant les lèvres.

- Nah. Aujourd'hui c’est toi le cerveau, gamine. Alors, tu veux procéder comment ?

Codage par Emi Burton



No one knows what it's like to be the bad man, to be the sad man, behind blue eyes. And no one knows what it's like to be hated, to be faded, to telling only lies. But my dreams they aren't as empty, as my conscience seems to be — The Who.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t9554-we-all-die-alone-he-shouted-as-he-passed-with-no-sense-of-regret-he-never-looked-back http://www.30yearsstillyoung.com/t9749-kyte-savard-if-you-don-t-live-for-something-you-ll-die-for-nothing

ÂGE : Trente-six ans.
SURNOM : Jaimie. Jam' par certains. Maître Winters au boulot. Au lit, aussi. Jamichou, à mon grand désespoir.
STATUT : Célibataire. Je ne suis pas sûre de savoir aimer, ou être aimée.
MÉTIER : Avocate associée chez Ashburn Rose. Militante écologiste et condition animale.
LOGEMENT : #102 Logan City, une superbe villa bien trop grande... et vide.

POSTS : 3334 POINTS : 155

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Irlandaise & Amérindienne du Canada, j'ai un petit accent. Je me ressource dans la nature. Combattre les injustices me fait vibrer. Je suis aussi à l'aise dans les bas fonds de Dublin que dans les soirées guindées de l'élite australienne. Vegan depuis mes 15 ans, je milite pour préserver la nature. Légalement, de nos jours. Du moins j'essaie. J'ai adopté une chienne/louve que j'aime comme ma fille. Je n'ai jamais perdu un procès. Certains me décriraient comme une féministe autoritaire et mal baisée. Ceux là sont toujours perturbés lorsqu'ils rencontrent une femme qui se comporte comme eux.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS : PhoenixKyteEzékhielEliseBerliozSorenSoren #1Soren #2RomaneEthan

Nous rêvions juste de liberté...

This one's for the man who taught me
Loyalty, Sacrifice and Bravery


She believed she could save my heart, so she did ♥

We be of one blood, ye and I

You are my sonshine


RPs EN ATTENTE : Bryan ↟ Martin & Rose ↟ Matteo ↟ Alvaro
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
AVATAR : Maggie Siff
CRÉDITS : Ilyria (avatar), anaëlle. (signature) & tumblr
DC : Kyte Savard & Aisling Hayes
INSCRIT LE : 08/03/2016

MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Lun 21 Nov - 11:36

Hit me and tell me I'm alive, tell me who I am and how to survive.
Kyte & Jaimie ↟ Montana, 1996
J’ai senti un sourire de fierté étirer mes lèvres lorsque Kyte confirma que mon plan était bien meilleur que le sien. Dans le fond, je n’en avais pas douté une seconde, mais c’était appréciable d’avoir ce vieux loup confirmer mon intuition. J’ai attrapé mon sac à dos et je l’ai suivi dans le pickup, direction la nationale qui longeait notre motel, à la recherche d’une grande surface pour acheter nos identités vétérinaires pour la journée. Une fois à l’intérieur, j’ai laissé ce grand môme de mentor errer dans les rayons en rigolant comme un phoque chaque fois que son regard accrochait quelque chose (ou quelqu’un) d’un peu insolite. Je l’ai observé un instant, les sourcils légèrement relevés par la surprise, puis j’ai secoué la tête avec un soupir indulgent et je me suis mise à l’ouvrage. Quelques minutes plus tard et un panier rempli de tenues de travail, badges et autres affaires que j’estimais utile, je me suis dirigée vers les caisses en faisant signe à Kyte de me rejoindre. J’ai réglé avec la carte bancaire reliée au compte que mes parents remplissaient sans limite – probablement pour pallier à leur manque d’affection - et on a repris place dans la voiture. On a un peu gardé le silence, après ça. Kyte chantonnait mollement quelques tubes de vieux rock qui passaient à la radio grésillante, mais moi je commençais pas mal à stresser avec la mission qui approchait, alors je me contentais de regarder les champs et les forêts défiler à travers ma fenêtre. Au bout d’un moment, il s’est arrêté, et j’ai levé un regard interrogateur vers lui. Sauf qu’au lieu de m’expliquer ce qui allait se passer, ce con décida soudainement que j’étais le cerveau de l’opération. Ma gorge se serra légèrement.

