AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -43%
Braun Tondeuse À Barbe BT3041
Voir le deal
28.59 €

 Into the wild

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Scarlett Warren
Scarlett Warren
le fantasme numérique
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans (30 Dec 1987)
SURNOM : Scar
STATUT : femme indépendante
MÉTIER : Serveuse au Death Before Decaf (& autres activités moins respectables devant sa webcam)
LOGEMENT : TBD
Into the wild Tumblr_pt3ny1omHs1qjzq78o1_500
POSTS : 349 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Petite dernière de la fratrie Warren, Scar n'a pas la langue dans sa poche, ni ses poings. Elle adore provoquer, tester les gens, mais n'a que rarement dépassé les bornes... à son avis.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (5/3)
Harvey (fb)Jill#2Tommy#2Marius#2Beth#2

abandonnés : Jill & MarcoJill#1Marius#1MarcoBeth#1
RPs EN ATTENTE : Lene
RPs TERMINÉS : Matt#1Tommy#1Matt#2
PSEUDO : Timba
AVATAR : Gemma Arterton
CRÉDITS : (c) psychotic bitch
DC : baby Taylor
INSCRIT LE : 11/10/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t21784-scar-misery-business https://www.30yearsstillyoung.com/t21854-scar-the-best-damn-thing

Into the wild Empty
Message(#) Sujet: Into the wild Into the wild EmptyMer 18 Sep 2019 - 14:16


Les feuilles bruissaient sous les pas cadencés des promeneurs. Un avant-goût de nature régressive qu’aucun autre son ne venait perturber. Scarlett posait quand même sur son frère, à intervalle régulier et sans aucun doute exagéré, un regard inquisiteur. Imperturbable, il fixait la route et la condamnait à un silence qu’elle soupçonnait fortement d’être punitif. La jeune femme avait reçu à son dernier anniversaire un cadeau avisé, d’une personne qui l’était tout autant. Ce stage de survie, exil sauvage et primitif dans la région de Samford, Scar n’avait imaginé le subir avec personne d’autre que Tommy. Les quelques lignes qui agrémentaient le feuillet promettaient des rencontres et des moments d’intimité que son frère n’avait plus partagé avec personne depuis bien trop longtemps selon elle. Une sorte de retraite spirituelle, une quête de son moi le plus brut, sans crainte du jugement. Après tout, ils ne connaissaient personne d’autre dans les rangs, et Scar s’imaginait déjà faire preuve de la même honnêteté envers ces inconnus que celle dont elle se targuait d’abreuver ses proches. Tommy ne pouvait pas en dire autant, mais elle espérait que son flegme n’était qu’une façade pour lui éviter de se confondre en remerciements. Son invitation était un honneur après tout. Et elle ne lui avait pas non plus mis le couteau sous la gorge pour qu’il accepte de la suivre, non sans une pointe d’appréhension palpable. Elle avait été bien plus fourbe que ça. La menace d’emmener Marius avec elle avait suffi à éveiller chez lui un esprit de contradiction dans lequel elle se reconnaissait terriblement. Elle n’était pas si fière de sa sournoiserie, mais ne baignait pas non plus dans les remords. C’était un concept encore étranger pour elle. Son sac à dos pesait trop lourd sur ses épaules pourtant charpentées, et commençait déjà à lui envoyer des décharges au niveau des cervicales. Pour une fois que Scarlett pouvait faire l’impasse sur sa féminité elle avait privilégié la perspective de potentiels ébats avec un sauvageon du bush australien désireux d’enseigner, et avait amené avec elle tout son attirail de séduction. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque, à, son grand désarroi, on leur tendit à tous un baluchon à l’entrée de la cabane avec l’instruction de n’emporter que le strict nécessaire. Une indication bien imprécise et subjective pour ceux qui ne savaient à quoi s’attendre. Scarlett scruta la réaction de son frère avant de s’exécuter de façon tout à fait aléatoire. La cabane avait des allures sommaires. Une bâtisse tout en bois qu’on imaginait infestée par les mites, et qui aurait tout aussi bien pu être érigée par un des trois petits cochons. Il y avait peut-être deux, voire trois chambres. Pour quinze personnes, ça semblait compromettre tout espoir de confort. Le reste des sacs était refourgué dans une remise située juste assez loin pour dissuader les transgressions nocturnes. Pas de téléphones évidemment. Faussement hébétée, Scar posa une main sur son cœur désemparé par la nouvelle. De toute évidence elle allait devoir jouer les émancipateurs dès la nuit tombée pour le récupérer et en faire profiter à Tommy. Ce dernier n’avait toujours pas ouvert la bouche, et Scarlett ne put s’empêcher de s’enquérir enfin de son état. « Allez, ça va être fun ! » s’exclama-t-elle en se trémoussant. « Et t’en fais pas, j’irai faire un tour dans la remise cette nuit pour reprendre quelques affaires. » ajouta-t-elle en le gratifiant d’un clin d’œil malicieux, après avoir pris soin de baisser d’un ton. Il était encore tôt, mais Scarlett sentait son estomac tiraillé par la faim. Comme on préconisait ne jamais faire des courses en ayant faim, élaborer un kit de survie avec un creux ne semblait pas non plus la meilleure des idées. « Tu crois que je devrais prendre ça ? » demanda-t-elle en extrayant de son sac une boîte de ses céréales favorites.
Revenir en haut Aller en bas
Tommy Warren
Tommy Warren
la rédemption
la rédemption
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 36 ans (13/02/1984)
SURNOM : tommy est déjà un surnom pour thomas, sa petite soeur l'appelle tom-tom mais elle est la seule à avoir ce privilège
STATUT : veuf, père célibataire parfois dépassé de voir son bébé grandir si vite
MÉTIER : docker sur le port commercial de redcliffe, ancien barman au mctavish (2016-2018)
LOGEMENT : #45 hughton avenue (redcliffe), avec sa fille de 10 ans, Moïra (et Microbe, ce squatteur de chat de gouttière)
Into the wild Tumblr_inline_ou3wefeoBE1ucuavm_250
POSTS : 3678 POINTS : 330

