AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -43%
Couette anti-Acariens – 220 x 240 cm – ...
Voir le deal
19.99 €

 Past is here, Past is cruel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cade Grimes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Quarante ans. Les années passent...et se ressemblent.
SURNOM : Superman ?
STATUT : Fraîchement largué, et presque forcé de retrouver ses bonnes vieilles habitudes.
MÉTIER : Ex Agent fédéral du FBI américain. Viré pour faute. Désormais formateur en auto-défense et par armes à feu.
LOGEMENT : #275 - REDCLIFFE
Past is here, Past is cruel T4th
POSTS : 8377 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : L'ainé d'une famille Londonnienne très aisée - Il a fuit le milieu mondain pour une vie bien plus simple - Une soeur et deux frères - Ne veut plus rien savoir de son paternel - Traine beaucoup les pubs le soir pour boire un whisky - Ex Agent fédéral du FBI américain - Il aime les belles voitures, les forts caractères, et les dessins animés. Il déteste parler de lui. Habitué des relations (très) courtes et/ou compliquées !
RPs EN COURS :
Past is here, Past is cruel A7q6
SAVANNAH #21

QUINN #3 - ASHLEY - GABRIELLE - JULIANA

FlashBack: NONE






RPs TERMINÉS : MAZE - TESS - LAZARUS - MILENA - MAZE/GRETA - SHERIDYN (en attente) - SAVANNAH - LOAN - LEONARDO - SAVANNAH #2 - LEENA - ROBIN-HOPE - MILENA #2 - TESS #2 - ELORA - MAZE #2 - SAVANNAH #4 - PAOLA - SAVANNAH #5 - OAKLEY - ZELDA - SAVANNAH #6 - SAVANNAH #8 - SAVANNAH #9 - QUINN - SAVANNAH #7 - SAVANNAH #10 - OAKLEY #2 - SAVANNAH #11- CLAIRE - SAVANNAH #12 - SAVANNAH #13 - QUINN #2 - WILLIAMS FAMILY - ELIZABETH - SAVANNAH #14 -SAVANNAH #16 - SAVANNAH #17 - EVAN - ELIZABETH - AUDEN - SAVANNAH #15 - ANASTASIA - NICO - ELIE - SAVANNAH #18 - HALSTON - SVETLANA - CASSIA - SAVANNAH #19 - SAVANNAH #20

Flashback 2019 - MIA - MIA #2 - HALSTON #2
AVATAR : Jensen Ackles
DC : Nope
PSEUDO : Fax
INSCRIT LE : 31/03/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19330-cade-grimes-family-doesn-t-end-with-blood https://www.30yearsstillyoung.com/t19386-cade-grimes-family-business-and-cie

Past is here, Past is cruel Empty
Message(#) Sujet: Past is here, Past is cruel Past is here, Past is cruel EmptyMer 28 Avr - 16:13



Past is here, Past is cruel

Savannah & Cade


A peine sortit du centre de désintox, Cade desserra le nœud de cette foutue cravate et se dirigea d’un pas décidé vers la Chevrolet noire. Anastasia avait été coriace et furieusement désagréable dans son genre…le genre junkie en manque, ou pire, le genre Williams remontée-dépressive en manque de sa dope. Le combo avait été explosif et la sœur de Savannah lui avait fait de la peine, tout autant qu’elle lui avait inspiré du dédain. Il se conforta en se disant qu’il repartait avec une piste d’explication. Il y avait quelque chose à explorer avec cette histoire d’accident de voiture que la jolie blonde avait bien oublié de lui confier. Et aussitôt rentré chez lui, Grimes ouvrit son ordinateur portable sur la table basse, ne prenant même pas le temps de se faire couler le moindre café susceptible de l’apaiser tant il avait hâte d’obtenir des résultats. Il passa près d’une heure, les yeux rivés sur l’écran bleuté, avant de finalement mettre la main sur quelques lignes. ACCIDENT MORTEL A TENERIFFE. Ça, ça lui parlait. La date de l’article, Juillet 2011, correspondait à ce qu’il avait approximativement en tête, le lieu aussi. Seulement, il n’y avait aucun nom, aucune précision sur la pauvre victime, décédée sur le coup. Quelques mots qui pouvaient résumer la raison qui avait immobilisée Savannah l’autre jour, quand ils avaient croisé cette voiture accidentée. Tout prenait sens. La culpabilité qu’elle devait ressentir. La frayeur d’en parler et de récolter des jugements. Grimes se mordit la lèvre…il fallait qu’il soit sûr qu’il s’agissait de ce fait divers là. Et qu’il obtienne d’autres informations s’il voulait être efficace auprès de Savannah.

Il hésita et ouvrit quand même la page intranet des services fédéraux des Etats-Unis. Celle qu’il ouvrait à chaque fois qu’il voulait effectuer des recherches ou mettre la main sur un dossier achevé ou en cours d’enquête, au FBI ou au sein d’autres services nationaux. Un encart familier était à l’écran. Celui où il devait entrer son identifiants, son numéro d’agent présent sur son insigne et le mot de passe interminable et complexe dont il se souvenait encore par cœur. ACCESS DENIED. Il serra les dents et soupira. Évidemment. Il ne pouvait pas en être autrement. Il se passa la main dans les cheveux, fatigué par ces recherches qui pourraient demeurer infructueuses malgré tout son entrain. Ses yeux se posèrent machinalement sur les murs de son petit salon…sur la fenêtre, sur le mini-bar et puis, il se leva d’un coup. Il n’allait pas se servir un scotch malgré son envie, ni même se faire un casse-dalle à plusieurs étages comme son estomac le réclamait. A la place, il mit la main sur son téléphone et chercha un précieux numéro dans son répertoire. – Hey. C’est Grimes… hum… Il faisait les cents pas, lentement, en cherchant les bons mots. – J’ai besoin d’ton aide. La petite voix à l’autre bout du fil commença à se faire plus hésitante. – Il faut que tu mette la main sur un dossier pour moi. Rien de dangereux, t’en fais pas. J’ai seulement besoin du rapport d’enquête d’un accident de la route qui aurait impliqué une Savannah Williams. A Teneriffe, en Juillet 2011. L’autre était un bon collègue, un ami, il était partant bien que cela ne lui inspirait rien de bon. – Tu crains rien Ash… j’te l’promet. J’ai vraiment besoin de ces infos. Quelques minutes après… - J’te revaudrai ça.

Une petite demi-heure à peine, Cade reçu le document scanné par e-mail. Les coudes enfoncés dans ses genoux, il le parcouru attentivement. Adam Hurley. C’était le nom du jeune homme que Savannah avait envoyé à la mort. Presque soulagé de connaitre cette vérité, Cade s’adossa dans son canapé en se laissant tomber. Il fallait maintenant qu’il sache comment l’aider avec tout ça. Il se mit à réfléchir. Des mots ne seraient pas suffisants dans son état, et elle pourrait l’envoyer chier sans même l’écouter. Du concret, un choc mental pourrait faire l’affaire. Cade se redressa et poursuivit ses recherches pour avoir une ultime précision.

Il avait grimpé au volant de sa voiture et avait démarré en trombe, n’emportant rien d’autre que son téléphone portable et sa veste. Les pneus grincèrent légèrement quand il braqua pour se garer près de chez Savannah. Son poing heurta la porte par trois fois, il était décidé. A peine eut-elle laissé entrevoir son visage qu’il poussa la porte et entra, sans un mot, sans un geste. Il la forçait par cette attitude autoritaire à agir comme il le voulait. Il balaya la pièce du regard…peut-être pour se rassurer sur son environnement, et il lui parla finalement… - Prends une veste et monte dans la caisse. Il lui fit face et reprit. – C’est pas une option Sav’, je t’y met de force si tu bouge pas. Il fallait que ça s’arrête. Il fallait qu’elle redevienne elle-même. Et il allait y veiller.




 
 
.......................................
Past is here, Past is cruel 763986grimes
Past is here, Past is cruel OrLErGE
Past is here, Past is cruel Vg4o2Xs
Revenir en haut Aller en bas
Savannah Williams
Savannah Williams
les collisions
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans
SURNOM : Sav'
STATUT : Retrouver le statut de célibataire n'aura jamais été si douloureux
MÉTIER : Assistante de direction pour la société Campbell, spécialisée dans l'achat et la construction de complexes immobiliers écologiques -Assez naïve pour croire que travailler pour son ex ne lui attirera pas de problème
LOGEMENT : #218, BaySide
Past is here, Past is cruel Tgw6
POSTS : 7832 POINTS : 255

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle joue souvent avec ses cheveux ≈ Elle a pratiqué auparavant le chant en tant qu'artiste professionnelle ≈Elle joue de la guitare et du piano ≈ Elle a causé un accident de voiture dans le passé qui a coûté la vie à un jeune homme. Un secret qu'elle tente de garder pour elle ≈ Elle culpabilise toujours ≈ Elle a un rire extrêmement communicatif ≈ Elle est maman de Mathis, 5 ans, qu'elle cherche à connaître, et qu'elle a eu avec son second amour, James Beauregard.
RPs EN COURS :
Past is here, Past is cruel Z80e
Cade#21

Past is here, Past is cruel 200729120509389952
WILLIAMS FAMILY

Noah#1Curtis#1Alex#1Kenneth#1




RPs TERMINÉS : James #1James #2James #3CadeMatteoColinThomasJames #4Cade#2AmalCade#3CarlisleCade#4LeahJosephNicolasColinGabrielCade#5Cade#6AudenCade #7Cade #8SethCarlisle#2Cade #9Evan#1Cade#10Auden#2Saül#1Evan#2Cade#11Evan#3Ivy CodyCade#12Family&CadeCade #13Evan#4Cade#14AnaCade #15FamigliaCade#16Cade #17Evan#6AudenCade #18Cade #19Cade#20Carlisle#3Caelan#1

2017Evan#5
AVATAR : Margot Robbie
DC : Nope
INSCRIT LE : 10/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19937-my-world-is-your-world-savannah-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t20175-soyons-extraordinaires-ensemble-plutot-qu-ordinaires-separement https://www.30yearsstillyoung.com/t20258-savannah-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t20441-savannah-williams#803173

