AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Aide les nouveaux à se sentir chez eux
Deviens parrain!
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment :
Code promo Cdiscount : -5€ dès 59€ ...
Voir le deal

 nobody puts baby in a corner ღ aisling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Robin-Hope Berry
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente six voyages autour du soleil
SURNOM : rob, robinou, robin des bois, carotte, la p'tite lapine, allons-y gaiement !
STATUT : poly, wild & free!
MÉTIER : artiste peintre & sculptrice, curatrice à la galerie d'art, bénévole dans un refuge pour animaux.
LOGEMENT : cottage de fée sous lsd à logan city, feuillu charmant et bordélique, peuplé (de cheveux longs de grands lits et de musique) des nombreuses créatures recueillies en chemin, vous êtes les bienvenues !
nobody puts baby in a corner ღ aisling Original
POSTS : 5823 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : hippie rêveuse dans l'âme ☽ fouillis intrépide & survolté, furieux de tout vivre & tout essayer ☽ orpheline trouvée à la naissance, a grandi en foyers ☽ cœur cabossé, cicatrice au creux du décolleté ☽ (hyper) sensible, optimiste, lunatique, excentrique, impulsive & passionnée ☽ l’art comme éxutoire ☽ d'un extrême à l'autre ☽ fervente protectrice des animaux, de la nature & des plus démunis ☽ vit pour les aventures spontanées, la créativité, les concerts de rock, les cookies vegan, la liberté, les conversations avec des êtres authentiques & les roucoulements de chats ღ
RPs EN COURS : gaby (fb)aisling 2phoenix 2jill (fb)aisling 3gaby 3casey (fb) ☽ lily

nobody puts baby in a corner ღ aisling Yjlg

dimension zombies : zombinsonkyte rôdingdimension fantômes : lady jamesonbloody gabydimension momie : j'te vengerai roger


RPs EN ATTENTE : joseph (fb teotfw) ☽ gaby (librairie) ☽ birdie
AVATAR : rachel mcadams
CRÉDITS : (ub) jamie
PSEUDO : birdie
INSCRIT LE : 08/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7659-robin-hope-berry-fall-seven-times-stand-up-eight https://www.30yearsstillyoung.com/t8093-robin-hope-life-is-a-daring-adventure-or-nothing-at-all https://www.30yearsstillyoung.com/t19923-robin-hope-berry https://www.30yearsstillyoung.com/t25303-robin-hope-berry

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling EmptySam 12 Sep 2020 - 2:51





nobody puts baby in a corner
“We get it on most every night when that moon is big and bright. It's a supernatural delight, everybody's dancing in the moonlight, dancing in the moonlight. Everybody's feeling warm and bright it's such a fine and natural sight. Everybody's dancing in the moonlight.” @aisling hayes

J’adore danser, j’ai toujours adoré danser, d’aucun dirait que je ne sais, en fait, pas vraiment danser, mais ce n’est pas grave : j’adore vraiment beaucoup danser. Les bouclettes rebondissantes, la main s’agitant sur le côté, la robe voltigeant en tout sens, je swingue de bon cœur avec mon cavalier gominé du cheveux sur cet air de rock effréné des années 50s, sautillant, glissant entre ses jambes, écrasant quelques orteils au passage et tournoyant plus encore. Partout autour de nous, les robes à volants volent volent volent, il y a des couleurs vives, des bouteilles de coca cola en verre, du polka, des lèvres carmins, des foulards dans les cheveux soyeux, ça sautille, ça voltige, tout le monde joue le jeu, c’est merveilleux. Paradoxalement, si je danse un peu tout le temps un peu partout, les soirées dansantes ne sont pas l’endroit où je préfère le faire (pas assez d’air, trop de pieds qui se glissent sous les miens…) mais ce soir, le thème rockabilly m’avait appelé comme le chant des sirènes et tel un marin envouté je m’y étais joyeusement jeté. Aucun regret. En plus s’il y a une danse « réelle » que je maitrise à peu près, c’est bien le Boogie Woogie ! En avant la musique ! Je finis d’ailleurs un petit saut dont j’ai complètement oublié le nom quand soudain je la vois, au bout de la piste, dans un tout petit coin, ma merveilleuse pinup tatouée aux cheveux d’ébène et immenses mirettes bleutées. Mes yeux s’arrondissent de joie tandis que toutes les mâchoires de l’assemblée s’écrasent sur le sol et je fais un petit bond sur moi-même et sur mon partenaire, survoltée « Oh mon dieu ! Elle est pas magnifique, ma guse ?! » (j’ai hésité entre girl et muse, j’ai dis guse, bon, que voulez-vous). Lon (mon cavalier gominé du cheveux, donc) tourne la tête vers moi en haussant un sourcil interrogatif sans se défaire de son immense sourire Colgate charmant mais je ne le vois déjà plus et fonce sur mon amie. Je ne m’arrête d’ailleurs pas une fois à sa hauteur et, petite erreur de calcul psychomoteur-espace-temps, je la percute de plein fouet. Ne me laissant pas décontenancer pour autant, j’enroule mes bras autour d’elle et la serre aussi fort qu’elle m’a manqué « T’es là t’es là t’es là ! Et t'es radieuse wow look at you ! (Aisling a toujours eu très bon goût, la prochaine fois, c’est elle qui m’habille, c’est dit !) You’re just too good to be true, can’t take my eeeeyes off of youuu ! » Je prends ma voix de crooneur à la Frankie Valli alors que je la fais délicatement tourné sur elle-même comme un gentleman avant de l’arrêter devant moi avec un immense sourire qui me traverse le visage de part en part. Ensuite je me raidis « Oh non ! J’avais la parfaite punchline et je l’ai laissé filé attends je reviens ! » je fais quelques pas vers la piste de danse et puis de nouveau vers elle, sourire de côté, my best macho face, et très fière de moi, je lui décoche : « … nobody puts Baby in a corner ! (parce qu’elle est dans un coin et qu’elle est baby, vous l’avez ? Moi elle me fait beaucoup rire, d’ailleurs, je me bidonne (bon, je suis off d'une petite décennie mais peu importe !)) Aah ! Cette soirée est folle, non ? On dirait vraiment qu'on a remonté le temps ! Je me sens comme Marty qui crash la prom de ses parents ! D’ailleurs parlant d’amour… j’ai quelqu’un à te présenter ! » (sourcil sourcil)  « Tu te souviens ton gars médecin dont la voyante flippante avait parlé ? Eh bah… je crois que je l’ai trouvé ! » J’ai tout juste le temps de glisser ça à son oreille avec un sourire mutin que Lon rapplique avec sa voix grave et son sourire le plus charmant « Nobody puts Baby in a corner » « Je lui ai déjà fait » « Bien vu. » « Aisling je te présente Lon, Lon, voici Aisling ! » Il a théâtralement sorti sa main de dernière son dos pour attraper celle d’Aisling et s’incliner comme pour faire un baise main sauf que non, le tout en la regardant dans les yeux. « Charmé… Mesdemoiselles, puis-je vous offrir un verre ? Whisky ? Pepsi ? » « Oooh, oui ! Deux milkshakes à la fraise, s’il te plait ! (le préféré d'Aisling) Au soja pour moi. Si y a pas prend ce que tu veux. » « Tout de suite. » « Merci Lon ! » Il me fait un clin d’œil puis regarde Aisling et lui décroche un sourire de tombeur avant de tourner les talons. La bouche grande ouverte, je reste silencieuse environ une demi seconde avant de me retourner vers mon amie les yeux plein d’étoiles exorbités d’excitation « Alors ? Il est très bel homme, non ? » Avec sa mâchoire carrée, ses yeux bleus de chiots et son essence très ‘virile’, il me fait penser à Superman. Et Superman, c’est exactement ce qu’il faut à mon Aisling ! Tapotant mes doigts les uns contre les autres, je couve mon amie du regard, impatiente de découvrir si elle est aussi enthousiaste que moi à propos de tout ça.

code black pumpkin




please picture me in the weeds, before i learnt civility i used to scream ferociously any time i wanted.

:rainbow::
 
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
nobody puts baby in a corner ღ aisling Ot4j
POSTS : 1222 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]Laoise

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

nobody puts baby in a corner ღ aisling Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [3] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
nobody puts baby in a corner ღ aisling 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling EmptyMar 22 Sep 2020 - 3:31





nobody puts baby in a corner
All we need is music, sweet music. There'll be music everywhere. There'll be swinging, swaying, and records playing, dancing in the street. Oh, it doesn't matter what you wear, just as long as you are there. So come on, every guy, grab a girl, everywhere around the world!

Les doigts plissant les volants soyeux de sa robe à pois framboise, le mollet agité d’un tremblement nerveux sous le tulle de ses jupons, Aisling regarde les lumières du soir défiler derrière les grandes vitres frémissantes. Enfin, le bus s’arrête et elle s’en échappe, laissant dans son sillage une brume de froufrous et l’effluve de son parfum fleuri. Ses talons de danse claquent sur le bitume de Brisbane et elle court presque pour rejoindre la salle des fêtes, portée par la hâte de retrouver sa mini pinup féérique et de quitter la rue où les gens la dévisagent d’un air mi amusé mi intrigué qui ne lui dit rien de bon. Enfin, elle y est. Un sourire fasciné peint sur ses lèvres cerise, elle glisse un billet à l’entrée sans parvenir à détacher ses yeux de cette ambiance qui l’appelle avec sa musique old school, ses décors vintage et ses danseurs énergiques, dont les mouvements audacieux éclaboussent l’atmosphère de couleurs vibrantes et résolument fifties. Un peu intimidée par le climat jovial et les couples qui s’en donnent à cœur joie sur la piste, Aisling se faufile discrètement entre les groupes animés, évite les plateaux apéritifs comme les cavalières qui voltigent sous l’impulsion pas toujours maîtrisée de leurs partenaires de danse, longe les murs dans l’espoir de repérer la tignasse bouclée, le petit nez volontaire et l’énergie mordante de Robin. Elle l’aperçoit enfin, vibrant de toute son âme sur un rythme qu’elle semble être la seule à entendre et qui la fait sautiller d’extase. Elle atterrit à peine que leurs yeux se croisent, et ceux de Robin s’écarquillent d’excitation et de joie. Un peu intimidée, Aisling lui fait un signe de la main, puis se laisse séduire par l’emportement de son amie et esquisse un petit bond enthousiaste. En face, l’australienne la dévisage comme si elle venait de voir un énorme chaton sur lequel elle aurait irrémédiablement envie de foncer. Et d’ailleurs… c’est ce qu’elle fait. Le rire d’Aisling se transforme en un couinement surpris quand elle réalise que le mini boulet canon lancé à toute vitesse dans sa direction n’a pas l’intention de freiner avant l’impact. Leurs retrouvailles sont explosives, et elles tombent plus ou moins littéralement dans les bras l’une de l’autre.  « T’es là t’es là t’es là ! Et t'es radieuse wow look at you ! You’re just too good to be true, can’t take my eeeeyes off of youuu! » Elle lui chante sans manquer une mesure, la fait tourner du bout des doigts comme pour admirer sa tenue. Les joues rosées, Aisling savoure le compliment qu’elle lui offre et s’exécute avec joie. « Pour une fois que j’peux porter cette robe ! » Genre…  ailleurs que sur un photoshoot. La modèle voudrait rendre son compliment à Robin, qui est absolument renversante dans sa petite robe fluide, mais elle a tout juste le temps d’ouvrir la bouche que la joie déserte les traits de son amie et une expression horrifiée la remplace. « Oh non ! J’avais la parfaite punchline et je l’ai laissé filer attends je reviens ! » « Je- quoi ? » Un poil désemparée, Aisling la regarde s’éloigner pour mieux lui revenir, un sourire si séducteur sur ses lèvres écarlates qu’elle en aurait probablement flippé si Robin avait été un homme. « …nobody puts Baby in a corner! » Qu’elle lui sort alors, le torse bombé d’importance et les yeux pétillants de son rire. Aisling la rejoint aussitôt qu’elle comprend la référence, une main devant son visage et les épaules secouées de spasmes enjoués. Ensuite, l’australienne s’extasie sur la soirée, et comme toujours lorsqu’elles se laissent emporter par l’euphorie ambiante, leurs paroles s’entremêlent : « Aah ! Cette soirée est folle, non ? On dirait vraiment qu'on a remonté le temps ! » « Mais oui ! C’est trop génial et super beau les robes tout ça… puis la musique ! » « Je me sens comme Marty qui crash la prom de ses parents ! » « C’est ça ! C’est exactement ça !! » « D’ailleurs parlant d’amour… j’ai quelqu’un à te présenter ! » Un sourire radieux aux lèvres, Aisling ouvre la bouche pour surenchérir une fois encore quand le sourcil audacieux de Robin l’interpelle une seconde avant que le sens de ses paroles ne se fraie un chemin jusqu’à son cerveau. Attends… quoi ? « Tu te souviens ton gars médecin dont la voyante flippante avait parlé ? Eh bah… je crois que je l’ai trouvé ! » Elle lui glisse sur le ton de la confidence, un sourire complice plissant ses yeux clairs tandis qu’un jeune homme les rejoint d’un pas tranquille. Les paumes moites, le cœur battant à cent à l’heure, Aisling braque un regard vaguement paniqué sur Robin avant d’oser relever les yeux vers le nouveau venu juste à temps pour l’entendre clamer : « Nobody puts Baby in a corner. » Voix grave, sourire séducteur, le regard clair, galant… nul doute que son numéro de charme aurait fait tomber n’importe quelle fille de l’assemblée aussi surement qu’il déclenche l’angoisse de celle à qui il le destine. Elle lui offre toutefois un sourire qu'elle espère à la fois poli et amusé et bénit Robin de détourner l’attention du jeune homme en lui glissant quelques mots : « Je lui ai déjà fait » « Bien vu. » Apaisée par sa réponse nonchalante et leur échange complice, Aisling se rassure quelque peu en se disant qu’il n’y a rien à craindre, que Robin ne lui présenterait certainement pas le genre de mec qu’elle croise dans son boulot. « Aisling je te présente Lon, Lon, voici Aisling ! » Quand vient l’heure des présentations, la panique s’est assez dissipée pour qu’elle parvienne à offrir à Lon un sourire sincère, quoi que vaguement décontenancé par le geste théâtral qu’il exerce pour attraper sa main et feindre d’y déposer un baiser. « Charmé… » Il souffle avec un poil d’autodérision et assez d’humour pour qu’elle laisse échapper un petit rire amusé. « Euh… enchantée, pareil. » Réponse bancale au mieux, mais le dit Lon ne se laisse pas déstabiliser. Visiblement homme à prendre les choses en main (as he should!), il se propose aussitôt de les abreuver et Robin l’oriente habilement vers un milkshake, clairement la boisson la plus appropriée pour rester dans l’ambiance fifties jusqu’au bout des lèvres. Celles d’Aisling restent d’ailleurs inutilement scellées tandis qu’elle hoche frénétiquement la tête pour communiquer son accord comme son excitation à la perspective réjouissante de siroter sa boisson préférée. Lon en fait aussitôt sa mission, et l’irlandaise a tout juste le temps de le remercier tandis qu’il s’éloigne que Robin se tourne vers elle au ralenti, les yeux écarquillés d’une lueur fervente et la bouche grande ouverte sur un sourire dément. « Alors ? Il est très bel homme, non ? » Légèrement embarrassée, Aisling souffle un petit rire et se mordille nerveusement la lèvre inférieure. « Euh oui... c’est sûr qu’il est très beau mais… » Elle n’a pas le temps de rassembler le courage de terminer sa réponse qu’une petite troupe de danseurs éméchés les bousculent et lui font perdre le fil de sa pensée. « Oh, pardon ! Je ne vous avez pas vues ! » S’exclame l’une d’entre elle en attrapant leurs épaules, l’air aussi contrit que sa coiffe à plumes pend de travers. « C’est rien, vraiment. » s’empresse de répondre Aisling en secouant la main et la tête pour la convaincre qu’elle n’a rien fait de mal. « Mais vous êtes si jolies toutes les deux ! Regardes donc ça Brad ! » « Elles sont à cro-quer ! » Réplique aussitôt son cavalier, presque plus maquillé qu’elle encore, jusqu’au bout de ses ongles manucurés qu’il agite lascivement devant leurs visages. « Merci, vous aussi ! » Aisling répond timidement, les joues soudain assorties à la couleur de sa robe. Elle les regarde s’éloigner d’un air intrigué puis se tourne brusquement vers Robin alors que leurs compliments lui reviennent. « C’est vrai qu’t’es super belle ! Cette coiffure te va trop trop bien, j’voulais te l’dire tout à l’heure, avant qu’tu repartes pour me sauver d'mon coin ! Et ta robe ! » Elle précise avec un petit rire, tâte le tissu doux et fluide qui enveloppe son amie, rêvasse déjà en l’imaginant virevolter sur la piste de danse. « C’est si inspirant Robin ! Ça m'donne tellement envie de danser ! » L’expression d’extase qui flottait sur son visage fane légèrement quand la réalité la rattrape pour lui rappeler un détail on ne peut plus fâcheux. « Mais… j’ai pas d’cavalier ! Puis ça fera un peu bizarre si on danse toutes les deux, non ? » Les sourcils froncés, elle termine tout juste d’exposer son désarroi quand son regard accroche la silhouette de Lon un peu plus loin dans la foule. Un sourire étincelant sur ses lèvres bien coupées, les yeux pleins de promesses, il s’en revient de sa mission milkshake d’une démarche conquérante qui rappelle soudain à Aisling l’urgence de la situation. « My god, Robin ! J’peux pas danser avec Lon ! J’ai un copain ! J’crois qu’c’était pas c’genre de guérisseur d’quoi elle parlait la voyante ‘fin bref on s’en fout j'te raconterai c’est pas l’point mais c’que j’veux dire c’est que- » Elle mitraille à tout allure pour tenter de terminer son idée avant son retour. Hélas, elle n’est pas assez rapide. « Et un milkshake pour ces demoiselles, un ! » D’un mouvement fluide de la hanche, le voilà qui se faufile entre elles et distribue ses boissons comme ses clins d’œil. « Merci Lon ! » Un sourire aux lèvres, elle referme ses doigts autour du verre glacé, étonnée de constater qu’étant donné les circonstances, elle n’est pas si mal à l’aise en sa présence. Faut dire que Robin est au courant maintenant, elle pourra me protéger ! Mais dans le fond, il n’y a pas que ça. La vérité, c’est que Lon a l’air plutôt sympa. Et le pire, c’est qu’il pourrait même être totalement son type… s’il était un peu plus grand, un peu moins baraqué et un peu plus tatoué. « C’était pas mal votre danse, vous prenez des cours ensemble tous les deux ? » Elle lance avant de refermer ses lèvres autour de sa paille, histoire de faire la conversation et recentrer sur ce qui semble être une de leur passion commune.

code black pumpkin



you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

nobody puts baby in a corner ღ aisling 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Robin-Hope Berry
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente six voyages autour du soleil
SURNOM : rob, robinou, robin des bois, carotte, la p'tite lapine, allons-y gaiement !
STATUT : poly, wild & free!
MÉTIER : artiste peintre & sculptrice, curatrice à la galerie d'art, bénévole dans un refuge pour animaux.
LOGEMENT : cottage de fée sous lsd à logan city, feuillu charmant et bordélique, peuplé (de cheveux longs de grands lits et de musique) des nombreuses créatures recueillies en chemin, vous êtes les bienvenues !
nobody puts baby in a corner ღ aisling Original
POSTS : 5823 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : hippie rêveuse dans l'âme ☽ fouillis intrépide & survolté, furieux de tout vivre & tout essayer ☽ orpheline trouvée à la naissance, a grandi en foyers ☽ cœur cabossé, cicatrice au creux du décolleté ☽ (hyper) sensible, optimiste, lunatique, excentrique, impulsive & passionnée ☽ l’art comme éxutoire ☽ d'un extrême à l'autre ☽ fervente protectrice des animaux, de la nature & des plus démunis ☽ vit pour les aventures spontanées, la créativité, les concerts de rock, les cookies vegan, la liberté, les conversations avec des êtres authentiques & les roucoulements de chats ღ
RPs EN COURS : gaby (fb)aisling 2phoenix 2jill (fb)aisling 3gaby 3casey (fb) ☽ lily

nobody puts baby in a corner ღ aisling Yjlg

dimension zombies : zombinsonkyte rôdingdimension fantômes : lady jamesonbloody gabydimension momie : j'te vengerai roger


