AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain et viens aux prochaines soirées cb d'intégration.
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 #438 your world starts crashing down (cora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
le jumeau délaissé
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un ans, sans commentaires (huit août)
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc)
STATUT : célibataire, charmé par une petite brune au fort caractère
MÉTIER : coursier (st-vincent's hospital)
LOGEMENT : appartement #13 à fortitude valley

POSTS : 2140 POINTS : 2115

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial, en somme ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de douze ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis quelques mois, qui s’intensifie de plus en plus ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
louney ⊹ et si la terre est sombre, et si la pluie te noie, raconte-moi, qu’on puisse trembler ensemble. et si le jour ne vient pas dans la nuit des perdus, raconte-moi, qu’on puisse crier tout bas.


coverdale² ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.


Jinn ⊹ the night's still good for a gram or two, i'll be drinking late with you until the morning comes around. yeah, i must be good for something, oh sinners come down, come gather 'round.


RPs EN ATTENTE : douglas › lonnie › andy › ginny › matt (fb) › matt
RPs TERMINÉS : cora 01lydialoucynthialou 02event halloweencora 02vittoriobryn 02bryn 03

(ab.) saulbrynjimmy
PSEUDO : leave
AVATAR : caleb landry jones
CRÉDITS : kane. (ava) loonywaltz (userbar), hawkgirl (gifs)
DC : nope
INSCRIT LE : 01/01/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress http://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one http://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

MessageSujet: #438 your world starts crashing down (cora)   Lun 13 Aoû - 18:51



CORA & FINNLEY If ever your world starts crashing down, whenever your world starts crashing down, Whenever your world starts crashing down, That's where you'll find me.

Ses doigts tapotent l’écran de son téléphone, formulent une simple interrogation d’à peine quelques mots, qu’il relit à plusieurs reprises sans pour autant être capable de l’envoyer. Je viens aux nouvelles. Trop froid, trop impersonnel, trop mécanique, aussi. Comme chacun de ses gestes qui s’apparente à un pas en direction de sa sœur. Ils sont rares, ils essaient d’être sincères, mais ils sonnent souvent faux. Probablement parce qu’ils le sont, dans le fond, et que la rancune tenace de Finnley ne parvient jamais totalement à s’effacer au profit d’un geste sympathique, presque désintéressé, quand il est question de Cora. Comment tu te sens ? Nouvelle tentative, nouvel échec. Plus chaleureux, toujours aussi forcé, voire carrément inapproprié. Conscient qu’il serait difficile pour sa sœur de résumer son état d’esprit en seulement quelques dizaines de caractères, conscient aussi qu’il ne serait guère réceptif à la possibilité d’une conversation téléphonique qui permettrait à Cora de réellement répondre à la question, il efface les quelques mots et envisage d’abdiquer, verrouillant son téléphone qu’il lance sans ménagement sur le canapé. Un coup d’œil au calendrier et à la date du jour lui ordonne pourtant de poursuivre ses efforts, parce qu’au-delà du fait que les conventions sociales l’imposent en ce jour particulier pour les jumeaux, il prend conscience que cela fait des semaines qu’il n’a pas donné de nouvelles à sa sœur. Si cette perspective n’a jamais été dérangeante jusqu’à présent, il lui doit bien cela en vue des circonstances actuelles. Circonstances qui demeurent justement floues aux yeux du rouquin, n’ayant eu aucune envie de passer par le biais d’un de ces torchons dont Cora fait les gros titres pour prendre de ses nouvelles. Il ne s’est jamais vraiment intéressé à la vie de sa sœur, que ce soit au travers de la principale intéressée ou par cet autre biais et ce n’est pas aujourd’hui qu’il compte commencer, d’autant plus que le sujet ne s’y prête pas. Nul doute que s’il avait opté pour la seconde option, il aurait fait face à une version de l’histoire biaisée dans le but d’être rendue la plus scandaleuse possible. Et s’il accorde généralement peu de crédit à ce que peut dire sa sœur, ce n’est pas le cas aujourd’hui, pas pour ce sujet, pas pour ce procès dont il a demandé à être tenu éloigné et dont il veut maintenant connaître le déroulement. Pour une fois, il est en mesure d’assumer le mauvais rôle : lors de leur dernière conversation il lui avait fait part de ce qui se rapprochait le plus d’un soutien de sa part, pour ne finalement plus donner de nouvelles par la suite. Durant ces semaines de silence, Finnley a eu le temps de ressasser cette histoire, de la digérer dans un premier temps, puis de prendre conscience du poids des mots qui ont été les siens durant la confrontation avec Cora. Des mots qu’il jugeait réfléchis dans un premier temps et qu’il reconsidère avec le temps, comme l’ensemble de cette situation.

