AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.

 over my shoulder (gaïa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kai Luz
Kai Luz
le globe-trotter
le globe-trotter
over my shoulder (gaïa) 9OYzxwd Présent
ÂGE : trente-et-un ans (13/08), il en grince des dents
STATUT : époux de mila depuis 2016, il s'affiche néanmoins célibataire, situation qui le laisse mitigé entre le soulagement et l'horreur
MÉTIER : biologiste, concentré davantage sur le domaine de la recherche qui lui prodigue une liberté et quelques avantages rendant ce métier qu'il n'a pas choisi lui-même plus supportable
LOGEMENT : il tient compagnie à dani dans son appartement situé dans le quartier de bayside sur wellington street
over my shoulder (gaïa) Francisco-lachowski
POSTS : 9139 POINTS : 270

TW IN RP : relations toxiques, harcèlement moral, viol
GENRE : Je suis un homme
PETIT PLUS : en crise identitaire : il cherche encore qui il est ▲ people pleaser par excellence, souverain des compromis ▲ haut potentiel intellectuel doublé d'un trouble de l'attention (tdah) ▲ aucun pied à terre, il enchaîne les destinations sur le dos de ses études puis de sa carrière ▲ déteste la routine et les étiquettes ; entretient les secrets et les faux semblants ; avide de nouvelles expériences ; provoque les loufoques aventures et les opportunités de toutes sortes ▲ drag queen aussi passionnée qu'inavouée ▲ rêve de se réorienter dans le journalisme d'investigation
CODE COULEUR : Kai se cherche en #9966ff ou slateblue
RPs EN COURS : (17+5+6) gaïaabelnoor&raphaeljordan #2abel #2ethelitziaralex

over my shoulder (gaïa) BvdNvup
les five
noor #3five #3five #4jiyeon&noor #2jiyeon&noor #3noor #6

over my shoulder (gaïa) Holding-hands-couple
rakai
raphael #3raphael #5

over my shoulder (gaïa) Fmz0
partners in crime
mila #3

☽ ☽ dimension 〇 gothique ☾ ☾
over my shoulder (gaïa) XxF2NtnwnZ75tMfA5YrXygnDZw5ghM6fSXh5WSEr
over my shoulder (gaïa) AoIPx72lI9HefHJXJwbNEr8Li94SWgUoaGIlkY5e
noor #4asher #1ishtar #2marley #3

over my shoulder (gaïa) W98cbSy
archiebirdieishtaradèlenephtys

dimension fantôme
swann #2

over my shoulder (gaïa) JOOznhO
asher #2
RPs TERMINÉS : over my shoulder (gaïa) L2n5iNq
AVATAR : Francisco Lachowski
CRÉDITS : smmg (avatar), ji (gif les five), checkers (gif), drake. (signature), mapartche (illustrations personnalisées ♥), loonywaltz (ub), piastrelli (img sign) ⠍⠁⠛⠊⠑
DC : Isy Jensen & Max Novak
INSCRIT LE : 10/09/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t45389-kai-i-don-t-know-my-name-i-don-t-play-by-the-rules-of-the-game https://www.30yearsstillyoung.com/t45428-kai-safety-rules https://www.30yearsstillyoung.com/t47238-kai-luz

over my shoulder (gaïa) Empty
Message(#) Sujet: over my shoulder (gaïa) over my shoulder (gaïa) EmptyDim 5 Fév - 21:18


toowong :: st vincent's hospital

Même si la fatigue alourdissait mes muscles et soulignait mes courbatures, il me plaisait de travailler la nuit tombée au centre hospitalier. Ces occurrences étaient très rares, mes missions s'étendant majoritairement sur des plages horaires diurnes, néanmoins, lorsqu'il était question d'urgences doublées d'astreintes, je me devais de me rendre au laboratoire de l'établissement de santé. Je parcourais machinalement, pressamment, les couloirs péniblement éclairés, croisais quelques âmes sur ma route que je saluais aussi discrètement et poliment, dans un murmure qui prévenait de réveiller des patients que Morphée avait enfin accepté dans son étreinte. L'atmosphère durant ces heures peu animées m'avaient toujours paru molle, comme si nous nous embourbions tous dans un large caramel : les malades erraient en quête du marchand de sable, les personnels de santé luttaient contre le sommeil et dès qu'une prise en charge impérative sonnait, nous nous agitions pour chasser la fatigue et nous concentrer sur nos tâches au nom des infortunés peuplant les chambres. Cependant, installé parmi mes automates et face à mon poste informatique, j'appréciais la tranquillité particulière de la scène.

Les prélèvements urgents en cours d'analyse, je pianotais mon clavier tandis que les automates grondaient autour de moi. Je m'étirais sur le tabouret, ma blouse de biologiste déboutonné sur mon polo, et frottais négligemment mes yeux, vigilant lorsque j'approchais le droit qui était encore sensible de ma précédente agression. Je m'interdisais de penser au retour à domicile. Jadis, j'aimais marcher à pied jusqu'à l'appartement que je partageais avec Dani : cela me permettait de me vider la tête, de décompresser. Maintenant, lorsque Brisbane était enveloppée de son sombre manteau nocturne, j'étais terrifié à l'idée d'être attaqué de nouveau. Cette peur qui me rangeait, me hantait jusqu'à en façonner des cauchemars mêlés de sinistres souvenirs, m'abominait. Il me tardait de pouvoir retrouver vaillance, d'être en mesure de récupérer ma vie d'antan, le déni puissant face au fait que je ne serais jamais le même, comme chaque être humain évolue et abandonne ses versions du passé dans ce continuel processus.

Je me raidissais en entendant un bruit à l'extérieur, par la fenêtre du laboratoire. Les sourcils froncés, je jetais un coup d'œil à l'horloge et me levais pour me pencher en sa direction. « Bonsoir, » je lançais, tentant de décrire la femme faiblement éclairée par les lueurs pointant les issues de secours. « Je peux vous aider ? » je m'enquérais, recherchant en sa silhouette des motifs explicitant sa présence en cet endroit peu fréquenté de la zone hospitalière.

@Gaïa Salvatori  


“It's not about changing who you are, it's about revealing who you are.”

over my shoulder (gaïa) ZluH9hz
over my shoulder (gaïa) W9EuNqg
over my shoulder (gaïa) YSXQPya
over my shoulder (gaïa) 383200artist
over my shoulder (gaïa) Bbi5jU8
over my shoulder (gaïa) 335306globetrotter

over my shoulder (gaïa) I6XwHaC


Dernière édition par Kai Luz le Mar 15 Aoû - 0:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gaïa Salvatori
Gaïa Salvatori
la justicière au stylo
la justicière au stylo
over my shoulder (gaïa) 9OYzxwd Absent
ÂGE : 34 ans (02/10/89; ♎︎)
STATUT : elle aime Vittorio à la folie, mais mentirait en disant que trouver une bague de fiançailles dans ses affaires ne l'a pas déstabilisée, d'autant que cette dernière ne porte pas ses initiales, mais ceux d'une autre
MÉTIER : journaliste d'investigation freelance, à côté de ça, elle vient de publier début janvier un premier roman
LOGEMENT : #146 agnes street (bayside), une maison proche de la plage, qu'elle partage avec son italien depuis début 2023.
hqgifhunting
POSTS : 2367 POINTS : 0

TW IN RP : mentions d'agression physique (passée), aerodromophobie
TW IRL : cruauté animale
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Italienne de naissance et de coeur ☾ Troisième d’une fratrie de 6 enfants ☾ Née et a vécu toute son enfance à Sorrente, superbe ville côtière italienne. ☾ A choisi de partir étudier à Rome à sa majorité ☾ Ambitieuse, obstinée (carrément têtue) et surtout très carriériste ☾ noie ses daddy issues dans du vin hors de prix ☾ cuisine à merveille les plats surgelés ☾ pense que la pizza est un légume
CODE COULEUR : (indianred)
RPs EN COURS : 7/7
vittorio (10) - rosalie (3) - kai (1) - jules (1) - ashley (1) - mila (2)

FLASHBACKS / UA : /

NaNoWriMo 2022

over my shoulder (gaïa) Tumblr_ouqel1vSHr1rmi59go8_250
☾ VITTAÏA › I practice every day to find some clever lines to say to make the meaning come true, but then I think I'll wait until the evening gets late and I'm alone with you

over my shoulder (gaïa) 23ky
☾ SALVATORI SISTERS › uc.