RPs EN ATTENTE : joseph (fb teotfw) ☽ gaby (librairie) ☽ birdie
AVATAR : rachel mcadams
CRÉDITS : (ub) jamie
PSEUDO : birdie
INSCRIT LE : 08/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7659-robin-hope-berry-fall-seven-times-stand-up-eight https://www.30yearsstillyoung.com/t8093-robin-hope-life-is-a-daring-adventure-or-nothing-at-all https://www.30yearsstillyoung.com/t19923-robin-hope-berry https://www.30yearsstillyoung.com/t25303-robin-hope-berry

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling EmptyDim 15 Nov 2020 - 5:45





nobody puts baby in a corner
“We get it on most every night when that moon is big and bright. It's a supernatural delight, everybody's dancing in the moonlight, dancing in the moonlight. Everybody's feeling warm and bright it's such a fine and natural sight. Everybody's dancing in the moonlight.” @aisling hayes

Le nez pointé vers la bouille écarlate de ma longue amie, je me réjoui d’entendre que Lon semble également lui plaire et m’en frotterais presque les mains quand tout à coup, l’on me bouscule sans ménagement. AH ! Laissant échapper un petit cri de surprise, je vois plusieurs pieds s’emmêler aux mieux par terre et suis aussitôt rattrapée par des mains fermes sur mes épaules alors qu’une voix s’excuse pour la maladresse. J’ai tout juste le temps de relever la tête que mon regard est attiré par de grandes plumes décorant les coiffes de nos nouveaux amis et un sourire me fend le visage de part en part. « Waaah j’adore vos plumes ! » je dis aussitôt, des étoiles pleines les yeux, inspirée par cette vibe années 20s qui me donne aussitôt envie de faire comme eux. « Mais vous êtes si jolies toutes les deux ! Regardes donc ça Brad ! » s’exclame l’une « Elles sont à cro-quer ! » renchérit Brad « Merci, vous aussi ! » contre glisse Aisling « Aw, you guys » je roucoule en même temps, touchée, collant ma joue à mon épaule et battant des cils alors que je reçois leurs gentils compliments. Brad me boop alors le bout du nez et la petite troupe disparaît dans un nuage de plumes et de froufous tout à fait hypnotisant. Une partie de moi veut d’ailleurs leur sautiller joyeusement après et continuer la fête avec eux mais une partie de moi veut aussi rester ici et je secoue la tête pour me rappeler à l’ordre, tournant alors mon regard couvant vers mon amie. J’ai perdu le fil. Que disions-nous mon enfant ? « C’est vrai qu’t’es super belle ! » ajoute-t-elle tout à coup et je suis pas sûre qu'on discutait de ça mais elle est adorable et je lui souri tout grand. « Cette coiffure te va trop trop bien, j’voulais te l’dire tout à l’heure, avant qu’tu repartes pour me sauver d'mon coin ! Et ta robe ! » « Oh why thank you » je réponds, flattée, regardant ma petite robe vintage de thrift shop et l’agitant légèrement. Elle tâte le tissu, semble approuvé. « C’est si inspirant Robin ! Ça m'donne tellement envie de danser ! » j’agite les poings, son enthousiasme ravivant le mien. « Moi aussi ! Et ça tombe bien c’est l’endroit parfaaaiiit ! » Ses yeux pétillants d’inspiration et de joie se voilent cependant aussitôt et je fronce les sourcils. Qu'y a-t-il mon enfant ? « Mais… j’ai pas d’cavalier ! Puis ça fera un peu bizarre si on danse toutes les deux, non ? » Nah ? Pourquoi donc ? Interloquée, je réfléchis une seconde à la question et puis tout devient clair : ah, oui, la différence de taille, bien sûr. Je peux cependant lui assurer qu’on va gérer sans soucis, que j’ai totalement confiance en nous et que je suis robuste et pourrai donc sûrement la porter autant qu’elle le veut mais tout à coup elle se raidi comme un rongeur dans les phares d’un camion, truffe aux aguets, s’agite d’un pied sur l’autre et je referme la bouche, concernée, cherchant la cause de son émoi sur son doux visage tandis qu’elle fixe quelque chose à l’horizon puis ses chaussures (qu’elle a jolies, d’ailleurs !) « My god, Robin ! J’peux pas danser avec Lon ! » Ah oui, Lon, voilà où en était, tout me revient à présent ! Je glousse toute seule en dedans alors que l’air jazzy emporté dans lequel l’orchestre s'est lancé semble de plus en plus fort et je dois tendre l’oreille pour continuer d’entendre ce qu'elle murmure à toute allure. Derrière la trompette stridente, je crois quand même déceler les mots : « J’ai un copain ! » « Un copain ?! Mais ! On m’dit jamais rien à moi ! » J’crois qu’c’était pas c’genre de guérisseur d’quoi elle parlait la voyante ‘fin bref on s’en fout j'te raconterai c’est pas l’point mais c’que j’veux dire c’est que- » Bouche ouverte, yeux plissés pour mieux entendre les gazouillements d’Aisling dont la voix semble partir en fondu, je sens les questions se bousculer dans mon esprit. En dix ans d’amitié, je crois bien que c'est la première fois qu'elle mentionne un copain ! Mon côté mamie gâteau veut lui pincer les joues en sautillant de joie et lui demander de tout me raconter, si elle est heureuse, si il est gentil (et gare à lui s’il ne l’est pas !) Mon côté cupidon analytique tombe des nues : Aisling a un copain ? Guérisseur qui plus est ? Pourquoi je suis pas au courant ? Ou ai-je sciemment effacé cette information de ma mémoire ? Impossible ! Me serais-je trompé en interprétant les augures Lonnesque ? Impossible le retour ! Et puis quand bien même, pourquoi avoir un copain l’empêcherait de danser avec Lon ? C't'à n'y rien comprendre. « Et un milkshake pour ces demoiselles, un ! » Lon, justement, qui réapparait entre nous, distribuant boissons et clins d’œil à tout va et je détourne mon regard plissé jusque là fixé sur mon amie pour le remercier avant d’attrape mon breuvage et de greffer mes lèvres à la paille. « Merci Lon ! C’était pas mal votre danse, vous prenez des cours ensemble tous les deux ? » « Ah non… (on se regarde) mais on devrait ! » « On devrait ! » (et on re-regarde Aisling) « Aisling est une excellente danseuse ! » j’explique alors à Lon après avoir repris une longue aspiration de mon sojashake délicieux histoire de souligner que son compliment est celui d’une pro puis je lui tends mon verre afin qu’il puisse goûter lui-même. « Ah oui ? Madem- » Oh oh, warning, je sens le « mademoiselle m’accorderait-elle cette danse ? » arriver à grands pas et si Aisling n’ose pas dire non elle sera très mal à l’aise et si elle fait une crise d’angoisse il sera très mal à l’aise et oh seigneur une solution vite vite vite vite vi- « VOUS SAVIEZ QU'EN ALLEMAGNE ON PEUT ACHETER UN KETCHUP LICORNE ? » (j’ai paniqué) les regards convergent vers moi, je m’éclairci la gorge et reprend plus calmement en remettant une petite mèche rebelle en arrière : « Ouai, il est rose-rouge avec des paillettes et tout… » « Je… non, je l’ignorais ! » répond poliment Lon avec son éternel sourire charmant alors que ma paille s'agite toujours devant ses yeux et il finit d’ailleurs par comprendre, décochant un nouveau sourire et prenant une goulée à même le verre avant de se pincer les lèvres en fronçant les sourcils comme s’il venait de déguster un fin whiskey. « Hum ! Très bon. » il confirme, sourcils redressés, presque surpris, et je récupère mon bien précieux. « Lon est médecin, au fait ! » j’explique ensuite à Aisling avec un petit mouvement de tête vers ce dernier, reprenant les présentations que j’avais un peu oublié de faire tout à l’heure sous le coup de l’enthousiasme, mais Lon est guérisseur ! « Chirurgien, oui » « Et il a son propre… pod-cast de… motivation et confiance en soi, c’est ça ? » (essayé-je toujours lowkey de prouver à mon amie que Lon est un perfect match ? peut-être que oui peut-être que non le magicien blanc saura, lui) « C’est ça, des outils de réussites concrets qui apprennent la discipline. Rien de tel pour bien commencer la journée ! » « Tu t’écoutes toi-même au matin ? » « Eh bien… oui » il rigole, je rigole, il se tourne vers Aisling : « Vous dansez depuis longtemps ? » il demande ça avec le regard sincère de celui qui s’intéresse réellement et me conforte dans mon intuition qu’il est vraiment un chic type alors j’attrape à nouveau ma paille pour me taire et leur laisser un peu d’espace quand tout à coup les premières notes électrisantes de Johnny B Good retentissent et je fais un bond sur place. « Hmhm ! » je m’agite, bouche pleine et main devant les lèvres pour ne pas tout recracher avant de déglutir au plus vite « GREAT SCOTT j’adore cette chanson, cette fois on est vraiment dans retour vers le futur ! Lon, tu nous excuses une minute ? J’kidnappe ma copine ! » « Je vous en pris » se marre-t-il élégamment en reprenant nos verres et j’attire Aisling sur la piste de danse, surexcitée, biggest clock-block involontaire que je suis, commençant déjà à swinguer et agiter mes mains de chaque côté de ma tête aux bouclettes bondissantes. « Tu préfères être George ou Lorraine ? Moi je préfère être George mais c’est comme tu veux ! (pointe du pied glissant sur le sol, vif, dynamique, main se tendant galamment vers la sienne) Au fait je suis pas sûre d’avoir compris tes coups d’œil en biais ma truffe, tout va bien ? (je la fais tourner sur elle-même) Il nous faut un mot de code si tu veux fuir ? Genre… Nacedo fait l’chaud ? (je passe sous nos bras) Hm, non, pas assez random. M’enfin tu sais si tu veux pas danser avec Lon y a pas de soucis hein, je peux même lui expliquer (petits pas de rock à gauche, petits pas de rock à droite, balancé arrière, pied fou) Mais vous pouvez aussi danser en temps qu’amis si ça te dit, (on se rapproche, mains jointes, et on recule sans se lâcher) il est cool et bon danseur ! » J’ai envie d’ajouter qu’elle pourrait aussi avoir deux copains si elle voulait mais c’est peut-être un peu prématuré, et puis de toute façon « Tu m’dis ! » Quoi qu’elle préfère, moi je la soutiens de tout cœur et d’ailleurs pour le prouver voilà que je lui tends mes petits bras pour la réceptionner, si d’aventure il lui prenait l’envie de sauter sur le refrain enflammé. I got you ma Lorraine Baby no longer in a corner lapereau irlandais !

code black pumpkin




please picture me in the weeds, before i learnt civility i used to scream ferociously any time i wanted.

:rainbow::
 
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
nobody puts baby in a corner ღ aisling Ot4j
POSTS : 1222 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]Laoise

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

nobody puts baby in a corner ღ aisling Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [3] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
nobody puts baby in a corner ღ aisling 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling EmptyMer 9 Déc 2020 - 3:14





nobody puts baby in a corner
All we need is music, sweet music. There'll be music everywhere. There'll be swinging, swaying, and records playing, dancing in the street. Oh, it doesn't matter what you wear, just as long as you are there. So come on, every guy, grab a girl, everywhere around the world!

L’air perturbé et curieux qu’affichait Robin se dissipe alors qu’elle braque ses gros yeux sur Lon, qui en fait de même. « Ah non… mais on devrait ! » « On devrait ! » Ce point éclaircit, leurs billes bleues plissées de bonté se fixent à nouveau sur Aisling, qui ne peut s’empêcher de leur trouver une certaine alchimie. En fait, c’est plutôt eux qui iraient bien ensemble… Seulement Robin semble avoir du mal à se détacher de son idée de base, à moins que ce soit juste naturel, pour elle, de vendre ses amies : « Aisling est une excellente danseuse ! » Son cœur s’emballe, ses yeux s’écarquillent légèrement de panique tandis que ses joues prennent une couleur rosée en réponse au compliment qu’elle lui offre. « Non enfin disons que j’me débrouille je… » Elle bafouille en haussant une épaule timide comme pour atténuer l’effet de ses paroles. Ça ne décourage bien évidemment pas Lon, qui, un sourire charmeur au coin de ses lèvres charnues, ne perd pas une seconde : « Ah oui ? Madem- » Les paumes moites, Aisling n’a cependant pas le temps de se laisser engloutir par la panique qu’un cri de Robin la fait sursauter et attire son attention. « VOUS SAVIEZ QU'EN ALLEMAGNE ON PEUT ACHETER UN KETCHUP LICORNE ? » Une main sur sa poitrine comme pour calmer les battements erratiques de son cœur, l’irlandaise laisse échapper un petit rire nerveusement conquis en comprenant que son amie a bien reçu son message et vient de discrètement lui sauver la mise. En lui parlant de son animal mythique préféré en plus ! « MAIS C’EST TROP GENIAL ! » Elle s’emballe alors, les yeux surement aussi brillant que ledit ketchup. « Ouai, il est rose-rouge avec des paillettes et tout… » « J’aimerais tellement qu’ils en fassent en Australie ! » Elle trépigne, sautille presque. Une excitation peut être un peu exagérée, en dépit de sa passion avérée pour les licornes. Lon semble moins emballé par l’idée, si l’on en croit son sourire peu passionné, quoi que poli. Il disparaît d’ailleurs dans son verre, en déguste les arômes comme Aisling n’a jamais vu personne le faire. Il faut dire que dans son milieu, les mecs ont plutôt tendance à s’avaler n’importe quoi directement au goulot, et le goût de leur breuvage importe moins que son pourcentage d’alcool. Intriguée par sa retenue, elle ne peut s’empêcher de le dévisager, ne se détournant timidement que lorsqu’il relève les yeux vers elle alors que Robin lui apprend : « Lon est médecin, au fait ! » Un mélange étrange de fierté et d’humilité se peint sur le visage du jeune homme tandis qu’il précise : « Chirurgien, oui. » Impressionnée et franchement intimidée, Aisling les dévisage sans trop savoir comment témoigner le respect qui lui est dû sans avoir l’air ridicule et l’appeler docteur Lon tout le reste de la soirée. Alors elle se contente d’écarquiller un peu les yeux et de leur adresser un sourire intéressé avant de plonger dans son milkshake pour écouter la conversation qui fait rage entre eux. Il est question d’un podcast de motivation, de confiance en soi et de discipline que Lon enregistre lui-même et écoute apparemment tous les matins pour bien commencer sa journée. « Tu t’écoutes toi-même au matin ? » Le sourire d’Aisling s’élargit, amusée par l’idée elle aussi. « Eh bien… oui. » Une main placée devant ses lèvres, l’irlandaise se joint de bon cœur à leurs rires. Quand il se tourne vers elle, la jeune femme ouvre déjà la bouche pour lui dire qu’elle devrait peut-être commencer ses journées en compagnie de son podcast elle aussi, que ça lui ferait du bien d’apprendre l’autodiscipline, un peu. Mais il ne lui en laisse pas le temps et (discipliné comme il est), raccroche sans mal l’idée qui lui trottait par la tête avant que le ketchup licorne de Robin ne l’interrompe. « Vous dansez depuis longtemps ? » Au moins sur ça j’sais quoi dire… « Oh, oui ! J’faisais de la danse classique quand j’étais petite. J’ai jamais trop arrêté de danser depuis même si… euh… bah j’fais plutôt d’autres styles maintenant. » Un nœud se forme dans la gorge et colore ses joues de gêne alors qu’elle songe aux danses suggestives qu’elle pratique désormais. Des danses dont l’expression artistique est le moindre souci de ceux qui achètent sa sensualité pour quelques billets. « J’ai repris y’a pas longtemps ! » Elle se reprend, ses sourcils légèrement froncés dissimulés derrière son épaisse frange. « Les cours j’veux dire. J’aime bien parce que j’peux tester tout un tas de genres, et puis ça m’apprend la danse de salon un peu, j’en fais avec mon c- » Elle n’a pas le temps de finir sa phrase, de révéler subtilement la présence d’un homme dans son existence, que Robin se met à sautiller sur place comme si elle était en train de s’étouffer. « Ohmondieu Robin, ça va ? » Elle questionne, un peu inquiète, tandis que Lon se tient prêt à se délester de son verre pour lui appliquer un massage cardiaque en urgence entre les chaussures cirées et jupons colorés s’il le faut. « GREAT SCOTT j’adore cette chanson. » Rassurée par ce cri plus explicite, Aisling tend l’oreille et reconnait aussitôt les accords de Johnny B Good. Cultes et énergiques, ils coulent dans ses veines et peignent un sourire sur son visage émerveillé. « Cette fois on est vraiment dans retour vers le futur ! Lon, tu nous excuses une minute ? J’kidnappe ma copine ! » « Je vous en prie. » Gentleman, souriant, il accepte gracieusement et récupère leurs verres pour les libérer. Touchée par son geste, Aisling l’observe curieusement avant que la main de Robin s’enroulant autour de son poignet l’arrache à sa place comme à sa contemplation. En deux bonds, elles sont déjà sur la piste, au milieu des couples inspirés qui se donnent à fond quel que soit leur niveau technique et auxquels Robin se joint aussitôt. « Tu préfères être George ou Lorraine ? Moi je préfère être George mais c’est comme tu veux ! » Attends, quoi ? Vaguement paniquée, Aisling reporte son attention sur la jeune femme, dont les boucles folles virevoltent déjà au rythme de ses jupons survoltés. La jambe agile, le pied fou et le regard terriblement sérieux, son amie (ou plutôt sa cavalière) souligne sa proposition d’une main galamment tendue. « Euh, mais Robin tu- » ...n’es pas un homme ! Sans qu’elle comprenne trop comment, sa paume se retrouve dans celle de la rouquine qui l’entraîne aussitôt dans un pas de deux endiablé sans se soucier des convenances. Au pire… c’est pas plus mal ? « N-non Lorraine ça m’va très bien. » Elle bredouille alors, les joues rouges d’embarras, les yeux qui filent sur le côté, s’accrochent aux autres danseurs pour jauger leur réaction, effrayée à l’idée de croiser leurs regards pleins de jugement. Deux femmes ensemble c’est déplacé, non ? Mais autour, personne ne leur prête la moindre attention. Les couples rient et tournicotent, s’amusent sans s’inquiéter de rien. Au loin, il lui semble même apercevoir deux hommes s’abandonner à un enchaînement compliqué. Les sourcils vaguement froncés, l’irlandaise reporte son attention sur Robin juste à temps pour pouvoir se saisir de son impulsion et effectuer un petit tour sur elle-même. « Au fait je suis pas sûre d’avoir compris tes coups d’œil en biais ma truffe, tout va bien ? Il nous faut un mot de code si tu veux fuir ? Genre… Nasedo fait l’chaud ? » Elle propose sans se départir de la concentration nécessaire à se faufiler adroitement sous leurs bras tendus. Les yeux d’Aisling s’arrondissent et un éclat de rire secoue sa poitrine au souvenir de leur aventure extraterrestre, réduisant du même coup la pression qui s’exerçait sur ses poumons. « Hm, non, pas assez random. M’enfin tu sais si tu veux pas danser avec Lon y a pas de soucis hein, je peux même lui expliquer. » Elle continue, imperturbable, les pieds lancés dans un mouvement audacieusement contradictoire avec la posture adoptée par le reste de son corps. Etrangement, ça fonctionne plutôt bien. « Non non ça va t’inquiète, il a l’air gentil en vrai j’pense même pas qu’c’est la peine d’faire appel à Nasedo… même si c’est sûr qu’il fait l’chaud. » Séduite par l’énergie de sa partenaire, Aisling abandonne les pas dûment répétés et improvise à son tour pour s’harmoniser à son élan créatif. « Mais vous pouvez aussi danser en temps qu’amis si ça te dit, il est cool et bon danseur ! Tu m’dis ! » Soucieuse, la brune mordille nerveusement l’intérieur de sa joue alors qu’elle considère cette option. Danser en tant qu’amis ? Mais Robin ne sais-tu donc pas ? ‘Faut pas qu’un homme et une femme dansent, comme l’a très subtilement fait remarquer Vladimir dans Anastasia. « Je… j’sais pas trop, ce serait pas…? » Elle n’a pas le temps de finir sa phrase que son amie progressiste s’éloigne en roulant des épaules et, ses yeux plantés dans les siens, lui tend les bras. Comprenant par réflexe la prochaine figure qu’elle lui propose d’initier, Aisling n’écoute que son instinct et s’élance gracieusement vers sa partenaire de danse, prête à lui glisser entre les jambes comme elle l’a fait des dizaines de fois auparavant. Ce n’est qu’au moment de sauter pour obtenir l’élan nécessaire à l’exécution de la passe qu’Aisling est frappée par la différence de taille indéniable entre son grand brun et sa minuscule amie. Désarçonnée, elle écarquille les yeux en sentant la catastrophe arriver : J’vais l’entraîner dans ma chute, elle pourra jamais me retenir, on va glisser jusqu’à la fin des temps ! Un petit cri hystérique lui échappe, bientôt remplacé par un éclat de rire alors qu’elle s’arrête in extrémis, accroupie comme roulée en boule aux pieds de l’australienne. « My God Robin, j’ai failli nous retourner comme des crêpes ! » Elle laisse échapper, une main plaquée contre sa bouche, les joues rougies d’excitation, la frange un poil décoiffée et une lueur hilare dans le fond de ses yeux gris. D’adorables fossettes se creusent dans les joues de son amie tandis qu’elle l’aide à se redresser. Leurs mains se retrouvent le plus naturellement du monde tandis que leurs corps se rapprochent, et Aisling réalise soudain qu’elle se fiche pas mal de ce que les gens pourraient en penser. Libérée de ses inquiétudes par leur danse un peu folle, elle oublie les conceptions archaïques qui lui ont été inculquées et se laisse aller à la musique dans un superbe fouillis d’étoffes. Le cœur et le corps en fête, elle virevolte au grès des accords, guide parfois, se laisse guider surtout par l’impulsion de Georgine, comme la Lorraine qu’elle se fait une joie d’incarner. Parfaite dans le rôle, Robin la fait inconsciemment questionner les limites qu’elle s’impose à longueur de journée. « Danser c’est tromper, pas vrai ? » Elle lance soudain, les sourcils légèrement froncés, profitant de l’entremêlement compliqué de leurs bras pour s’interroger sans avoir à la regarder. « J’veux dire… avec toi ça compte pas parce que euh... bah t’es une fille. Mais Lon, ce serait un peu wrong si j’dansais avec lui, tu crois pas ? Puis faut dire… » La gorge un peu nouée, les joues roses d’embarras, elle disparait sous sa frange pour accuser la fin de la chanson. J’flippe qu’il me prenne par la taille, qu’il veuille un peu plus que juste danser, et pas savoir comment me défiler s’il veut m’embrasser. Les lèvres se pincent pour retenir ces mots qu’elle n’ose souffler. Une pointe d’angoisse vient compresser ses poumons, vite dissipée par la voix d’Elvis qui s’élève, prêt à chanter son amour pour ses chaussures bleues. Gagnés par le rythme irrésistible de la chanson, ses pieds s’agitent d’eux même tandis que sa main vient récupérer celle de Robin pour la faire tourner. « J’ai jamais dansé avec un autre gars, tu vois ? » Elle lance enfin, comme si ça expliquait tout. Et quand bien même ! Dans un cours, les partenaires dansent pour apprendre et non se séduire. Quant au club, les clients n’ont jamais le droit de l'approcher, sous peine de se faire virer après avoir été dépouillés de leurs billets. Mais ici, y’a aucune règle, personne pour les faire respecter ! Elle s'affole intérieurement, ne s'apaise que lorsque ses yeux croisent ceux de son amie, dans lesquels brille une lueur douce, malicieuse et étrangement assurée.Personne… à part Robin.    
code black pumpkin



