AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-36%
Le deal à ne pas rater :
Friteuse sans huile Philips Airfryer Série 3000
69.99 € 109.99 €
Voir le deal

  Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anna Constantine
Anna Constantine
la mélodie des regrets
la mélodie des regrets
Présent
ÂGE : 34 ans (21/05/1990)
SURNOM : On l'appelle souvent "Nana" en pensant que c'est mignon. Mais le plus beau des surnoms, à ses yeux, reste "maman" prononcé par son fils.
STATUT : Séparée de Malone, depuis quatre ans, avec qui elle s'est mariée et a eu Oscar âgé de neuf ans. Depuis, elle a refait sa vie avec Samuel qu'elle a rencontré à son lieu de travail. Il a su ramasser les morceaux éparpillés de son coeur brisé, acceptant ses traumatismes et ses silences.
MÉTIER : Professeur de piano à la northlight theater company depuis trois ans maintenant, donnant parfois des cours particuliers quand la demande est là.
LOGEMENT : #88 Agnès street dans le quartier de Bayside. Elle a emménagé chez Samuel avec son fils Oscar.
 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Tuhv
POSTS : 525 POINTS : 290

TW IN RP : Deuil. Abandon. Addiction aux médicaments.
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Adepte de sport, Anna est très à cheval sur un mode de vie sain ; Elle fume occasionnellement et en cachette de son fils ; Malone aura été l'amour de sa vie mais il a été remplacé par leur fils : Oscar ; Déterminée, il est très difficile de lui faire entendre raison.... Même quand Anna a tort ; Elle est cette personne simple au coeur grand à condition de ne pas briser sa confiance. Elle est persévérante, pas du genre à lâcher même quand ça lui est difficile.
CODE COULEUR : red.
RPs EN COURS : Autumn ; August ; Sienna ; Ginny ; Malone#2(fb) ; Eddie#2 ; Malone#4 ; Ishatr (dimension zombie)



RPs TERMINÉS : Rhett ; Asher ; Laoise ; Malone ; Malone#3 ; Eddie

Sujet abandonné :
Kieran ; Ally ; Samuel ; Samuel#2 ; Abraham

AVATAR : Alicia Vikander
CRÉDITS : hécate (avatar)
DC : //
PSEUDO : Silmarillion
Femme (elle)
INSCRIT LE : 23/08/2023
https://www.30yearsstillyoung.com/t50643-anna-i-still-havent-find-what-im-looping-for
https://www.30yearsstillyoung.com/t50677-anna-where-the-streets-have-no-name

 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Empty
Message(#) Sujet: Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone]  Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] EmptySam 13 Jan 2024 - 7:43




[…]And you have her.

Assise dans la voiture, Anna regarde devant elle, les yeux perdus dans le vide. Elle paraît si loin, éloignée de cette réalité devenue trop accablante. Son esprit divague entre les instants heureux et tout ce qui a rendu la vie bien trop difficile. C’est devenu douloureux… De vivre, d’avancer. D’espérer… Il y a des moments où elle rêverait de revivre une époque qui lui parait éloignée de son quotidien. Une époque où elle n’attend pas dans la voiture que son fils s’éveille de sa sieste. Une époque où elle ne redoute pas le moment de devoir sortir de la voiture, d’entrer dans cet habitat qui fut le sien pendant longtemps.
Une époque où la peur ne l’habitait pas ainsi.
Tous ces doutes, ces incertitudes.
Et le revoir… Elle ne peut même pas décréter que l’absence a été longue. Qu’ils ne se sont pas vus depuis un moment. Bien au contraire, Ils se revoient souvent mais de ce qu’ils avaient été, il n’en reste qu’un tas de cendres. Et ça la rend terriblement malheureuse. Elle a l’impression de ne plus vraiment respirer. C’est devenu trop difficile et aujourd’hui, il y a ce sentiment qui ne la quitte pas. Qu’elle ne comprend pas vraiment, ressentant juste ce frisson au niveau du cou. Comme une mise en garde qui la prévient juste.

Un léger bruit la tire de cette torpeur. Oscar se réveille doucement. La voiture a réussi à l’endormir mais surtout il a eu de la fièvre cette nuit. Sa mère a veillé sur lui, incapable de dormir correctement. Le regarder apaisé est un des passes temps qu’elle préfère le plus, trouvant souvent cette raison de toujours dormir avec lui. Incapable d’être seule. Incapable de trouver la force de reprendre sa vie en main. De se dire que les histoires peuvent se terminer mais que ça ne veut pas dire que tout est à clore définitivement.
« Maman… » La voix enfantine la pousse à essuyer ces maigres larmes qui ont coulé sur ses joues et Anna se retourne. Un pauvre sourire égaie son visage épuisé. « Mon amour ! Je n’ai pas voulu te réveiller. » Se contente-t-elle de murmurer sachant que la raison  était suffisamment valable pour ne pas bouger. Et retarder le moment où la peine se ressent de façon si intense. Ce moment où elle sera face à lui, à ses remords. Et sa colère.

Elle finit par sortir de la voiture, prends son sac. Puis, se dirige vers la porte arrière où se trouve le petit garçon. Avec des gestes doux et tendres, elle le détache de son siège auto et le prend dans ses bras. Du haut de ses quatre ans, il est devenu l’unique constance de sa vie. Sa raison de ne pas sombrer, de ne pas rester cloîtrée au fond du lit à pleurer sans s’arrêter. « Il est où papa ? » Question qui est devenue récurrente. Elle esquisse un pauvre sourire, le souffle devenu erratique. « On va le voir justement… » Elle claque la porte et se dirige vers leur habitation. Les lieux lui sont si familiers et durant un court instant, elle a l’impression de rentrer à la maison. Mais cette sensation n’altère en rien le froid qui règne en elle. Elle est devenue un robot, Anna. Devant la porte d’entrée, elle toque à la porte et attend qu’elle s’ouvre pour dévoiler la vérité d’une situation qu’elle n’aurait jamais envisagé.
Ça n’était pas ce qui était prévu. Ça devait être pour la vie. Ils se l’étaient promis. À la vie, à la mort. « Salut. On a du retard. Il s’était endormi. » Elle a même du mal à lever les yeux vers Malone, préférant donner à son fils le rôle principal pour se convaincre que l’histoire n’était pas trop mauvaise malgré un scénario devenu trop bancal. En lambeaux.

@Malone Constantine :l:



«  Autumn carnival on the edge of town
We walk down the midway arm-in-arm
One minute you're here
Next minute you're gone »
Revenir en haut Aller en bas
Malone Constantine
Malone Constantine
le poids des regrets
 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Hu5cwsy ÂGE : trente-trois ans, l'âge du christ sans en avoir eu le comportement.
SURNOM : (jaq) lonnie, pendant un temps - révolu désormais. constantine fera largement l’affaire sinon, s’il faut vraiment.
STATUT : célibataire, parce-que c’est toujours plus simple que d’expliquer qu’il a préféré choisir l’addiction à l’autre amour de sa vie, et qu’elle a refait sa vie avec un autre alors qu’il porte toujours son alliance autour de son cou. il n'essaie pas de la reconquérir, il se contente d'apprendre à être présent pour leur fils - et c'est déjà beaucoup de travail.
MÉTIER : ancien militaire mis à la retraite bien trop tôt. agent de sécurité à l’emerald hotel pour avoir l’impression de toujours toucher un peu à ce qu’il aime. parrain chez les na+aa où il garde un œil très attentif sur les nouveaux protégés (parce-qu'il est trop bien placé pour ce genre de rôle, malheureusement). donne des coups de main pour servir les repas avec homeless connect. occupé, très occupé - entre ça et risquer la rechute, le choix est rapidement fait.
LOGEMENT : un deux-pièces mal isolé dans fortitude valley, où il est facile de suivre le programme télévision des voisins et leurs histoires de couple depuis son propre canapé (squatté temporairement par son frère ambrose le temps qu'il trouve autre chose).
 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] B4ad56a093a07dc75fb7193043cc7d4d8d4cde86
POSTS : 1756 POINTS : 570