over my shoulder (gaïa) 9pht
☾ GAÏALIE

RPs EN ATTENTE : dani (1) - cece (1)
RPs TERMINÉS : 2023 ›rosalie (2) - mila (#1;2020) - vittorio (9) - river (1) 2022 › Vittorio (8) - Rosalie (1) - vittaïa (6) - vittaïa (7 ; mails) - - nino (5) - gabrielle (1) 2021 › vitto & nino - martin - prim - channing - maze (1) 2020 › vitto (4) - vittaïa (5) 2019 › vitto (3) - vittorio & ariane - jillian - nino (4) 2018 › nino(2) - nino(3) - noa - ariane (1) - vitto (2) 2017 › nino (1) - vitto (1)

over my shoulder (gaïa) N3hg

Abandons adèle (2016) - grace - laya - stephen - maze (2014) - liviana - leena - dean - vitto(2015) - giulia - eleonor - dinah - noah - zelda - floriana - louis (ua bunyip) - nino (6) - winston (ua bunyip)

over my shoulder (gaïa) Wj8r
☾ NINAÏA › (u.c.)

over my shoulder (gaïa) 16591110
(octobre 2022)

Prévisions 2022:

AVATAR : Blanca Suàrez
CRÉDITS : avatar @andthesunrisesagain - signature @sial - userbars @loonywaltz - crackships @bleeding_light - douceur sucrée ©mapartche - gifs @midnight-wraith(tumblr)
DC : caitriona regan & vivian irish
PSEUDO : Kahlyra/katsídhe ; gabrielle
Femme (elle)
INSCRIT LE : 19/10/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t17200-gaia-piu-in-alto-del-sole https://www.30yearsstillyoung.com/t37527-shining-just-the-way-i-like-gaia#1789232

over my shoulder (gaïa) Empty
Message(#) Sujet: Re: over my shoulder (gaïa) over my shoulder (gaïa) EmptyDim 5 Mar - 18:03


over my shoulder
Elle ne se souvenait même plus de qui l'avait menée sur cette piste, au tout début. Elle l'avait noté quelque part à coup sûr, mais pour le coup, sa mémoire lui faisait défaut, pour une fois. Probablement parce qu'à nouveau, elle fouinait dans des endroits où elle n'aurait pas dû se trouver en premier lieu. Bien sûr, ça lui rappelait le bon vieux temps, et l'adrénaline que toute cette situation lui insufflait était grisante. Dieu, que ça lui avait manqué... Le centre hospitalier était très calme, à cette heure avancée de la soirée. Bien sûr, ça fourmillait toujours dans certaines zones de l'hôpital, à commencer par les urgences que l'italienne avait pu observer de loin, mais fort heureusement, ce n'était pas la zone qui intéressait tant la jeune femme. Non. L'étage qui lui était essentiel était quasiment désert à cette heure, ce qui rendait ses déplacements beaucoup plus faciles. Si on finissait par la voir, elle pourrait toujours plaider d'être perdue, mais ça grillerait toutes ses chances de passer inaperçue dans le futur, si de tout hasard elle devait revenir suite à un raté aujourd'hui. Une seule solution alors: ne pas se faire prendre, et pour cela, être aussi silencieuse et invisible qu'un fantôme. Une attitude qui lui était toujours familière même des années plus tard, et une fierté presque malsaine par rapport à ça qui lui collait à la peau.

Bien sûr, elle avait préparé sa venue. Il fallait être fou - ou débutant - pour foncer dans le tas sans réfléchir, prenant ainsi le risque de tout faire capoter avant même que ça n'ait démarré. Elle savait pertinamment pourquoi elle était là, et où elle devait aller pour recueillir à la chance les informations qu'elle entendait trouver. Ces dernières semaines, elle avait eu vent de certains trafics liés aux gangs de Brisbane - un précisément? elle n'en savait pas plus pour le moment - et qui concernait, plus de près que de loin, cet hôpital parmi les autres. Des ordonnances étaient trafiquées, des médicaments et des poches de sang disparaissaient mystérieusement. Et si l'hôpital tentait de faire bonne figure en dissimulant tout ça aux yeux du monde, certains avaient bel et bien remarqué ces irrégularités, et, coup de bol, elle avait été la première à entendre parler de cette histoire. Maintenant, hors de question qu'elle se laisse doubler par qui que ce soit. S'il y avait bel et bien un trafic derrière ces rumeurs, elle serait celle qui déballerait toute l'histoire, en la vendant aux médias les plus intéressés - et les plus offrants. Mais pour le moment, la jeune femme était bien loin de penser à la récompense, l'adrénaline qu'elle attribuait à la quête de la vérité lui brûlant les veines, alors qu'elle avançait toujours plus dans les entrailles du bâtiment. Combien de portes avec l'inscription personnel autorisé uniquement avait-elle passé de son plein gré? Beaucoup trop, sûrement. Si elle se faisait remarquer, on aurait vite fait de la jeter dehors manu militari. Plongée dans une pénombre presque réconfortante, car aidant un minimum à dissimuler sa présence, l'italienne avançait pas à pas, faisant attention au moindre de ses gestes. N'importe qui l'aurait vu à cet instant qu'elle aurait eu l'air suspecte. Mais alors qu'elle passait devant le panneau laboratoire 2, elle n'avait toujours aucune erreur à déplorer. En passant devant la porte du fameux laboratoire, qu'elle pensait à tord vide, la jeune femme avait remarqué un peu trop tard qu'il y avait bien âme qui vive dans la pièce, et que même si elle s'était rapidement effacée de l'encadrement de la porte, il y avait fort à parier que si la personne ne dormait pas, elle pouvait bien l'avoir aperçue. Merde. Filer, et se planquer pour quelques temps. Vite. Elle n'en avait pas eu le temps. Pourtant, elle était à peine à un pas de disparaître, mais dans son dos, une voix masculine avait résonné. « Bonsoir, » Cazzo. Erreur de débutant qu'elle avait fait là, alors qu'un frisson glacé lui parcourait l'échine. Elle avait été confiante, trop confiante, et elle était sur le point de le payer. Elle était grillée pour ce soir, restait à faire en sorte de ne pas se torpiller pour de bon. « Je peux vous aider ? » Bon. Munie de son plus beau sourire, la jeune femme s'était finalement retournée pour faire face à celui qui venait de l'apostropher. Le brun qui lui faisait face, blouse blanche presque luisante dans l'obscurité, elle l'estimait à peu près de son âge. Pour autant, il ne serait pas plus facile à convaincre que quelqu'un de plus âgé, comme son air suspicieux laissait à présager. Oui, elle n'avait rien à foutre dans le coin. « Peut-être bien,  qu'elle lui avait lancé, abandonnant sa position pour faire quelques pas dans sa direction. Je cherche quelqu'un, à vrai dire. » En vérité, elle cherchait quelque chose. Mais dire à un parfait inconnu, qui était peut-être même impliqué dans l'affaire s'il y en avait bien une, qu'elle cherchait des preuves pour mettre en lumière un trafic rondement mené au sein de l'hôpital, c'était très loin d'être idéal. Mieux valait prétendre qu'elle cherchait quelqu'un. « J'étais censée retrouver Jack il y a presque deux heures mais... J'ai pas de nouvelles, son numéro m'envoie directement sur répondeur. Il doit plus avoir de batterie. » Comme prénom, ça passait partout, Jack. C'était courant, ça pouvait être le diminutif d'un tas d'autres sobriquets. Il y avait bien au moins un individu travaillant dans cet hôpital qui s'appelait comme ça! Le mieux aurait été que ce soit l'un des collègues de celui qui lui faisait face, ça lui simplifierait certainement les choses. « J'ai attendu dans le hall un sacré long moment, et finalement j'en ai eu marre et j'ai décidé de venir voir par moi-même. » Elle avait eu un rire léger, masquant son embarras sans le moindre mal. « Je vous accorde que c'était probablement pas la meilleure idée qui soit, cet hôpital est un vrai labyrinthe. » Naturelle au possible, maniant le mensonge à la perfection, bien du monde se serait laissé berner par ses traits harmonieux, son air innocent, son accent chantant qui trahissait ses origines étrangères. Charmeuse et charmante, bien des hommes se seraient volontiers laissés tromper, et lui auraient fichu la paix rapidement après un énième sourire innocent, lui permettant de reprendre là où elle s'était arrêtée. Mais en face d'elle, le brun ne paraissait pas totalement convaincu. Pire que cela, il la scrutait avec intérêt, à tel point que l'italienne avait finalement détourné les yeux de peur qu'il la reconnaisse trop facilement la prochaine fois qu'elle viendrait fouiner dans les parages.