you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

nobody puts baby in a corner ღ aisling 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Robin-Hope Berry
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente six voyages autour du soleil
SURNOM : rob, robinou, robin des bois, carotte, la p'tite lapine, allons-y gaiement !
STATUT : poly, wild & free!
MÉTIER : artiste peintre & sculptrice, curatrice à la galerie d'art, bénévole dans un refuge pour animaux.
LOGEMENT : cottage de fée sous lsd à logan city, feuillu charmant et bordélique, peuplé (de cheveux longs de grands lits et de musique) des nombreuses créatures recueillies en chemin, vous êtes les bienvenues !
nobody puts baby in a corner ღ aisling Original
POSTS : 5823 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : hippie rêveuse dans l'âme ☽ fouillis intrépide & survolté, furieux de tout vivre & tout essayer ☽ orpheline trouvée à la naissance, a grandi en foyers ☽ cœur cabossé, cicatrice au creux du décolleté ☽ (hyper) sensible, optimiste, lunatique, excentrique, impulsive & passionnée ☽ l’art comme éxutoire ☽ d'un extrême à l'autre ☽ fervente protectrice des animaux, de la nature & des plus démunis ☽ vit pour les aventures spontanées, la créativité, les concerts de rock, les cookies vegan, la liberté, les conversations avec des êtres authentiques & les roucoulements de chats ღ
RPs EN COURS : gaby (fb)aisling 2phoenix 2jill (fb)aisling 3gaby 3casey (fb) ☽ lily

nobody puts baby in a corner ღ aisling Yjlg

dimension zombies : zombinsonkyte rôdingdimension fantômes : lady jamesonbloody gabydimension momie : j'te vengerai roger


RPs EN ATTENTE : joseph (fb teotfw) ☽ gaby (librairie) ☽ birdie
AVATAR : rachel mcadams
CRÉDITS : (ub) jamie
PSEUDO : birdie
INSCRIT LE : 08/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7659-robin-hope-berry-fall-seven-times-stand-up-eight https://www.30yearsstillyoung.com/t8093-robin-hope-life-is-a-daring-adventure-or-nothing-at-all https://www.30yearsstillyoung.com/t19923-robin-hope-berry https://www.30yearsstillyoung.com/t25303-robin-hope-berry

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling EmptyMer 16 Déc 2020 - 21:30





nobody puts baby in a corner
“We get it on most every night when that moon is big and bright. It's a supernatural delight, everybody's dancing in the moonlight, dancing in the moonlight. Everybody's feeling warm and bright it's such a fine and natural sight. Everybody's dancing in the moonlight.” @aisling hayes

Je suis smooth. Aussi bien dans mes paroles pour éconduire discrètement Lon à base de ketchup licorne que dans mes pieds qui sautillent et évitent le plus souvent ceux d'Aisling-Lorraine. Je suis smooth quand j’envoie un clin d’œil au grand brun et que je propose à la longue brune de danser avec lui entre amis et je suis smooth quand je m'éloigne pour lui tendre les bras, attendant son saut de l'ange pour la réceptionner comme il se doit. Tout va comme sur des roulettes. La voilà d'ailleurs qui s'élance, je fléchis légèrement les jambes, concentrée, prête à la réceptionner, inspirée et et et... elle pile au dernier moment. Que ?! Coupée dans mon élan créatif, je me redresse, interloquée. « My God Robin, j’ai failli nous retourner comme des crêpes ! » Je ris tout haut « Que nenni jeune amie, je suis plus costaud qu'il n'y paraît ! » Plus costaud que George, que Marty et que Biff réunis ! Pour illustrer mon propos je lève d’ailleurs les bras pour montrer mes petits biceps et j'en profite pour faire le beau d'un côté puis de l'autre avant de l'aider à se redresser. Aisling a la mèche ébouriffée, les joues rouges, l'œil pétillant, elle est radieuse as ever et son grand sourire migre sur ma bouille, plus petite, s'étirant donc jusqu'à mes oreilles. De nouveau face à face (enfin, j'ai le nez pointé vers le ciel pour la regarder dans les yeux mais c'est un détail) on reprend notre danse enflammée en bousculant un peu tout le monde autour et ils nous le rendent bien, jupons virevoltants en tout sens, c’est merveilleux ! Et puis soudain « Danser c’est tromper, pas vrai ? » Comment ? Elle glisse sous mon bras gauche tandis que je tiens sa main droite et que je lui tourne le dos. Un drôle de paquet, mais on se démêle tout aussi vite comme par magie et on enchaine avec un autre pas de deux inspiré et audacieux. « J’veux dire… avec toi ça compte pas parce que euh... bah t’es une fille. Mais Lon, ce serait un peu wrong si j’dansais avec lui, tu crois pas ? Puis faut dire… » Ses pieds trépignent, sa frange bondit, elle me fait virevolter, je lui tourne autour, Elvis rappelle qu'il ne faut surtout pas marcher sur ses chaussures bleues, on se retrouve « J’ai jamais dansé avec un autre gars, tu vois ? » j'hoche la tête, compréhensive, sans cesser de swinguer « T'sais que j'aime aussi les filles hein mon p'tit ? » Je souris tout grand « On est quand même amies, aucun soucis ! » Je la fais tourner sur elle-même, fais coucou à Lon qui discute avec une jolie rousse et lève mon verre vers nous. « Y a rien de plus naturel que danser, danser c'est la vie, c’est magique, c’est dire plein de choses sans dire un mot, ne pas danser serait si triste ! Comme dit je sais plus qui ‘danser en temps de guerre, c'est comme cracher à la gueule du diable !’ » danser avec les pieds les idées les pinceaux, danser jour et nuit pour rendre le monde plus beau. Je fais la vague avec les bras, tourne sur moi-même, yeux fermés, bras en couronne au dessus de la tête, continue dans mon élan philosophique « Et puis c'est quoi tromper ? Ton corps n’appartient qu'à toi, t’es libre, tu fais ce que tu veux. Je suis sûre que Loverboy est d'accord. Et puis si il est pas content, je le croque ! » Mes yeux se sont rouverts d'un coup, presque torves. Bon, ok, it escalated quickly, mais je suis très protectrice envers mes amis, surtout ceux un peu cabossés par la vie. « Si ça feel wrong to you faut pas te forcer mon cerisier. It’s all fun and games. Mais rassure moi ton gars il te dit pas ce que t'as le droit ou pas le droit de faire hein ? » J'ajoute alors avec un petit froncement de sourcil hostile, claquant des doigts de gauche à droite sans la lâcher du regard, prête à remonter mes manches inexistantes si elle avoue être dans les pattes d'un mauvais bougre contrôlant l'empêchant de déployer ses petites ailes si colorés et encore un peu collées. Elle est si douce et si gentille, on ne sait jamais sur qui elle a pu tomber ! Même si j'ai confiance en son jugement, je sais aussi qu'elle a tendance à être attirée par les jolies choses pas forcément bonnes pour elle, comme des p'tites pilules en forme de cœur... ou peut être des charmants vampires-vautours aux mots de velours et sourires ravageurs... j't'ai à l’œil, m'sieur l'guérisseur...

code black pumpkin




please picture me in the weeds, before i learnt civility i used to scream ferociously any time i wanted.

:rainbow::
 
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
nobody puts baby in a corner ღ aisling Ot4j
POSTS : 1222 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]Laoise

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

nobody puts baby in a corner ღ aisling Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [3] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
nobody puts baby in a corner ღ aisling 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling EmptyJeu 31 Déc 2020 - 20:17





nobody puts baby in a corner
All we need is music, sweet music. There'll be music everywhere. There'll be swinging, swaying, and records playing, dancing in the street. Oh, it doesn't matter what you wear, just as long as you are there. So come on, every guy, grab a girl, everywhere around the world!

« T'sais que j'aime aussi les filles hein mon p'tit ? » Les sourcils froncés, Aisling plisse légèrement le nez. Euh, non en fait j’avais oublié. Malgré des années à la fréquenter, cette information se perd toujours au détour de ses pensées, tant il lui est difficile de se faire à l’idée qu’on puisse éprouver une quelconque attirance pour une personne qui n’est pas du sexe opposé. Quand bien même, tout ça lui semble bien différent. C’est que moi j’aime pas les filles, tu comprends ? Se méprenant peut être sur son expression passablement butée, Robin renchérit aussitôt : « On est quand même amies, aucun soucis ! » Aisling profite de l’impulsion de sa partenaire de danse pour faire un petit tour sur elle-même et tenter de dissimuler l’embarras imprimé sur ses joues rosies. « Euh ouai, je sais, t’inquiète. » Elle trouve quand même le moyen de bafouiller, pour bien s’assurer que son amie ne s’imagine pas qu’elle lui envoie des signaux mitigés. Déjà qu’on danse ensemble, tout ça... mais loin de s’en formaliser, voilà que Robin se lance dans un petit monologue sur la danse et la vie, qu’Aisling écoute avec des yeux agrandis par une sorte de fascination interloquée. « Y a rien de plus naturel que danser, danser c'est la vie, c’est magique, c’est dire plein de choses sans dire un mot, ne pas danser serait si triste ! Comme dit je sais plus qui ‘danser en temps de guerre, c'est comme cracher à la gueule du diable !’ » Et c’est beau, comme tout ce qu’elle déclame met des mots sur les sentiments volatiles qui étreignent son cœur à chaque note, chaque émotion qu’Aisling exprime dans le mouvement de ses bras, chaque tourment chassé par le battement de ses pas. « C’est ça, c’est exactement ça ! » Elle s’emballe, les yeux pétillants de passion, portée par l’envie d’en rajouter sans trop savoir comment : « Quand j’peux plus danser, c’est comme si… comme si on m’empêchait de respirer ! » Des mains serrées autour de ses poumons, des doigts qui s’enfoncent dans sa gorge pour lui arracher chaque petite parcelle d’espoir, étouffer la moindre étincelle de bonheur jalousement protégée. Mais elle ne sait pas transmettre ce sentiment à travers ses mots, pour que d’autres cœurs le comprennent aussi bien que le sien. Alors elle danse. S’abandonne à la musique, ri de bon cœur devant l’interprétation passionnée de son amie, dont aucun genre ni discipline ne pourra jamais brimer la créativité. Elle est comme les vagues sur l’océan, la toupie infernale qui tourne sans s’arrêter, la danseuse étoile vers qui tous les regards ne peuvent que converger. « Et puis c'est quoi tromper ? » La philosophe, aussi, apparemment. Les sourcils froncés par la concentration, Aisling fait tourner Robin sur elle-même tandis que la rouquine lui tourne la tête avec des théories qui la dépassent, des remarques qui la choquent, la bousculent, la font réfléchir à des questions qu’elle n’aurait jamais pensé se poser : « Ton corps n’appartient qu'à toi, t’es libre, tu fais ce que tu veux. Je suis sûre que Loverboy est d'accord. Et puis si il est pas content, je le croque ! » Ses yeux s’écarquillent comme en miroir à l’air menaçant qui vacille de ceux de Robin, un voile de choc bientôt remplacé par un éclat de rire. « Mais nan mais Robin va pas m’le croquer j’y tiens à mon Loverboy moi ! » Elle proteste d’une petite voix, une main plaquée contre ses lèvres pour dissimuler le sourire espiègle qui s’étire en dessous. Comprenant visiblement qu’elle est allée un peu loin, Robin nuance légèrement son propos : « Si ça feel wrong to you faut pas te forcer mon cerisier. It’s all fun and games. » Les sourcils vaguement froncés, Aisling hoche la tête et fouille dans son cœur pour tenter de départager ce qu’elle ressent au plus profond de ce que lui dicte son éducation. Elle est néanmoins déconcentrée dans cette tâche par l’incursion inopinée d’un nouveau surnom, qui allume un éclat rieur dans ses yeux et dessine sur ses lèvres un sourire ou se mêlent ravissement et stupéfaction. Mon cerisier ?! « Mais rassure-moi ton gars il te dit pas ce que t'as le droit ou pas le droit de faire hein ? » L’accalmie aura été de courte durée, et déjà Robin braque sur elle toute sa force protectrice de maman ours féroce. « Non ? » Elle tente d’une petite voix, l’air vaguement interrogatif tandis qu’elle le défend d’instinct avant de se poser vraiment la question. « Non ! Il est pas comme ça. » Elle confirme alors d’un ton assuré en fronçant délicatement les sourcils. « C’est le gars le moins contrôlant que j’connaisse. J’veux dire, il sait pour Ivana, les photos, tout ça. Et même si ça lui plaît pas trop, il s’énerve jamais par rapport à ça. Parfois... » Les dents plantées dans la pulpe de sa moue, Aisling hésite, puis souffle du bout des lèvres : « Parfois j’me demande si j’préférais pas qu’il m’dise d’arrêter, t’sais ? Des fois j’me demande même pourquoi il le fait pas. » Pour chasser son trouble, elle secoue la tête, relève ses jupons et se lance dans un petit pas rebelle avant de revenir dans les bras de Robin. « Tout ça pour dire que j’sais pas c’qu’il en penserait en fait. » La tête inclinée sur le côté, l’irlandaise jette un coup d’œil dans la direction de Lon, qui interrompt momentanément sa discussion avec une jolie fille aux boucles flamboyantes pour la saluer d’un sourire charmant et amical. « Si j’dansais avec Dr. Lon, j’veux dire. » Au fond, le seul moyen de le savoir serait de le lui demander, mais c’est une conversation qu’Aisling préférerait largement avoir en face à face plutôt que par téléphones interposés. « Mais euh… quand t’as dit que mon corps était rien qu’à moi, tout ça… c’est pas tout à fait vrai, tu sais ? » Devant l’air passablement perplexe de son amie, elle s’éclaircit la gorge et lutte contre la gêne qui cherche à l’étrangler pour clarifier le fond de sa pensée. « Plus depuis que j’fais les photos et les danses au club en tout cas. » Au moment où ses mots franchissent ses lèvres, elle s’arrête brusquement de danser, les membres paralysés par cette pensée qui la dérange et lui déplait. Cette pensée qu’elle n’est jamais parvenue à conscientiser tout à fait. « Mon corps a plus rien d’secret pour personne, même si ça m’plait pas. » Une petite moue, un haussement d’épaules nonchalant et elle reprend délicatement les mains de Robin dans les siennes, entame une nouvelle danse pour accompagner Elvis dans son dernier refrain. « J’sais pas… j’suppose que j’sais pas trop ou mettre la limite à cause de ça. Alors les gars, en général, ben j’préfère juste les avoir loin d’moi. » Un petit grognement frustré lui échappe tandis qu’elle plante ses yeux dans les saphirs de Robin pour essayer d’y trouver la réponse à toutes les questions qu’elle se pose. « Sinon j’sais pas trop avec quoi j’suis à l’aise ou pas, ni comment leur dire, ou faire la différence entre c'qui serait tromper ou pas. Tu vois ? »         

code black pumpkin



you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

nobody puts baby in a corner ღ aisling 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Robin-Hope Berry
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente six voyages autour du soleil
SURNOM : rob, robinou, robin des bois, carotte, la p'tite lapine, allons-y gaiement !
STATUT : poly, wild & free!
MÉTIER : artiste peintre & sculptrice, curatrice à la galerie d'art, bénévole dans un refuge pour animaux.
LOGEMENT : cottage de fée sous lsd à logan city, feuillu charmant et bordélique, peuplé (de cheveux longs de grands lits et de musique) des nombreuses créatures recueillies en chemin, vous êtes les bienvenues !
nobody puts baby in a corner ღ aisling Original
POSTS : 5823 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : hippie rêveuse dans l'âme ☽ fouillis intrépide & survolté, furieux de tout vivre & tout essayer ☽ orpheline trouvée à la naissance, a grandi en foyers ☽ cœur cabossé, cicatrice au creux du décolleté ☽ (hyper) sensible, optimiste, lunatique, excentrique, impulsive & passionnée ☽ l’art comme éxutoire ☽ d'un extrême à l'autre ☽ fervente protectrice des animaux, de la nature & des plus démunis ☽ vit pour les aventures spontanées, la créativité, les concerts de rock, les cookies vegan, la liberté, les conversations avec des êtres authentiques & les roucoulements de chats ღ
RPs EN COURS : gaby (fb)aisling 2phoenix 2jill (fb)aisling 3gaby 3casey (fb) ☽ lily

nobody puts baby in a corner ღ aisling Yjlg

dimension zombies : zombinsonkyte rôdingdimension fantômes : lady jamesonbloody gabydimension momie : j'te vengerai roger


RPs EN ATTENTE : joseph (fb teotfw) ☽ gaby (librairie) ☽ birdie
AVATAR : rachel mcadams
CRÉDITS : (ub) jamie
PSEUDO : birdie
INSCRIT LE : 08/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7659-robin-hope-berry-fall-seven-times-stand-up-eight https://www.30yearsstillyoung.com/t8093-robin-hope-life-is-a-daring-adventure-or-nothing-at-all https://www.30yearsstillyoung.com/t19923-robin-hope-berry https://www.30yearsstillyoung.com/t25303-robin-hope-berry

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling EmptyJeu 4 Fév 2021 - 23:05





nobody puts baby in a corner
“We get it on most every night when that moon is big and bright. It's a supernatural delight, everybody's dancing in the moonlight, dancing in the moonlight. Everybody's feeling warm and bright it's such a fine and natural sight. Everybody's dancing in the moonlight.” @aisling hayes