Past is here, Past is cruel Empty
Message(#) Sujet: Re: Past is here, Past is cruel Past is here, Past is cruel EmptyMer 5 Mai - 11:38



Past is here, Past is cruel

Savannah & Cade


Si je m'entête à vouloir périr dans mon appartement depuis plus de deux semaines, les choses s'annoncent cependant plus compliquées que je ne l'avais imaginé. Ma détresse à l'époque avait été comprise par mes parents qui connaissaient l'histoire, celle que je m'octroie à vouloir garder pour moi depuis lors. Les choses sont bien différentes désormais. Mes repères d'antan ne sont plus. Il n'est plus question de s'accrocher à la sécurité que pouvait représenter mes géniteurs, impossible de me perdre dans les souvenirs plus heureux qu'abritaient la maison familiale dans laquelle j'avais décidé de me réfugier, ces rires d'antan faisant écho comme une mélodie aussi mélancolique que réconfortante. Je ne sens pas le regard abattu et pourtant bienveillant de mon père sur moi, je n'entends plus les mots réparateurs de ma mère. Tout a changé, bien trop. Et les seules personnes capables de me faire sortir la tête de l'eau sont celles que je m'affaire à éloigner, parce que je ne les mérite pas. Elles valent bien mieux que ça, bien plus que de supporter les erreurs de la gamine irresponsable que j'étais et qui ressurgit de façon si abrupte chaque fois que le bonheur s'invite dans ma vie. J'ai songé tellement de fois à ce qui serait le plus simple pour moi, mais surtout pour les autres. Un nouveau départ dans une autre ville est désormais à exclure, la dernière tentative ayant été des plus infructueuses. Et malgré des pensées bien sombres, je suis cependant incapable d'en finir avec tout ça. Ce que certain verrait comme une force, s'impose à moi comme une faiblesse infinie, la lâcheté dont j'ai toujours fait preuve lorsqu'il s'agit d'assumer et d'affronter mes problèmes. Je me sens pathétique, et ce sentiment ne fait que s'intensifier lorsqu'Auden m'impose le retour de Mathis, qui de ses petits bras autour de mon cou, parvient à provoquer une douleur immense au plus profond de moi. Ca me fait d'autant plus mal. Je déteste mon ainé d'imposer une telle vision de moi à mon fils qui regorge de bienveillance et de vie, et c'est injustement que je me retrouve à devoir feindre des sourires insensés pour ne pas éveiller la curiosité du petit bonhomme que je n'ai pas vu depuis bien trop longtemps, et qui semble déceler malgré tout une attitude bien moins naturelle chez moi. Comment parvenir à rester dans ce trou béant alors que la présence quotidienne de Mathis ces deux derniers jours me forcent à devoir en sortir? Les heures durant lesquelles il se trouve à l'école sont libératrices pour moi, c'est celles durant lesquelles je peux abandonner toute forme de sourire sur mon visage, celles qui sont pourtant bien trop courtes pour recueillir l'énergie nécessaire pour jouer à nouveau mon rôle de la mère parfaite lorsqu'il passe la grille de son école. Mais je me force, parce que cette fois, on ne me laisse pas le choix.

Je plie quelques vêtements, sans grande envie, lorsqu'on vient tambouriner à ma porte, suscitant bien évidemment un air las de ma part. Je me dirige vers cette dernière, n'ayant pas grande idée de qui pourrait se trouver derrière, mais qui récoltera à coup sûr un accueil peu enthousiaste quoiqu'il arrive. Une habitude désormais. Et c'est le visage de Cade qui apparait, éveillant malgré tout un effet de surprise en moi. Je n'ai pas le temps de le décourager par des mots que son corps s'impose face au mien, le retrouvant bien assez vite à l'intérieur, comme s'il s'agissait d'une épreuve insurmontable qu'il se doit aujourd'hui de relever. Je soupire "J'pensais avoir été assez claire la dernière fois" lui rappelais-je, constatant qu'il semble cette fois impassible face à mon comportement peu chaleureux et maussade. Je voulais du temps, être seule. Volonté qu'il avait semble t-il respecter ces derniers jours, mais qui aujourd'hui n'a plus de valeur. "- Prends une veste et monte dans la caisse. "Je fronce les sourcils, perplexe face à ce ton autoritaire que j'ai tendance à vouloir contrer de façon générale. " Hors de question que j'passe..." Tout en se glissant face à moi, il me fusille du regard en me coupant dans mon élan. "– C’est pas une option Sav’, je t’y met de force si tu bouge pas." Mon regard se balade à travers le sien. Où est donc passé le type compréhensif et tolérant de l'autre jour? Depuis quand cherche t-il à me bousculer de façon si abrupte dans un moment pareil? Il n'abandonnera pas, je le lis dans son regard émeraude, et j'ai déjà la sensation de ne pas avoir les armes pour pouvoir lutter. Aucun mot blessant de ma part n'aura raison de lui cette fois. Aucun accès de colère non plus, ses mâchoires resserrées m'ont déjà devancé face à une quelconque réaction de ma part. Quelques secondes d'hésitation, comme si un duel s'annonçait déjà en arrière plan. Et puis, d'une façon agitée et visiblement excédée pour oser revenir sur sa précédente décision, j'attrape ma veste en jean, et passe finalement devant sans lui jeter un regard, lui laissant le soin de fermer mon propre appartement. Il attend un effort de ma part? Bien. Il devra cependant s'assurer du prix à payer. Je ne suis pas décidée à bavarder pour autant et lui lancer des petits regards amoureux. J'ai l'air d'une ado soumise à l'autorité parentale, et cette attitude ne devient que plus réelle lorsque je me retrouve assise sur le siège passager, scrutant à travers ma fenêtre pour le décourager de vouloir lancer un quelconque sujet de discussion. Il n'aura pas gain de cause, et je veux qu'il mesure l'enfer que je suis capable de lui imposer pour qu'il cesse son petit jeu.

Il démarre, et les premières minutes avec lui dans l'habitacle suffisent pourtant à faire redescendre la pression. Les morceaux d'humanité qui me restent parviennent à apaiser cette fureur. Je lui dois bien ça, parce que malgré les choses que je peux lui reprocher et son manque de compassion, je n'en oublie pas qui il est, et ce qu'il représente pour moi. Je me demande cependant ce qui m'attend, et comment vais-je parvenir à rester sur le même chemin maintenant que je me trouve sur un terrain qui n'est plus le mien, et qui m'offre bien plus d'insécurité. Je baisse le regard un instant avant de finalement lancer ces quelques mots " Si c'est pour m'faire un discours moralisateur, je t'arrête tout d'suite, j'ai déjà donné dernièrement..." Mon visage se tourne finalement vers le sien, marquant un bref arrêt "...Mais ça, tu le sais déjà." Bien sûr qu'il le sait. La visite de Auden à mon appartement quelques jours plus tôt ne relevait pas du hasard. Mon regard accusateur persiste durant quelques secondes avant de reprendre discrètement une grande inspiration face à toute l'émotion que ça fait naître en moi, que je tente de contrôler une fois de plus, et d'ignorer. Je me perds dans mes pensées quelques instants, assez pour ne pas reconnaître le chemin qu'il a emprunté depuis un petit moment. L'endroit ne m'est pourtant pas inconnu, mais je suis incapable de le remettre. Le soleil qui surplombe la ville me force à garder cet air renfrogné, c'est tellement en décalage avec ce qui se trame dans ma tête, et c'est pour le coup loin d'être agréable. La voiture vient finalement se rabattre sur le bas côté de la route, annonçant la fin de notre voyage. Et machinalement, j'observe autour de nous, cherchant à comprendre où nous sommes et pourquoi m'a t-il amené jusqu'ici. Je quitte mon siège, un peu hésitante, et tente de ne pas me laisser atteindre par ma curiosité du moment. J'emboîte le pas, silencieusement, bras croisés contre ma poitrine, tâchant de lui faire deviner mon enthousiasme du moment et c'est en passant la grille du cimetière que je déchante d'autant plus. Sérieusement? Quel était le but, si ce n'est évoquer probablement la mort de mon père, sujet qu'il s'est assuré d'éviter scrupuleusement depuis que je lui ai annoncé sa disparition. L'air blasé sur mon visage ne trompe pas, venir ici était une terrible erreur, même si pour ne pas subir ce calvaire j'aurais du m'agripper à la poignée de la porte d'entrée de mon appart' pour m'y opposer fermement. "Alors quoi, tu m'as amené jusqu'ici pour me parler du deuil et toutes ces conneries?" demandais-je afin de le décourager. Dans son esprit persistait peut-être cette idée qui expliquait mon état du moment, cette perte douloureuse, mais il n'en était rien. Et cette volonté de vouloir s'immiscer dans ma tête me pousse à me renfermer d'avantage. "J'sais pas où on se trouve, mais si tu voulais que je joue à la gamine attristée par la perte de son père, c'était au cimetière de Brisbane qu'il fallait se rendre" lui rappelais-je, alors qu'il ralentit le pas, comme s'il avait trouvé ce qu'il cherchait depuis désormais plusieurs minutes. Je m'arrête, imitant son attitude alors que mon regard balaye les alentours en ignorant la pierre qu'il scrupte avec un but bien précis. Mon regard vient finalement observer les traits de son visage, qui dégagent un sentiment particulier, et qui me poussent à regarder dans la même direction, soupirant malgré tout pour l'effort que ça me demande. Et mon coeur se resserre soudainement. Le poids qui repose sur mes jambes paraît immense, la pression dans ma poitrine me donne l'impression de suffoquer. Ces quelques lettres gravées sur la pierre figent mon corps tout entier, le paralysent. J'ai cessé de respirer, cesser de cligner des yeux alors que ces derniers sont en proie à un torrent de douleur. Ce nom, cette date...Tout me ramène instantanément à cet accident, dont j'ai pris le temps de me rappeler de chaque détail depuis que je me suis coupée du monde. Mais c'est pourtant une nouvelle vague déferlante qui m'envahit. Je n'ai jamais prit le temps de me rendre ici. Toute trace de cet accident se résumait à de nombreux flashblack tragiques et cette stupide boîte longtemps oubliée, et voilà que ce nouvel élément apparaît face à moi, une réalité que je n'étais pas prête à affronter malgré le temps écoulé, et encore moins sous les yeux de cet homme qui en sait bien plus que je l'imaginais. Ce sentiment de honte est si fort qu'il évoque une colère ultime en moi. Mais je lutte. Je lutte assez fort pour vouloir m'épargner cette scène. Mon regard, brouillé par les larmes que je parviens encore à contenir mais qui menacent de se précipiter sur ce teint blafard, vient croiser le sien, et c'est un mélange d'émotions qui s'invitent, plus intenses les unes que les autres. Comment a t-il pu me faire ça? Comment a t-il su, et pourquoi vouloir m'infliger ça? Je le dénigre, ne voyant là qu'un moyen de me faire tomber d'avantage, une ultime trahison, comme si ce que je m'infligeais jusqu'à présent n'était pas suffisant, comme s'il jubilait face à sa découverte du moment. Je fais quelques pas, n'ayant pas l'intention de rester une minute de plus ici, parce que ces simples secondes pourraient me rendre soudainement si vulnérable, je le sens déjà alors que mon coeur tambourine dans ma poitrine, en proie à toutes ces émotions qui le dépassent. Cette carapace, solidement fixée est déjà bien trop écorchée, et je ne suis pas prête à subir ce supplice sous un regard de soulagement. Mon corps passe à côté du sien, d'un pas décidé, mais sa main vient se poser sur mon poignet, m'arrêtant immédiatement dans mon élan, me demandant probablement par ce biais de cesser de me battre. Si ce geste me parait dans un premier temps autoritaire par la pression qu'il exerce, ses doigts qu'il fait glisser avec une extrême douceur sur ma peau ensuite suffisent à me transmettre cet élan de bonté et de bienfaisance.