@kai luz :l: ∙ code par alcara


.
Sai, la gente è strana, prima si odia e poi si ama. L’amore non segue le logiche, ti toglie il respiro e la sete.


over my shoulder (gaïa) Vittai11
over my shoulder (gaïa) Journa11
over my shoulder (gaïa) Wine111
over my shoulder (gaïa) Libra111
over my shoulder (gaïa) 4lr4vc11

over my shoulder (gaïa) 873483867:
Revenir en haut Aller en bas
Kai Luz
Kai Luz
le globe-trotter
le globe-trotter
over my shoulder (gaïa) 9OYzxwd Présent
ÂGE : trente-et-un ans (13/08), il en grince des dents
STATUT : époux de mila depuis 2016, il s'affiche néanmoins célibataire, situation qui le laisse mitigé entre le soulagement et l'horreur
MÉTIER : biologiste, concentré davantage sur le domaine de la recherche qui lui prodigue une liberté et quelques avantages rendant ce métier qu'il n'a pas choisi lui-même plus supportable
LOGEMENT : il tient compagnie à dani dans son appartement situé dans le quartier de bayside sur wellington street
over my shoulder (gaïa) Francisco-lachowski
POSTS : 9139 POINTS : 270

TW IN RP : relations toxiques, harcèlement moral, viol
GENRE : Je suis un homme
PETIT PLUS : en crise identitaire : il cherche encore qui il est ▲ people pleaser par excellence, souverain des compromis ▲ haut potentiel intellectuel doublé d'un trouble de l'attention (tdah) ▲ aucun pied à terre, il enchaîne les destinations sur le dos de ses études puis de sa carrière ▲ déteste la routine et les étiquettes ; entretient les secrets et les faux semblants ; avide de nouvelles expériences ; provoque les loufoques aventures et les opportunités de toutes sortes ▲ drag queen aussi passionnée qu'inavouée ▲ rêve de se réorienter dans le journalisme d'investigation
CODE COULEUR : Kai se cherche en #9966ff ou slateblue
RPs EN COURS : (17+5+6) gaïaabelnoor&raphaeljordan #2abel #2ethelitziaralex

over my shoulder (gaïa) BvdNvup
les five
noor #3five #3five #4jiyeon&noor #2jiyeon&noor #3noor #6

over my shoulder (gaïa) Holding-hands-couple
rakai
raphael #3raphael #5

over my shoulder (gaïa) Fmz0
partners in crime
mila #3

☽ ☽ dimension 〇 gothique ☾ ☾
over my shoulder (gaïa) XxF2NtnwnZ75tMfA5YrXygnDZw5ghM6fSXh5WSEr
over my shoulder (gaïa) AoIPx72lI9HefHJXJwbNEr8Li94SWgUoaGIlkY5e
noor #4asher #1ishtar #2marley #3

over my shoulder (gaïa) W98cbSy
archiebirdieishtaradèlenephtys

dimension fantôme
swann #2

over my shoulder (gaïa) JOOznhO
asher #2
RPs TERMINÉS : over my shoulder (gaïa) L2n5iNq
AVATAR : Francisco Lachowski
CRÉDITS : smmg (avatar), ji (gif les five), checkers (gif), drake. (signature), mapartche (illustrations personnalisées ♥), loonywaltz (ub), piastrelli (img sign) ⠍⠁⠛⠊⠑
DC : Isy Jensen & Max Novak
INSCRIT LE : 10/09/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t45389-kai-i-don-t-know-my-name-i-don-t-play-by-the-rules-of-the-game https://www.30yearsstillyoung.com/t45428-kai-safety-rules https://www.30yearsstillyoung.com/t47238-kai-luz

over my shoulder (gaïa) Empty
Message(#) Sujet: Re: over my shoulder (gaïa) over my shoulder (gaïa) EmptyVen 28 Avr - 14:26


Mes pupilles décrivent curieusement la silhouette trahie par les faisceaux excentriques des inépuisables lumières de secours esquissant les dédales du centre hospitalier une fois la nuit souveraine. Je recherche dans ma mémoire les traits de la trentenaire, une indubitable impression de déjà vu  me saisissant lorsque mon instinct me dicte que si je la connais, je ne l’ai guère rencontrée néanmoins dans le cadre de ma profession. Je l’interroge ainsi, sans rejeter totalement l’occurrence que l’inconnue vagabondant au cœur de zones peu fréquentées et surtout réservées au personnel fasse partie des effectifs de St Vincent’s, quand bien même ses habits de civils agréent d’un caractère d’autant plus incrédule cette alternative.

« Peut-être bien, » l’étrangère commence en réduisant la distance nous séparant, dévoilant au gré des lueurs nocturnes son visage. « Je cherche quelqu’un, à vrai dire. » Mes sourcils se froncent, j’abandonne de plus en plus la possibilité d’une collègue inconnue, optant vers une patiente ou une accompagnatrice égarée – si ce n’est quelqu’un qui se trouve volontairement proche de la banque de sang de l’établissement de santé sans en jouir d’une quelconque autorisation. En effet, mon interlocutrice n’a rien d’une fournisseuse en poches de sang, surtout lorsqu’elle a les mains indubitablement vides. « J'étais censée retrouver Jack il y a presque deux heures mais... J'ai pas de nouvelles, son numéro m'envoie directement sur répondeur. Il doit plus avoir de batterie. » Je glisse mes mains dans les poches de ma blouse. Si je ne me sens pas entièrement menacé par cette femme, mon cœur néanmoins tambourine dans ma poitrine, les vestiges traumatiques de ma récente agression me laissant appréhender la suite du comportement inusité que je confronte en ce moment-même. D’autre part, l’accent de l’intruse m’interpelle : italien, comme celui de mon épouse. « J'ai attendu dans le hall un sacré long moment, et finalement j'en ai eu marre et j'ai décidé de venir voir par moi-même. Je vous accorde que c'était probablement pas la meilleure idée qui soit, cet hôpital est un vrai labyrinthe. » « Téméraire, en effet. Il est de quel service, votre Jack ? » Je commente, suspicieux, étudiant méticuleusement les traits de la trentenaire jusqu’à ce qu’elle abaisse le menton, son regard fuyant. Mes épaules s’affaissent, les notions de danger s’évaporent vis-à-vis de cet individu quelque peu saugrenu qui s’évertue à justifier sa présence dans cette zone sensible de l’établissement de santé. Le silence nous englobe, mes réflexions germent et fleurissent allégrement, cette irritante sensation de la connaître ne cessant de me happer, puis un souvenir me happe le même fracas que celui qu’il dépeint ; Mila.

« Vous êtes Gaïa Salvatori. » Je m’entends affirmer instantanément malgré l’incertitude qui m’étreint. J’ai suivi le travail de la journaliste d’investigation avidement, j’ai dévoré la totalité de son œuvre journalistique pour être captivé par son approche et son intelligence, apprécier ses points de vue et sa plume d’une justesse aussi époustouflante que tranchante. Je n’ai en mémoire que quelques unes des photographies apparaissant avarement dans les articles, je m’attache aux similitudes qu’elle partage avec sa sœur mais de laquelle je ne parle jamais avec elle, me doutant bien que Mila m’enverrait violemment sur les roses si je lui confiais ma fascination pour son aînée. Je ne la quitte pas du regard, craignant sa réaction, redoutant qu’elle fuie, puis je tente de l’ancrer, altérer l’ambiance singulière qui nous étreint : « J’admire vos écrits, je les ai tous lus. » Il n’y a pas de prétention ni de perversion dans mon ton, seulement un intérêt vorace doublé d’une passion loyale. « Même si ça fait un petit moment que je n’en ai pas trouvé de récents, » j’avouais, curieux. Je balayais la zone du regard, questionnant effrontément : « Il y a vraiment un Jack ? Vous enquêtez sur quoi ? » Quel travers ? je pense. Je me sens tel un audacieux et amateur joueur de poker. La nervosité qu’elle se dérobe me rend sans doute trop audacieux face à cette femme que je crois être Gaïa sans détenir la profonde certitude de son identité. Mais si réellement la journaliste se tient devant moi, dans la discrétion des heures avancées, un plan exceptionnel est à déployer pour capter son attention et grignoter de son temps, n’est-ce pas ? Mon regard quant à lui brille d’intérêt, mes lèvres scellées de ne pas lui proposer d’emblée mon aide, de peur d’être licencié sur-le-champ si j’identifiais mal mon interlocutrice.