Glissant son téléphone dans sa poche, enfilant à la hâte sa veste, s’emparant de son vieux porte-monnaie et de ses clefs de voiture, il finit par abdiquer à moitié, revenu à la raison. S’il se porte mieux loin de sa sœur, il a conscience que ce n’est pas le genre de conversation que l’on peut avoir par messages, ni même par téléphone. De la même manière qu’elle a fait l’effort de l’avertir avant que cette histoire ne fasse les affaires de la presse à scandales (même s’il aurait apprécié d’être mis au courant de cette information il y a douze ans de cela), il va daigner faire l’effort de venir en personne pour lui demander des nouvelles du procès attenté aux « parents » du petit Arthur, ainsi que celui prévu à l’encontre de leur mère. Finalement ; le déplacement ne sera peut-être pas si contraignant que cela, le fait d’entendre une nouvelle fois les projets de Cora pour leur mère l’enchante d’avance, tout comme la perspective d’imaginer celle-ci passer le reste de sa vie derrière des barreaux. Une dernière caresse à Wernicke et le voilà qui se met en route, faisant un détour par la rue commerçante avant de prendre le chemin des quartiers résidentiels de Spring Hill. À l’approche du loft de Cora, il en vient à regretter sa venue ici, non pas à l’idée de lui faire face, mais face au périmètre de sécurité qui entoure les lieux, et aux quelques paparazzis qui campent sans la moindre discrétion devant le logement, bien décidés à relancer un scandale qui commence enfin à s’étouffer. Un type lui demande de décliner son identité, semble sceptique sur celle-ci, s’éloigne quelques instants pour passer un coup de téléphone. Pour l’effet de surprise, il repassera, de toute manière ce n’était pas l’effet escompté. Au moins, il n’aura pas à lui-aussi camper devant sa porte dans l’attente de l’apercevoir, si elle ne désire pas le voir aujourd’hui, il n’aura même pas besoin de sortir de sa voiture. Toutefois, on lui fait signe d’avancer et il finit par se garer devant le loft, ayant encore un instant d’hésitation avant de prendre le chemin de l’entrée. Leur dernière conversation, bien que loin de faire dans les cris contrairement aux précédentes, n’a pas été des plus chaleureuses. Il n’a pas été des plus chaleureux avec ses interrogations sur le sort réservé à ce pauvre gamin qui voit sa vie chamboulée, partagé entre ceux qu’il croyait être ses parents et cette mère sortie de nulle part qui demande à le récupérer. Cora aurait toutes les raisons du monde de le renvoyer chez lui sans ménagement, sans même entendre ce qu’il a à dire. Ce serait un juste retour des choses, mais ce serait aussi se priver d’un soutien que, cette fois-ci, il compte lui assurer pleinement. Elle doit se battre, pas seulement contre leur mère, mais aussi pour récupérer ses droits sur ce gamin, son neveu, et s’assurer que ses parents soient punis à hauteur de leur crime. Prenant une grande inspiration, il vient appuyer sur la sonnette, reste dans l’attente quelques instants avant que la porte ne s’ouvre et que la silhouette de sa sœur se dessine face à lui. « Hm, salut. » Un peu hésitant, envisageant toujours la possibilité qu’elle lui claque la porte au nez, toujours incapable d’être réellement amical avec elle. « Je… j’espère que je te dérange pas, je voulais venir aux nouvelles par rapport… enfin, par rapport à tout ça. » C’est inutile de tourner autour du pot, ça n’a jamais été son truc et de toute évidence il ne serait pas crédible s’il inventait un autre motif à sa visite, comme le fait de vouloir passer du temps avec elle ou d’être passé dans le quartier par hasard. « Et je voulais te souhaiter un bon anniversaire, aussi. » Autrement que par un simple sms, oublié une année sur deux, se contentant de ces deux derniers mots. Joignant le geste à la parole, il lui tend le bouquin de fleurs qu’il a acheté avant de venir jusqu’ici, des chrysanthèmes de plusieurs couleurs. S’il s’y connaissait un peu plus, il aurait su que c’est là une semi-déclaration de guerre alors qu’il vient pourtant en paix, mais il a au moins le mérite de les avoir choisies lui-même. C’est une jolie fleur, un bouquet coloré, ça lui a semblé être parfait pour l’occasion, sans se douter que l’occasion adéquate n’est pas tout à fait celle d’un anniversaire, au contraire même. Et peut-être qu’il méritera doublement le claquage de porte en pleine figure, si Cora décide d’être susceptible face à cet effort maladroit mais pourtant sincère.








:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
la petite sirène
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un, ça y'est, elle a le pied dedans (8/8)
STATUT : coeur à prendre.
MÉTIER : actrice au chômage.
LOGEMENT : #438 loft à spring hill

POSTS : 12123 POINTS : 490

PETIT PLUS : depuis janvier, elle est constamment sous l'objectif des journalistes qui ont appris qu'elle avait un enfant caché et qu'elle avait porté plainte contre sa propre mère pour son enlèvement.
RPs EN COURS : Finn#3 + Ben#2 + Vitto#3 + Dean#1 + Conny#4 (5/8 )


.
RPs EN ATTENTE : Soren
RPs TERMINÉS : Bob#1 ; Kaleb ; Adriel ; Naia ; Heidi#4 ; Eireen#2 ; Heidi#1 ; Heidi#2 ; Enzo#2 ; OrangeTeam ; Valentin#1 ; Heidi#3 ; Charlie#1 ; Elena ; Célia#1 ; Eireen#1 ; Lawrence ; Ezra#1 ; Enzo ; James ; Bobo#2 ; Eireen#3 ; Enzo#3 ; Charlie#2 ; Ezra#2 ; Valentin#3 ; Bobo#3 ; Priam#1 ; celia#2 ; Priam (fb2) + Finn (fb1) + Bob#4 + Vitto + Ben + #Matt1 + Priam#2 + Ginny#2 + Ginny#3 + #Bob5 + Milena + Bryn + Finn + coramwinny + Coram#3 + Milena#2 + Soren + Mia + Vittorio#2 + Bryn#2 + Matt#2 + Milena#3 + Eireen#4
PSEUDO : SALOPERIE
AVATAR : roden.
CRÉDITS : (avatar) yumita (UB) loonywaltz (signa) endlesslove
DC : lenoulove, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 11/01/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6585-she-dreamed-of-paradise-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t6657-cora-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t7002-cora-coverdale#249272

MessageSujet: Re: #438 your world starts crashing down (cora)   Sam 25 Aoû - 18:42




Le répit avait été de courte durée entre le moment où elle était rentrée de Floride et aujourd’hui. Son apparition à la télévision, dont elle avait espéré qu’elle servirait à faire taire certains ragots et à apaiser la soif des médias n’avait pas eu l’effet escompté. Certes, ils ne sont qu’une poignées devant chez elle, et il est même sûr et certain qu’ils seront lassés au bout de quelques jours mais ça ne retire rien au fait qu’ils soient là, à camper devant chez elle, qu’ils l’aient amené à engager quelqu’un pour réguler les entrés et que malgré tout, la certitude qu’elle ne pourra plus faire le moins faux-pas sans risquer d’être affichée l’emmerde pas mal parce que le but premier de faire exploser sa carrière, c’était bien de retrouver son anonymat. Les choses n’avaient pas autant trainé des années auparavant quand elle avait exprimé le souhait devant le pays entier de retrouver une vie normale et de ne plus être un personnage public. Une fois encore, Cora avait été trop optimiste et en réponse à cette réaction inattendue, elle a juste décidé de se cloitrer chez elle. Après tout, elle n’avait plus de rendez-vous, pas de sortie, pas de contrat, rien ne pouvant l’amener à sortir tant qu’elle le voudrait et surtout, elle pouvait se servir de l’excuse pour continuer à repousser la conversation sur la Floride qu’elle risque d’avoir en plusieurs exemplaires avec chaque personne qu’elle n’aura pas tenu au courant lors de son absence parce que s’il y’a bien une chose qui figure en bas de la liste de ses projet, c’est « d’en parler ».