TW IN RP : deuil, maladie, drogues/médicaments, addiction, overdose, idées noires/pensées suicidaires, perte de garde d’enfant.
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION : J'aime les jolies filles.
CODE COULEUR : royalblue.
RPs EN COURS :
(cinq) — present: anna #4flora #3vittorio #2 | past: anna #2sinead

RPs EN ATTENTE : arthur #3 › evelyn #5 › russell › spencer #4
RPs TERMINÉS : (2024) ambrose #6evelyn #4 (2023) ambrose #5annaanna #3arthur #2augustaugust #2evelynevelyn #2evelyn #3jamesmaritzaflora #2spencer #2spencer #3vittorio (2022) ambroseambrose #2ambrose #3ambrose #4arthurspencer (2018) flora | alternative: raelyn (bd)
Spoiler:

AVATAR : jack lowden.
CRÉDITS : harley (avatar+gifs) › loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › damon williams, la lueur de l'ombre (ft. rudy pankow) › ruben hartfield, les éclats au miroir (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. zendaya coleman).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 13/06/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t46822-this-is-me-trying-malone
https://www.30yearsstillyoung.com/t46881-malone-memories-feel-like-weapons

 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Empty
Message(#) Sujet: Re: Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone]  Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] EmptyLun 15 Jan 2024 - 21:20



because all we really need to survive is one person who truly loves us
lieu: flashback.
(c): keetika (gif), luleaby (codage).

***

Malone faisait les cent pas dans le salon, parcourant la pièce d’un côté à l’autre par mille fois - tant était qu’il allait finir par creuser une tranchée au milieu du tapis s’il continuait sur cette lancée. Mais c’était plus fort que lui, cela lui permettait de canaliser autant que possible les émotions qui prenaient racines en lui, qui l’empêchaient à la fois de réfléchir correctement et de justement arrêter de penser juste l’espace d’un instant. Au moins, il était occupé à s’appliquer à rester debout, à mettre un pied devant l’autre, alors ses index grattaient la peau de ses pouces comme s’il pouvait y déterrer un trésor s’il allait au delà de la surface. Les rideaux de la pièce étaient tirés pour ne pas que trop de lumière ne puisse y pénétrer, parce-que cette dernière avait tendance à attaquer trop fortement la rétine de ses yeux clairs et lui provoquer rapidement des maux de tête virant migraines en quelques heures à peine. Il se mettait à tendre le cou, à tendre l’oreille par la même occasion au moindre bruit qui pouvait émaner de l’extérieur, comme si cela était dérangeant pour lui et qu’en même temps il était à l’affut pour réagir si un bruit en particulier ressortait du lot en cet instant. En résumé: il était en manque. Il n’avait rien consommé des dernières heures, n’avait pas apaisé ce feu ardent dans ses veines et toutes ses fibres musculaires depuis le début de la journée, parce-qu’il savait que c’était là quelque-chose de nécessaire. Il n’en arriverait pas à un tel état tous les jours, il ne ferait pas ce type d’efforts là dès qu’il en aurait l’occasion, mais aujourd’hui il avait promis de faire autant d’efforts que possible alors il était là à arpenter comme un lion en cage les quelques mères carrés du salon d’une maison qui n’était plus un foyer depuis trop longtemps déjà et à attendre que ce moment fatidique soit enfin passé.

Enfin, le bruit d’une portière se fermant dans la rue se fit entendre et des pas se firent pressant de l’autre côté de la porte. Sans attendre - parce-qu’il savait pertinemment qui se tenait là sur le palier -, Malone alla à pas rapides ouvrir la porte; de façon surement trop brutale pour que ce soit raisonnable et contrôlé, mais il ne pouvait pas être sur tous les fronts en même temps. Là, ses yeux purent enfin se poser sur ce qui était à la fois l’apex et le gouffre de sa journée: Anna portant Oscar dans ses bras. « Salut. On a du retard. Il s’était endormi. » Les mains de Malone restait là contre ses flancs, ses doigts s’entremêlant entre eux, à se retenir de se jeter sur le gamin pour le prendre dans ses bras à son tour. Son regard naviguait du petit au visage de Anna, qui lui semblait plus fatiguée que d’ordinaire: elle devrait peut-être se reposer aussi, de son côté. Peut-être devrait-elle prendre du temps pour elle, n’aimait-elle pas s’enfermer dans sa chambre pour composer et jouer du piano ? N’aimait-elle pas se balader par les journées ensoleillées de l’hiver ? Il avait du mal à se souvenir, il avait du mal à maintenant son regard sur un point et un seul, il avait - « Tu veux entrer ? Tu peux entrer. J’ai fait de la place sur le canapé. J’ai mis du jus au frais. » S’écartant d’un pas chancelant, il laissa la place nécessaire à la jeune femme pour prendre justement celle qu’elle désirait avoir, ou plutôt récupérer. Les paroles de Malone étaient surement trop rapides, autant pour la situation que pour ses pensées qui ne suivaient pas le mouvement, mais il fit fi de tout ça pour se concentrer sur ce qu’il avait devant lui. « Il est fatigué ? Tu peux l’allonger là, si tu veux. » Déjà, ses pas allaient trop rapidement vers le canapé, désignait du doigt ce dernier, alors qu’il plongeait la seconde suivante ses mains dans ses poches - il les retira car s’il n’avait pas consommé depuis le matin même, ses poches n’avaient pas été vidées et ce n’était pas le moment de flancher. « Tu veux boire quelque-chose ? Tu peux fermer la porte après toi s’il te plait ? J’ai du mal avec… La lumière, le bruit. » Promis, il essayait aussi fort que possible.






 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] 371680844 :
Revenir en haut Aller en bas
Anna Constantine
Anna Constantine
la mélodie des regrets
la mélodie des regrets
Présent
ÂGE : 34 ans (21/05/1990)
SURNOM : On l'appelle souvent "Nana" en pensant que c'est mignon. Mais le plus beau des surnoms, à ses yeux, reste "maman" prononcé par son fils.
STATUT : Séparée de Malone, depuis quatre ans, avec qui elle s'est mariée et a eu Oscar âgé de neuf ans. Depuis, elle a refait sa vie avec Samuel qu'elle a rencontré à son lieu de travail. Il a su ramasser les morceaux éparpillés de son coeur brisé, acceptant ses traumatismes et ses silences.
MÉTIER : Professeur de piano à la northlight theater company depuis trois ans maintenant, donnant parfois des cours particuliers quand la demande est là.
LOGEMENT : #88 Agnès street dans le quartier de Bayside. Elle a emménagé chez Samuel avec son fils Oscar.
 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Tuhv
POSTS : 525 POINTS : 290

TW IN RP : Deuil. Abandon. Addiction aux médicaments.
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Adepte de sport, Anna est très à cheval sur un mode de vie sain ; Elle fume occasionnellement et en cachette de son fils ; Malone aura été l'amour de sa vie mais il a été remplacé par leur fils : Oscar ; Déterminée, il est très difficile de lui faire entendre raison.... Même quand Anna a tort ; Elle est cette personne simple au coeur grand à condition de ne pas briser sa confiance. Elle est persévérante, pas du genre à lâcher même quand ça lui est difficile.
CODE COULEUR : red.
RPs EN COURS : Autumn ; August ; Sienna ; Ginny ; Malone#2(fb) ; Eddie#2 ; Malone#4 ; Ishatr (dimension zombie)