Le problème avec la dépendance, c'est que ça ne finit jamais bien. Parce qu'il arrive un moment où ce qui nous mettait dans cet état d'euphorie cesse de nous faire du bien et commence à nous faire mal. Il parait qu'on ne peut pas s'en sortir avant d'avoir touché le fond. Mais comment on sait qu'on a touché le fond ? Parce que quand on est accro, même si ça fait mal, parfois ça fait encore plus mal de décrocher.



Revenir en haut Aller en bas
Cade Grimes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Quarante ans. Les années passent...et se ressemblent.
SURNOM : Superman ?
STATUT : Fraîchement largué, et presque forcé de retrouver ses bonnes vieilles habitudes.
MÉTIER : Ex Agent fédéral du FBI américain. Viré pour faute. Désormais formateur en auto-défense et par armes à feu.
LOGEMENT : #275 - REDCLIFFE
Past is here, Past is cruel T4th
POSTS : 8377 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : L'ainé d'une famille Londonnienne très aisée - Il a fuit le milieu mondain pour une vie bien plus simple - Une soeur et deux frères - Ne veut plus rien savoir de son paternel - Traine beaucoup les pubs le soir pour boire un whisky - Ex Agent fédéral du FBI américain - Il aime les belles voitures, les forts caractères, et les dessins animés. Il déteste parler de lui. Habitué des relations (très) courtes et/ou compliquées !
RPs EN COURS :
Past is here, Past is cruel A7q6
SAVANNAH #21

QUINN #3 - ASHLEY - GABRIELLE - JULIANA

FlashBack: NONE






RPs TERMINÉS : MAZE - TESS - LAZARUS - MILENA - MAZE/GRETA - SHERIDYN (en attente) - SAVANNAH - LOAN - LEONARDO - SAVANNAH #2 - LEENA - ROBIN-HOPE - MILENA #2 - TESS #2 - ELORA - MAZE #2 - SAVANNAH #4 - PAOLA - SAVANNAH #5 - OAKLEY - ZELDA - SAVANNAH #6 - SAVANNAH #8 - SAVANNAH #9 - QUINN - SAVANNAH #7 - SAVANNAH #10 - OAKLEY #2 - SAVANNAH #11- CLAIRE - SAVANNAH #12 - SAVANNAH #13 - QUINN #2 - WILLIAMS FAMILY - ELIZABETH - SAVANNAH #14 -SAVANNAH #16 - SAVANNAH #17 - EVAN - ELIZABETH - AUDEN - SAVANNAH #15 - ANASTASIA - NICO - ELIE - SAVANNAH #18 - HALSTON - SVETLANA - CASSIA - SAVANNAH #19 - SAVANNAH #20

Flashback 2019 - MIA - MIA #2 - HALSTON #2
AVATAR : Jensen Ackles
DC : Nope
PSEUDO : Fax
INSCRIT LE : 31/03/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19330-cade-grimes-family-doesn-t-end-with-blood https://www.30yearsstillyoung.com/t19386-cade-grimes-family-business-and-cie

Past is here, Past is cruel Empty
Message(#) Sujet: Re: Past is here, Past is cruel Past is here, Past is cruel EmptyMer 12 Mai - 11:05



Past is here, Past is cruel

Savannah & Cade


"J'pensais avoir été assez claire la dernière fois" L’accueil était adorable. Bien sûr qu’elle avait été claire la dernière fois. Bien trop claire même au goût de Cade. Pourtant, elle devait bien les connaitre à présent, lui et sa ténacité. Ils n’en avaient pas terminé avec le cas Savannah Williams, et il en avait même fait une affaire personnelle. L’un de ces dossiers qu’il ne lâcherait pas avant d’avoir été au bout, avant d’avoir élucidé son mystère, quoi qu’il en coûte et quelle qu’en soit les conséquences. Grimes s’imposa physiquement sans difficulté et entra chez elle en ignorant ses mots et en scrutant son intérieur à la recherche d’une boite de médocs orangée, d’un signe que sa décadence avait empirée ou, il le préférait, d’un indice qui montrait qu’elle se battait pour aller mieux. Rien de tout ça n’était visible, si ce n’était son visage fatigué quand il se tourna pour lui ordonner de s’habiller pour sortir. Elle avait une sale mine. Pas pire que celle de sa sœur junkie, certainement coincée dans une cellule pour fou à lier, mais elle ne rayonnait pas. Et ce regard réprobateur et agressif, celui qu’elle avait dégainé l’autre jour en lui crachant son venin, était toujours là. " Hors de question que j'passe..." Il la coupa. Il ne lui laissait pas le choix. – C’est pas une option Sav’, je t’y met de force si tu bouge pas. Cade était prêt à la tirer jusqu’à la Chevrolet s’il le fallait mais elle poserait ses fesses dedans, quoi qu’il advienne. Son regard braqué sur elle lui imposait silencieusement cette sortie imminente. Ne pas défaillir. L’amener là-bas et observer le choc que ce serait. C’était LA solution qu’il avait choisi. Savannah obtempère et, d’un air hautain, elle passe devant lui, sa veste bientôt sur ses épaules. Il ne la suit que du regard durant quelques secondes, soupçonnant là dedans une curiosité inavouée et une envie d’avancer qu’elle ne réalisait même pas. Sans un mot, il la suivit et claqua sa porte d’entrée.

Le silence dans la voiture, il l’avait pressenti. Il ne lui donna aucun indice sur leur destination et se contenta de lui jeter un seul regard avant de mettre le contact et de démarrer. Plusieurs fois, ils s’étaient retrouvés dans cette voiture, et à chaque fois l’ambiance avait été différente. Il ne se souvenait cependant pas de s’être sentit si près, et si loin d’elle à la fois. Cade se concentra sur la route. Le panneau indiquant Tenerife ne mit pas très longtemps avant de se dresser sur leur chemin. Dans sa tête, il imaginait les réactions de Savannah face à cette pierre tombale qui la ramènerait directement dans son passé. Sa voix, froide, brisa le flot de ses pensées. " Si c'est pour m'faire un discours moralisateur, je t'arrête tout d'suite, j'ai déjà donné dernièrement...Mais ça, tu le sais déjà." Le visage fermé de Cade se tourna brièvement vers elle. Voilà qu’il devenait « moralisateur ». Ce costume, il le portait régulièrement. Et régulièrement, on le lui reprochait. Cependant il restait persuadé que parler à Auden avait été une bonne chose. Malgré leur différents, les deux hommes se trouvaient dans le même camp dans cette histoire. Quoi qu’en pense Savannah, Cade ne regrettait rien. – Ton frère est un emmerdeur. C’était presque une déclaration d’amour.

Plusieurs minutes s’écoulèrent, et la voiture ralentit pour se garer sur le côté d’une petite route. Périphérie proche de Tenerife, le cimetière n’était pas grand mais il renfermait de précieux espoirs. Savannah semblait découvrir les lieux. C’était une bonne chose. Plus elle se retrouvait dans l’inconnu, plus rude serait le choc. Elle se retrouverait tout en bas de la pente et il lui lancerait le grappin pour remonter. Il le ferait, peu importait les mots, parce qu’il tenait à elle. Grimes franchit la grille du cimetière en rangeant les clés de sa voiture dans sa poche de veste et se retourna vers la jolie blonde. – Suis moi. Il était enterré là. Restait plus qu’à trouver la pierre portant le bon nom. "Alors quoi, tu m'as amené jusqu'ici pour me parler du deuil et toutes ces conneries?" Cade avançait à pas lent, observant chaque tombe avec un respect incomparable. – Pas exactement. Se contenta t-il de dire pour lui répondre quelque chose. Il avait décidé de ne pas trop discuter. De la laisser vivre ce moment sans aucun commentaire de sa part. Sans aucun jugement. Il serait juste là si elle en avait besoin lorsqu’elle découvrirait la vérité. "J'sais pas où on se trouve, mais si tu voulais que je joue à la gamine attristée par la perte de son père, c'était au cimetière de Brisbane qu'il fallait se rendre" Le silence de Cade semblait jouer sur les nerfs de Savannah. Son impatience grandissait. Là voilà. Grimes ralentit et s’arrêta finalement devant une pierre. Sobre. Blanchâtre. Devant laquelle trônait un vase de marbre et une fleur séchée. Il ne regarda pas Savannah tout de suite et prit le temps d’inspecter ce lieu aussi triste et sombre que lumineux et libérateur. Finalement, il posa les yeux sur elle alors qu’elle avait vu et comprit où elle se trouvait. Il resta immobile. Elle réalisait. Elle défaillait et Cade le comprit quand elle releva des yeux remplis de larmes qui luttaient pour ne pas mourir sur ses joues. Il resta impassible, ravalant l’émotion tout au fond de lui qui aurait bien voulu s’associer à celle de Savannah. Elle devait faire face, elle devait tout lâcher, c’était maintenant ou jamais. Qu’elle déverse cette haine, cette peine et toute sa détresse, de n’importe quelle forme que ce soit. Cade misait tout sur cet instant et retenait cette envie irrépressible de la serrer dans ses bras et de lui dire un « Ca va aller ».