Elle avait interrompue peu importe ce qu’elle faisait au moment où l’agent stationné devant le bâtiment lui avait passé un coup de fil pour lui faire savoir qu’un individu maigrelet à l’air malade se présentait comme son frère et demandait à la voir, un certain air de famille l’avait amené à risquer cet appel et Cora immédiatement demandé à ce que le garçon puisse entrer. Il n’était même pas question dans sa tête que ce soit une blague, ou qu’il y’ait besoin de plus de vérification quand bien même que ça a tout de surprenant que Finn vienne la voir. Elle avait juste le sentiment que c’était lui et à vrai dire, elle pouvait être ravie de se dire qu’il venait, ce n’est pas chose commune chez lui de faire un pas en sa direction. « Hm, salut. » Qu’il avait lâché, vaguement hésitant alors qu’elle vient d’ouvrir la porte de façon énergique. Elle ne voudrait pas s’avancer ou pointer sur doigts le comportement qu’il a depuis toujours avec elle mais, cela est presque une première qu’il vienne jusqu’ici et quelqu’un part, ça l’enchante. « Je… j’espère que je te dérange pas, je voulais venir aux nouvelles par rapport… enfin, par rapport à tout ça. » Quelle idée de la déranger ? Elle hoche la tête, avant de presque le supplier d’entrer. « Non non, je t’en prie, entre. » L’appartement est un peu en bordel, la femme de ménage qui venait a été congédiée et bon, Cora n’a jamais eu l’âme d’une ménagère mais cela reste à un niveau correct. « Et je voulais te souhaiter un bon anniversaire, aussi. » Et, ça la casse dans son élan. Elle n’avait pas observé la date. C’est à peine si elle savait le mois qu’on était et c’est Finn qui lui rappelle que c’est leur journée. « C’est vrai que c’est aujourd’hui. » Qu’elle soupire, elle avait allumé ni téléphone, ni autre objet électronique. Coupée du monde elle vit. « oh, je … Merci, c’est attentionné, je vais trouver où les mettre.. » Qu’elle lui répond alors qu’il lui tend le bouquet de fleur acheté pour l’occasion. Elle est encore plus muette en observant la nature de celle-ci : des chrysantèmes. Ce qui l’amène à se demander les réelles raisons de la venue de Finn. Est-il sournois ? Est-ce un mauvais tour ou juste un mauvais choix ? « Joyeux Anniversaire à toi aussi. » Qu’elle finit par ajouter après avoir posé le bouquet de fleur sur un meuble, bien en évidence. Bon, il faudra sûrement qu’elle explique à Vitto qu’elle n’a pas reçu de message de mort quand il le verra mais au-delà de ça. « Je crois que je devrais au moins te proposer quelque chose à boire, j’ai du café, t’en veux ? » Elle n’arrive pas à s’asseoir. C’est anodin qu’il soit là, si bien qu’elle ne sait même pas comment se comporter en tant que maitresse de maison. « Alors, quoi de neuf ? »  Est la question qui s’échappe de ses lèvres. Des mots bien inattendue de la part de quelqu’un qui sait toujours de quoi parler, sauf que là, elle semble prise au dépourvue.


the girl you need





Revenir en haut Aller en bas
avatar
le jumeau délaissé
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un ans, sans commentaires (huit août)
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc)
STATUT : célibataire, charmé par une petite brune au fort caractère
MÉTIER : coursier (st-vincent's hospital)
LOGEMENT : appartement #13 à fortitude valley

POSTS : 2140 POINTS : 2115

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial, en somme ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de douze ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis quelques mois, qui s’intensifie de plus en plus ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
louney ⊹ et si la terre est sombre, et si la pluie te noie, raconte-moi, qu’on puisse trembler ensemble. et si le jour ne vient pas dans la nuit des perdus, raconte-moi, qu’on puisse crier tout bas.


coverdale² ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.


Jinn ⊹ the night's still good for a gram or two, i'll be drinking late with you until the morning comes around. yeah, i must be good for something, oh sinners come down, come gather 'round.


RPs EN ATTENTE : douglas › lonnie › andy › ginny › matt (fb) › matt
RPs TERMINÉS : cora 01lydialoucynthialou 02event halloweencora 02vittoriobryn 02bryn 03

(ab.) saulbrynjimmy
PSEUDO : leave
AVATAR : caleb landry jones
CRÉDITS : kane. (ava) loonywaltz (userbar), hawkgirl (gifs)
DC : nope
INSCRIT LE : 01/01/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress http://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one http://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

MessageSujet: Re: #438 your world starts crashing down (cora)   Mar 28 Aoû - 0:01