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : incarcéré de mi-2013 à fin 2015 (vol, détournement de fonds) ☆ sa femme est décédée dans un accident de la route en 2012 ☆ une fille de 10 ans, Moïra, élevée par son frère durant son incarcération ☆ a vécu à Kenora, Canada, de 2005 à 2015 ☆ travaillait comme bûcheron dans une scierie pendant son expatriation ☆ ancien fumeur, zéro clope depuis début 2019 ☆ porte son alliance autour du cou ☆ addiction déraisonnable aux sodas ☆ parle le français et baragouine le serbe ☆ ancien accro au jeu (poker) ☆ dyslexique ☆ niveau -112 de la confiance en lui
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : islaelizabethlene #6norah #2leahemmascarlett #4marius #3dimitriharvey (10/10)

Into the wild Tumblr_otly7idxZz1r5n0h0o2_250

RPs EN ATTENTE : eva #3 ☆ elena
RPs TERMINÉS :
Into the wild Tumblr_nb1m495h7L1st5z40o7_r1_250
guilt kicks in and I start to see the edge of the bed where your nightgown used to be. I told myself I won't miss you, but I remembered what it feels like beside you. I really miss your hair in my face and the way your innocence tastes.

2019oakley #1lene #5norah #1 2018marius #2scarlett #3jilllene #4matt #2ginny #1elora #1marius #1matt #1eva #2lene #3liviana #3 2017jamesloanliviana #2#teamburgereva #1aaronscarlett #2lene #2 2016saul #2camber #2blackout d'halloweenvidalliviana #1scarlett #1camber #1lexislene #1saul #1rebeccaeliemilena #1

Into the wild Tumblr_p37iysNMet1tuyf8ho3_r1_540
Into the wild Tumblr_p37iysNMet1tuyf8ho4_r1_540
PSEUDO : yumita (élodie)
AVATAR : chris evans
CRÉDITS : avatar@luxaeterna & sign@beardedchrisevans & userbar@loonywaltz
DC : hassan & vittorio & anwar
INSCRIT LE : 19/11/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t5613- https://www.30yearsstillyoung.com/t5814- http://dawnoftimes.tumblr.com