Mes bras s’envolent, ma robe aussi, mes yeux rieurs se font tout à coup très sérieux quand je les braque à nouveau sur mon amie. Mais si elle avait d’abord semblé hésitante, c’est avec beaucoup d’aplomb qu’elle répond que son loverboy (que je ne dois pas croquer) est le gars le moins contrôlant qu’elle connaisse. Ça c’est une très bonne nouvelle ! me dis-je en souriant joyeusement. Quoi que... entre son père tyrannique, ses frères pas mieux et ses boss douteux, c’est sur que la compétition est rude... J’ai agité le nez, dubitative. Et puis j’ai haussé les épaules : après tout, il peut aussi être très bien, ce jeune homme ! Et sur cette pensée je me remets à swinguer sur Elvis qui fredonne toujours d’un air passionné sur ses mocassins bleutés. « J’veux dire, il sait pour Ivana. » Qui donc ? (une petite ampoule s'allume dans mon esprit) Ah oui, l’alter ego ! Elle ajoute qu’il ne s’énerve pas pour ses photos et je fronce les sourcils. Non mais encore heureux ! voudrais-je m’offusquer mais je me laisse déconcentrer par notre pas de deux compliqué, ma langue collée sur ma lèvre supérieure pour la concentration et mes mèches rebelles ébouriffés me donnant peut être une allure un peu folle. « Parfois j’me demande si j’préférais pas qu’il m’dise d’arrêter, t’sais ? » Je relève les yeux vers ses grandes mirettes pâles. « Tu peux peut-être te le dire à toi-même ? » je suggère gentiment en passant sous son bras. Oh si elle n’a plus envie de faire des photos, il y a plein d’autres aventures qui l’attendent à bras ouverts encore ! Don’t stand in your own way cutiepie. Comme souvent je passe presque aussitôt du problème aux solutions dans ma petite tête qui bouillonne toujours d’idées et ne sait pas trop laisser mes amis se débrouiller totalement seuls. Elle est si douée avec les animaux, elle serait excellente au refuge, c’est sûr ! Ou à la galerie ! Oh ! Et j’ai un ami qui travaille dans un salon de coiffure et qui - « Tout ça pour dire que j’sais pas c’qu’il en penserait en fait. » Je papillote. Qui ça ? Ah oui, Loverboy. Mais… de quoi parle-t-on ? « Si j’dansais avec Dr. Lon, j’veux dire. » Ah oui ! L- Attends, vient-elle de dire… docteur Lon ? Je pouffe. Aisling est si courtoise, c’est adorable. « Mais euh… quand t’as dit que mon corps était rien qu’à moi, tout ça… c’est pas tout à fait vrai, tu sais ? Plus depuis que j’fais les photos et les danses au club en tout cas. Mon corps a plus rien d’secret pour personne, même si ça m’plait pas. » « Les secrets c’est surfait ! » Même si je dois admettre que j’ai toujours adoré les gens mystérieux, étant moi-même plutôt de l’ordre du livre ouvert et incapable de me la jouer charme secret for the life of me. Mais ça n’a aucun rapport de toute façon et - « et bien sûr que ton corps t’appartient petit colibris. Personne peut te retirer ça. Moi j’vends bien des toiles et des sculptures qui viennent tout droit de ma p’tite tête et de mes mains et c’est quand même à moi tout ça ! » que je répond en me tapotant la caboche et en agitant mes doigts avant de reprendre les siens pour notre prochain pas de deux « Et puis, moi aussi j’ai déjà posé toute nue. » que je continue sans contexte mais avec un sourire, me trouvant limpide et rassurante. Mais mon irlandaise doute toujours, une petite moue sur ses lèvres poupines. « J’sais pas… j’suppose que j’sais pas trop ou mettre la limite à cause de ça. Alors les gars, en général, ben j’préfère juste les avoir loin d’moi. Sinon j’sais pas trop avec quoi j’suis à l’aise ou pas, ni comment leur dire, ou faire la différence entre c'qui serait tromper ou pas. Tu vois ? »  Une moue sur les lèvres, les yeux plissés et le regard au loin, j’hoche la tête, songeuse. « M’oui, je crois. On sait avec quoi on est à l’aise grâce à des essais-erreurs en faisant plein d’expériences pour tester ses limites et découvrir les parois de son être voir le transcender - mais je m’égare - mais toi on t’as jamais donné l’autorisation de refuser alors tu t’autorises pas non plus à essayer trop de trucs de peur de pas pouvoir arrêter si t’aimes pas, c’est ça ? (Je marque une petite pause. Un danseur à ma droite fait voltiger sa cavalière dans les airs mais ses pieds passe au dessus de ma tête et je ne m'aperçois de rien) Mais t’as le droit mon gratin dauphinois ! (je reprends soudain en écartant les bras pour plus d'emphase avant de reprendre notre petite danse) La vie est une expérience, alors autant en faire plein plein plein. Comme dit Paulo Coelho (je m’en souvenais de celui là) ‘Il n'y a qu'une façon d'apprendre, c'est par l'action’. Et il y en a une autre que j’aime beaucoup aussi (mais je sais plus de qui c’est par contre) c’est ‘Nous ne sommes pas des êtres humains venus vivre une expérience spirituelle, nous sommes des êtres spirituels venus vivre une expérience humaine.’ Alors vivons ! » Et je lève les deux bras en l'air, inspirée, victorieuse; puis je me souviens que mon amie aime bien les exemples assez concrets alors je reprends sur mon idée de départ en sautillant autour d'elle : « Par exemple là tu vois tu pourrais essayer de danser avec Lon si t’es curieuse et puis si finalement tu veux plus, eh ben t’arrêtes, et voilà. Pas d’pression l’amie. En plus tu sais Lon c’est un gars sûr ! J’ai totalement confiance et quand bien même, moi j’suis là. Alors tu vois, y a vraiment rien à craindre. » Je ponctue ma phrase d’un grand sourire sans montrer les dents, un sourire qui se veut rassurant et avec les yeux en croissant de lune, là c’est sur que j’inspire la confiance et la virilité. Et puis j’hausse les épaules. « Mais on peut aussi retourner siroter nos milkshakes, ou danser que toutes les deux, ou faire une petite ronde avec toute la salle, tout est possiiiible » Je chantonne en tournant sur moi même comme une ballerine alors que la chanson touche à sa fin et je soulève ma robe pour faire une petite révérence courtoise à ma cavalière. Tout est possible oui, et ça tombe bien parce que moi, j’aime beaucoup quand il y a beaucoup de possibilités. J'aime beaucoup danser et philosopher aussi alors là vous voyez, je suis comblée.

code black pumpkin




please picture me in the weeds, before i learnt civility i used to scream ferociously any time i wanted.

:rainbow::
 
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
nobody puts baby in a corner ღ aisling Ot4j
POSTS : 1222 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]Laoise

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

nobody puts baby in a corner ღ aisling Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [3] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
nobody puts baby in a corner ღ aisling 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling EmptyDim 21 Fév 2021 - 4:49





nobody puts baby in a corner
All we need is music, sweet music. There'll be music everywhere. There'll be swinging, swaying, and records playing, dancing in the street. Oh, it doesn't matter what you wear, just as long as you are there. So come on, every guy, grab a girl, everywhere around the world!

Le regard de Robin se fait songeur, hanté presque quand elle réfléchit à sa question. Ça lui donne l’air d’un grand sage et la tirade inspirée qui s’en suit ne vient que renforcer ce petit effet. Les sourcils froncés, Aisling se concentre sur le savoir qu’elle lui partage, essaie de comprendre les secrets brumeux qu’elle révèle à demi-mots comme pour lui dévoiler l’incantation secrète pour transcender son être. Réalisant sans doute que son ouaille nage en pleine confusion, la rouquine traduit sa réflexion en des termes bien moins compliqués : « Mais toi on t’a jamais donné l’autorisation de refuser alors tu t’autorises pas non plus à essayer trop de trucs de peur de pas pouvoir arrêter si t’aimes pas, c’est ça ? » Soulagée, Aisling confirme d’un hochement de tête énergique, fascinée comme toujours par la précision de ses analyses. « C’est ça, j’crois bien qu’c’est ça ! » Son expression extatique se fige légèrement quand la pirouette maladroite d’un danseur envoie les chaussures à talons de sa partenaire voleter dans les mèches folles de Robin. Imperturbable, cette dernière continue sur sa lancée comme pour faire savoir au monde que rien de ce qu’il pourrait bien lui envoyer ne l’empêchera jamais de danser. Impressionnée, l’irlandaise se dit qu’elle aimerait bien avoir ce flegme et rosit de plaisir en découvrant son nouveau surnom délicieux. Les bras écartés, l’air fort inspirée, son amie tourne sur elle-même en lui partageant sa philosophie. La vie est une expérience, il faut en faire des tas et le seul moyen d’apprendre, c’est d’essayer. L’idée lui parle et la terrifie tout à la fois mais elle n’a pas le temps de trop y penser parce que Robin rebondit déjà sur sa prochaine idée : « Et il y en a une autre que j’aime beaucoup aussi (mais je sais plus de qui c’est par contre) c’est ‘Nous ne sommes pas des êtres humains venus vivre une expérience spirituelle, nous sommes des êtres spirituels venus vivre une expérience humaine.’ Alors vivons ! » Un souffle nouveau s’engouffre dans ses poumons pour les obliger à se décontracter. Gagnée par l’enthousiasme de son amie qui lève les bras vers la providence, elle esquisse un petit pas enjoué en rythme avec la musique. « Ouiii ! » Car il y a quelque chose de rassurant dans cette vision si libre et assurée. Quelque chose qui donne l’impression que la vie est pleine de possibilités qui ne demandent qu’à être explorées. Le genre qui vous remplit le cœur de joie et de souvenirs, qui chasse les nuages noirs pour mettre un peu de soleil dans une âme tourmentée par la pluie incessante de craintes passées. « Par exemple là tu vois tu pourrais essayer de danser avec Lon si t’es curieuse » noooon ! « et puis si finalement tu veux plus, eh ben t’arrêtes, et voilà. » ah ? « Pas d’pression l’amie. » Bon, peut-être alors… Seulement elle ignore comment en informer Robin, qui lui sautille maintenant autour comme un lutin démoniaque en pleine incantation damnée. A trop vouloir la suivre des yeux, Aisling sent sa tête lui tourner et lui attrape les mains pour l’entraîner dans une danse moins effrénée. « En plus tu sais Lon c’est un gars sûr ! J’ai totalement confiance et quand bien même, moi j’suis là. Alors tu vois, y a vraiment rien à craindre. » Elle continue sans se laisser troubler, les mouvements de son corps ne venant jamais entraver le courant de sa pensée. L’inverse n’est pas aussi vrai, aussi Aisling l’attire délicatement vers elle à l’aide d’un petit pas séducteur pour lui éviter de rentrer tout droit dans un couple ayant confondu les danses nobles de l’époque avec une affreuse promiscuité bien trop moderne et presque… obscène ! Ecœurée, l’irlandaise ne peut s’empêcher de plisser le nez. Se méprenant sans doute sur la signification de cette expression, Robin hausse les épaules avant d’ajouter : « Mais on peut aussi retourner siroter nos milkshakes, ou danser que toutes les deux, ou faire une petite ronde avec toute la salle, tout est possiiiible. » Confuse, Aisling écarquille les yeux et s’empresse de préciser : « Oh, non, non, c’est pas ça c’est- » Pas le temps de tergiverser. La chanson touche à sa fin et Elvis repart avec ses jolies chaussures bleues tandis que les dernières notes retentissent dans la salle.

Un type monte sur scène, bien apprêté dans son joli costume doré, et s’empare du micro pour haranguer la foule et prononcer quelques mots. Aisling l’applaudit distraitement, profitant de cet interlude pour se pencher à l’oreille de son amie. « C’est vrai que t’as déjà posé toute nue ? » Elle demande d’une petite voix incrédule. C’est que cette confession inattendue résonne entre les parois de son esprit depuis que la jeune femme l’a laissée échapper. « J’sais pas pourquoi… mais ça m’rassure un peu d’savoir ça. » Depuis que les drogues ne déforment plus ses ressentis, Aisling a souvent remarqué qu’elle a moins honte de sa vie quand elle est en présence de son amie. C’est peut-être dans son ouverture d’esprit, sa façon de repousser les anciens dogmes de la société, de s’assumer entièrement et de laisser la place aux autres d’en faire autant. Peut-être aussi dans sa façon de vouloir la protéger, de la traiter comme une personne qui mérite d’être considérée. C’est qu’en dépit de sa petite taille d’écureuil survolté, Robin fait preuve d’une présence étrangement apaisante. Enfin… sauf quand elle me fait brusquement paniquer. « Puis c’est pareil pour tes œuvres d’art… j’veux dire si même après que tu les as vendues elles sont encore un peu à toi… alors peut-être que j’suis encore un peu à moi aussi. » Malgré les danses et les photos imprimées sur trop d’écrans anonymes et revues de papier glacé. Malgré ce malaise qui la prend parfois aux tripes, cet espoir fébrile qu’un jour Sid lui demande de tout arrêter. Tu peux peut-être te le dire à toi-même. La remarque revient la hanter et elle contemple l’idée, ses sourcils légèrement froncés. Peut-être, mais c’est pas pareil. Pourquoi, elle n’en sait rien. Parce que le changement lui fait plus peur encore que la familiarité. Parce que si elle arrête, elle fera quoi après ? Parce qu’alors elle n’aura plus rien pour la retenir, plus aucune excuse pour se lamenter ; et parce que ça lui fait peur, cette trop grande liberté. Elle ferme brièvement les yeux et prend une inspiration déterminée pour chasser son malaise et ses pensées. Au diable ces histoires, elle est ici pour s’amuser et oublier ses petits tracas comme ses frustrations. Car si Robin dit vrai, si danser est le souffle de la vie et une activité qu’on peut aisément partager entre amis et si le médecin est aussi bon qu’elle le décrit, alors… « T’as raison ! J’pourrais essayer de danser avec Dr. Lon. Ça veut rien dire du tout après tout, c’est ton ami ! Et si t’as confiance en lui alors moi j’devrais surement auss- AH ! » Elle s’interrompt, sursaute en plaquant une main contre sa poitrine quand ce dernier apparaît justement entre elles, un sourire Colgate sur ses lèvres parfaitement dessinées. « Désolé mesdemoiselles je ne voulais pas vous effrayer. » Il s’excuse, charmeur. Elle sourit, embarrassée mais surtout touchée par sa prévenance polie. Assez pour qu’elle ne panique pas immédiatement lorsqu’il se tourne vers Robin pour lui confier : « Je me demandais si je pouvais emprunter ta cavalière le temps d’une chanson… » Le temps semble s’arrêter et les battements sourds de son cœur résonnent à ses oreilles quand il se tourne vers elle pour lui tendre la main. « M’accorderiez-vous cette danse ? » A deux doigts de sombrer dans la panique, la brune lance un regard terrifié en direction de Robin. Robin et son sourire joyeux qui lève déjà ses deux pouces pour l’encourager. Robin et ses yeux malicieux qui brillent si fort qu’ils semblent abriter toute la voûte étoilée. « Okay... » Elle s’entend répondre, vaguement étonnée. Okay. Encouragée, elle prend une inspiration, esquisse un sourire empreint d’assurance et de timidité puis relève les yeux vers le médecin. « J’veux dire… oui, avec plaisir. » Et comme ça, elle pose délicatement sa main sur la sienne et se laisse entraîner vers la piste de danse. La nervosité court dans ses veines, mais Aisling sait que son cœur finira par se calmer dès l’instant où c’est la musique qui viendra y pulser. Les premières notes résonnent dans la pièce et Lon esquisse un sourire entendu suivi d’un froncement de sourcils concentré. Il se lance dans un premier pas, surtout, mais elle n’est toujours pas calmée. Okay, ça va aller. Ils se font face, leurs corps trouvent aussitôt le rythme dans la mélodie pour s’harmoniser. Ainsi concentrée, il est plus facile de ne plus penser, ne pas écouter la sensation étrange qui persiste dans ses tripes. C’est un excellent danseur, elle le ressent aussitôt. Main dans la main, ils enchaînent les mouvements. Leurs pieds rebondissent énergiquement, leurs corps s’éloignent et se rapprochent, le tissu de sa jupe s’envole avec fluidité quand il la fait tourner d’un mouvement maitrisé. Okay, ça va, ça a l’air d’aller ! Le rythme se propage de l'un à l'autre dans une fluidité sans effort tandis que leurs corps se répondent presque trop bien. Un sourire se dessine sur ses lèvres et fane aussitôt qu’il la ramène contre lui et place une paume au creux de sa taille. Elle a beau savoir que ce n’est qu’un autre pas de danse, reconnaître l'enchaînement dans lequel il souhaite se lancer, son cœur a un raté. Oh mon dieu, mais qu'est-ce que j'suis en train de faire ? Envahie par une pluie d’angoisse et de culpabilité, elle se dérobe d’un bon gracile sur le côté, comme une biche effarouchée. « Est-ce que tout va bien ? » Il lui demande aussitôt, l’air sincèrement concerné. « Oh oui, oui, c’est rien c’est juste… » Dans sa tête, les idées se bousculent tandis que ses yeux se perdent dans la foule et accrochent la silhouette de leur amie à quelques pas. « Robin ! » Elle lance sans réfléchir. « Elle adore vraiment beaucoup cette chanson... » Pas le temps de se poser pour trouver un meilleur prétexte et après tout celui-là n’est pas pire qu’un autre ! Pour souligner son brusque cas de conscience, elle tend la main et attrape son amie au vol en priant pour que Lon n’ait pas remarqué qu’elle était justement sur le point d’entamer une danse avec un jeune homme aux yeux marrons pile comme elle les aime. Désolée Robin, j’te revaudrai ça c’est promis ! « ... et puis elle voulait tester sa botte secrète ! » Elle bafouille, les joues roses d’embarras tandis qu’elle se penche vers son amie pour lui demander : « Dis tu penses vraiment qu’tu pourras réussir à convaincre toute la salle de faire une petite ronde ? »

code black pumpkin



you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

nobody puts baby in a corner ღ aisling 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Robin-Hope Berry
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente six voyages autour du soleil
SURNOM : rob, robinou, robin des bois, carotte, la p'tite lapine, allons-y gaiement !
STATUT : poly, wild & free!
MÉTIER : artiste peintre & sculptrice, curatrice à la galerie d'art, bénévole dans un refuge pour animaux.
LOGEMENT : cottage de fée sous lsd à logan city, feuillu charmant et bordélique, peuplé (de cheveux longs de grands lits et de musique) des nombreuses créatures recueillies en chemin, vous êtes les bienvenues !
nobody puts baby in a corner ღ aisling Original
POSTS : 5823 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : hippie rêveuse dans l'âme ☽ fouillis intrépide & survolté, furieux de tout vivre & tout essayer ☽ orpheline trouvée à la naissance, a grandi en foyers ☽ cœur cabossé, cicatrice au creux du décolleté ☽ (hyper) sensible, optimiste, lunatique, excentrique, impulsive & passionnée ☽ l’art comme éxutoire ☽ d'un extrême à l'autre ☽ fervente protectrice des animaux, de la nature & des plus démunis ☽ vit pour les aventures spontanées, la créativité, les concerts de rock, les cookies vegan, la liberté, les conversations avec des êtres authentiques & les roucoulements de chats ღ
RPs EN COURS : gaby (fb)aisling 2phoenix 2jill (fb)aisling 3gaby 3casey (fb) ☽ lily

nobody puts baby in a corner ღ aisling Yjlg

dimension zombies : zombinsonkyte rôdingdimension fantômes : lady jamesonbloody gabydimension momie : j'te vengerai roger


RPs EN ATTENTE : joseph (fb teotfw) ☽ gaby (librairie) ☽ birdie
AVATAR : rachel mcadams
CRÉDITS : (ub) jamie
PSEUDO : birdie
INSCRIT LE : 08/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7659-robin-hope-berry-fall-seven-times-stand-up-eight https://www.30yearsstillyoung.com/t8093-robin-hope-life-is-a-daring-adventure-or-nothing-at-all https://www.30yearsstillyoung.com/t19923-robin-hope-berry https://www.30yearsstillyoung.com/t25303-robin-hope-berry

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling EmptySam 6 Mar 2021 - 20:20





nobody puts baby in a corner
“We get it on most every night when that moon is big and bright. It's a supernatural delight, everybody's dancing in the moonlight, dancing in the moonlight. Everybody's feeling warm and bright it's such a fine and natural sight. Everybody's dancing in the moonlight.” @aisling hayes

Je vois les yeux d’Aisling s’ouvrirent tout grands et j’incline légèrement la tête sur le côté, attentive. Mais alors qu’elle semble sur le point d’expliquer la raison de ses yeux globuleux, voilà qu’un torrent d’applaudissements enthousiastes s’élève dans la pièce et je sursaute. Regardant autour de moi, je finis par repérer la source de cette vague enjouée : sur la scène, tout de doré vêtu, un gars est apparu comme par magie et je rejoins les applaudissement au moment où ils s’arrêtent. Ah ! Je croise alors sagement les doigts devant moi, tandis que Mister Gold se lance dans un petit discours sympathique et je me balance légèrement d’avant en arrière au rythme de la musique inexistante. Au même moment, Aisling se penche vers moi et je glisse mes cheveux derrière mon oreille pour mieux l’entendre. « C’est vrai que t’as déjà posé toute nue ? » « Affirmatif ! » je souris tout grand en applaudissant à nouveau (au bon moment cette fois), puis je me mets sur la pointe des pieds en me penchant vers elle histoire de préciser : « C’était surtout pour des séances de peintures ou de photos entre amis, mais ça m’ait arrivé quelques fois de poser en temps que modèle pour des cours de peinture, tu sais, pour me faire des sous. Ça peut être très intimidant au début, tous ces yeux braqués sur toi ! Et puis quand les étudiants sont jeunes et coincés, j’te dis pas ! » je pouffe « Mais on s’y fait vite ! » Je marque une petite pose en regardant la scène quand soudain une autre anecdote me revient : « Une autre fois, c’était pour une pièce de théâtre, j’étais toute nue uniquement recouverte de peinture rouge tu vois et avec les projecteurs et tout ça a commencé à fondre et mon mari, hihi, mon mari a du improviser en me balançant plus de peinture dessus sans break character et c’est atterri sur le premier rang alors on a continué à leur jeter de la peinture dessus pour faire comme si c’était fait exprès et, hihi, et après on a réalisé qu’on avait aussi recouvert la tête exorbitée de notre metteur en scène pas commode et… et - » et je suis coupée dans mon récit par ma propre hilarité, gloussant sans fin en me tenant les côtes, pliée en deux. Les souvenirs dansent dans ma tête et je ris à m’en étouffer. Mon amusement pourrait sembler disproportionné pour un œil non avisé mais je vous rassure qu'il n’en est rien : dans ma tête, c’est vraiment très drôle ! Haletant pour reprendre mon souffle, je réussis à me redresser pour articuler : « Enfin, c’était un vrai bordel » que je conclue en essuyant une petite larme de rire au coin de mon œil « Aaah good times. » Sur scène les musiciens ont recommencé à jouer un rythme entrainant et romantique à la fois. Aisling, quant à elle, semble rassurer de ne pas être la seule à poser toute nue et j’hoche la tête sans cesser de sourire.