Dans l’attente d’une réponse, Finnley reste là, sa bonne volonté prête à s’enfuir à mesure que sa raison le rattrape. C’est une mauvaise idée. Il le savait avant de venir ici, il en prend véritablement conscience devant cette porte. Malgré la persévérance de Cora, malgré ses (rares) efforts à lui, jamais une de leurs conversations ne s’est déroulée sans que le moindre reproche ne soit formulé. Pas même lorsqu’il s’est précipité aux urgences pour s’assurer qu’elle allait bien le jour où il a appris qu’elle se trouvait elle-aussi entre les murs de l’hôpital, pas même lorsqu’elle est venue lui annoncer qu’elle avait un fils. C’est un fait indéniable, c’est celui qui empêche toute tentative de réconciliation : ils ne peuvent pas communiquer. Du moins, Finn en est incapable. Il ne sait pas pourquoi il s’est imaginé qu’aujourd’hui serait différent, cela relève de l’utopie, et l’engouement avec lequel Cora ouvre la porte qui contraste avec l’hésitation de Finn ne fait que confirmer cette impression. Pour autant, il est trop tard pour faire demi-tour, et quand bien même il le voudrait, sa curiosité l’en empêcherait. Il doit savoir. Sa sœur l’invite à entrer, et il n’est pas mécontent de se retrouver à l’abri des regards. Il jette un coup d’œil autour de lui, jugeant l’intérieur de l’appartement. Il n’a pas souvenir d’y avoir déjà mis les pieds, ou alors il y a très longtemps. Dans tous les cas, il ne fait aucune réflexion ; ni sur la décoration, ni sur le léger désordre, il serait bien mal placé pour émettre le moindre commentaire quand on voit l’état de son appartement. Il se contente d’essayer (vainement) de prendre ses marques dans un environnement qu’il ne peut s’empêcher de considérer comme hostile. Parce que ça ne lui est pas familier, ce n’est pas neutre et que, dans un sens, Cora a l’avantage. Il reporte finalement son attention sur celle-ci quand il souhaite se débarrasser de ce bouquet qui l’encombre, mais aussi de cette politesse d’usage qu’il persiste à trouve fausse, bien que l’intention y soit. Mais pendant des années il s’est abstenu de lui souhaiter un bon anniversaire, ou alors de la manière la plus impersonnelle qui soit, et se déplacer aujourd’hui pour lui faire un « cadeau » le met probablement aussi mal à l’aise que celle qui doit l’accepter. Silencieux, à bonne distance de Cora, il se contente de vaguement acquiescer alors qu’elle songe à un endroit où poser le bouquet. En réalité, elle peut bien en faire ce qu’elle veut, de l’afficher à le jeter à la poubelle après l’avoir écrasé du pied, ça ne le concerne plus, désormais. Il a fait sa part du job, il a fait un effort, s’est voulu presque sympathique, le reste ne le touche plus. Elle lui retourne les félicitations et il se contente de pincer les lèvres, les acceptants en silence. Il ne sait pas comment elle vit ce cap, il n’a pas même vraiment envie de le savoir, mais pour Finn la trentaine s’est avérée délicate, et le fait de commencer à s’en éloigner l’est encore plus. Raison pour laquelle la solitude ne le pèse pas le jour de son anniversaire ; ce qui dérangeait bien des personnes n’est pas un problème pour Finnley, car c’est bien le dernier moment où il souhaite qu’on se rappelle de lui. Toujours silencieux, presque détendu, le naturel revient au galop alors qu’elle lui propose du café ; le braquant instantanément. « Je déteste le café. » Il annonce, la voix pas nécessairement froide, mais l’information qui sonne comme un reproche. Il n’a pas touché à une tasse de café depuis la fin de son adolescence, après des années à ne carburer qu’à ce breuvage jusqu’à s’en dégoûter pour maintenir le rythme des trois boulots qu’il enchaînait pour permettre à Bryn d’avoir une vie décente. Mais ça, Cora ne peut pas le savoir, d’autant que lors de leurs retrouvailles à l’hôpital, il n’avait pas eu besoin de le préciser, la rencontre ayant été écourtée avant que son invitation ne soit concrète. Il soupire à cette pensée, plus contre lui qu’elle, conscient que peu importe ce qu’il pense, ses efforts ne sont jamais assez. Et que ce n’est pas le moment de faire claquer les mots. « Un thé, ça ira très bien, s'il te plaît. » Ou une bière, pour m’aider à supporter tout ça. Il ne formule pas la demande, conscient que ce serait donner à Cora un argument pour relancer ce sujet tabou entre eux depuis la fois où elle l’a sorti de cellule de dégrisement. Et c’est très bien ainsi, c’est probablement la seule personne qui ne revient pas là-dessus, alors qu’il ne lui donne pas de raison de changer d’avis. Et rien que pour ça, il se doit de faire un effort. Cette envie est pourtant mise à mal à la question de Cora. Anodine d’apparence, à laquelle il est difficile de répondre concrètement. Parce que ça sonne faux, encore et toujours. « À vrai dire, pas grand-chose. » Ce n’est pas qu’il ne veut pas, pas totalement, c’est juste la vérité. De tous les Coverdale, ce n’est pas lui dont la vie est palpitante ou à défaut, juste intéressante. Et même s’il pourrait lui parler de certaines choses, il n’en a aucune envie, parce que c’est trop intime pour être partagé avec elle et que même si les choses semblent s’arranger, il n’en est pas encore au stade où il peut envisager se confier à elle. Il ne lui dira pas que l’absence de Bryn lui pèse, ni que son boulot commence à le désintéresser, ni qu’il est plus souvent au Canvas que dans son propre appartement. Ça reviendrait à lui dire beaucoup, et il ne veut pas lui dire grand-chose. Il attend quelques instants avant de poursuivre, cette fois-ci moins hésitant, convaincu qu’il faut arracher le pansement d’un geste vif pour s’éviter de retomber dans ce cercle vicieux qui les a mené jusqu’à ce stade ; avec des phrases toutes préparées qui semblent agacer Finn plus que Cora. « Enfin, si. Je… J’ai réfléchi, tu sais, à ce que je t’ai dit la dernière fois, à propos d’Arthur. » Qu’il n’avait probablement aucune envie de la connaître, qu’elle ne pouvait pas débarquer dans sa vie maintenant, qu’elle ne pouvait pas se prétendre mère simplement parce qu’elle a mis au monde un enfant. Des propos dont il n’est pas fier, mais pour lesquels il n’ira pas jusqu’à s’excuser. Le simple fait de le regretter lui est déjà difficile à assumer. « C’est pas ce que j’aurais dû dire. J’aurais dû te dire dès le départ de te battre pour le récupérer. » Il finit par déclarer, alors qu’il sent l’ambiance s’alourdir. « Je… ouais, j’ai carrément été con sur ce coup-là. » Il admet, non sans pincer les lèvres de gêne, fuyant son regard. « Je voulais que tu le saches, pour ce que ça vaut. » Pour le crédit qu’elle peut accorder à ce qu’il pense, au (faible) soutien qu’est le sien, et à cette tentative de faire un pas en sa direction, dont le timing est, sans qu’il le sache, particulièrement malvenu.








:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
la petite sirène
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un, ça y'est, elle a le pied dedans (8/8)
STATUT : coeur à prendre.
MÉTIER : actrice au chômage.
LOGEMENT : #438 loft à spring hill

POSTS : 12123 POINTS : 490

PETIT PLUS : depuis janvier, elle est constamment sous l'objectif des journalistes qui ont appris qu'elle avait un enfant caché et qu'elle avait porté plainte contre sa propre mère pour son enlèvement.
RPs EN COURS : Finn#3 + Ben#2 + Vitto#3 + Dean#1 + Conny#4 (5/8 )