“It's not about changing who you are, it's about revealing who you are.”

over my shoulder (gaïa) ZluH9hz
over my shoulder (gaïa) W9EuNqg
over my shoulder (gaïa) YSXQPya
over my shoulder (gaïa) 383200artist
over my shoulder (gaïa) Bbi5jU8
over my shoulder (gaïa) 335306globetrotter

over my shoulder (gaïa) I6XwHaC
Revenir en haut Aller en bas
Gaïa Salvatori
Gaïa Salvatori
la justicière au stylo
la justicière au stylo
over my shoulder (gaïa) 9OYzxwd Absent
ÂGE : 34 ans (02/10/89; ♎︎)
STATUT : elle aime Vittorio à la folie, mais mentirait en disant que trouver une bague de fiançailles dans ses affaires ne l'a pas déstabilisée, d'autant que cette dernière ne porte pas ses initiales, mais ceux d'une autre
MÉTIER : journaliste d'investigation freelance, à côté de ça, elle vient de publier début janvier un premier roman
LOGEMENT : #146 agnes street (bayside), une maison proche de la plage, qu'elle partage avec son italien depuis début 2023.
hqgifhunting
POSTS : 2367 POINTS : 0

TW IN RP : mentions d'agression physique (passée), aerodromophobie
TW IRL : cruauté animale
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Italienne de naissance et de coeur ☾ Troisième d’une fratrie de 6 enfants ☾ Née et a vécu toute son enfance à Sorrente, superbe ville côtière italienne. ☾ A choisi de partir étudier à Rome à sa majorité ☾ Ambitieuse, obstinée (carrément têtue) et surtout très carriériste ☾ noie ses daddy issues dans du vin hors de prix ☾ cuisine à merveille les plats surgelés ☾ pense que la pizza est un légume
CODE COULEUR : (indianred)
RPs EN COURS : 7/7
vittorio (10) - rosalie (3) - kai (1) - jules (1) - ashley (1) - mila (2)

FLASHBACKS / UA : /

NaNoWriMo 2022

over my shoulder (gaïa) Tumblr_ouqel1vSHr1rmi59go8_250
☾ VITTAÏA › I practice every day to find some clever lines to say to make the meaning come true, but then I think I'll wait until the evening gets late and I'm alone with you

over my shoulder (gaïa) 23ky
☾ SALVATORI SISTERS › uc.

over my shoulder (gaïa) 9pht
☾ GAÏALIE

RPs EN ATTENTE : dani (1) - cece (1)
RPs TERMINÉS : 2023 ›rosalie (2) - mila (#1;2020) - vittorio (9) - river (1) 2022 › Vittorio (8) - Rosalie (1) - vittaïa (6) - vittaïa (7 ; mails) - - nino (5) - gabrielle (1) 2021 › vitto & nino - martin - prim - channing - maze (1) 2020 › vitto (4) - vittaïa (5) 2019 › vitto (3) - vittorio & ariane - jillian - nino (4) 2018 › nino(2) - nino(3) - noa - ariane (1) - vitto (2) 2017 › nino (1) - vitto (1)

over my shoulder (gaïa) N3hg

Abandons adèle (2016) - grace - laya - stephen - maze (2014) - liviana - leena - dean - vitto(2015) - giulia - eleonor - dinah - noah - zelda - floriana - louis (ua bunyip) - nino (6) - winston (ua bunyip)

over my shoulder (gaïa) Wj8r
☾ NINAÏA › (u.c.)

over my shoulder (gaïa) 16591110
(octobre 2022)

Prévisions 2022:

AVATAR : Blanca Suàrez
CRÉDITS : avatar @andthesunrisesagain - signature @sial - userbars @loonywaltz - crackships @bleeding_light - douceur sucrée ©mapartche - gifs @midnight-wraith(tumblr)
DC : caitriona regan & vivian irish
PSEUDO : Kahlyra/katsídhe ; gabrielle
Femme (elle)
INSCRIT LE : 19/10/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t17200-gaia-piu-in-alto-del-sole https://www.30yearsstillyoung.com/t37527-shining-just-the-way-i-like-gaia#1789232

over my shoulder (gaïa) Empty
Message(#) Sujet: Re: over my shoulder (gaïa) over my shoulder (gaïa) EmptyLun 15 Mai - 21:57



over my shoulder
Il était moins facile à berner qu'elle ne l'aurait cru, et pourtant, elle connaissait l'effet de ses charmes. Elle en avait suffisamment usé dans le passé, dans ses différentes recherches pour divers articles, et généralement, ça fonctionnait à tous les coups. Mais ici, elle ne voyait pas la lueur d'intérêt briller dans les prunelles de celui qu'elle tentait de manipuler. Et ça lui compliquait grandement la tâche. Pourtant, elle n'avait pas lâché l'affaire, et s'était lancée dans un mensonge alambiqué, bien décidée à se montrer convaincante pour espérer se sortir de ce mauvais pas. Elle enrageait, rien qu'à l'idée de devoir abandonner son enquête pour le moment. Son laïus à propos d'un Jack imaginaire terminé, Gaïa avait observé attentivement le brun qui lui faisait face, et qui, à l'évidence, n'avait pas l'air d'y croire pour de bon. « Téméraire, en effet. Il est de quel service, votre Jack ? » Elle n'avait pas hésité une seconde avant de lui sortir un bobard de plus. « En orthopédie. » Bien sûr, elle ne savait pas le moins du monde s'il y avait un Jack dans le service d'orthopédie. Mais ça lui avait paru plus probable que de prétexter la pédiatrie ou la gynécologie, étrangement. Elle aurait dû mieux préparer sa sortie, ça ne lui ressemblait pas d'être aussi peu scrupuleuse. Elle était rouillée, à croire. Merde. L'italienne avait finalement détourné les yeux, à contre-coeur. Mieux valait que l'autre ne retienne pas ses traits, au cas où elle ait à le recroiser un jour.

L'autre était resté silencieux un moment, comme s'il évaluait la situation et ce qu'elle impliquait. Et puis... « Vous êtes Gaïa Salvatori. » La journaliste s'était figée, choquée par la déclaration sortie de nulle part, et d'une incroyable justesse. Comment est-ce qu'un australien, qui de toute évidence n'avait rien à voir avec le monde de la presse, pouvait bien connaître son nom? Lentement, la jeune femme avait relevé les yeux vers l'homme, qui la dévisageait de ses yeux sombres. L'ombre de doute qui assombrissait ses traits était à peine perceptible, mais elle était bien là. Gaïa pouvait encore nier. Pourtant, elle était restée silencieuse, à sa grande surprise. Et son silence avait été le détail qui avait achevé de convaincre le brun qui lui faisait face. « J’admire vos écrits, je les ai tous lus. » L'italienne avait haussé un sourcil. Un...Fan? Vraiment? Si, lle avait eu de nombreux admirateurs de sa plume pendant son temps en Italie, elle avait quelque peu disparu dans l'ombre quand elle était arrivée en terres australiennes. La reconnaissance était de retour depuis qu'elle s'était lancée en freelance, pour autant, elle n'avait pas encore regagné sa popularité d'antan. « Même si ça fait un petit moment que je n’en ai pas trouvé de récents, » Touché. Le temps qu'elle avait passé chez The Australian a faire du surplace l'avait desservie, à n'en pas douter. Toujours silencieuse, elle était toujours en train de jauger la situation. Est-ce qu'elle était touchée par l'admiration qu'elle lisait dans les prunelles du laborantin? Assurément, son égo était flatté.  « Il y a vraiment un Jack ? Vous enquêtez sur quoi ? » La réponse à la première question ne paraissait pas si importante, puisqu'il avait immédiatement enchaîné. Gaïa aurait pu dire n'importe quoi que ça ne l'aurait pas détourné de son envie de réponse, elle en était persuadée. Il trépignait presque. Finalement, elle avait cédé, et un sourire avait étiré ses lèvres. En répondant, elle avait confirmé pour de bon son identité. Idée du siècle ou premier faux pas, elle venait de prendre un risque, sans savoir si elle avait bien fait. « Je suis en freelance depuis quelques temps, je n'ai plus de journal attitré. J'admets que je suis plus difficile à suivre de cette façon. » Au cas où ça pourrait inciter le jeune homme à chercher davantage pour retrouver son patronyme dans les journaux. « Je suis flattée. Je n'ai pas beaucoup d'admirateurs dans cette région du globe. » Pourtant, elle aspirait à regagner sa renommée, et depuis qu'elle bossait seule, c'était en bonne voix, pour son plus grand plaisir. Se voir reconnue, simplement par son visage, était une grande première depuis qu'elle avait suivi Vittorio jusque sur un autre continent. Le voyant fasciné, la jeune femme avait décidé d'être honnête sur au moins un détail de ce qu'elle avait pu lui dire un peu plus tôt. « Il n'y a pas de Jack. Et je suis assez vexée d'avoir été percée à jour si facilement. » Pour de vrai, elle l'était. Mais heureusement pour lui, la flatterie avait toujours l'avantage sur sa susceptibilité. Néanmoins, l'italienne n'était pas prête à lui en dire plus. Il avait peut-être griller sa piètre couverture, mais elle avait sûrement encore une chance de lui faire oublier tout ça, pour suivre sa petite enquête sur l'hôpital. « Mais pour le reste, je ne peux rien dire.  » Et elle en était presque désolée, tiens. Voir la déception passer dans ses yeux était presque navrant. Mais elle ne pouvait pas prendre le risque d'impliquer quelqu'un qui pourrait tout faire foirer en un claquement de doigts. Peu importe l'aide qu'il pourrait lui apporter, en temps que membre du personnel de l'hôpital. Reculant d'un pas, la jeune femme avait croisé le regard du laborantin. « Alors, je vais m'en aller. Merci pour la petite discussion... » Ses yeux avaient trouvé le nom qui étaient brodés sur la blouse blanche. « ... Kai. » Tout ce que la jeune femme espérait, c'était sortir d'ici sans que son admirateur du jour n'appelle la sécurité pour l'escorter à l'extérieur. Devenir persona non grata au St Vincent's serait une difficulté de plus pour mener ses recherches. Et elle n'avait vraiment pas besoin d'un ennemi de plus.