RPs TERMINÉS : Rhett ; Asher ; Laoise ; Malone ; Malone#3 ; Eddie

Sujet abandonné :
Kieran ; Ally ; Samuel ; Samuel#2 ; Abraham

AVATAR : Alicia Vikander
CRÉDITS : hécate (avatar)
DC : //
PSEUDO : Silmarillion
Femme (elle)
INSCRIT LE : 23/08/2023
https://www.30yearsstillyoung.com/t50643-anna-i-still-havent-find-what-im-looping-for
https://www.30yearsstillyoung.com/t50677-anna-where-the-streets-have-no-name

 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Empty
Message(#) Sujet: Re: Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone]  Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] EmptySam 27 Jan 2024 - 11:42



Si elle avait été honnête avec elle, Anna se serait avoué, qu’au fond, elle aurait souhaité que la porte d’entrée demeure fermée. Qu’elle ne s’ouvre pas pour ne pas y contempler le paysage de ses regrets. De ne pas réaliser à quel point il lui est difficile même de regarder Malone dans les yeux. A quel point, elle a mal jusqu’à atteindre les tréfonds de son âme. A quel point, ses sentiments sont intacts mais incapable de lutter contre toute la déception et l’amertume ayant pris possession de son coeur. Dans ces lieux familiers qu’elle lui a laissé pour ne pas lui imposer de devoir reconstruire un foyer quand tout est fardeau. Elle serre fort Oscar contre ses bras, presque comme un bouclier. Bien qu’elle sente son fils encore endormi. Il y a fort à parier que si elle l’allonge, Oscar rejoindra vite les bras de Morphée. Elle aurait presque préféré l’avoir dans cette énergie qu’ils lui connaissent. ça aurait permis de meubler le vide et l’incorfort d’une situation qui les dépasse tous. En attendant, elle ne trouve bon que de devoir justifier son retard, de parler d’une voix mécanique, enclenchant par le mode survie qu’elle a actionné depuis son départ. Et puis, il y a la voix. Sa voix qui se fait entendre. « Tu veux entrer ? Tu peux entrer. J’ai fait de la place sur le canapé. J’ai mis du jus au frais. » Presque précipitée qui la pousse à trouver le courage de le dévisager. La contracture dans son estomac n’est pas aussi violente que celle qui élance son coeur dans une cavalcade trop douloureuse. Sa mine est aussi fatiguée que la sienne mais il y a dans son regard, les signes qu’elle ne connait que trop bien pour avoir tant espéré, un jour, les voir disparaître. Celle du manque. « C’est gentil d’avoir fait de la place. » Répond-elle plus par politesse et aussi par besoin de meubler la conversation et éviter tout malaise. Elle entre sans lâcher leur fils. Entre doucement, happée par l’odeur du familier. L’odeur de la maison, presque apaisante. Et terriblement douloureuse. Si elle écoutait la part folle d’elle-même, Anna se contenterait de rester et de ne plus affronter la froideur de l’âme jumelle manquante.
« Il est fatigué ? Tu peux l’allonger là, si tu veux. » Elle ne peut nier la fébrilité qui habite Malone. Il se fait ses questions, réponses. Il passe du canapé, au jus, à Oscar. ça va vite quand tout tourne au ralenti pour Anna. Encore plus quand elle dort si mal ces derniers temps. « Euh oui… Ou peut-être l’allonger dans notre lit. » Qu’elle répond machinalement. Presque hébétée. Trop longue à la détente pour un Malone qui enchaine encore plus. « Tu veux boire quelque-chose ? Tu peux fermer la porte après toi s’il te plait ? J’ai du mal avec… La lumière, le bruit. » Elle fait presque un effort immense pour cligner des yeux, ayant cette envie de fondre en larmes. Et de ne plus jamais s’arrêter de pleurer. Anna n’a même pas réalisé qu’elle est toujours devant cette porte d’entrée, qu’elle n’a fait qu’un seul pas entre le dedans et le dehors. Sa conscience lui murmure qu’elle n’a qu’un pas à faire pour fuir et quitter l’image de leur échec. Et son coeur fou qui lui crie tout le contraire.
« Oui… Euh… Pardonne-moi… » Bredouille Anna en s’avançant pour prendre la poignée dans sa main et pouvoir refermer la porte et laisser la lumière vivre laisser place à une ambiance plus apaisante, alimentée par les volets à moitié fermés. Cela dit, Anna se sent presque angoissée par cette pénombre. Ou plutôt la lumière tamisée lui donne une raison de plus de ne pas se sentir à l’aise de cette situation.
Elle se contente de poser son sac à côté de la porte d’entrée, et parce qu’Oscar n’a pas réagi vraiment, elle prend les devants de se rendre dans la chambre à coucher et le pose délicatement dans le lit. Le petit garçon se tourne déjà sur le côté, trop épuisé par la nuit qu’il a passé. Puis, déposant un baiser sur son front, Anna finit par tourner les talons et se redirige vers le salon. Consciente qu’il n’a pas toutes les informations, elle s’empresse de lui expliquer « Il a eu de la fièvre cette nuit. Il n’a pas très bien dormi… C’est pour ça qu’il n’a pas la forme. » Le besoin de se justifier est trop grand et de toute manière, il est son père : il a le droit de savoir. « Si ça ne t’embête pas, je veux bien un café. Je n’ai pas dormi de la nuit. » Lui demande Anna en sachant qu’elle connait les lieux, pourrait très bien se le faire elle-même. Mais il y a ce sentiment qui l’empêche d’agir réellement. Ce sentiment qui rend la situation irréelle. Ce sentiment qui lui déchire les entrailles. Elle se contente de rester en mode automatique, de suivie Malone dans la cuisine et de le regarder faire le café. En cet instant, elle aimerait se blottir contre lui, et éprouver toute la sécurité qu’il a toujours représenté à ses yeux. Cette force tranquille dont elle ressent trop la fébrilité. Elle sent sa gorge qui se noue et sa main se lève déjà avant même que sa conscience ne puisse émettre une mise en garde. Elle pose ses doigts sur l’avant bras de Malone, effleurant l’épiderme qu’elle a tant de fois touché. « Est...Est-ce que tu vas bien ? » Finit-elle par demander, n’attendant pas à ce qui lui parle boulot ou de la pluie du beau temps. Non… Elle veut savoir s’il est en train de dépérir comme elle. S’il se meurt de son absence comme elle. S’il a enfin pris la décision de la choisir, elle. C’est étrange la vie quand même. Il y a dans les silences et les non dits des parfums de dernière fois.

@Malone Constantine   Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] 4014933344   Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] 4014933344   Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] 4014933344


«  Autumn carnival on the edge of town
We walk down the midway arm-in-arm
One minute you're here
Next minute you're gone »
Revenir en haut Aller en bas
Malone Constantine
Malone Constantine
le poids des regrets
 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Hu5cwsy ÂGE : trente-trois ans, l'âge du christ sans en avoir eu le comportement.
SURNOM : (jaq) lonnie, pendant un temps - révolu désormais. constantine fera largement l’affaire sinon, s’il faut vraiment.
STATUT : célibataire, parce-que c’est toujours plus simple que d’expliquer qu’il a préféré choisir l’addiction à l’autre amour de sa vie, et qu’elle a refait sa vie avec un autre alors qu’il porte toujours son alliance autour de son cou. il n'essaie pas de la reconquérir, il se contente d'apprendre à être présent pour leur fils - et c'est déjà beaucoup de travail.
MÉTIER : ancien militaire mis à la retraite bien trop tôt. agent de sécurité à l’emerald hotel pour avoir l’impression de toujours toucher un peu à ce qu’il aime. parrain chez les na+aa où il garde un œil très attentif sur les nouveaux protégés (parce-qu'il est trop bien placé pour ce genre de rôle, malheureusement). donne des coups de main pour servir les repas avec homeless connect. occupé, très occupé - entre ça et risquer la rechute, le choix est rapidement fait.
LOGEMENT : un deux-pièces mal isolé dans fortitude valley, où il est facile de suivre le programme télévision des voisins et leurs histoires de couple depuis son propre canapé (squatté temporairement par son frère ambrose le temps qu'il trouve autre chose).
 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] B4ad56a093a07dc75fb7193043cc7d4d8d4cde86
POSTS : 1756 POINTS : 570