Elle s’échappe. C’était sa façon de réagir et elle ne pouvait plus se cacher. Grimes la rattrapa par le poignet, fermement pour ne pas la perdre. Mais rapidement, ses doigts vinrent remonter le long de son bras et il se rapprocha d’elle pour lui faire face. Ses yeux se plantèrent dans les siens, communicateurs, bienveillants. – Ca va aller. Chuchota-t-il enfin. Il le pensait. Encore fallait-il qu’elle le croie aussi et qu’elle relâche cette pression qui pourrissait en elle. Seules quelques secondes de résistance, et puis, elle s’effondra. Son bras vint l’entourer doucement et il l’attira tout contre lui en fermant les yeux. Quand il les rouvrit, ses yeux se perdirent face à lui, et cet horizon de verdure parsemé de tombes renfermant sûrement tout autant de chagrin lui semblait loin. Il l’avait dans ses bras et c’était tout ce qui comptait. Par où il était passé pour en arriver là ? Auden ? Anastasia ? Il s’en foutait. Il lui laissa le temps qu'elle voulait pour craquer, aucun son ne sortit de sa bouche. C'était ce qu'il avait cherché et au fond, il savait qu'il avait en partie gagné.





 
 
.......................................
Past is here, Past is cruel 763986grimes
Past is here, Past is cruel OrLErGE
Past is here, Past is cruel Vg4o2Xs
Revenir en haut Aller en bas
Savannah Williams
Savannah Williams
les collisions
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans
SURNOM : Sav'
STATUT : Retrouver le statut de célibataire n'aura jamais été si douloureux
MÉTIER : Assistante de direction pour la société Campbell, spécialisée dans l'achat et la construction de complexes immobiliers écologiques -Assez naïve pour croire que travailler pour son ex ne lui attirera pas de problème
LOGEMENT : #218, BaySide
Past is here, Past is cruel Tgw6
POSTS : 7832 POINTS : 255

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle joue souvent avec ses cheveux ≈ Elle a pratiqué auparavant le chant en tant qu'artiste professionnelle ≈Elle joue de la guitare et du piano ≈ Elle a causé un accident de voiture dans le passé qui a coûté la vie à un jeune homme. Un secret qu'elle tente de garder pour elle ≈ Elle culpabilise toujours ≈ Elle a un rire extrêmement communicatif ≈ Elle est maman de Mathis, 5 ans, qu'elle cherche à connaître, et qu'elle a eu avec son second amour, James Beauregard.
RPs EN COURS :
Past is here, Past is cruel Z80e
Cade#21

Past is here, Past is cruel 200729120509389952
WILLIAMS FAMILY

Noah#1Curtis#1Alex#1Kenneth#1




RPs TERMINÉS : James #1James #2James #3CadeMatteoColinThomasJames #4Cade#2AmalCade#3CarlisleCade#4LeahJosephNicolasColinGabrielCade#5Cade#6AudenCade #7Cade #8SethCarlisle#2Cade #9Evan#1Cade#10Auden#2Saül#1Evan#2Cade#11Evan#3Ivy CodyCade#12Family&CadeCade #13Evan#4Cade#14AnaCade #15FamigliaCade#16Cade #17Evan#6AudenCade #18Cade #19Cade#20Carlisle#3Caelan#1

2017Evan#5
AVATAR : Margot Robbie
DC : Nope
INSCRIT LE : 10/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19937-my-world-is-your-world-savannah-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t20175-soyons-extraordinaires-ensemble-plutot-qu-ordinaires-separement https://www.30yearsstillyoung.com/t20258-savannah-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t20441-savannah-williams#803173

Past is here, Past is cruel Empty
Message(#) Sujet: Re: Past is here, Past is cruel Past is here, Past is cruel EmptyVen 14 Mai - 10:43


Past is here, Past is cruel

Savannah & Cade


La présence de Cade aurait du être source de réconfort, et pourtant, elle déclenche immédiatement un sentiment bien plus fort en moi, celui de l'échec. Les mots durs que j'ai pu avoir à son encontre n'ont pas suffit, et il va me forcer à être bien plus détestable, chose à laquelle je ne voulais pas me plier, pas avec lui, pas après tout ce que nous avions vécus ensemble. Pourquoi ne pouvait-il pas accepter la situation tel qu'elle était? Mon accueil est donc à la hauteur du précédent, si ce n'est encore plus glacial par cette défaite que sa présence représente. Pas de pincette cette fois-ci, je me lance corps et âme dans cette mission qui est de le rejeter sans ménagement. Mais il n'a visiblement pas l'intention de m'épargner lui aussi, faisant preuve d'un ton presque autoritaire en me demandant de rejoindre sa voiture. Je lui en veux, et ma gestuelle le représente assez bien lorsque j'attrape ma veste.

Assise dans la chevrolet, mon poing vient se poser devant mes lèvres, retenant des mots que je serais susceptible de regretter. Heureusement, les minutes qui s'écoulent parviennent à ralentir les battements de mon cœur et cette agitation passagère. Je m'apaise, relativisant sur les faits et surtout la raison pour laquelle je cède à une requête cette fois-ci...Lui. Je ressens ses bonnes intentions, et même si je ne peux malheureusement répondre à ses attentes, j'estime qu'il mérite au moins un peu plus de considération. Ce qu'il ignore, c'est que rien ne changera, cette petite ballade improvisée ne me fera pas revenir. Pas plus que les visites dans la famille Williams. Auden n'aura pas tenu longtemps avant de me balancer leur entretien, et même si sur le coup, j'ai pris ça comme une énième trahison de l'ancien agent, j'ai aujourd'hui assez de recul pour ne pas le lui balancer au visage. Quoi que... – Ton frère est un emmerdeur. Sur ce point, je ne peux que le rejoindre "Il ne m'la fait pas à l'envers lui"  soufflais-je a son égard, une petite pique lancée sur un ton calme pour lui faire savoir que je n'avais pas apprécié ce coup de couteau planté dans le dos. Cade avait toujours été de mon côté, et voilà qu'il scellait presque un pacte avec "l'ennemi", cela n'avait pas de sens, si ce n'est nourrir mon désarroi du moment. Il connaissait mes rapports compliqués avec ma fratrie, il avait lui-même été plongé dans cette source d'ennui qu'il n'avait pas vu venir. Nous n'étions pas liés, si ce n'est que par le sang, et les problèmes étaient déjà assez nombreux sans que chacun ne vienne y ajouter sa petite histoire personnelle. Mon regard vient se perdre sur la route, ne souhaitant pas rentrer dans un débat qui ne serait d'aucune utilité désormais.

L'arrivée sur les lieux me laisse perplexe. Je ne reconnais pas l'endroit, et c'est en passant la grille du cimetière que je devine ce qui m'attend, probablement un long discours sur la mort et ses conséquences. Je ne suis pas d'humeur à l'écouter, d'autant que le problème ne concerne pas la mort de mon père, contrairement à ce qu'il peut en penser. Je le suis, trainant un peu les pieds, le visage plus fermé que jamais."-Pas exactement." Je secoue brièvement la tête, sachant pertinemment que ses efforts ne serviront à rien, mais à quel moment devra t-il se faire une raison? Pour le casser dans son élan, j'évoque une tombe qu'il ne trouvera pas, du moins, pas ici. Ce qui rendait notre petite balade définitivement ridicule. Encore fallait-il qu'il veuille l'admettre. Il poursuit la marche, déterminé, me rendant particulièrement distante alors que mon regard préfère observer l'horizon, témoignant de mon manque d'implication. Son arrêt soudain ne suffira pas attirer ma curiosité, du moins pas tout de suite. Mais l'attention que je vais y porter lorsque mes yeux vont se poser sur la pierre tombale me fait perdre toute notion du temps. Je suis en proie à un torrent d'émotion que je ne suis en mesure de gérer. Cette vague balaye un instant tout ce qui m'entoure, me rappelant immédiatement ces souvenirs du passé, que hantent depuis déjà plusieurs semaines. Ce monument qui trône parmi les autres résulte de ma personne et de mes erreurs. J'en suis l'unique responsable, et il n'aurait jamais dû en être. Cette prise de conscience est douloureuse, tout autant que de croiser le regard de Cade à cet instant précis. Je le déteste, je le déteste d'avoir fouillé dans ce passé que je ne souhaitais pas partager avec lui, mais encore plus d'avoir osé m'amener ici, ouvrant d'avantage cette plaie qu'il m'est impossible de panser. J'aimerais avoir la force de lui exprimer toute la haine qui me crève le coeur par sa faute, mais je ne peux pas. Parce que je m'apprête à m'écrouler, sous ses yeux, et que je m'interdis de lui donner ce plaisir. Mon corps s'empresse donc de s'échapper, tant qu'il est encore capable de le faire. La main de Cade va cependant m'arrêter dans mon élan, brisant toutes ces résolutions que je ne parviens désormais plus à suivre. Il se glisse devant moi, plongeant son regard dans le mien avec une bienveillance qui n'est plus à prouver et qu'il ne devrait pourtant plus avoir à mon égard. Mes lèvres tremblantes témoignent de ma vulnérabilité du moment. Je lutte de tout mon être pour ne pas craquer, pas maintenant.  – Ca va aller. Ces quelques mots provoquent un tsunami en moi. Je hoche négativement de la tête, brièvement, rapidement, mais ce simple effort aura finalement raison de tout ce que je m'impose à contenir depuis bien trop longtemps, et dans un éclat de sanglot aussi soudain que déchirant, je cède à toute cette tristesse, accumulée depuis bien trop longtemps. Mes doigts se glissent devant mes lèvres, faiblement, tâchant d'étouffer cette souffrance qui ressent le besoin soudain de s'exprimer bien trop brusquement. Les larmes s’abattent sur mes joues, me faisant perdre indubitablement le contrôle. Tout est trop fort, j'ai l'impression de suffoquer, incapable de savoir quand reprendre mon souffle dans cette décadence. Les bras de Cade viennent entourer mon corps, et ce n'est plus ce besoin de le rejeter qui prime cette fois-ci. Ma vulnérabilité du moment rend cette étreinte particulièrement réconfortante, assez pour que mon front vienne se poser contre son torse, comme si j'avais désormais besoin de lui pour tenir cette fois-ci. Son odeur, les battements de son coeur que je pense ressentir.... un sentiment familier auquel il m'est désormais impossible d'échapper et qui agit comme un doux sortilège. Mais qui n'enlève rien à ce dépérissement que je me dois de subir.