.
RPs EN ATTENTE : Soren
RPs TERMINÉS : Bob#1 ; Kaleb ; Adriel ; Naia ; Heidi#4 ; Eireen#2 ; Heidi#1 ; Heidi#2 ; Enzo#2 ; OrangeTeam ; Valentin#1 ; Heidi#3 ; Charlie#1 ; Elena ; Célia#1 ; Eireen#1 ; Lawrence ; Ezra#1 ; Enzo ; James ; Bobo#2 ; Eireen#3 ; Enzo#3 ; Charlie#2 ; Ezra#2 ; Valentin#3 ; Bobo#3 ; Priam#1 ; celia#2 ; Priam (fb2) + Finn (fb1) + Bob#4 + Vitto + Ben + #Matt1 + Priam#2 + Ginny#2 + Ginny#3 + #Bob5 + Milena + Bryn + Finn + coramwinny + Coram#3 + Milena#2 + Soren + Mia + Vittorio#2 + Bryn#2 + Matt#2 + Milena#3 + Eireen#4
PSEUDO : SALOPERIE
AVATAR : roden.
CRÉDITS : (avatar) yumita (UB) loonywaltz (signa) endlesslove
DC : lenoulove, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 11/01/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6585-she-dreamed-of-paradise-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t6657-cora-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t7002-cora-coverdale#249272

MessageSujet: Re: #438 your world starts crashing down (cora)   Ven 7 Sep - 21:38



Ce n’est qu’au moment qu’il le souhaite que la date la heurte. C’est leur anniversaire. Elle tombe des nues un instant, n’ayant pas pris un seul instant ces dernières semaines pour se dire que la date approchait et qu’elle allait atteindre l’âge de trente et un an. Il faut dire, l’anniversaire précèdent, bien qu’elle l’avait redouté, elle avait le sentiment qu’il n’était passé lointain. Difficile de croire qu’il y’a déjà une année de passer depuis l’instant où la photo d’Arthur lui avait été présenté. Elle devait avoir la tête vachement ailleurs pour ne pas se rendre compte que maintenant, elle avait un pied dans la trentaine. Finn n’est pas venu les mains vides. Si le bouquet de chrysanthème l’interpelle de par ce que son offre signifie, elle se décide à ne pas penser qu’il l’ait fait intentionnellement ou qu’il y’ait un sens caché à cette visite. Si Finn avait voulu l’envoyer se faire voir ou lui faire une remarque désagréable, il ne se serait sûrement pas gêner pour le lui dire en face et non de manière aussi ridicule que subtil qu’à travers un bouquet de fleur. Parce qu’elle est incapable de se rappeler la dernière fois qu’il lui eut offert quelque chose, elle tente de trouver une place de choix pour le dit-bouquet, le salon semble parfait. « Je déteste le café. » Qu’il objecte au moment où elle se propose à lui offrir quelque chose. Elle se sent brusquée par le ton donné avant de se dire que, ce n’est rien, c’est juste Finn au naturel quand il est avec elle. Elle ne pouvait pas s’attendre à ce qu’il garde un ton normal très longtemps. « Un thé, ça ira très bien, s'il te plaît. » Elle acquiesce, afin de ne pas encore prononcé le mot de travers qui précipitera cette conversation dans le même schéma que toutes les autres avant de filer à la cuisine pour lui préparer une tasse de thé apporté par Ginny qu’elle n’a jamais goûté, c’est d’ailleurs tout ce qu’elle a en la matière. On observe là une énième différence entre les jumeaux, car s’il y’a bien une chose donc Cora ne peut se passer c’est du café qu’elle pourrait prendre pas intraveineuse. Préparation faite, elle revient au salon, une question banale au bout des lèvres. Encore une fois, elle se tait pour que tout ne vire pas à la catastrophe. « À vrai dire, pas grand-chose. » Sa tasse au bord des lèvres, elle n’insiste pas. De toute manière, ça l’aurait étonnée que Finn lui parle un instant de sa vie. Tout ce qu’ils avaient en commun, c’était Bryn et maintenant qu’elle est partie, c’est difficile d’en parler. Même amener le sujet de la petite dernière la gêne, parce qu’aux dernières nouvelles, leur échange n’avait pas été des plus cordial. « Enfin, si. Je… J’ai réfléchi, tu sais, à ce que je t’ai dit la dernière fois, à propos d’Arthur. » Elle repose sa tasse, se rendant attentive à ce qu’il veut dire. Ils n’avaient pas reparlé d’Arthur depuis cette fameuse discussion où il avait fait part de son envie d’être laissé hors de tout ça. Un souhait qu’elle avait respecté. « C’est pas ce que j’aurais dû dire. J’aurais dû te dire dès le départ de te battre pour le récupérer. » Elle fronce les sourcils, pas du tout prête à ce qu’il exprime un regret pour ses propos tenus. Ça lui avait fait mal qu’il ne comprenne pas ce besoin viscéral d’aller à rencontre du jeune Arthur, de récupérer ce qui devait lui revenir de droit. Elle avait manqué de soutien de sa part, c’est ainsi qu’elle le sentait à l’époque. Mais maintenant, tout ce qu’elle pense, c’est qu’elle aurait dû l’écouter. Elle ne serait probablement pas tombée de si haut.  « Je… ouais, j’ai carrément été con sur ce coup-là. » Il observe ailleurs, quant à elle, elle se repasse ses propos pour savoir si elle entend bien ce qu’il est en train de dire. « Je voulais que tu le saches, pour ce que ça vaut. » Et c’est son sourire qui se dessine sur son visage, parce qu’il est venu jusque-là pour ça, lui dire ses torts au lieu de les garder pour lui par fierté ou autre motif qui est qu’il ne partage jamais rien avec elle. « Merci Finn. » Qu’elle répond, de sa voix douce. Elle ignore totalement la façon dont elle devrait le prendre. A croire que, si toutes leurs conversations se terminent par des reproches, c’est bien parce qu’ils sont totalement incapable de communiquer autrement. « Mais, pour ce que ça vaut, je pense que c’est toi qui avait raison. Tout ce que j’allais faire, c’est bouleverser la vie de ce gamin. » Ce qui ne diminue pas moins ses efforts que de venir à sa rencontre. Mais Finn avait vu juste, bien que ça la déchire, elle avait perdu tout droit sur cet enfant du moment où il était assez grand pour retenir que ses parents à lui, c’était ces gens et non elle. Tout ce qu’elle a fait en venant, c’est de manquer de faire voler la vie qu’il connaissait en éclats. « Je … » Ses doigts en viennent à farfouiller le bout de son tee-shirt, elle a le visage baissé et cherche ses mots. « J’arrive pas encore à en parler calmement, j’essaie de me faire une raison. » Parce que ses propos jurent toujours autant avec ce qu’elle a dans la tête et que pour elle, elle est toujours victime de la plus grande injustice, cautionnée par la société entière. Comment croire en quelque chose quand elle doit mettre ses envies de côté pour le bien commun.  « J’attendrais qu’il soit assez grand pour vouloir me trouver. Je pense que, je me suis rendue à être facilement trouvable. » Elle tente l’humour. Cela ne marche pas très bien parce que la chose n’est pas très drôle. Elle ne veut juste pas avoir l’air de celle qui reçoit la misère du monde, au moins parce qu’elle sait que ça le ferait fuir. « Mais, ne t’excuse pas pour avoir voulu m’aider à garder les pieds sur terre. J’ai été trop fantasque. » ça, elle le sait. Son imagination, ses rêveries, son optimisme ridicule, ça avait causé sa perte.