TW IN RP : deuil, maladie, drogues/médicaments, addiction, overdose, idées noires/pensées suicidaires, perte de garde d’enfant.
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION : J'aime les jolies filles.
CODE COULEUR : royalblue.
RPs EN COURS :
(cinq) — present: anna #4flora #3vittorio #2 | past: anna #2sinead

RPs EN ATTENTE : arthur #3 › evelyn #5 › russell › spencer #4
RPs TERMINÉS : (2024) ambrose #6evelyn #4 (2023) ambrose #5annaanna #3arthur #2augustaugust #2evelynevelyn #2evelyn #3jamesmaritzaflora #2spencer #2spencer #3vittorio (2022) ambroseambrose #2ambrose #3ambrose #4arthurspencer (2018) flora | alternative: raelyn (bd)
Spoiler:

AVATAR : jack lowden.
CRÉDITS : harley (avatar+gifs) › loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › damon williams, la lueur de l'ombre (ft. rudy pankow) › ruben hartfield, les éclats au miroir (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. zendaya coleman).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 13/06/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t46822-this-is-me-trying-malone
https://www.30yearsstillyoung.com/t46881-malone-memories-feel-like-weapons

 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Empty
Message(#) Sujet: Re: Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone]  Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] EmptyDim 28 Jan 2024 - 5:28



because all we really need to survive is one person who truly loves us
lieu: flashback.
(c): keetika (gif), luleaby (codage).

***

« C’est gentil d’avoir fait de la place. » Le sourire qu’il esquissa avec difficulté en cet instant était le parfait reflet de ce qu’il était ces derniers temps de façon plus générale: rien n’était en adéquation avec ce qu’il se passait autour de lui. Ce n’était pas une réaction adaptée que d’avoir l’impression d’être félicité pour quelque-chose qui n’aurait jamais du exister dans un premier temps - mais il avait l’impression que les remerciements d’Anna étaient à chérir, là où elle n’aurait pas du le remercier d’avoir pensé à ce type d’action dans leur propre appartement, celui qu’ils étaient supposés partager encore aujourd’hui. Mais il ne pouvait voir tout ça, Malone, à travers le voile que le manque de substance lui provoquait; il ne pouvait voir l’étrangeté de la situation parce-que sa réalité à lui n’était pas la même que celle de ses proches qui l’entourait, et elle ne l’avait pas été depuis quelques temps déjà.

La chose qu’il remarqua en revanche et sur quoi son regard s’arrêta, ce fut Oscar dans les bras de sa femme - une poupée de chiffon endormie, dans un autre pays, celui des songes. Le gamin se devait d’être fatigué, pour ne pas être sur pieds et ne pas venir courir dans ses bras; c’était là la seule explication logique à le voir de la sorte. « Euh oui… Ou peut-être l’allonger dans notre lit. » Il pinça sa lèvres inférieur un instant entre ses dents. « Dans le canapé y’a de la place, aussi. » Son esprit et son attention était de toutes façons déjà portés sur autre chose, alors qu’Anna était toujours sur le seuil de l’appartement et qu’elle n’avait pas fermé la porte à sa suite; il avait un soucis avec les bruits et les lumières, mais cela partirait au moment où elle fermerait la porte, tout irait mieux dès qu’elle entrerait pour se trouver à l’intérieur de chez eux. « Oui… Euh… Pardonne-moi… » Sauf qu’elle ne se contenta pas d’entrer et de fermer la porte; elle fit ainsi et continua tout droit pour aller déposer le gamin dans la chambre - et ce n’était pas la main tendue dans sa direction en silence de la part de Malone qui allait l’arrêter dans sa lancée, tant elle ne pouvait le voir. Il n’avait plus qu’à espérer en silence qu’elle n’ait pas la fausse bonne idée d’ouvrir le tiroir de la table de nuit, sinon elle risquait de ne pas être contente d’être venue.

Heureusement, son visage se fit de nouveau visible dans le salon, alors que Malone était en train de creuser une tranchée devant le canapé. « Il a eu de la fièvre cette nuit. Il n’a pas très bien dormi… C’est pour ça qu’il n’a pas la forme. » Presque: cela rassura Constantine. « Il ira mieux après. Il va dormir un peu, et ça ira mieux. Tu veux quelque-chose à boire ? » Lui avait envie de bien des choses plutôt que de jouer à l’adulte, mais se concentrait autant que possible sur sa tâche. « Si ça ne t’embête pas, je veux bien un café. Je n’ai pas dormi de la nuit. » - « Un café, un café… » Et déjà son attention était partie ailleurs, ses pas le menant dans une cuisine loin d’être rangée elle - quelques assiettes des derniers jours sur le comptoir et la casserole de la veille encore pleine sur la plaque électrique. « Un café… » Qu’il ne cessait de répéter entre ses dents, pour ne pas oublier en cours de route ce qu’il venait faire ici. Ses mains tremblaient, son esprit vacillait, mais il avait promis qu’au moins pour aujourd’hui il ferait des efforts. Et par rapport à ceux qu’il avait pu faire ces derniers mois, aujourd’hui était considéré comme un exploit.

Son attention avait réussi à rester centrée sur la tâche à effectuer - jusqu’au moment où la main d’Anna se fit sentir sur la peau de son avant-bras. Les muscles de ce dernier se contractèrent, et il dut mettre une dose d’énergie supplémentaire pour ne pas sursauter. « Est...Est-ce que tu vas bien ? » Leurs regards se croisèrent et Dieu qu’il aurait aimé pouvoir lui répondre par la positive en cet instant. Qu’il aurait apprécié montrer un quelque-chose de mieux chez lui, parce-que c’était là ce qu’elle cherchait. « Par rapport à quand ? » Ses dents martyrisaient ses lèvres, la chaire de ces dernières meurtries d’avoir été tant mordue. Il secoua la tête, son bras s’extirpant sans douceur malgré son envie que ce soit le cas de la main d’Anna. « Je vais bien, je vais bien, t’en fais pas… » Il se tourna pour attraper la tasse de café chaude, et dut refermer le tiroir rapidement à peine un instant après l’avoir ouvert pour lui sortir cuiller et sucre parce-que ce dernier n’était pas plein que de ça - et que les cachets s’y accumulaient, il avait oublié. « Ca va, ça va. » D’une voix plus dure, plus abrupte, plus dans le sentiment d’urgence qui le caractérisait un brin de trop ces derniers temps.