@kai luz :l: ∙ code par alcara



.
Sai, la gente è strana, prima si odia e poi si ama. L’amore non segue le logiche, ti toglie il respiro e la sete.


over my shoulder (gaïa) Vittai11
over my shoulder (gaïa) Journa11
over my shoulder (gaïa) Wine111
over my shoulder (gaïa) Libra111
over my shoulder (gaïa) 4lr4vc11

over my shoulder (gaïa) 873483867:
Revenir en haut Aller en bas
Kai Luz
Kai Luz
le globe-trotter
le globe-trotter
over my shoulder (gaïa) 9OYzxwd Présent
ÂGE : trente-et-un ans (13/08), il en grince des dents
STATUT : époux de mila depuis 2016, il s'affiche néanmoins célibataire, situation qui le laisse mitigé entre le soulagement et l'horreur
MÉTIER : biologiste, concentré davantage sur le domaine de la recherche qui lui prodigue une liberté et quelques avantages rendant ce métier qu'il n'a pas choisi lui-même plus supportable
LOGEMENT : il tient compagnie à dani dans son appartement situé dans le quartier de bayside sur wellington street
over my shoulder (gaïa) Francisco-lachowski
POSTS : 9139 POINTS : 270

TW IN RP : relations toxiques, harcèlement moral, viol
GENRE : Je suis un homme
PETIT PLUS : en crise identitaire : il cherche encore qui il est ▲ people pleaser par excellence, souverain des compromis ▲ haut potentiel intellectuel doublé d'un trouble de l'attention (tdah) ▲ aucun pied à terre, il enchaîne les destinations sur le dos de ses études puis de sa carrière ▲ déteste la routine et les étiquettes ; entretient les secrets et les faux semblants ; avide de nouvelles expériences ; provoque les loufoques aventures et les opportunités de toutes sortes ▲ drag queen aussi passionnée qu'inavouée ▲ rêve de se réorienter dans le journalisme d'investigation
CODE COULEUR : Kai se cherche en #9966ff ou slateblue
RPs EN COURS : (17+5+6) gaïaabelnoor&raphaeljordan #2abel #2ethelitziaralex

over my shoulder (gaïa) BvdNvup
les five
noor #3five #3five #4jiyeon&noor #2jiyeon&noor #3noor #6

over my shoulder (gaïa) Holding-hands-couple
rakai
raphael #3raphael #5

over my shoulder (gaïa) Fmz0
partners in crime
mila #3

☽ ☽ dimension 〇 gothique ☾ ☾
over my shoulder (gaïa) XxF2NtnwnZ75tMfA5YrXygnDZw5ghM6fSXh5WSEr
over my shoulder (gaïa) AoIPx72lI9HefHJXJwbNEr8Li94SWgUoaGIlkY5e
noor #4asher #1ishtar #2marley #3

over my shoulder (gaïa) W98cbSy
archiebirdieishtaradèlenephtys

dimension fantôme
swann #2

over my shoulder (gaïa) JOOznhO
asher #2
RPs TERMINÉS : over my shoulder (gaïa) L2n5iNq
AVATAR : Francisco Lachowski
CRÉDITS : smmg (avatar), ji (gif les five), checkers (gif), drake. (signature), mapartche (illustrations personnalisées ♥), loonywaltz (ub), piastrelli (img sign) ⠍⠁⠛⠊⠑
DC : Isy Jensen & Max Novak
INSCRIT LE : 10/09/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t45389-kai-i-don-t-know-my-name-i-don-t-play-by-the-rules-of-the-game https://www.30yearsstillyoung.com/t45428-kai-safety-rules https://www.30yearsstillyoung.com/t47238-kai-luz

over my shoulder (gaïa) Empty
Message(#) Sujet: Re: over my shoulder (gaïa) over my shoulder (gaïa) EmptyJeu 22 Juin - 3:47


Lorsque l'étrangère me répond avec une spontanéité irréprochable que le prénommé Jack, qui l'a menée à s'égarer au sein des tréfonds confus du centre hospitalier, se trouve en orthopédie, mon regard dévie légèrement vers la gauche, comme si je m'attendais à remarquer une silhouette masculine trancher l'obscurité en provenance dudit secteur. Néanmoins, la zone demeure déserte, amplifiant en conséquence mon assomption du subterfuge ; les ombres au tableau que me dresse la brune s'allongent périlleusement. Je fixe mon interlocutrice, en quête d'indices qui pourraient me relever davantage sur la nature de sa présence en ces lieux, un pernicieux sentiment de déjà vu me saisissant à mesure de ses mouvements. Finalement, tout s'éclaire et avec une affirmation catégorique, je joue carte sur table.