Into the wild Empty
Message(#) Sujet: Re: Into the wild Into the wild EmptyLun 11 Nov 2019 - 16:29


Tommy n’en revenait pas de s’être fait avoir de manière aussi primaire, et sans avoir pris la demi-seconde nécessaire pour se faire la remarque qu’il s’agissait évidemment d’un traquenard. D’abord frileux à l’idée de laisser derrière lui sa fille durant plusieurs jours – et les mauvaises langues qui argueraient que sa fille avait décidément bon dos auraient parfaitement raison – aux bons soins d’une grand-mère dont il savait qu’elle en profiterait pour lui remplir à nouveau la tête de sottises dans le but de la convaincre de donner sa chance au catéchisme, il avait ensuite feint sans succès la fatigue provoquée par son travail, simplement pour se voir répondre qu’il était d’autant plus temps qu’il fasse un break. Et comme il maugréait toujours, un talent inné chez lui et que l’âge ne faisait que développer davantage, Scarlett avait fait mine de s’avouer vaincue pour mieux lui offrir son regard de tragédienne et ajouter dans un soupir « J’ai compris, je laisse tomber … Tant pis, je demanderai à Marius. » Une tactique vieille comme le monde, et dans laquelle Tommy avait marché plutôt deux fois qu’une en changeant son fusil d’épaule parce qu’il était tout bonnement hors de question qu’il soit remplacé par son aîné à quelque occasion que ce soit. « C’est bon, c’est d’accord. Là, satisfaite ? » Probablement, doublement même dans la mesure où elle avait obtenu ce qu’elle désirait en une demi-seconde à peine. Et le barbu de maugréer à nouveau en gratifiant au passage leur frère d’une pique totalement gratuite « Qu’est-ce que tu veux que Marius foute dans un stage de survie de toute façon ? Il aurait trop peur de salir les pompes qui lui ont coûté l’équivalent du PIB du Mozambique. » Et non, Tommy n’avait aucune idée d'à combien s’élevait le PIB du Mozambique … En réalité il ne saurait même pas où placer le Mozambique sur une carte. Il avait simplement entendu le nom à la télévision quelques jours plus tôt pendant qu’il faisait la vaisselle. Reste que sur cette manœuvre totalement fourbe de sa cadette Tommy s’était donc retrouvé en ce samedi matin à crapahuter sur une piste de randonnée, ses vieilles chaussures ressorties pour l’occasion après avoir pris la poussière au fond de sa penderie depuis son retour du Canada, un sac à dos sur les épaules et l’envie d’être ailleurs en bandoulière. Ou du moins avait-il décidé de le faire croire par simple esprit de contradiction, car l’idée de laisser Moïra durant trois jours mise à part, il avait connu manière plus désagréable de passer un week-end que celle de le vivre en pleine nature … Il avait vécu dix ans en bordure de forêt, après tout. Plus désagréable en revanche, la présence d’autres êtres humains avec qui il faudrait sans doute converser était une véritable épine dans son pied, et pour cette raison ainsi que pour le simple plaisir de ronchonner le brun s’obstinait à ne pas piper mot et à faire comme s’il ne remarquait pas les œillades appuyées de Scarlett dans sa direction. Après ce qui avait probablement dû sembler être une éternité aux yeux de sa sœur, plus chargée qu’une mule, le groupe avait atteint ce qui tenait plus du repère à chauve-souris que de la maison de campagne, et chacun s’était vu confier en passant la porte un baluchon supposé remplacer les sacs à dos. Il aurait dû s’en douter. « Allez, ça va être fun ! » Trois jours sans être joignable en cas de pépin, le comble du fun. « Et t’en fais pas, j’irai faire un tour dans la remise cette nuit pour reprendre quelques affaires. » Qu’on se le dise, Scarlett semblait trouver beaucoup trop de plaisir dans cette situation pour que ce soit totalement sain, et pour seule réponse Tommy s’en était donc tenu à … un énième grognement indicible. Discipliné, le brun avait néanmoins joué le jeu en établissant des priorités parmi le peu d’affaires qu’il avait apporté : le couteau suisse resterait avec lui, mais il pourrait en revanche se passer de sous-vêtements de rechange – à l’exception des chaussettes, car il n’y avait pas pire sensation que celle d’avoir les pieds mouillés, tout le monde le savait. « Tu crois que je devrais prendre ça ? » Semblant on ne peut plus sérieuse, sa sœur avait quant à elle brandi un paquet de céréales. Un paquet. De. Céréales. « Je ne sais pas, ça peut être utile à semer pour retrouver ton chemin. Ou attirer tous les oppossums des environs pendant ton sommeil. » Mais on savait comment avait terminé le petit Poucet lorsqu’il avait semé de la mie de pain plutôt que des cailloux. Et on savait comment se transmettait la rage au moyen-âge. « Sérieux, t’as pris des fringues pour combien de jours au juste ? T’as peur que ton coloc te vole des trucs en ton absence ? » Qu’un patron propose à une employée de vivre sous le même toit était déjà un peu douteux selon lui, mais s’il y avait un risque qu’il soit du genre à renifler ses culottes en son absence, cela devenait carrément gênant. Une boîte en plastique supposée rassembler leurs téléphones était passée de mains en mains, mais puisqu’il s’agissait du mal du vingt-et-unième siècle elle n’en comptait que neuf sur la quinzaine de personnes présentes lorsqu’elle était retournée à l’envoyeur. Après un court sermon sur la nécessité de se déconnecter du quotidien pour se reconnecter à la nature – et bla, bla, bla – et un second passage de la boîte les derniers réfractaires s’étaient résignés, Tommy non sans jeter un regard à sa sœur en maugréant à voix basse, pour ne pas changer « T’as plutôt intérêt à me le récupérer fissa cette nuit, si tu ne veux pas que j'ébruite le fait que ton anticernes fait visiblement partie de tes indispensables. » Papillonnant des yeux sans vergogne pour ponctuer sa phrase, il avait pris le temps de refaire ses lacets tandis que les retardataires terminaient de trier leurs affaires avec plus ou moins de succès. Juste au moment où le paquet de céréales allait disparaître de sa vue, le brun avait néanmoins pris la liberté d’enfoncer sa main dedans pour en ressortir une pleine poignée, répondant aux protestations de sa sœur en affirmant « J’ai pas déjeuné ce matin. » comme s’il s’agissait d’une justification on ne peut plus légitime. Dire qu’ils allaient devoir dire adieu à toute nourriture industrielle  abusivement sucrée ou salée pour les trois prochains jours … Pourquoi vouloir se nourrir de fruits sauvages quand un plat de lasagnes surgelées faisait si bien le job ?