 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] 371680844 :
Revenir en haut Aller en bas
Anna Constantine
Anna Constantine
la mélodie des regrets
la mélodie des regrets
Présent
ÂGE : 34 ans (21/05/1990)
SURNOM : On l'appelle souvent "Nana" en pensant que c'est mignon. Mais le plus beau des surnoms, à ses yeux, reste "maman" prononcé par son fils.
STATUT : Séparée de Malone, depuis quatre ans, avec qui elle s'est mariée et a eu Oscar âgé de neuf ans. Depuis, elle a refait sa vie avec Samuel qu'elle a rencontré à son lieu de travail. Il a su ramasser les morceaux éparpillés de son coeur brisé, acceptant ses traumatismes et ses silences.
MÉTIER : Professeur de piano à la northlight theater company depuis trois ans maintenant, donnant parfois des cours particuliers quand la demande est là.
LOGEMENT : #88 Agnès street dans le quartier de Bayside. Elle a emménagé chez Samuel avec son fils Oscar.
 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Tuhv
POSTS : 525 POINTS : 290

TW IN RP : Deuil. Abandon. Addiction aux médicaments.
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Adepte de sport, Anna est très à cheval sur un mode de vie sain ; Elle fume occasionnellement et en cachette de son fils ; Malone aura été l'amour de sa vie mais il a été remplacé par leur fils : Oscar ; Déterminée, il est très difficile de lui faire entendre raison.... Même quand Anna a tort ; Elle est cette personne simple au coeur grand à condition de ne pas briser sa confiance. Elle est persévérante, pas du genre à lâcher même quand ça lui est difficile.
CODE COULEUR : red.
RPs EN COURS : Autumn ; August ; Sienna ; Ginny ; Malone#2(fb) ; Eddie#2 ; Malone#4 ; Ishatr (dimension zombie)



RPs TERMINÉS : Rhett ; Asher ; Laoise ; Malone ; Malone#3 ; Eddie

Sujet abandonné :
Kieran ; Ally ; Samuel ; Samuel#2 ; Abraham

AVATAR : Alicia Vikander
CRÉDITS : hécate (avatar)
DC : //
PSEUDO : Silmarillion
Femme (elle)
INSCRIT LE : 23/08/2023
https://www.30yearsstillyoung.com/t50643-anna-i-still-havent-find-what-im-looping-for
https://www.30yearsstillyoung.com/t50677-anna-where-the-streets-have-no-name

 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Empty
Message(#) Sujet: Re: Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone]  Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] EmptySam 24 Fév 2024 - 8:45



Lorsqu’elle dépose son fils dans leur lit, Anna ne peut s’empêcher de sourire en observant le visage endormi du petit. Il a l’air si innocent, ignorant totalement tous les vices de ce monde. Ignorant totalement combien l’armée peut détruire un homme. Que ce soit physiquement ou moralement. Au point de même être trop accro à un médicament et foutre sa vie en l’air. Mais pour Oscar, tout paraît normal, perdu dans le pays de ses rêves. Et durant un court instant, Anna se plaît à imaginer s’allonger à côté de lui. Elle ferait comme à la maison, un bras qui entoure le corps chaud du petit garçon, se coller contre son dos et sentir son coeur pulser contre le sien. Elle s’accroche à la vie uniquement parce qu’Oscar est là, tentant d’apporter de la consistance et de la lumière pour ne pas qu’il comprenne ce qui ne peut comprendre à un âge aussi jeune. mais elle se contente de le laisser dormir et de revenir dans la pièce principale, de cesser de respirer et d’agir comme un robot. Elle donne des nouvelles, explique la situation. C’est dur de lever le regard vers Malone sans éprouver des remords. « Il ira mieux après. Il va dormir un peu, et ça ira mieux. Tu veux quelque-chose à boire ? » Là tout de suite, c’est de force dont elle a besoin. De caféine pour ne pas s’effondrer au sol. « Un café, un café… » Elle fronce les sourcils, dévisageant la silhouette qui s’éloigne vers la cuisine. Elle le suit aussitôt. « Un café… » Comme une litanie. Comme un écho à une situation déjà passée. Anna a vécu chaque instant de la chute de Malone. Elle l’a vue se transformer et devenir ce qu’il est aujourd’hui. Et pourtant, il lui parait inconcevable de l’abandonner, là tout de suite. C’est presque une idiotie de penser ainsi d’ailleurs puisqu’elle est déjà partie. Mais au fond d’elle, il y a cet espoir qui subsiste. De se dire que le pire ne pourra gâcher complètement ce qu’ils ont été. Elle ne cessera pas d’avoir peur  pour lui, lui demandant s’il va bien. « Par rapport à quand ? » Les mots claquent comme un fouet sur ses chairs meurtries. Mais pire encore, c’est la manière dont il se défait de sa main posée sur son avant bras. Elle se serait presque vexée si la situation n’avait pas été aussi compliquée entre eux. Mais la réalité c’est qu’elle a mal de le voir s’éloigner ainsi. De lui en vouloir alors qu’au fond, il a toute les raisons de lui reprocher son départ du domicile conjugal autant qu’elle pourrait lui en tenir la même rigueur. Anna abandonne quand elle-même ne supporte pas l’idée qu’on puisse la laisser sur le bord de la route. « Malone… » Son prénom est un murmure qui transmet cette douleur qu’elle ressent. Ce n’est pas un reproche, ni une supplique. Mais elle comprend les choses, Anna. Elle comprend parfaitement ce qu’il est  en train de vivre à l’instant T. Parce qu’elle a vu et connu cet état de manque. Elle l’a vu lutter quand il disait arrêter. Et trop de fois, elle l’a vu céder à l’appel et ne plus savoir se contrôler. « Je vais bien, je vais bien, t’en fais pas… » Les mots détonnent des gestes trop brusques. Et le claquement du tiroir contre le fond la fait presque sursauter. « Ca va, ça va. » Elle déglutit un peu, presque prête à esquisser un mouvement de recul pour récupérer leur fils et s’en aller. Elle regrette un peu d’être venue le voir. C’est tout le comique de la situation tellement désespérée. À ne pas savoir comment se comporter dans ce lieu qu’elle a toujours vu comme « la maison ». C’est fou comme une personne peut vite devenir étrangère comme si elle le découvrait sous un jour nouveau. C’est là qu’elle remarque la tasse. Ses mains qui tremblent un peu. Anna trouve le courage de le dévisager, ses yeux dans ceux de Malone. « Je vais prendre la tasse. » Elle tend les mains pour récupérer le contenant fumant, ses doigts frôlent l’épiderme de l’ancien militaire. « Tes mains tremblent. » Et ça la peine de le voir dans un tel état. En un éclat d’œil, elle y a vu le manque brûlant dans ses pupilles. A-t-il entrepris les démarches pour guérir de ses maux ? Les questions se bousculent dans sa tête mais plutôt que de devoir les poser, elle préfère boire son café brûlant. Le liquide lui apporte une douleur bien moindre que ce qu’elle ressent jusqu’à présent. « Depuis quand tu... » Mais elle est incapable de murmurer ces mots qui font mal. Incapable de formuler clairement « depuis quand tu es en manque ? » Parce qu’au fond, il est des vérités qu’elle se refuse à imaginer. Anna espère que les choses trouveront leur guérison tout comme elle l’espère pour Malone. Elle se sent si inutile, finit par se taire, sentant ses lèvres trembler. Ses doigts qui se crispent sur cette tasse fumante dont la chaleur devient inconfortable. « Cette situation ne peut plus durer… » Qu’elle finit par ajouter d’une voix tremblante. Elle sent déjà ce noeud se former dans sa gorge. Les yeux qui picotent et elle se mord la lèvre intérieure pour ne pas fondre en larmes, pour tenir bon face à l’amour de sa vie qui n’est plus que l’ombre de lui-même.

