AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
-39%
Le deal à ne pas rater :
Apple Airpods 2 avec boîtier de recharge : offre Black Friday !
110 € 179 €
Voir le deal

 kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 U7mh
POSTS : 1236 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]LaoisePhoenix [3]

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Sid [f.b.2] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptyDim 7 Mar 2021 - 4:14



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Zzmssleeping cutie
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Vor0let's explore
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Krsptogether <3


Day 2: photograph each day so we can live forever
Let me photograph you in this light in case it's the last time we might be exactly like we were. Before we realized we were scared of getting old. It made us restless. It was just like a movie, it was just like a song.

L’air paisible qui flottait sur le visage de Sid est aussitôt froissé par un froncement de sourcils désapprobateur. Habituée aux protestations qu’il grommelle immanquablement chaque fois qu’elle demande la permission de le photographier, Aisling le fixe d’un regard plein d’espoir jusqu’à ce que ses traits s’adoucissent. Enfin, un soupir de résignation s’échappe de ses narines. « Okay, ouais. On peut en faire quelques-unes. » Il finit par se résoudre, d’un ton si abattu qu’elle doit lutter contre l’envie de le serrer dans ses bras pour le remercier et le réconforter tout à la fois. « T’es le meilleur. » Une main posée sur la cuisse de son copain, elle se hisse à sa hauteur et ponctue ses louanges d’un baiser picoré sur sa joue. Il réagit à peine, trop occupé à aspirer les dernières gorgées de café qu’il peut encore arracher à sa tasse. Il semble si dépité en la reposant qu’Aisling doit se pincer lèvres pour retenir le petit rire tendre qui agite sa poitrine. Le mouvement de son bras la distrait cependant car il s’empare du Polaroïd, annonçant discrètement le début de leur séance photo. Le cœur remplit de joie, elle se blottit tout contre son flanc afin de rentrer dans le cadre et pour le plaisir de sentir la fermeté et la chaleur de son corps. Lorsque Sid tend son bras devant eux, elle fait courir ses doigts sur sa peau tatouée pour le guider au grès de ses inspirations. « Voilà, comme ça on aura le mur feuillu en fond. » clic « Sid !! J’étais pas prête ! » Certaine d’avoir bougé mais amusée malgré tout, elle lui vole un baiser vengeur avant de prendre la pose, confortablement calée au creux de son épaule et une paume placée contre son cœur. « Maintenant j’suis prête. » Ils prennent quelques portraits ainsi, elle s’assurant toujours que les rayons du soleil ne projettent pas l’ombre du Polaroïd sur leurs visages. Lui supportant le poids du petit appareil et de ses lubies créatrices, puis de son téléphone portable quand elle décide de conclure avec une ou deux photo numériques au cas où. « J’pense que c’est bon. » Elle finit par décréter, soudain excitée à l’idée de découvrir les clichés qui terminent tranquillement de se développer à l’air libre. Du bout des doigts, elle étale les petites photos sur la table devant eux pour mieux les observer. Si l’une d’entre elles est un peu flou, le contraste des autres est excellent et le rendu fidèle à l’atmosphère qu’elle espérait retranscrire.

Un sourire rêveur au coin des lèvres, Aisling les effleure du bout des doigts. « T’es si beau. » Elle soupire, fascinée par la façon dont le jeu d’ombre et de lumière fait ressortir les traits fins et harmonieux de son copain. « Et tout ça sans la moindre miette de maquillage, c’est totalement injuste ! » Mais il n’écoute pas vraiment ses lamentations, plongé dans ses pensées et occupé à la scruter silencieusement. Elle n’en prend conscience que quand sa voix s’élève à nouveau, la poussant à relever les yeux vers son visage. « Pourquoi tu prends tout en photo comme ça ? » En dépit de sa douceur, Aisling sent son cœur se serrer en croyant discerner un reproche dans sa question. Inquiète d’avoir gâché l’ambiance à vouloir trop en faire, elle se détourne et mordille nerveusement la pulpe de ses lèvres. Avant qu’elle n’ait le temps de formuler la moindre excuse, il dilue ses doutes en dévoilant le fond de sa pensée : « J’comprends pas trop pourquoi ça te plaît autant… J’ai jamais vraiment aimé qu’on m’prenne en photo t’sais. » Je sais mon Sid, j’suis désolée. Elle songe en confirmant d’un petit hochement de tête contrit. « Même quand j’étais enfant, j’étais mal à l’aise. J’avais l’impression de jouer un rôle parce qu’il fallait tous qu’on sourie très grand pour avoir l’air heureux même si on était loin de l’être. » Surprise et émue tout à la fois par ce partage spontané, Aisling l’écoute attentivement, les sourcils délicatement froncés par la compassion. Soulagement et tristesse se mêlent dans son cœur alors qu’elle comprend confusément qu’il ne lui en veut pas mais s’étonne simplement qu’elle puisse prendre plaisir à cette lubie qui l’a tant fait souffrir par le passé. « Au moins maintenant, j’ai plus besoin d’faire semblant. » Touchée par la sincérité de ses paroles, elle caresse tendrement sa joue du dos de sa main et confirme d’un sourire entendu. Elle voudrait trouver les mots pour panser ses blessures et lui assurer qu’elle l’accepte exactement tel qu’il est, même quand il grogne sans son café le matin. Mais la blague fond sur ses lèvres alors elle se contente de placer une paume sur son avant-bras comme pour lui insuffler le réconfort que la tasse désormais vide à laquelle il se cramponne encore ne peut guère plus lui apporter.

« I photograph each day so we can live forever. » Elle souffle après une brève hésitation, traçant délicatement le contour des tatouages sombres qui ornent son poignet osseux à l’aide de son pouce. « C’est les paroles d’une chanson que j’ai découverte quand j’étais ado. J’ai trouvé ça si beau que c'est resté ancré en moi… même si j’prenais pas beaucoup d’photos à l’époque. » Timidement, elle tente un coup d’œil en direction de son visage et trouve dans la tendresse de son regard pétillant de curiosité le courage de préciser : « C’est qu’à part Halloween… j’ai jamais vraiment eu envie d’immortaliser quoi que ce soit dans ma vie avant d’être avec toi. » Elle a commencé prudemment, croquant sur le vif quelques clichés de leurs sorties au tout début de leur amitié, pour avoir un souvenir de ces virées agréables qui faisaient comme une bulle d’air dans son quotidien tourmenté. Une habitude qui s’est intensifiée au même rythme que leur complicité et les sentiments troubles qu’il éveillait en elle sans même s’en douter jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus les ignorer. Pourtant, ce n’est que bien plus tard que les paroles de cette chanson sont revenues la hanter. Tranquillement installée sur son lit, elle repensait rêveusement à leur première date quand un sursaut d’horreur lui a brusquement fait réaliser qu’elle ne possédait aucune photo de leur virée sur les toits après le concert. Elle avait immédiatement écrit à Sid, qui l’avait repêchée en pleine crise d’angoisse en lui proposant d’y retourner le weekend suivant pour y remédier. Bien que cette perspective l’ait aidée à se calmer, elle refuse désormais de laisser passer la moindre occasion de capturer ces instants précieux. « J’arrête pas d’y penser ces derniers temps… » Elle avoue d’une petite voix en se rapprochant instinctivement de lui pour étouffer sa vulnérabilité au creux de ses bras. « Parce que tout passe trop vite quand on est ensemble alors j’ai peur que le temps nous manque et j’veux m’souvenir de tout. » Alors quand la peur de le perdre et ses inquiétudes la submergent au point de l’étouffer, Aisling trouve du réconfort dans ses pixels et ses papiers glacés, et elle remonte le temps à travers ces mémoires imprimées pour s’immerger dans leurs instants de bonheur partagés afin de les faire vivre à tout jamais. « Au cas où on devient pas éternels comme des vampires, t’sais… » Un petit sourire au coin des lèvres, elle relève les yeux vers son visage, tente d’atténuer l’intensité de sa confession à travers cette petite blague légère, pour dénouer l’anxiété qui s’est logée dans sa gorge à l’idée d’en avoir trop dit au point de le faire flipper.





you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 873483867:
 


Dernière édition par Aisling Hayes le Mar 13 Avr 2021 - 23:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 RRmAP6la_o
POSTS : 1501 POINTS : 30

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
RPs EN COURS : [5/5] aisling #13aisling #14aisling [r.a.]lily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | fb #1 | email #1 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : alegria (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : billy, le plongeur-hackeur paumé • laoise, l'artiste peintre
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptyLun 22 Mar 2021 - 4:59



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 TxSjJZFA_oGood food
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 MzoxHe1q_oSelfie time
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 5cQCberM_oWilderness


Day 2: You feel like Heaven
with my eyes closed
We gotta be fast, we were born out of time, born out of time and alone. And we'll never be as young as we are right now, running away and running for home, running for home. • Lost Boys and Golden Girls, Meat Loaf

La caresse délicate de la main d’Aisling sur sa joue le réchauffe comme le ferait un rayon de soleil en se posant sur sa peau. Touché par la tendresse muette qu’elle lui témoigne, il recouvre de sa paume la main qu’elle a posée sur son avant-bras pour se sentir plus près d’elle. Ses sourcils délicats se contractent légèrement, comme si elle cherchait ses mots. « photograph each day so we can live forever. » Curieux, il scrute son visage en se demandant d’où lui est venue cette idée. « C’est les paroles d’une chanson que j’ai découverte quand j’étais ado. J’ai trouvé ça si beau que c’est resté ancré en moi… même si j’prenais pas beaucoup d’photos à l’époque. » Il n’a aucun mal à imaginer une Aisling adolescente qui soupire d’envie en écoutant les paroles d’une chanson d’amour. Pourtant, l’idée qu’elle s’accroche à cette philosophie de vie romancée le charme étrangement. « C’est qu’à part Halloween… j’ai jamais vraiment eu envie d’immortaliser quoi que ce soit dans ma vie avant d’être avec toi. » Tout à la fois touché par sa confidence et amusé d’avoir eu sur elle le même effet que sa mini panthère adorée, il lui offre un petit sourire en coin. En quelque part, il comprend ce qu’elle lui dit. Car, s’il n’aime pas particulièrement se plier à l’exercice et ressent toujours un certain malaise à prendre la pose, il ne peut nier qu’il apprécie le résultat. Sans nécessairement avoir besoin de tout immortaliser comme Aisling, il apprécie de pouvoir se plonger dans ces souvenirs lorsqu’il en a envie. « J’arrête pas d’y penser ces derniers temps… » Un peu nerveusement, elle se presse contre lui et il resserre tendrement sa prise sur sa taille. « Parce que tout passe trop vite quand on est ensemble alors j’ai peur que le temps nous manque et j’veux m’souvenir de tout. » Plus ému par ces confidences qu’il ne l’avait anticipé en posant la question, le tatoueur fait courir ses doigts sur le bras d’Aisling. Il trouve lui aussi que les moments qu’ils passent ensemble disparaissent à la vitesse de l’éclair, ne laissant derrière eux que les longues journées où ils vivent leurs vies en parallèles en attendant de se retrouver. « Au cas où on ne devient pas éternels comme des vampires, t’sais… » murmure-t-elle en relevant le menton vers lui. Le sourire attendri qui s’étirait sur les lèvres de Sid se fige tandis que la portée de ses paroles le frappe de plein fouet. L’image de leurs mains vieillies et entrelacées lui revient en tête, mais celle d’Aisling s’assombrit lentement et finit par disparaître, laissant la sienne désespérément vide. Son cœur se serre si violemment dans sa poitrine qu’il en a le souffle coupé. Ses yeux plongés dans l’immensité bleu gris des siens, il tente de lui communiquer le mélange d’émotions qui l’étouffe sans qu’il ne puisse l’extérioriser autrement. Du bout des doigts, il effleure la mâchoire de la jeune femme, cueille délicatement son visage dans sa paume pour la guider vers lui tandis qu’il se penche pour l’embrasser. Quand ils se séparent, le souffle un peu court, il caresse lentement sa joue du pouce. « J’aurais jamais pensé que c’était pour ça. » Les yeux rieurs, il effleure le bout de son nez du sien. « J’croyais que t’aimais juste prendre des photos des trucs que tu trouves jolis… » Genre… moi. La tension grandit entre eux, nourrie par leur complicité, jusqu’à ce qu’ils ne puissent plus résister à l’appel et que leurs lèvres se retrouvent. Sid est si absorbé par leur baiser qu’il ne remarque pas le retour de leur serveur avant que ce dernier ne s’éclaircisse bruyamment la gorge pour attirer leur attention. Aisling sursaute et s’écarte de lui comme s’il l’avait brûlée, les joues rougissantes, tandis que Sid se tourne vers le grand blond. « Z’êtes adorables les z’amoureux, mais votre bouffe est prête. » Il a effectivement les bras chargés d’assiettes, qu’il s’empresse de poser devant eux en annonçant chaque plat avec l’enthousiasme débordant d’un présentateur de jeu télévisé qui dévoile la combinaison gagnante. Étourdi, Sid a tout juste le temps de le remercier et de commander un autre latte qu’il s’éloigne déjà à toute vitesse. « Je pense qu’il est tombé dans la cafetière et qu’il a bu la tasse. C’est la seule explication, » souffle-t-il à Aisling, encore une fois dérouté par son trop plein d’énergie exubérante. Elle ne l’écoute qu’à moitié : un air concentré sur le visage, elle est en train de placer aussi harmonieusement que possible les assiettes remplies de nourriture sur la table. Comprenant sans mal à quoi elle joue, il lui tend le Polaroïd qu’il avait posé au coin de la table. « Pour pas qu’on oublie… » murmure-t-il en posant un baiser délicat sur sa tempe.

♡ • ♡ • ♡

Comme la veille, les kilomètres commencent à lui peser. Cependant, la trépidation étrange qui l’envahit chaque fois qu’ils croisent un panneau annonçant le nombre de kilomètres restant avant Melbourne l’empêche de tomber dans la monotonie qui lui engourdissait le cerveau lorsqu'ils s’étaient arrêtés pour la nuit. Il y a des années qu’il n’a pas remis les pied dans sa ville natale. Sa dernière visite s’était si mal déroulée qu’il s’était juré de ne jamais y retourner, et pourtant le voilà qui replonge volontairement dans son passé sans la moindre hésitation et, surtout, sans les bouffées d’angoisse qui accompagnaient invariablement ses voyages précédents.

Ils ont enfin échangé l’autoroute pour les petites rues étroites du centre-ville. Malgré la taille imposante de leur véhicule, Sid n’est pas nerveux. Ces rues, il les connaît par cœur, même si le paysage a changé depuis qu’il a quitté Melbourne pour la première fois. Cependant, la silhouette des immeubles est toujours la même et lui sert de repère. De temps à autres, un endroit lui évoque un souvenir qu’il s’empresse de partager avec Aisling. Arrêté à un feu rouge, il lui montre de l’autre côté de l’avenue un parc qui s’étend sur la rive du Yarra. « Je m’installais là pour dessiner les touristes, c’était un de mes endroits préférés pour ça. » À cause du fleuve tout près, de l’eau saline et de la brise marine qui lui apportait un peu de fraîcheur, mais aussi parce que c’était l’emplacement le plus lucratif pour cette activité. Les gens qui s’y baladaient étaient en général moins pressés que ceux qui exploraient les principales attractions du centre-ville, et donc plus enclins à s’arrêter un quart d’heure pour prendre la pose et lui acheter un dessin.

Bientôt se dresse devant eux une énorme arche carrée aux couleurs vives, ornées de motifs compliqués et de caractères en mandarin, la première d’une série qui annonce aux visiteurs qu’ils viennent de pénétrer dans le quartier chinois. Il jette un coup d’œil à Aisling, heureux de voir qu’elle observe les environs d’un air fasciné. « On habitait South Melbourne. C’est un quartier pas très loin d’ici, à une quinzaine de minutes au sud environ. J’adorais venir traîner dans Chinatown. En soirée surtout, parce que c’était coloré et vivant. On aurait dit qu’il y avait des gens intéressants à tous les coins de rue. » Pour ses yeux d’enfant, la rue paraissait immense, beaucoup plus large qu’elle ne l’est réellement, mais les immeubles sont bien aussi serrés les uns contre les autres que dans ses souvenirs. « On venait souvent manger dans un petit resto au bout de la rue. C’était notre sortie en famille préférée. » Le poignet appuyé sur le volant, il étend l’index pour diriger le regard d’Aisling vers le coin de rue en question. À sa grande surprise, il reconnaît l’enseigne rouge vif qui annonce Shangai Street. « Leen, regarde ! Il est encore là ! » Le restaurant a l’air plus neuf que dans son souvenir. Les grandes lettres dorées et les filigranes qui décorent l’enseigne ne sont plus écaillés par le temps. La façade de briques a aussi reçu une bonne couche de peinture. En se garant sur la rue, Sid se demande si c’est la fille de M. Chen qui a repris le resto de son père ou si c’est un nouveau propriétaire qui est responsable de ce coup de neuf. En détachant sa ceinture de sécurité, il se rend compte qu’il n’a même pas pensé à demander l’avis d’Aisling. Les yeux remplis d’espoir, il se tourne vers elle. « Ça te dit qu’on se commande quelque chose ? On pourrait le manger à la maison. » Comme si le regard attendri de sa copine laissait planer le moindre doute sur sa décision, il tente de la convaincre avec un argument de taille : « Je te jure que leurs dumplings sont meilleurs qu’une pizza sauce barbecue. Et crois-moi, je ne dis pas ça à la légère. » Sans qu’il ne sache si c’est sa démonstration ou son enthousiasme qui a eu raison d’elle, Aisling accepte. Profondément heureux, il lui offre un sourire éclatant avant de descendre du van. Elle le rejoint presque aussitôt et se pend à son bras tandis qu’ils traversent prudemment la rue.

Dès qu’ils poussent la porte du restaurant, l’odeur alléchante qui flotte dans l’air ramène Sid presque vingt ans en arrière. Le décor a changé, s’est modernisé en même temps que la façade, mais le tatoueur revoit sans mal les lourdes draperies d’un rouge sombre qui recouvraient les murs et la gravure représentant un dragon chinois suspendue au-dessus de leur table préférée. Pendant qu’ils attendaient leur repas, il s’amusait souvent à reproduire sur l’envers de son napperon de papier la gueule féroce de la bête et son long corps sinueux, recouvert de dizaines de petites écailles en demi-lune. Même s’il est curieux de découvrir si le cadre a survécu aux rénovations, Sid n’ose pas le chercher du regard, par crainte de croiser des fantômes qu’il n’est pas tout à fait prêt à revoir. Il se concentre plutôt sur le menu que lui a tendu la jeune femme derrière le comptoir d’accueil avec un grand sourire. Les fossettes espiègles ne mentent pas et lui rappellent les sourires que lui offrait parfois Lian Chen, à demi dissimulée derrière la porte de la cuisine. Elle a grandi et vieilli, tout comme lui, mais il est certain que c’est bien elle.

La plupart de ses plats préférés figurent encore au menu. Satisfait, il se penche vers Aisling. « Tu me fais confiance pour commander ? » Sa permission obtenue, il se tourne à nouveau vers Lian. Avec assurance, il commande des dumplings frits aux légumes, des rouleaux de printemps, un riz frit végétarien ainsi que du tofu mapo avec des nouilles. Sur un coup de tête, il ajoute un sauté de brocolis, quatre boules au sésame pour leur dessert et un litre de thé glacé maison à la pêche. Armée de son petit calepin, Lian disparaît dans la cuisine après leur avoir annoncé qu’ils devraient attendre une vingtaine de minutes pour leur nourriture. Patient, Sid recule d’un pas ou deux pour s’appuyer contre le mur derrière lui. Les mots s’échappent de sa bouche avant même qu’il n’ait pu songer à les retenir : « Pendant des années, on venait ici à presque toutes les semaines, le vendredi soir. Ma mère prenait toujours la même chose, Caro aussi. Mais avec mon père, j’essayais souvent de nouveaux plats. J’ai goûté à tout au moins une fois. » Inspiré par la nostalgie douce-amère de son récit, il laisse enfin son regard errer dans la salle à manger presque déserte, jusqu’au coin un peu en retrait où ils avaient l’habitude de s’asseoir. « Sauf qu’un soir, ma mère a fait une scène. » Il se souvient qu’elle était particulièrement agitée lorsqu’ils avaient quitté la maison, que l’environnement bondé et bruyant avait exacerbé son malaise, mais pas des détails précis de l’incident. Il se rappelle surtout la honte cuisante qu’il avait ressentie en l’entraînant de son mieux à l’extérieur sous les regards désapprobateurs ou plein de pitié des autres clients pendant que Randy réglait la note. « Après, on sortait plus vraiment. On commandait encore du take away parfois, mais c’était pas pareil. » La gorge nouée tout à coup, il serre la main d’Aisling dans la sienne, se redresse et se tourne vers elle pour lui faire face sans pour autant oser la regarder. La tête penchée, il observe leurs doigts entrelacés. « J’ai très peu de souvenirs qui sont vraiment heureux, tu sais ? J’ai peur que… qu’à force de t’en parler, ça devienne… trop. » Trop difficile à entendre, trop déprimant à imaginer, trop lourd à porter. Trop tout. « Faut qu'tu me le dises si ça arrive, okay ? »





just kiss me in the dark
maybe i’m just as scared as you. it's alright, stay by my side on the edge of everything we know. it's alright, just don't look down and i will hold on and never let go. you're right beside me, so just close your eyes, i'll never let go. you're all that i need, so just close your eyes. • close your eyes, rhodes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2MiNnPz
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 KF17JgG


Dernière édition par Sid Bauer le Dim 4 Avr 2021 - 3:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 U7mh
POSTS : 1236 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]LaoisePhoenix [3]

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Sid [f.b.2] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptyJeu 1 Avr 2021 - 4:47



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Zzmssleeping cutie
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Vor0let's explore
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Krsptogether <3


Day 2: photograph each day so we can live forever
Let me photograph you in this light in case it's the last time we might be exactly like we were. Before we realized we were scared of getting old. It made us restless. It was just like a movie, it was just like a song.

Leurs regards se croisent et la tendresse qui brillait dans celui de Sid se charge d’une telle intensité qu’Aisling en a le souffle coupé. Mais ce n’est pas de la peur qu’elle lit au fond de ses yeux pâles. Du moins pas une qui le pousserait à s’éloigner et remonter entre eux ses barrières qui l’effraient. Juste une pointe de douleur et une affection si pure qu’elle en est troublée. La gorge nouée et le cœur battant, elle fronce délicatement les sourcils comme pour l’encourager à révéler les sentiments qui l’étreignent. Au lieu de lui répondre, il lève une main vers son visage, effleure sa mâchoire du bout des doigts. Un frisson naît dans sa nuque et coule en cascade le long de son échine. Bouleversée sans trop savoir pourquoi, elle accueille avec soulagement la chaleur de ses paumes qui l’ancrent en l’attirant irrémédiablement vers lui. Les lèvres entrouvertes, elle balaie son visage avant de fermer les yeux pour mieux savourer la passion avec laquelle Sid s’en empare pour les embrasser. Les paumes à plat sur sa cuisse, elle se laisse tomber dans le baiser sans retenue, avide de l’affection nimbée d’un étrange désespoir qu’il fait couler dans ses veines. La caresse de son pouce sur sa joue remplace celle de sa bouche alors qu’il s’écarte tout juste assez pour lui murmurer : « J’aurais jamais pensé que c’était pour ça. » Ses yeux brillent d’un éclat complice, son nez effleure tendrement le sien. « J’croyais que t’aimais juste prendre des photos des trucs que tu trouves jolis… » Les pommettes teintées d’une chaleur agréable, Aisling baisse timidement les yeux. « Ben… c’est vrai qu’y a un peu de ça aussi. » Elle avoue avec un petit sourire taquin où perce une pointe d’embarras, certaine qu’il a conscience de détenir le palmarès des trucs jolis qu’elle cherche à immortaliser à travers ses clichés. Joueuses et enjôleuses, leurs lèvres s’effleurent pour mieux se capturer. Séduite par la caresse de sa langue, Aisling noue ses bras derrière sa nuque et se presse contre son corps. Un soupir de plaisir lui échappe, remplacé par un « Oh mon dieu » terrifié quand un raclement de gorge s’érige entre eux et la fait sursauter. Une main plaquée contre sa poitrine, elle s’écarte d’un bond et remet nerveusement une mèche de cheveux derrière ses oreilles, les yeux rivés sur le bois flotté de leur table pour ne pas avoir à croiser le regard du serveur, telle une fautive attendant son châtiment. « Z’êtes adorables les z’amoureux, mais votre bouffe est prête. » La curiosité et la perspective de pouvoir enfin goûter à son petit déjeuner finissent toutefois par venir à bout de son embarras. Pétillants d’envie, ses yeux dévorent du regard les plats que le blond dispose devant eux avec emphase. Elle le remercie dans un souffle, tiraillée par le bouquet de saveurs et d’odeurs qui semblent l’appeler. Pour éviter de succomber à la tentation, elle effleure les assiettes du bout des doigts, arrange les formes et les couleurs pour mettre en valeur son brunch si parfait. « Je pense qu’il est tombé dans la cafetière et qu’il a bu la tasse. C’est la seule explication. » Trop concentrée sur sa tâche, elle comprend la plaisanterie de Sid avec quelques secondes de retard et laisse échapper un petit rire en décalé. « Surement, oui. » Elle réplique avec un sourire en coin, sans parvenir à se détacher de sa création en devenir. « Pour pas qu’on oublie… » Intriguée, Aisling finit par relever les yeux vers son copain juste à temps pour voir le Polaroïd qu’il tient entre ses mains et recevoir la caresse de ses lèvres sur sa tempe. Une émotion inexplicable se bouscule dans sa gorge. Pinçant les lèvres pour la contenir, elle s’empare délicatement de l’appareil. « Et parce que c’est joli. » Une lueur d’amusement dans le fond des yeux, elle tend le cou pour déposer un baiser furtif sur sa joue avant de se détourner pour se concentrer sur son œuvre.

Il est pourtant des choses que ses clichés ne pourront jamais immortaliser. La saveur exquise de ce brunch idyllique. La fraîcheur iodée du vent agitant ses cheveux alors qu’ils s’attardent un instant près de la jetée. La chaleur et la fermeté de sa main sur le sentier qu’ils remontent tranquillement en direction du van, repus et prêts à poursuivre leur aventure sur les routes australiennes. Les kilomètres défilent sous les roues et Aisling lutte contre le sommeil dolent qui cherche à l’emporter. Par solidarité, elle refuse de laisser Sid seul face à l’adversité. Alors elle s’occupe en chantant en cœur avec les albums qu’elle change au rythme de ses envies, le regard apaisé par les étendues côtières et désertiques qu’ils traversent, les jambes réchauffées par les rayons de soleil filtrant à travers le pare-brise brûlant. Elle accueille chaque escale lui permettant de se blottir dans les bras de Sid pour lui voler autant de baiser qu’il peut supporter, avant que la concentration et la conduite ne le lui arrachent pour quelques heures encore. Parfois, lorsque la distance creusée par la route se fait trop imposante, Aisling s’empresse de la combler en arrachant un petit bout de pancake au chocolat pour le nourrir à la bectée et lui donner la force de continuer. Son corps est las et ses muscles endoloris quand ils dépassent enfin le panneau indiquant qu’ils viennent de pénétrer dans Melbourne. Malgré sa fatigue, Aisling ne peut s’empêcher de se redresser sur son siège afin d’absorber au maximum le paysage urbain qui s’étale devant ses yeux. Une étrange trépidation rampe sous sa peau, mélange d’anxiété et d’euphorie alors que Sid l’entraîne à travers la ville qui l’a vue grandir jusqu’au cœur de son passé. Les épaules détendues en dépit des longues heures de conduite, il la guide parmi les souvenirs qui semblent se matérialiser à chaque coin de rue depuis qu’ils ont quitté les grandes avenues pour remonter un petit quartier plein de personnalité. « Je m’installais là pour dessiner les touristes, c’était un de mes endroits préférés pour ça. » Curieuse, elle se penche par la fenêtre pour mieux voir l’étendue de verdure qu’il désigne de son doigt. Un sourire attendri flotte sur ses lèvres alors qu’elle imagine un tout jeune Sid installé en bordure d’un chemin, ses portraits fièrement exposés autour de lui pour témoigner de son talent, les grands yeux pâles à moitié dissimulés derrière une mèche sombre détaillant ses futurs clients, un sourire au coin de ses jolies lèvres pour mieux alpaguer les adolescentes qui flânaient en compagnie de leurs parents. « Mon mini artiste. » Elle murmure en lui décochant un regard tendre tandis que sa paume s’égare sur son avant-bras pour y effectuer une petite pression pleine d’affection.    