- Euh, et bien...

J’ai dégluti et me suis raclé la gorge, passant rapidement mon ébauche de plan dans mon esprit. Brusquement, je n’étais plus si sûre de moi. Puis j’ai accroché le regard de Kyte et comme je n’y ai vu se refléter qu’une sorte de confiance docile, je me suis redressée. J’ai senti une sorte de calme froid m’envelopper, et j’ai su que tout allait bien se passer.

- Tu as l’air plus vieux que moi, donc c’est toi qui va jouer le vétérinaire. Moi, je serai ton assistante. J’ai décidé en distribuant les badges et les blouses de travail. Tiens, enfiles ça par-dessus tes vêtements et mets ces gants dans ta poche, ça aura l’air plus crédible… et essaie de faire quelque chose de tes cheveux, parce que là, c’est n’importe quoi !

J’ai dit avec un sourire tandis qu'il gémissait son désarroi. J’ai fait une petite pause le temps d’enfiler ma propre tenue et d’attacher mes cheveux dans un chignon bien serré qui, je l’espérais, me vieillissait de quelques années. L’avantage, c’est que pour une adolescente, j’avais un visage assez dur aux traits plutôt abrupts. Quelque part, ça me donnait davantage l’air d’une jeune femme que d’une adolescente sévère. J’ai jeté un coup d’œil dans le rétroviseur.

- On dirait une ouvrière d'abattoir. J’ai grimacé en relevant les yeux vers Kyte, qui était parti dans une sorte de fou rire. Ça m’a fait marrer aussi, mais j’ai rapidement repris mon sérieux. Hey, concentres-toi bordel ! Tiens, prends ce calepin, ça fera plus professionnel. Mais ne le montre jamais au mec parce que le seul document imprimé qu’on ait c’est un bon de commande pour une télévision que j’ai choppé au supermarché…

Je me suis réinstallée sur mon siège et j’ai fait signe à Kyte de mettre le contact pour nous rapprocher de la ferme. J’ai utilisé ces quelques secondes de déplacement pour le briefer sur la suite de mon plan, qui était assez simple, au demeurant.

- Bon, tu te gares juste devant la grange. Tu files vers l’entrée et tu dis au propriétaire qu’on est les services vétérinaires et que suite à une plainte, on doit examiner ses animaux. S’il ne coopère pas, tu menaces d’appeler les flics. Pendant ce temps, je n’attends pas, je m’occupe de récupérer les chèvres blessées et de les charger dans la camionnette. Ensuite, tu constateras que les conditions de vie son lamentables et tu appelleras « du renfort » pour amener un plus gros camion et charger le reste des animaux sain. Ça te va ?

©junne.





Follow in no footsteps. Listen for the true guides.

The river's a hymnal and the leaves are applause. Trees sing in whispers with the wind pulling their arms. Hold still and listen, your hand on my heart. If you need them these beacons will lead you back to the start •• The River, The Woods. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.30yearsstillyoung.com/t7655-jaimia-winters-you-were-expecting-me-to-be-a-man-my-father-was-too http://www.30yearsstillyoung.com/t7719-jameson-winters-i-wish-i-was-an-outlaw-spent-my-life-kicking-ass-and-takin-names#276727 http://www.30yearsstillyoung.com/t12178-jameson-winters

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte   Aujourd'hui à 5:08

Revenir en haut Aller en bas
 

Tell me who I am and how to survive ↟ Kyte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: retour en arrière
-