« Puis c’est pareil pour tes œuvres d’art… j’veux dire si même après que tu les as vendues elles sont encore un peu à toi… alors peut-être que j’suis encore un peu à moi aussi. » elle explique avec sagesse et j’opine plus encore : « Tout à fait mon lapereau, toujours ! » Pendant un moment, elle semble nager dans ses pensées et je la laisse faire trempette en regardant alternativement mes doigts et ses grands yeux bleus dans le vague. Et bien soudain : « T’as raison ! » « Yay ! » je trésaille, sur-motivée par son ton déterminé même si je ne sais pas encore de quoi il en retourne « J’pourrais essayer de danser avec Dr. Lon. » « Tu pourrais ! » « Ça veut rien dire du tout après tout, c’est ton ami ! » « Exactement ! » « Et si t’as confiance en lui alors moi j’devrais surement auss- AH ! » « Tout à f– AH ! » Lon, donc, qui vient de faire son grand retour en jugeant bon d’apparaître brusquement entre nos épaules histoire de nous faire bondir au plafond par la même occasion. « Désolé mesdemoiselles je ne voulais pas vous effrayer. » Il s’excuse aussitôt, sa voix douce comme du sirop d’érable et on lui pardonne bien volontiers. Je baisse la main l’air de dire « bah, c’est rien, va ! » « Je me demandais si je pouvais emprunter ta cavalière le temps d’une chanson… » Mes yeux se plissent d’enthousiasme mais j’essaie de ne rien en laisser paraitre, haussant simplement les épaules. « Bah, ma foi si elle veut… » Se tournant alors vers Aisling avec ses cheveux ciré de gentleman sophistiqué, il lui demande en bonne et due forme : « M’accorderiez-vous cette danse ? » Œil plissé, espiègle à souhait, je scrute le visage de porcelaine de mon amie et quand elle relève le nez vers moi je souris tout grand en levant les pouces pour l’encourager. « Okay... » elle chuchote d’une petite voix et je serre silencieusement mes poings autour de ma tête en signe de victoire. « J’veux dire… oui, avec plaisir. » YES! Show time! Je tapote mes mains les unes dans les autres, pousse joyeusement leurs épaules puis les suis des yeux alors qu’ils s’éclipsent en emportant avec eux leur parfum d’eau de Cologne et de shampoing fruité. J’hume un instant l’air, yeux fermés, et quand je les rouvre, ils ont déjà commencé un pas de deux aussi technique que classieux. On sent tout de suite qu’on joue pas dans la même cour, eux c’est des natural born killers du dancefloor. Alors je regarde mon amie tournoyer, onduler comme une sirène dans l’eau, et elle ne cesse de m’impressionner. Qu’elle se trémousse sur de l’EDM à un festival extraterrestre ou sur des trompettes jazzy dans les années 50s, Aisling a toujours une grâce et une style inimitable. Ses cheveux noirs brillent sous la lumière du grand lustre, sa robe voltige, ses bras s’envolent comme les ailes d’un cygne et ses pieds foulent le sol comme si ils étaient parfaitement ancrés et qu’ils flottaient légèrement au dessus du parquet. Elle est envoûtante quand elle danse, petite blanche neige rock n roll, et on est pas qu’un peu à la fixer avec des étoiles pleins les yeux. Plusieurs visages ont convergé vers elle et celui que je remarque le plus est incontestablement celui de Lon. Sous son air concentré et incurablement charmant je vois bien qu’il a aussi les azurs qui scintillent autant que ses cheveux lustré sous le lustre justement. Oh elle ne laisse jamais indifférent, Aisling, avec sa beauté enfantine et ses immenses yeux bleutés, avec son côté pinup tatouée et ses danses aussi sauvages que raffinés. Malheureusement, souvent, les gens s’arrêtent à son apparence angélique sans chercher à voir l’humaine de chaire et d’émotions et les richesses de son âme bariolée. Parfois même, comble de l’horreur, quelque chose de vraiment moche dans le cœur des hommes les poussent à vouloir la détruire ! Mais pas ici, plus maintenant ! Elle a besoin de vrais contacts bienveillants et de chaleur humaine pour déployer ses ailes papillons et elle aura tout ce qu’elle mérite. Mon cœur se gonfle à cette idée. La voyante disait vrai : good things are coming for her. Bon, c’est pas exactement comme ça qu’elle l’avait formulé avec son ton un brin alarmiste and for what mais c’est comme ça que je l’avais interprété ! Et ils dansent, et ils me font penser à cette scène dans Anastasia, vous savez, quand elle danse dans le grand hall avec les fantômes. Et leurs mouvements c’est fluide comme un pinceau glissant sur une toile, et ensemble ils peignent un très beau tableau, ça c’est sûr ! C’est de l’art, tout bonnement, et d'ailleurs je voudrais avoir un petit chevalet pour immortaliser leur beauté en les peignant sur le champ ! Mais je n’ai pas mon matériel…

Regardant autour de moi, je repère alors un jeune homme non loin de là avec un très vieux polaroid dans les mains, le genre bien encombrant avec le petit effet accordéon et tout le tralala d’antan. Entre ça et son béret d’époque, je le vois presque en noir et blanc. Un sourire mutin se dessinant sur mes lèvres, je sautille jusqu’à lui. « Hey ! J’peux emprunter ton appareil pour prendre ma copine en photo ? Elle tente un nouveau truc et j’aimerais bien qu’elle garde un souvenir, tu vois ! » Il me regarde un instant. Il a de jolis yeux marrons avec des petites poches rieuses en dessous, des mèches rebelles de la même couleur qui rebiquent sur ses joues et un petit côté bohème d'antan plutôt charmant. « Désolé, je laisse personne y toucher. » Charmant mais peu accommodant. « Ok tu la prend toi alors ! » Il tapote son appareil en gardant le silence et puis un sourire malicieux retroussent ses lèvres. « Tu sais quoi, je vais même en prendre deux si tu me laisses prendre une photo de toi » « Witty! Deal! » Je vais au milieu de la piste en faisant un petit tour sur moi même, je me retourne vers lui toute en bouclette au vent et CLIC, flash dans ma face. Je reviens alors, mains croisées derrière le dos, fière de moi, et je m’arrête derrière lui pour lui indiquer Aisling d’un doigt maigrichon afin qu'il prenne les photos qui me sont dû. Ça a l’air d’être un vrai passionné, au vu des positions qu’il prend et de son air concentré. C’est plutôt sexy. Ensuite je réalise que des photos argentiques sont accrochés sur le mur à côté d’un stand et qu’il est sûrement embauché par la salle pour prendre plein de photos souvenirs. Je trouve l’idée chouette et je me dis que ça ferait une un thème d’exposition drôlement cool à la galerie quand soudain une main s’agitant devant mes yeux me ramène au moment présent. « Hein ? » Il glisse les trois photos argentique dans mes mains et je baisse les yeux : la qualité est éblouissante, le mouvement enchantant, ça fait très old school et artistique à la fois, je suis charmée et surexcitée. Je les observe avec attention quand tout à coup il récupère la photo de moi et je relève des yeux faussement réprimandant vers lui, mais c’est pour la forme. Il est mignon oui, et son sourire laisse entendre qu’il en a sûrement tout à fait conscience. D’un coup les premières notes de The Great Pretender des Platters commence et mon cœur bondi en repensant à la reprise de Freddie Mercruy. J’inspire une grande quantité d’air sous le coup de l’émotion « Hhhhhh ! Oh ! J’adore cette chanson ! » « La reprise de Freddie Mercury est démente » Je le regarde avec les yeux ronds. « J't'aime bien ! » « On danse ? » il me tend sa main et je vais pour accepter bien volontiers quand… on m’agrippe vers l’arrière. Ah ?? « Dis tu penses vraiment qu’tu pourras réussir à convaincre toute la salle de faire une petite ronde ? » « Quoi quoi ? » je demande, un peu perturbée, reprenant mes marques. Aisling se tient juste devant moi, les joues roses et le regard apeuré. Ok ! Lapereau en détresse : Robin à la rescousse ! « Pour sûr ! » je réponds alors avec tout l’aplomb contenu dans mon petit corps (c’est à dire beaucoup au centimètre carré). Et puis un immense sourire vient fendre mon visage alors que je la regarde : « Eeeeh ! T’as essayé quelque chose de nouveau chaton, je suis trop fière de toi ! » Et je lève les mains pour lui faire un gros high five avec tous les doigts (un high ten, donc) et je sautille en lui tenant toujours les mains. Puis, comme une magicienne, je dégaine les photos d'entre mes doigts et je lui colle sous le nez. « Regarde ! Comme ça t’auras un super souvenir de ce moment ! Tu préfères laquelle ? » Pendant qu’elle choisie, j’attrape son bras d’un côté et celui de Lon de l’autre et je commence à me balancer lentement de droite à gauche, deux pas en arrière, deux pas en avant, lever de jambe, yoohoo. « Attrape le bras de la fille là ! » je lance à mon amie tandis que la jolie rousse du début sautille pour attraper le bras de Lon. Je me hausse d’ailleurs à son oreille « Vous étiez beaux tous les deux ! Elle est un peu timide et veut danser avec personne d’habitude alors t’as réussi un genre d’exploit là ! » Et je lui colle un bisou sur la joue. Pendant ce temps, la petite ronde s’est tellement agrandie qu’elle forme maintenant un large cercle acclamé par Mister Gold sur motivé lui aussi. La musique se transforme alors à nouveau vers Jailhouse Rock de Elvis Presley et la ronde devient plus énergique. Tout à coup, un couple s'en libère et vient effectuer quelques pas de deux impressionnants au milieu du cercle. Puis ils repartent en sautillant, et un autre vient les remplacer. J’ai les yeux ronds d’émerveillement. « C’est trop cool ! je braille dans l’oreille d’Aisling, t’as vu ça ? C’est comme une soirée break-dance mais genre, boogie-woogie style ! Au fait, c’était comment cette dance avec Lon ? Tu penses que t’auras envie de remettre ça au milieu de la ronde ? » J'ai un sourire jusqu'aux oreilles, je fais un petit mouvement de tête vers les danseurs qui se jettent liétarelement dans les airs et je sais qu'elle serait excellente et qu'elle s'amuserait beaucoup, alors j'essaie un peu de l'encourager, doucement, sans la forcer, et je me retiens très fort de lui lancer des petits clins d'oeils entendus wink wink wink.

code black pumpkin




please picture me in the weeds, before i learnt civility i used to scream ferociously any time i wanted.

:rainbow::
 
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
nobody puts baby in a corner ღ aisling Ot4j
POSTS : 1222 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]Laoise

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

nobody puts baby in a corner ღ aisling Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [3] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
nobody puts baby in a corner ღ aisling 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling EmptyDim 14 Mar 2021 - 0:55





nobody puts baby in a corner
All we need is music, sweet music. There'll be music everywhere. There'll be swinging, swaying, and records playing, dancing in the street. Oh, it doesn't matter what you wear, just as long as you are there. So come on, every guy, grab a girl, everywhere around the world!

« Quoi quoi ? » Les yeux de Robin s’écarquillent, s’accrochent à son visage comme pour reprendre contact avec la réalité. Un peu embarrassée de l’arracher comme ça aux bras du brun dépité, Aisling se mordille la lèvre inférieure et lance des petits coups d’œil explicites sur le côté comme pour lui confier : c’est Lon, il a essayé de m’prendre par la taille ! Comme si elle comprenait brusquement l’urgence de la situation, son amie plisse les yeux et son petit corps vibre de détermination. « Pour sûr ! » Oh thank god. Soulagée, Aisling sent ses épaules se détendre légèrement tandis que ses poumons laissent échapper un soupir. « Eeeeh ! T’as essayé quelque chose de nouveau chaton, je suis trop fière de toi ! » Elle sent même l’ombre d’un sourire flâner sur ses lèvres tandis que les encouragements de Robin colorent ses joues d’une teinte rosée. « Merci… t’avais raison, c’était pas si difficile au fond ! » Elle bafouille de plaisir en se tortillant les doigts. Enfin… jusqu’à c’que ça devienne un peu trop intime. Un frisson d’inquiétude traverse sa colonne vertébrale, mais les paumes de Robin apparaissant dans son champ de vision la repêchent sur les rebords glissant de sa rive aux angoisses. Il lui faut quelques secondes avant de comprendre ce que son amie attend d’elle et le sourire revient sur ses lèvres tandis qu’elle donne une petite tape peu assurée mais enjouée dans le creux de ses mains. « Yay ! » Leurs doigts s’entrelacent et ce serait forcément bizarre si Robin était un homme, mais c’est une femme alors l’idée ne lui traverse pas l’esprit. Entraînée par son énergie contagieuse, l’irlandaise sautille elle aussi pour célébrer sa mini victoire. Comme l’elfe des forêts à qui elle lui fait souvent penser, son amie se dérobe à son étreinte et dans ses mains apparaissent deux clichés glacés qu’elle brandit devant ses yeux. « Regarde ! Comme ça t’auras un super souvenir de ce moment ! Tu préfères laquelle ? » Surprise, Aisling s’empare des petites photos et les écarte de son visage afin de pouvoir les discerner. Son cœur bondit dans sa poitrine quand elle se reconnait, le mouvement de robe dramatique à souhait et un sourire ravi aux lèvres tandis qu’elle tourne sous l’impulsion maîtrisée d’un Lon à l’expression concentrée et au cheveu lustré vaguement décoiffé par ses mouvements. « Wow, Robin ! Je les adore toutes les deux, elles sont magnifiques !! T’as eu ça où ? » Elle demande, trop tard. Car son amie l’a déjà attrapée par le bras pour courir jusqu’à Lon et l’embarquer dans une petite danse étonnement structurée qu’ils ne sont que trois à partager… pour l’instant. Concentrée sur le rythme et les pas, Aisling remarque à peine quand leur troupe s’agrandit alors que la jolie rousse avec qui parlait Lon au début retrouve sa place à ses côtés. « Attrape le bras de la fille là ! » « Hein, quoi ? » Pas le temps de se poser de questions ni de se remettre de ses observations, l’irlandaise repère une jeune pinup aux yeux plissés tournant sur elle-même à ses côtés et glisse délicatement son bras sous le sien pour la cueillir au vol. « On fait une petite ronde ! » Elle explique, l’air sérieux et les joues brûlantes, quand la demoiselle hoche la tête, l’air aussi surprise qu’enchantée par l’idée. Ravie, elle appelle quelques amis qui viennent aussitôt se pendre à son bras, doublant instantanément la taille de leur groupe. Petit à petit, le cercle s’agrandit sous les encouragements suaves d’Elvis, qui a mis ses chaussures bleues de côté et encourage désormais tout le monde à rocker. Alors c’est ce que les danseurs font. « Regardez-moi comme ça swingue sur le dancefloor ! Vous êtes fantastiques, WHOOOOP ! » S’enjaille le présentateur de la soirée, son costume doré étincelant sous l’éclairage vintage de la scène. La petite ronde du début forme désormais un grand cercle et une constellation de danseurs aux niveaux variés imitent joyeusement le petit pas inventé par Robin tandis que le reste de la salle acclame, battant la mesure à travers leurs applaudissements parfaitement synchronisés.

Soudain, un jeune couple s’aventure à l’intérieur et se lance dans une danse audacieuse et maitrisée. Un immense sourire aux lèvres, Aisling bouffe des yeux ce spectacle qui fait battre son cœur. « Oh mon Dieu regarde ça ! » Elle piaille en serrant le bras de Robin un peu plus fort. Les yeux miroitants d’excitation, son amie relève la tête et tend le cou pour atteindre son oreille dans laquelle elle hurle d’une voix déraillée par la passion : « C’est trop cool ! T’as vu ça ? C’est comme une soirée break-dance mais genre, boogie-woogie style ! » « Mais oui !! Et en mieux parce que les costumes sont vraiment trop beaux en plus ! » « Au fait, c’était comment cette dance avec Lon ? » « C’était super, t’avais raison, c’est un très bon danseur ! Par contre… » Elle voudrait lui parler du calme qui s’est emparé d’elle avant de l’inquiéter plus encore. De cette sensation d’harmonie qui a fait naître une pointe de culpabilité dans sa poitrine, exacerbée par la main que Lon a placée sur sa taille. Elle voudrait partager ses doutes et essayer de comprendre s’il ne s’agit que de vieux blocages encombrants qui se dressent en travers de son bonheur ou bien une petite voix qu’elle devrait écouter et qui la supplie de ne pas aller trop vite, trop fort, et de faire quelque chose qu’elle risquerait de regretter, comme c’est arrivé tant de fois par le passé. Elle voudrait, mais la musique est trop forte, sa voix trop basse, les rires si éclatants qu’elle n’ose finir sa pensée et pince les lèvres pour mieux l’entendre lui demander : « Tu penses que t’auras envie de remettre ça au milieu de la ronde ? » L’enthousiasme de Robin est si grand que l’espace d’un soupir, l’envie de danser et se perdre dans la musique au milieu de cette marée humaine lui fait oublier ses doutes et sa réserve. « Oui, carrément ! » Alors qu’elle relève les yeux, son regard accroche celui de Lon par-dessus les boucles blond-vénitien de leur amie. Il lui adresse un clin d’œil amical et elle lui sourit timidement avant de se détourner, baissant pudiquement les yeux. Dans sa poitrine, son cœur s’emballe et une pellicule moite recouvre la paume de ses mains. « Enfin… peut-être pas ? » Elle souffle d’une petite voix étouffée après avoir lancé un coup d’œil incertain en direction de Robin, les épaules contractées par une vague de panique qu’elle s’explique mal. « Je… j’en sais rien en fait… » Elle finit alors par avouer, le regard rivé sur les couples qui se lancent au milieu de la piste dans un fouillis de robes colorées et de costumes étincelants. Sont-ils en couple, tous ces gens ? Probablement pas. Et pourtant, ils donnent l’impression de s’amuser, de virevolter au rythme de leurs envies et des grognements suaves crachés par les hauts parleurs. Elle voudrait les rejoindre et se perdre avec eux dans la mélodie, seulement elle ne se fait pas confiance. Car la danse libère quelque chose en elle, lui fait oublier des inhibitions qui sont pourtant là pour une raison. Quand cette libération la traverse entre les bras de Sid, elle n’est pas inquiète, car il connait ses peurs et ses réticences, les gestes qui l’effraient et ceux qui la rassurent. Mais surtout parce qu’elle a envie de s’abandonner à son étreinte, et accueille chacun de ces rapprochements comme une petite victoire. Faudrait qu’tu lui dises tout ça… « Tu sais, quand j’danse avec mon copain, j’ai l’impression qu’on est connectés. » Elle se lance maladroitement. « Y’a comme un courant qui circule entre nous et… j’saurais pas trop l’expliquer mais c’est intime et c’est un truc que j’ai envie d’protéger. » Une expérience qu’elle aurait l’impression de bafouer en dansant avec Lon, sans savoir où mettre les limites, effrayée de découvrir si son corps pourrait réagir de la même façon entre ses bras. « C’est comme ça que j’lui montre mes sentiments, parce que j’sais pas trop l’faire autrement. » C’est dans les mots qui refusent de franchir sa gorge, les membres qui se bloquent et érigent entre eux ses barrières, d’anciens préceptes qui brouillent son esprit et noient l’envie dans un fleuve d’angoisses. Quand ils dansent, c’est le seul moment où son esprit déconnecte vraiment, le seul moyen qu’elle a trouvé pour lui montrer comme il est spécial à ses yeux et à quel point ce qu’ils partagent est unique. « Alors si j’dansais avec Lon, genre sur la piste et tout… j'ai peur qu'ça brouille un peu le message, tu vois ? » Ses sourcils se froncent, ses yeux fouillent ceux de Robin comme pour tenter de lire sur son âme la réponse aux questions qu’elle se pose, un conseil pour la soulager, la convaincre, lui confirmer qu’elle ne fait pas fausse route.