Les rues se font plus étroites alors qu’ils passent sous une immense arche marquant l’entrée du quartier chinois. Fascinée, Aisling observe les devantures recherchées, les vitrines décorées de dragons, les lampions en papier et les gens déambulant entre les sculptures impromptues. « On habitait South Melbourne. C’est un quartier pas très loin d’ici, à une quinzaine de minutes au sud environ. J’adorais venir traîner dans Chinatown. En soirée surtout, parce que c’était coloré et vivant. On aurait dit qu’il y avait des gens intéressants à tous les coins de rue. » La voix de son guide s’élève, la berce d’images qu’elle visualise plus clairement désormais, froissent son cœur d’une soudaine appréhension. Attends… tes parents te laissaient sortir après la nuit tombée ? Insensible à l’affolement qui s’est emparé d’elle sans prévenir, il poursuit tranquillement : « On venait souvent manger dans un petit resto au bout de la rue. C’était notre sortie en famille préférée. » Comme bien trop souvent, sa voix vient apaiser ses tourments, lui rappelant sans même le savoir que Melbourne n’est pas Belfast, que ses habitants n’étaient pas confinés dans leurs quartiers, retranchés derrière leurs murs de sécurité dès que le jour s’éteignait. Timidement, elle se prend alors à imaginer ces sorties familiales saupoudrées d’insouciance, où l’on peut s’émerveiller des lumières et observer les passants sans craindre de les voir bousculés par une milice armée, sans guetter l’odeur âpre d’une voiture piégée. « Leen, regarde ! Il est encore là ! » L’enthousiasme de Sid la repêche dans ses réflexions et l’incite à se pencher pour mieux voir le restaurant qui s’élève au bout de la rue. Un sourire amusé au coin des lèvres, elle lance un coup d’œil en direction de son copain, dont les grands yeux émerveillés fixent toujours les jolies lettres décorant la façade comme s’il n’osait trop y croire. Tu sais que j’ai aucune idée de ce à quoi il ressemblait dans tes souvenirs, hein mon Sid ? La taquinerie danse sur sa langue mais Aisling décide de la retenir, trop touchée par le ravissement tinté d’innocence qui illumine son visage alors qu’il se gare devant le restaurant et convaincue que le diluer serait un crime. « Ça te dit qu’on se commande quelque chose ? On pourrait le manger à la maison. » Avant même qu’il n’ait terminé de lui exposer sa suggestion, l’irlandaise sait qu’elle va accepter, conquise par la lueur d’espoir irrésistible qui brille dans ses iris océan. Il insiste pourtant, déterminé à lui faire goûter ces petites bouchées de passé qu’elle rêve de déguster à ses côtés : « Je te jure que leurs dumplings sont meilleurs qu’une pizza sauce barbecue. Et crois-moi, je ne dis pas ça à la légère. » Amusée par la comparaison, Aisling pince les lèvres pour contenir le petit rire tendre qui sautille dans sa poitrine. « Dans ce cas… j’vois pas comment résister. » Le sourire qu’il lui offre est si lumineux que son cœur se contracte presque douloureusement dans sa poitrine, assiégé par une poignante bouffée d’affection. L’espace d’un soupir, elle est persuadée qu’il arborait cette même expression quand il venait ici en étant enfant. Et elle donnerait n’importe quoi pour que la vie ne lui ait pas retiré cet air heureux et insouciant.

Soulagée de pouvoir enfin déplier ses longues jambes, Aisling saute de son siège. Ses pieds ont à peine touché l’asphalte grisâtre qu’elle cambre le dos et étire ses bras vers le ciel pour chasser la tension alourdissant ses muscles. Sid apparaît presque aussitôt à ses côtés et elle en profite pour glisser un bras sous le sien, ravie de retrouver la chaleur de son corps en ce début de soirée. Tandis que le regard du tatoueur guette les voitures, celui d’Aisling explore les alentours, s’imprègne des couleurs et des lumières qui resplendissent tout autour d’eux. Le nez levé vers une banderole de lampions lumineux, elle se laisse entraîner de l’autre côté de la route sans même le remarquer, trop occupée à inspirer les odeurs de nourriture et d’encens mêlées à la saveur saline plus lointaine de l’océan. L’arôme de cuisine traditionnelle chinoise se concentre et occulte tout le reste dès qu’ils poussent les portes du restaurant. Séduit, son estomac y répond par un gargouillis enthousiaste. Avec la fatigue et la lassitude des kilomètres avalés, Aisling n’avait même pas remarqué à quel point elle était affamée. « C’était vraiment une bonne idée de t’arrêter. » Elle commente, une main placée devant ses lèvres pour contenir un petit rire gêné. Etonnée par son silence, l’irlandaise relève les yeux et constate avec un sourire en coin que son copain s’est encore perdu dans ses pensées. Une expression vaguement béate sur le visage, il scrute l’environnement avec une telle intensité qu’elle peut presque voir les souvenirs se refléter dans ses grands yeux. Attendrie, elle n’a pas le cœur à l’arracher à ces retrouvailles et se contente de laisser sa main se faufiler le long de son bras jusqu’à que leurs doigts s’entrelacent. Elle resserre tendrement les siens, pour le ramener à elle en douceur et lui témoigner son affection. Au même moment, une jeune femme aux cheveux sombres les accueille chaleureusement en leur tendant un menu. Sans rien perdre de ses bonnes habitudes, Sid s’en empare et Aisling se fait une joie de se pencher par-dessus son épaule pour jeter un coup d’œil aux images alléchantes qui s’y étalent. « Tu me fais confiance pour commander ? » La proposition éveille une chaleur agréable dans sa poitrine. Elle y répond par un hochement de tête, ravie de se laisser surprendre et confiante qu’il connait suffisamment ses goûts pour faire de ce dîner une délicieuse expérience gustative. « C’est toi l’expert mon Sid. » Un sourire mutin au coin des lèvres, elle  presse un petit baiser contre son épaule en gage d’acceptation. Comme s’il n’attendait que ça, le tatoueur se tourne vers la jeune femme pour lui fait part de leur choix. Sa sélection lui met l’eau à la bouche, au point qu’elle n’est pas certaine de pouvoir se retenir de grignoter jusqu’à leur arrivée.

La serveuse disparaît dans les cuisines et Sid s’appuie nonchalamment contre le mur, comme si c’était son coin attitré et qu’il avait fait ça des centaines de fois. Un peu intimidée, Aisling hésite un instant avant de le rejoindre prudemment. « Pendant des années, on venait ici à presque toutes les semaines, le vendredi soir. Ma mère prenait toujours la même chose, Caro aussi. Mais avec mon père, j’essayais souvent de nouveaux plats. J’ai goûté à tout au moins une fois. » Une épaule appuyée contre le plâtre lisse pour mieux l’écouter, elle sent un sourire complice étirer ses lèvres. « Ça m’étonne pas d’toi. » Cette curiosité intrépide, c’est une des particularités qu’elle aime et admire chez lui. Un peu comme s’il voulait goûter à tout ce que le monde avait à offrir ; comme si son cœur battait trop fort, trop vite pour ne pas se lasser de ce qui lui devenait irrémédiablement familier. Parfois, cette pensée l’effraie. Heureusement, Sid ne lui laisse pas le temps de la creuser. « Sauf qu’un soir, ma mère a fait une scène. » Interpelée par sa voix un peu trop basse, son ton un peu trop factuel ; Aisling relève les yeux vers son visage. Ses traits sont détendus, à l’exception d’une crispation à peine perceptible dans sa mâchoire. Mais il a le regard un peu trop fixe, rivé sur une petite table à l’écart où elle peut presque voir se jouer le théâtre brumeux de son passé. La gorge nouée, elle reprend délicatement sa main, s’émeut de la sentir si froide dans la sienne. « Après, on sortait plus vraiment. On commandait encore du take away parfois, mais c’était pas pareil. » La légèreté a déserté ses paroles et une ombre voile son regard pâle. Ses doigts réagissent enfin, s’accrochent à sa paume tandis qu’il se tourne vers elle. « J’ai très peu de souvenirs qui sont vraiment heureux, tu sais ? J’ai peur que… qu’à force de t’en parler, ça devienne… trop. » Les sourcils froncés par l’incompréhension, Aisling incline légèrement la tête pour tenter de sonder son regard mais il se dérobe et fixe plutôt leurs mains entrelacées. « Faut qu'tu me le dises si ça arrive, okay ? » Oh, mon Sid… L’incertitude et l’appréhension qu’elle perçoit dans sa requête lui broient le cœur, révèlent confusément la nature des démons qui l’étranglent. La peur d’être trop, le besoin d’effacer ses ressentis pour ne pas les lui imposer, l’impression qu’elle ne peut ni entendre, ni accepter les douleurs de son passé. Et elle refuse de les laisser gagner. « Hey… » Elle murmure d’une voix douce en levant sa main libre pour effleurer son visage. « C’est pas ta faute si t’as vécu des trucs plus durs que la plupart des gens. » Ses doigts dévalent délicatement la courbe de sa mâchoire, glissent sous son menton pour l’encourager à croiser son regard. « J’savais bien qu’en venant ici, ça ferait remonter plein de souvenirs. Franchement, j’crois que je serais pareille si on était à Belfast… » Un frisson imperceptible lui glace l’échine alors qu’elle s’imagine fouler les ruelles étroites de sa ville natale, les murs en plâtre criblés d’impacts, les gouttes de pluies glaciales s’infiltrant contre sa nuque, la terreur comme un tambour dans chaque battement de son cœur. Tout va bien, t’y retourneras pas. T’es à Melbourne et là c’est Sid qui a besoin de toi, alors reprends toi. « C’est pas trop. » Elle affirme avec tout l’aplomb dont elle est capable. « C’est ton histoire. Ça fait partie de toi et moi j’ai envie de la connaître. De te connaître. » Parce que je t’aime. Un sentiment qu’elle commence à apprivoiser et qui l’effraie un peu moins désormais. Des mots tendres qu’elle n’ose pourtant pas lui souffler. Alors elle plonge plutôt dans l’océan agité de ses yeux, le laisse fouiller les moindres recoins de son âme. Certaine qu’il n’y trouvera qu’une profonde sincérité, intimidée à l’idée de révéler ce qu’elle n’est pas encore prête à dévoiler. « Puis en vrai, quand il s’agit d’toi… j’suis plutôt du genre à jamais en avoir assez ! » Un demi-sourire taquin au coin des lèvres, elle se hisse sur la pointe des pieds pour presser tendrement le bout de son nez du sien. En dépit de la lueur amusée qui s’allume timidement dans son regard, elle sent qu’il n’est pas encore tout à fait rassuré. Comme s’il avait besoin de savoir qu’elle saura lui dire si ses confidences éveillent en elle des sentiments trop difficiles à gérer afin de pouvoir se sentir libre de lui partager ses fragments de passé. « Mais promis, si jamais ça devient trop, j’te le dirai. » Elle assure alors avec un sourire plein de tendresse. Les yeux de Sid brûlent d’un éclat indéfinissable et une douce intensité se tisse entre eux. De celles qu’ils ne savent apprivoiser qu’à travers la passion de leurs baisers. Alors c’est ce qu’ils font. Les mains de Sid se placent dans le creux de sa taille, leurs corps se frôlent et leurs lèvres s’effleurent. Ses paumes enrobent son cou tatoué, ses doigts caressent les cheveux sur sa nuque comme pour s’y réfugier. Il l’embrasse avec une affection infusée d’espoir où perce encore une pointe de douleur. Elle y répond avec tendresse, tente de faire couler en lui de quoi guérir les balafres de son cœur.  

Leurs bouches finissent par se séparer mais leurs visages refusent de s’écarter. Le souffle un peu court, Aisling caresse le visage de Sid du regard, savoure son expression apaisée et l’adoration qui ondoie encore dans ses yeux à demi-fermés. Une lueur qu’il n’essaie plus de filtrer désormais. Cette réflexion lui en rappelle une autre. Avec un petit pincement au cœur, Aisling se remémore ses paroles, son air abattu alors qu’il lui avouait comme sa famille n’osait plus se montrer suite à l’épisode qu’il vient de lui conter. Un exil qui, s’il aurait certainement réjouit l’enfant timide et terrifiée qu’elle était, a semblé lui peser. « On pourrait manger ici la prochaine fois, tu sais ? » Elle propose sur un coup de tête, s’écartant juste assez pour mieux le regarder. Parce que le passé est le passé, et même si on est à Melbourne, t’as plus à te cacher. Ni maintenant, ni jamais. « Mais… euh, peut-être pas ce soir. » Elle précise en baissant les yeux, les mains posées à plat contre sa poitrine. Un sourire timide au coin des lèvres, elle ajoute : « Parce que là je sens qu’après le repas j’vais juste avoir envie d'me glisser sous les draps tout contre toi... » A mi-chemin entre la séduction et la nervosité, ses dents viennent taquiner sa lèvres inférieure tandis qu’elle relève les yeux vers Sid, le regard chargé d’envie et d’incertitude mêlées. « Désirez-vous un cocktail maison au jus de litchi pour patienter ? » la voix est si douce que malgré cette intervention impromptue, le corps d’Aisling n’estime pas nécessaire de sursauter. Vaguement embarrassée malgré tout, elle esquisse un mouvement pour s’éloigner mais Sid la retient par la taille. Blottie contre son flanc, elle s’étonne de découvrir leur serveuse à quelques pas d’eux, les mains refermées autour d’un petit plateau sombre aux détails nacrés sur lequel trônent deux coupes remplies d’un liquide rosé. « D’habitude je propose de l’alcool mais j’ai vu votre camping-car, alors…  » Un sourire timide et bienveillant ponctue son explication et creuse d’adorable fossettes dans ses joues. « Oh, c’est si joli… merci. » Charmée par cette attention, Aisling tend la main pour attraper son verre. Mais la jeune femme la remarque à peine, ses yeux plongés dans ceux de Sid. Intriguée, l’irlandaise renifle les effluves délicates de son breuvage sans pouvoir s’empêcher de guetter la scène du coin de l’œil. Elle finit par se détacher de son regard, seulement pour glisser furtivement le long des tatouages sombres qui ornent ses bras. Elle ouvre la bouche comme pour dire quelque chose, hésite un instant de trop avant de changer d’idée. Quand son regard revient sur elle, l’irlandaise est persuadée que les paroles qui franchissent ses lèvres ne sont pas tout à fait celles qu’elle voulait exprimer. « Votre commande arrive bientôt, j’espère que vous aimerez votre boisson. » Elle disparaît presque aussitôt, une rougeur subtile sur ses pommettes. Aisling la suit des yeux, un sourire incertain flottant sur ses lèvres. « Tu lui as plu je crois. » Elle plaisante en se pressant un peu plus fort contre son copain pour le taquiner. « Mais elle est trop polie pour te glisser son numéro devant moi. »





you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 873483867:
 


Dernière édition par Aisling Hayes le Mar 13 Avr 2021 - 23:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 RRmAP6la_o
POSTS : 1501 POINTS : 30

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
RPs EN COURS : [5/5] aisling #13aisling #14aisling [r.a.]lily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | fb #1 | email #1 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : alegria (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : billy, le plongeur-hackeur paumé • laoise, l'artiste peintre
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptyMer 7 Avr 2021 - 4:30



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 TxSjJZFA_oGood food
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 MzoxHe1q_oSelfie time
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 5cQCberM_oWilderness


Day 2: You feel like Heaven
with my eyes closed
We gotta be fast, we were born out of time, born out of time and alone. And we'll never be as young as we are right now, running away and running for home, running for home. • Lost Boys and Golden Girls, Meat Loaf

Le cœur battant, Sid se mordille nerveusement l’intérieur de la joue en attendant la réponse d’Aisling comme un condamné attendrait sa sentence. Pour une fois, il est presque certain de n’avoir rien gâché entre eux en exposant ainsi ses failles. Presque certain aussi qu’elle l’enveloppera d’un regard tendre en faisant couler des mots doux à son oreille. Mais les vieilles habitudes sont difficiles à combattre et il n’arrive pas à chasser complètement l’appréhension qui lui gruge les entrailles. C’est pas si grave si elle veut pas entendre tout ça, se raisonne-t-il. Après tout, c’est sombre et morbide et déprimant. Et puis, il survit depuis toutes ces années sans se raconter à qui que ce soit; il saura encore le faire s’il le faut. Même si ça lui fait un peu mal à l’intérieur, toute cette douleur enfouie dans ses tripes qui ne demande qu’à remonter à la surface pour enfin s’échapper. Même si pour une fois il aurait presque envie de se montrer un peu égoïste et de demander à quelqu’un d’autre de l’aider à porter le poids de ses souvenirs sinistres. Il frissonne en sentant la caresse délicate de ses doigts sur sa joue. « Hey… C’est pas ta faute si t’as vécu des trucs plus durs que la plupart des gens. » Encouragé par sa main qui effleure sa mâchoire, il relève lentement la tête sans toutefois trouver le courage de détourner le regard de leurs mains entrelacées jusqu’à ce qu’il n’ait plus le choix de croiser celui d’Aisling. Lorsqu’il ose enfin le faire, il plonge timidement dans ses grands yeux couleur d’orage. Happé par le mélange déconcertant d’émotions qui virevolte au fond de ses iris, il y perçoit toutefois la même sincérité qui vibre dans sa voix quand elle lui souffle : « J’savais bien qu’en venant ici, ça ferait remonter plein de souvenirs. Franchement, j’crois que je serais pareille si on était à Belfast… » Le cœur illuminé par une petite flamme d’espoir, il s’accroche à sa main pour résister à l’envie d’enfouir son visage dans le creux de son épaule pour ne pas voir venir une potentielle déception, qui lui serait terriblement douloureuse, presque insupportable. « C’est pas trop. C’est ton histoire. Ça fait partie de toi et moi j’ai envie de la connaître. De te connaître. » Il a désespérément envie d’y croire, de s’abandonner à ses promesses et de s’en remettre à l’affection débordante qu’il lit sur son visage. Cependant, il ne peut s’empêcher de penser qu’elle ne sait pas dans quoi elle s’embarque. Parce qu’il l’a toujours protégée en filtrant soigneusement les souvenirs qu’il lui racontait pour en retirer toutes les impuretés qui risquaient de mettre au jour la zone d’ombre qu’il porte en lui. Elle ignore la véritable couleur de sa souffrance et il craint qu’elle ne puisse la tolérer si elle la découvrait. Pourtant, au fond de ses yeux qui ne quittent pas les siens, il ne trouve que de la candeur et un océan de dévotion qui l’effraie presque dans son intensité. « Puis en vrai, quand il s’agit d’toi… j’suis plutôt du genre à jamais en avoir assez ! » Touché et reconnaissant tout à la fois qu’elle tente d’alléger ainsi l’ambiance, il essaie en retour de lui sourire, sans trop y arriver. La caresse de son nez contre le sien l’apaise un peu, mais c’est finalement la promesse qu’elle lui prodigue qui calme les battements erratiques de son cœur. « Mais promis, si jamais ça devient trop, j’te le dirai. » Rassuré, il hoche doucement la tête, incapable d’articuler les remerciements qui sont restés coincés derrière la boule de soulagement qui lui serre la gorge.

Ses mains posées sur la taille d’Aisling, il la retient tout contre lui. Il penche la tête, effleure ses lèvres des siennes, laisse leurs souffles se mélanger tandis qu’il savoure la tendresse avec laquelle ses paumes glissent sur sa peau et se nouent dans ses mèches. Enfin, il traverse l’espace minuscule qui les séparait encore pour capturer sa bouche. Le baiser est doux et voluptueux, rempli d’une passion tranquille doublée d’affection qui donne envie à Sid de se fondre dans l’étreinte pour qu’elle ne se termine jamais. Ils finissent pourtant par se séparer, mais sans vraiment creuser la distance entre eux, et pour éviter qu’elle ait envie de trop s’éloigner, il enroule ses bras autour d’elle pour la garder prisonnière. Sans la moindre hésitation, elle se laisse faire, les mains posées sur son torse. La quiétude du moment est seulement troublée par les sourcils de la jeune femme qui tressautent délicatement comme si elle venait d’avoir une idée et sa voix qui s’élève doucement entre eux. « On pourrait manger ici la prochaine fois, tu sais ? » La proposition le surprend un peu, surtout parce qu’il n’y avait pas songé lui-même. Cependant, elle lui plaît. En revenant à Melbourne, il espérait confronter ses mauvais souvenirs, mais aussi en créer de nouveaux, plus beaux et moins douloureux. Alors il hoche la tête avec un petit sourire, prêt à tenter l’expérience. « Bonne idée. » Les joues d’Aisling se teintent d’un rose délicat tandis qu’elle baisse la tête, l’air timide tout à coup. « Mais… euh, peut-être pas ce soir. Parce que là je sens qu’après le repas j’vais juste avoir envie d’me glisser sous les draps tout contre toi… » Mélangée au souvenir de sa confidence discrète de ce matin, la suggestion fait remonter un frisson d’anticipation le long de l’échine du tatoueur. Mais avant qu’il ait pu lui faire comprendre à quel point il est d’accord avec elle, Lian les interrompt de sa voix flûtée et délicate. « Désirez-vous un cocktail maison au jus de litchi pour patienter ? » Sans doute surprise par l’arrivée de la jeune femme, Aisling fait un pas pour s’éloigner. Peu enclin à sacrifier la chaleur agréable de son corps pressé contre le sien en rompant leur étreinte, il resserre bras autour de sa taille pour la retenir contre son flanc tandis qu’il se tourne vers Lian. Les coupes posées en équilibre sur son petit plateau lui rappellent l’apéritif qu’Aisling avait préparé le soir de Noël, avec ses décorations soignées et son goût à la fois acidulé et rafraîchissant. Sûrement heureuse tout comme lui de ne pas avoir eu à refuser de l’alcool, elle tend déjà la main vers l’un des cocktails et il l’imite. Le regard de Lian accroche le sien tandis qu’il referme ses doigts autour du verre. Vaguement mal à l’aise, il se demande si c’est parce qu’elle a l’impression de le reconnaître qu’elle scrute aussi intensément son visage. Après tout, il y a des années qu’ils ne se sont pas croisés et elle voit des dizaines de clients différents par jour. Ses souvenirs sont sûrement plus flous que ceux de Sid. À son tour, il la remercie et sa voix semble la tirer de sa contemplation. « Votre commande arrive bientôt, j’espère que vous aimerez votre boisson. » Avec un hochement de tête poli, elle s’éclipse et s’engouffre d’un pas pressé dans la cuisine. Curieux de tester le cocktail qu’elle leur a gentiment offert, il trempe ses lèvres dans sa coupe. La saveur exotique de litchi le surprend et il ne se fait pas prier pour boire une deuxième gorgée. L’air vaguement espiègle, Aisling se tourne vers lui. « Tu lui a plu je crois. Mais elle est trop polie pour te glisser son numéro devant moi, » dit-elle en lui assénant un coup d’épaule affectueux. Amusé par l’idée, il manque d’avaler de travers et toussote un peu pour faire passer le liquide. Quand il a repris son souffle, il hoche la tête. « C’est pas ça. J’crois qu’elle m’a reconnu mais qu’elle est pas certaine de son coup. » La curiosité qui brillait dans le regard d’Aisling se teinte d’une touche de confusion qui le pousse à élaborer un peu. « C’est la fille du proprio, donc elle a plus ou moins passé son enfance ici. Elle était toujours là ou presque quand on venait manger, et j’allais souvent m’assoir avec elle au comptoir pendant qu’on attendait notre repas. On jouait avec les tuiles de mah-jong de son père. » Trop jeunes pour vraiment comprendre les règles complexes du jeu, ils s’étaient inventé leur propre système. Sid, quant à la lui, ne se lassait jamais d’observer les dessins élaborés gravés dans la surface lisse des tuiles. « Mais la dernière fois qu’on s’est vus, j’avais pas mal moins de tatouages et quelques dizaines de centimètres de moins aussi. » Et puis, juste au cas où la blague d’Aisling était moins innocente qu’il n’y paraissait, il lui rend son coup d’épaule avant de se tourner vers elle pour lui faire face. « Mais t’sais, même si elle me l’avait demandé, j’lui aurais pas donné mon numéro. Question d’éviter qu’on soit dérangés tout à l’heure sous les draps, tu vois ? » précise-t-il, un sourire un peu moqueur, un peu charmeur aux lèvres, juste pour le plaisir de voir le teint de pêche de sa copine se colorer de rose.

Toujours serrés l’un contre l’autre, ils terminent leurs cocktails à petites gorgées en discutant à voix basse. Juste comme Sid se séparait à contre-cœur d’Aisling pour rapporter les coupes vides au comptoir, Lian émerge de la cuisine avec en main deux grands sacs en papier remplis de nourriture. « C’est prêt ! » annonce-t-elle avec enthousiasme en les posant devant lui. Pendant qu’elle pianote sur l’écran qui a remplacé la vieille caisse enregistreuse, Sid sort son portefeuille de sa poche et en tire sa carte, qu’il tend à Lian. Les regards en coin plus ou moins discrets qu’elle lui lance ne lui échappent pas et il est sur le point de dire quelque chose quand elle se tourne finalement vers lui d’un petit mouvement brusque, les sourcils froncés et l’air déterminé. « Okay, ça va peut-être te sembler bizarre, mais… on se connaît, non ? » Étrangement touché qu’elle l’ait reconnu elle aussi, le tatoueur fait signe que oui. « J’étais déçu, je m’attendais presque à ce que tu me fasses un petit coucou, cachée derrière la porte de la cuisine comme avant. » Son ton sérieux n’empêche pas Lian d’éclater de rire. « Sid ! Je savais bien que c’était toi ! T’as changé, mais pas tant que ça. T’as grandi surtout, » s’exclame-t-elle en levant le menton comme pour souligner leur différence de taille. « T’es pas la première à me dire ça, ouais. Toi t’as pas changé du tout, c’est fou ! Je t’ai reconnue tout de suite. Comment va ton père ? » Départie de sa timidité d’origine, elle ne se fait pas prier pour lui expliquer que M. Chen profite depuis quelques années déjà d’une retraite bien méritée, qu’il passe en grande majorité à la plage, où il a finalement appris à surfer malgré son âge, sauf pour les après-midis et les soirées où il vient donner un coup de main derrière les fourneaux en souvenir du bon vieux temps. En retour, Sid lui raconte dans les grandes lignes sa vie à Brisbane et le succès de son salon. Puis il se tourne vers Aisling, qui est restée un peu en retrait, et lui tend la main pour l’inviter à s’approcher. Un bras amoureux glissé autour de sa taille, il la présente à Lian : « C’est Aisling, ma copine. C’est grâce à elle si je suis ici, elle avait envie de découvrir un peu Melbourne. » Après avoir échangé avec l’irlandaise une salutation polie, la jeune femme semble se secouer un peu, comme si elle venait de se souvenir de quelque chose. « Mais vous devez avoir terriblement hâter d’arriver ! Allez, je ne vous retiens pas plus longtemps. Sid, ça m’a fait plaisir de te revoir ! » En prenant les sacs de nourriture, il hoche la tête. « À moi aussi. » Ils tournent les talons et Aisling, qui le devance d’un pas ou deux, s’empresse de lui tenir la porte ouverte. Prudemment, ils traversent la rue pour aller retrouver leur fidèle camping-van. Elle grimpe la première et, une fois qu’elle a bouclé sa ceinture, Sid lui tend leur précieux – et délicieux – cargo, confiant qu’elle saura le garder en sécurité sur ses genoux jusqu’à leur arrivée, puis il monte à son tour dans le véhicule.