Gaïa se fige, la surprise pulse son regard sombre. En écho, un sourire satisfait étire mes lippes. Derechef, je m'annonce admiratif de sa plume comme de sa posture. « Je suis en freelance depuis quelques temps, je n'ai plus de journal attitré. J'admets que je suis plus difficile à suivre de cette façon. » Je fronce légèrement les sourcils, traduis cette information tel un défi. « Je suis heureux d'apprendre que vous n'avez pas cessé d'écrire. Je vous trouverais, alors, » j'assure, déterminé. Si la prétention et la vantardise ne s'ajoutent généralement pas à la liste de mes défauts, je demeure toutefois conscient de mes capacités et je me sais assez borné pour traquer l'italienne sur la toile jusqu'à ce que je la débusque. Je m'en fais la promesse, peu importe le temps que cela me requerra. « Je suis flattée. Je n'ai pas beaucoup d'admirateurs dans cette région du globe. » « Je suis expatrié. Je réside en Australie que depuis quelques mois, » je confesse. « Je n'ai pas vraiment de patrie à proprement parler, en fait, » j'ajoute, bien que ce renseignement sera probablement dérisoire aux oreilles de la Salvatori. « Il n'y a pas de Jack. Et je suis assez vexée d'avoir été percée à jour si facilement. » « C'est à mon tour d'être flatté que vous m'avouiez m'avoir menti, » je formule sur un ton qui se veut complice. « J'avais beaucoup d'avantages de mon côté, » je banalise le fait d'avoir démasqué la journaliste, armé de l'ambition d'apaiser son égo vexé. « Mais pour le reste, je ne peux rien dire. » La déception est palpable sur mon portrait ; mes lèvres s'en pincent, mes épaules s'affaissent, je soupire discrètement. « Alors, je vais m'en aller. Merci pour la petite discussion... » Je déglutis, mon coeur se serre à l'idée que la femme que j'ai admirée depuis tant de temps puisse me quitter sans même que je n'ai pu essayer de tirer un maximum de cette rencontre inespérée. « ...Kai. » Je lève les yeux, capte ses iris noisette. L'espace d'un instant, je me demande si la trentenaire a conscience que je suis en réalité son beau-frère par alliance. « Je vous accompagne. C'est plus prudent. » Je m'impose. Je songe à Mila, sa force de caractère, sa manière de me propulser vers la meilleure version de moi-même comme de me précipiter au précipice du pire que je compose. La relation que j'entretiens avec mon épouse est aussi indéfinissable qu'insaisissable, pourtant, elle regorge d'enseignements enrichissants et m'a fait reconnaître ma valeur comme mes capacités. « Il ne faudrait pas que vous vous perdiez et que vous retrouviez dans des zones de l'hôpital peu recommandables, » je justifiais, emboîtant le pas de Gaïa puis l'invitant à me suivre. D'un regard astucieux, je lui désigne l'une des caméras, espérant qu'elle assimile par ce geste que je compte la faire passer sous les yeux de la sécurité de l'établissement de santé. « J'écris aussi, » j'annonce quelques instants plus tard à l'italienne en ralentissant le pas dans un couloir sans surveillance. « Je ne le fais pas sous mon vrai nom mais j'ai été publié dans quelques journaux. J'ai aussi un blog où je regroupe mes articles. J'aime ouvrir les yeux sur des causes qui me tiennent à coeur et révéler les sons de cloche qu'on aurait tendance à étouffer, » j'expose. « Je n'oserais jamais me comparer à ce que vous faites, mais vous m'inspirez beaucoup. » Je souris doucement, sincèrement, et je me stoppe devant une porte que je m'applique à déverrouiller du trousseau de clefs qui reposait précédemment dans la poche de ma blouse. « Jack en ortho. C'est plus pour le sang ou les médicaments ? » Je tente discrètement de percer l'investigation de Gaïa. « Je sais que vous n'avez pas de raison de me faire confiance, que c'est un pari à prendre de votre part. Mais vous ne serez pas déçue si vous tentez le coup. » Je l'invite à franchir la porte pour parvenir à un couloir désert et dénué de fenêtres, garantissant de ne pas être aperçu d'une autre aile ni de l'extérieur de l'établissement. « Et jusque là, je ne vous ai pas trahie alors que j'en ai eu l'occasion plus d'une fois. » Je plaide en ma faveur. « Je veux vous aider, » je déclare sans fioriture.


“It's not about changing who you are, it's about revealing who you are.”

over my shoulder (gaïa) ZluH9hz
over my shoulder (gaïa) W9EuNqg
over my shoulder (gaïa) YSXQPya
over my shoulder (gaïa) 383200artist
over my shoulder (gaïa) Bbi5jU8
over my shoulder (gaïa) 335306globetrotter

over my shoulder (gaïa) I6XwHaC
Revenir en haut Aller en bas
Gaïa Salvatori
Gaïa Salvatori
la justicière au stylo
la justicière au stylo
over my shoulder (gaïa) 9OYzxwd Absent
ÂGE : 34 ans (02/10/89; ♎︎)
STATUT : elle aime Vittorio à la folie, mais mentirait en disant que trouver une bague de fiançailles dans ses affaires ne l'a pas déstabilisée, d'autant que cette dernière ne porte pas ses initiales, mais ceux d'une autre
MÉTIER : journaliste d'investigation freelance, à côté de ça, elle vient de publier début janvier un premier roman
LOGEMENT : #146 agnes street (bayside), une maison proche de la plage, qu'elle partage avec son italien depuis début 2023.
hqgifhunting
POSTS : 2367 POINTS : 0

TW IN RP : mentions d'agression physique (passée), aerodromophobie
TW IRL : cruauté animale
GENRE : Je suis une femme
ORIENTATION : Je n'aime que ma moitié.
PETIT PLUS : Italienne de naissance et de coeur ☾ Troisième d’une fratrie de 6 enfants ☾ Née et a vécu toute son enfance à Sorrente, superbe ville côtière italienne. ☾ A choisi de partir étudier à Rome à sa majorité ☾ Ambitieuse, obstinée (carrément têtue) et surtout très carriériste ☾ noie ses daddy issues dans du vin hors de prix ☾ cuisine à merveille les plats surgelés ☾ pense que la pizza est un légume
CODE COULEUR : (indianred)
RPs EN COURS : 7/7
vittorio (10) - rosalie (3) - kai (1) - jules (1) - ashley (1) - mila (2)

FLASHBACKS / UA : /

NaNoWriMo 2022

over my shoulder (gaïa) Tumblr_ouqel1vSHr1rmi59go8_250
☾ VITTAÏA › I practice every day to find some clever lines to say to make the meaning come true, but then I think I'll wait until the evening gets late and I'm alone with you

over my shoulder (gaïa) 23ky
☾ SALVATORI SISTERS › uc.

over my shoulder (gaïa) 9pht
☾ GAÏALIE

RPs EN ATTENTE : dani (1) - cece (1)
RPs TERMINÉS : 2023 ›rosalie (2) - mila (#1;2020) - vittorio (9) - river (1) 2022 › Vittorio (8) - Rosalie (1) - vittaïa (6) - vittaïa (7 ; mails) - - nino (5) - gabrielle (1) 2021 › vitto & nino - martin - prim - channing - maze (1) 2020 › vitto (4) - vittaïa (5) 2019 › vitto (3) - vittorio & ariane - jillian - nino (4) 2018 › nino(2) - nino(3) - noa - ariane (1) - vitto (2) 2017 › nino (1) - vitto (1)

over my shoulder (gaïa) N3hg

Abandons adèle (2016) - grace - laya - stephen - maze (2014) - liviana - leena - dean - vitto(2015) - giulia - eleonor - dinah - noah - zelda - floriana - louis (ua bunyip) - nino (6) - winston (ua bunyip)

over my shoulder (gaïa) Wj8r
☾ NINAÏA › (u.c.)

over my shoulder (gaïa) 16591110
(octobre 2022)

Prévisions 2022:

AVATAR : Blanca Suàrez
CRÉDITS : avatar @andthesunrisesagain - signature @sial - userbars @loonywaltz - crackships @bleeding_light - douceur sucrée ©mapartche - gifs @midnight-wraith(tumblr)
DC : caitriona regan & vivian irish
PSEUDO : Kahlyra/katsídhe ; gabrielle
Femme (elle)
INSCRIT LE : 19/10/2017
https://www.30yearsstillyoung.com/t17200-gaia-piu-in-alto-del-sole https://www.30yearsstillyoung.com/t37527-shining-just-the-way-i-like-gaia#1789232

over my shoulder (gaïa) Empty
Message(#) Sujet: Re: over my shoulder (gaïa) over my shoulder (gaïa) EmptyLun 17 Juil - 20:46