Il aura fallu attendre quelques instants pour que je parvienne à me reprendre, quelques instants durant lesquels je suis restée blottie contre lui, presque recroquevillée, donnant cet aspect si fragile de moi auquel il n'a jamais été confronté.  Mes paupières se relèvent lorsque je me décide à me détacher de son emprise, veillant à essuyer les traces empreintes de la peine ressentie sur mon visage. J'observe la pierre, l'esprit bien tourmenté, bien que l'émotion ne soit désormais plus la même. La suite ne s'annonce cependant pas plus évidente, bien au contraire. Ma mâchoire se détache de l'autre, hésitante sur le chemin à emprunter pour poursuivre. Et c'est à travers une voix faible et incertaine que je parviens à me lancer "Qu'est ce que tu sais?"Notre présence ici ne relevait pas du hasard, et j'imaginais qu'il avait à l'heure d'aujourd'hui encore assez de contact dans le milieu pour avoir le détail de mes erreurs passées. Mon regard se perd sur le monument, incapable de subir son regard qui mêlerait évidement bien trop de jugement sur cette scène. Cela ne m'empêche pas de ressentir son regard sur moi, et c'est presque un supplice, alors qu'un bref instant j'ai le courage de l'affronter .Je t'en supplie, me regarde pas comme ca...






Le problème avec la dépendance, c'est que ça ne finit jamais bien. Parce qu'il arrive un moment où ce qui nous mettait dans cet état d'euphorie cesse de nous faire du bien et commence à nous faire mal. Il parait qu'on ne peut pas s'en sortir avant d'avoir touché le fond. Mais comment on sait qu'on a touché le fond ? Parce que quand on est accro, même si ça fait mal, parfois ça fait encore plus mal de décrocher.



Revenir en haut Aller en bas
Cade Grimes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Quarante ans. Les années passent...et se ressemblent.
SURNOM : Superman ?
STATUT : Fraîchement largué, et presque forcé de retrouver ses bonnes vieilles habitudes.
MÉTIER : Ex Agent fédéral du FBI américain. Viré pour faute. Désormais formateur en auto-défense et par armes à feu.
LOGEMENT : #275 - REDCLIFFE
Past is here, Past is cruel T4th
POSTS : 8377 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : L'ainé d'une famille Londonnienne très aisée - Il a fuit le milieu mondain pour une vie bien plus simple - Une soeur et deux frères - Ne veut plus rien savoir de son paternel - Traine beaucoup les pubs le soir pour boire un whisky - Ex Agent fédéral du FBI américain - Il aime les belles voitures, les forts caractères, et les dessins animés. Il déteste parler de lui. Habitué des relations (très) courtes et/ou compliquées !
RPs EN COURS :
Past is here, Past is cruel A7q6
SAVANNAH #21

QUINN #3 - ASHLEY - GABRIELLE - JULIANA

FlashBack: NONE






RPs TERMINÉS : MAZE - TESS - LAZARUS - MILENA - MAZE/GRETA - SHERIDYN (en attente) - SAVANNAH - LOAN - LEONARDO - SAVANNAH #2 - LEENA - ROBIN-HOPE - MILENA #2 - TESS #2 - ELORA - MAZE #2 - SAVANNAH #4 - PAOLA - SAVANNAH #5 - OAKLEY - ZELDA - SAVANNAH #6 - SAVANNAH #8 - SAVANNAH #9 - QUINN - SAVANNAH #7 - SAVANNAH #10 - OAKLEY #2 - SAVANNAH #11- CLAIRE - SAVANNAH #12 - SAVANNAH #13 - QUINN #2 - WILLIAMS FAMILY - ELIZABETH - SAVANNAH #14 -SAVANNAH #16 - SAVANNAH #17 - EVAN - ELIZABETH - AUDEN - SAVANNAH #15 - ANASTASIA - NICO - ELIE - SAVANNAH #18 - HALSTON - SVETLANA - CASSIA - SAVANNAH #19 - SAVANNAH #20

Flashback 2019 - MIA - MIA #2 - HALSTON #2
AVATAR : Jensen Ackles
DC : Nope
PSEUDO : Fax
INSCRIT LE : 31/03/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19330-cade-grimes-family-doesn-t-end-with-blood https://www.30yearsstillyoung.com/t19386-cade-grimes-family-business-and-cie

Past is here, Past is cruel Empty
Message(#) Sujet: Re: Past is here, Past is cruel Past is here, Past is cruel EmptyMer 19 Mai - 14:44


Past is here, Past is cruel

Savannah & Cade


"Il ne m'la fait pas à l'envers lui" Ca, c’était envoyé. Et Cade, bien que demeurant silencieux et se contentant de serrer les dents sans même la regarder, réalisait qu’elle n’était pas encore dans un état d’esprit sain. Elle ne pouvait pas encore réaliser que si l’ex agent fédéral avait fait appel à Auden, s’il avait rangé sa fierté et mit de côté toute sa rancœur pour aller frapper à la porte du plus désagréable des Williams (bien que le niveau d’Anastasia n’était vraiment pas mal non plus) c’était pour elle. Juste pour elle. Aucune de ses intentions n’avaient été faite pour lui nuire, bien au contraire. Il avait tout fait pour essayer de comprendre malgré le rejet violent qu’il avait subit de plein fouet. Ses sentiments avaient parlé. Ils avaient même hurlé au détriment de ce mur qui se dressait la plupart du temps quand les difficultés affectives pointaient le bout de leur nez. La voir ainsi se battre contre un mal qu’il ne connaissait pas, l’entendre crier à l’aide de l’intérieur, et la sentir faiblir à vue d’œil malgré ce qu’elle montrait lui avait été insupportable. Alors…elle choisirait de ne plus le revoir si elle le désirait vraiment. Mais elle ne le ferait pas avant qu’il l’ait sortit de là.

S’ils étaient là, devant ce cimetière, c’était qu’Auden n’avait pas réussi à arranger les choses ni même de savoir ce qui bouffait littéralement la vie de Savannah. Cade ne lui en voudrait pas. Il avait bougé ses fesses pour sa frangine, l’existence d’un cœur avait donc été démontré et il se félicitait au moins pour ça. De son côté, il avait du subir les nombreux « putain » d’une junkie en manque pour avancer et pour découvrir que, par là reposait la possible réponse à son enquête. Grimes avait déjà presque oublié la folie d’Anastasia. Presque. Alors qu’il était proche de mettre une grosse gifle à sa sœur pour son bien. Les Williams était décidément une bien étrange famille, aux multiples problématiques mais surtout aux trop nombreux secrets. Les yeux de Cade cherchait cette tombe. Il les scrutait une à une pour ne pas manquer ce nom qui raisonnerait forcément dans la tête de la jolie blonde. Et même si ce n’était pas là la cause de son mal être, Cade aurait au moins la satisfaction de la faire réagir.

L’effet fut quasi immédiat. Savannah tenta d’abord de se dérober mais elle n’y parvint pas. Pas tant que Grimes serait là pour insister, pour qu’elle s’abandonne à ses émotions et qu’elle se libère enfin du poids qui la mettait à terre depuis plusieurs semaines, voire plusieurs années. Leurs regards se rencontrent et les seuls mots prononcés eurent raison de Savannah. Elle s’effondra en larmes et il ne la laissa pas seule. Elle s’appuya contre lui comme si ses jambes pouvaient défaillir sous ce flot d’images qui devaient l’envahir. Noyée sous cette culpabilité, Cade ne se souvenait pas l’avoir vu aussi vulnérable et désarmée. Alors il la serra contre lui, ne pouvant pas ressentir la même chose qu’elle mais très sensible à sa peine, et il lui donna tout le temps dont elle avait besoin pour se relever. Il était là. Il ne la laisserait pas tomber. Elle comptait bien trop. Les quelques minutes qu’elle passa, tremblante, dans ses bras le conforta dans ce sentiment. Il posa ses lèvres contre le haut de sa tête doucement.

Quand il posa son regard sur elle, il se sentit plus léger bien qu’il ne connaisse pas encore l’effet d’une telle révélation sur Savannah. Allait-elle le repousser en lui reprochant de se mêler de ce qui ne le regardait pas ? Peut-être qu’elle allait tout oublier et se livrer sans attendre ? "Qu'est ce que tu sais?" Sa voix, fragile, trahissait son trop plein d’émotions. Cette question dessina un petit fossé invisible entre eux, et les bras de Cade quittèrent le corps de la jolie blonde. Il ne la lâchait pas des yeux, guettant la moindre expression distinctive sur son visage. – J’ai lu le dossier. Il ne chuchotait pas, néanmoins la douceur de sa voix indiquait une compassion qui ne lui plairait sans doute pas… Il n’avait pas besoin d’en dire plus. Savannah savait bien que sa carrière au FBI lui permettait d’avoir accès à des détails, et ça de façon peu officielle. Il savait ce que la police judiciaire avait décrit et conclut. « Je t'en supplie, me regarde pas comme ca... » Il ne lui semblait pas avoir changé d’attitude. Si elle tenait à ne pas voir de la pitié… - J’en ai rien à foutre de c’qui s’est passé Sav’. Je sais juste que ce type là est mort et que toi t’es vivante. Il s’approcha un peu d’elle sans prendre le temps d’observer tombe juste là, à leurs pieds. – T’as pas l’droit de gâcher ça. Voyant qu’elle était rivée sur le nom gravé sur la pierre, il la tourna face à lui. – Ouvres les yeux, c’était un putain d’accident et tu n’reviendra jamais en arrière. Tu peux juste faire en sorte qu’il n’y ait pas deux victimes plutôt qu’une ! Sa voix s’élevait un peu plus et retomba ensuite. – Mathis a besoin de toi… J’ai besoin de toi Sav’. Finit-il par avouer en appuyant sur le sujet de cette dernière phrase.