the girl you need





Revenir en haut Aller en bas
avatar
le jumeau délaissé
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un ans, sans commentaires (huit août)
SURNOM : finn (« victime » pour les intimes #tmtc)
STATUT : célibataire, charmé par une petite brune au fort caractère
MÉTIER : coursier (st-vincent's hospital)
LOGEMENT : appartement #13 à fortitude valley

POSTS : 2140 POINTS : 2115

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : mère toxique, père décédé, jumelle rejetée, cadette expatriée : beau schéma familial, en somme ≈ a été contraint d’arrêter ses études pour élever sa petite sœur, il regrette encore d’être passé à côté de ses rêves et envies ≈ a un chien, wernicke, âgé de douze ans, borgne et amputé d’une patte, mais pas (encore) à l’article de la mort ≈ a un sérieux penchant pour l’alcool depuis quelques mois, qui s’intensifie de plus en plus ≈ très curieux, a toujours une soif d’apprendre inépuisable ≈ bienveillant et gentil ou distant et franc, il ne fait pas dans la demi-mesure avec les autres.
UN RP ? : Seulement si nous avons un lien.
RPs EN COURS :
louney ⊹ et si la terre est sombre, et si la pluie te noie, raconte-moi, qu’on puisse trembler ensemble. et si le jour ne vient pas dans la nuit des perdus, raconte-moi, qu’on puisse crier tout bas.


coverdale² ⊹ hey brother, there's an endless road to rediscover. hey sister, know the water's sweet but blood is thicker.


Jinn ⊹ the night's still good for a gram or two, i'll be drinking late with you until the morning comes around. yeah, i must be good for something, oh sinners come down, come gather 'round.


RPs EN ATTENTE : douglas › lonnie › andy › ginny › matt (fb) › matt
RPs TERMINÉS : cora 01lydialoucynthialou 02event halloweencora 02vittoriobryn 02bryn 03

(ab.) saulbrynjimmy
PSEUDO : leave
AVATAR : caleb landry jones
CRÉDITS : kane. (ava) loonywaltz (userbar), hawkgirl (gifs)
DC : nope
INSCRIT LE : 01/01/2017
http://www.30yearsstillyoung.com/t13131-finn-there-is-no-doubt-even-a-rejection-can-be-the-shadow-of-a-caress http://www.30yearsstillyoung.com/t13151-finn-lonely-one http://www.30yearsstillyoung.com/t13150-finnley-coverdale

MessageSujet: Re: #438 your world starts crashing down (cora)   Dim 9 Sep - 18:57