Mais dans ses orbes pâles, elle ne trouve qu’une bonté compréhensive quoi que déconcertée. Elle s’y perd de bonne grâce, jusqu’à ce qu’une certitude la traverse comme un éclair : « Par contre si j’suis sûre d’un truc, c’est que j’peux danser avec toi ! » Elle décide alors en attrapant la main de son amie pour l’entraîner au centre du cercle. Quelques heures plus tôt à peine, Aisling aurait blêmit à la simple idée d’être surprise en train de danser avec une femme. Mais un couple d’hommes vient tout juste de quitter la piste après une danse enflammée que tout le monde a joyeusement acclamée, comme si… c’était tout à fait normal. Puis après tout, on est juste des amies. Main dans la main, elles sautillent au cœur de la foule. Concentrée sur la voix et le rythme des guitares, Aisling laisse la musique s’écouler dans ses veines et diffuser une onde d’assurance agréable dans ses membres. Robin n’est (clairement) pas aussi grande que Sid, ni aussi technique que Lon. Mais ce qui lui manque en taille et en expérience, elle compense en audace et avec cette passion endiablée qui semble l'habiter ainsi que tout ce dans quoi elle se lance. Car son amie ne se contente pas de danser la musique : elle la vit. Sous le feu des projecteurs, elles font tourner leurs jupons, s’écartent et se retrouvent, virevoltent et flottent sur l’impulsion de l’autre. Leur pas de deux est un mini feu d’artifice, une toile d’émotions chaotique et artistique, un spectacle au dénouement inattendu, plein de surprises et de retournement. Jusqu’à ce que, inspirée par les notes finales et la façon presque instinctive avec laquelle leurs corps redéfinissent leur chorégraphie improvisée, Aisling attrape Robin par la main et l'attire vivement jusqu'à elle pour la faire rouler par dessus son dos dans un bowling chicken expérimental et énergisé. Un petit couinement de rongeur excité lui apprend que son amie est retombée sur ses pattes de l'autre côté, alors elle se redresse pour la récupérer, le rire aux lèvres et dans le fond de leurs yeux. Les applaudissements fusent et les tissus se froissent alors qu’elles s’éloignent du centre pour laisser la vedette aux suivants. « C’était trop génial !! » Elle s’emporte en sautillant sur place, les joues rosies de bonheur et les mains toujours accrochées à celles de Robin. Le clic d’un appareil photo à l'ancienne attire son attention et Aisling repère bientôt le brun coiffé d’un béret aux bras duquel elle a arraché son amie sans la moindre pitié quelques instants plus tôt. Ça explique les photos… elle songe en tâtant par réflexe les clichés qu’elle a soigneusement rangés dans les plis de sa robe. Une jolie fille s’approche du photographe pour tenter de l’inciter à rejoindre la ronde, invitation qu’il décline d’un air mi sympa, mi revêche. Frétillant encore de l'énergie diffusée par la danse à laquelle elles viennent de se livrer, Aisling baisse les yeux vers Robin tandis qu’une idée brillante lui traverse l’esprit : « J’te défie de le kidnapper pour une chanson ! » Elle lance, les yeux luisants d’excitation face à ce challenge qui lui semble à la fois difficilement réalisable et hautement mérité pour l'opération de sauvetage en urgence la mieux réalisée dans l'histoire de l'humanité. Grisée par cette certitude, elle se risque à ajouter : « Si tu réussis à l’arracher à son appareil photo… moi j’réessaie avec Lon ! » Mon Dieu je remets mon destin entre tes mains. Jettant un bref coup d’œil au ciel étoilé de l’autre côté des grandes fenêtres qui bordent la salle des fêtes, elle trouve un certain réconfort dans la certitude que la décision sera prise par une puissance supérieure désormais. Car si la technique de Robin échoue, elle saura que le seigneur ne veut pas qu’elle danse avec un autre homme que son copain. Et sinon... I guess it's showtime.  

code black pumpkin



you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

nobody puts baby in a corner ღ aisling 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Robin-Hope Berry
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente six voyages autour du soleil
SURNOM : rob, robinou, robin des bois, carotte, la p'tite lapine, allons-y gaiement !
STATUT : poly, wild & free!
MÉTIER : artiste peintre & sculptrice, curatrice à la galerie d'art, bénévole dans un refuge pour animaux.
LOGEMENT : cottage de fée sous lsd à logan city, feuillu charmant et bordélique, peuplé (de cheveux longs de grands lits et de musique) des nombreuses créatures recueillies en chemin, vous êtes les bienvenues !
nobody puts baby in a corner ღ aisling Original
POSTS : 5823 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : hippie rêveuse dans l'âme ☽ fouillis intrépide & survolté, furieux de tout vivre & tout essayer ☽ orpheline trouvée à la naissance, a grandi en foyers ☽ cœur cabossé, cicatrice au creux du décolleté ☽ (hyper) sensible, optimiste, lunatique, excentrique, impulsive & passionnée ☽ l’art comme éxutoire ☽ d'un extrême à l'autre ☽ fervente protectrice des animaux, de la nature & des plus démunis ☽ vit pour les aventures spontanées, la créativité, les concerts de rock, les cookies vegan, la liberté, les conversations avec des êtres authentiques & les roucoulements de chats ღ
RPs EN COURS : gaby (fb)aisling 2phoenix 2jill (fb)aisling 3gaby 3casey (fb) ☽ lily

nobody puts baby in a corner ღ aisling Yjlg

dimension zombies : zombinsonkyte rôdingdimension fantômes : lady jamesonbloody gabydimension momie : j'te vengerai roger


RPs EN ATTENTE : joseph (fb teotfw) ☽ gaby (librairie) ☽ birdie
AVATAR : rachel mcadams
CRÉDITS : (ub) jamie
PSEUDO : birdie
INSCRIT LE : 08/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7659-robin-hope-berry-fall-seven-times-stand-up-eight https://www.30yearsstillyoung.com/t8093-robin-hope-life-is-a-daring-adventure-or-nothing-at-all https://www.30yearsstillyoung.com/t19923-robin-hope-berry https://www.30yearsstillyoung.com/t25303-robin-hope-berry

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling EmptyVen 14 Mai 2021 - 23:14





nobody puts baby in a corner
“We get it on most every night when that moon is big and bright. It's a supernatural delight, everybody's dancing in the moonlight, dancing in the moonlight. Everybody's feeling warm and bright it's such a fine and natural sight. Everybody's dancing in the moonlight.” @aisling hayes

La fête bat son plein, les couples virevoltent les uns après les autres et mes bouclettes rebondissent au rythme de la ronde (enfin plus ou moins). Les yeux rivés sur Aisling et le sourire mutin jusqu’aux oreilles, je la regarde sautiller également, sa frange ébène luisant joliment sous les lustres, quant tout à coup son enthousiasme à l’idée de danser avec Lon se mue en doute bafouillant. Ah ? Tendant l’oreille pour mieux entendre sa petite voix, je l’écoute me confier timidement : « Tu sais, quand j’danse avec mon copain, j’ai l’impression qu’on est connectés. » j’hoche la tête, concentrée « Y’a comme un courant qui circule entre nous et… j’saurais pas trop l’expliquer mais c’est intime et c’est un truc que j’ai envie d’protéger. » Je relève les yeux vers elle avec un grand sourire touché. « Naw ! » C’est très important ça, les connexions magiques des âmes qui vibrent sur la même fréquence et qui se mélangent l’espace d’une danse, je suis bien contente qu’Aisling et son p'tit mec puissent partager quelque chose comme ça, tiens ! « C’est comme ça que j’lui montre mes sentiments, parce que j’sais pas trop l’faire autrement. » J’opine une fois de plus, compréhensive. Phœnix est pareil ! Enfin pas avec la danse, entendons nous, mais on m’a dit quelque chose de fascinant sur les langages de l’amour, comme quoi il y en aurait cinq et que le toucher serait l’un d’eux, alors c’est peut-être le sien aussi. Elle est si agile et fluide, ma p'tite anguille sous roche, ce serait bien possible ! Je ne suis pas sure de comprendre pourquoi elle ne voudrait pas ressentir ça avec plus de gens, ceci dit, car chaque connexion est unique et ne peut donc empiéter sur une autre, alors pourquoi se priver d’une énergie possiblement si puissante et positive ? Et puis, ce ne serait pas forcément si sérieux, d’ailleurs, elle pourrait danser avec Lon comme elle danse avec moi : pour s’amuser. J’ai toujours vu le monde comme un gigantesque terrain d'exploration, l'occasion d'une chasse aux trésors qui n'en finit pas de livrer des indices et pour nous de courir en tous les sens pour en collectionner le plus possible. Et au milieu de tout ça j’ai tendance à parfois voir mon Aisling comme cette petite créature ligotée par des moeurs et des peurs qui l’empêchent de vivre pleinement et j’aimerais beaucoup l’aider à s'en libérer… mais après tout, peut être a-t-elle besoin de se jeter toute entière dans cette relation et vivre une seule belle histoire pour le moment, peut être ne ressent-on pas tout à fait les choses de la même façon, peut être que quelque part c’est moi qui m’empêche de danser avec une seule personne parce que si elle me laissait tomber je me retrouverais par terre en mille morceaux toute cassée. Mais si un jour loverboy ne réussissait pas à la réceptionner pendant un sauté ? C’est vrai ça, qui me dit qu’il est si bon danseur après tout ? Et moi je suis si peu fiable, je ne serais peut être pas là pour prendre le relai ! Peut être que c’est pour ça que je suis si enthousiaste à l’idée de savoir Lon à ses côtés, parce qu’il est la définition de la stabilité et je veux croire qu’il serait toujours là pour la rattraper ! ... mais le cœur est un animal sauvage, nul ne peut le contrôler ou lui dire dans quelle direction virevolter, je le sais, mieux que personne, sans doute, je le sais. « Alors si j’dansais avec Lon, genre sur la piste et tout… j'ai peur qu'ça brouille un peu le message, tu vois ? » Je ne suis pas sûre, ou peut-être que je vois très bien, quoi qu’il en soit son ressenti est le seul qui compte et comme elle semble un peu secouée je la regarde avec un sourire rassurant et je baisse mes paupières pour lui envoyer un bisou de chat. « On fait comme tu préfères mon colibri pailleté » pas d’obligation, rien que de la liberté !

« Par contre si j’suis sûre d’un truc, c’est que j’peux danser avec toi ! » Plot twist! Elle est pleine de surprises ! Ricanant de bon cœur, je la laisse m’entraîner au milieu de la piste. On croise nos amis de tout à l’heure, ceux avec les jolis plumes qui viennent de finir leur propre danse, et on se fait un grand signe enthousiaste. Ensuite c’est à nous de jouer, et alors que la musique commence à faire vibrer mon corps tout entier, je me laisse emporter par nos pas de deux aussi joyeux que déchaînés. La guitare rugit, les touches de piano s’envolent, on sautille, je me secoue, donne des petits coups de pieds devant moi, Aisling virevolte, ses pieds touchent à peine le sol, on se rapproche, on s’éloigne, et soudain elle tire vivement sur ma main et me jette par dessus son dos. Terrifiée et surexcitée, je pousse un couinement suraiguë avant de retomber de l’autre côté sur mes pieds, tout à fait échevelée. Wow ! Quel bouquet final ! Un immense sourire me fend le visage alors que je me sens toute énergisée et vachement fière de nous et alors on s’enfuit en riant tout haut et on se retrouve un peu plus loin, trépignantes, mains dans les mains « C’était trop génial !! » « Quel trip ! Et quand tu m’as soulevé WOW j’ai eu l’impression de voler ! » et mes bras qui s’élèvent vivement vers le ciel pour illustrer mon propos. Je revis encore notre gloire passée quand tout à coup le regard espiègle de mon amie retrouve le mien et elle lance tout de go : « J’te défie de le kidnapper pour une chanson » « Kidnaquoi ? » je réponds un peu oisivement. Ensuite je suis le regard bleuté et luisant de mon amie et je réalise qu’elle fixe malicieusement le joli photographe de tout à l’heure. Je ricane. « Si tu réussis à l’arracher à son appareil photo… moi j’réessaie avec Lon ! » mon œil se fait mutin, plissé, ma bouche également, je la regarde un instant en me mordant la lèvre inférieure « Oh toi qu’est ce que j’t’aime ! » Elle et son âme aventurière malgré tout. « Prépare toi à faire voltiger Lon sur ton dos mon lapereau, it is ON! » que je chantonne joyeusement en m’éloignant d’un pas léger. J’adore les défis, j’aime vraiment beaucoup les défis, défiez moi ! And let the hunger games commence !

En quelques enjambées chafouines, je me retrouve derrière Béret Boy et je me penche par dessus son épaule alors qu’il se concentre sur un cliché. Hop! Je lui pique sa dernière photo en date et quand il fait volte-face, un sourire mutin est peint sur mon visage tout entier. « Tu veux toujours danser avec moi ? » « Tu vas toujours voler mes photos ? » « C’est un oui ? » Il tend la main vers le cliché mais je suis plus furtive et l’éloigne de sa portée. Fière de moi, je baisse les yeux pour le regarder et les relève vivement en reconnaissant les silhouettes y virevoltants : « Eh mais ! C’est moi et Aisling ! » Il hausse les sourcils, imperturbable. Je me redresse dignement et glisse la photo dans mon corsage. « Bien ! Je la garde en otage et je te la rend si t’arrives à me faire voler comme eux » Il suit mon indexe du regard pour voir un couple de danseur se balancer dans les airs plus loin et puis il se retourne vers moi. Il a les yeux rieurs, je crois que lui aussi il aime bien les défis. Mais alors que je crois qu’il va dire oui, il hausse les épaules et remet l’appareil devant son œil « J’dois travailler » Je saute devant lui « Allez, vis ce moment avec moi ! Comme ça t’auras pas d’regret d’avoir laissé filer l’opportunité de danser sur Jailhouse Rock avec la petite blonde pote-de-colle rencontrée au détour d’une belle soirée de printemps 1952 » « Blonde ? Je vois qu’une petite rousse pot-de-colle » « En fait c’est un blond fraise, c’est la couleur de cheveux le plus rare qui existe et t’auras tout le loisir de l’observer de plus près si on va danser » Il secoue la tête « Désolé fraise, j’danse que sur du Freddie Mercury » Un large sourire étire mes lèvres, la bouille frétillante de malice : « Ça tombe bien, Feddie Mercury était super fan d’Elvis et Queen a souvent repris Jailhouse Rock en concert… » Là j'sens bien que j'ai marqué un point (même si j'en méritais trente !) et il me regarde avec un petit sourire de côté. « Deal? » J’insiste en lui tendant ma main. Il s’arrête cependant en tapotant son appareil, l’air embarrassé. « Ma copine peut le garder si - » « Personne y touche » « Ok » Il traverse la pièce à grandes enjambées, va glisser l’appareil derrière la consigne, respire un coup et revient vers moi avec son expression énigmatique. Je lève les pouces vers Aisling. Lon et la jolie rousse finissent leur pas de deux « C’est à nous ! » « Quoi ? Attends on va quand même pas danser au milieu de - » trop tard, j’attrape sa main et le tire vers le milieu de la ronde, c’était le deal. Enfin je crois. « Je sais pas danser ça ! » Il lance avec les yeux paniqués « Moi non plus ! » On s’en moque, on est là pour s’amuser ! Et puis y a pas meilleur moyen d’apprendre à danser qu’en dansant ! Je saute sur place, secoue les épaules, secoue la tête, secoue les fesses, attrapent ses mains puis on se met à tourner très vite façon Jack et Rose dans Titanic et je vois son visage commencer se détendre jusqu’à ce qu’il éclate d’un rire joyeux, presque enfantin. Alors je lâche une de ses mains et je tourne jusqu’à lui comme une foutue toupille avant de le faire passer sous mon bras. Nos pieds s’agitent, nos mains aussi, et puis « Ok c’est le moment, t’es prêt ? » « Non ! » « J’arrive ! » et je m’élance, bras en l’air, lui bondissant dessus comme un écureuil sur un arbre, et il relève ses mains au dernier moment pour me réceptionner au vol. Je souris avec toutes mes dents tandis qu'il se met à tourner sur lui-même pour me faire voltiger à toute allure. « Ahouuu » je hulule tel un oiseau joyeux sous les encouragements de Mister Gold et des autres, je ne suis pas sûre que ce soit un mouvement de boogi-woogi mais ça devrait! Et puis quand je commence à avoir le tournis il me fait sauter à nouveau pour que je revienne dans ses bras façon mariée et je suis toute essoufflée et lui aussi et je croise un instant ses jolis yeux sombres braqués sur moi et je pouffe presque timidement en remettant une mèche de cheveux derrière mon oreille. « On y va » « Filons ! » Il me fait glisser sur le sol et j’attrape son bras et on quitte rapidement la ronde sous les applaudissements toujours aussi enjoués des autres danseurs. Un peu plus loin on s'arrête pour reprendre notre souffle en rigolant, ma main sur mon genoux, et on se regarde et on éclate de rire encore, l’adrénaline pulsant a fond partout dans mon corps. Mon cœur se met d’ailleurs à palpiter et les mots de mon cardiologue sur l’effort physique à éviter me reviennent en tête. Je fronce le nez « Ça va ? » « Oh ouai, mieux que ça même, on a assuré hein ? » Il retire son béret et passe une main dans ses beaux cheveux bruns. « Eh ça te dirait de - » « Attends faut que je retrouve ma pote ! » et je fais demi tour, et je m’enfuis rapidement en cherchant ma longue amie du regard. Quand je la repère mon sourire s’étire plus encore et je lui fonce dessus « Eeeeek » je couine en sautillant devant elle « T’as vu ça ? On est même pas tombé ! Enfin moi je crois que je suis un peu tombée amoureuse par contre ! » Je ris à gorge déployée et puis je retourne la tête vers elle with a sly eye « Allez, à toi maintenant my chaotic baby, j’te défis de faire le truc de Dirty Dancing ! Ou quelque chose comme ça, enfin bref surprend moi quoi ! Allez, show me what you got ! Go go go go ! » En plus comme ça ce ne sera pas trop de proximité, ce sera juste drôle, elle aussi, elle mérite bien de pouvoir voler !

code black pumpkin




please picture me in the weeds, before i learnt civility i used to scream ferociously any time i wanted.