over my shoulder
Elle avait été imprudente, et maintenant elle en payait les conséquences. Dans son malheur, elle était néanmoins tombée sur quelqu'un qui se révélait intéressant, et qui n'avait pas l'air d'avoir envie de la renvoyer jusqu'au hall de l'hôpital entre deux vigiles peu commodes. La jeune femme s'était même adoucie quand l'inconnu avait réalisé qu'il la connaissait, un peu plus encore quand il avait admis admirer son travail. Elle était toujours plus agréable quand on la flattait, Gaïa, peu importe le domaine. Bien qu'elle ne soit pour le moment plus associée à un journal en particulier, elle n'avait pas cessé d'écrire, comme elle l'avait avoué au laborantin, et ce dernier avait asséné sans la moindre hésitation qu'il la retrouverait, ou du moins, qu'il trouverait ses derniers articles, peu importe là où ils avaient été publiés. A mesure qu'il parlait, il flattait toujours plus son égo, et l'italienne l'avait trouvé d'autant plus sympathique quand il avait avoué être un expatrié, lui aussi. Bien que n'ayant jamais eu de mal à s'entendre avec les australiens, Gaïa se sentait généralement toujours plus proche de ceux qui venaient de l'autre bout du monde, d'un endroit où les araignées n'avaient pas la taille d'un ballon de calcio. Pour autant, même si la rencontre avec Kai, le pénom inscrit sur sa blouse, n'était finalement pas si désagréable, la journaliste n'avait absolument pas l'intention de lui révéler pourquoi elle fouinait là en premier lieu, et n'avait désormais plus qu'un objectif; sortir de l'hôpital sans que le jeune homme ne décide de changer de camp. Il avait eu l'air déçu, quand elle lui avait annoncé vouloir se défiler. Et si elle avait imaginé un instant qu'elle pourrait s'en sortir comme ça, et filer, il n'était visiblement pas de cet avis. « Je vous accompagne. C'est plus prudent. » Merde. La journaliste avait failli rouler des yeux, mais s'était contenue. « Il ne faudrait pas que vous vous perdiez et que vous retrouviez dans des zones de l'hôpital peu recommandables, » Justement, c'était précisément ces zones là que la jeune femme essayait d'atteindre avant d'être coupée dans son élan par celui qui se révélait être trop serviable pour son propre bien. Exhalant un soupir discret, Gaïa lui avait finalement emboîté le pas, se résignant à remettre son enquête à plus tard. Mais en quelques pas à peine, l'italienne avait réalisé que le chemin qu'ils empruntaient ne menait pas à la sortie - en tout cas, pas à la sortie principale. Il la regardait elle, et la seconde d'après, il regardait le mur, fixant la caméra qui s'y trouvait une demi-seconde trop longtemps pour que ça paraisse naturel - mais c'était suffisant pour avoir piqué sa curiosité. « J'écris aussi, » Elle continuait de le suivre, avide de savoir où il l'emmenait, pas le moins du monde inquiète, attentive à ses paroles et à son attitude. Au détour d'un couloir, ils avaient débouché sur un autre, plus sombre, plus calme. Et sans l'ombre d'une caméra de surveillance. « Je ne le fais pas sous mon vrai nom mais j'ai été publié dans quelques journaux. J'ai aussi un blog où je regroupe mes articles. J'aime ouvrir les yeux sur des causes qui me tiennent à coeur et révéler les sons de cloche qu'on aurait tendance à étouffer, » Gaïa avait froncé les sourcils. C'était beau de rencontrer quelqu'un qui, apparemment, avait la même passion pour l'écriture journalistique qu'elle, mais pourquoi est-ce qu'il lui en parlait, exactement? Est-ce qu'à son petit niveau, il espérait qu'elle, sa renommée,  pourrait lui donner un coup de pouce? « Je n'oserais jamais me comparer à ce que vous faites, mais vous m'inspirez beaucoup. » Des flatteries à nouveau, et à nouveau, la jeune femme s'était adoucie. Dieu seul savait pour combien de temps encore, mais pour l'instant, ça fonctionnait toujours. « Vous m'intriguez, maintenant. Peut-être qu'à l'occasion, vous pourriez m'envoyer certains de vos écrits? » Juste histoire qu'elle se fasse une idée, bien entendu. Si c'était bon, elle n'hésiterait pas à lui dire. Et si c'était mauvais, elle ne se priverait pas non plus, tout en restant constructive. Si la journaliste avait la réputation d'être juste et honnête, elle savait le faire d'une certaine façon, de celles qui ne décourageaient pas instantanément celui qui était visé par la critique. Au contraire. « Jack en ortho. C'est plus pour le sang ou les médicaments ? » L'italienne avait froncé les sourcils, sa méfiance augmentant encore d'un cran. Kai avait fouillé dans une poche de sa blouse pour en sortir des clés, avant de s'appliquer à déverrouiller une porte. Gaïa ne tenait pas particulièrement à en dire plus au jeune homme. Bien sûr, elle ne remercierait jamais assez ses informateurs, mais la jeune femme avait l'habitude de travailler seule, du moins tant qu'elle était sur le terrain. Et si un jour cela devait changer, ce ne serait pas pour partager les investigations avec quelqu'un qu'elle connaissait depuis à peine cinq minutes. « Je sais que vous n'avez pas de raison de me faire confiance, que c'est un pari à prendre de votre part. Mais vous ne serez pas déçue si vous tentez le coup. » Gaïa était toujours silencieuse, mais ça n'avait pas découragé Kai, qui l'avait poussé gentiment dans un couloir à l'abri des regards, sans la moindre fenêtre sur tout sa longueur. « Et jusque là, je ne vous ai pas trahie alors que j'en ai eu l'occasion plus d'une fois. » Les lèvres de l'italienne s'étaient froissées dans un sourire amusé. « Vous êtes peut-être simplement rusé, à attendre que je baisse ma garde pour mieux me planter un couteau dans le dos. » Elle parlait d'expérience. Plusieurs fois, elle avait fait confiance trop vite, et l'avait payé ensuite, au prix fort parfois. Une fois de plus l'argument n'avait pas eu l'air de le décourager. « Je veux vous aider. » Elle avait regardé fixement le jeune homme, le jaugeant de la tête aux pieds, avant de planter son regard dans le sien, plus sombre. Elle hésitait, l'italienne. Oui, elle ne le connaissait que depuis peu, mais à l'évidence, elle n'arriverait pas à se débrouiller sans avoir quelqu'un de son côté à l'hôpital. Quelqu'un qui avait l'air franc et honnête, et qui pour couronner le tout, la plaçait sur un piédestal, admirait son travail de journaliste. Soupirant, elle avait décidé de prendre le risque, tout en espérant qu'il ne lui donnerait pas l'occasion de regretter son choix. « Les médicaments. J'ai eu des informations par rapport à des disparitions récurrentes, et des stocks falsifiés. Je n'en sais pas plus pour le moment, mais j'ai bien l'intention de tout découvrir. » La jeune femme n'était pas certaine de ce qui se passait vraiment entre les murs de l'hôpital, ni d'où allait ces boîtes de pilules et ces flacons d'injectables, même si elle en avait quand même une vague idée. « Mais... Si vous savez quelque chose sur du trafic de poches de sang, je suis tout aussi preneuse. » Jusqu'à ce qu'il lui en parle, elle n'avait aucune idée qu'il se tramait autre chose que la contrebande de médicaments qu'elle suspectait, entre ces murs qui sentaient la javel. « Racontez-moi ce que vous savez, Kai. Vous avez dit vouloir m'aider, c'est le moment. » Bien sûr, si la jeune homme décidait de se mettre à table, il faudrait des preuves à la journaliste. Mais ça aurait été bête de laisser passer une telle chance, pour peu qu'il dise la vérité.
@kai luz :l: ∙ code par alcara


.
Sai, la gente è strana, prima si odia e poi si ama. L’amore non segue le logiche, ti toglie il respiro e la sete.


over my shoulder (gaïa) Vittai11
over my shoulder (gaïa) Journa11
over my shoulder (gaïa) Wine111
over my shoulder (gaïa) Libra111
over my shoulder (gaïa) 4lr4vc11

over my shoulder (gaïa) 873483867:
Revenir en haut Aller en bas
Kai Luz
Kai Luz
le globe-trotter
le globe-trotter
over my shoulder (gaïa) 9OYzxwd Présent
ÂGE : trente-et-un ans (13/08), il en grince des dents
STATUT : époux de mila depuis 2016, il s'affiche néanmoins célibataire, situation qui le laisse mitigé entre le soulagement et l'horreur
MÉTIER : biologiste, concentré davantage sur le domaine de la recherche qui lui prodigue une liberté et quelques avantages rendant ce métier qu'il n'a pas choisi lui-même plus supportable
LOGEMENT : il tient compagnie à dani dans son appartement situé dans le quartier de bayside sur wellington street
over my shoulder (gaïa) Francisco-lachowski
POSTS : 9139 POINTS : 270