 
 
.......................................
Past is here, Past is cruel 763986grimes
Past is here, Past is cruel OrLErGE
Past is here, Past is cruel Vg4o2Xs
Revenir en haut Aller en bas
Savannah Williams
Savannah Williams
les collisions
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans
SURNOM : Sav'
STATUT : Retrouver le statut de célibataire n'aura jamais été si douloureux
MÉTIER : Assistante de direction pour la société Campbell, spécialisée dans l'achat et la construction de complexes immobiliers écologiques -Assez naïve pour croire que travailler pour son ex ne lui attirera pas de problème
LOGEMENT : #218, BaySide
Past is here, Past is cruel Tgw6
POSTS : 7832 POINTS : 255

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle joue souvent avec ses cheveux ≈ Elle a pratiqué auparavant le chant en tant qu'artiste professionnelle ≈Elle joue de la guitare et du piano ≈ Elle a causé un accident de voiture dans le passé qui a coûté la vie à un jeune homme. Un secret qu'elle tente de garder pour elle ≈ Elle culpabilise toujours ≈ Elle a un rire extrêmement communicatif ≈ Elle est maman de Mathis, 5 ans, qu'elle cherche à connaître, et qu'elle a eu avec son second amour, James Beauregard.
RPs EN COURS :
Past is here, Past is cruel Z80e
Cade#21

Past is here, Past is cruel 200729120509389952
WILLIAMS FAMILY

Noah#1Curtis#1Alex#1Kenneth#1




RPs TERMINÉS : James #1James #2James #3CadeMatteoColinThomasJames #4Cade#2AmalCade#3CarlisleCade#4LeahJosephNicolasColinGabrielCade#5Cade#6AudenCade #7Cade #8SethCarlisle#2Cade #9Evan#1Cade#10Auden#2Saül#1Evan#2Cade#11Evan#3Ivy CodyCade#12Family&CadeCade #13Evan#4Cade#14AnaCade #15FamigliaCade#16Cade #17Evan#6AudenCade #18Cade #19Cade#20Carlisle#3Caelan#1

2017Evan#5
AVATAR : Margot Robbie
DC : Nope
INSCRIT LE : 10/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19937-my-world-is-your-world-savannah-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t20175-soyons-extraordinaires-ensemble-plutot-qu-ordinaires-separement https://www.30yearsstillyoung.com/t20258-savannah-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t20441-savannah-williams#803173

Past is here, Past is cruel Empty
Message(#) Sujet: Re: Past is here, Past is cruel Past is here, Past is cruel EmptyJeu 20 Mai - 12:56


Past is here, Past is cruel

Savannah & Cade


Mon attitude peut être déstabilisante pour lui, le visage que je lui offre est aussi détestable que le précédent, si ce n’est plus. La patience que j’avais jusqu’à présent perd peu à peu en intensité, et cette armure que je me suis forgée est déjà bien trop écorchée par ces nombreuses tentatives de sauvetage. Il n’est plus question d’épargner les autres par des paroles bien trop blessantes, mais de me protéger moi même de toute leur tentative d’intrusion dans cette bataille. Je n’ai pas besoin de puiser bien loin, le sang Williams coule dans mes veines, et ces remarques généralement sarcastiques en deviennent cinglantes sans cette touche d’humour que je savais apporter auparavant. Si je n’ose pas regarder Cade, c’est parce que je refuse qu’il puisse lire dans mon regard une quelconque émotion, et le seul moment où je m’y octroie reste cet instant où je suis en position de force, celui dans lequel les reproches priment encore. Savoir qu’il ait pu aller trouver Auden me dépasse, comme si soudainement, cet homme qui partage ma vie depuis si longtemps n’était plus le même. Puis-je cependant le lui reprocher alors que j’ai moi-même lancé les hostilités?
 
En déambulant à travers les tombes, je n’ai pas idée un seul instant de ce qui m’attend, comme si j’avais oublié l’obstination dont il avait toujours fait preuve depuis que je l’avais retrouvé. Je ne comprends pas, et je ne cherche pas un seul instant à me poser la question, préférant rester en retrait, et me permettre ainsi de lui lancer un bon regard réprobateur et capable de mettre à néant tout ses efforts. Malheureusement, je me fais prendre rapidement à mon propre piège, et ce dernier se referme avec force autour de moi, me donnant l’impression d’être plus seule et vulnérable que jamais, comme si on me balançait au beau milieu de la scène pour pouvoir mettre en lumière toute cette détresse qui sommeille en moi depuis bien trop longtemps. Il aurait pu être plus avenant, mais il savait pertinemment que cela n’aurait pas la même incidence, j’ai beau prétendre le contraire, Cade me connait bien plus que je ne peux l’imaginer. Ma tentative de fuite sera un échec, et rapidement, cet homme qui se dressait jusqu’alors comme l’ennemi se trouve être celui sur lequel je me repose. J’ai mal. Tellement mal. Les années n’auront clairement rien effacé à cette douleur, qui surgit à nouveau avec force face à la vision de cette pierre tombale. C’est réel. C’est là, sous mes yeux, et cette idée m’est insupportable. L’étreinte de Cade suffit cependant à ce que je ne m’écroule pas, les bras pliés contre ma poitrine, mon visage posé contre son torse, je subis de plein fouet toute cette retenue, qui est aussi douloureuse que libératrice. Durant un bref instant, j’ai l’impression que j’arriverais plus jamais à m’arrêter, mais ce doux parfum qui envahi mes narines aura un pouvoir que j’avais presque oublié, empreint de nombreux souvenirs agréables . Il m’aide à reprendre mon souffle et l’énergie nécessaire pour affronter ça. Et je retrouve finalement cette lucidité délaissée quelques minutes plus tôt. Instinctivement, et surtout par besoin de me préserver à nouveau, je me détache de son emprise. Ne souhaitant pas lui exposer cette faiblesse qui fait pourtant parti de moi. Je ne l’accorde à personne. Cette pudeur ne date pas d’hier, peu de personne hormis ma famille peut prétendre m’avoir vu perdre pied, encore moins les hommes qui ont pu partager ma vie, et Cade se trouve être celui qui aura été témoin de la chute vertigineuse et de l’impact qu’elle aura déclenché. Ce sentiment de solitude que je m’entête à vouloir garder se retrouve compromis alors qu’il semble détenir une partie de l’histoire, si ce n’est son intégralité. Je tente de conserver le peu de fierté qu’il me reste, fuyant volontairement son regard pour savoir ce qu’il en est.

«Qu’est ce que tu sais?» demandais-je avec une voix aussi fragile qu’incertaine, la gorge encore nouée. «– J’ai lu le dossier.» J’encaisse, difficilement, mais j’en donne cependant l’illusion. Je sais exactement ce qui se trouve dans ce rapport, et si ces informations se limitent à ce qu’il a pu y trouver, alors une partie de l’intrigue lui échappe encore. Je ne ressens cependant pas le besoin de la partager, ayant déjà du mal à digérer la nouvelle. Je ne trouve pas le courage de répondre, de toute façon, je n’ai aucune idée de ce que je pourrais rétorquer sur le moment. Alors mon regard tente de croiser le sien, cherchant à déchiffrer ses pensées à travers ce regard émeraude, et ce dernier est presque insupportable, même s’il tente de rester impassible. « Je t’en supplie, me regarde pas comme ca... »  lançais-je, honteuse. «- J’en ai rien à foutre de c’qui s’est passé Sav’. Je sais juste que ce type là est mort et que toi t’es vivante.» Cette vérité, si dramatique et injuste à mes yeux, parvient à me donner un regain d’énergie . «Eh bien justement! C’est bien ça le problème.» Est ce que je sous-entends que je devrais moi-même me trouver dans le caveau? Sans aucun doute, sauf qu’il en ignore encore réellement la raison. «– T’as pas l’droit de gâcher ça.» Un sourire aussi ironique que dramatique se faufile sur mes lèvres. «Gâcher quoi? Ma vie?» demandais-je en haussant les sourcils. «J’ai foutu en l’air la sienne Cade...» je me pince les lèvres, tentant d’étouffer ce besoin de lui expliquer clairement les faits alors que mon regard se déporte à nouveau sur le monument, seul moyen trouvé pour le tenir éloigné. Ses mains viennent cependant se poser sur mes bras, cherchant à retenir mon attention.«– Ouvres les yeux, c’était un putain d’accident et tu n’reviendra jamais en arrière. Tu peux juste faire en sorte qu’il n’y ait pas deux victimes plutôt qu’une !» Je ferme les paupières, tâchant de faire abstraction de ses répliques, aussi douloureuses que véridiques.  «Et pourquoi? De quel droit j’aurais le droit de vivre normalement après ça, hein?» Cet air fermé s’empare de mes traits pour tenter de dissiper ce regard à nouveau brumeux. Je déglutis, enchainant d’une voix plus posée.«Il n’aura jamais l’occasion de vieillir, de découvrir les joies de devenir père un jour, de faire des erreurs...Tout ça parce qu’un soir d’été, une pauvre gamine aura décrété qu’elle était en mesure de prendre le volant, malgré l’alcool qu’elle avait ingurgité...» Je hausse les sourcils, attendant impatiemment un jugement sur son visage à la hauteur la bêtise que j’avais commise. L’effet de surprise est à son comble. «Mais bien sûr, pourquoi je ne continue pas de vivre ma petite vie tranquillement alors que la version officielle ne le mentionne pas après tout?» Il n’avait pas eu écho de ce détail parce qu’il était méconnu de tous, et que ce dernier pesait clairement dans la condamnation à laquelle j’avais échappé. Je hoche négativement de la tête pour moi-même. «Un ami flic à l’époque à falsifier les résultats d’alcoolémie.» Et cet ami avait su avec ça, conserver le secret pour lui depuis tout ce temps. «Dis moi comment je pourrais parvenir un jour à me remettre de ça Cade? Parce que crois-moi, j’ai essayé durant ces dix dernières années. Et j’ai plus la force de me battre là... J’y arriverais pas» Je n’étais définitivement pas une battante, et il devait mesurer que ma décadence n’était pas d’hier. Comment parvenir à défendre l’indéfendable? Lui qui pensait pouvoir me sortir de là allait rapidement comprendre que tout ça n’était qu’un retour de bâton, et que la vie que je décidais de mener, recluse, était finalement méritée? «– Mathis a besoin de toi… J’ai besoin de toi Sav’.» Mon regard qui se balade à travers le sien témoigne de ma détresse du moment. Ces mots sont douloureux, parce qu’ils me touchent, et je le supplie presque d’arrêter ça en posant ma main sur son bras et en hochant négativement de la tête les yeux fermés, comme si ce simple geste suffirait à me faire les faire oublier, eux, et cet amour que j’éprouve pour mon fils, mais aussi pour cet homme qui me fait face.