    - I'm sorry for everything, oh, everything I've done. From the second that I was born it seems I had a loaded gun, and then I shot, shot, shot a hole through everything I loved -

Into the wild 763064237  :burger::
 
Revenir en haut Aller en bas
Scarlett Warren
Scarlett Warren
le fantasme numérique
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 32 ans (30 Dec 1987)
SURNOM : Scar
STATUT : femme indépendante
MÉTIER : Serveuse au Death Before Decaf (& autres activités moins respectables devant sa webcam)
LOGEMENT : TBD
Into the wild Tumblr_pt3ny1omHs1qjzq78o1_500
POSTS : 349 POINTS : 50

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Petite dernière de la fratrie Warren, Scar n'a pas la langue dans sa poche, ni ses poings. Elle adore provoquer, tester les gens, mais n'a que rarement dépassé les bornes... à son avis.
UN RP ? : Pas dispo pour le moment.
RPs EN COURS : (5/3)
Harvey (fb)Jill#2Tommy#2Marius#2Beth#2

abandonnés : Jill & MarcoJill#1Marius#1MarcoBeth#1
RPs EN ATTENTE : Lene
RPs TERMINÉS : Matt#1Tommy#1Matt#2
PSEUDO : Timba
AVATAR : Gemma Arterton
CRÉDITS : (c) psychotic bitch
DC : baby Taylor
INSCRIT LE : 11/10/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t21784-scar-misery-business https://www.30yearsstillyoung.com/t21854-scar-the-best-damn-thing