Comme il l’espérait, le soleil couchant inonde d’une cascade de rayons dorés l’eau calme de la baie tandis qu’ils longent la côte en direction de Seaholme, où les attend leur pied-à-terre pour les prochains jours. Incapable de s’en empêcher, Sid ne cesse de jeter des coups d’œil dans la direction d’Aisling pour profiter autant que possible de son air émerveillé. Lorsqu’ils se garent finalement dans le parking étroit qui longe la façade en bois de leur petite maison une vingtaine de minutes plus tard, les dernières braises du coucher de soleil rougeoient encore à l’horizon. En coupant le contact, le tatoueur pousse un long soupir de soulagement. « Je te laisse t’occuper de la bouffe, je vais rentrer les bagages, » propose-t-il en faisant rouler ses épaules engourdies. Il se lève et traverse dans l’espace chambre à coucher du van, où il récupère son sac de voyage et celui d’Aisling, avant de descendre par la portière arrière. Elle a déjà parcouru le petit sentier graveleux qui mène au perron, où elle l’attend patiemment, les bras encombrés, en balayant les environs d’un regard ébahi. Son sac posé en équilibre précaire sur son épaule et celui d’Aisling accroché à son avant-bras, il vérifie sur son portable le code de la boîte à clé que leur hôte lui a envoyé. Il enfonce maladroitement les boutons pour composer la combinaison. Au prix d’un certain effort, il réussit à ouvrir la petite porte du boîtier et à en tirer une clé qu’il s’empresse d’enfoncer dans la serrure. Profitant de l’occasion pour glisser la clé sur son trousseau afin de ne pas la perdre, il laisse la jeune femme entrer la première, puis il pénètre à son tour dans la maison. La voix d’Aisling qui s’extasie sur tout lui parvient, un peu étouffée par les murs, mais plutôt que de la suivre, il repère la porte de la chambre à coucher sur sa droite. En observant l’espace, il dépose leurs sacs sur un fauteuil placé dans le coin de la pièce. Le décor est aussi enchanteur que sur les photos avec sa literie d’un beige crémeux qui fait joliment contraste avec la brique exposée et le bois chaleureux. Même en cette fin de journée, les dernières bribes de rayons de soleil suffisent à éclairer la pièce et révèlent qu’en après-midi, la lumière naturelle doit entrer à flots par l’énorme fenêtre. Rêveur, il s’imagine déjà en profiter en se prélassant sous les draps avec Aisling. Cette dernière le tire d’ailleurs sans pitié de sa réflexion en l’interpellant de la cuisine. Il s’empresse de la rejoindre et constate avec une moue impressionnée que, plus efficace que lui, elle a déjà sorti des armoires deux assiettes, deux verres ainsi que des fourchettes et des couteaux. « J’ai placé nos affaires dans la chambre, » l’informe-t-il en venant se glisser à côté d’elle sur le banc qu’elle a choisi. « C’est vraiment joli, on sera confortables je pense. » Mais pour l’instant, le plus important est de remplir son estomac, qui ne cesse de crier famine. Ils s’attaquent chacun à un sac et, bientôt, les plats à l’odeur alléchante sont étalés devant eux. Sans hésiter, Sid se sert d’un peu de tout. « Bon appétit ! » lance-t-il en jetant un coup d’œil tendre à Aisling avant de croquer dans un rouleau de printemps. L’explosion de saveur qui l’attend est en tout point identique à son souvenir et lui évoque une bouffée de nostalgie intense. En revanche, il n’a pas l’occasion de se laisser entraîner trop loin dans les méandres de sa mémoire, car Aisling l’en tire en toussotant, d’abord discrètement puis avec un peu plus d’énergie. Il croit d’abord qu’elle a avalé sa bouchée de travers et il se tourne vers elle pour lui tapoter le dos. Cependant, il constate rapidement que son problème est tout autre en voyant son teint rougi, ses yeux larmoyants et sa fourchette abandonnée à côté de la petite portion de tofu mapo qu’elle a placée dans son assiette. Il grimace en se rappelant brusquement le seuil de tolérance incroyablement bas d’Aisling pour tout ce qui est moindrement épicé. « Pardon, pardon, j’ai oublié d’te prévenir ! J’suis désolé… » Dans l’espoir de l’aider à survivre à la brûlure, il s’empresse de lui verser un verre de thé glacé. Même si c’est nettement moins efficace que du lait, ça semble fonctionner assez bien pour qu’elle retrouve une couleur plus normale et réussisse à essuyer délicatement le coin de ses yeux pour ménager son maquillage qui menaçait de couler. Sincèrement peiné, il lui offre un petit sourire contrit. « Promis, le reste n’est pas épicé. J’te jure que t’auras pas d’autre mauvaise surprise. » Il doit cependant se mordre la lèvre pour s’empêcher de rigoler devant le regard visiblement peu convaincu et tout plein de méfiance que lui lance sa copine. Quand ils ont terminé de manger, que les restes de nourriture ont sagement été rangés dans le frigo et que leur vaisselle sale a été promptement oubliée dans l’évier, ils passent dans la chambre à coucher. Son sac posé sur le lit, Aisling fouille mollement parmi les vêtements, se redresse finalement sans avoir trouvé ce qu’elle cherchait, une moue vaguement embêtée aux lèvres. Les mains posées au bas de son dos, elle se penche vers l’arrière comme pour tenter de délier ses muscles fatigués. Se doutant que la route a fini par lui peser lourd à elle aussi même si elle ne conduisait pas, Sid s’approche. Il s’arrête devant elle et chasse ses mains pour couvrir sa chute de rein des siennes. De ses pouces, il trace des cercles lents par-dessus le tissu fin de sa robe en appliquant une pression légère mais constante pour soulager la tension. Avec un soupir, elle appuie son front contre son torse. « Tu sais à quoi je pense ? » finit-il par murmurer à son oreille au bout de quelques minutes. Sans se décoller de sa poitrine, elle fait signe que non. « J’me disais qu’on pourrait se doucher rapidement, puis qu’on se glisserait sous les draps, comme tu l’as suggéré tout à l’heure. Et qu’après, ça serait à mon tour de vérifier si t’as la peau plus douce que la barre de massage petit cul. » Tournant légèrement la tête, il pose un baiser délicat sur la pommette d’Aisling. « Qu’est-ce que t’en dis ? »





just kiss me in the dark
maybe i’m just as scared as you. it's alright, stay by my side on the edge of everything we know. it's alright, just don't look down and i will hold on and never let go. you're right beside me, so just close your eyes, i'll never let go. you're all that i need, so just close your eyes. • close your eyes, rhodes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2MiNnPz
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 U7mh
POSTS : 1236 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]LaoisePhoenix [3]

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Sid [f.b.2] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptySam 10 Avr 2021 - 5:01



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Zzmssleeping cutie
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Vor0let's explore
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Krsptogether <3


Day 2: photograph each day so we can live forever
Let me photograph you in this light in case it's the last time we might be exactly like we were. Before we realized we were scared of getting old. It made us restless. It was just like a movie, it was just like a song.

Un éclat de surprise s’allume dans ses grands yeux et il manque de s’étouffer avec sa boisson. Attends, me dis pas que t’avais pas remarqué ?! A la fois amusée par sa candeur et désolée de lui avoir provoqué une telle réaction, Aisling se pince les lèvres pour retenir un petit rire et lui caresse affectueusement l’épaule pour l’aider à se remettre de ses émotions. « C’est pas ça. J’crois qu’elle m’a reconnu mais qu’elle est pas certaine de son coup. » Sa réponse la prend de court et fait naître une pointe de curiosité dans sa poitrine, contrebalancée par petit pincement au cœur pas tout à fait agréable à l’idée de ce que la jeune femme a pu représenter pour lui. Comme s’il comprenait instinctivement ce qui la troublait, Sid précise sa pensée : « C’est la fille du proprio, donc elle a plus ou moins passé son enfance ici. Elle était toujours là ou presque quand on venait manger, et j’allais souvent m’assoir avec elle au comptoir pendant qu’on attendait notre repas. On jouait avec les tuiles de mah-jong de son père. » Vaguement rassurée, Aisling sent un sourire attendri se dessiner sur ses lèvres alors qu’elle imagine une version miniature de son Sid se faufiler entre les tables pour rejoindre une petite brune aux yeux sombres concentrée sur son jeu. « Mais la dernière fois qu’on s’est vus, j’avais pas mal moins de tatouages et quelques dizaines de centimètres de moins aussi. » La description lui arrache une petite exclamation émue. Une main placée contre ses lèvres, elle tente de visualiser un tout jeune Sid dénué de l’art encré sous sa peau. Sa tournure de phrase ravive toutefois ses doutes en laissant entrevoir qu’il avait déjà quelques tatouages, faisant de lui un adolescent au moment de leur dernière rencontre. Ainsi, la jolie brune pourrait bien être la dernière personne que Sid a vue avant son départ… ou bien la première fille qu’il a embrassée, planqué derrière l’un des paravents gravés d’or et d’ivoire à l’arrière du restaurant. Résignée, Aisling se prépare à encaisser dignement la révélation s’il se prend à la décrire comme son premier amour quand la pression agréable de son épaule la ramène doucement à la réalité. Un peu secouée, elle croise son regard, l’inquiétude brouillant suffisamment ses yeux clairs pour qu’il lui confie : « Mais t’sais, même si elle me l’avait demandé, j’lui aurais pas donné mon numéro. Question d’éviter qu’on soit dérangés tout à l’heure sous les draps, tu vois ? » Rassurée par sa plaisanterie empreinte de pragmatisme, l’irlandaise se laisse aisément séduire par son sourire et incline légèrement la tête pour dissimuler sous sa frange la gêne déclinée sur ses pommettes en teintes rosées. « Sid ! » Elle proteste d’une petite voix pressante en jetant un coup d’œil alentour pour vérifier que personne n’a entendu son allusion. Comme de coutume, sa pudeur ne fait que l’amuser davantage et ses grands yeux bleus pétillent de malice tandis qu’il attrape sa paille entre ses lèvres. Un sourire indulgent sur les siennes, Aisling secoue doucement la tête avant de l’imiter. « Tu sais, des yeux comme les tiens ça s’oublie pas vraiment… » Légère, la confession lui échappe entre deux gorgées du cocktail délicieux. « J’pense qu’elle est sûre de son coup mais qu’elle sait pas comment te le dire, surtout. » Elle conclut avec un petit haussement d’épaules, sans trop savoir ce qui la pousse à partager cette intuition en dehors d’un élan d’empathie envers celle qu’il a connue et pour qui il était visiblement important.    

Pour autant, elle ne peut lutter contre la vague d’incertitudes qui la submerge quand il s’éloigne pour récupérer leur commande. Intimidée, Aisling reste un peu à l’écart, se convainc qu’elle souhaite seulement leur laisser l’espace de se retrouver, ne peut s’empêcher de jeter des petits coups d’œil curieux dans leur direction pour guetter les effusions qui ne devraient pas tarder. Enfin, la voix de la jeune femme s’élève, empreinte de détermination et de nervosité. « Okay, ça va peut-être te sembler bizarre, mais… on se connaît, non ? » Inoubliable, c’est bien c’que je disais, elle songe avec une petite pointe de fierté mal placée. « J’étais déçu, je m’attendais presque à ce que tu me fasses un petit coucou, cachée derrière la porte de la cuisine comme avant. » Le visage de la petite brune s’illumine aussitôt, confirmant son intuition quand elle s’exclame qu’il n’a pas tellement changé. La jalousie revient triturer son cœur, mais cette fois Aisling comprend que ce n’est pas leur relation qu’elle envie, ni leurs retrouvailles, mais ces souvenirs qui relient leurs passés. La curiosité brûlante de connaître le petit garçon qui n’aimait pas les photos, l’adolescent émerveillé par les lumières du quartier, le bambin qui se réfugiait près d’elle au comptoir pour échapper quelques minutes aux chaos de son existence. Perdue dans ses réflexions, elle écoute d’une oreille distraite les nouvelles qu’ils s’échangent confortablement, ce qui ne l’empêche pas de noter les similarités dans leurs parcours et les commerces qu’ils gèrent en dépit de leur jeune âge. Le restaurant pour Lian, le salon de tatouage pour Sid. Le tatoueur se tourne d’ailleurs vers elle et lui tend la main. Embarrassée d’avoir décroché, Aisling se rapproche timidement, seulement rassurée quand son bras s’enroule autour de sa taille comme pour l’ancrer dans le présent et lui rappeler sa légitimité à se tenir contre son flanc. « C’est Aisling, ma copine. C’est grâce à elle si je suis ici, elle avait envie de découvrir un peu Melbourne. » Un frisson de plaisir la traverse, comme chaque fois qu’il la présente ainsi. « Bienvenue Aisling, j’espère que tu aimes ce que tu découvres ! » Encouragée par son regard sincèrement accueillant, l’irlandaise se détend. « Merci, ça a l’air trop joli ! Mais tu sais on vient tout juste d’arriver, Sid me faisait visiter l’quartier et quand il a vu le restau ben… disons que j’ai pas pu le retenir. » Elle plaisante avec un petit sourire, dissimulant sa mal sa surprise à l’idée d’être perçue comme l’instigatrice du voyage. Car s’il est vrai qu’elle se questionne de plus en plus sur la ville qui l’a vue grandir, elle n’aurait jamais osé lui suggérer d’explorer Melbourne si l’idée n’avait pas d’abord émané de lui. Comme si elle comprenait soudain quelque chose dans ses paroles, Lian écarquille les yeux et pousse délicatement les sacs vers eux : « Mais vous devez avoir terriblement hâte d’arriver ! Allez, je ne vous retiens pas plus longtemps. Sid, ça m’a fait plaisir de te revoir ! » Trop content de confirmer ces paroles, son estomac émet un nouveau grognement que Sid camoufle heureusement de sa voix profonde. « À moi aussi.  » Comme il s’empare de leurs victuailles, Aisling sautille vers la porte pour la lui tenir. « A bientôt ! » Elle lance à la restauratrice avant de lui emboiter le pas pour plonger sous les rayons orangés du soleil couchant.  

De retour dans leur camping-van, Aisling tend les bras pour récupérer les sacs remplis de nourriture. « Tu sais que c’est une véritable torture ? » Un sourire amusé au coin des lèvres, elle hume à plein nez le fumé délicieux qui s’en échappe et la tente impunément. Déterminée à ne pas gâcher la magie du moment qu’ils ont décidé de s’offrir, elle résiste de toutes ses forces contre l’envie de picorer quelque chose – n’importe quoi – pour apaiser sa fringale et laisse plutôt son regard errer le long des ruelles teintées par la fin du jour. Dès qu’ils atteignent l’océan, le spectacle est si éblouissant qu’elle en oublie sa faim, trop fascinée par la façon dont les rayons rosés illuminent les vagues d’un million d’étoiles scintillantes. Une expression émerveillée éclabousse ses traits alors qu’ils longent la côte sauvage en direction de leur logis, qu’ils rejoignent quelques minutes plus tard. Excitée à l’idée de le découvrir, elle n’attend même pas que Sid ait mit le frein à main pour détacher sa ceinture et ouvrir la porte dans l’espoir de bondir à l’extérieur, abandonnant dans son sillage sa précieuse cargaison. « Je te laisse t’occuper de la bouffe, je vais rentrer les bagages. » Lui rappelle son copain, prévenant comme de coutume. « Oups, j’allais oublier ! » Un petit rire mutin s’échappe de ses lèvres tandis qu’elle replonge dans l’habitacle pour attraper leurs sacs et constate que Sid a déjà disparu à l’arrière, plié en deux pour récupérer leurs valises. Le cœur léger et rempli à ras-bord à la fois, Aisling s’élance sur le sentier, savourant le crissement des graviers sableux sous ses pas, non sans jeter un dernier coup d’œil à la plage qui se découpe en contrebas. « C’est magnifique mon Sid. » Elle souffle avec émotion quand il la rejoint sur le palier, chargé de leurs affaires. « T’as vraiment trop bien choisi l’endroit ! » Trop occupée à le complimenter et observer leur maison de vacances avec curiosité, elle prend conscience à retardement que Sid aurait grandement bénéficié de son aide pour récupérer la clef dans le petit boitier et l’introduire dans la serrure. Sauf que ça ferait pas pareil… Car il y a quelque chose de profondément irrésistible à le voir prendre ce genre d’initiative, quelque chose lui l’enveloppe et la rassure tout à la fois. Sans parvenir à s’expliquer le petit tiraillement agréable qui s’éveille en elle, Aisling lui adresse un sourire conquis avant de se faufiler à l’intérieur quand il l’invite à entrer la première. Curieuse, elle ouvre toutes les portes, passe la tête dans chaque pièce sans jamais s’y attarder, trop excitée à l’idée de découvrir la prochaine. « C’est trop beau, t’as vu toutes ces briques ?! » Elle s’emballe, séduite par leur logis dont la décoration champêtre et côtière contraste presque douloureusement avec les peintures craquelées et la moquette usée de son propre appartement. Son petit tour l’amène jusqu’à la cuisine, où elle ouvre tous les placards en commentant les portes-vitrées, la véranda qu’elle aperçoit depuis le comptoir, la vaisselle unie et le canapé accueillant. « On mange tout de suite, hein ? » Elle lance par-dessus son épaule en rassemblant tout ce dont ils auront besoin pour déguster leurs plats. Sans se laisse perturber par le silence qui lui répond, Aisling se dirige vers la grande table en bois et installe leurs assiettes l’une à côté de l’autre, une habitude dont ils ne se sont pas départis depuis le soir où Sid lui a avoué ses sentiments.  

« J’ai placé nos affaires dans la chambre. » Sa voix la tire de ses pensées et elle lui adresse un sourire affectueux alors qu’il prend place à ses côtés. « T’as bien fait. » Elle le félicite en pressant un baiser contre son épaule. « C’est vraiment joli, on sera confortables je pense. » Heureuse de le sentir plus léger que tout à l’heure, elle confirme d’un hochement de tête enthousiaste. « C’est parfait, c’est la première fois que j’suis dans un truc aussi mignon je crois. » Elle a squatté les taudis sans eau ni électricité, connu les hôtels luxueux à la froideur impersonnelle, mais jamais de petits cottages pleins de charme et de simplicité comme celui-là, un endroit douillet qu’elle peut faire sien le temps d’un séjour. Non, en faire le nôtre. Elle se corrige, intimidée par l’intensité du bonheur qui éclabousse aussitôt son cœur. Pour tenter d’échapper aux émotions volatiles qui l’assaillent, elle fouille avidement dans les sacs en papiers afin de se composer une assiette délicieusement colorée. « Bon appétit ! » Il lui lance avec cette politesse un peu old school qui lui fait parfois défaut en dépit de son éducation sévère. « Bon appétit ! » Elle répond après avoir avalé un peu précipitamment la bouchée de rouleau de printemps qu’elle mâchouillait déjà. Encouragée par ce bouquet de saveurs menthe-cacahuète, Aisling plonge sa fourchette dans un petit tas de tofu à l’odeur exquise et enfourne le tout avec assurance. Quand elle réalise son erreur, il est déjà trop tard : un feu atroce embrase sa langue et se propage dans sa gorge et ses narines. Paniquée, elle place une main devant sa bouche pour tenter d’étouffer la toux réflexe qui secoue son corps. « Pardon, pardon, j’ai oublié d’te prévenir ! J’suis désolé… » La voix de Sid tente de la tirer des flammes de l’enfer et elle relève vers lui un regard larmoyant et vaguement plaintif, comme pour lui demander ce qu’elle a bien pu faire pour mériter un tel sort. Il se rattrape aussitôt en plaçant un verre de thé glacé entre ses mains et Aisling ne se fait pas prier pour l’avaler sur le champ. La brûlure persiste sur sa langue mais sa respiration revient à la normale. « Sid ! C’est hyper fort ! » Elle bougonne en essuyant le coin de ses yeux du bout des doigts pour tenter de sauver son maquillage à défaut de son honneur. « Promis, le reste n’est pas épicé. J’te jure que t’auras pas d’autre mauvaise surprise. » Malgré sa promesse, elle ne peut s’empêcher de lui lancer un coup d’œil empreint de méfiance. Au final, c’est la sincérité de son sourire contrit et l’éclat rieur de ses yeux qui finissent par la convaincre. « Bon, d’accord. Mais j’te donne quand même ça… au cas où. » Elle grommelle en versant sa portion du tofu maudit dans l’assiette de son copain pour éviter que la sauce ne vienne en contact avec les autres aliments et les rende immangeable. Avec une nonchalance exaspérante, il en prend une grande fourchette et mastique la préparation avec un plaisir évident. Un peu impressionnée, elle le dévisage en écarquillant les yeux. « Mais pourquoi ça te fait rien à toi ? » A croire que son Sid résiste vraiment à tout, même aux attaques perfides d’un tofu trop épicé. Une fois cette offensive oubliée et ses papilles gustatives retrouvées, Aisling peut enfin profiter de leur repas, qu’elle termine en soupirant de bonheur. « T’avais raison. J’crois que j’ai rarement mangé un truc aussi bon. Ça vaut carrément une pizza. » Elle annonce en s’étirant après avoir récupéré les dernières gouttes de sauce qui restaient encore dans son assiette.

La fatigue du transport ayant raison de leur motivation, ils trouvent tout juste l’énergie de placer les restes de nourriture au frigo et d’abandonner leur vaisselle dans l’évier avant de se diriger vers la chambre. Cette fois, Aisling ne manque rien du décor et prend le temps de savourer le petit tiraillement qui s’éveille dans sa poitrine à l’idée de la partager avec Sid. Tout en fouillant distraitement dans son sac pour en tirer son pyjama, elle songe que ça n’a rien à voir avec ce qu’elle ressent habituellement en le voyant se glisser entre ses draps galaxie aux teintes rosées, ni quand elle se réfugie au creux de ses bras dans l’antre sombre de sa tannière à lui. C’est un lieu neutre qu’ils pourront apprivoiser tous les deux au cours des prochains jours afin d’en faire leur nid, une perspective regorgeant de possibilités aussi affriolantes que terrifiantes. Accentuée par sa position penchée, la tension sourde qui engourdissait son dos l’arrache à ses pensées et dessine une petite moue sur ses lèvres. Les poings appuyés au creux de ses reins, elle se redresse et se tortille pour tenter de s’étirer. Sans un mot, Sid comble la courte distance qui les séparait et remplace ses mains par la chaleur de ses paumes. Avec une douceur mêlée de fermeté, ses doigts pétrissent sa chair pour délier les muscles contractés par le voyage. Le massage lui procure une petite douleur délicieuse, de celles qui soulagent en profondeur et lui ferait implorer une pression plus forte encore. « Hmmm. » Elle soupire de bonheur pour l’encourager, profitant de sa proximité pour laisser reposer son front contre son torse. Elle pourrait aisément rester blottie ainsi jusqu’à la fin des temps, les yeux fermés pour mieux profiter du bien-être que lui procurent ses caresses, emplir ses poumons de son odeur apaisante et son cœur de l’affection dont il l’enveloppe si naturellement. « Tu sais à quoi je pense ? » Sa voix basse et profonde vibre contre son oreille et envoie un frisson de délice le long de son échine. Mordillant songeusement sa lèvre inférieure, Aisling secoue délicatement la tête, profitant du couvert offert par leur position pour dissimuler l’éclat de désir qui se peint sur ses joues. « J’me disais qu’on pourrait se doucher rapidement, puis qu’on se glisserait sous les draps, comme tu l’as suggéré tout à l’heure. Et qu’après, ça serait à mon tour de vérifier si t’as la peau plus douce que la barre de massage petit cul. » La suggestion l’enchante et elle laisse échapper un petit rire amusé, remplacé par un soupir épris quand les lèvres de Sid pressent un baiser impromptu sur ses pommettes brûlantes. « Qu’est-ce que t’en dis ? » Câline, l’irlandaise esquisse un sourire charmeur en nouant ses bras derrière sa nuque et se hisse sur la pointe des pieds jusqu’à ce que leurs nez s’effleurent. « J’en dis qu’ça m’fait vraiment très envie. » Elle murmure contre ses lèvres sans plus chercher à étouffer les braises de désir qui scintillent en compagnie de sa nervosité au fond de ses yeux gris. « Faut qu’tu sois sûr aussi, après tout. » Une lueur espiègle s’allume dans ses prunelles alors qu’elle capture la lèvre inférieure de Sid entre les siennes pour la mordiller tendrement. Encouragée par l’étreinte de ses bras qui s’enroulent autour de sa taille pour la retenir plus près de lui encore et la passion qui embrase son regard derrière ses paupières à demi fermées, elle se risque à ajouter : « Et peut-être qu’après, j’pourrais reprendre ton massage là où on s’était arrêtés ? » L’incertitude danse sur ses traits alors qu’elle plonge dans l’océan de ses yeux comme pour y puiser de quoi apaiser les battements erratiques de son cœur avant de finalement se détourner, les joues rosies et la gorge un peu nouée. « Ça te dérange si j’y vais en premier ? J’ai un peu froid et puis faut vraiment que j’me lave les cheveux… » En dépit de la chaleur qu’ils échangent, la fatigue fait frissonner son corps engourdi qu’elle a hâte de délier sous l’eau bouillante de la douche.

Après un dernier baiser infusé de tendresse et d’envie, Sid consent à la laisser filer. Elle s’écarte à contrecœur, seulement motivée par l’idée de pouvoir retrouver le contact incandescent de sa peau une fois débarrassée de la crasse du voyage et des vêtements qu’elle a traînés toute la journée. Son pyjama en main, elle picore un baiser sur les lèvres de Sid avant de se faufiler jusqu’à la salle de bain. C’est si beau, si lisse et si propre. Impressionnée par la modernité de l’endroit, elle lorgne avec envie sur les meubles épurés qui lui donnent envie de faire le tri sur ses étagères encombrées de produits entassés depuis des années. C’est grand aussi, à tel point qu’ils tiendraient largement à deux dans la cabine de douche, une constatation qui la fait rougir d’embarras comme d’envie. Elle se retient pourtant de l’appeler pour lui suggérer cette idée, consciente qu’il lui sera bien plus facile de se laver en se déshabillant complètement, une étape qu’elle n’imagine pas encore franchir en sa compagnie. Tu te douches vite fait et tu le rejoints après. Avec un soupir déterminé, elle s’extirpe de ses vêtements et se glisse sous le jet fumant. La pluie brûlante l’apaise aussitôt, déversant une onde relaxante dans son corps en picorant sa peau. Elle en profite quelques longues minutes, pour réchauffer ses membres et chasser l’épuisement du voyage. Pour s’enivrer des effluves émanant de son shampoing à la lavande ou son gel-douche à la rose et laisser ses mains courir sur ses courbes comme pour anticiper le chemin que suivront celles de Sid quand il s’y aventurera enfin. Déconcertée par le tour que prennent ses pensées, Aisling coupe brutalement le jet d’eau et s’extirpe timidement de la cabine pour s’enrouler dans une grande serviette molletonneuse à l’odeur de coton frais. Ses pas la mènent naturellement jusqu’au miroir embué où elle s’applique à hydrater sa peau à l’aide de sa crème de nuit. Elle en profite pour vider sa trousse de toilette et installer ses produits sur les étagères. Effleurant son maquillage du bout des doigts, elle hésite un instant, observe dans son reflet les yeux trop grands, les cils trop clairs, la lèvre inférieure trop pulpeuse par rapport à la supérieure. Peut-être que j’pourrais juste mettre un peu de mascara ? Elle s’y applique discrètement, succombe à l’envie d’ajouter une touche de rouge sur ses joues, puis sur ses lèvres… avec un soupir vaincu, elle finit par rendre les armes et s’empare de son eye-liner pour tracer d’une main experte le trait dont elle n’ose jamais se départir. Quitte à lui faire un massage un peu sexy, autant que j’sois un peu jolie, elle songe avec un petit froncement de sourcils contrarié avant d’enfiler son pyjama.