@Malone Constantine   Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] 2396639051


«  Autumn carnival on the edge of town
We walk down the midway arm-in-arm
One minute you're here
Next minute you're gone »
Revenir en haut Aller en bas
Malone Constantine
Malone Constantine
le poids des regrets
 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Hu5cwsy ÂGE : trente-trois ans, l'âge du christ sans en avoir eu le comportement.
SURNOM : (jaq) lonnie, pendant un temps - révolu désormais. constantine fera largement l’affaire sinon, s’il faut vraiment.
STATUT : célibataire, parce-que c’est toujours plus simple que d’expliquer qu’il a préféré choisir l’addiction à l’autre amour de sa vie, et qu’elle a refait sa vie avec un autre alors qu’il porte toujours son alliance autour de son cou. il n'essaie pas de la reconquérir, il se contente d'apprendre à être présent pour leur fils - et c'est déjà beaucoup de travail.
MÉTIER : ancien militaire mis à la retraite bien trop tôt. agent de sécurité à l’emerald hotel pour avoir l’impression de toujours toucher un peu à ce qu’il aime. parrain chez les na+aa où il garde un œil très attentif sur les nouveaux protégés (parce-qu'il est trop bien placé pour ce genre de rôle, malheureusement). donne des coups de main pour servir les repas avec homeless connect. occupé, très occupé - entre ça et risquer la rechute, le choix est rapidement fait.
LOGEMENT : un deux-pièces mal isolé dans fortitude valley, où il est facile de suivre le programme télévision des voisins et leurs histoires de couple depuis son propre canapé (squatté temporairement par son frère ambrose le temps qu'il trouve autre chose).
 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] B4ad56a093a07dc75fb7193043cc7d4d8d4cde86
POSTS : 1756 POINTS : 570

TW IN RP : deuil, maladie, drogues/médicaments, addiction, overdose, idées noires/pensées suicidaires, perte de garde d’enfant.
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION : J'aime les jolies filles.
CODE COULEUR : royalblue.
RPs EN COURS :
(cinq) — present: anna #4flora #3vittorio #2 | past: anna #2sinead

RPs EN ATTENTE : arthur #3 › evelyn #5 › russell › spencer #4
RPs TERMINÉS : (2024) ambrose #6evelyn #4 (2023) ambrose #5annaanna #3arthur #2augustaugust #2evelynevelyn #2evelyn #3jamesmaritzaflora #2spencer #2spencer #3vittorio (2022) ambroseambrose #2ambrose #3ambrose #4arthurspencer (2018) flora | alternative: raelyn (bd)
Spoiler:

AVATAR : jack lowden.
CRÉDITS : harley (avatar+gifs) › loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › damon williams, la lueur de l'ombre (ft. rudy pankow) › ruben hartfield, les éclats au miroir (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. zendaya coleman).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 13/06/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t46822-this-is-me-trying-malone
https://www.30yearsstillyoung.com/t46881-malone-memories-feel-like-weapons

 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Empty
Message(#) Sujet: Re: Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone]  Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] EmptyMer 28 Fév 2024 - 11:11



because all we really need to survive is one person who truly loves us
lieu: flashback.
(c): keetika (gif), luleaby (codage).

***

« Malone… » Son prénom prononcé par Anna, comme une supplication, parvint avec grand mal jusque ses oreilles - comme un écho, étouffé par les erreurs et par le temps qui passait. Il savait parfaitement bien que ses questions étaient légitimes et surtout bienveillantes, qu’elle se souciait réellement de son bien être et qu’elle n’était pas venue ici pour lui mettre le moindre bâton dans les roues. Mais aux yeux de Malone, même si la présence de sa femme et de son fils sous le toit qui les avait réuni pendant longtemps était une aubaine, il ne pouvait également faire autrement que de se rendre compte qu’il y avait désormais trop de choses à cacher sous ce dernier pour que tout puisse se dérouler sans encombre. En témoignait les cachets qui s’accumulaient dans le tiroir qu’il avait ouvert - et refermé bien sur dans la précipitation. En témoignait les regards qu’il jetait à droite et à gauche, pour s’assurer qu’aucune preuve ne continue d’être visible - là où Anna était pourtant parfaitement au courant de tout ce qui se tramait. En témoignait bien des détails qu’il n’aurait jamais voulu avoir à souligner, justement - à commencer par le fait qu’il était sur les nerfs et qu’il ne saurait tenir en place. Ce n’était pas un élément tangible, mais cela restait une preuve qu’il aurait préféré ne pas avoir à dissimuler.

« Je vais prendre la tasse. » Et il ne refusa en rien le coup de main qu’elle lui proposait, non seulement parce-que la tasse lui était destinée, que parce-qu’elle remarquerait l’évidence dès qu’elle serait à ses côtés - comme si elle ne l’avait pas déjà remarqué. « Tes mains tremblent. » Désormais débarrassé de la dite-tasse, c’était d’autant plus visible que ses mains tremblaient. A dire vrai, il ne s’en apercevait presque plus que c’était bien trop souvent le cas. « Ca va, ça va passer. » Ouvrant et fermant les poings, il finit par plonger ces derniers dans les poches de son pantalon pour ne plus les voir; c’était plus simple de pousser sous le tapis les symptômes d’un quelque-chose bien plus grand. « Depuis quand tu… » Il souffla un petit rire par le nez, secouant son visage, faisant sans s’ne apercevoir les cent pas dans sa propre cuisine. « Pose pas la question si tu veux pas connaitre la réponse. » Ce n’était pas avec cette brutalité qu’il aurait désiré lui répondre en cet instant; il aurait préféré lui demander si elle était sure de vouloir s’engager sur ce chemin là alors que c’était ce dernier qui l’avait brisée déjà tant de voir auparavant. Si elle souhaitait réellement connaitre la réponse à cette question ou si elle ne saurait réfréné cette curiosité qui pourtant lui faisait du mal. Si elle avait vraiment envie de savoir à quel point son mari n’arrivait pas plus qu’avant à sortir la tête de l’eau. Si… « Cette situation ne peut plus durer…  »

A ces mots là, le visage de Malone se releva pour se tourner de nouveau vers Anna, alors qu’il était désormais à l’autre bout de la petite cuisine. Il était tant perdu dans ses pensées qu’en l’espace d’un instant, il avait oublié qu’elle était à ses côtés. « Quoi peut plus durer ? » C’était peut-être la phrase avec le moins de tremblement et le plus d’ancrage dans la réalité, finalement aussi, qu’il avait prononcé ces derniers jours - ces dernières semaines, le temps était flou. « Tu veux pas rester discuter, c’est ça ? » Mais l’entièreté de la situation était bien trop floue pour Malone, qui ne comprenait pas que les enjeux étaient d’une telle taille. Pour lui, c’était un problème passager qui pouvait être résolu facilement - sans se rendre compte que cela faisait presque des années que cela durait maintenant. « J’ai pas bien parlé, je… Je voulais pas, pardon, c’est pas voulu. » Si c’était parce-qu’il n’était pas adapté dans ses paroles et comportement en cet instant, il modifierait ces derniers ce n’était pas si compliqué - il commença déjà par s’asseoir à l’une des chaises de la cuisine pour calmer ses allées et venues dans cette dernière, laissant simplement sa jambe s’agiter sur place. « Promis Oscar est en sécurité là, y’a rien qui va lui arriver. » Il n’était pas consciemment conscient de ce qu’il se passait, de ce qu’impliquaient les paroles de sa femme, mais une partie de lui nichée dans le déni savait d’avance que cette discussion ne saurait que leur déchirer davantage le coeur. La situation mentionnée par Anna était forcément au delà de simplement cette cuisine, cette tasse, ce tiroir - ce regard, ce manque de sourires, cette peur installée au plus profond de leur être.