:rainbow::
 
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
nobody puts baby in a corner ღ aisling Ot4j
POSTS : 1222 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]Laoise

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

nobody puts baby in a corner ღ aisling Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [3] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
nobody puts baby in a corner ღ aisling 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling EmptyDim 30 Mai 2021 - 3:58





nobody puts baby in a corner
All we need is music, sweet music. There'll be music everywhere. There'll be swinging, swaying, and records playing, dancing in the street. Oh, it doesn't matter what you wear, just as long as you are there. So come on, every guy, grab a girl, everywhere around the world!

D’abord, ses grands yeux luisent de surprise. Kidnaquoi ? Camouflant un sourire, Aisling lui expose les termes de son challenge jusqu’à ce que ses pupilles se dilatent d’excitation et que ses paupières taquines se plissent. « Oh toi qu’est-ce que j’t’aime ! » La déclaration peint une couleur rosée sur ses joues pâles. « Robin ! » Elle proteste du bout des lèvres. Mais son amie ne semble guère se soucier (ou même remarquer) avoir froissé sa pudeur à travers cette effusion d’affection. « Prépare toi à faire voltiger Lon sur ton dos mon lapereau, it is ON! » Gagnée par son énergie, l’irlandaise effectue une petite danse d’encouragement. « YAY !! bonne chance ! » Son rire enthousiaste s’étrangle toutefois dans sa gorge quand le sens de ses paroles se fraie un chemin jusqu’à son esprit. Ah non mais attends comment ça ?! C’est qu’il y a quelque chose de déstabilisant dans l’assurance dansante avec laquelle son amie s’éloigne. Comme si… elle était persuadée de pouvoir arracher le photographe renfrogné à son appareil vintage. La curiosité et l’inquiétude se battent dans ses grands yeux gris alors qu’elle guette un peu trop attentivement l’avancée de la quête. Le pas de la blondinette se fait espiègle, séducteur alors qu’elle approche de sa proie pour lui piquer une photo. Le cœur serré, Aisling pince les lèvres et se prépare à se détourner pudiquement si le petit brun venait à s’énerver ou la repousser. A sa grande surprise, il n’en fait rien et une étrange dynamique pas vraiment hostile mais pas totalement chaleureusement non plus s’instaure tranquillement entre eux. Intriguée, l’irlandaise observe l’étrange pas de deux dans lequel ils se lancent avant même de commencer à danser. Elle lui tourne autour et il joue les hommes occupés, feint un désintérêt alors même qu’il ne semble pas pouvoir s’empêcher de l’étudier de ses yeux sombres. Il se détourne mais elle refuse de baisser les bras, prend l’espace qu’elle souhaite se voir accorder. Devant ses yeux, devant sa caméra. S’en suit une discussion qu’Aisling devine passionnée. Incapable d’entendre les paroles de là où elle se trouve, elle essaie de les imaginer sans trop y parvenir. Alors elle se dit plutôt que son amie a un sacré cran, et qu’à sa place elle aurait abandonné la partie depuis longtemps, filant entre les robes colorées pour oublier le rejet cuisant tout juste essuyé. Même auprès de Sid, elle n’oserait jamais autant insister. Mais Robin, elle n’a pas froid aux yeux. Elle sait exactement ce qu’elle veut et ne laisse personne lui dire qu’elle ne devrait pas essayer de l’obtenir. Elle reste même quand il s’éloigne, un sourire victorieux creusant deux fossettes dans ses joues de porcelaine. Oh, peut-être qu’elle n’avait pas si envie de danser, après tout. C’est surement pour ça qu’elle est heureuse de le regarder se carapater. Soulagée Aisling sent ses membres se détendre en comprenant que le ciel a enfin résolu son dilemme: voilà, j’ai bien compris mon Dieu que tu veux pas que j’danse avec un autre gars. Comme pour la contredire, voilà le petit brun qui revient, sans son appareil photo et une expression indéchiffrable sur ses traits. Celle de Robin est bien plus facile à interpréter : elle est ravie, audacieuse et malicieuse. C’est dans l’éclat scintillant de ses yeux clairs, l’immense sourire qui fend son visage et les pouces absolument pas discrets qu’elle lève dans sa direction. Vaguement embarrassée, Aisling se cache délicatement derrière ses longs doigts pour piquer un fard, mais personne n’est là pour la regarder, car les gens sont bien trop occupés à danser ou à suivre des yeux la petite rousse furibonde qui entraîne derrière elle le brun tout intimidé.

« Je sais pas danser ça ! » Il proteste une fois au milieu de la ronde, déclenchant les rires compatissants de quelques danseurs et les encouragements des autres. Parmi eux : Robin, qui ne maîtrise pas tellement davantage les pas mais vibre déjà au rythme de la musique qui pulse dans son corps. La mélodie, elle la vit à l’intérieur et ça se voit à la façon dont ses bras s’envolent, ses pieds bondissent, son derrière tressaute. Peu importe si ça ne tombe pas toujours avec la voix et les accords, elle écrit ses propres règles et encourage son partenaire à se détendre un peu lui aussi. Il a du mal, ne commence à se laisser aller que quand elle lui attrape les bras pour le faire tourner comme une toupie. Un grand sourire aux lèvres, Aisling se joint à la foule qui applaudit en rythme pour les encourager. Enfin, il éclate de rire, et son visage prend une expression bien plus douce, une qu’elle ne lui aurait jamais imaginée. Malgré le chaos de leur chorégraphie, leurs corps se répondent instinctivement et Aisling sait bien ce que ça veut dire. Elle s’élance n’importe comment dans les airs, il la rattrape de justesse, comme pour lui promettre qu’il sera là même quand il ne connait pas les pas, même quand elle sort du moule comme ça lui arrive si souvent. Emue, l’irlandaise sent un immense sourire fendre son visage. Les mains nouées devant sa poitrine et les yeux vaguement embués, elle les regarde tourner sur eux même, hurler à la lune, danser encore jusqu’à ce que Robin se retrouve dans les bras de son mystérieux cavalier, timidement charmeuse comme une jeune mariée. Le temps semble se suspendre et pendant un instant, Aisling retient son souffle, persuadée qu’ils vont s’embrasser et ravie d’être aux premières loges pour assister aux prémices de cette romance épique. Mais contre toute attentes, il la repose sur le sol et ils s’enfuient tous les deux, main dans la main, comme des tourtereaux rebelles, et tout d’un coup leur histoire n’en est que plus romantique encore. Dressée sur la pointe de ses pieds, l’irlandaise tente de les suivre des yeux mais ils disparaissent aussitôt dans la foule qui les avale tout crus. J’espère qu’ils vont pas s’embrasser sans moi, ça peut pas arriver off camera ! La pensée la traverse comme un éclair et creuse un pli entre ses sourcils soigneusement dessinés. Puis une petite main se place devant ses lèvres et elle étouffe un éclat de rire. Car elle n’est pas dans un film et n’a définitivement pas sa place dans ce charmant tableau. Il faut dire aussi qu’elle se souvient bien le soulagement qui l’avait envahie lorsqu’elle s’était cachée dans une petite ruelle mal éclairée derrière le diner pour échanger avec Sid leur vrai premier baiser. N’empêche qu’elle ne peut empêcher son cœur de tressauter d’espoir à l’idée de l’idylle qui s’écrit peut-être derrière un rideau ou sous l’éclairage tamisé des étoiles.

Ses rêveries à l’eau de rose volent en éclat à l’instant où un mini boulet de canon couinant et sautillant se précipite sur elle à toute allure. Elle a beau savoir qu’il s’agit forcément de Robin, son cœur ne manque pas une occasion de faire un bond dans sa poitrine et un petit cri agonisant s’échappe de sa gorge. « Robin ! Tu m’as fait flipper ! » Elle proteste, une main délicatement placée sur sa poitrine, comme le voulait les convenances dans les années cinquante. Surement qu’on l’aurait trouvée moins bizarre, à l’époque. « T’as vu ça ? » « Mais oui était trop génial ! » « On est même pas tombé ! » « C’est vrai ! J’adore comme il t’a rattrapée en mariée, oh c’était si romantique ! » Sous l’excitation, leurs voix se confondent encore, et déjà les pensées d’Aisling s’envolent vers ses songes nimbés de rose, quand Robin avoue dans un grand rire : « Enfin moi je crois que je suis un peu tombée amoureuse par contre ! » Il y a quelque chose de déstabilisant dans la facilité avec laquelle son amie lui confie ses sentiments. Une aisance si déroutante que l’espace d’un instant, elle ne peut s’empêcher de se demander si elle plaisante ou se confie sincèrement. Elle n’a toutefois pas l’occasion de vérifier auprès d’elle ce détail relativement important que les yeux de l’australienne prennent ce petit air chafouin qu’elle lui connait trop bien et c’est tout juste si elle tapote ses doigts entre eux sous son nez tellement son amie semble sur le point de lui faire une proposition qu’elle ne peut refuser. « Allez, à toi maintenant my chaotic baby. » Euh… non non, tu comprends pas… t’étais pas censée réussir à danser avec le petit photographe et moi j’étais pas censée danser avec Dr Lon ! « J’te défis de faire le truc de Dirty Dancing ! Ou quelque chose comme ça, enfin bref surprend moi quoi ! » Quoi qu’j’ai toujours rêvé de réussir une de ces figures avancées qu’on a pas encore vues en cours… « Allez, show me what you got ! Go go go go ! » Dans sa poitrine, son cœur s’emballe au rythme lancinant des go enthousiastes lancés par sa minuscule amie. La gorge nouée, les paumes moites, Aisling déglutit et lance des regards paniqués autour d’elle pendant que son amie la pousse gentiment vers la piste ou Lon fait adroitement voltiger sa cavalière. Allez t’inquiète, si elle a pu danser avec le photographe c’est que c’est la volonté de Dieu puisque tu lui as demandé de t’envoyer un signe. Ça peut pas être si mal. Et pourtant, elle n’a pas fait trois pas qu’Aisling tourne prestement sur elle-même pour revenir vers l’australienne. « Mais Robin moi j’ai seulement dit ça parce que j’étais persuadée que tu échouerais ! » Elle couine d’une petite voix angoissée, les yeux vaguement exorbités. C’est vrai quoi, et si j’avais mal interprété les signes ? Si c’était un piège pour me tenter et voir si je suis une petite amie fidèle ? Ce n’est pas si tiré par les cheveux, après tout. Une moue incertaine aux lèvres, Aisling se dit que c’est bien son genre à ce fourbe, d’envoyer des signaux contradictoires dans ce genre pour laisser ses ouailles se vautrer dans le pécher et avoir une bonne excuse de les frapper de son courroux juste après. Oh non pardonnez-moi Seigneur c’est le stress j’le pense pas c’est promis. Enfin pas vraiment quoi… enfin, v’voyez. Les poings serrés le long de son corps, Aisling prend une petite inspiration pour tenter de se calmer et y voir un peu plus clair. En fait il me faut un autre signe, comme ça j’saurai avec certitude que c’est pas mal et que j’peux m’lancer. Et en attendant… « J’vais pas aller l’embêter, il est occupé à danser avec la jolie fille qui a fait la ronde avec nous. Tu sais ? La rousse avec les grands yeux verts là. Ils vont bien ensemble, tu trouves pas ? » Elle lance à toute allure, dans l’espoir de tenter Robin à la perspective d’une autre discussion tout aussi savoureuse. Un sourire aux lèvres, la brune se tourne dans la direction où le couple potentiel se trouvait un instant plus tôt, plongés dans une danse complexe et maitrisée, pour tenter de les apercevoir.

Un froncement de sourcils vient froisser son visage quand elle ne les retrouve plus. Du moins jusqu’à ce que la voix de Lon dans son dos ne la fasse sursauter une fois de plus. « Mesdemoiselles ! Voudriez-vous vous joindre à notre petite soirée ? » Qu’il demande, un sourire improbablement charmant sur son visage. « Nous allions prendre un peu l’air et tenter de trouver quelque chose à se mettre sous la dent. » Les informe aussitôt la belle rousse pendue à son bras, les joues rosies et les yeux luisant d’un drôle d’éclat. « Oh… oui, bien sûr ! » Répond Aisling après avoir jeté un coup d’œil à Robin pour s’assurer que ça lui dit également. Elle a toujours le regard vaguement espiègle… mais la connaissant ça pourrait aussi bien être son air naturel. Essayant de ne pas s’en formaliser, la brune se tourne à nouveau vers les danseurs. « Votre danse était super belle, vous êtes vraiment doués tous les deux ! » Un sourire aux lèvres, elle adresse d’abord son compliment à la jeune femme, puis dirige timidement son regard vers Lon. Voilà. S’il en profite pour m’inviter à danser, ça veut dire que c’est bon j’peux y aller ! Le cœur battant, elle attend nerveusement sa réaction et un déferlement de sentiments mitigés s’abat sur elle quand il se contente de la remercier chaleureusement et la complimenter en retour avant d’être interrompu par le passage furibond de deux danseurs visiblement ébréchés et pas très doués. Ils s’infiltrent bruyamment au sein de leur groupe en riant et repartent après avoir écrasé un peu tous les pieds à leur disposition. Aïe. « Je pense qu’il est grand temps de s’éloigner de la piste tant qu’on ne danse pas ! » Décide sagement Lon avec un sourire indulgent en entraînant sa petite soirée vers le bar. Profitant de la confusion générale, Aisling se penche à l’oreille de son amie pour lui susurrer : « Puis j’peux pas l’inviter moi Robin c’est si… vulgaire ! » Ne connait-elle donc pas l’adage ? L’homme propose et la femme dispose. Une tradition qui l’arrange bien et réduit drastiquement ses ‘chances’ de se faire inviter étant donné que les danseuses sont toujours bien plus nombreuses que les danseurs. Bien évidemment, Lon choisit ce moment précis pour se tourner vers elles et leur tendre un petit plateau de mignardises composé de mini pizzas et de légumes crus. « Pour reprendre des forces ! » Il lance, toujours prévenant. Aisling le remercie et prend la mini pizza, lui un céleri et Robin la carotte, qui fait un petit crac agréable entre ses dents. « Au fait, pourquoi t’es pas restée avec ton photographe ? » Elle demande sans prévenir, les sourcils légèrement froncés. « J’veux dire… ça s'voit qu’vous vous êtes trop amusés et puis t’as même dit que t’étais tombée un peu amoureuse alors euh… qu’est-ce que tu fiches ici ? » Un petit rire confus s’échappe de ses lèvres et elle secoue la tête en agitant une main devant son visage pendant qu’elle mâchouille ardemment une bouchée trop rapidement croquée afin de l’avaler au plus vite et pouvoir préciser son raisonnement : « Pas qu’j’aurais préféré qu’tu le sois pas, hein! Mais euh… quand j’t’ai vue filer avec lui j’ai vraiment cru qu’vous partiez vous bécoter derrière les rideaux alors j’suis juste un peu surprise que tu sois revenue si tôt ! » Les joues rosies, elle dessine songeusement le contour des carreaux de bout de sa chaussure de danse avant de confier d’une petite voix : « C’est que… j’sais bien c’que ça fait que d’danser avec un gars qui t’plait. » Elle ne se souvient que trop bien l’intensité des regards, comme son corps répondait à la moindre de ses impulsions, la douce chaleur dans sa poitrine, l’euphorie dans son cœur et la passion de ses lèvres alors qu’il l’avait entraînée dans les loges à l’instant même où leurs pieds flottaient hors de la scène. J’le sais bien ouai… et j’flippe totalement d’ressentir des trucs que j’devrais pas, des trucs que j’voudrais pas, en dansant avec un autre gars.    

code black pumpkin



you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

nobody puts baby in a corner ღ aisling 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Robin-Hope Berry
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente six voyages autour du soleil
SURNOM : rob, robinou, robin des bois, carotte, la p'tite lapine, allons-y gaiement !
STATUT : poly, wild & free!
MÉTIER : artiste peintre & sculptrice, curatrice à la galerie d'art, bénévole dans un refuge pour animaux.
LOGEMENT : cottage de fée sous lsd à logan city, feuillu charmant et bordélique, peuplé (de cheveux longs de grands lits et de musique) des nombreuses créatures recueillies en chemin, vous êtes les bienvenues !
nobody puts baby in a corner ღ aisling Original
POSTS : 5823 POINTS : 90

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime tout le monde.
PETIT PLUS : hippie rêveuse dans l'âme ☽ fouillis intrépide & survolté, furieux de tout vivre & tout essayer ☽ orpheline trouvée à la naissance, a grandi en foyers ☽ cœur cabossé, cicatrice au creux du décolleté ☽ (hyper) sensible, optimiste, lunatique, excentrique, impulsive & passionnée ☽ l’art comme éxutoire ☽ d'un extrême à l'autre ☽ fervente protectrice des animaux, de la nature & des plus démunis ☽ vit pour les aventures spontanées, la créativité, les concerts de rock, les cookies vegan, la liberté, les conversations avec des êtres authentiques & les roucoulements de chats ღ
RPs EN COURS : gaby (fb)aisling 2phoenix 2jill (fb)aisling 3gaby 3casey (fb) ☽ lily

nobody puts baby in a corner ღ aisling Yjlg

dimension zombies : zombinsonkyte rôdingdimension fantômes : lady jamesonbloody gabydimension momie : j'te vengerai roger


RPs EN ATTENTE : joseph (fb teotfw) ☽ gaby (librairie) ☽ birdie
AVATAR : rachel mcadams
CRÉDITS : (ub) jamie
PSEUDO : birdie
INSCRIT LE : 08/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7659-robin-hope-berry-fall-seven-times-stand-up-eight https://www.30yearsstillyoung.com/t8093-robin-hope-life-is-a-daring-adventure-or-nothing-at-all https://www.30yearsstillyoung.com/t19923-robin-hope-berry https://www.30yearsstillyoung.com/t25303-robin-hope-berry

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling EmptyMer 16 Juin 2021 - 20:59





nobody puts baby in a corner
“We get it on most every night when that moon is big and bright. It's a supernatural delight, everybody's dancing in the moonlight, dancing in the moonlight. Everybody's feeling warm and bright it's such a fine and natural sight. Everybody's dancing in the moonlight.” @aisling hayes

Aisling pousse un cri de souris quand je lui saute allégrement dessus en fourbe et aussitôt on recommence à s’ambiancer, nos mots bondissant se coupant se répondant avec entrain. Elle complimente ma petite danse, la trouve romantique, je roucoule et baisse coquettement la main devant mon visage l’air de dire « bah, c’était rien / roh toi alors ! » puis alors vient son tour de tenir sa part du marché en allant danser avec Lon et je l’envoie donc joyeusement vers sa destinée. Mais après seulement quelques pas, voilà qu’elle rebrousse chemin et revient vers moi. Ah ? Je tends l’oreille. « Mais Robin moi j’ai seulement dit ça parce que j’étais persuadée que tu échouerais ! » Excuse you?! Je tombe des nues. « Ah bah bonjour la confiance ! » que je m’insurge, plutôt très chiffonnée. Elle n’essayerait tout de même pas de me faire faux bond là ? « J’vais pas aller l’embêter, il est occupé à danser avec la jolie fille qui a fait la ronde avec nous. Tu sais ? La rousse avec les grands yeux verts là. Ils vont bien ensemble, tu trouves pas ? » Si... si elle essaie totalement. Du revers de la main j’essuie mon front qui perle à grosses goutes et je pousse un soupir, essayant toujours de reprendre mon souffle et essayant aussi de rester pédagogue malgré ma vexation : « Bien sûr qu’ils sont beaux, mais quel rapport ? Toi, tu t’cherches des excuses ! Pourquoi ça le dérangerait ? C’est un bal, ma praline sous-marine, on est là pour danser et s’amuser ! En plus il vient de swinguer avec la jolie rousse juste au début de la chanson là, alors j’suis sûre qu’maintenant il voudra carrément danser avec t- heeey quand on parle du loup ! » Loup qui vient de rappliquer, rousse au bras, sourire colgate aux lèvres « Mesdemoiselles ! Voudriez-vous vous joindre à notre petite soirée ? » J’hausse les sourcils avec un sourire amusée et je tourne la tête vers Aisling. See? Handsome, smart, funny, sophisticated with fancy french words thrown in the mix, what’s not to love? Go baby go! Ensuite sa cavalière précise que la petite soirée consiste à prendre l’air et manger un bout et j’hoche la tête avec un sourire jusqu’aux oreilles. « Absolutely we do! » Aisling bredouille qu’elle est partante aussi et tout ça me rappelle les soirées étudiantes qu’on faisait dans nos petits studios destroy avec les contre-soirées qui migraient inéluctablement vers la cuisine et où tu sais pas pourquoi c’est toujours là qu’on s’amusait le plus. Peut-être parce que c’était là qu’il y avait les space cakes et le robinet avec lequel on pouvait fourbement s’asperger. Je ricane et la petite voix d’Aisling me ramène aux années 40s où nous swinguons présentement. « Votre danse était super belle, vous êtes vraiment doués tous les deux ! » elle dit gentiment mais avant que nos amis puissent lui répondre voilà que deux énergumènes décident de nous foncer brutalement dedans en m'écrasant les pieds au passage « AÏEUH PUTAIN ‘POUVEZ PAS FAIRE ATTENTION NAN ?! » que je leur braille, courroucée, poings serrés, mais ils sont déjà entrain de trébucher sur d’autres innocents au loin. Je grogne et remet nerveusement mes bouclettes de chaque côté de mon visage avec des petits gestes secs. « Je pense qu’il est grand temps de s’éloigner de la piste tant qu’on ne danse pas ! » annonce sagement Lon en plaçant un bras juste derrière nos dos pour nous inviter à avancer vers le bar tout en faisait le mec qui nous protège sans nous toucher parce que c’est un truc de gentleman je suppose. Alors qu’on avance, Aisling se penche vers moi : « Puis j’peux pas l’inviter moi Robin c’est si… vulgaire ! » Je m’étouffe avec ma propre salive et la regarde d’un air mauvais : « Tu dis que j’suis vulgaire ? » C’est le moment que choisi Lon pour se tourner vers nous avec un plateau de crudités et me couper la parole comme il aime bien le faire ce soir j’ai l’impression. « Pour reprendre des forces ! » Il dit et je croque hargneusement dans une carotte qu’il me tend. C’est une bonne carotte. Ça aurait pu me calmer, mais je suis bien trop irritée. Car c’est bien Aisling qui m’a envoyé demander à Beret Boy de danser avec moi, n’est ce pas ? Alors quoi ? Elle peut pas demander à un homme de danser parce qu’elle est une femme mais moi c'est bon car je suis un souillon ?! J’aspire bruyamment dans la paille de mon milk-shake que Lon avait fait garder par le barman pendant qu’on dansait. Alors oui, c’est vrai, j’aime bien la vulgarité, j’aime bien jurer et casser cette image de petite créature docile que les gens ont tendance à me coller. Je me moque des conventions, j’aime bien choquer les bonnes gens, ceux qui me prennent le chou avec les étiquettes, les troller un peu, plus ou moins amicalement. Mais entendre de la bouche de mon amie que je suis vulgaire, celle-là même qui m’a envoyé faire ce défi et qui a la vulgarité en horreur, ça ne passe pas du tout. Je fronce les sourcils, vraiment agacée maintenant. J’ai tendance à prendre tout trop pas à cœur ou avec trop de détachement, pas de demi mesure. Et là j’ai l’impression de m’être faite roulée dans la farine. Vexée qu’elle retourne ainsi sa veste et en profite pour me poignarder le dos, trahie, même, voilà ce que je suis. Je n’ai plus du tout envie de rigoler, encore moins de discuter.