Le problème avec la dépendance, c'est que ça ne finit jamais bien. Parce qu'il arrive un moment où ce qui nous mettait dans cet état d'euphorie cesse de nous faire du bien et commence à nous faire mal. Il parait qu'on ne peut pas s'en sortir avant d'avoir touché le fond. Mais comment on sait qu'on a touché le fond ? Parce que quand on est accro, même si ça fait mal, parfois ça fait encore plus mal de décrocher.



Revenir en haut Aller en bas
Cade Grimes
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : Quarante ans. Les années passent...et se ressemblent.
SURNOM : Superman ?
STATUT : Fraîchement largué, et presque forcé de retrouver ses bonnes vieilles habitudes.
MÉTIER : Ex Agent fédéral du FBI américain. Viré pour faute. Désormais formateur en auto-défense et par armes à feu.
LOGEMENT : #275 - REDCLIFFE
Past is here, Past is cruel T4th
POSTS : 8377 POINTS : 125

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les jolies filles.
PETIT PLUS : L'ainé d'une famille Londonnienne très aisée - Il a fuit le milieu mondain pour une vie bien plus simple - Une soeur et deux frères - Ne veut plus rien savoir de son paternel - Traine beaucoup les pubs le soir pour boire un whisky - Ex Agent fédéral du FBI américain - Il aime les belles voitures, les forts caractères, et les dessins animés. Il déteste parler de lui. Habitué des relations (très) courtes et/ou compliquées !
RPs EN COURS :
Past is here, Past is cruel A7q6
SAVANNAH #21

QUINN #3 - ASHLEY - GABRIELLE - JULIANA

FlashBack: NONE






RPs TERMINÉS : MAZE - TESS - LAZARUS - MILENA - MAZE/GRETA - SHERIDYN (en attente) - SAVANNAH - LOAN - LEONARDO - SAVANNAH #2 - LEENA - ROBIN-HOPE - MILENA #2 - TESS #2 - ELORA - MAZE #2 - SAVANNAH #4 - PAOLA - SAVANNAH #5 - OAKLEY - ZELDA - SAVANNAH #6 - SAVANNAH #8 - SAVANNAH #9 - QUINN - SAVANNAH #7 - SAVANNAH #10 - OAKLEY #2 - SAVANNAH #11- CLAIRE - SAVANNAH #12 - SAVANNAH #13 - QUINN #2 - WILLIAMS FAMILY - ELIZABETH - SAVANNAH #14 -SAVANNAH #16 - SAVANNAH #17 - EVAN - ELIZABETH - AUDEN - SAVANNAH #15 - ANASTASIA - NICO - ELIE - SAVANNAH #18 - HALSTON - SVETLANA - CASSIA - SAVANNAH #19 - SAVANNAH #20

Flashback 2019 - MIA - MIA #2 - HALSTON #2
AVATAR : Jensen Ackles
DC : Nope
PSEUDO : Fax
INSCRIT LE : 31/03/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19330-cade-grimes-family-doesn-t-end-with-blood https://www.30yearsstillyoung.com/t19386-cade-grimes-family-business-and-cie

Past is here, Past is cruel Empty
Message(#) Sujet: Re: Past is here, Past is cruel Past is here, Past is cruel EmptyMer 26 Mai - 14:13


Past is here, Past is cruel

Savannah & Cade


Il n’avait trouvé que ça. Après avoir lu le dossier récapitulant les faits pendant plus d’une heure, Cade en avait passé une autre à réfléchir à ce qu’il pourrait bien faire pour foutre un choc à Savannah. Car oui, dans son état, c’était bien ce qui lui fallait. Une claque. La vérité sous ses jolis yeux de coupable. Aussi moche soit cette vérité, elle serait concrète dans ce cimetière, devant cette tombe qui portait le nom du type qui avait laissé la vie sur le bitume ce jour-là. Il espérait vivement que cet accident était la source de son mal être et que le décès de son paternel n’avait été que la goute d’eau de trop. Quand il la vit blêmir et tenter de s’échapper alors qu’elle avait tout juste réalisé où elle se trouvait, Grimes su qu’il avait vu juste et à l’intérieur, c’était un soulagement. Une fois qu’elle aurait tout lâché, il pourrait l’aider pour se relever en admettant qu’elle le veuille bien… Savannah était logée contre lui et elle libérait enfin toutes les larmes qu’elle contenait depuis plusieurs semaines. La peine et le contentement se partageaient la place dans le cœur de Cade pendant qu’il profitait de cet instant pour lui montrer physiquement tout le soutien qu’il pouvait lui apporter. Ce genre de soutien qu’il n’avait pas pu lui vouer alors qu’elle s’était forgé une carapace brute et épaisse, et qu’elle l’avait flanqué hors de chez elle. Ca lui faisait un bien fou ! Il se sentait de nouveau utile.

«Eh bien justement! C’est bien ça le problème.» Le dialogue s’établissait et il passerait forcément par le questionnement de Savannah. Elle devait forcément savoir qu’il disposait d’assez de moyens pour mettre la main sur un dossier comme celui-là. Pour tout dire, cela avait été un jeu d’enfant, une fois qu’il eut obtenu la confiance de son ex-collègue des services fédéraux. Et la suite…c’était de la convaincre que cet accident en était justement un, et qu’elle devait passer à autre chose, même si ça lui semblait infaisable. D’habitude, ce n’était pas lui qui jouait le psy. Mais il lui était arrivé de se retrouver face à des victimes qui avait besoin de vider leur sac pour tourner la page. Cade savait écouter, et il avait plus d’une fois réussi à évoquer un possible meilleur futur aux personnes croisées pendant les quelques années passées au FBI. Savannah n’était pas tout le monde. Cade tenait à elle et cela décuplerait certainement son envie de la retrouver heureuse et rayonnante. La voir sourire et lui répondre avec cette ironie qui le remettait à sa place avec brio et qui le séduisait à chaque fois…voilà ce qui le motivait. «Gâcher quoi? Ma vie? J’ai foutu en l’air la sienne Cade... » C’était vrai. Les parents de ce jeune homme allaient pleurer leur fils toute leurs vies. Pourtant, ils en étaient là et ce qui était fait, était fait. – Si tu vies dans le passé, tu n’vies pas. Autant te foutre en l’air tout de suite. Fit-il posément en tentant d’être optimiste tout en évoquant des drames qu’il ne voudrait absolument pas voir se produire. Si cette phrase valait pour Savannah en cet instant, Grimes avait du mal à l’appliquer lui-même et se retournait constamment sur son passé… ça lui jouait des tours. Ca ne devait pas, pour Savannah ! – Ouvres les yeux, c’était un putain d’accident et tu n’reviendra jamais en arrière. Tu peux juste faire en sorte qu’il n’y ait pas deux victimes plutôt qu’une ! Les deux mains fermées sur ses bras, il voulait qu’elle laisse ses remords ici, dans ce cimetière. «Et pourquoi? De quel droit j’aurais le droit de vivre normalement après ça, hein?» Ses yeux redeviennent humides, sa voix est fragile. Cade soutient son regard pour ne pas la perdre de nouveau. «Il n’aura jamais l’occasion de vieillir, de découvrir les joies de devenir père un jour, de faire des erreurs...Tout ça parce qu’un soir d’été, une pauvre gamine aura décrété qu’elle était en mesure de prendre le volant, malgré l’alcool qu’elle avait ingurgité...» L’alcool ? Mais putain, de quoi elle parlait ? Le dossier ne faisait pas mention d’un état d’ébriété, les tests avaient été négatifs et la cause de l’accident citait une perte de contrôle du véhicule. Il fronça les sourcils sans détourner les yeux, lui demandant de préciser sans même prononcer un seul mot.