 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] 371680844 :
Revenir en haut Aller en bas
Anna Constantine
Anna Constantine
la mélodie des regrets
la mélodie des regrets
Présent
ÂGE : 34 ans (21/05/1990)
SURNOM : On l'appelle souvent "Nana" en pensant que c'est mignon. Mais le plus beau des surnoms, à ses yeux, reste "maman" prononcé par son fils.
STATUT : Séparée de Malone, depuis quatre ans, avec qui elle s'est mariée et a eu Oscar âgé de neuf ans. Depuis, elle a refait sa vie avec Samuel qu'elle a rencontré à son lieu de travail. Il a su ramasser les morceaux éparpillés de son coeur brisé, acceptant ses traumatismes et ses silences.
MÉTIER : Professeur de piano à la northlight theater company depuis trois ans maintenant, donnant parfois des cours particuliers quand la demande est là.
LOGEMENT : #88 Agnès street dans le quartier de Bayside. Elle a emménagé chez Samuel avec son fils Oscar.
 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Tuhv
POSTS : 525 POINTS : 290

TW IN RP : Deuil. Abandon. Addiction aux médicaments.
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Adepte de sport, Anna est très à cheval sur un mode de vie sain ; Elle fume occasionnellement et en cachette de son fils ; Malone aura été l'amour de sa vie mais il a été remplacé par leur fils : Oscar ; Déterminée, il est très difficile de lui faire entendre raison.... Même quand Anna a tort ; Elle est cette personne simple au coeur grand à condition de ne pas briser sa confiance. Elle est persévérante, pas du genre à lâcher même quand ça lui est difficile.
CODE COULEUR : red.
RPs EN COURS : Autumn ; August ; Sienna ; Ginny ; Malone#2(fb) ; Eddie#2 ; Malone#4 ; Ishatr (dimension zombie)



RPs TERMINÉS : Rhett ; Asher ; Laoise ; Malone ; Malone#3 ; Eddie

Sujet abandonné :
Kieran ; Ally ; Samuel ; Samuel#2 ; Abraham

AVATAR : Alicia Vikander
CRÉDITS : hécate (avatar)
DC : //
PSEUDO : Silmarillion
Femme (elle)
INSCRIT LE : 23/08/2023
https://www.30yearsstillyoung.com/t50643-anna-i-still-havent-find-what-im-looping-for
https://www.30yearsstillyoung.com/t50677-anna-where-the-streets-have-no-name

 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Empty
Message(#) Sujet: Re: Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone]  Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] EmptyMer 24 Avr 2024 - 8:40



Elle prend cette tasse des mains de Malone. Loin de là l’idée de le rabaisser mais elle sent que si elle n’intervient pas, le contenu finira par s’exploser au sol. Cela ne serait que de la porcelaine cassé, du liquide à nettoyer à coup de chiffon humide. Le résultat serait nickel. Ni vu, ni connu la tasse cassée mais ce n’est pas ce qu’Anna souhaite. En cet instant, tout est tellement intense, tout a une importance. Dans les non dits et les gestes, les langues se délient dans un silence assourdissant. Et elle a l’impression de tourner autour du pot. Alors oui, sauver le café est au même niveau de se maintenir droit et vaillant. « Ca va, ça va passer. » Elle ne le croit pas. Ce n’est pas comme s’il avait répété, déjà, plusieurs fois qu’il allait bien. À force de trop le dire, tout le contraire est interprété. Non, ça ne va pas. Non, une personne normale ne se comporte pas ainsi. Au fond d’elle, le comportement de Malone détonne de ses mots mais la question est quand même posée. Pour se convaincre d’une fausse vérité auquel Anna aurait aimé s’accrocher. Si seulement, tout pouvait s’armer de simplicité. Depuis quand sont-ils devenus si étrangers l’un à l’autre. Depuis quand Malone lui a t-il ri au nez comme il le fait encore ? « Pose pas la question si tu veux pas connaitre la réponse. » Anna ne peut s’empêcher de se pincer les lèvres pour ne pas répondre une remarque déplacée. Les mots l’atteignent avec bien trop de force pour s’énerver. Mais au fond d’elle, tout semble se fissurer. Tout se broie. Tout s’effondre. Elle le voit faire ses cent pas tel un lion en cage. Et les mots qui franchissent ses lippes sont le témoin d’une véritable souffrance. Je t’en supplie qu’elle aurait voulu murmurer. Mais elle se contente d’être factuelle. Ça ne peut plus durer… Oscar est à côté mais en cet instant, elle meurt d’envie de le retrouver, de pouvoir s’allonger à ses côtés et de s’endormir et de ne plus se réveiller. Pour cesser de penser. Pour arrêter d’entendre la voix de cet être aimé lui parlant avec tant de brutalité.
Peut-être ressent-il qu’elle ne va pas bien, elle le voit s’arrêter de parcourir ses 10 000 pas dans la cuisine, se tourner vers elle.
« Quoi peut plus durer ? » Elle soupire parce que c’est irrémédiablement difficile. « Tu le sais très bien. » Lui réplique-t-elle froidement, essayant de faire le tremblement de sa voix. En vain. Elle sent que les sanglots lui nouent la gorge et qu’elle va fondre en larmes si ça continue. « Tu veux pas rester discuter, c’est ça ? » c’est pourtant la raison de sa visite. Elle aurait voulu qu’ils discutent et qu’ils puissent trouver un terrain d’entente. « Je ne suis pas venue pour prendre le thé et enfiler des perles, Malone. » Elle voulait qu’il puisse voir son fils. Leur fils. Cet enfant qui réclame souvent son père. Cet enfant qui aura récolté le résultat d’une famille brisée par l’addiction. « J’ai pas bien parlé, je… Je voulais pas, pardon, c’est pas voulu. » Elle secoue légèrement la tête, Anna. Et il lui faut un effort immense pour ne pas s’effondrer complètement. Elle sent bien qu’il ne va pas bien, qu’il a l’air autant perdu qu’elle. Le seul progrès dans l’échange, c’est qu’il s’est assis et qu’il a arrêté de tourner en rond dans cette cuisine qu’elle connaît par cœur. Est-ce qu’il va reprendre sa marche ? Il y a des questions bien plus pertinentes à se poser. Mais en cet instant, Anna est incapable de voir plus loin. Elle est en mode survie. Là, elle doit d’abord rester en vie et tenir bon. « Promis Oscar est en sécurité là, y’a rien qui va lui arriver. » Peut-être parce qu’il prononce le code rouge qui éveille Anna. Qui prend réellement conscience qu’entre ces deux êtres détruits par le chagrin, il y a leur petit garçon. Et en cet instant, elle lui en veut d’oser dire ça. « Bien sûr que je sais qu’il est en sécurité ! » C’est peut être dit avec trop d’agacement dans la voix, camouflé par ce tremblement qui persiste toujours. « Jamais, au grand jamais, j’ai pensé - une seule seconde - qu’Oscar n’était pas en sécurité. Ici, avec toi. » Elle se tait un instant, inspirant pour essayer de garder son calme. Elle ne boira pas cette tasse de café qu’elle finit par poser sur le plan de travail. Elle aura voyagé de mains en mains pour finir oubliée de tous. « Et dans tout ce que tu vis, tu ne lui as jamais fait de mal… Mais Malone… » Les yeux s’emplissent de larmes. C’est typique dès qu’elle prononce son prénom. Il a tellement d’importance à ses yeux, il l’aura toujours. « Cette situation ne peut plus durer parce que c’est trop dur de vivre sans toi… Tu manques à ton fils… Tu manques à ta femme… » Elle roule le long de sa joue, cette larme qu’elle aurait aimé ne pas voir dévaler le sillon de sa peau fatiguée. Elle se passe alors la main pour en effacer toutes traces. Et elle ose reporter son regard vers son époux. « Tu me manques… Mais tant que tu seras comme ça, on ne pourra plus être ensemble… » Et c’est qui la cisaille autant. Le cœur. Les tripes. L’âme. Elle a trop encaissé durant des années et le voir sombrer sans chercher à se relever. Et pourtant, elle l’a vu essayer mais sans succès. Aujourd’hui, Anna sait ce qu’elle tolère ou non dans sa vie. Et c’est tout le paradoxe de son cœur qui appelle l’être aimé tout en le rejetant

@Malone Constantine  Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] 4143962282