Les cheveux encore humides et les mains encombrées d’un sèche-cheveux, elle retourne dans la chambre et cherche Sid des yeux avant de le trouver confortablement enfoncé dans un fauteuil, son carnet à la main. « Tu dessines quoi ? » Un petit sourire curieux et attendri au coin des lèvres, elle s’assoit sur l’accoudoir et glisse un bras derrière sa nuque pour mieux regarder le croquis par-dessus son épaule. Comme à chaque fois, elle est soufflée par l’assurance des lignes harmonieuses, la beauté des ombres, l’attention portée aux nervures décorant chaque pétale. « T’es doué, tu pourrais en faire ton métier, tu sais ? » Elle plaisante en laissant courir ses doigts le long de la plume qui décore son cou pour revendiquer son attention. Il s’exécute avec un petit soupir, hausse un sourcil vaguement arrogant tandis que ses lèvres esquissent un sourire délicieusement incertain. Du bout des doigts, elle trace le contour de sa mâchoire et s’arrête sous son menton tandis qu’elle se penche pour l’embrasser. « J’ai fini, tu peux y aller. » Encouragement furtif soufflé contre ses lèvres tandis qu’elle se dérobe avant qu’il n’ait le temps de la rattraper pour la faire basculer sur ses genoux. « Je t’attends... » Elle lance par-dessus son épaule, lui adresse une œillade pleine de promesses avant de faire mine de se désintéresser de lui pour brancher son séchoir. Ce n’est que bien après son départ, en brossant ses cheveux ébouriffés par la chaleur, qu’Aisling prend conscience de ce qu’il dessinait. Son bouquet de tournesols colorés, sensuellement esquissé du bout des doigts sur son flanc dénudé comme pour flirter avec les flammes du désir qui la consumait. Traversée par un frisson aussi agréable que lancinant, elle lâche vivement le manche en bois et se précipite sous ses draps. Le cœur battant à tout rompre, la nervosité pulsant dans ses veines, les bras enroulés autour de la couette comme pour protéger sa pudeur. Ses grands yeux rivés sur la porte, elle guette le retour du seul homme à avoir jamais éveillé en elle de tels émois. Le seul, aussi, à détenir le pouvoir de les apaiser.





you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 873483867:
 


Dernière édition par Aisling Hayes le Mar 13 Avr 2021 - 23:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 RRmAP6la_o
POSTS : 1501 POINTS : 30

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
RPs EN COURS : [5/5] aisling #13aisling #14aisling [r.a.]lily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | fb #1 | email #1 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : alegria (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : billy, le plongeur-hackeur paumé • laoise, l'artiste peintre
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptyLun 12 Avr 2021 - 4:42



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 TxSjJZFA_oGood food
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 MzoxHe1q_oSelfie time
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 5cQCberM_oWilderness


Day 2: You feel like Heaven
with my eyes closed
We gotta be fast, we were born out of time, born out of time and alone. And we'll never be as young as we are right now, running away and running for home, running for home. • Lost Boys and Golden Girls, Meat Loaf

Les bras d’Aisling remontent le long de son dos jusqu’à se nouer autour de son cou. Elle s’écarte une fraction de seconde avant de se rapprocher à nouveau de lui, comme une vague irrémédiablement attirée par la plage sablonneuse. « J’en dis qu’ça m’fait vraiment très envie, » souffle-t-elle en caressant le bout de son nez du sien. Il sourit tout contre ses lèvres, captivé par les étincelles de désir qui flambent dans ses grands yeux. « Faut qu’tu sois sûr aussi, après tout. » Distrait par sa bouche qui capture la sienne, il se garde bien de préciser qu’il est déjà certain de préférer faire courir ses mains sur sa peau plutôt que sur n’importe quelle autre surface, et se contente de pousser un grondement intéressé en sentant la caresse acérée de ses dents sur sa lèvre. Mettant fin à son massage, il l’entoure de ses bras et la serre tout contre lui. Avec une petite moue incertaine, elle ajoute : « Et peut-être qu’après, j’pourrais reprendre ton massage là où on s’était arrêtés ? » Sur ses traits délicats, il reconnaît la même nervosité qui teintait sa confidence de ce matin. Plus que jamais convaincu que sa suggestion est moins innocente qu’il n’y paraît, Sid l’accueille avec intérêt. Touché pourtant par son air intimidé quand elle se détourne, il frôle son front de ses lèvres avec tendresse comme pour la rassurer silencieusement. « Ça te dérange si j’y vais en premier ? J’ai un peu froid et puis faut vraiment que j’me lave les cheveux... » S’il connaît bien la nature frileuse de sa copine, il s’étonne encore qu’elle puisse frissonner ainsi malgré la température plus que clémente de la pièce et la chaleur partagée de leurs corps pressés l’un contre l’autre. Compréhensif, il hoche néanmoins la tête avec un petit sourire. « Vas-y, j’peux attendre mon tour. » Un instant, il envisage de lui proposer de faire d’une pierre deux coups et d’y aller ensemble avant de se raviser. Après tout, elle a peut-être envie d’un moment de tranquillité. Avant de la laisser partir, il la retient encore un peu, le temps de lui voler un baiser rempli de promesses.

Il connaît assez bien Aisling pour savoir qu’elle aura au minimum besoin d’une vingtaine de minutes dans la salle de bain pour exécuter sa routine de fin de journée. Il n’a pas particulièrement envie de s’étendre sur le lit propre alors qu’il porte encore ses vêtements de la journée et qu’il n’a pas eu l’occasion de se laver. Il décide donc de déplacer son sac de voyage et de le poser sur la petite table à côté du fauteuil. De la pochette de son sac dans laquelle il a rangé le matériel qu’il a apporté avec lui, il sort un petit carnet souple et son étui, dans lequel il pige un crayon de graphite bien aiguisé, puis il s’installe dans le fauteuil. Une jambe repliée sur l’autre, son carnet posé en équilibre sur sa cuisse, il trace une longue ligne fine, un peu au hasard. Inspiré par la forme courbée qui lui rappelle un pétale, il en trace une autre en face, identique. Le frottement délicat de la mine de son crayon sur le papier crémeux l’apaise, l’aide à faire le vide dans son esprit malmené par toutes les émotions de la journée. Même s’il a déjà été confronté à des souvenirs qu’il ne s’attendait pas forcément à retrouver, il ressent un certain optimisme à l’idée de plonger dans son passé en compagnie d’Aisling. Il sent qu’avec elle, il n’a pas à craindre les vestiges de son enfance douloureuse, qu’elle saura toujours trouver comme ce soir les bons mots pour l’empêcher de sombrer dans les abysses de sa mémoire. Ça ne l’empêche pas d’être heureux qu’ils aient prévu de passer une journée tranquille à la plage demain pour se remettre du voyage. Il espère aussi que ça lui permettra d’emmagasiner la sérénité dont il aura besoin pour bien vivre ce pèlerinage dans le quartier de son enfance qui ne s’annonce pas de tout repos.

Amusé mais pas particulièrement surpris, il constate que les pétales qu’il traçait sans but particulier se sont transformés en tournesol. Rêveur, il trace du plat de la mine l’ombrage qui insufflera un peu de vie et de dimension dans son croquis en imaginant l’autre bouquet de fleurs qu’il a esquissé la veille sur la peau humide d’Aisling. Comme invoquée par ce souvenir agréable, elle réapparaît dans la chambre. « Tu dessines quoi ? » Se désintéressant un instant de son travail, il tourne la tête dans sa direction. Elle s’est changée et a enfilé un pyjama léger dont les bretelles fines découvrent ses épaules et le creux de sa clavicule où il aime tant poser ses lèvres. Du coin de l’œil, il suit le mouvement de ses longues jambes tandis qu’elle s’approche de lui, précédée par l’effluve floral de ses produits de bain. Elle s’installe sur le bras du fauteuil et passe le sien autour de ses épaules. Sans cesser de dessiner, il tourne légèrement le carnet vers elle pour qu’elle puisse voir le croquis. « T’es doué, tu pourrais en faire ton métier, tu sais ? » Convaincu par la chatouille de son doigt qui court sur la plume qui décore son cou, il consent finalement à se détacher de son œuvre et lève la tête vers elle. « Tu crois ? J’y avais jamais pensé, » rétorque-t-il avec un petit sourire. La caresse assurée de sa main sur sa mâchoire le tire complètement de sa bulle artistique et le ramène à elle. Il lui rend son baiser sans pouvoir résister à l’envie de poser sa main sur son genou. Avant qu’il n’ait pu la faire courir vers sa cuisse, elle s’écarte déjà pour lui souffler : « J’ai fini, tu peux aller. » D’un bond agile, elle se relève et s’éloigne comme si elle avait senti qu’il risquait d’ignorer l’appel de la douche pour répondre à celui de ses courbes. « Je t’attends… » Cédant à la promesse implicite cachée dans ce murmure, il se penche par-dessus le bras du fauteuil pour fouiller dans son sac et en sortir sa trousse de toilette ainsi qu’un boxer propre. Il ignore sciemment le pantalon de pyjama qui trône au sommet de la pile de vêtements. Il n’a jamais particulièrement aimé en porter pour dormir et comme ce soir il n’a qu’à passer d’une pièce à l’autre pour se doucher, il ne voit pas l’utilité d’en mettre. D’autant plus que ça ne ferait que les gêner si Aisling décide bel et bien de poursuivre son massage de la veille comme elle l’a suggéré.

Plus allumé par cette idée qu’il ne voudrait l’admettre, il traverse la chambre et entre dans la salle de bain. Il remarque aussitôt qu’Aisling a soigneusement aligné ses produits sur la petite étagère au-dessus du lavabo. Soucieux de ne pas encombrer de son désordre cet environnement qui leur appartient à tous les deux, il l’imite et range sa propre collection, du reste beaucoup petite, à côté de la sienne. Il se dénude dans la pièce encore remplie de la vapeur résiduelle provenant de la douche d’Aisling et suspend ses vêtements à un porte-serviette à côté de la toilette. Influencé par l’atmosphère vaguement étouffante de la pièce, il règle la température de la douche pour qu’elle soit plus tiède que chaude et se glisse dans la cabine. Le visage tourné vers le jet, il incline la tête pour laisser l’eau mouiller sa chevelure. En faisant mousser son gel douche sur sa peau, il retient d’une main de fer ses pensées, les empêche de s’égarer vers le reste de la soirée et ce qui pourrait se produire. Car s’il sait très bien ce qu’il espère, il n’a pas oublié les émotions changeantes qui dansaient dans le regard d’Aisling après leur rapprochement sous la douche de la veille, ni la façon dont elle s’était accrochée à lui pendant de longues minutes après. Il préfère ne pas avoir d’attente précise en retournant dans la chambre et se laisser porter par les événements plutôt que d’essuyer une déception en s’imaginant un scénario détaillé qui pourrait ne pas se réaliser. Ça ne l’empêche pas d’être rempli d’une certaine fébrilité lorsqu’il émerge de la douche. Après avoir épongé le plus gros de l’eau qui ruisselait sur son corps, il s’enroule dans une énorme serviette moelleuse qui, contrairement à la majorité des serviettes fournies dans les hôtels, réussit véritablement à protéger sa pudeur. Debout devant le lavabo, il effectue son petit rituel du soir et termine en tentant de son mieux de placer du bout des doigts les mèches folles qui se dressent sur sa tête. Malheureusement, il n’a pas le talent d’Aisling pour dompter sa tignasse. Il se console toutefois en se disant qu’elle a un faible manifeste pour son look décoiffé. Une fois à peu près satisfait du résultat, il troque la serviette pour son boxer noir et la place à côté de celle de sa copine sur un crochet en métal vissé à la porte principale de la salle de bain. Enfin, il récupère la barre de massage qui reposait dans son sachet de papier sur l’étagère.

En franchissant le seuil de la porte, il s’immobilise en voyant la silhouette d’Aisling étendue sous les draps. La couette remontée jusqu’à son menton, elle le dévisage d’un air si intense qu’il n’est pas certain de savoir si elle a envie de lui sauter dessus ou de se sauver en courant. Après un instant d’hésitation, il s’approche à pas feutrés du lit. « J’espère que c’était pas trop long de m’attendre, » dit-il avec un sourire en posant la barre de massage sur la table de nuit. Les doigts recourbés autour des draps, il les soulève pour s’étendre sur le matelas à côté de la jeune femme. Heureux d’avoir toute la place qu’il lui faut ce soir pour s’étirer sans être confiné par les murs du camping-van, il soupire de bonheur. Sentant le regard d’Aisling toujours posé sur lui, il se tourne sur le côté et lui tend les bras pour l’inviter à le rejoindre. Sans se faire prier, elle glisse timidement vers lui jusqu’à ce que leurs corps soient pressés l’un contre l’autre et leurs jambes entremêlées. Elle pose une main sur le flanc de Sid, le caresse d’un pouce nerveux. Il ne résiste pas à l’envie de l’imiter et laisse ses doigts se faufiler sous le tissu fin de son haut pour flâner sur sa peau chaude. Le visage incliné vers elle, il effleure son nez du sien avant de capturer ses lèvres. Le baiser est fougueux et tranquille tout à la fois, chargé d’une passion qui s’éveille doucement. Peu à peu, Aisling se détend contre lui. À chaque nouvelle caresse de sa bouche contre la sienne, à chaque nouvelle arabesque qu’il dessine sur son épiderme et qu’elle reproduit sur son corps, elle se fond un peu plus dans leur étreinte. Le souffle un peu rauque, il s’écarte et plonge avec volupté dans son regard, fasciné par l’étincelle de désir qui y brûle et fait écho à ce qu’il ressent. « J’sais pas pour toi, mais j’crois qu’il est temps de résoudre la question une bonne fois pour toutes… » souffle-t-il avec un sourire charmeur. Profitant de leur étreinte pour entraîner la jeune femme avec lui, il bascule sur le dos de façon à ce qu’elle se retrouve à moitié étendue sur lui, un bras toujours placé en travers de son torse et son visage enfoui dans son cou. « Ça va comme ça ? » Elle fait signe que oui. Rassuré de la savoir confortable, il étend le bras pour attraper la barre de massage.

Un ricanement amusé s’échappe de ses lèvres lorsqu’il constate que l’une des fesses du moulage semble subir le contrecoup de leurs dernières séances d’exploration sensuelle. « T’as remarqué ? Il a le derrière bancal. Ça te donne déjà un sacré avantage dans la course… » Il devine plus qu’il n’entend le petit rire qui secoue Aisling tandis qu’il enduit ses mains de l’huile parfumée. Lorsqu’elles lui semblent suffisamment glissantes, il introduit ses paumes sous le débardeur à pois. Il caresse d’abord légèrement la surface plane de son dos pour préparer sa peau, puis se concentre éventuellement sur sa chute de rein, où il reprend les mouvements lascifs qu’il y appliquait tout à l’heure, avec cette fois un peu plus de force pour délier pleinement les muscles raidis par le long voyage. Lentement mais sûrement, il se rapproche de ses épaules. Vaguement gêné par son pyjama, il regrette de ne pas lui avoir suggéré de l’enlever mais ne peut se résoudre à la déranger dans ce moment de détente maintenant qu’il s’est lancé. Il contourne donc habilement les bretelles pour soulager le haut de son dos de sa tension. Encouragé par son corps qui repose, parfaitement relâché contre le sien, il descend jusqu’à ses flancs, les parcourt en remontant graduellement jusqu’à effleurer le renflement de ses seins. Étonné par le calme avec lequel elle accueille ses caresses alors qu’elle a plutôt l’habitude de frémir d’anticipation chaque fois qu’il se montre un peu plus entreprenant, il est pris d’un doute et tend le cou aussi délicatement que possible pour tenter d’apercevoir son visage. Les yeux fermés, le visage décontracté et la joue adorablement écrabouillée là où elle est appuyée contre son torse, Aisling dort, vaincue par la fatigue du trajet. Amusé par la tournure des événements qui n’est pas sans lui rappeler la façon dont il s’est lui-même cavalièrement endormi la veille, il reprend son massage sur sa nuque avec un petit sourire attendri. Quand il a terminé, il tend le bras pour éteindre la lampe posée sur la table de nuit, plongeant la pièce dans la pénombre. « Bonne nuit Leen, » souffle-t-il à son oreille même si elle est déjà partie depuis longtemps au pays des rêves, avant de poser un baiser au sommet de sa tête. Enfin, il ferme lui aussi les yeux. Porté par la vague de bien-être que lui apporte la présence de sa copine blottie contre lui, il sombre à son tour dans un sommeil paisible.





just kiss me in the dark
maybe i’m just as scared as you. it's alright, stay by my side on the edge of everything we know. it's alright, just don't look down and i will hold on and never let go. you're right beside me, so just close your eyes, i'll never let go. you're all that i need, so just close your eyes. • close your eyes, rhodes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2MiNnPz
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 U7mh
POSTS : 1236 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]LaoisePhoenix [3]

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Sid [f.b.2] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptyMer 14 Avr 2021 - 3:05



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Zzmssleeping cutie
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Vor0let's explore
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Krsptogether <3


Day 2: photograph each day so we can live forever
Let me photograph you in this light in case it's the last time we might be exactly like we were. Before we realized we were scared of getting old. It made us restless. It was just like a movie, it was just like a song.

Le cœur battant et les doigts contractés autour des draps frais, Aisling tend l’oreille pour mieux discerner les sons étouffés en provenance de la salle de bain. L’eau de la douche qui s’écoule puis se coupe, les pas de Sid sur le sol, le froissement de la serviette, le tintement de sa brosse à dents contre le verre. Une nuée de petits bruits distinctifs lui permettant de visualiser l’avancée de son rituel nocturne. Enfin, la porte de la salle de bain s’ouvre et l’instant d’après sa silhouette se découpe à l’entrée de la chambre. Incapable de se détourner, son regard s’égare sur la ligne tranchante de sa clavicule, suit les dessins sombres ancrés sur son torse, glisse le long de ses abdos qu’elle aime tant recouvrir de sa paume, erre encore plus bas, s’arrête avant d’atteindre les jambes fuselées. Les joues brûlantes, elle relève vivement les yeux pour les plonger dans ceux de son copain. Un éclair d’incertitude traverse les siens tandis qu’il suspend son mouvement. Puis ses épaules se détendent et il s’approche du lit sans un bruit. Le corps tendu par une angoisse qu’elle ne s’explique pas, Aisling l’observe en silence sans oser esquisser le moindre mouvement. « J’espère que c’était pas trop long de m’attendre. » La profondeur de sa voix et la douceur de son sourire réchauffent son cœur et s’écoulent dans ses veines comme pour faire doucement fondre l’appréhension qui glaçait ses membres. « Surement moins que moi, j’viens tout juste de m’glisser sous les draps. » Elle réplique avec un petit sourire, sans parvenir à relâcher sa prise sur la couette, même quand Sid la soulève pour la rejoindre comme il l’a fait des centaines de fois au cours des derniers mois. Pourtant, l’irlandaise ressent une étrange pudeur à l’idée de se couler contre son corps. Comme si, après lui avoir fait miroiter la promesse de lui offrir du plaisir, ces gestes autrefois si naturels lui échappaient, ensevelis sous une brume de nervosité et d’envies à peines avouées, pas encore totalement assumées. Le tatoueur, à l’inverse, ne semble pas perturbé le moins du monde et Aisling lui envie son flegme alors qu’il s’étire en soupirant de contentement à ses côtés. Mais comment tu peux être aussi calme ? Comme pour lui répondre, il se tourne vers elle et l’invite à se blottir dans ses bras. Rassurée par ce rituel instauré depuis des années, elle se faufile précautionneusement sous les draps pour se pelotonner contre son torse. Ses bras se referment dans son dos, l’enveloppent dans une étreinte chaude et rassurante. Encouragée, Aisling place une paume contre son flanc et glisse une cuisse par-dessus sa jambe, savourant la sensation grisante de sa peau contre la sienne.

Contre toute attente, Sid n’ébauche pas le moindre geste pour faire basculer leur étreinte innocente sur le chemin qu’elle se proposait d’emprunter. Peut-être qu’il a pas compris… Vaguement embêtée, elle se mordille les lèvres en laissant un pouce courir sur sa peau comme pour l’interroger silencieusement. Sa main lui répond aussitôt en recouvrant sa taille avant de s’insinuer sous son débardeur. Avec une assurance nimbée de patience, il éveille doucement sa peau qui frémit sous la tendresse de ses doigts. Guidée par la caresse de son nez contre le sien, Aisling relève le menton pour lui offrir ses lèvres dont il s’empare aussitôt. Il l’embrasse avec douceur et volupté, attise les braises d’une passion qu’elle libère instinctivement. Ses doigts remontent le long de son échine, s’égarent parmi les mèches courtes sur sa nuque, retombent à défaut de pouvoir s’y enrouler, se contractent autour de ses épaules. Sa paume explore la surface lisse de son dos, se loge au creux de ses reins pour le retenir tout contre elle. La caresse sensuelle de sa langue, la mélodie de son souffle hachuré et l’assurance de ses mains apprivoisant ses courbes ont raison de ses réticences. Une petite plainte étouffée lui échappe alors qu’il s’écarte. Le regard embué de désir, elle entrouvre les lèvres pour le supplier de les reprendre. « J’sais pas pour toi, mais j’crois qu’il est temps de résoudre la question une bonne fois pour toutes…  » La question ? Confuse, Aisling plonge dans le ciel nocturne de ses yeux, trouve parmi les étoiles rieuses qui y pétillent le sens de ses paroles. Séduite par son sourire, elle répond d’un petit hochement de tête songeur. « J’suis toute à toi. » Elle murmure du bout des lèvres, grisée par le sentiment de vulnérabilité infusé de confiance qui s’empare d’elle à l’idée de s’abandonner entre ses mains. Comme pour estimer le poids de cette responsabilité, Sid resserre son étreinte autour de sa taille et roule sur lui-même, l’entraînant avec lui. Les yeux écarquillés de surprise, Aisling laisse échapper un petit cri, étouffé dans un rire alors qu’elle se retrouve allongée sur son corps, le visage confortablement enfoui dans le creux de son cou. « Ça va comme ça ? » La caresse de sa voix basse à son oreille fait couler un frisson délicieux le long de son échine. « C’est parfait. » Elle souffle tout contre sa peau, soulagée de pouvoir y presser ses lèvres à défaut de pouvoir atteindre les siennes.

Distraite de sa tendre offensive par le ricanement qui secoue sa poitrine, Aisling jette un coup d’œil hors de sa cachette pour constater que la barre de massage dont Sid vient de s’emparer semble être à l’origine de son hilarité. « T’as remarqué ? Il a le derrière bancal. Ça te donne déjà un sacré avantage dans la course… » Amusée par l’idée, elle laisse échapper un petit rire espiègle en visualisant le fessier disproportionné de leur concurrent improvisé. C’est ma faute, j’aurais dû acheter une de leurs petites boites pour la transporter sans l’écraser. La pensée naît dans son esprit et fond sur sa langue avant d’avoir eu le temps de se transformer en mots qui lui demanderaient trop d’efforts. L’instant d’après, les paumes huilées de Sid pénétrant sous son débardeur lui procurent un tel bien-être qu’elles lui ôtent instantanément toute envie de discuter. Roucoulant de bonheur en sentant ses grandes mains recouvrir la surface de son dos, Aisling laisse échapper un petit soupir plaintif lorsque ses doigts se logent au creux de ses reins pour pétrir sa chair et détendre ses muscles douloureux. La pression assurée, plus ferme encore que tout à l’heure, fait naître une pointe de désir dans son bas ventre. Les dents négligemment plantées dans sa lèvre inférieure pour lutter contre l’envie de se cambrer dans son étreinte, Aisling se prend à espérer que ses mains se détournent de leur sages desseins et glissent jusqu’à ses fesses pour en mordre la chair et la presser tout contre son corps. Mais Sid reste concentré sur sa tâche, inconscient du désir ardent que chacune de ses caresses éveillent en elle alors qu’il remonte consciencieusement vers ses épaules. Ivre de volupté, l’esprit baigné de jolies images et de scénarios d’autant plus délicieux qu’ils ne semblent pas sur le point de se réaliser, Aisling se laisse bercer par le mouvement fluide de ses mains, la chaleur de son corps, le rythme profond et régulier de sa respiration. Les paupières closes, elle inspire son odeur boisée, celle qui lui manque tant chaque fois qu’elle se glisse seule entre ses draps glacés. Mais pas ce soir. Un sourire de contentement sur son visage détendu, elle lutte contre le sommeil qui cherche à s’infiltrer dans ses membres et brouille ses pensées. Quand il devient évident qu’elle n’a plus la force de le repousser, elle se laisse emporter, confiante de pouvoir remettre son corps entre les mains de son copain tandis que son esprit s'envole voguer dans l’obscurité reposante d’une nuit dénuée de rêves mais remplie de sensations.  





you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 RRmAP6la_o
POSTS : 1501 POINTS : 30

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
RPs EN COURS : [5/5] aisling #13aisling #14aisling [r.a.]lily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | fb #1 | email #1 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : alegria (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : billy, le plongeur-hackeur paumé • laoise, l'artiste peintre
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptySam 17 Avr 2021 - 4:02



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 RegnxILG_oIt’s a
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Q6fQDScC_operfect day
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Kcrw2Ntn_ofor letting go


Day 3: I think we're alone now
Running just as fast as we can, holding on to one another hands, trying to get away into the night and then you put your arms around me, and we tumble to the ground and then you say, “I think we’re alone now, there doesn't seem to be anyone around. I think we’re alone now, the beating of our hearts is the only sound.” • I Think We’re Alone Now, Billie Joe Armstrong

L’océan est délicieusement frais là où il étreint son corps réchauffé par les rayons du soleil australien. Les yeux fermés, les bras en croix, Sid se laisse bercer par le roulis délicat des vagues en se concentrant sur les nuances orangées qui dansent derrière ses paupières. De temps à autres, des cris d’enfant ou les jappements d’un chien lui parviennent, mais la plupart des sons qui l’entourent sont étouffés par l’eau. Serein, il savoure la tranquillité de cet après-midi qui frise la perfection. La matinée aussi a été des plus agréables. Contrairement à la veille, où ils s’étaient levés très tôt pour éviter de trop retarder leur arrivée à Melbourne, ils ont pris leur temps. Blottis l’un contre l’autre, ils ont ignoré le soleil qui tentait de les tirer du lit jusqu’à ce qu’ils cèdent enfin aux gargouillements impatients de leur estomac… mais pas avant d’avoir échangé plusieurs longs baisers tranquilles et quelques caresses délicieusement innocentes. Heureusement pour Sid, leur hôte leur a fourni quelques produits essentiels, notamment de quoi préparer du thé et du café, ce qui lui a évité de devoir survivre à une deuxième longue balade avant de pouvoir fournir à son corps la dose de caféine qu’il réclame pour fonctionner. Puis, malgré l’appel quasi irrésistible de la plage qui semblait les narguer par la fenêtre de la cuisine, ils ont décidé de se montrer un peu raisonnables et d’aller faire quelques courses. En se promenant dans les allées du supermarché, le panier au bras et sa main dans celle d’Aisling qui le guidait, il n’avait pu s’empêcher de trouver un certain charme à cette corvée domestique qu’ils réalisaient pour la première fois à deux. Car s’ils ont déjà fait quelques achats ensemble, par exemple des croquettes pour leurs félins, ils ne l’avaient jamais fait pour plusieurs journées. Et s’ils s’en sont assez bien tenus à la liste qu’ils ont préparée en mangeant les restes de leurs take-away de la veille, Sid a tout de même remarqué les deux sachets d’oursons en gelés qu’Aisling a glissé en douce dans leur panier.

À force de rester immobile, il commence à avoir un peu froid malgré la chaleur du soleil qui plombe sur son torse. Un frisson particulièrement désagréable lui remonte l’échine et le convainc de se remettre en mouvement. Il se redresse donc jusqu’à se tenir à la verticale. En agitant les jambes pour rester à la surface, il repousse les mèches désordonnées qui lui collent au front. Il y a un bon moment déjà qu’il se laissait flotter comme ça au gré des vaguelettes et il est un peu parti à la dérive, assez pour que la bouée licorne d’Aisling, pourtant énorme, ait considérablement rapetissé à l’horizon. En comparaison avec les couleurs vives des articles de plages des autres baigneur, l’animal fantastique gonflable détonne avec son plastique noir lustré. Ça n’a pas empêché une gamine qui courait sur la plage de s’arrêter net pour les observer la mettre à l’eau, la bouche grande ouverte et les yeux ronds d’envie, avant de se remettre à galoper en direction de ses parents pour en réclamer une. Malgré la distance, il aperçoit facilement la silhouette d’Aisling qui prend du soleil, étendue en travers de sa bouée. Elle semble si sereine qu’il aurait presque l’impression qu’elle dort, n’eût été de sa main qui s’agite mollement dans les vagues. Traversé par l’envie de troubler sa quiétude, il esquisse un sourire fourbe en s’approchant lentement d’elle. Prudent, il s’assure de faire le moins de bruit possible pour ne pas se faire surprendre. Une fois tout près de la bouée, il se redresse et, du plat de la paume, repousse l’eau pour arroser généreusement sa copine. Sa réaction est immédiate : elle sursaute en poussant un cri suraigu, visiblement surprise par la douche froide. Quand elle a repris ses esprits, elle lui lance un regard noir. Se mordant la lèvre pour s’empêcher de rigoler, il tente d’avoir l’air aussi innocent que possible. « J’craignais que t’aies un peu trop chaud au soleil sur ta bouée noire. J’voulais juste te rendre service moi… » Elle n’en croit pas un mot et il la connaît trop bien pour ne pas se rendre compte que le sourire enjôleur qui s’étire sur ses lèvres rosées n’est pas une offrande de paix, mais une déclaration de guerre. D’un mouvement vif, elle se retourne sur le ventre et l’asperge d’eau à son tour. Pas en reste, il riposte sans hésiter et bientôt, ils échangent un feu roulant d’attaques ponctuées de rires et de petits cris qui ne font que redoubler leur hilarité.