« Au fait, pourquoi t’es pas restée avec ton photographe ? » elle demande tout à coup et je ne relève même pas les yeux de mon verre que je continue d’aspirer exagérément, maussade, mauvaise. « J’veux dire… ça s'voit qu’vous vous êtes trop amusés et puis t’as même dit que t’étais tombée un peu amoureuse alors euh… qu’est-ce que tu fiches ici ? » Elle rigole, aussi légère que je suis plombée, et je souffle en gonflant mes joues mais elle ne semble pas le remarquer « Pas qu’j’aurais préféré qu’tu le sois pas, hein! Mais euh… quand j’t’ai vue filer avec lui j’ai vraiment cru qu’vous partiez vous bécoter derrière les rideaux alors j’suis juste un peu surprise que tu sois revenue si tôt ! C’est que… j’sais bien c’que ça fait que d’danser avec un gars qui t’plait. » « Oui bon ! C’tait cool et voilà ! Maintenant j’suis avec mes potes, voilà ! » je répond alors sèchement, agacée, sourcils froncés. L’alcool mauvais que cette déception amicale vient de réveiller. « Tomber amoureuse a jamais empêchée personne de passer du temps avec ses amis et certainement pas moi ! » (Sauf bien sûr quand je m’enfuis à l’autre bout du monde sur un coup de cœur en laissant mes amis sur place et ce possiblement pendant trois ans mais là n’est pas la question). On m’a trahie. Oh, je peux lui pardonner bien des choses à mon Aisling : qu’elle rentre à 4h du matin en vomissant partout alors que je me lève à 7h pour aller travailler, qu’elle emprunte quelques billets qu’elle ne peut pas toujours rembourser sans oser me demander, qu’elle me quitte à répétition pour faire ses propres erreurs ou pour se retrouver, qu’elle reste silencieuse face à des furieux venus m’embêter parce qu’elle a peur qu’ils se retournent contre elle et me laisse les congédier... je peux pardonner bien des choses oui, mais qu’elle rompe une promesse, UNE PROMESSE !… ce soir, c’est tout simplement impardonnable ! Peut-être que mon enrayement de cœur n’y est pas pour rien dans ce changement soudain d’humeur, peut-être régressé-je, ou peut être que ça n’a rien à voir avec tout ça et que mon courroux est tout à fait justifié. Une chose est sure : si Aisling pense m’avoir avec sa p’tite technique de diversion fourbe, elle se fourvoie copieusement !

« T’sais que chez moi on déconne pas avec les promesses Aisling... » je reprends alors, détachée, mystérieuse, gangsta, le regard sur ma carotte avant de la croquer subitement en replongeant mon regard gris dans celui de mon amie. Pour lui faire passer le message. Je continue de la fixer quelques secondes puis comme rien ne se passe, je me tourne vers Lon « Hey Lon. Aisling a envie de danser avec toi mais elle ose pas t’le dire parce qu’apparemment c’est vulgaire pour une femme de demander à un homme de danser. Qu’est c’que t’en penses ? » « Oh » il laisse échapper, visiblement surpris, son regard passant de mon visage mesquin à la bouille cramoisie d’Aisling, faisant l’aller retour quelques fois comme s’il l’interrogeait en même temps du regard, moi je bronche pas. « Eh bien, je ne sais pas pour ça, mais c'est certainement avant-gardiste pour les mœurs de nos bonnes vieilles années 40s, il en convient ! Ha ha ! Et Aisling, ce serait sincèrement mon plaisir et un grand honneur pour moi de danser de nouveau avec vous, si bien sûr vous souhaitez m’accorder cette danse ? » Et ce disant il s’incline devant mon amie, courtois, exactement à la bonne distance, exactement avec le bon ton, la main légèrement tendue vers elle, exactement comme il faut.

Je finis cul-sec un verre de whiskey qui traine sur le bar et je me tourne vers la grande rousse : « J’vais fumer, tu veux v’nir avec moi ? » « Euh... d’accord. Oui, bien sûr ! » Je ne fume pas, mais c’est une bonne façon de tourner les talons et de rajouter une couche de vulgarité sur le tas. Je marche d’un petit pas agacé jusqu’à la sortie, pousse la lourde porte qui s’ouvre et se referme derrière nous et je prend une grande inspiration quand le vent frais de Brisbane sous les étoiles nous accueille dans la foulée. Je réalise que j’avais vraiment chaud. La jolie rousse sort son paquet de son petit sac élégant et je tends la main pour demander une cigarette. « Moi c’est Robin au fait » je dis avec un grand sourire avant de la glisser entre mes lèvres « Isla » elle répond en embrasant une allumette sous mon nez « C’est super joli ça ! T’es écossaise ? Je crois que je suis écossaise moi aussi » « Ça expliquerait nos cheveux, hein ? (bon manifestement tout le monde me voit rousse ce soir, j’hésite à rappeler que je suis en fait très unique et singulière avec mon blond vénitien mais elle enchaîne) Espagnole en fait, d’origine » « Ah ? » « Australienne born and raised » « Ah ouai moi aussi (que je sache) alors t’as un ticket avec Lon ? » « Hmm (elle tire sur sa cigarette, les yeux tournés vers les étoiles) peut-être bien. C’est encore tôt pour le savoir, on vient de se rencontrer, mais il a un charme fou. Très vintage, non? » Elle rigole, j’hausse les épaules « Bah carrément ! Go for it, c’est un vrai chic type, vrai de vrai ! » « Et ta copine, elle aussi elle...? » « Ma copine elle refuse de le voir, elle reconnaîtrait pas un chic type s’il se trémoussait sous son nez » elle pouffe, je pouffe aussi du coup, me trouvant quand même un peu plus mesquine que méritée « M’enfin c’est la vie ! Tu me fais penser à la fille dans la chanson de Dolly Parton. Comment c’est déjà ? Jolene ! Au fait je m’appelle Robin, et toi ? »

code black pumpkin




please picture me in the weeds, before i learnt civility i used to scream ferociously any time i wanted.

:rainbow::
 
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
nobody puts baby in a corner ღ aisling Ot4j
POSTS : 1222 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]Laoise

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

nobody puts baby in a corner ღ aisling Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

nobody puts baby in a corner ღ aisling Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Phoenix [3] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
nobody puts baby in a corner ღ aisling 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling EmptyMar 29 Juin 2021 - 1:37





nobody puts baby in a corner
All we need is music, sweet music. There'll be music everywhere. There'll be swinging, swaying, and records playing, dancing in the street. Oh, it doesn't matter what you wear, just as long as you are there. So come on, every guy, grab a girl, everywhere around the world!

« Oui bon ! C’tait cool et voilà ! Maintenant j’suis avec mes potes, voilà ! » La voix claque, serre son cœur, scelle ses lèvres. Les sourcils froncés d’incompréhension, Aisling scrute farouchement ses traits tirés par l’agacement. Furibonde, Robin reprend aussitôt : « Tomber amoureuse a jamais empêchée personne de passer du temps avec ses amis et certainement pas moi ! » Une petite pointe de culpabilité lui brûle la poitrine à l’idée d’avoir pu ainsi froisser son amie en suggérant qu’elle aurait pu vouloir rester avec le petit brun revêche récolté au stand photo. La gorge nouée, elle s’empresse de bafouiller une excuse, se lance sans même savoir comment se rattraper. « C’est… c’est pas c’que j’voulais dire, j’suis désolée je- » A croire que ça importe peu au final, puisque Robin la coupe d’une voix anormalement basse, pesante, inquiétante : « T’sais que chez moi on déconne pas avec les promesses Aisling... » Pour un peu, elle lui ferait penser à une figure charismatique de la pègre prête à lui faire une proposition qu’elle ne peut refuser. Un drôle de gangster qui croquerait avidement des carottes crues au lieu de suçoter nonchalamment un cigare comme  normalement ça se fait. « Les… les promesses ? » Déstabilisée par l’éclat sombre et luisant de ses yeux plissés, Aisling sent son cœur s’emballer tandis que ses pensées confuses se bousculent pour tenter de comprendre ce à quoi elle fait subitement référence. Car ça peut pas être à cause de la danse… si ? Si. Sans daigner lui répondre, la rouquine aux flammèches éteintes se tourne vers Lon pour l’interpeller. « Hey Lon. » Oh non. Oh non, non, non… Le cœur en panique, Aisling écarquille les yeux, pince les lèvres, incline nerveusement la tête pour lui demander ce qu’elle est en train de faire et la supplier de changer d’idée. Elle n’en fait rien, évidemment, continue sur sa lancée sans lui témoigner le moindre intérêt, la jette en pâture à ce coup du destin qu’elle essayait désespérément d’éviter : « Aisling a envie de danser avec toi mais elle ose pas t’le dire  parce qu’apparemment c’est vulgaire pour une femme de demander à un homme de danser. Qu’est c’que t’en penses ? » Humiliée, l’irlandaise baisse les yeux vers ses chaussures sans plus oser croiser le regard de personne. J’aurai jamais dû sortir ! Elle voudrait disparaitre dans le carrelage froid, effacer sa présence et les dégâts qu’elle a causé. Effacer la gêne qu’elle ressent face à Lon qui la dévisage sans comprendre. La tristesse qu’elle ressent en comprenant que ses paroles ont vexé son amie. Sans qu’elle ne se rende compte de rien. Comme d’habitude. J’suis trop nulle, trop nulle, trop nulle ! Elle voudrait lui assurer que ce n’est pas vulgaire en soit, juste pas les codes de la danse. Que ça lui ferait bizarre à elle parce que les conventions ont de l’importance à ses yeux, tout comme elle ne porterait jamais un décolleté dans une église ou ne tiendrait pas la porte ouverte à un homme même s’il était chargé comme un âne. Des conventions dont Robin se fiche habituellement et qui ne choquent pas venant d’elle, tellement elle semble libre dans ses mouvements et les codes qu’elle se créé toute seule.  

Elle voudrait lui dire ça, ouai. Seulement elle n’a pas les mots. Heureusement, Lon les trouve à sa place… en quelques sortes. « Eh bien, je ne sais pas pour ça, mais c'est certainement avant-gardiste pour les mœurs de nos bonnes vieilles années 40s, il en convient ! Ha ha ! » Il lance, beau joueur, si bien qu’Aisling n’est pas vraiment certaine de savoir à laquelle des deux il vient de donner raison. Elle n’a toutefois pas le temps de s’interroger davantage qu’il tourne son regard chaleureux et son sourire étincelant vers elle pour lui tendre la main comme le veulent les convenances. « Et Aisling, ce serait sincèrement mon plaisir et un grand honneur pour moi de danser de nouveau avec vous, si bien sûr vous souhaitez m’accorder cette danse ? » Figée sur place, elle prend un instant pour déglutir avant de réagir. C’est lui qui m’a demandé, c’est dans les conventions d’accepter, et puis c’est le signe que j’attendais… non ? Une petite voix lui susurre que ça ne compte pas vraiment, vu comme Robin a forcé le destin en prenant les devants, mais elle la chasse d’un froncement de sourcils déterminé. Et alors ? On déconne pas avec les promesses, Aisling ! Prenant une petite inspiration discrète pour se donner du courage, elle hoche fébrilement la tête et tend la main à son tour, acceptation silencieuse pour empêcher sa voix de craqueler sous l’angoisse qui s’infiltre dans ses veines. J’suis pas obligée de faire une danse trop rapprochée. On peut juste faire quelques pas et s’amuser. Cette idée ne la rassure pas. Car à sa grande surprise, danser avec Lon n’est plus la source du malaise qui la ronge. C’est la réaction sèche de Robin qui la met sur la piste quand elle repose brutalement un verre de whisky sur le bar. « J’vais fumer, tu veux v’nir avec moi ? » L’invitation ne s’adresse pas à elle, mais à la jolie rousse qui dansait avec Lon et accepte aussitôt. Ensemble, elles s’éloignent. Le pas gracieux et mesuré de l’une contrastant avec les enjambées vives et pleines de conviction de l’autre. Comme pour creuser plus efficacement la distance entre elles. Secouée, Aisling reste piteusement plantée sur place, incapable de décider si elle devrait danser avec Lon ou bien courir après son amie pour tenter de réparer ce qu’elle vient de briser. Les messages se confondent dans sa tête, diffusent une bouillie nerveuse dans ses veines, un tremblement à peine perceptible dans ses membres. « Ou bien peut-être pourrions-nous prendre une pause à l’extérieur ? » Inattendue, la voix de Lon la fait sursauter. Embarrassée, Aisling effleure fébrilement son front du bout de ses doigts, repousse une mèche brune pour tenter de reprendre contenance. « Oh… n-non. On peut danser, ça va... » Elle réplique en lançant un petit regard effaré vers la foule, s’attendant presque à voir la silhouette de Robin apparaître entre les danseurs pour lui sautiller au cou, éclater d’un grand rire et la taquiner de ne pas avoir compris la blague. Sauf que c’est pas une blague, je l’ai blessée et maintenant elle me déteste et voudra plus jamais m’parler. « L’air frais aide à calmer les esprits. » Il continue, inlassable. « C’est fou le bien que peuvent procurer quelques inspirations à la belle étoile. Ça apaise même les esprits les plus… enflammés. » Il hausse les sourcils, esquisse un sourire confiant. Troublée, Aisling papillote et se risque à demander : « Je… euh… l’esprit enflammé c’est Robin dans l’histoire ? » Lon laisse échapper un petit rire indulgent et hoche la tête avant de désigner la direction par laquelle leurs cavalières respectives se sont tirées. « Ça pourrait, en effet. Et la connaissant comme je la connais, je dirais qu’elle sera heureuse de pouvoir se réconcilier. » La gorge nouée, Aisling hoche la tête avec détermination, fait un petit pas vif en direction de la porte, revient en arrière, hésite une seconde avant de presser l’avant-bras du danseur. « Merci Dr. Lon, z’êtes vraiment doué pour répondre aux urgences du cœur. »

L’instant d’après, elle a disparu, ses talons vintage claquant furieusement sur les dalles lustrées, ses doigts fermement enfoncés dans ses jupons pour les empêcher d’entraver le mouvement fluide de ses jambes. Lorsqu’elle atteint la porte, de lourdes mèches s’échappent de son chignon et sa frange colle ostensiblement à son front. Mais Aisling n’y prête pas la moindre attention. Sans reprendre son souffle, elle appuie ses mains contre la lourde porte, la pousse d’une impulsion, inspire l’air frais de la nuit, savoure sa caresse acérée sur sa peau brûlante. Haletante, elle fait un pas à l’extérieur, cligne des yeux sous l’éclairage brutal du lampadaire bordant la sortie des fumeurs, tourne sur elle-même dans l’espoir d’accrocher la silhouette de son amie, prête à lui courir dramatiquement après si tant est qu’elle la voyait s’éloigner vers le parking, prête à s’engouffrer dans une voiture en compagnie de sa nouvelle amie…
Mais elle est juste là.
Nonchalamment appuyée contre un mur, ses sourcils froncés lui donnent un air franchement revêche. La clope glissée entre ses lèvres encore plus. C’était une mauvaise idée, j’devrais la laisser s’calmer… Elle n’a cependant pas le temps d’écouter sa lâcheté que son angoisse la pousse à se jeter en avant pour tenter de réparer leur amitié. « Robin ! » Sa voix éclate dans le silence, ricoche contre les murs sombres du bâtiment, fait sursauter les deux jeunes femmes qui rigolaient tranquillement. « Robin j’suis tellement, tellement désolée ! » Elle plaide en arrivant à sa hauteur, une main appuyée contre sa gorge agitée tandis qu’elle s’interrompt tous les deux mots pour reprendre son souffle. « J’voulais pas t’vexer, J’pense pas qu’t’es vulgaire, okay ? C’est juste… y’a les conventions qui disent ça et y’a des danseurs qui s’en foutent et moi j’suis plutôt old school tu sais mais j’sais qu’toi t’es moderne et alors ça choque pas, ça choque pas du tout, et ton cavalier j’suis sûre il a adoré ! » L’œil de Robin se plisse et si Aisling ne sait trop comment l’interpréter, elle comprend néanmoins qu’elle a intérêt à cesser de tourner autour du pot et plonger au plus vite dans le cœur du sujet. « J’ai paniqué… j’suis stupide quand j’panique, j’sais plus rien à rien… » Les mains nerveusement croisées dans son dos, elle fait rouler un galet du bout de sa chaussure, prend une profonde inspiration et relève les yeux vers son amie. « J’savais plus si j’avais envie d’danser ou pas, si j’pouvais, tout ça… alors quand j’ai vu l’gars avec qui t’étais j’ai voulu m’rattraper d’vous avoir interrompus et puis alors ça m’a donné une idée et j’me suis dit qu’j’allais laisser le destin décider mais ensuite quand il m’a dit d’y aller et ben moi j’ai flippé… j’ai flippé ! » Elle laisse échapper d’une traite, s’étouffe presque sur ses paroles qu’elle débite à toute allure sans trop savoir quand s’arrêter ni si son amie est plus proche de la pardonner ou de la bâillonner pour endiguer son flot d'explications douteuses. Essoufflée, elle prend une grande un inspiration et ose enfin relever les yeux vers le visage de Robin avant de conclure : « Et j’suis désolée. J’voulais vraiment pas t’blesser !! » 

code black pumpkin



you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

nobody puts baby in a corner ღ aisling 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty
Message(#) Sujet: Re: nobody puts baby in a corner ღ aisling nobody puts baby in a corner ღ aisling Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

nobody puts baby in a corner ღ aisling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: fortitude valley
-