Into the wild Empty
Message(#) Sujet: Re: Into the wild Into the wild EmptyJeu 30 Jan 2020 - 19:46


Il flottait dans l'air comme un parfum de nostalgie. Les odeurs de bois séché et les chants décomplexés des oiseaux rappelaient à Scarlett des vacances auxquelles elle n'avait participé qu'au travers des récits sans doute romancés de ses camarades d'école, à cette même époque où elle était forcée de suivre ses parents pour une retraite familiale barbante à l'autre bout du pays. Lorsque la rentrée des classes se pointait, la fillette n'avait qu'une hâte : se délecter des exposés de ceux que le manque de moyens contraignait au camping sauvage. Elle avait fini par mélanger ses propres souvenirs aux aventures que lui contaient les autres, ce qui expliquait sans doute son caractère fébrile, limite puéril. Il était encore trop tôt pour s'avancer sur l'issue du week-end, mais Scar avait beaucoup de mal à cacher son enthousiasme à l'idée de se plonger dans ce passé fantasmé avec Tommy. Ce séjour coupé du monde était un moyen détourné de partager avec son frère un moment qu'elle avait chéri seulement dans son imagination. Comme elle surveillerait les réactions d'un proche face à son film préféré, elle ne pouvait donc s'empêcher de jauger ses airs impénétrables dans l'espoir de croiser une lueur de satisfaction dans ses yeux. Son obsession la quitta aussitôt que son attention fut concentrée ailleurs. Le ciel s’assombrissait, et Scarlett remarqua le coup d’œil inquiet que lui jeta le moniteur, qui tendait une main distraite à la collecte des téléphones. Tommy la gratifia enfin d’une remarque cinglante, qui eut au moins le don de la faire rire. « On m’a lu la même histoire Tommy, je sais comment ça se termine. » rétorqua-t-elle, vraisemblablement trop fière pour ne pas faire montre de ses restes de culture littéraire. « Sérieux, ça fait trop longtemps que t’as pas côtoyé de femmes. Nos valises on les prépare toujours pour parer à toutes les éventualités. Et s’il pleuvait ? Et si j’avais mes règles ? Et si un salaud de perroquet me chiait dessus ? On sait jamais. » se défendit-elle en haussant les épaules. Elle rangea son portable dans la boîte avec étonnamment peu de remords. Sans doute parce qu’elle s’attendait à le récupérer bientôt. Elle opina pour rassurer Tommy, ses iris levées sous ses paupières à demi closes pour signifier sa supériorité. Les occasions étaient suffisamment rares pour ne pas passer à côté. « Et est-ce qu’on parle de ces chaussures ? Je pensais qu’une fois adulte t’aurais plus besoin de récupérer les vieilleries de Marius. » taquina-t-elle avec autant de puérilité que celle dont avait usé son frère pour la faire chanter. Ils entrèrent bientôt, après avoir tous les deux fait des réserves de céréales nécessaires pour survivre à cette matinée. Les chambres n’étaient pas assignées, et la cabane était à l’image du séjour : basique. Elle sentait le bois rance mais la fraîcheur suffisait presque à leur faire oublier. Scarlett entra dans une chambre en hâte, et jeta ses quelques affaires sur le lit près de la fenêtre. « Prem’s pour le lit du haut. » s’exclama-t-elle comme une enfant, déterminée à se percher en haut du lit superposé. Elle se hissa sur le matelas, et jeta un regard complaisant à son frère, encore décontenancé par le flux d’informations qui venait de lui parvenir aux oreilles et à la rétine. « Je suis contente que tu sois là Tommy. C’est un peu les vacances que j’ai toujours rêvées d’avoir. Je sais que c’est un peu sommaire mais je sais pas... c’est comme un retour aux sources. À cette époque quand on était gosse, et qu’on n’avait pas d’autres tracas que ceux qu’on créait entre nous. » dit-elle candidement et sans transition, tandis que ses jambes se balançaient dans le vide dans un rythme de méditation.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Into the wild Empty
Message(#) Sujet: Re: Into the wild Into the wild Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Into the wild

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: bayside
-