Peut-être distraite par l’intensité de leur bataille aquatique, Aisling dérape sur le plastique lisse rendu glissant par l’eau qui s’y est accumulée et tombe tête première par-dessus bord en éclaboussant sans pitié Sid. Profondément amusé par son air horrifié, il ne peut s’empêcher de s’esclaffer. Sa gaieté est toutefois de courte durée. Ses derniers éclats de rire se meurent sur ses lèvres tandis qu’il constate que l’eau déplacée par la chute de la jeune femme s’est refermée et qu’aucun bouillonnement n’indique qu’elle est sur le point de remonter à la surface. Les sourcils froncés d’inquiétude, il nage nerveusement sur place en essayant de comprendre ce qui se passe. S’est-elle cogné la tête ? L’eau est pourtant bien assez profonde pour lui permettre de plonger, Sid lui-même n’arrive pas à toucher le fond. Si ce n’est pas ça, qu’est-ce qui peut bien l’empêcher de remonter à la surface ? Brusquement, tout s’éclaire. Il la revoit s’avancer à petits pas dans l’eau, rester sagement là où elle avait pied et ne finalement décider de se risquer à le rejoindre plus loin qu’une fois bien accrochée à sa bouée. Putain, elle sait pas nager ! Ne faisant ni une ni deux, il prend une grande inspiration et plonge. Les yeux grands ouverts malgré la brûlure de l’eau salée, il repère à travers l’eau crystalline la silhouette sombre et embrouillée d’Aisling qui s’agite dans tous les sens. En deux puissants coups de bras, il l’a rejointe et il enroule un bras autour de sa taille pour la tirer vers le haut. Un instant, elle se débat contre son emprise, jusqu’à ce qu’elle comprenne ce qu’il essaie de faire et s’accroche plutôt à lui comme un koala.

Ensemble, ils crèvent la surface. Aisling avale aussitôt une grande goulée d’air qui se dissout rapidement en une quinte de toux qui semble douloureuse mais pas dangereuse, aussi Sid se concentre-t-il sur son but premier : les ramener plus près du rivage, là où ils auront pied. Seulement soulagé lorsqu’il sent le sable sous ses orteils, il continue d’avancer jusqu’à ce qu’il ait de l’eau jusqu’à la taille et qu’Aisling, toujours accrochée à lui, soit plus ou moins au sec. Un bras glissé sous ses fesses pour la soutenir comme lorsqu’ils dansent, il lève son autre main vers le visage de sa copine pour dégager son visage en repoussant les mèches qui lui collent aux joues. Le maquillage qu’elle tenait absolument à porter même s’ils planifiaient d’aller patauger dans l’océan n’a évidemment pas survécu à son plongeon inopiné. De longues coulisses noires coulent sur ses joues comme des larmes d’encre et lui donnent un air de panda terrifié. Il pousse un long soupir en promenant un regard inquiet sur elle. « Ça va ? » À part sa frayeur évidente, elle ne semble pas trop mal en point. Le cœur de Sid, en revanche, n’est visiblement pas au courant que le danger est passé et bat encore violemment la chamade dans sa poitrine. « Bordel Aisling, tu m’as fait tellement peur ! » Heureusement, il y a véritablement eu plus de peur que de mal. Le tatoueur sent néanmoins sa poitrine se comprimer inconfortablement à l’idée de ce qui a failli se produire. L’air gênée, elle essaie d’éviter son regard, mais il n’a pas envie de jouer à ce petit jeu et il profite de sa main toujours posée sur sa joue pour l’obliger délicatement à relever le menton jusqu’à ce que leurs yeux se rencontrent. « À quel moment tu comptais m’dire qu’tu sais pas nager ?! » Il a conscience qu’il a sûrement parlé un peu trop fort, un peu trop brusquement. Cependant, il ne s’est pas encore assez remis de ses émotions pour se permettre d’y aller plus délicatement. Pas quand il a sérieusement eu peur de la perdre. Et encore moins quand tout ça aurait pu facilement être évité si elle lui avait mentionné ce petit détail plus tôt.





just kiss me in the dark
maybe i’m just as scared as you. it's alright, stay by my side on the edge of everything we know. it's alright, just don't look down and i will hold on and never let go. you're right beside me, so just close your eyes, i'll never let go. you're all that i need, so just close your eyes. • close your eyes, rhodes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2MiNnPz
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 U7mh
POSTS : 1236 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]LaoisePhoenix [3]

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Sid [f.b.2] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptyMer 21 Avr 2021 - 4:59



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Le06sun kissed
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 P0g7ocean eyes
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Wkqmsalty lips


Day 3: you make loving fun
Tonight with the sea and the salty breeze, the warmth of your skin under my finger tips. Tonight with the scent of your black hair and the salt of your sweat on my lips. Your hands they move like waves over me. Beneath the moon, tonight, near the sea

Les yeux fermés, le visage à l’ombre de sa bouée licorne gothique, Aisling savoure la caresse brûlante du soleil sur sa peau de porcelaine. Un petit sourire aux lèvres, elle se remémore avec volupté la douceur et l’assurance des mains de Sid alors qu’il appliquait consciencieusement la crème solaire sur ses membres pour protéger ses tatouages, une mission qui n’a pas manqué d’éveiller une agréable langueur dans son corps et se serait probablement terminée de façon bien moins innocente s’ils avaient été seuls sur le sable fin… ou si elle n’avait pas si hâte de tremper ses orteils dans l’eau claire. A défaut d’une étreinte passionnée, ils s’étaient contentés de regards espiègles et de baisers chastes, chargés de tendresse pour apaiser les braises de désir qui rougeoyaient tranquillement entre eux sans risquer de trop les attiser. Du bout des doigts, elle trouble la surface de l’eau en jouant avec ses reliefs huileux, sans trop se soucier de s’éloigner du rivage. Si elle a refusé de lâcher sa bouée dès l’instant où la cime des vaguelettes a dépassé la ligne de son maillot de bain pour lui lécher la taille, observer la progression de Sid lui a permis de constater que la pente est si douce que le fond ne devrait jamais être trop loin sous ses pieds. Il est passé où d’ailleurs ? La dernière fois qu’elle a laissé un regard langoureux errer dans sa direction, il nageait un peu plus loin dans les vagues, visiblement heureux de renouer avec l’océan de son enfance. Le rire aux lèvres et dans son cœur léger, elle s’était fait une joie de pouvoir assister à ces retrouvailles sans craindre de les troubler. Elle n’a cependant pas le temps de relever la tête pour caresser sa silhouette du regard cette fois-ci qu’un bruit suspect se fait entendre et une gerbe d’eau glaciale s’étale sur la peau brûlante de son ventre et de ses cuisses, contractant aussitôt ses muscles, son cœur et ses poumons. Un cri terrifié lui échappe et se transforme en feulement outragé quand ses yeux écarquillés repèrent la frimousse satisfaite et espiègle de son assaillant. « SID ! » La protestation s’échappe de ses lèvres entrouvertes par l’offense tandis que les éclairs de sa trahison irradient ses prunelles. « J’craignais que t’aies un peu trop chaud au soleil sur ta bouée noire. J’voulais juste te rendre service moi… » Il minaude, les sourcils redressés et un sourire éclatant d’innocence fendant son visage. Il est impossible de lui en vouloir quand ses grands yeux pâles pétillent de malice et ses joues se fendent ainsi de fossettes rieuses. Sa colère fond comme neige au soleil, mais pas son affront, qui réclame vengeance à travers le sourire doucereux étirant ses lèvres. « C’est vraiment trop gentil d’ta part. » Elle feint la candeur, se redresse délicatement pour mieux brouiller les pistes, en profite pour se retourner d’une vive rotation du bassin. Ignorant la morsure fraîche de l’océan sur son ventre, elle enfonce un bras sous sa surface sombre pour balancer une salve d’eau au visage de son copain. Hilare, il accuse le coup et le lui renvoie aussitôt, ce qui ne fait que décupler sa fureur. Un rire irrésistible enfle dans la gorge du tatoueur, qu’elle ne peut s’empêcher de partager entre deux cris aigus et quelques rugissements vengeurs.

Le désavantage de sa position couchée lui apparaît au cœur de la bataille. En plus de réduire l’amplitude de ses mouvements, elle offre bien trop de chair scintillante à son adversaire qui se fait un malin plaisir de l’arroser généreusement. Déterminée à corriger cela, Aisling se redresse dans le but de chevaucher vaillamment sa licorne. Au même instant, Sid envoie un dernier coup fatal dans sa direction et sa paume dérape sur le plastique lustré. Ignorant le sursaut de son cœur, Aisling refuse de s’avouer vaincue et profite plutôt de sa proximité soudaine avec les vagues pour y enfoncer son bras et lui adresser une ultime riposte. Déséquilibrée par son mouvement, elle bascule vers l’océan et ses jambes quittent le contact rassurant du plastique brûlant. Non ! Les yeux agrandis d’horreur, elle prend enfin la mesure du danger et a tout juste le temps d’avaler une gorgée d’air avant de se faire aspirer par l’eau sombre qui se referme sur son passage. Luttant contre l’affolement qui déferle dans ses veines, Aisling essaie de relativiser en se rappelant le plan élaboré dès l’instant où elle s’est accrochée à sa bouée. C’est pas profond, si j’tombe j’ai qu’à m’laisser couler et quand j’toucherai le fond j’pourrai prendre appui pour remonter. Mais quand ses orteils n’effleurent que le vide alors qu’elle continue de s’enfoncer vers les profondeurs insondables, une peur panique lui enserre les poumons. Ses bras s’agitent par réflexe, épuisent les maigres réserves d’oxygène stockées dans son corps pour lutter contre les algues qui s’enroulent autour de ses chevilles. Dans son angoisse, elle ne sait plus discerner le haut du bas, ni comment retrouver la surface scintillante qui semble s’éloigner. Soudain, un bras puissant s’enroule autour de sa taille. Le cœur d’Aisling tressaute dans sa poitrine et elle ouvre la bouche pour laisser échapper un cri. Des bulles s’en évadent, remplacées par l’eau qui s’engouffre dans sa gorge. Son instinct de survie reprend le dessus et elle la referme aussitôt, luttant contre l’envie de tousser ou aspirer l’air dont elle a désespérément besoin. C’est Sid. La pensée la transperce alors qu’elle reconnaît l’emprise de son bras, la sensation de son corps s’enroulant autour d’elle pour la protéger, la fermeté de ses mains. Une vague de calme l’envahit aussitôt et lui fournit la clarté d’esprit d’arrêter de se débattre pour s’accrocher à lui. Dès qu’elle cesse de s’agiter en vain, les mouvements de Sid gagnent en efficacité, et bientôt elle sent la pression qui s’exerçait sur ses tempes et ses oreilles réduire en dépit de l’eau glissant sur sa peau comme pour la retenir. Quelques instants plus tard, l’océan les libère enfin et l’air gifle son visage avant de s’introduire violemment dans ses narines et sa gorge pour dilater ses poumons comprimés. Suffocant, Aisling tousse pour tenter de recracher l’eau qui s’y était insinuée, les pupilles dilatées par l’angoisse et le cœur menaçant d’éclater.  

Le corps tremblotant et les serres enfoncées dans les épaules de son copain, elle se laisse entraîner sans opposer la moindre résistance. Elle refuse de lâcher prise, comme si ses cuisses emprisonnant sa taille n’avaient pas encore compris que sa survie ne dépend plus de leur capacité à y rester cramponnées. Alors elle reste blottie contre lui, même quand le niveau de l’eau baisse progressivement autour d’eux et que seules ses jambes et ses fesses trempent encore dans les vaguelettes, soutenues par le bras de Sid qui ne semble pas tellement plus pressé de la lâcher. Du bout des doigts, il repousse délicatement les mèches gluantes plaquées contre son visage. En contraste avec les émotions fortes qui l’étreignent encore, la tendresse de cette caresse fait naître un frisson le long de son échine. Un étrange tourment voile son regard océan alors qu’il la scrute comme pour s’imprégner de ses traits. Les sourcils froncés, il pousse finalement un long soupir dont les vibrations froissent son cœur et lui donnent envie de se réfugier dans le creux de son cou. Mais elle n’ose pas. « Ça va ? » Elle hoche mollement la tête, encore secouée par sa mésaventure et le ton un peu rauque de sa voix qui n’est pas sans lui rappeler d’autres sauvetages qu’elle croyait derrière eux désormais. « Bordel Aisling, tu m’as fait tellement peur ! » Les intonations coupantes enrobent d’amertume ce prénom qu’il n’utilise plus vraiment, insufflent dans ses paroles une distance qui lui glace le sang. Honteuse, l’irlandaise se pince les lèvres et baisse les yeux, soudain très intéressée par sa chaîne métallique qu’elle taquine du bout des doigts. Mais c’est sans compter la caresse de sa paume qui la ramène doucement à lui et l’encourage à soutenir son regard. Elle s’y soumet, troublée par les volutes d’inquiétude qui tournoient encore dans ses yeux clairs. « À quel moment tu comptais m’dire qu’tu sais pas nager ?! » Les mots claquent et la font tressaillir. Empreints de reproches. Empreints de peur, surtout. Elle a beau le savoir, son cœur se contracte nerveusement dans sa poitrine. « Sid, te fâche pas s’il te plait… » Elle bredouille d’une petite voix en faisant de son mieux pour empêcher sa lèvre inférieure de trembler. « J’suis désolée. » Désolée, désolée, désolée. Un murmure pour l’apaiser, tandis que ses yeux sautillent d’un iris océan à l’autre comme pour évaluer l’intensité de la tempête qui les assombrit. « J’pensais pas que j’en aurais besoin… j’restais là où j’avais pied et puis j’avais ma bouée et je- » Elle se coupe net, un éclat d’horreur traversant son regard tandis que le destin de sa précieuse licorne lui apparaît plus funeste encore que le sien. « Ma bouée ! Sid, on a oublié ma bouée ! » Elle se tortille dans ses bras pour tenter de l’apercevoir, mais la ligne d’horizon est désespérément bleue et aucune tâche sombre ne vient la troubler. Quant à son sauveteur, il n’esquisse pas le moindre geste pour s’en rapprocher et refuse tout bonnement de la libérer.

Elle va pour protester lorsqu’un couinement familier retentit dans son dos, accompagné d’une voix masculine. « C’est ça que vous cherchez ? » Resserrant inconsciemment son étreinte autour de son copain, Aisling se tourne dans la direction du bruit pour découvrir sa licorne des ténèbres bien en sécurité entre les mains d’un trentenaire aux yeux presque aussi sombres. « Euh… oui, merci. » Elle bredouille, à la fois confuse et rassurée. « Faut pas la lâcher sinon après… bah elle s’en va. » La touche de sagesse provient d’une gamine aux boucles blondes, princièrement installée sur l’animal gonflable qu’elle étreint avec tout le sérieux du monde. « C’est ma fille qui l’a vue partir à la dérive quand votre nana a failli se noyer. » Explique son père à Sid en ébouriffant son épaisse tignasse. Le cœur d’Aisling manque un battement et une tension désagréable engourdit son corps alors qu’elle prend peu à peu conscience de ce qui a failli se produire. « Elle a essayé de me convaincre de l’adopter avant d’accepter de vous la ramener… à condition que je vous demande si elle peut jouer avec quelques minutes. » Il esquisse une petite grimace d’excuse qui échappe à la fillette, trop occupée à fixer Aisling. « Oh ! Oui, bien sûr… » Elle bafouille en essayant d’occulter l'étrange trépidation qui crépite sous sa peau et brouille ses pensées. Comme s’il sentait son trouble, Sid enroule un bras autour de sa taille pour mieux la retenir contre lui et la fermeté de son étreinte diffuse aussitôt une chaleur rassurante dans ses veines. « J’ai ma propre bouée gothique alors tu vois j’peux bien t’prêter un peu ma licorne. » Un petit sourire espiègle se fraie un chemin sur son visage blafard tandis qu’elle laisse courir une paume sur l’épaule tatouée de Sid pour le désigner. Intriguée, la gamine braque ses grands yeux noisette sur le tatoueur et tend une main audacieuse vers les dessins ancrés dans sa peau quand son père intervient pour retenir son poignet d’un geste réflexe à la fois tendre et précis. « Hop ! Allez viens Scarlett, on va les laisser se remettre de leurs émotions. »

Les lèvres pincées d’amusement, Aisling les suit un instant des yeux avant de laisser son regard errer sur le visage de Sid, qui les observe toujours avec un sourire en coin. Sans qu'elle sache trop pourquoi, une boule d'émotions enfle dans sa gorge, mélange troublant de peur, d'affection et de douleur. « Tu m’as sauvée. » Elle souffle d’une voix un peu rauque, à peine audible. Et pourtant, il reporte aussitôt son attention sur elle, ses sourcils froncés alors qu’il la dévisage, les yeux brillants d’une intensité qui lui coupe le souffle. « Tu m’sauves toujours. » Elle soutient un instant son regard, les mains délicatement enroulées autour de son cou tandis que ses pouces caressent la ligne de sa mâchoire. Puis elle ferme les yeux et appuie tendrement son front contre celui de son copain pour mieux inspirer sa présence avant de se pencher pour l’embrasser. Il y a de la fragilité dans ses lèvres, une force rassurante dans celles de Sid. Patiemment, il la fait couler en elle pour chasser les tourbillons d’angoisse qui grésillent encore sous son épiderme. Un profond soupir allège ses poumons quand elle consent enfin à le laisser s’écarter. Sans esquisser le moindre geste pour tenter de regagner le sol, Aisling laisse ses doigts repousser les mèches sombres qui se sont égarées sur son front, dessiner le contour de ses pommettes hautes, suivre la ligne de son cou et s’aventurer dans le creux de sa clavicule. Inclinant la tête, elle va pour y presser amoureusement un baiser quand l’éclat d’une teinte imprévue vient troubler sa quiétude. « Mais mon Sid, t’es tout rouge ! » Elle souffle en effleurant la peau brûlante de son indexe. « On devrait retourner sur la plage, j’pourrais en profiter pour te mettre un peu d’crème solaire. » Malgré la gêne qui s’étale sur ses joues, elle s’oblige à croiser son regard pour tenter de lui faire comprendre à quel point elle est désolée de toujours se mettre en danger et de l’avoir encore fait flipper. « Pour m’faire pardonner, t’sais… »





you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 873483867:
 


Dernière édition par Aisling Hayes le Ven 23 Avr 2021 - 19:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 RRmAP6la_o
POSTS : 1501 POINTS : 30

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
RPs EN COURS : [5/5] aisling #13aisling #14aisling [r.a.]lily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | fb #1 | email #1 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : alegria (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : billy, le plongeur-hackeur paumé • laoise, l'artiste peintre
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptyVen 23 Avr 2021 - 5:11



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 RegnxILG_oIt’s a
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Q6fQDScC_operfect day
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Kcrw2Ntn_ofor letting go


Day 3: I think we're alone now
Running just as fast as we can, holding on to one another hands, trying to get away into the night and then you put your arms around me, and we tumble to the ground and then you say, “I think we’re alone now, there doesn't seem to be anyone around. I think we’re alone now, the beating of our hearts is the only sound.” • I Think We’re Alone Now, Billie Joe Armstrong

Dans ses bras, Aisling sursaute, le bouffe de ses grands yeux anxieux. « Sid, te fâche pas s’il te plaît… » Aussitôt radouci par son ton suppliant, il fait délicatement courir son pouce sur la courbe de son menton en cœur. « J’suis désolée. » Comme si c’étaient les mots magiques qu’il attendait, il se détend. Ses épaules se relâchent, sa mâchoire se décrispe. Soulagé de l’entendre admettre qu’elle s’est mise en danger, il pousse un petit soupir. « J’pensais pas que j’en aurais besoin… j’restais là où j’avais pied et puis j’avais ma bouée et je- » Un vague malaise vient lui pincer inconfortablement le cœur lorsqu’il songe qu’il a contribué à l’incident. Le risque était après tout minime tant qu’elle se faisait tranquillement bronzer sur sa bouée. S’il n’avait pas lancé les hostilités, elle n’aurait évidemment pas dérapé en tentant de se venger. Heureusement, il n’a pas le temps de se concentrer très longtemps sur cette réalisation désagréable, car le cri de surprise horrifié que pousse Aisling lui froisse les nerfs et le met en alerte. « Ma bouée ! Sid, on a oublié ma bouée ! » Elle s’agite dans ses bras pour lui échapper, mais il la retient prisonnière sans remords, douloureusement conscient qu’elle risque de s’élancer vers le large sans la moindre hésitation pour sauver sa précieuse licorne gonflable dès qu’elle l’aura aperçue. Or, il n’a aucunement envie de la repêcher une deuxième fois au fond de l’océan.

De toute façon, la silhouette sombre de l’animal fantastique se dresse déjà à quelques mètres d’eux comme une version australienne à petit budget de Nessie, poussée par un homme plutôt grand à la crinière aussi sombre que la gamine accrochée à licorne est blonde. En dépit du contraste entre leur chevelure, il y a tout de même un air de famille indéniable dans leurs traits. « C’est ça que vous cherchez ? » les interpelle-t-il d’une voix grave qui pousse Aisling à se serrer un peu plus contre le tatoueur tandis que ce dernier fait signe que oui. L’air dépité de la petite blonde, qui espérait visiblement une autre réponse, ne lui échappe pas. D’ailleurs, elle s’empresse de préciser qu’il aurait mieux valu qu’ils la retiennent pour ne pas la perdre. Derrière son air sérieux, Sid perçoit surtout le jugement défavorable qu’elle porte sur leur façon de s’occuper de la licorne. Pour se retenir de rigoler, il enfonce ses dents dans sa lèvres inférieures et se contente d’acquiescer à sa remarque d’un hochement de tête sobre. « C’est ma fille qui l’a vue partie à la dérive quand votre nana a failli se noyer. » Amusé à l’idée que la gamine ait eu les yeux rivés sur leur bouée depuis tout à l’heure, il sent pourtant un frisson désagréable remonter son échine. Intellectuellement, il sait bien qu’Aisling est passé à deux doigts de la noyade, mais il y a quelque chose de perturbant à l’entendre de façon aussi crue.

Tout à coup, la jeune femme lui semble étrangement fébrile. Confusément, il comprend que le commentaire désinvolte du sauveteur de sa licorne l’a probablement secouée elle aussi. Il glisse donc son bras libre dans son dos pour l’étreindre tendrement. Cette petite marque de soutien silencieuse suffit à la réconforter, car c’est d’un ton beaucoup plus léger qu’elle ajoute : « J’ai ma propre bouée gothique alors tu vois j’peux bien t’prêter un peu ma licorne. » La remarque arrache un sourire malicieux à Sid. S’ils avaient été seuls, il ne se serait pas gêné pour lui murmurer à l’oreille qu’il ne voit absolument aucun problème à ce qu’elle le chevauche comme sa bouée, pour le simple plaisir de la scandaliser un peu… et peut-être de la tenter aussi. Heureusement insensible à la nature de ses pensées, la gamine l’observe d’un œil un peu dubitatif, comme si elle songeait en son for intérieur que la licorne est bien mieux que lui. Ça ne l’empêche pas de tendre une main un peu potelée dans sa direction. Ce n’est pas la première fois qu’un enfant est fasciné par ses tatouages. Au restaurant, un garçon de cinq ou six ans peut-être s’était déjà exclamé, sous le regard mortifié de sa mère qui l’accompagnait, mais regarde maman, le monsieur il s’est dessiné dessus ! Malheureusement pour la blondinette, son père l’interrompt avant qu’elle n’ait pu satisfaire sa curiosité en touchant les filigranes sombres qui décorent son avant-bras. Guidant la bouée, il entraîne sa fille plus loin pour leur laisser leur intimité. Une moue douce-amère aux lèvres, il les regarde s’éloigner, touché de les voir rigoler ensemble et de constater qu’ils semblent proches. Lui qui n’a jamais eu ce genre de relation avec ses parents, il connaît trop bien les ravages causés par une enfance malheureuse pour éprouver autre chose qu’une joie sincère chaque fois qu’il voit des gosses qui ont la chance d’être tombés dans des familles saines et équilibrées.

Presque imperceptible, la voix d’Aisling le ramène à elle. « Tu m’as sauvée. » Son visage tourné vers le sien, il observe les émotions qui dansent sur ses traits et se réverbèrent dans sa voix. « Tu m’sauves toujours. » Les mains de la jeune femme se sont posées sur son cou. Du bout des doigts, elle effleure sa mâchoire, chassant à chaque nouveau geste tendre les dernières bribes d’angoisse qui l’étreignaient encore. Son front appuyé contre le sien, il respire son parfum de rose auquel se mélangent les notes de noix de coco de la crème solaire et de sel de l’océan. Portées par la douceur de leur étreinte, leurs bouches se retrouvent timidement, se frôlent avec pudeur jusqu’à ce que Sid capture la lèvre inférieure d’Aisling entre les siennes pour approfondir le contact. Sentant qu’elle a besoin de ce moment de réconfort, il se perd dans le baiser tout en caressant délicatement son dos et lui laisse le soin de mettre fin ou non à leur étreinte. Étrangement satisfait qu’elle reste accrochée à lui-même quand elle s’écarte, il frôle le bout de son nez du sien. Tu sais que j’vais toujours te sauver, pas vrai ? Il voudrait lui murmurer cette promesse mais n’ose le faire, car elle évoque le fantôme oppressant du club et des manigances qu’il a entreprises pour protéger la jeune femme. Pourtant, quand les doigts d’Aisling explorent délicatement son visage de cette façon, quand ils se glissent dans ses mèches et dévalent sa nuque, il n’a aucun mal à repousser l’inquiétude qui lui tord de plus en plus souvent les tripes quand il pense à son pacte avec le diable. Lentement, elle se penche vers lui et il frémit d’anticipation en imaginant ses lèvres se poser sur sa peau. Cependant, elle s’arrête avant même de l’avoir frôlée. « Mais mon Sid, t’es tout rouge ! » Surpris, il baisse le nez vers son torse. Elle a raison : visiblement, les rayons du soleil ont suffisamment plombé sur lui pendant qu’il flottait dans l’eau pour qu’il commence à ressembler à un crustacé. « On devrait retourner sur la plage, j’pourrais en profiter pour te mettre un peu d’crème solaire. » La perspective de laisser les mains d’Aisling courir sur son corps est suffisamment agréable pour l’empêcher de plisser le nez d’ennui à l’idée de se badigeonner d’écran solaire. Et puis, bien qu’elle ait été légère, la caresse de son index sur sa peau échauffée a été suffisamment déplaisante pour le convaincre de donner un moment de répit et un peu de protection à son coup de soleil.