TW IN RP : relations toxiques, harcèlement moral, viol
GENRE : Je suis un homme
PETIT PLUS : en crise identitaire : il cherche encore qui il est ▲ people pleaser par excellence, souverain des compromis ▲ haut potentiel intellectuel doublé d'un trouble de l'attention (tdah) ▲ aucun pied à terre, il enchaîne les destinations sur le dos de ses études puis de sa carrière ▲ déteste la routine et les étiquettes ; entretient les secrets et les faux semblants ; avide de nouvelles expériences ; provoque les loufoques aventures et les opportunités de toutes sortes ▲ drag queen aussi passionnée qu'inavouée ▲ rêve de se réorienter dans le journalisme d'investigation
CODE COULEUR : Kai se cherche en #9966ff ou slateblue
RPs EN COURS : (17+5+6) gaïaabelnoor&raphaeljordan #2abel #2ethelitziaralex

over my shoulder (gaïa) BvdNvup
les five
noor #3five #3five #4jiyeon&noor #2jiyeon&noor #3noor #6

over my shoulder (gaïa) Holding-hands-couple
rakai
raphael #3raphael #5

over my shoulder (gaïa) Fmz0
partners in crime
mila #3

☽ ☽ dimension 〇 gothique ☾ ☾
over my shoulder (gaïa) XxF2NtnwnZ75tMfA5YrXygnDZw5ghM6fSXh5WSEr
over my shoulder (gaïa) AoIPx72lI9HefHJXJwbNEr8Li94SWgUoaGIlkY5e
noor #4asher #1ishtar #2marley #3

over my shoulder (gaïa) W98cbSy
archiebirdieishtaradèlenephtys

dimension fantôme
swann #2

over my shoulder (gaïa) JOOznhO
asher #2
RPs TERMINÉS : over my shoulder (gaïa) L2n5iNq
AVATAR : Francisco Lachowski
CRÉDITS : smmg (avatar), ji (gif les five), checkers (gif), drake. (signature), mapartche (illustrations personnalisées ♥), loonywaltz (ub), piastrelli (img sign) ⠍⠁⠛⠊⠑
DC : Isy Jensen & Max Novak
INSCRIT LE : 10/09/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t45389-kai-i-don-t-know-my-name-i-don-t-play-by-the-rules-of-the-game https://www.30yearsstillyoung.com/t45428-kai-safety-rules https://www.30yearsstillyoung.com/t47238-kai-luz

over my shoulder (gaïa) Empty
Message(#) Sujet: Re: over my shoulder (gaïa) over my shoulder (gaïa) EmptyDim 8 Oct - 11:38


La réflexion me menant à la décision d'accompagner Gaïa dans les couloirs sombres du centre hospitalier fut brève, bien que dense. D'une part, il aurait été aisé tout comme très probablement plus raisonnable d'abandonner l'italienne dans l'établissement de santé et ne représenter aucun frein à ses potentielles investigations ; si l'on m'avait questionné sur elle les jours suivants, je prévoyais dans ce cas déjà affirmer que j'avais été intimement persuadé que l'étrangère quittait alors les locaux. D'autre part, la jeune femme qui me faisait face n'était autre que Gaïa Salvatori, la journaliste de renom qui me passionnait depuis des années, que je lisais inlassablement et qui suscitait un entrain indéniable en moi dès lorsque je découvrais de nouvelles parutions de sa part. Bien conscient d'être son beau-frère depuis bientôt sept ans, je n'utilisais toutefois pas ce vecteur familial pour échanger avec la trentenaire, conservant plutôt ma relation secrète et favorisant la carrière de la brune qui inoculait un intérêt sans faille de ma part et pesait indubitablement suffisamment lourd dans la balance pour que j'opte pour l'épauler dans ses recherches. « Ce serait un honneur, » je déclarais, touché, quand Gaïa me confessait son intrigue sur mes écrits et me conviait à lui en transmettre, avant que je ne lui désigne discrètement la présence de caméras de surveillance et l'entraîne sous les radars.

J'aurais pu également réfléchir à tête reposée et tenter de recontacter plus tard l'européenne muni d'éléments intéressants. J'aurais pu démontrer une loyauté pour mon employeur au sein duquel je m'investissais peu à peu et qui me vouait une certaine confiance. Néanmoins, pouvais-je réellement résister à l'appel d'éclater au grand jour des torts qui m'irritaient parfois tels des maux ? Ne pouvais-je pas être appâté par la pression qu'occasionnait un article fondé sur des malfrats généralement intouchables ?

Je reconnaissais chez les Salvatori une audace divergente. Si Mila agissait telle l'insaisissable personne qu'elle avait toujours constituée, Gaïa se montrait plus méfiante et réfléchie, quand bien même son côté téméraire n'était pas à prouver. Déterminé, je tentais de prêcher sa confiance factuellement : si j'avais joui de plusieurs opportunités pour faire arrêter la journaliste, je n'en avais saisi aucune. Au contraire, d'un certain point de vue, je pouvais même être perçu comme en prise de risques avec elle, même si, avouons-le, je me réservais toujours un tour pour ne pas sombrer. « Vous êtes peut-être simplement rusé, à attendre que je baisse ma garde pour mieux me planter un couteau dans le dos. » Un sourire en coin étira la commissure de mes lippes. Echaudée. « L'histoire ne se répète pas toujours, » j'annonçais, entendu, lui retenant la porte menant vers un couloir dénué de fenêtres. « Je veux vous aider, » je stipulais, catégorique, soutenant le regard sombre de la professionnelle tandis que mon coeur battait férocement de volonté mais aussi d'appréhension à la possibilité de griller ma cartouche aux côtés de mon interlocutrice. Je ne pouvais me résoudre à tout tenter pour être associé d'une manière ou d'une autre à cette femme qui m'impressionnait ; je m'en voudrais amèrement si je ne déployais pas tous les moyens en ma possession pour m'immiscer dans son affaire. « Les médicaments. J'ai eu des informations par rapport à des disparitions récurrentes, et des stocks falsifiés. Je n'en sais pas plus pour le moment, mais j'ai bien l'intention de tout découvrir. » La sémantique de ses mots sur sa voix ferme pulsait mélodieusement contre mes tympans. « Des disparitions récurrentes, c'est élégamment relaté. » Je moquais. Un sourire franc mais timoré se dessina sur mes lippes. « Racontez-moi ce que vous savez, Kai. Vous avez dit vouloir m'aider, c'est le moment. » Un rire prompt, une seule note désinvolte, s'extraya de ma gorge.

« L'hôpital fonctionne en centres de coûts. Il y en a un dédié au laboratoire, un autre à la pharmacie, un troisième au fonctionnement général, très grossièrement, » j'expliquais, conduisant Gaïa vers un des garages de l'établissement. « L'hôpital a aussi fait l'acquisition, pour se mettre en conformité avec les recommandations sanitaires gouvernementales, d'armoires à médicaments sécurisées. Brièvement, il s'agit de dispositifs où le professionnel doit s'identifier et composer le médicament et la dose qu'il doit administrer à son patient sur la machine. La machine ouvre alors le tiroir correspondant et laisse le soin au soignant de prendre la prescription. » Je marquais une pause. « En théorie, ça ne sonne pas trop mal. Sauf qu'en pratique, on peut mettre ce qu'on veut dans les tiroirs de l'armoire. Et par "on", je veux dire, le pharmacien responsable. » Je glissais mes mains dans les poches de ma blouse blanche. « L'armoire ne compte pas les médicaments, elle déverrouille seulement le tiroir correspondant à la commande. C'est devenu un jeu d'enfants de se faire sa réserve, si on est assez malin. Tout comme les personnes ayant des accès à ces armoires sécurisées peuvent amèrement le regretter car les données inscrites sont très souvent erronées. Une source à panier de crabes. » Et un véritable marché noir grouillait ainsi, les morphiniques prisés.

« Pour le sang, c'est l'inverse, » je poursuivais. « Si on en revient aux centres de coûts, de simples jeux d'écritures comptables suffisent à absorber l'augmentation des commandes pharmaceutiques. Néanmoins, le budget, lui, diminue fatalement. Et manifestement, je travaille dans un hôpital qui préfère dilapider ses stupéfiants à s'assurer qu'il y ait le minimum de sang disponible pour sa patientèle. » En d'autres mots, il y avait négligence de la direction pour alimenter la banque du sang convenablement, ce qui mettait en péril les patients nécessitant une transfusion et positionnait l'établissement sous de bien sinistres hospices en cas de drame massif.


“It's not about changing who you are, it's about revealing who you are.”

over my shoulder (gaïa) ZluH9hz
over my shoulder (gaïa) W9EuNqg
over my shoulder (gaïa) YSXQPya
over my shoulder (gaïa) 383200artist
over my shoulder (gaïa) Bbi5jU8
over my shoulder (gaïa) 335306globetrotter

over my shoulder (gaïa) I6XwHaC
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

over my shoulder (gaïa) Empty
Message(#) Sujet: Re: over my shoulder (gaïa) over my shoulder (gaïa) Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

over my shoulder (gaïa)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: toowong :: st vincent's hospital
-