Sa visite, en ce jour supposément important pour les jumeaux, n’est pas préméditée – du moins, elle ne l’était pas il y a encore une heure – sans quoi il se serait assuré que la date ne coïncide avec aucun événement majeur du calendrier. Pour autant, une fois confronté à la réalité des faits, Finnley n’envisage pas de faire machine arrière malgré cette petite voix dans sa tête qui se veut bien plus réticente que lui quant à la visite surprise qu’il compte faire à Cora. C’est du hasard, qui n’est finalement pas si malvenu qu’il ne l’aurait pensé ; c’est un moyen pour lui de faire un (léger) pas en direction de la jeune femme, durant cette période où hisser le drapeau blanc – même temporairement – n’est pas une question de faiblesse, mais de bon sens. Alors l’intention y est, un peu maladroite en vue du bouquet sur lequel son choix s’est porté, mais néanmoins sincère. C’est suffisamment rare pour être souligné, apprécié même, peut-être, par la principale concernée. Cela semble être le cas, c’est en tout cas l’impression de Finn, qui pour une fois s’en contente plutôt que de juger le degré d’acting que sa sœur met dans chacune de ses réactions. Malgré ce cadeau et cet accueil qui prennent des airs de cessez-le-feu, une sensation de malaise s’empare du jeune homme, appréhendant l’instant (inévitable, comme les années l’ont démontré) où l’un ou l’autre fera un faux pas, changera de ton, laissera échapper un mot de trop, qui réduira ces faux-semblants à néant. Il manque d’ailleurs d’en être à l’origine pour une boutade, il en a pleinement conscience, même si dans la finalité il n’y peut pas grand-chose : c’est un automatisme, un mécanisme de rigueur dès qu’il s’adresse à Cora, qu’il ne parvient pas à faire disparaître, ni même à atténuer (et il ne le veut pas, en temps normal). Il se ressaisit, laisse échapper un soupir de soulagement lorsque sa sœur disparaît en cuisine quelques instants, lui offrant un répit qui est le bienvenu et qui lui permet, brièvement, de se détendre. Mais dès l’instant où Cora réapparaît dans la pièce, ses muscles se crispent à nouveau, autant que la question qu’elle lui adresse. Un bref « merci » s’échappe de ses lèvres alors qu’il saisit la tasse de thé, et sa sœur devra se contenter de sa politesse, à défaut d’autres informations. Finnley n’a jamais rien partagé avec Cora concernant sa vie, et aujourd’hui ne fait pas exception à la règle. Et quand bien même il aurait (exceptionnellement) changé d’avis qu’il ne saurait pas par où commencer, tant il l’a tenue dans l’ignorance durant toutes ces années. À son sens, les informations qu’elle possède sur lui sont amplement suffisantes et, de toute manière, il n’est pas venu pour parler de lui. Pas directement, du moins, même s’il compte lui faire part de ses regrets et qu’il n’est toujours pas convaincu par la manière la plus adéquate de s’y prendre. Probablement parce qu’il n’y en a pas vraiment, et c’est pour cette raison qu’il ne tarde pas à entrer dans le vif du sujet, comme pour arracher le pansement rapidement, formulant ce qui s’apparente plus ou moins à des excuses, sans pour autant prononcer ce mot si difficile à adresser à Cora. Désolé. À défaut, elle se contentera de l’entendre reconnaître qu’il a été con sur ce coup-là. Parce qu’aussi difficile que ce soit à admettre, c’est la stricte vérité. Il n’avait pas su se mettre à la place de Cora ce jour-là (mais est-ce qu’il pouvait seulement essayer compte tenu des circonstances ?) et sa rancune tenace l’avait empêché de voir les choses sous une autre perspective qui aurait pu lui permettre de comprendre les intentions de sa sœur. Il ne s’était préoccupé que d’Arthur et de la nouvelle qui allait chambouler sa vie, sans prendre en compte les actes de Danielle qui avaient déjà chamboulé celle de Cora. Le regard toujours fuyant, Cora le remercie et il fronce les sourcils, ne pensant pas mériter ce type de réaction. Cora a toujours été plus posée que lui, plus raisonnable aussi, mais il se serait malgré tout attendu à ce qu’elle élève légèrement la voix, s’agace qu’il ne sorte de son silence que maintenant, lui fasse remarquer qu’il est trop tard pour faire amende honorable. Et c’est ce qu’elle fait, toujours de sa voix douce alors qu’à mesure que les mots défilent, il aurait souhaité qu’elle lui hurle dessus, parce que cela aurait été totalement justifié. Son mea-culpa, aussi sincère soit-il, intervient tard, trop tard. Cora a déjà renoncé à la garde d’Arthur, c’est ce qu’il met quelques instants à comprendre. « Je... » À bonne distance de Cora, presque à l’opposé de la pièce, son regard se veut toujours fuyant alors qu’à son tour, il ne trouve pas les mots. C’est tellement plus facile de l’attaquer que ça ne l’est de la soutenir. Muet quelques instants, il finit par abdiquer, et c’est un furtif « je suis désolé » qui s’échappe de ses lèvres, employant ce mot pourtant banni de son vocabulaire quand il est question de Cora, mais qui est tristement nécessaire compte tenu de la situation. « Va pas croire que je suis venu remuer le couteau dans la plaie, je … je savais pas. » Il se sent obligé de justifier, car cela aurait pu être son genre, il n’y a pas si longtemps ou juste dans d’autres circonstances. Mais malgré la célébrité de Cora, le fait que sa vie se retrouve constamment à la une de tous les journaux de la ville – si ce n’est du pays – il parvient à rester à l’écart de toutes les informations concernant sa sœur. Et si généralement cela lui convient, aujourd’hui il regrette de ne pas accorder de l’intérêt à ces torchons – si tant que la nouvelle ait été divulguée. « Et moi trop pessimiste. » Il se sent obligé de préciser, parce que s’il en était persuadé il y a quelques semaines, aujourd’hui il ne considère pas qu’il avait raison. « Je veux dire, j’ai pensé qu’à Arthur alors que j’aurai dû penser à toi, aussi. À ce que tu voulais, et le comprendre. » Il daigne finalement relever le regard, sans pour autant réussir à soutenir celui de sa sœur. « J’espère qu’en grandissant, il prendra conscience de la situation et qu'il viendra à toi. Je te le souhaite vraiment. » Et c’est bien la seule chose qu’il aimerait promettre à sa sœur, mais c’est aussi la seule chose qu’il ne peut pas lui certifier. Parce qu’ils n’en savent rien, dans le fond, du ressenti d’Arthur sur la question, et si les années lui apporteront un autre regard sur la situation. Tout ce qu’ils peuvent espérer, c’est que ce soit le cas. « Et donc, ses parents adoptifs, ils vont s’en sortir comme ça ? » Il ajoute par la suite, un peu à tâtons. Si ses souvenirs sont corrects, l’adoption ne s’est pas faite dans la légalité – le contraire aurait été étonnant venant de Danielle. « Enfin, je veux pas appuyer là où ça fait mal, si je suis trop curieux ou que… juste dis-le et je te laisse tranquille. » Il laisse échapper un bref soupir, pas plus destiné à sa sœur qu’à lui-même. C’est la lassitude de peser constamment ses mots, de ne pas réellement savoir comment s’y prendre, de se vouloir aussi hésitant, maladroit. Et il en viendrait presque à souhaiter que Cora l’invite effectivement à prendre la porte, autant qu’il ne serait pas contre le prolongement de cette conversation, qui a un goût d’accalmie bienvenue.








:
 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
la petite sirène
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente et un, ça y'est, elle a le pied dedans (8/8)
STATUT : coeur à prendre.
MÉTIER : actrice au chômage.
LOGEMENT : #438 loft à spring hill

POSTS : 12123 POINTS : 490

PETIT PLUS : depuis janvier, elle est constamment sous l'objectif des journalistes qui ont appris qu'elle avait un enfant caché et qu'elle avait porté plainte contre sa propre mère pour son enlèvement.
RPs EN COURS : Finn#3 + Ben#2 + Vitto#3 + Dean#1 + Conny#4 (5/8 )


.
RPs EN ATTENTE : Soren
RPs TERMINÉS : Bob#1 ; Kaleb ; Adriel ; Naia ; Heidi#4 ; Eireen#2 ; Heidi#1 ; Heidi#2 ; Enzo#2 ; OrangeTeam ; Valentin#1 ; Heidi#3 ; Charlie#1 ; Elena ; Célia#1 ; Eireen#1 ; Lawrence ; Ezra#1 ; Enzo ; James ; Bobo#2 ; Eireen#3 ; Enzo#3 ; Charlie#2 ; Ezra#2 ; Valentin#3 ; Bobo#3 ; Priam#1 ; celia#2 ; Priam (fb2) + Finn (fb1) + Bob#4 + Vitto + Ben + #Matt1 + Priam#2 + Ginny#2 + Ginny#3 + #Bob5 + Milena + Bryn + Finn + coramwinny + Coram#3 + Milena#2 + Soren + Mia + Vittorio#2 + Bryn#2 + Matt#2 + Milena#3 + Eireen#4
PSEUDO : SALOPERIE
AVATAR : roden.
CRÉDITS : (avatar) yumita (UB) loonywaltz (signa) endlesslove
DC : lenoulove, tadamour & clarabelle
INSCRIT LE : 11/01/2016
http://www.30yearsstillyoung.com/t6585-she-dreamed-of-paradise-cora http://www.30yearsstillyoung.com/t19116-cora-lene-tad-clara-fiche-commune http://www.30yearsstillyoung.com/t6657-cora-coverdale http://www.30yearsstillyoung.com/t7002-cora-coverdale#249272