L’air embêté, elle relève la tête et croise son regard. « Pour m’faire pardonner, t’sais… » Aussitôt, il secoue la tête, les sourcils légèrement froncés d’incompréhension. « Mais t’as rien à t’faire pardonner, Leen. » C’était un bête accident après tout et puis tout est bien qui finit bien. Les yeux doux, il lui offre un petit sourire en coin. « Juste… La prochaine fois, ça serait bien qu’tu m’dises que tu sais pas nager avant de plonger, okay ? » Il hausse un sourcil convaincant comme pour mieux transmettre le message et lui faire comprendre qu’il ne parle pas seulement de leurs prochaines sorties dans l’océan, mais de toutes les situations où elle pourrait être en danger. Satisfait, il tend le cou pour lui voler un baiser chaste. Incapable de résister, il lui en vole un deuxième avant de finalement sortir de l’eau, son Aisling toujours accrochée à lui. Il aurait certainement été plus facile pour lui de la faire descendre avant de regagner la plage puisqu’il s’enfonce à chaque pas dans le sol instable, mais comme elle ne semblait pas avoir plus envie que lui de se séparer, il poursuit laborieusement son chemin. Sous ses pieds, le sable gorgé de soleil est brûlant et c’est avec un soupir de soulagement qu’il atteint le petit coin où Aisling a choisi d’étaler leurs serviettes à l’ombre du feuillage impressionnant de deux énormes palmiers. Il s’arrête devant les deux carrés de tissu et desserre légèrement son étreinte pour permettre à la jeune femme d’en faire de même. « Terminus, tout le monde descend ! » Avec un manque de motivation évident, elle accepte de le laisser aller. Sa liberté de mouvements retrouvée, Sid observe avec une grimace embêtée les traces rouges qui décorent sa peau. En accordant une pensée inquiète à ses tatouages qu’ils auraient vraiment dû mieux protéger, il s’agenouille à côté d’Aisling sur sa serviette galaxie moelleuse. Une fois assis en tailleur devant elle, il zieute avec résignation le tube de crème solaire orné d’une noix de coco anthropomorphique qui danse, vêtue d’une jupe hawaïenne et de lunettes fleuries, qu’elle vient d’attraper dans leur sac. « Quand on aura fini, on va retourner à l’eau. J’vais te donner un petit cours, te montrer les bases de la natation, » proclame-t-il avec assurance en lui tendant son bras droit recouvert de tatouages pour qu’elle y applique en premier la crème. Il se doute bien que l’idée ne l’enchantera pas, mais il a la tête au moins aussi dure qu’elle et il est déterminé à ce qu’elle sache au minimum comment flotter avant la fin de la journée.





just kiss me in the dark
maybe i’m just as scared as you. it's alright, stay by my side on the edge of everything we know. it's alright, just don't look down and i will hold on and never let go. you're right beside me, so just close your eyes, i'll never let go. you're all that i need, so just close your eyes. • close your eyes, rhodes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2MiNnPz
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 U7mh
POSTS : 1236 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]LaoisePhoenix [3]

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Sid [f.b.2] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptyDim 25 Avr 2021 - 4:14



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Le06sun kissed
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 P0g7ocean eyes
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Wkqmsalty lips


Day 3: you make loving fun
Tonight with the sea and the salty breeze, the warmth of your skin under my finger tips. Tonight with the scent of your black hair and the salt of your sweat on my lips. Your hands they move like waves over me. Beneath the moon, tonight, near the sea

Au lieu du sourire intéressé qu’elle pensait surprendre, c’est l’incompréhension qui danse sur ses traits fins. « Mais t’as rien à t’faire pardonner, Leen. » Son ton sans équivoque sème la confusion dans son esprit. Mais alors… pourquoi t’étais fâché ? Les sourcils légèrement froncés, elle cherche la réponse dans ses yeux pâles. Toutefois, la question lui semble dénuée d’importance dès qu’elle s’égare dans le velours de son regard. « Juste… La prochaine fois, ça serait bien qu’tu m’dises que tu sais pas nager avant de plonger, okay ? » La remarque fait naître une chaleur rassurante dans sa poitrine et teinte ses joues d’embarras tandis qu’elle baisse furtivement les yeux. « Promis. » Elle souffle avec un petit hochement de tête, incapable de lutter contre le sourire timide qui vient étirer ses lèvres en réponse au sien. Promis j’vais essayer. Mais le truc c’est que j’m’en rends pas toujours compte, tu sais ? Parce qu’en fait j’ai un peu trop l’habitude d’être en danger. Et la sécurité, j’savais pas c’que c’était avant de t’avoir rencontré. La confession enfle dans sa gorge et l’espace d’une seconde Aisling hésite à la laisser s’échapper, mais la caresse des lèvres de Sid contre les siennes l’en libère plus efficacement que les mots ne l’auraient fait. Enfin apaisée, elle noue ses bras autour de son cou pour tenter de le retenir et un petit rire tendre secoue sa poitrine quand il cède à l’envie de picorer un deuxième baiser sur ses lèvres offertes. Une expression déterminée peinte sur ses traits, le tatoueur finit par s’écarter. Aisling n’a pas le temps d’esquisser le moindre mouvement pour retrouver le sol qu’il raffermit son étreinte autour de son corps et entreprend de les tirer de l’eau afin de rejoindre la plage. Vannée par ses émotions fortes, elle se laisse emporter avec joie et savoure cette agréable initiative depuis le creux de son épaule, un nid stratégique qui lui permet de parsemer une nuée de petits baisers dans son cou pour l’encourager. C’est avec une pointe de déception qu’elle sent la fraîcheur de l’ombre remplacer la chaleur battante du soleil australien et comprend qu’ils sont arrivés au niveau de leurs serviettes. « Terminus, tout le monde descend ! » Il annonce comme elle reste enroulée autour de sa taille même après qu’il ait desserré son étreinte. Avec un petit soupir à fendre l’âme, elle finit par s’exécuter, consciente de devoir lui rendre sa liberté avant de pouvoir promener ses paumes sur sa peau tatouée.  

Assise en tailleurs sur sa serviette galaxie, elle fouille dans leur sac de plage pour en sortir la crème solaire et relève les yeux vers son copain qui ne l’a pas encore rejointe, trop occupé à évaluer les dégâts que son application peu scrupuleuse a infligé à son épiderme. « Viens, je vais t’arranger ça. » Elle tente de le réconforter, un petit sourire vaguement amusé au coin des lèvres. Irrémédiablement attiré par les reliefs de sa musculature nerveuse, son regard coule sur son torse avant de s’égarer vers ses longues jambes fuselées, étrangement mises en valeur par son short de bain à rayures monochromes. Les joues brûlantes, Aisling se détourne subrepticement et fait mine de lisser sa serviette tandis qu’il prend place en face d’elle, trop occupé à défier du regard le petit tube coloré pour remarquer le trouble qui l’a envahie. « Quand on aura fini, on va retourner à l’eau. » Il décide sans prévenir comme pour se venger de ce qu’elle s’apprête à lui faire subir. « J’vais te donner un petit cours, te montrer les bases de la natation. » Une petite moue dépitée plissant ses lèvres, l’irlandaise verse une dose généreuse d’écran solaire dans sa paume et frotte ses mains entre elles pour réchauffer la crème avant de l’appliquer sur son bras tendu. « On verra. » La vérité, c’est qu’elle n’a aucune envie de remettre les pieds dans l’eau de ci-tôt. L’étendue autrefois calme et agréable lui semble désormais traître et dangereuse maintenant que son goût salé irrite encore sa gorge et ses nasaux. La douce chaleur du sable lui paraît bien plus accueillante et elle se voit déjà passer les prochaines heures blottie contre Sid à l’ombre d’un palmier, à écouter de la musique en se partageant ses écouteurs et siroter la limonade qu’ils ont préparée pour se désaltérer. Néanmoins consciente que toute tentative de protestation ne ferait que renforcer sa volonté, elle se concentre sur les gestes amples de ses mains, retrace soigneusement les tatouages sombres recouvrant ses bras et ses épaules en espérant que ses caresses lui feront oublier cette idée douteuse. Puis elle se faufile dans son dos, déterminée à ne pas oublier un centimètre de peau et suit le tracé de son échine, recouvre le creux de ses reins, remonte le long de ses flancs jusqu’à ses épaules noueuses pour mieux s’égarer sur son torse. Une certaine fébrilité s’empare d’elle alors que ses paumes imbibées de crème reconnaissent les creux et renflements affriolants qu’elle aime tant. Inspirée, l’irlandaise dévie de sa mission pour laisser ses doigts errer au grès de leurs envies, s’amuse de le sentir frémir sous ses caresses et incliner la tête de plaisir. Incapables de résister à l’appel de sa peau, ses lèvres dévalent la pente de son épaule, remontent lentement sa nuque, effleurent la courbe de son oreille. « Ou alors on pourrait rester sur la plage… » Elle susurre avant de pincer tendrement le piercing qui pend à son lobe. Seulement satisfaite quand elle entend son souffle se saccader, Aisling relâche le bijou et louvoie contre son corps brûlant afin de se glisser à ses côtés. « Et profiter un peu que j’suis encore en vie ? » Avec un sourire enjôleur, elle étale lascivement la crème sur ses abdos qui se contractent délicieusement sous sa paume. Fascinée par le désir voilant son regard, elle s’étonne d’y surprendre une pointe d’amusement alors qu’il se penche pour frôler ses lèvres des siennes avant de l’embrasser. Elle l’ignore toutefois aisément et se laisse couler dans le baiser, un bras noué autour de sa nuque pour le retenir, le cœur battant au rythme de sa victoire certaine.

C’est bien mal le connaître. En dépit de ses efforts, Sid résiste à son charme et refuse de se laisser convaincre par ses arguments veloutés. Elle le comprend aisément à la lueur de défi qui s’allume au fond de ses yeux clairs, soulignée par un haussement de sourcil triomphant. Dépitée, Aisling le regarde sauter sur ses pieds et attrape à contrecœur la main qu’il lui tend pour l’inciter à se relever. Elle se laisse entraîner vers l’océan, non sans bougonner que vraiment sa résistance à toute épreuve ne lui avait jamais pesé avant maintenant. La vague rafraichissante qui s’enroule autour de ses mollets lui fait toutefois oublier ses récriminations et un frisson d’angoisse remonte le long de son échine. Les doigts enfoncés dans la main de Sid pour surtout ne pas le lâcher, elle comprend confusément que c’est probablement la raison pour laquelle il n’a pas cédé. Faut pas attendre de remonter en selle quand tu t’es ramassée, sinon tu pourras plus jamais. Répétait fermement sa sœur chaque fois qu’elle revenait de l’équitation le corps couvert de bleus qui faisaient gémir leur mère de désespoir. Le souvenir disparaît aussi vite qu’il est apparu et à nouveau il n’y a plus que Sid et elle dans l’eau saline. Sans se laisse troubler, il l’attire lentement mais surement un peu plus loin dans l’océan, jusqu’à ce que les vaguelettes atteignent sa taille et qu’elle s’arrête net, le corps agité de tremblements. Patient, il se retourne et se dresse entre elle et les profondeurs insondables qui s’étirent à l’infini dans son dos. La chaleur de ses paumes retenant fermement ses hanches l’ancrent et l’empêchent de partir à la dérive dans le courant de ses angoisses. Emue par l’intensité de son regard alors qu’il sonde le sien comme pour s’assurer qu’elle tient le coup, Aisling le rassure d’un petit hochement de tête. « Ça va, t’inquiète. » Elle souffle en laissant courir ses doigts sur ses avant-bras. « Par contre… est-ce qu’on peut rester là ? » Après une brève hésitation, il finit par accepter.

Au final, le cours de Sid n’est pas si désagréable. Pas quand sa présence rassurante l’enveloppe d’un filet de sécurité alors qu’il lui apprend patiemment à surmonter ses appréhensions pour parvenir à flotter. Pas quand elle peut s’enrouler autour de sa taille et lui voler un baiser de temps à autre, lui échapper avec un éclat de rire seulement pour escalader son dos et enfouir ses doigts dans sa tignasse avant qu’il ne la ramène inlassablement à sa petite leçon. Les yeux fermés et les sourcils froncés de concentration, elle essaie alors de penser à un truc qui la détend comme il le lui a suggéré. Elle n’y arrive pas. C’est qu’il y a quelque chose de profondément exaltant à l’entendre prendre ces intonations sérieuses tandis qu’il la guide patiemment. Si bien qu’Aisling doit faire un effort conscient pour ne pas laisser ses pensées dériver vers tout ce qu’il a promis de lui faire découvrir quand sa voix basse coule agréablement dans ses veines en dispensant ses conseils et encouragements. La sensation légère de ses grandes mains dans son dos n’arrange rien, et chaque fois qu’il effleure ses cuisses pour l’aider à se stabiliser, Aisling frémit et brûle de les sentir explorer son corps plutôt. Comprenant qu’il est malheureusement trop concentré sur sa tâche pour le remarquer, elle décide de tenter une ultime approche pour le convaincre d’abandonner afin de s’accorder une pause bien méritée. Sans plus attendre, elle se redresse pour mettre son plan à exécution. Soulagée de sentir ses pieds fouler le sable sous l’eau cristalline, l’irlandaise laisse échapper un petit soupir discret en arrangeant le haut de son maillot du bout des doigts. Elle n’a pas besoin de relever les yeux vers le visage de Sid pour savoir qu’elle est parvenue à capter son attention. Un sourire satisfait au coin des lèvres, la brune suit délicatement le chemin tracé par ses bretelles jusqu’à la boucle qui repose sur sa nuque. « C’est un peu trop serré… » Elle ronronne en s’avançant gracieusement vers lui, jouant avec les lanières pour la défaire lentement. « Tu peux me refaire le nœud s’il te plait ? » Sans attendre sa réponse, Aisling lui remet les bandes de tissu et soulève sa chevelure pour libérer sa nuque. En dépit de leur innocence, la caresse légère de ses doigts envoie un frisson agréable le long de son échine. Appuyant son front contre l’épaule de Sid, elle laisse échapper un petit soupir de plaisir quand ses mains viennent se placer au creux de ses reins une fois leur mission accomplie. « Ça a l’air d’aller mieux tes coups de soleil. » Elle murmure en laissant courir ses doigts sur la peau fine de sa clavicule avant d’y déposer un baiser comme elle voulait le faire tout à l’heure. Un grondement de plaisir lui répond, vibre contre ses lèvres et la remplit de satisfaction. « J’te mettrai quand même un peu d’aloe vera une fois à la maison, pour être sûre. » Depuis le début de leur voyage, elle prend un malin plaisir à prendre soin de son petit ami, profitant de chacun de ces rapprochements pour apprivoiser un peu plus la sensualité qu’elle peine encore à assumer pleinement. Taquines, ses paumes glissent le long de ses flancs, jusqu’à la lisière de son maillot de bain avec laquelle ses doigts jouent un instant.  « Faudrait pas trop tarder… » L’air faussement innocent, elle s’approche jusqu’à ce que leurs corps s’effleurent sans vraiment se toucher. « On a déjà attendu assez longtemps, tu crois pas ? » Une assurance espiègle mêlée de nervosité danse dans ses yeux pâles alors qu’elle relève les yeux pour sonder son regard. A la façon dont il s’embrase, Aisling est persuadée que Sid a compris qu'elle ne parle plus vraiment de ses coups de soleil désormais…





you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 RRmAP6la_o
POSTS : 1501 POINTS : 30

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
RPs EN COURS : [5/5] aisling #13aisling #14aisling [r.a.]lily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | fb #1 | email #1 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : alegria (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : billy, le plongeur-hackeur paumé • laoise, l'artiste peintre
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptyMar 27 Avr 2021 - 4:31



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 RegnxILG_oIt’s a
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Q6fQDScC_operfect day
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Kcrw2Ntn_ofor letting go


Day 3: I think we're alone now
Running just as fast as we can, holding on to one another hands, trying to get away into the night and then you put your arms around me, and we tumble to the ground and then you say, “I think we’re alone now, there doesn't seem to be anyone around. I think we’re alone now, the beating of our hearts is the only sound.” • I Think We’re Alone Now, Billie Joe Armstrong

« On verra. » Aisling semble à peu près aussi convaincue par son idée qu’il l’imaginait, c’est-à-dire pas du tout. Loin de se laisser décourager par ce manque flagrant d’intérêt, il prend son mal en patience et se concentre pour l’instant sur les mouvements amples de ses mains qui glissent sur sa peau. Leur caresse est suffisamment agréable pour lui faire oublier la texture un peu grasse de la crème et l’odeur artificielle de noix de coco qui lui agresse les narines. Lorsqu’elle s’installe derrière lui pour s’attaquer à ses épaules, il en profite pour recouvrir lui-même ses jambes d’une fine couche d’écran solaire, puis il se concentre sur les paumes d’Aisling, qui ne se contentent plus seulement d’appliquer le produit sur sa peau mais lui offrent en même temps un massage délicieux. La tête appuyée sur l’épaule de la jeune femme, Sid ferme les yeux et soupire de plaisir en sentant ses doigts errer sur ses pectoraux. Malgré la chaleur presque suffocante de la fin d’après-midi qui les entoure, la douceur de ses lèvres qui courent sur son épiderme lui arrache un frisson. « Ou alors on pourrait rester sur la plage… » Comme si la proposition n’était pas déjà suffisamment tentante, l’étreinte de ses lèvres sur son lobe percé est un argument de taille qui l’oblige à se mordre les lèvres pour s’empêcher d’acquiescer aussitôt à la suggestion. Car aussi agréable soit la perspective de passer les prochaines heures blottis l’un contre l’autre sur la plage, il sait aussi qu’elle risque de ne plus vouloir s’approcher de l’océan si elle ne retente pas l’expérience bientôt. C’est comme ça qu’il a lui-même failli perdre goût à la baignade. Lors d’une sortie à la plage en famille, il avait perdu pied en s’avançant dans les vagues. S’il savait déjà très bien nager malgré son jeune âge, l’océan était agité ce jour-là et il avait été violemment balloté dans tous les sens avant de finalement réussir à reprendre ses esprits et à remonter à la surface. Terrifié, il était retourné se mettre à l’abri sur le sable sous le regard alarmé de Randy. C’est ce dernier qui l’avait convaincu de retourner dans l’eau en y entrant avec lui, même s’il détestait se baigner et n’avait rien d’un grand nageur, pour s’assurer que son fils, qui, lui, était comme un poisson dans l’eau, ne développerait pas une peur de l’océan. Et c’est ce que Sid veut offrir à Aisling alors même qu’elle lui complique considérablement la tâche en se coulant contre son corps pour se presser contre son flanc. « Et profiter un peu que j’suis encore en vie ? » susurre-t-elle tandis que ses mains s’attardent sur son ventre. Leurs regards se croisent et dans celui de sa belle brune, il voit la certitude d’avoir gagné. Amusé, il se penche vers elle, effleure ses lèvres pour faire durer l’attente et le plaisir avant de finalement l’embrasser. Elle lui répond aussitôt en enroulant un bras autour de sa nuque pendant qu’il pose une grande main à plat dans son dos.

Cette fois, c’est lui qui s’écarte le premier, soucieux de ne pas se laisser distraire par ses fourbes méthodes de séduction. « Et si on en profitait plutôt pour s’assurer qu’tu resteras aussi en vie la prochaine fois qu’tu tomberas à l’eau, hmm ? » Son air déçu ne réussit pas à l’attendrir. Il se relève quand même d’un mouvement souple et lui tend galamment la main pour l’aider à en faire de même. Sans rompre le contact qui les unit, il guide vers l’océan une Aisling toujours plus ou moins partante. À mesure qu’ils s’enfoncent dans les vagues fraîches, cependant, son manque d’enthousiasme boudeur se transforme lentement mais sûrement en résistance. La sentant moins à l’aise, il ralentit et marche à côté d’elle plutôt qu’un pas ou deux en avant, mais sans hésiter à la pousser à avancer encore un peu plus tant qu’elle semble capable de le faire. Jusqu’à ce qu’elle se fige sur place, les muscles visiblement tendus et ses ongles manucurés enfoncés dans la paume du tatoueur comme des serres. Inquiet de l’avoir un peu brusquée, il s’arrête lui aussi et se tourne vers elle pour lui faire face. Ses mains posées sur ses hanches, il scrute son visage, où il repère une bonne dose d’incertitude et une touche de peur dans ses grands yeux bleu gris. Là où les paumes d’Aisling effleurent ses flancs, il sent qu’elles tremblent et il se doute que ce n’est pas la température de l’eau qui la fait grelotter. « Ça va ? » Heureusement, elle n’hésite pas une seconde avant de le rassurer d’un hochement de tête. « Ça va, t’inquiète. Par contre… est-ce qu’on peut rester là ? » Les sourcils légèrement froncés, il hésite un instant. L’eau n’est pas encore aussi profonde que ce qu’il avait prévu, mais elle l’est assez pour permettre à la jeune femme de flotter. Du reste, il sait qu’ils ont de meilleures chances de réussir si elle est confortable. Il finit donc par accepter d’un hochement de tête, un petit sourire aux lèvres. « C’que je veux surtout te montrer aujourd’hui, c’est que ton corps flotte naturellement. C’est hyper facile en plus. » Relâchant les hanches d’Ailsing, il fait un pas en arrière. « Le truc, c’est juste de réussir à se détendre. » Joignant le geste à la parole, il bascule vers l’arrière, les muscles parfaitement relâchés, et se laisse porter par les vagues pendant quelques secondes avant de se redresser. « Tu vois ? » lance-t-il en secouant la tête pour chasser l’excédent d’eau de sa chevelure et repousser les mèches qui lui collent au front. Visiblement incertaine, elle le regarde comme si elle ne savait pas trop par où commencer. Patient, il lui explique qu’elle devrait d’abord s’agenouiller dans l’eau pour s’y enfoncer graduellement, puis basculer vers l’arrière. « J’te laisserai pas couler, promis. » En dépit de son ton léger et de l’étincelle amusée qui brille dans son regard, il est incroyablement sérieux et ils le savent tous les deux. C’est probablement ce qui la pousse finalement à se lancer. Ça et la chaleur des mains de Sid qui s’appuient sur ses épaules pour la soutenir et l’aider à garder la tête hors de l’eau.

En dépit de ses réticences du début, une fois rassurée, Aisling se révèle une élève enthousiaste… et dissipée. Elle ne perd pas une occasion de faire dévier la leçon en s’accrochant à lui ou en lui volant un baiser pour le déconcentrer. Il réussit pourtant toujours à la ramener à l’ordre et à la convaincre de réessayer, tant et si bien qu’elle fait des progrès impressionnants sans même vraiment s’en rendre compte. Bientôt, elle réussit à flotter par elle-même sans les mains de Sid qui la soutiennent. Même s’il ne les garde jamais loin au cas où quelque chose tournait mal, il n’a plus à se concentrer aussi intensément sur sa sécurité, ce qui lui laisse le temps d’observer les lignes souples de son corps. La coupe soignée mais révélatrice de son bikini noir et blanc découvre délicieusement sa peau et lui donne envie de l’explorer. Jamais très loin, le désir qu’elle éveille chez lui bouillonne, tout près de la surface, surtout lorsqu’il effleure ses courbes du bout des doigts pour corriger sa posture ou lui assurer silencieusement qu’il est toujours à côté d’elle lorsqu’elle ferme les yeux. Comme si elle avait senti la tournure que prenaient ses pensées, elle se redresse en soupirant. Hypnotisé par ses doigts qui retracent la frontière de son haut et s’égarent vers la boucle qui repose sur sa nuque, il n’arrive pas à détourner les yeux quand elle tire sur les ficelles pour les détacher lentement en s’approchant de lui. « C’est un peu trop serré… Tu peux me refaire le nœud s’il te plaît ? » Il attrape sans se faire prier les lanières qu’elle lui a tendues et prend son temps pour les nouer en s’assurant de faire courir ses doigts sur son cou juste pour le plaisir de la sentir frissonner contre lui. Son boulot effectué, il dévale la pente de son dos jusqu’à sa chute de rein, où il s’arrête sagement. « Ça a l’air d’aller mieux tes coups de soleil. » Distrait par ses leçons ainsi que par les caresses à la fois parfaitement innocentes et agréablement tentantes d’Aisling, il ne les sent même plus. Nettement moins, en tout cas, que ses lèvres qui ont finalement retrouvé le chemin de sa clavicule. « J’te mettrai un peu d’aloe vera une fois à la maison, pour être sûre. » En dépit de la simplicité apparente de sa proposition, ses mains baladeuses semblent lui promettre des plaisirs plus sensuels. Le cœur de Sid bat plus fort dans sa poitrine tandis qu’elle franchit la distance qui les séparait. Son corps ne se plaque pourtant pas contre le sien, le condamnant à sentir la fraîcheur qui émane de sa peau sans pouvoir profiter de sa texture veloutée. « Faudrait pas trop tarder… On a déjà attendu assez longtemps, tu crois pas ? » La bouche un peu sèche, il plonge dans son regard, captivé par l’étincelle de désir qui y flambe.

Avant qu’il n’ait pu répondre, toutefois, une petite voix aiguë les interrompt. Sid relève les yeux, pas tellement surpris de voir que Scarlett les a rejoints, toujours juchée sur la bouée. « Mon père a dit qu’il est l’heure de rentrer alors j’vous la ramène. » Avec un soupir à fendre l’âme qui rappelle au tatoueur celui qu’Aisling a poussé quand elle a dû se détacher de son torse tout à l’heure, la gamine se laisse glisser dans le trou au centre de la bouée et la fait passer par-dessus sa tête avant de lui donner une poussée pour la leur renvoyer. « Merci d’me l’avoir prêtée, j’me suis bien amusée ! » Charmé par sa politesse, Sid attrape la licorne avant qu’elle ne parte à la dérive et lui offre un petit sourire. « Ça fait plaisir. » Après leur avoir adressé un coucou timide et avoir lancé un dernier coup d’œil rempli d’envie à la bouée, Scarlett repart en courant pour rejoindre son père qui les salue lui aussi d’un signe amical de la main, que Sid lui rend. Une fois le calme revenu sur la plage, il se retourne vers Aisling. Séducteur, il pose une main sur sa hanche tandis que, du bout de la langue, il taquine son piercing avec une lenteur calculée comme s’il était perdu dans ses pensées. Enfin, il se penche vers elle pour lui souffler à l’oreille : « J’sais pas c’que t’en penses, mais moi j’crois que c’était un signe. On devrait rentrer aussi… » Visiblement charmée, elle hoche la tête. Main dans la main, ils remontent sur la plage, Sid tirant la bouée licorne derrière lui. Rapidement, ils récupèrent leurs serviettes et les enfouissent dans leur sac après les avoir vigoureusement secouées pour laisser autant de sable que possible à l’extérieur. Une fois qu’ils ont récupéré toutes leurs affaires, ils rentrent. Les bras chargés de leur matériel de plage, ils n’ont pas le choix de marcher séparément, ce qui ne les empêche pas de s’effleurer de temps à autres ou d’échanger des coups d’œil remplis de complicité et d’anticipation.