«  Autumn carnival on the edge of town
We walk down the midway arm-in-arm
One minute you're here
Next minute you're gone »
Revenir en haut Aller en bas
Malone Constantine
Malone Constantine
le poids des regrets
 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Hu5cwsy ÂGE : trente-trois ans, l'âge du christ sans en avoir eu le comportement.
SURNOM : (jaq) lonnie, pendant un temps - révolu désormais. constantine fera largement l’affaire sinon, s’il faut vraiment.
STATUT : célibataire, parce-que c’est toujours plus simple que d’expliquer qu’il a préféré choisir l’addiction à l’autre amour de sa vie, et qu’elle a refait sa vie avec un autre alors qu’il porte toujours son alliance autour de son cou. il n'essaie pas de la reconquérir, il se contente d'apprendre à être présent pour leur fils - et c'est déjà beaucoup de travail.
MÉTIER : ancien militaire mis à la retraite bien trop tôt. agent de sécurité à l’emerald hotel pour avoir l’impression de toujours toucher un peu à ce qu’il aime. parrain chez les na+aa où il garde un œil très attentif sur les nouveaux protégés (parce-qu'il est trop bien placé pour ce genre de rôle, malheureusement). donne des coups de main pour servir les repas avec homeless connect. occupé, très occupé - entre ça et risquer la rechute, le choix est rapidement fait.
LOGEMENT : un deux-pièces mal isolé dans fortitude valley, où il est facile de suivre le programme télévision des voisins et leurs histoires de couple depuis son propre canapé (squatté temporairement par son frère ambrose le temps qu'il trouve autre chose).
 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] B4ad56a093a07dc75fb7193043cc7d4d8d4cde86
POSTS : 1756 POINTS : 570

TW IN RP : deuil, maladie, drogues/médicaments, addiction, overdose, idées noires/pensées suicidaires, perte de garde d’enfant.
GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION : J'aime les jolies filles.
CODE COULEUR : royalblue.
RPs EN COURS :
(cinq) — present: anna #4flora #3vittorio #2 | past: anna #2sinead

RPs EN ATTENTE : arthur #3 › evelyn #5 › russell › spencer #4
RPs TERMINÉS : (2024) ambrose #6evelyn #4 (2023) ambrose #5annaanna #3arthur #2augustaugust #2evelynevelyn #2evelyn #3jamesmaritzaflora #2spencer #2spencer #3vittorio (2022) ambroseambrose #2ambrose #3ambrose #4arthurspencer (2018) flora | alternative: raelyn (bd)
Spoiler:

AVATAR : jack lowden.
CRÉDITS : harley (avatar+gifs) › loonywaltz (userbars).
DC : ezra beauregard, le coeur navré (ft. sam claflin) › damon williams, la lueur de l'ombre (ft. rudy pankow) › ruben hartfield, les éclats au miroir (ft. harry styles) › millie butcher, le fantôme du présent (ft. zendaya coleman).
PSEUDO : luleaby.
INSCRIT LE : 13/06/2021
https://www.30yearsstillyoung.com/t46822-this-is-me-trying-malone
https://www.30yearsstillyoung.com/t46881-malone-memories-feel-like-weapons

 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Empty
Message(#) Sujet: Re: Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone]  Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] EmptyMar 7 Mai 2024 - 7:27



because all we really need to survive is one person who truly loves us
lieu: flashback.
(c): keetika (gif), luleaby (codage).

***

« Tu le sais très bien. » C’était surement ça le problème dans cette situation: il ne voyait justement pas de quoi il en ressortait en cet instant. Ce n’était pas vraiment sa faute, ou plutôt il ne le faisait pas exprès: il n’avait simplement pas assez été attentif ces derniers temps à ce qui pouvait se passer autour de lui pour comprendre de quoi elle voulait parler avec de simples phrases de cette sorte. Il faudrait qu’Anna soit plus explicite, qu’elle soit moins avare sur les détails de ce qu’elle avait en tête, parce-qu’il ne voyait pas où elle voulait en venir. « Je ne suis pas venue pour prendre le thé et enfiler des perles, Malone. » Cela tombait plutôt bien: c’était du café qu’il tentait de préparer depuis tout à l’heure; tâche qu’il avait d’ailleurs abandonné et laissé aux bons soins de sa femme tant il n’était pas capable d’accomplir la moindre chose, son attention ne sachant se fixer sur la moindre chose.

A tel point qu’il n’était pas capable de garder ses yeux rivés sur la jeune femme, qu’il n’était plus capable de déceler les changements sur les traits de son visage - de ceux qui annonçaient que la conversation allait tourner vinaigre à un moment donné, en l’occurrence juste en cet instant, à la suite de ses paroles à lui. « Bien sûr que je sais qu’il est en sécurité ! » Il fronça un brin les sourcils, laissa ses mains se crisper sur ses cuisses qu’il ne saurait arrêter de faire tressauter. Il entendait, percevait l’agacement dans sa voix; il ne saurait pas comprendre pourquoi ce dernier existait en revanche. « Jamais, au grand jamais, j’ai pensé - une seule seconde - qu’Oscar n’était pas en sécurité. Ici, avec toi. » Il déglutit; c’était pourtant la conclusion à laquelle il était arrivé, puisqu’elle ne laissait pas son fils ici maintenant, qu’elle l’emmenait partout avec elle, qu’elle avait même hésité avant d’entrer dans l’appartement. Qu’elle n’était plus présente régulièrement aussi - s’il n’était pas autant dans le déni, il aurait même avoué au moins dans son esprit qu’elle n’était plus présente du tout chez eux, ayant mis les voiles depuis quelques temps déjà. « Et dans tout ce que tu vis, tu ne lui as jamais fait de mal… Mais Malone… » - « Quoi mais Malone alors ? » Il avait soufflé ces mots là avec une certaine exaspération de son côté. Cette dernière n’était pas légitime, en rien mérité d’être reçue par Anna, mais il n’aurait su la retenir tant ses nerds étaient mis à rude épreuve ici. « Cette situation ne peut plus durer parce que c’est trop dur de vivre sans toi… Tu manques à ton fils… Tu manques à ta femme… » Malone se mit à froncer les sourcils. Il y avait des choses qu’il n’arrivait pas à relier entre elle, entre ses paroles et la réalité, il avait l’impression qu’un fossé s’était créé.

Ou, comme il ne s’en apercevait pas, qu’il avait créé. « Tu me manques… Mais tant que tu seras comme ça, on ne pourra plus être ensemble… » - « C’est toi qui es partie… » Secouant quelque peu sa tête de gauche à droite, tirant sur son cou autant que sur son col de sa main tant il sentait une sensation de chaleur monter en lui, il porta son regard sur le visage de sa femme - il pouvait voir ses yeux rougis, les larmes baignant ces derniers, mais il n’arrivait pas à faire le rapprochement avec ce qu’elle lui reprochait. « Je suis là, j’ai pas bougé, c’est toi qu’es partie et qui m’a laissé là. » Si seulement il comprenait tout ce qu’elle pouvait lui reprocher bien plus rapidement. « Je veux pas te manquer, je veux pas que tu sois ailleurs, mais tu restes pas là… Et t’emmènes le petit avec toi tout le temps… Se relevant de la chaise sur laquelle Malone avait fini par s’asseoir, il se remit à marcher en long, en large, à faire les cent ans alors que ses mains s’ouvraient et se fermaient sans cesse, les bras le long de son corps. « Tu peux pas me dire que je te manque si c’est toi qui pars, tu peux pas… Tu peux pas… » Il eut un petit rire qui ressemblait à un soupire affecté par la peine d’une réalisation se mettant en place malgré lui. « C’est quoi comme ça pour toi, hein ? C’est quoi être ensemble pour toi, hein ? » Et le regard qu’il remonta vers elle était peut-être baigné à son tour de larmes; elles n’étaient pas toutes de tristesse, une partie étant d’énervement de son système interne tant le manque était présent en cet instant, mais une partie pouvait faire écho à celles qu’Anna portait dans son regard également.






 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] 371680844 :
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

 Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Empty
Message(#) Sujet: Re: Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone]  Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone] Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Because all we really need to survive is one person who truly loves us… [Alone]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: hors du temps :: flashbacks
-