MessageSujet: Re: #438 your world starts crashing down (cora)   Ven 21 Sep - 0:34


Parce qu’elle avait gardé le silence pendant des années sur son existence. Cora ne pouvait plus ne pas parler d’Arthur. Du moins, elle ne pouvait plus avoir de secret aussi gros pour Finn, ce n’était pas la voie à suivre si elle voulait un jour que leur relation s’approche du normal. Il avait amené le sujet sur le tapis et cela lui épargne d’avoir à le faire elle-même, à trouver une façon de détourner la conversation sur sa vie pour se placer au centre, elle s’en saisit et raconte la Floride, là où elle en est aujourd’hui. L’information à donner n’est guère joyeuse. Elle tente néanmoins de ne pas paraître trop émotive, afin de ne pas le mettre mal à l’aise. Ça lui sort d’entre la gorge, avec difficulté et alors qu’elle lui répond qu’il avait eu raison d’agir comme il l’a fait, lui semble plutôt tomber des nues. « Je... » Elle n’ajoute rien, le laissant prendre connaissance de l’information comme elle va. Elle ne dirait qu’elle s’est faite à l’idée et qu’elle est résignée mais elle reste plutôt stoïque, essayant d’apparaître digne parce qu’elle sait qu’elle ne peut pas agir autrement.  « Je suis désolé » Il parvient à articuler. Elle ne prononce plus un seul mot. C’est très difficile à raconter à chaque fois et face à Finn, c’est peut-être pire que tout parce que c’est une information dont il peut faire ce qu’il veut et qu’elle sait qu’il pourrait s’en servir, un jour où la conversation sera moins cordiale.  « Va pas croire que je suis venu remuer le couteau dans la plaie, je … je savais pas. » Elle hausse les épaules. L’idée qu’il puisse déjà le savoir et venir en pleine conscience qu’il pourrait l’utiliser pour lui faire du mal ne l’a même pas effleuré. Elle sait que Finn est rancunier mais elle sait également qu’il blesse quand il est lui-même blessé et qu’il n’a aucun intérêt à l’attaquer de front. Pas alors qu’elle s’apprête à mettre leur mère, leur ennemie commun au trou. « Ce n’est pas ce que je pense. » Elle hoche la tête. On pourrait en dire long derrière son silence, mais elle ne pense rien de mal venant de lui. Visiblement, elle reste une idéaliste. « Il aurait fallu que je t’en parle un jour de toute manière. » Et c’est la vérité. Elle ne peut plus se permettre de faire passer les informations importantes dans les magazines et bon, comment peut-elle songer à s’approcher de lui si elle garde des secrets ? Et maintenant que l’existence d’Arthur lui est connue, autant qu’il sache de suite pourquoi cet enfant n’est pas là, à faire sa connaissance.  « Et moi trop pessimiste. » Qu’il rajoute, il avait effectivement vu les choses en noires mais il avait eu les pieds sur Terre en voulant lui éviter de trop y croire. Après tout, même sans être pessimiste, qu’aurait-elle pu réellement espérer ? « Je veux dire, j’ai pensé qu’à Arthur alors que j’aurai dû penser à toi, aussi. À ce que tu voulais, et le comprendre. » Nouvel haussement d’épaule. Ça, ça vient du fait qu’il ne pense jamais vraiment à elle et que chercher à la comprendre, ce serait un pas vers excuser ses reproches. Elle comprend que ce n’est pas un comportement naturel chez lui. De plus, il venait d’apprendre l’existence d’Arthur et un mensonge vieux de douze ans. Ce n’était peut-être pas la situation la plus adéquat. « J’espère qu’en grandissant, il prendra conscience de la situation et qu'il viendra à toi. Je te le souhaite vraiment. » Elle esquisse un sourire. C’est gentil de sa part de lui souhaiter parce qu’il s’agit là peut-être du seul espoir qu’elle peut encore garder de voir son fils un jour, d’avoir une véritable conversation et d’être sa maman pour un instant au moins. « Et donc, ses parents adoptifs, ils vont s’en sortir comme ça ? » Qu’il demande, rappelant à sa gorge la grosse boule d’injustice qu’elle ne parvient toujours pas à digérer. « Enfin, je veux pas appuyer là où ça fait mal, si je suis trop curieux ou que… juste dis-le et je te laisse tranquille. » Non, ça elle a compris. Mais, ça fait mal quand même et de toute façon, elle ne doit rien garder pour elle. C’est l’attitude à adopter si elle veut une vie saine. Arrêtez d’enterrer les choses douloureuses. Sinon, ça ressort et voilà le résultat. « Non, c’est bon. Je peux pas garder ça secret de toute façon. » Elle reprend la parole, après avoir tenté vainement de boire une gorgée de café. A l’intérieur d’elle, c’est la bataille pour ne pas finir en larme. Ce serait la dernière chose dont elle aurait besoin, se mettre à chialer pour un peu d’attention. « Mais oui, ils vont s’en sortir comme ça. » Triste constat. La vérité est là, pour avoir régler cette histoire à l’amiable. Ils reconnaissent le crime mais en échange, Cora accepte qu’il peut y avoir prescription et renonce à ses droits sur le petit. Une belle connerie qu’elle s’entend penser mais elle a déjà un frère qui la déteste, elle ne va pas ajoute son fils à la liste. « Je suis pieds et poings liées. J’ai arrêté pour préserver Arthur, ce qui est rendu inutile si ses parents sont en prison ou croulent sous les dettes donc, oui, ils s’en sortent comme ça parce que y’a pas de justice possible. » C’est tout simplement ainsi que les choses sont faite. Elle s’accommode à peine de ce fatalisme. C’est une de ses situations qui n’a pas de solution et puisque tout l’monde a fait sa vie sauf elle, elle sera la seule à en souffrir. « C’est reconnu, l’illégalité de l’adoption et l’Etat de Floride ne les laissera pas tranquille mais, je pouvais rien demander. » Non, parce que ce qu’elle aurait pris, c’est à son fils qu’elle l’aurait arraché et qu’elle ne voit pas en quoi cela aurait aidé sa situation. « Mais, je t’assure que je compte pas être aussi stupide avec Danielle. »


the girl you need





Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: #438 your world starts crashing down (cora)   


Revenir en haut Aller en bas
 

#438 your world starts crashing down (cora)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill :: logements
-