Malgré la très courte distance qui sépare leur maison de la plage, Sid a l’impression qu’une petite éternité s’est écoulée quand ils atteignent finalement la véranda. Il abandonne sans hésiter la bouée contre le mur de briques, là où elle sera à l’abri du vent, et s’empresse d’ouvrir la porte à Aisling. Elle entre la première, mais n’a pas le temps de s’avancer très loin dans le couloir, car le tatoueur enroule presque aussitôt son bras autour d’elle pour la plaquer contre le mur. Une main posée sur sa hanche, l’autre qui s’immisce délicatement entre ses doigts repliés autour de la hanse de leur sac de plage pour l’encourager à l’abandonner sur le sol, il se penche pour l’embrasser. Cette fois, aucune hésitation ne vient ralentir son geste. Sans essayer de camoufler son envie d’elle, il capture sa bouche avec assurance, mordille affectueusement sa lèvre inférieure, ose lancer une langue furtive à la rencontre de la sienne. Elle le lui rend bien, nouant ses doigts dans ses cheveux et caressant son dos. Celles de Sid glissent sur les flancs d’Aisling, descendent toujours plus bas, jusqu’à son derrière qu’il meurt d’envie de pétrir. Cependant, une autre envie le tenaille, bien plus importante encore : celle de la tenir tout contre lui. Les paumes appuyées sur ses cuisses, juste en-dessous de ses fesses, il l’encourage donc d’une impulsion enthousiaste à se lover contre à lui. Le mouvement pousse leur corps l’un vers l’autre, crée une friction délicieuse là où leurs ventres dénudés s’effleurent enfin. Surpris par la vague de désir enivrante qui l’envahit en sentant les cuisses de la jeune femme se refermer autour de son bassin, il noie un gémissement dans le baiser fiévreux qu’ils échangent encore. À bout de souffle, il s’écarte, mais ne résiste pas longtemps à l’appel de la peau d’albâtre d’Aisling. Profitant de ce qu’elle le surplombe légèrement dans cette position, il fait courir ses lèvres sur sa mâchoire, puis sur la peau fine de son cou. Il s’arrête un instant sur sa clavicule, y presse un baiser, puis un coup de dent dont il efface aussitôt la morsure du bout de la langue. Ses lèvres se font plus tendres, moins pressées, tandis qu’il dévie vers l’épaule de la jeune femme. Mêlé à une note de noix de coco artificielle provenant de la crème solaire, le sel de l’océan masque la saveur et l’odeur naturelle de sa peau, ce qui le contrarie passablement et l’inspire tout à la fois. Relevant les yeux vers son visage, il s’attarde un instant sur la vision agréable de ses joues nimbées de rose et de ses lèvres rougies par leurs baisers passionnés. « J’ai l’impression d’avoir du sable partout, j’crois que j’ai besoin d’une douche… » murmure-t-il en frôlant du bout des lèvres son décolleté, fasciné de sentir sa poitrine se soulever et s’abaisser au rythme saccadé de sa respiration. « Mais j’ai pas très envie d’y aller seul, tu vois ? » Se redressant légèrement, il croise son regard en haussant un sourcil taquin. « Tu connaîtrais pas une volontaire pour m’accompagner par hasard ? »





just kiss me in the dark
maybe i’m just as scared as you. it's alright, stay by my side on the edge of everything we know. it's alright, just don't look down and i will hold on and never let go. you're right beside me, so just close your eyes, i'll never let go. you're all that i need, so just close your eyes. • close your eyes, rhodes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2MiNnPz
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 U7mh
POSTS : 1236 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]LaoisePhoenix [3]

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Sid [f.b.2] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptySam 1 Mai 2021 - 3:53



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Le06sun kissed
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 P0g7ocean eyes
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Wkqmsalty lips


Day 3: you make loving fun
Tonight with the sea and the salty breeze, the warmth of your skin under my finger tips. Tonight with the scent of your black hair and the salt of your sweat on my lips. Your hands they move like waves over me. Beneath the moon, tonight, near the sea

Dans les yeux de Sid, la détermination vacille et se transforme en une lueur bien plus tendre et passionnée. La victoire est proche, Aisling le sent aussi clairement que ses mains se referment autour de sa taille et son regard brûlant de désir glisse vers ses lèvres. Elle le sent, oui. Jusqu’à ce qu’une petite voix fluette se faufile sournoisement entre eux. « Mon père a dit qu’il est l’heure de rentrer alors j’vous la ramène. » Horrifiée par cette interruption qui risque de faire échouer tous ses plans, Aisling fixe avec inquiétude le visage de Sid qui s’est déjà tourné vers la blondinette aux yeux curieux. « Merci d’me l’avoir prêtée, j’me suis bien amusée ! » Elle lance en poussant vers eux la licorne d’une menotte pleine de regrets. « Ça fait plaisir. » Touchée par son petit caractère à la fois doux et bien trempé, Aisling lui offre un sourire et hoche la tête pour confirmer les paroles de son copain. Une fois certaine qu’ils ne la laisseront pas s’échapper cette fois, la gamine repart aussi promptement qu’elle est arrivée et nage vers son père qui l’attend un peu plus loin. Il la récupère au vol et la tire hors de l’eau dans un éclat de rire, puis remonte tranquillement vers la plage après les avoir salué d’un signe de la main auquel Aisling répond en les regardant s’éloigner songeusement. La chaleur de la paume de Sid contre sa hanche la ramène aussitôt à lui. Intriguée, Aisling relève les yeux vers son visage et un éclair de désir la transperce quand son regard accroche l’éclat de son piercing, miroitant sous l’impulsion sensuelle de sa langue. La gorge un peu sèche, elle frémit sous la caresse des mots qu’il murmure à son oreille. « J’sais pas c’que t’en penses, mais moi j’crois que c’était un signe. On devrait rentrer aussi… » Séduite par la pointe d’envie qu’elle décèle dans sa voix basse, l’irlandaise hoche doucement la tête. « J’pense que t’as raison. » Elle souffle en laissant courir sa paume le long de son bras, comme si elle n’avait pas passé la dernière heure à tenter de l’amener précisément à cette conclusion. Leurs doigts s’entrelacent tandis qu’ils bravent les vaguelettes en sens inverse pour retrouver la morsure brûlante du sable et leurs serviettes sombres qui dénotent un peu plus loin sur la plage. Aisling laisse à Sid le soin de les secouer pendant qu’elle noue un foulard sombre autour de sa taille et récupère leurs affaires éparpillées en s’assurant de ne rien avoir oublié. Puis ils remontent le sentier sablonneux jusqu’à leur petite maison de vacances. Encombrée par ses affaires, Aisling regrette de ne pas pouvoir se blottir contre Sid chaque fois qu’il l’enveloppe de ses regards pleins de tendresse et de promesses qui réchauffent ses pommettes et font battre son cœur un peu plus fort.  

Enfin, ils atteignent le porche romantique en bois naturel où Sid dépose leur licorne avant de lui ouvrir la porte. Elle s’engouffre aussitôt à l’intérieur, pressée de se départir de leurs affaires de plage et de passer un coup de brosse dans ses cheveux. Elle n’en a pas l’occasion, coupée dans son élan par le bras audacieux qui serpente autour de sa taille pour la plaquer contre le mur. Surprise par le contact rêche des briques dans son dos, elle laisse échapper un petit gémissement de surprise qui se transforme en soupir d’anticipation quand Sid comble la distance qui les séparait, la surplombant de sa grande taille comme pour mieux la retenir captive. Le cœur battant, Aisling frisonne au contact des doigts qui dévalent son avant-bras pour se glisser contre sa paume et l’inciter à lâcher la cordelette à laquelle elle se cramponnait impulsivement. Le sac de tissu s’écrase sur le sol avec un bruit mat sans qu’elle lui prête la moindre attention, ses sens enchaînés aux lèvres de Sid qui s’emparent des siennes avec une fougue infusée de passion débridée. La chatouille acérée de ses dents lui arrache une petite plainte qui fond sous la caresse brûlante de sa langue. Pantelante, Aisling resserre son étreinte autour de la paume de Sid. Elle lui échappe presque aussitôt pour aller cajoler la peau nue de ses flancs. Guidée par la sensualité de leur étreinte, elle arque le dos pour mieux le sentir contre son corps et laisse ses doigts s’enrouler autour de ses poignets, remonter jusqu’à ses épaules tatouées, s’égarer dans les mèches encore humides sur sa nuque. Pas en reste, les mains de Sid coulent jusqu’à ses hanches, suivent la courbe de ses fesses, déversent un désir brûlant dans son bas-ventre quand elles viennent se loger fermement à la naissance de ses cuisses. Son corps reconnaît l’impulsion avant son esprit et les muscles répondent par réflexe à l’appel de son partenaire qui la soulève avec aisance. Une sandale licorne pendant encore sommairement à son pied, Aisling noue ses jambes autour des hanches de Sid, qui l’appuie à nouveau contre le mur. La caresse enivrante de leurs ventres dénudés et la pression délicieuse de son bassin entre ses cuisses lui arrache un soupir fiévreux. Eperdue, sa bouche retrouve celle de Sid juste à temps pour recueillir le gémissement qu’il fait couler en elle comme une lave attisant une envie de lui si envahissante qu’elle menace de l’effrayer. Le doute n’a pas le temps de s’installer. Ses lèvres ont à peine libéré les siennes qu’elles s’égarent le long de sa mâchoire, glissent au creux de son cou, explorent le renflement de sa clavicule. Réfugiée derrière ses paupières, Aisling appuie sa tête contre le mur dans son dos pour mieux s’abandonner à la gourmandise insatiable de ses dents et de sa langue. Elle trésaille et soupire de volupté, se cambre lascivement dans son étreinte pour lui offrir un meilleur accès à son décolleté. Car il semble affamé et elle ne demande pas mieux que de se laisser goûter. « J’ai l’impression d’avoir du sable partout, j’crois que j’ai besoin d’une douche… » La vibration de sa voix profonde et la caresse légère de ses lèvres sur le renflement de ses seins la fait haleter le plaisir. Le souffle court, elle proteste d’une main enfouie dans sa chevelure pour le retenir tout contre sa poitrine. T’éloigne pas mon Sid, me laisse pas comme ça… « Mais j’ai pas très envie d’y aller seul, tu vois ? » Il s’écarte malgré tout, comme pour mieux la laisser prendre la mesure de son aveu. Aisling baisse docilement les yeux vers son beau visage et plonge droit dans l’océan des siens. « Tu connaîtrais pas une volontaire pour m’accompagner par hasard ? » Fascinée par les volutes d’adoration qui ondoient dans son regard et l’espièglerie attrayante de son sourcil, elle fait courir ses pouces sur l’angle de sa mâchoire. Comme si j’allais t’laisser y aller tout seul… ou avec une autre que moi. « J’pense que j’pourrais t’en citer plusieurs… » Elle répond plutôt d’une voix un peu rauque en effleurant son nez du sien. « Mais j’promets pas d’les laisser s’approcher d’toi. » Un petit sourire satisfait au coin des lèvres, elle taquine celles de Sid, attrape son piercing entre ses dents et le mordille tendrement avec un brin de convoitise. « Alors le mieux ce serait encore que t’emportes celle que t’as dans les bras. » Elle ne le relâche que pour mieux l’embrasser, renouant aisément avec la ferveur nimbée d’anticipation qui les enrobe depuis qu’ils ont franchi le seuil de leur maison de vacance. « Emmène-moi. » Elle implore dans un souffle entre deux baisers enflammés.

Répondant aussitôt à sa supplication, Sid enroule un bras autour de sa taille et glisse l’autre sous ses fesses pour la tenir fermement contre son torse tandis qu’il s’écarte du mur. Sans cesser de l’embrasser, Aisling noue ses bras derrière sa nuque et se laisse entraîner vers la salle de bain qu’il ouvre d’un coup d’épaule. Ils sont sur le point de franchir les portes vitrées de la cabine de douche quand Sid manque de trébucher sur les sandales Batman qu’elle lui a offertes en avance pour lui éviter de devoir porter ses Dr Martens à la plage. Une main appuyée contre la plaque de verre et les sourcils froncés par la concentration, il gigote pour tenter de les retirer sans se résoudre à relâcher son fardeau affectueux. Amusée par son acharnement, elle pince les lèvres pour contenir le petit rire tendre qui enfle dans sa poitrine jusqu’à ce qu’il s’immobilise et laisse échapper un soupir de découragement. Leurs regards complices se croisent et se teintent d’amusement alors qu’elle daigne enfin desserrer son étreinte pour l’inciter à la libérer. Elle se laisse glisser le long de son corps et une vague de pudeur l’envahit sans prévenir dès l’instant où ses pieds frôlent le carrelage frais. Comme si, ainsi éloignée de sa présence enivrante, les implications de sa proposition lui apparaissaient soudain plus clairement. Et de façon bien plus inquiétante, aussi. Tel un poison, l’angoisse se fraie un chemin dans ses veines et sinue lentement vers son cœur. La caresse légère des doigts de Sid sur sa joue et son menton endigue sa progression glaciale en diffusant une chaleur agréable sous sa peau et l’invite à relever les yeux vers lui. Il y a de l’affection dans son regard, et le feu de la passion s’est momentanément tari pour laisser place à une prévenance rassurante. Vaguement apaisée, Aisling prend délicatement son visage entre ses mains et l’embrasse avec une tendresse empreinte de timidité. Il y répond avec une douceur teintée de cette assurance tranquille qui la met si facilement en confiance et lui donne envie de se laisser aller. Un sourire aux lèvres, elle laisse ses doigts dévaler la pente de ses bras, câliner ses paumes et se glisser entre les siens. « Viens. » Elle murmure en l’attirant à l’intérieur de la cabine. Une fois qu’il l’a rejointe, elle dénoue son foulard et le laisse tomber sur le carrelage avant que Sid ne referme la porte derrière eux. La chaleur réconfortante de la douche crépitant dans son dos les enrobe aussitôt. Du bout des doigts, Aisling dessine la ligne acérée de sa clavicule, s’égare sur ses pectoraux, savoure la douce anticipation qui se tisse entre eux alors qu’elle comble la distance qui les séparait. Une buée agréable s’élève lentement entre les parois transparentes et se mêle à la sueur qui perle sur leur peau brûlante. Inspirée par ce spectacle évocateur, Aisling effleure les contours de son tatouage libellule et récupère une goutte sur le bout de sa langue avant de presser ses lèvres au cœur de l’encrage. « Tu goûtes la mer et la crème… » Elle souffle contre sa peau en caressant amoureusement ses flancs. Un sourire joueur étire le coin de ses lèvres alors qu’elle relève les yeux pour croiser son regard. « J'vais t’arranger ça. »

Une main à plat contre sa poitrine, elle l’incite à reculer sous le jet d’eau tiède qui ruisselle bientôt sur sa peau pâle. Incapable de résister à leur appel, Aisling repousse tendrement les mèches qui retombent sur son front et fait mine de lui offrir ses lèvres tandis qu’elle tend la main pour attraper son gel douche au cèdre. Elle se dérobe avant qu’il n’ait le temps de les saisir et se concentre sur la dose généreuse qui s’écoule dans sa main pour ignorer les battements enthousiastes de son cœur. Leurs regards s’effleurent alors qu’elle frotte ses paumes entre elles pour les faire mousser et Aisling ne résiste pas à l’envie de se hisser sur la pointe des pieds pour lui voler un baiser, savourant la friction délicieuse de leurs peaux humides. Elle s’écarte presque aussitôt, juste assez pour atteindre ses épaules et se promener lentement sur sa peau, reproduire les gestes amples prodigués sur la plage une heure plus tôt comme pour les effacer. Ses doigts mousseux glissent le long de ses bras, s’égarent sur ses flancs, explorent la surface lisse de son dos, remontent le long de sa nuque, se perdent entre ses mèches pour masser la racine de ses cheveux, tracent les contours de sa mâchoire et taquinent le bout de son nez. Les dents plantées dans sa lèvre inférieure, Aisling laisse échapper un petit rire épris avant d’appuyer une paume contre sa nuque pour l’attirer vers elle et l’embrasser tendrement. L’interlude taquin se transforme presque aussitôt en baiser ardent et sa respiration se saccade sous l’assaut de sa langue alors que ses mains puissantes s’emparent de sa taille comme pour l’empêcher de s’échapper. Mais elle ne se laisse pas distraire de sa mission et poursuit son massage sur ses pectoraux, effleure à peine les tétons tendus de ses doigts avant de descendre avec une lenteur calculée le long de ses abdominaux, seulement satisfaite lorsqu’elle les sent se contracter sous ses paumes caressantes. Le cœur battant, elle accroche son regard avant de se pencher pour embrasser sa poitrine. Elle glisse lentement le long de son corps, parsemant une nuée de baisers incandescents sur les reliefs délicats de son abdomen. Agenouillée devant lui, elle savonne soigneusement ses longues jambes fuselées en essayant de ne pas se laisser intimider par le volume prometteur qui étire le tissu rayé. Grisée par l’intimité qui les enrobe, elle se risque à presser une dernière fois ses lèvres contre son flanc, à la lisière de son maillot de bain. « J’crois qu’ça devrait aller mieux maintenant. » Elle souffle en se relevant, les joues brûlantes et les yeux allumés d’une petite étincelle de fierté. « Enfin… » Elle lui adresse une œillade faussement innocente, ses paumes dévalant langoureusement ses flancs avant de glisser dans le creux de ses reins pour mieux jouer avec l’élastique imbibé d’eau. Sentant qu’il n’a pas la moindre intention de stopper son geste, elle s’insinue délicatement sous la frontière de tissu et presse tendrement ses fesses avant de revenir sagement sur ses hanches. « Sauf si tu penses que j’ai oublié une zone importante ? » En dépit de l’appréhension qui pulse dans les battements désordonnés de son cœur, elle s’oblige à relever les yeux pour sonder les siens, consciente de lui resservir à peu près la même proposition que celle qui les avait fait basculer dans un territoire inconnu après leur spectacle de danse et l’avait alors convaincue d’ôter le haut de son maillot pour s’offrir irrévocablement à son regard.  





you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sid Bauer
Sid Bauer
le tatoueur au coeur tendre
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : trente ans, né le 26 janvier 1990.
SURNOM : sid, c'est déjà bien assez court... et c'est déjà un surnom aussi, même si très peu de gens le savent.
STATUT : il a finalement trouvé le courage d'avouer ses sentiments à sa belle irlandaise...
MÉTIER : tatoueur, propriétaire de son propre salon, wild ink.
LOGEMENT : #55, spring hill [appartement]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 RRmAP6la_o
POSTS : 1501 POINTS : 30

GENRE : Je suis un homme
ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Il a un chat noir et blanc. • Il est bisexuel. • Il adore lire et regarder des documentaires. • Il a une sœur cadette. • Il déteste qu’on le prenne en photo. • Il n’a jamais touché à la drogue. • Il a arrêté de fumer et a réduit sa consommation d’alcool. • Il se spécialise dans les tatouages personnalisés. • Il adore dessiner. • Il aime les chats, la crème glacée à la pistache, les musées, les livres de recettes. • Il n'aime pas les épinards, les huîtres, le marron, les imbéciles et les gens bornés.
RPs EN COURS : [5/5] aisling #13aisling #14aisling [r.a.]lily | jophoenix #2
RPs EN ATTENTE : kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_mn9afwBvNr1r0yw29o5_250sq
wasted on you • and it seems like I've known you forever, I'll keep you safe for one more night, need you to know that it's all right. I see the real you, even if you don't, I do. I do.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_mw0nnsUDQI1rdwk62o2_250
blood is thicker than water • we've taken different paths and traveled different roads, I know we'll always end up on the same one when we're old.
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Gay1

RPs TERMINÉS : aisling #1 | #2 | #3 | #4 | fb #1 | email #1 | #5 | #6 | #7 | #8 | #9 | #10 | #11 | #12archieaudencaroharley #1 | #2 | #3harvey #1 | #2 | #3jojoeylilyphoenixzelda
AVATAR : andy biersack ♥
CRÉDITS : alegria (avatar) • astra (signature) • loonywaltz (ub) • jo (dessin) • whitefalls (montage)
DC : billy, le plongeur-hackeur paumé • laoise, l'artiste peintre
Femme (elle)
INSCRIT LE : 01/03/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t7497-sid-si-tu-m-appelles-sydney-j-te-promets-que-tu-vas-le-regretter-termine https://www.30yearsstillyoung.com/t10973-we-all-need-a-friend-or-two-sid https://www.30yearsstillyoung.com/t7552-sid-bauer#270693 https://www.30yearsstillyoung.com/t25022-sid-bauer

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptyJeu 6 Mai 2021 - 4:13



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 RegnxILG_oIt’s a
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Q6fQDScC_operfect day
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Kcrw2Ntn_ofor letting go


Day 3: I think we're alone now
Running just as fast as we can, holding on to one another hands, trying to get away into the night and then you put your arms around me, and we tumble to the ground and then you say, “I think we’re alone now, there doesn't seem to be anyone around. I think we’re alone now, the beating of our hearts is the only sound.” • I Think We’re Alone Now, Billie Joe Armstrong

La passion qui brillait dans le regard d’Aisling se teinte d’amusement. « J’pense que j’pourrais t’en citer plusieurs… Mais j’promets pas d’les laisser s’approcher d’toi. » La possessivité à peine voilée de sa réponse le ravit, mais pas autant que ses lèvres qui retrouvent les siennes et la caresse acérée de ses dents qui s’intéressent à son piercing. « Alors le mieux ce serait encore que t’emportes celle que t’as dans tes bras. » Comme si j’avais envie de quelqu’un d’autre… La pensée s’échappe de son esprit aussi vite qu’elle y est apparue, remplacée par le désir qui rougeoie dans son corps tandis qu’elle l’embrasse langoureusement. Il sent qu’un rien suffirait à le transformer en brasier. « Emmène-moi. » Cette demande qu’elle murmure tout contre son visage, avec leurs bouches qui s’effleurent comme si elles étaient incapables de se séparer, est l’étincelle parfaite. Incapable d’y résister, il lui vole un baiser, une dernière caresse plus appuyée comme une promesse de ce qui les attend, avant de resserrer son étreinte autour de la jeune femme. Une fois certain qu’elle est bien accrochée à son torse, il se redresse. Un peu à l’aveuglette, il se retourne et traverse le couloir. Il repousse la porte d’un coup d’épaule impatient et elle pivote silencieusement sur ses gonds tandis qu’il s’engouffre dans la salle de bain. Distrait par la bouche insatiable d’Aisling qui refuse de le laisser s’échapper, il trouve à tâtons le robinet de la douche et le fait tourner pour ouvrir l’eau. Trop pressé de se glisser sous le jet pour reprendre leurs explorations là où elles ont momentanément été interrompues, il en oublie les sandales toujours accrochées à ses pieds. L’une d’entre elles reste coincée sur le rebord de la cabine et manque de les précipiter tête première contre le carrelage froid. Le cœur battant désagréablement, il se rattrape d’une main un peu tremblante à la paroi de verre. Sans trop de succès, il tente de les enlever. Seulement, avec son précieux chargement toujours enroulé autour de lui, il ne voit pas très bien ce qu’il fait et ses mouvements sont passablement limités. Ça ne l’empêche pas de s’obstiner à secouer mélodramatiquement un pied puis l’autre pour tenter de se débarrasser de ses tongs. Rendant enfin les armes, il soupire, agacé d’avoir gâché la spontanéité du moment avec sa maladresse. Pourtant, Aisling ne semble pas partager sa contrariété. Un petit sourire attendri aux lèvres, elle se détache de lui, reproduisant les gestes qu’ils partagent chaque fois qu’ils dansent pour lui proposer silencieusement de descendre. Une fois ses bras libérés et son équilibre habituel rétabli, il n’a aucun problème à retirer ses sandales Batman et à les envoyer valser dans le coin de la salle de bain, là où elles ne risquent pas de les faire trébucher lorsqu’ils sortiront de la douche tout à l’heure.

En se retournant vers Aisling, il constate qu’elle ne semble plus aussi confiante. Visiblement tendue, elle l’observe d’un drôle d’air, comme si elle ne savait plus trop comment agir. Touché par son affolement, il fait un pas dans sa direction et cueille son visage dans une paume délicate. Silencieusement, il l’encourage à relever les yeux. Au contact du sien, l’inquiétude qui assombrissait son regard s’éclaircit. À son tour, elle encadre sa mâchoire de ses mains et se hisse sur la pointe des pieds pour l’embrasser. Il se penche pour venir à sa rencontre et lui rend son baiser avec douceur, une main ferme mais légère posée sur sa taille. C’est là qu’elle trouve ses doigts et les entrelace avec les siens. Son aisance retrouvée, elle souffle : « Viens. » Sans la moindre hésitation, il se laisse entraîner sous la douche, guidé par sa main qui enveloppe la sienne et son regard câlin. Fasciné, il suit du regard le mouvement du foulard sombre qui coule sur sa peau et la dévoile avant de s’échouer gracieusement à l’extérieur de la cabine. Lorsqu’il referme la porte de verre derrière lui, il a l’impression que c’est aussi une bulle qui se referme sur eux, occultant tout ce qui les entoure pour laisser toute la place à leurs corps qui se frôlent et à l’anticipation fébrile qui les fait vibrer. Du bout des doigts mais sans la moindre gêne, elle explore sa peau, les yeux remplis de désir et de curiosité. Le souffle un peu lourd, il plaque une grande main sur sa chute de rein et frémit en sentant sa bouche se poser sur sa poitrine, sa langue glisser sur sa peau. Le soupir d’appréciation d’Aisling se transforme peu à peu en mots : « Tu goûtes la mer et la crème… » Amusé qu’elle en soit venue à la même conclusion désagréable que lui, il lui rend son sourire et hausse un sourcil intéressé. « J’vais t’arranger ça. » D’une impulsion délicate, elle l’oblige à faire un pas en arrière jusqu’à ce qu’il sente la chaleur de l’eau dévaler ses épaules et couler sur son torse. Taquine, elle repousse les mèches indisciplinées qui tombent sur le front du tatoueur, puis le tente en lui offrant ses lèvres sans lui laisser les capturer pour autant, ce qui lui arrache un grondement de mécontentement. Sensible à ses discrètes récriminations, elle lui rend finalement le baiser qu’elle lui avait refusé une fois qu’elle a terminé de faire mousser le gel douche entre ses paumes. Grisé par le contact délicieux de sa peau nue qui se presse contre la sienne, il savoure la douceur brûlante de leur étreinte.

L’odeur boisée et familière de son gel douche inonde la cabine tandis que les mains d’Aisling se faufilent sur sa peau, lui prodiguent des caresses langoureuses, chassent le sable et le sel de son épiderme pour les remplacer par le fantôme de son toucher incandescent. Elles le chatouillent en s’insinuant derrière ses oreilles et en effleurant le bout de son nez. Le sourire émoustillé qui s’étirait sur ses lèvres se noie dans leur baiser tumultueux. Tandis que sa langue danse avec celle de la jeune femme, ses mains s’enroulent autour de sa taille. Malgré ses poumons qui réclament une dose d’oxygène, il l’implore de continuer sa douce torture. Cependant, elle ne l’écoute pas vraiment et s’écarte légèrement, autant que lui permet sa poigne qui la retient toujours prisonnière. Elle fait courir ses doigts sur sa poitrine, lui arrache un frisson de délectation quand elle frôle ses tétons sensibles sans pourtant s’y attarder. Le cœur battant contre la boule d’anticipation fiévreuse qui enfle dans sa poitrine, il suit la trajectoire de sa main qui s’aventure de plus en plus bas avec une nonchalance feinte qui ne réussit qu’à le rendre plus fébrile. Ses grands yeux lumineux plongent dans les siens tandis qu’elle pose ses lèvres sur sa poitrine. Fasciné par le tourbillon de désir et de satisfaction qui s’agite dans son regard, il retient son souffle. Tout à coup, ce ne sont plus ses doigts qui suivent le relief de ses abdominaux, mais ses lèvres. Lentement, elle descend, dessine une chaîne de baisers sensuels sur sa peau, s’approche lentement mais sûrement de la frontière tracée par son maillot, jusqu’à ce qu’elle se retrouve agenouillée devant lui. Le visage relevé vers lui, elle le regarde d’un air faussement innocent. Au détour d’une rêverie indécente, il l’a maintes fois imaginée dans cette position sans pour autant oser espérer que le fantasme devienne si vite réalité. La voir ainsi provoque une vague de désir ardente qui déferle sur lui comme une coulée de magma qui menace de l’emporter. La respiration saccadée, il presse ses mains contre ses cuisses, y enfonce ses doigts et se concentre sur la douleur légère pour garder un contrôle ténu sur la tension qui flambe dans son bas-ventre. Il ignore si elle n’a pas conscience de l’état précaire dans lequel elle se trouve ou si elle s’en fiche simplement, mais elle prend son temps pour savonner ses jambes sans se soucier du frisson d’intérêt qui le traverse chaque fois qu’elle s’insinue discrètement sous le tissu de son maillot. Le baiser qu’elle pose sur sa hanche, juste au-dessus de son maillot et si près du cœur de son désir, fait naître des images délicieuses dans son esprit. « J’crois qu’ça devrait aller mieux maintenant, » murmure-t-elle, même s’il ne l’écoute qu’à moitié.

Un peu étourdi, il ferme un instant les yeux. Quand il les rouvre, elle se tient à nouveau debout devant lui, un sourire fier sur ses lèvres rosées. Cependant, elle n’a visiblement pas terminé de jouer avec son désir. Dépourvues de la timidité qui les retient habituellement, ses mains se glissent par-delà la frontière de tissu et se coulent sur ses fesses pour les palper avec enthousiasme. Trop tôt au goût de Sid, elles remontent et s’arrêtent prudemment sur ses flancs. « Sauf si tu penses que j’ai oublié une zone importante ? » La bouche un peu sèche, il comprend ce qu’elle lui offre à demi-mots en retournant la question qu’il lui avait posé le soir de leur spectacle de danse. Son regard bleu gris accroche le sien et, pour la première fois depuis qu’ils se sont glissés sous la douche, se nimbe de timidité. Même si son corps tout entier lui hurle de dire oui, de s’abandonner sans la moindre question ou hésitation entre ses mains, les derniers neurones fonctionnels qu’il lui reste lui rappellent qu’il a intérêt à faire redescendre un peu la tension s’il veut éviter que ce rapprochement ne connaisse une fin prématurée. De toute façon, il a envie de renverser les rôles, de reprendre momentanément le contrôle de la danse et de lui faire goûter à son tour à la douce torture qu’elle vient de lui infliger. Comme tout à l’heure, ses mains se referment sagement autour de sa taille. L’air espiègle, il incline légèrement la tête sur le côté et esquisse un sourire rêveur. « On peut dire ça, oui. » Dans les iris sombres d’Aisling, l’amusement semble lutter un instant contre le doute. Déterminé à chasser la moindre bribe d’inquiétude de son esprit, il se penche vers elle pour faire courir ses lèvres sur sa mâchoire. « Mais ça peut attendre pour l’instant, » souffle-t-il avant de retracer son chemin jusqu’à sa bouche. Lascif et sensuel, le baiser s’approfondit presque aussitôt et ne prend fin que lorsque Sid se détache d’elle pour la regarder, un sourcil haussé. « Tu sais que c’était incroyablement sexy d’te voir à genoux comme ça devant moi ? » Lentement, ses mains quittent sa taille fine et migrent vers le bras jusqu’à se refermer sur ses fesses rebondies. Du bout du nez, il trace la courbe de son oreille, puis s’intéresse à son lobe, qu’il attrape entre ses dents et mordille délicatement. Seulement satisfait lorsqu’il la sent frémir dans son étreinte, il lui souffle : « Ça m’a donné toutes sortes d’idées… » Délaissant à regret son derrière pour l’instant, il l’encourage d’une petite poussée à changer de position avec lui pour profiter à son tour de l’eau chaude.

Tendant le bras, il attrape la bouteille de gel à la rose d’Aisling qui reposait sur l’étagère intégrée au mur de la cabine. Il ne l’ouvre pas tout de suite, cependant, et ramène plutôt son attention sur sa belle brune. « Ça m’a aussi donné envie d’te montrer… » À dessein, il marque une courte pause, accroche son regard tandis qu’il fléchit les jambes et pose ses lèvres sur son décolleté. « …à quel point ça peut être déconcentrant, » murmure-t-il, la bouche collée sur sa peau, qu’il couvre de baisers languissants en descendant le long de son sternum puis de son ventre. À son tour, il s’agenouille devant elle. Il presse une dernière caresse à la frontière de son bikini avant de s’écarter pour verser un peu de gel douche dans sa main et frotter ses mains ensemble. Ses doigts mousseux s’enroulent autour de son mollet droit, descendent d’abord vers la cheville puis remontent lentement la jambe svelte. D’humeur légèrement provocante, il s’égare sur la peau douce à l’intérieur de sa cuisse et se risque même à frôler d’une phalange aventurière le tissu humide qui dissimule encore son intimité avant de passer à l’autre jambe. Conscient de jouer avec le feu, il trace d’une langue agile la ligne sombre de son maillot en même temps qu’il répète son petit manège sur son autre jambe. Il termine sa course sur sa hanche gauche. En se redressant, il constate que c’est la première fois qu’il se trouve suffisamment près de son tatouage pinup pour pouvoir l’examiner en détail. Comme Aisling adore le faire avec les siens, il retrace d’un doigt léger le contour du dessin. Surpris, il constate que la peau n’est pas entièrement lisse. Il croit d’abord à une erreur technique du tatoueur qui a réalisé l’œuvre avant de reconnaître un motif régulier composé de lignes fines et légèrement surélevées. Même si l’artiste les a admirablement bien camouflées sous l’encre, elles n’échappent pas à l’œil d’expert de Sid. Il en a lui-même recouvert suffisamment pour reconnaître la véritable nature de ces cicatrices. Le cœur serré à l’idée qu’elle ait déjà eu à extérioriser sa douleur de cette façon, il fait courir un pouce tendre sur sa cuisse en relevant les yeux vers elle. Sur son visage, il voit aussitôt qu’elle sait qu’il a compris ce qu’il vient de découvrir. Alors il se penche sur son tatouage et presse ses lèvres sur la peau marquée comme s’il espérait qu’en y déversant suffisamment d’amour, il pourrait chasser pour toujours le mal-être responsable de ces cicatrices.

Lorsqu’il s’écarte enfin, il récupère la bouteille de gel douche et se relève. En la reposant sur l’étagère, il glisse son bras libre autour de la taille d’Aisling. Pour chasser les dernières volutes de l’énergie étrange qui a envahi la cabine, il l’embrasse tendrement. La technique semble fonctionner. Alors que leurs langues se caressent et que leurs souffles se creusent, il parcourt son ventre de ses mains encore mousseuses avant de se glisser sur sa chute de rein. En remontant, ses doigts rencontrent la ficelle qui traverse son dos. Rompant le baiser, il croise le regard de la jeune femme et lui sourit de cet air charmeur à laquelle elle ne résiste pas. « J’pense qu’on devrait s’assurer qu’il n’y a plus de crème là-dessous non plus, pas vrai ? » Sa réponse fuse presque aussitôt et, armé de sa permission, il saisit l’une des lanières et la dénoue lentement, avec la même précaution qu’il prend habituellement pour déballer ses cadeaux. En même temps, il coule ses lèvres dans son cou jusqu’à ce qu’il atteigne l’autre boucle nouée sur sa nuque. Comme il l’avait fait dans la baignoire, le soir de leur spectacle de danse, il l’attrape entre ses dents, sauf que cette fois il termine son geste et tire jusqu’à ce que le haut se détache. D’un long geste délibérément mesuré, il fait glisser ses doigts de la clavicule d’Aisling, où reposait la ficelle, jusqu’à sa poitrine pour déloger le tissu humide qui collait encore à sa peau. Tandis que le maillot s’échoue sur le sol de la cabine, Sid presse délicatement son sein dans sa paume. Même si c’est loin d’être la première fois qu’il l’explore, il ne se lasse pas de couvrir la peau fine de sa poitrine de baisers taquins et de caresses languissantes, pas plus qu’il ne se fatigue de sentir la jeune femme vibrer d’excitation contre lui lorsqu’il le fait. Séduit par la chaleur des mains d’Aisling qui recommencent à flirter avec les limites de son maillot comme si elles regrettaient de rencontrer le tissu plutôt que son corps, il sourit tout contre sa peau. « Je peux l’enlever si tu veux… » Parce qu’après tout, il croit sincèrement à l’importance de l’égalité dans leur relation, et il a bien conscience qu’elle s’est dénudée plus que lui, une injustice qu’il désire certainement rectifier.





just kiss me in the dark
maybe i’m just as scared as you. it's alright, stay by my side on the edge of everything we know. it's alright, just don't look down and i will hold on and never let go. you're right beside me, so just close your eyes, i'll never let go. you're all that i need, so just close your eyes. • close your eyes, rhodes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2MiNnPz
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 KF17JgG
Revenir en haut Aller en bas
Aisling Hayes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 24 ans, née un 20 février
SURNOM : Ash par ses amis, Leen par son vampire-dandy. Ivana Rose sur instagram.
STATUT : Essaie d'écouter son cœur, de le confier à Sid malgré sa peur.
MÉTIER : Modèle alternative (Suicide Girls, OnlyFans) et effeuilleuse quelques soirs par semaine.
LOGEMENT : Appart' #353 à Redcliffe
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 U7mh
POSTS : 1236 POINTS : 60

ORIENTATION SEXUELLE : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Née en Irlande du Nord dans une famille très catholique, parle avec un accent gaélique. A troqué les rues pluvieuses de Belfast pour le soleil de Brisbane mais son existence est toujours aussi grise. Se croit bonne à rien si ce n’est à jeter son corps en pâture aux caméras. Faut bien payer le loyer et sa dette envers le club. Aisling se réfugie dans les morceaux de rock qui ouvrent son cœur à sa place. Le son à fond, elle danse pour extérioriser le tumulte de ses sentiments. Parfois, elle chante aussi… mal, elle trouve. Végétarienne, elle adore les animaux. Ancienne junkie sobre depuis 10 mois
RPs EN COURS : Sid [14]Sid 13Sinner [r.a.]Robin [2]Robin [3]LaoisePhoenix [3]

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_p4a4pebiND1wruyrjo6_400
Sid ♡ I won't turn back I won't cross that hidden danger line. It's a loud and dark world but I think I found the light. I need you to tell me everything will be alright, to chase away the voices in the night; when they call my name.

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_n1ntj6ujmD1qajz3yo4_250
Robin ♡ you lead the blind you lead the stream, the current ways are much to lean, you are the captain of the team!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Giphy
Phoenix ♡ I need a hero, I'm holding out for a hero 'til the end of the night. He's gotta be strong and he's gotta be fast, and he's gotta be fresh from the fight. He's gotta be larger than life!

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Tumblr_o36lhfvzXs1v63j0ho4_r1_250
Lou ♡ Oh I love the taste of cyanide, oh how I love to feel it burn inside. I'm on the hour and I've been there for a long time but somehow I feel like I'm fading out of line.

RPs EN ATTENTE : Sid [f.b.2] ♡ Lou [3] ♡ Raelyn [2]

Je ne prends que 6 RPS à la fois.


RPs TERMINÉS : Sid ♡ [1] | [2] | [3] | [4] | [fb1] | [@] | [5] | [6] | [7] | [8] | [9] | [10] | [11] | [12]
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 2Ldgfbo
Phoenix ♡ [1] | [2]
Lou ♡ [1] | [2]
Owen ♡ [1]
AVATAR : Mellisa Clarke
CRÉDITS : loudsilence (avatar) + Frimelda (sign) + Loonywaltz (ub) + Sid (ub)
DC : Jameson la louve & Kyte le vieux type louche
PSEUDO : Whitefalls/Whitewolf
INSCRIT LE : 07/09/2016
https://www.30yearsstillyoung.com/t11388-aisling-run-away-try-to-find-that-safe-place-you-can-hide https://www.30yearsstillyoung.com/t11572-aisling-hayes-would-you-love-a-creature-like-me https://www.30yearsstillyoung.com/t12482-aisling-hayes https://www.30yearsstillyoung.com/t12436-aisling-hayes

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 EmptyLun 10 Mai 2021 - 4:22



kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Le06sun kissed
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 P0g7ocean eyes
kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Wkqmsalty lips


Day 3: you make loving fun
Tonight with the sea and the salty breeze, the warmth of your skin under my finger tips. Tonight with the scent of your black hair and the salt of your sweat on my lips. Your hands they move like waves over me. Beneath the moon, tonight, near the sea

Voilés de désir, les yeux de Sid plongent dans les siens comme pour en sonder les profondeurs. Elle se soumet timidement à leur examen, apaisée par la chaleur de ses paumes nichées au creux de sa taille. Une lueur taquine s’allume dans son regard océan et ses lèvres esquissent un sourire songeur alors qu’il lui répond : « On peut dire ça, oui. » Amusée, Aisling hausse légèrement les sourcils pour l’encourager à préciser sa pensée, ignorant sciemment les éclairs d’incertitude qui la transpercent de part en part. La caresse des mots qu’il souffle contre sa peau les dissipe aussitôt. « Mais ça peut attendre pour l’instant. » Leurs bouches s’effleurent et elle se laisse couler sans retenue dans la sensualité du baiser qu’ils échangent. Dociles, ses mains relâchent la lisière de son maillot de bain pour venir se poser prudemment sur ses flancs. Blottie contre son torse, elle savoure la pression de ses lèvres et la caresse de sa langue jusqu’à ce qu’il s’écarte, haussant un sourcil qui ne manque pas de piquer sa curiosité. « Tu sais que c’était incroyablement sexy d’te voir à genoux comme ça devant moi ? » Aisling n’en doute pas une seconde. Elle l’entend au timbre si particulier de sa voix rauque, le sent à la chaleur de ses paumes dévalant sa croupe, la morsure de ses doigts sur la chair tendre de ses fesses, la tension dans son membre frôlant sa hanche. Elle le voit à l’éclat brûlant de ses yeux clairs qui teinte ses joues de rose et répand une douce chaleur dans sa poitrine. Un éclat qui ne l’effraie plus. Même qu’il lui donne plutôt envie de recommencer, tant elle aime se sentir désirable à ses yeux et explorer sa sensualité depuis la sécurité de cette bulle d’affection qu’il a créée rien que pour elle. « Ah oui ? » Elle minaude d’un ton faussement innocent tandis qu’il frôle la courbe de son oreille, faisant naître un sourire épris sur ses lèvres. Ses doigts se contractent autour de ses épaules tatouées et elle frissonne entre ses bras sous la caresse acérée que ses dents infligent à son lobe. « Ça m’a donné toutes sortes d’idées… » Les mots coulent le long de son échine, éveillent un désir lancinant dans son bas-ventre qui la surprend dans son intensité. Si t’as aimé, j’le referai… Elle songe sans devoir y réfléchir une seule seconde, fascinée par les images embuées qui prennent forme dans son esprit pour tenter de lui laisser entrevoir celles auxquelles il a succombé.

Elle voudrait se presser contre son corps et laisser ses bras l’envelopper quelques instants encore, mais déjà il lui échappe et l’encourage à prendre sa place d’une impulsion assurée. L’eau chaude lisse ses cheveux, s’écoule sur ses épaules et le long de son dos. Aisling n’y prête pas vraiment attention, trop occupée à suivre les mouvements de Sid avec un intérêt teinté de curiosité. « Ça m’a aussi donné envie d’te montrer… » Le cœur battant, elle relève les yeux pour l’interroger du regard et s’étonne de le trouver à sa hauteur. Attends, il va pas… ? Elle n’a pas le temps de finir sa pensée, distraite par la pression légère de ses lèvres sur la peau ruisselante de son décolleté. « …à quel point ça peut être déconcentrant. » La vibration de sa voix basse contre sa poitrine haletante confirme son intuition et chasse ses dernières réserves. Un frisson d’anticipation la traverse alors qu’il se fraie un chemin sensuel au creux de ses seins, parsème son ventre de baisers voluptueux. Il s’agenouille devant elle, embrasse soigneusement la peau sensible à la lisière de son bikini, la poignarde d’une émotion inexplicable. Troublée, Aisling voudrait placer une paume derrière sa nuque pour l’inciter à se relever ou se laisser tomber à genoux à ses côtés. Mais la fermeté de ses mains qui s’enroulent autour de son mollet et descendent vers sa cheville l’en dissuade. Une paume appuyée contre le verre frais de la cabine de douche, elle savoure la vision de ses grandes mains tatouées qui l’emplissent d’une étrange fébrilité à mesure qu’elles remontent ses jambes. Enivrante, l’odeur de rose se mêle à la buée et sa respiration se saccade lorsque les doigts de Sid glissent entre ses cuisses, effleurent le cœur de son désir d’une caresse si légère qu’elle semble presque involontaire. Si précise, pourtant, que ses jambes frémissent et menacent de fléchir sous sa douce torture. Assaillie de sensations, elle laisse échapper un petit soupir plaintif quand sa langue vient taquiner la peau fine à la lisière de son maillot de bain. « Oh… mon- » Imperturbables, ses mains puissantes reprennent leurs caresses sur son autre jambe, font tranquillement monter l’anticipation le long de sa cuisse jusqu’à ce qu’elle ploie de désir sous la tendre offensive qui frôle encore le tissu trempé de son maillot sans vraiment la toucher. « …Sid. » Son prénom coule dans un murmure et les doigts de sa main libre s’enfoncent entre ses mèches sombres pour le retenir tout contre sa hanche. Elle dérape presque aussitôt, se raccroche à son épaule comme pour s’empêcher de s’effondrer et se laisser happer par ce désir enivrant qui l’embrase autant qu’il l’effraie. Car le voir ainsi à genoux devant elle et recevoir ses caresses pas si innocentes éveille dans son être des envies qu’Aisling n’est pas prête à assumer. Comme la langueur sourde qui pulse au creux de son intimité et réclame sa langue aventurière avec une clarté qui n’est pas sans l’ébranler.  

Comme s’il sentait son émoi, Sid s’écarte légèrement et retrace d’un geste expert les contours du tatouage ornant sa cuisse, l’un des seuls qu’il n’a pas encré lui-même. Les paupières closes, elle laisse son esprit divaguer et rêvasse de sentir encore la douleur exquise de son aiguille marquer sa peau de son art. Soudain, les caresses du tatoueur se font plus prudentes, plus tendres. Plus précises, aussi. Intriguée, Aisling baisse les yeux et quand leurs regards se croisent, elle sait d’instinct quelles bribes de son histoire il a découvertes sur sa peau et comprises sans qu’elle ait jamais eu besoin de lui en souffler le moindre mot. Une vague d’incertitude la submerge, suivie d’une marée noire de honte qui veut l’obliger à fuir pour se couvrir. Terrifiée de ce qu’il pourrait laisser filtrer, elle lutte contre l’appréhension et s’efforce de soutenir son regard. Mais il n’y a pas la moindre répulsion dans ses grands yeux clairs. Seulement une compassion enveloppante et un amour si pur que son cœur chavire quand il se penche sur sa peau meurtrie. Il l’embrasse avec application, diffuse une douce chaleur dans son être, recouvre ses cicatrices de ses lèvres comme pour refermer les plaies qui lacèrent son âme depuis des années. La peur d’être trop fragile, trop sensible. De s’être abîmée au-delà du réparable et de ne plus pouvoir représenter quoi que ce soit de beau ou désirable à ses yeux. Patiemment, il chasse ses doutes et les maux qui pèsent sur son cœur jusqu’à ce qu’il ne reste plus qu’une tendre intimité et la puissance rougeoyante de ce lien qu’ils partagent à l’abri du monde.

En dépit de la douceur de ses baisers, Aisling soupire de soulagement lorsqu’il se redresse et glisse un bras autour de sa taille. Elle se blottit contre sa poitrine, prête à enfouir son visage dans le creux de son cou pour s’abandonner au réconfort de son étreinte. Mais la bouche de Sid cherche délicatement la sienne et la ramène patiemment à lui. D’abord timides, hésitantes, leurs lèvres se font plus assurées, plus affamées quand elles s’entrouvrent pour accueillir la caresse de leurs langues. Les mains de Sid reprennent leur exploration sur sa peau, jouent avec les braises incandescentes d’une passion qui ne demande qu’à s’enflammer. Elle fronce les sourcils quand il s’écarte, mais son gémissement de protestation fond sur ses lèvres, désamorcé par le sourire séducteur du tatoueur. « J’pense qu’on devrait s’assurer qu’il n’y a plus de crème là-dessous non plus, pas vrai ? » Un frisson d’anticipation traverse son échine quand ses doigts tirent doucement la ficelle retenant son haut et elle hoche frénétiquement la tête pour l’encourager à l’en libérer sur le champ. Mais il prend son temps, la déballe avec la même lenteur insoutenable qu’il réserve à chaque cadeau qu’elle brûle de lui offrir. Les paupières à demi fermées, elle noue un bras derrière sa nuque pour mieux savourer la caresse de ses lèvres au creux de son cou. La vibration agréable des lanières en tissu l’informe que la dernière boucle est sur le point de céder à la morsure de ses dents. Sexy. Elle ne peut s’empêcher de songer avec un petit sourire rêveur. Enfin, la pression qui s’exerçait sur sa nuque et ses côtes se relâche. Eperdue de désir, Aisling plonge dans l’océan de ses yeux tandis que ses longs doigts suivent la ligne de sa clavicule, s’égarent sur sa poitrine, font glisser le tissu humide sur ses tétons sensibles pour l’en délivrer. Un gémissement de plaisir lui échappe lorsque la chaleur de ses paumes remplace la fraîcheur du vêtement sur ses seins. Pantelante, elle s’abandonne à la fermeté de ses mains qui font monter le plaisir dans son être, ne daignent la soulager un instant que pour mieux attiser son désir le suivant. Elle a besoin de le sentir contre son corps. La friction de leurs peaux brûlantes, la morsure délicieuse de ses doigts, la pression exigeante de ses lèvres qui la font soupirer d’extase. Fiévreuses, ses mains disparaissent dans la chevelure de Sid, se contractent sur les muscles de ses épaules, dévalent ses flancs fermes pour aller jouer avec la lisière de son maillot de bain. « Je peux l’enlever si tu veux… » S’il lui restait l’ombre d’un doute, la voix profonde de Sid le disperse en déversant une lave de désir en elle. « Ou alors j'pourrais le faire moi ? » Presque un souffle, sa demande n’échappe pas à son copain qui hoche doucement la tête en souriant tout contre sa peau. Pinçant les lèvres pour retenir un petit gloussement affectueux, Aisling s’aventure timidement au-delà de ses hanches, gênée et rassurée tout à la fois par la mince barrière de tissu. Comme l’autre soir sous la douche, elle câline d’abord sa cuisse avant de remonter lentement vers la bosse impressionnante qui tend son maillot. Elle l’apprivoise du bout des doigts, frôle délicatement ses contours, fascinée par la façon dont les caresses que Sid lui procure perdent graduellement en précision. Curieuse de voir si elle peut complètement le déconcentrer, Aisling remplace le contact léger de ses doigts par la pression un peu plus appuyée de sa paume. La main qui retenait encore son sein se contracte une dernière fois autour de sa chair tendre avant de glisser le long de ses flancs pour s’enrouler autour de sa taille et la retenir fermement contre lui. Elle profite d’être ainsi prisonnière de son étreinte pour presser un baiser incandescent contre sa nuque offerte. Puis, ravie d’avoir trouvé son talon d’Achilles, sa main entame un mouvement de va et vient languissant jusqu’à ce qu’il étouffe un soupir saccadé contre sa peau et finisse par se redresser.  

Un petit sourire de victoire aux lèvres, elle se hisse sur la pointe des pieds pour lui voler un baiser qui s’approfondit aussitôt. Ses doigts en profitent pour remonter jusqu’à sa peau et longent un instant la lisière de son maillot avant de s’insinuer sous l’élastique pour le tirer délicatement vers le bas. Il y a quelque chose d’irrésistible dans la façon dont la langue de Sid se réfugie contre la sienne et le soupir brûlant qu’il étouffe contre ses lèvres tandis qu’elle le libère de sa prison de tissu. Quand elle s’écarte, ce n’est que pour mieux se perdre dans son regard. Les mains sagement posées sur ses hanches, elle sonde les volutes de désir et d’adoration qui tournoient dans ses yeux pâles avant de laisser les siens glisser le long de sa mâchoire, suivre la ligne de ses épaules, effleurer les tatouages qui ornent sa poitrine et couler sur les reliefs délicats de ses abdominaux jusqu’à son membre fièrement dressé entre eux. Prise de doutes, Aisling craint soudain d’être allée trop vite et de ne pas savoir s’y prendre. Elle s’approche timidement, cherche du réconfort auprès du cœur encré sur sa poitrine qu’elle effleure du bout des lèvres avant de se blottir contre son corps. Le cœur battant, elle laisse la tendresse de son ventre faire connaissance avec la fermeté de son érection, presse une nuée de baisers délicats sur sa clavicule. « T’es tellement beau. » Elle murmure contre sa peau, la voix vibrante d’émotion, les doigts caressant distraitement son dos. Apaisée par la beauté fragile de cet interlude entre tendresse et sensualité, Aisling finit par tendre une main téméraire vers sa bouteille de gel douche. Elle en fait mousser une noisette entre ses paumes puis les place au creux de ses reins pour mieux couler vers ses fesses qu’elle presse amoureusement avant de remonter vers ses hanches. Relevant les yeux vers Sid, elle essaie de lire sur son visage s’il souhaite la voir explorer d’autres horizons. La courbe sensuelle de ses lèvres entrouvertes et son regard embrasé d’une douce convoitise éveillent un désir lancinant dans son être. Les joues rosies, Aisling se réfugie sous sa frange pour mieux reprendre son expédition le long de sa taille. Une fois arrivée à son but, elle effleure la peau fine et veineuse du bout des doigts, s’étonne de la façon dont sa douceur veloutée glisse sur la dureté de son membre. Plus encore de le sentir tressaillir sous ses caresses comme s’il avait une volonté propre alors qu’elle atteint le bout visiblement sensible. Surprise, elle écarte sa main comme s’il l’avait brûlée et relève un regard interrogatif vers son copain. Puis, encouragée par la façon dont le plaisir altère discrètement ses traits fins et luit dans son regard enveloppant, elle retente timidement l’expérience. En proie à une étrange effervescence, elle se risque même à enrouler délicatement ses doigts autour de la base et remonte lentement jusqu’à son extrémité, sans oser exercer la moindre pression. Ça semble pourtant lui plaire, si elle en croit sa respiration saccadée et la façon dont il incline la tête vers l’arrière comme pour mieux savourer ses caresses. « J’crois qu’t’as vraiment plus d’sable nulle part. » Elle souffle en reposant sagement sa paume sur son ventre, un peu impressionnée par sa réaction et les sensations qu’elle vient de découvrir. Confusément, elle sent qu’il lui faudrait une courte pause pour faire le tri dans ses émotions avant de repartir à l’aventure… et qu’elle serait bien plus à l’aise au sec, blottie tout contre son flanc à profiter du couvert de leurs draps plutôt que debout sous l’eau de la douche qui commence à se rafraichir.

Ses mains trouvent celles de Sid et les posent délicatement sur sa taille, au niveau des boucles retenant le bas de son maillot de bain. « Moi par contre… » Relevant les yeux vers lui, elle accroche son regard et esquisse un petit sourire contrit, consciente du caractère un peu particulier de sa demande. « Dis... tu crois qu’tu pourrais fermer les yeux et euh… tirer sur les lanières ? » Car elle a besoin de sentir ses doigts sur sa peau, besoin de le laisser ôter ce dernier rempart et d’apprivoiser la sensation de vulnérabilité qui l’envahit à l’idée de se trouver entièrement nue en sa présence. Pourtant, elle ne se sent pas encore prête à se dévoiler sans réserve et lui laisser entrevoir ce qu’elle est parvenue à protéger si longtemps. Luttant contre l’incertitude ruisselant dans ses veines, Aisling le laisse sonder son regard jusqu’à ce que le sien se teinte d’une compréhension amusée. Un sourcil arqué, il esquisse un sourire taquin et ferme les paupières en acceptant formellement sa demande. La caresse de ses doigts sur ses hanches et la vibration de sa voix envoient un frisson délicieux le long de son échine. Fébrile, elle ne quitte pas son visage des yeux alors que le tissu glisse lentement entre ses cuisses pour s’échouer sur le sol tandis que ses grandes mains reviennent se poser au creux de sa taille. « Merci. » Elle murmure dans un souffle en se hissant sur la pointe des pieds pour lui voler un baiser empreint de retenue. En dépit de sa curiosité, elle n’ose pas se blottir contre son corps et fait un pas en arrière pour éviter qu’ils ne s’effleurent par mégarde. D’une main furtive, elle renverse un filet de gel douche dans sa paume. Un petit sourire attendrit se dessine sur ses lèvres quand elle accroche l’expression résolue de Sid du coin de l’œil. Elle sait qu’il n’ouvrira pas les yeux avant d’obtenir un signe de sa part. Ni ne surprendra ses paumes couler le long de ses courbes, ses gestes se faire caresses alors que son regard à elle flâne sur les reliefs harmonieux de sa musculature nerveuse, délicieusement soulignés par le tracé sombre de ses tatouages. Il ne verra pas le désir vaciller dans ses yeux gris ou sa respiration se saccader lorsque sa main glissera entre ses cuisses en visualisant la sienne. Ni l’inquiétude figer ses traits, ses mouvements rigidifiés dans un éclair de regret. C’est tout juste s’il percevra une vague précipitation alors qu’elle se faufilera furtivement sous le jet puis hors de la cabine pour s’envelopper dans sa serviette avant de revenir sur ses pas. « C’est bon, tu peux les rouvrir. » Elle le taquine en enroulant un drap de bain autour de ses hanches. Profitant de leur proximité, elle se hisse sur la pointe des pieds et lui vole un baiser dans l’espoir de réguler le trop plein d’émotions contraires qui crépite nerveusement sous sa peau. Elle se défile avant qu’il n’ait le temps de la retenir et sautille vers le miroir pour essorer ses cheveux dans une serviette et vérifier son maquillage. Cependant, son cœur manque un battement quand elle est confrontée à son reflet et ses yeux s’arrondissent d’horreur en constatant qu’il n’en reste plus rien. « Oh mon dieu ! » Paniquée, elle jette un coup d’œil dans la direction de Sid et se détourne en un sursaut, une main en visière devant son visage pour mieux dissimuler ses paupières désespérément nues. « Attend Sid faut qu’tu refermes les yeux ! » Elle implore d’une petite voix pressée. Il s’exécute sur le champ, pensant probablement répondre à une toute autre urgence. Rassurée, elle noue ses doigts entre les siens et l’entraîne délicatement vers la porte menant à leur chambre.  « T’as qu’à t’installer pendant que j’me remaquille vite fait. » Touchée par la perplexité qui s’épand sur ses traits, elle se pince les lèvres en comblant la mince distance qui les séparait et presse une traînée de petits baisers désolés sur la ligne sa clavicule. « Et après j’suis toute à toi, c’est promis mon Sidney. » Promesse soufflée d’une voix suave contre sa peau encore délicieusement trempée.  





you feel like heaven
Thunder in the blue skies, lightning in the daylight, storm clouds in our eyes. Tidal waves in my heart, earthquakes in the still dark, eclipses in the night.
F R I M E L D A

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 873483867:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty
Message(#) Sujet: Re: kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling - Page 2 Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

kiss my lips and let’s run away together ♡ aisling

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
voyager vers d'autres horizons.
 :: sur la route
-