«Mais bien sûr, pourquoi je ne continue pas de vivre ma petite vie tranquillement alors que la version officielle ne le mentionne pas après tout?» La Savannah qu’il connaissait aujourd’hui n’aurait jamais prit le volant en étant bourrée. Seulement…il n’avait pas connu la toute jeune adulte qu’elle avait été. Une habitude ou un manque de bol ? Quoi qu’il en soit, elle avait conduit un type à la mort et la culpabilité la rongeait jusqu’au plus profond d’elle. – Tu étais saoule… ? Il ne comprenait toujours pas comment et pourquoi ça n’apparaissait pas dans ce foutu dossier. Et puis il réalisait. Quel con ! Si ce détail, qui n’en était finalement pas un, avait été retranscrit, le juge ne l’aurait pas loupé et Savannah ne serait peut-être pas là aujourd’hui pour lui avouer cette vérité. «Un ami flic à l’époque à falsifier les résultats d’alcoolémie.» Ah oui. Il comprenait mieux. C’était en fait bien plus grave qu’il ne le pensait et il eut un long hochement de tête pour encaisser. «Dis moi comment je pourrais parvenir un jour à me remettre de ça Cade? Parce que crois-moi, j’ai essayé durant ces dix dernières années. Et j’ai plus la force de me battre là... J’y arriverais pas» Le chemin serait plus périlleux pour elle. Mais Cade ne la voyait pas différemment. Il était déterminé à l’aider, quoi qu’il lui en coûte. Quoi qu’il doive faire…ou dire. – Mathis a besoin de toi… J’ai besoin de toi Sav’. Dire qu’elle avait fait une connerie et qu’elle avait été inconsciente ne l’aiderait pas alors que c’était, là encore, une réalité. La seule chose qu’il devait faire, c’était lui montrer qu’il y avait des raisons d’avancer. Lui prouver ses sentiments et son attachement la concentrerait peut-être sur ce qu’elle vivait dans le présent. Il était prêt à faire cet effort. Ne pas la perdre, c’était sa priorité. – T’as des choses à vivre. J’t’en prie, ne les laisse pas tomber pour quelque chose que tu n’peux pas changer. Cade la regardait, bienveillant, mais surtout entreprenant dans sa façon d’être. Il lui prit la main et y déposa un baiser tout doucement avant de reprendre. – Si tu veux, j’te laisse seule un p’tit instant. Ou on s’tire d’ici tout de suite, tu n’as qu’à le demander. Lui permettre de faire face à cette tombe, seule, pourrait lui être bénéfique, il en était persuadé. Pour aller au-delà de ses troubles, il faut forcément les affronter un moment ou un autre. – Réfléchis bien Sav’. Tu n’es plus cette fille qui sortait de soirée. Ses yeux dans les siens, il esquissa un très léger sourire alors que le silence se dressait entre eux quelques secondes – J’t’attends dans la voiture.







 
 
.......................................
Past is here, Past is cruel 763986grimes
Past is here, Past is cruel OrLErGE
Past is here, Past is cruel Vg4o2Xs
Revenir en haut Aller en bas
Savannah Williams
Savannah Williams
les collisions
Voir le profil de l'utilisateur
ÂGE : 33 ans
SURNOM : Sav'
STATUT : Retrouver le statut de célibataire n'aura jamais été si douloureux
MÉTIER : Assistante de direction pour la société Campbell, spécialisée dans l'achat et la construction de complexes immobiliers écologiques -Assez naïve pour croire que travailler pour son ex ne lui attirera pas de problème
LOGEMENT : #218, BaySide
Past is here, Past is cruel Tgw6
POSTS : 7832 POINTS : 255

ORIENTATION SEXUELLE : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle joue souvent avec ses cheveux ≈ Elle a pratiqué auparavant le chant en tant qu'artiste professionnelle ≈Elle joue de la guitare et du piano ≈ Elle a causé un accident de voiture dans le passé qui a coûté la vie à un jeune homme. Un secret qu'elle tente de garder pour elle ≈ Elle culpabilise toujours ≈ Elle a un rire extrêmement communicatif ≈ Elle est maman de Mathis, 5 ans, qu'elle cherche à connaître, et qu'elle a eu avec son second amour, James Beauregard.
RPs EN COURS :
Past is here, Past is cruel Z80e
Cade#21

Past is here, Past is cruel 200729120509389952
WILLIAMS FAMILY

Noah#1Curtis#1Alex#1Kenneth#1




RPs TERMINÉS : James #1James #2James #3CadeMatteoColinThomasJames #4Cade#2AmalCade#3CarlisleCade#4LeahJosephNicolasColinGabrielCade#5Cade#6AudenCade #7Cade #8SethCarlisle#2Cade #9Evan#1Cade#10Auden#2Saül#1Evan#2Cade#11Evan#3Ivy CodyCade#12Family&CadeCade #13Evan#4Cade#14AnaCade #15FamigliaCade#16Cade #17Evan#6AudenCade #18Cade #19Cade#20Carlisle#3Caelan#1

2017Evan#5
AVATAR : Margot Robbie
DC : Nope
INSCRIT LE : 10/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19937-my-world-is-your-world-savannah-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t20175-soyons-extraordinaires-ensemble-plutot-qu-ordinaires-separement https://www.30yearsstillyoung.com/t20258-savannah-williams https://www.30yearsstillyoung.com/t20441-savannah-williams#803173

Past is here, Past is cruel Empty
Message(#) Sujet: Re: Past is here, Past is cruel Past is here, Past is cruel EmptyJeu 26 Aoû - 10:59


Past is here, Past is cruel

Savannah & Cade

Me retrouver face à cette pierre tombale est un véritable déchirement pour moi. Mais ce sentiment est largement amplifié par la présence de Cade à mes côtés, qui en sait désormais bien plus que ce que je veux bien croire. Tous ces efforts pour garder la tête haute et ne pas me laisser submerger par les émotions s'envolent d'un simple revers de la main. La faiblesse s'empare de moi, à travers un souffle court et fébrile, et un regard qui subit de façon virulente toute cette souffrance accumulée depuis bien trop longtemps. Je m'apprête à m'effondrer sous ses yeux, littéralement, et je trouve au plus profond de moi, le courage pour sauver le peu de dignité qu'il me reste en tentant de fuir sans plus attendre. Il ne m'en laissera pas l'occasion, comprenant pertinemment que je ne suis plus en mesure de me défendre et de lutter dans ce contexte, et le simple contact de sa main sur moi suffira à enclencher le processus du lâcher prise. Je suffoque, incapable de retrouver mon souffle à travers les sanglots et ces légers cris de douleur que je ne parviens plus à passer sous silence. Son étreinte, que je fuyais jusqu'alors, parvient au fil des secondes à apporter une vague de réconfort sans précèdent. Ce sentiment de solitude éprouvé si souvent se disperse par la force de ses bras. Durant un bref instant, son odeur, les battements de son cœur que je perçois, ... suffisent à panser mes maux, comme s'il s'agissait d'un remède miracle, capable d'effacer l'intégralité de mes erreurs, et toute cette culpabilité qui en découle. Mais bien vite la réalité me rattrape. Tout est là, tout est bien vrai. Malgré tout, l'agitation laisse place à une certaine accalmie. Je me ressaisis après un petit instant, parvenant à me défaire de ce nœud logé dans le fond de ma gorge pour lâcher quelques mots. Avoir cet échange avec lui me parait surréaliste, et pourtant. «Gâcher quoi? Ma vie? J’ai foutu en l’air la sienne Cade... » lâchais-je faiblement. "– Si tu vies dans le passé, tu n’vies pas. Autant te foutre en l’air tout de suite. " Je détourne le regard, me pinçant les lèvres pour ne pas avoir à avouer combien de fois j'y avais songé. Bien trop souvent certainement. Mais l'idée s'était seulement contentée d'effleurer mon esprit.

Et voilà que je partage avec lui toutes ces pensées morbides qui rythment mon quotidien depuis si longtemps, celles que je n'ai jamais osé exprimer à voix haute avec quiconque. Ce que je livre est pénible, douloureux, parce qu'il ne trouvera aucun mot pour alléger ma peine, aucune excuse ne pourra justifier mon insouciance de l'époque. Je suis fautive, et rien ni personne ne pourra changer ça. Et s'il pensait détenir tous les éléments, l'aveu de cette possible ivresse semble le prendre soudainement de court. Évidemment.... Ce détail n'a jamais été mentionné dans le rapport, et c'est ce qui fait de moi une criminelle de premier plan. "– Tu étais saoule… ?" Je baisse les paupières quelques secondes, soufflant doucement face à cette réponse si pénible à assumer. "J'ai bu quelques verres avant de prendre la route..." Le nombre ne me revient cependant pas. Dès mon réveil dans cette chambre d’hôpital, j'avais pourtant tenté de m'en souvenir, en vain. Mais qu'est-ce que cela changerait ? Que mon taux dépasse le seuil autorisé ou non n'était qu'un détail dans cette histoire, j'avais bu, cela avait alteré mes réflexes et ma concentration, c'est tout ce qu'il fallait en retenir.  Je méritais mon sort, et rien ne pourrait changer ça. A moins que...."– Mathis a besoin de toi… J’ai besoin de toi Sav’." Des propos dont je décèle l'authenticité alors que mes lèvres tremblantes suffisent à exprimer le tourment que je subis de plein fouet." – T’as des choses à vivre. J’t’en prie, ne les laisse pas tomber pour quelque chose que tu n’peux pas changer" Aller de l'avant, serais-je capable de m'y résoudre après tout ce temps, sans menacer un jour ou l'autre de sombrer à nouveau? Mon silence témoigne de la réflexion qui s'empare de moi et qui n'est que plus forte par la douceur de son geste. Je l'observe déposer ses lèvres sur ma peau, ne comprenant pas comment il pouvait être encore si bienveillant après tout ce qu'il savait désormais sur moi. L'image qu'il a de moi ne semble pas avoir changé malgré toutes ces révélations, c'est déroutant. Moi qui pensais que chaque être censé qui m'entoure me tournerait le dos. " – Si tu veux, j’te laisse seule un p’tit instant. Ou on s’tire d’ici tout de suite, tu n’as qu’à le demander. " Je me mordille intérieurement la lèvre, incapable de rester de marbre face à son approche. Il me tend la main, et cette dernière semble à ma portée, plus que jamais, éveillant l'espoir que tout puisse changer à nouveau. Ce changement se lit probablement dans mon regard, qu'il croise lorsque je lui permets. " Réfléchis bien Sav’. Tu n’es plus cette fille qui sortait de soirée." Je déglutis, hochant furtivement de la tête pour m'en convaincre. – J’t’attends dans la voiture. Ses doigts relâchent les miens, alors que j'observe sa silhouette s'éloigner. Du coin de l'oeil j'observe cette tombe représentative de mes péchés. Celle que je n'avais jamais osé approcher. Après un petit moment d'hésitation et une inspiration incertaine, je viens à l'observer plus franchement, l'affrontant pour la première fois sans chercher à la fuir. Mes jambes se replient. Désormais assise, je me recueille, soumise à des émotions qui n'inclut plus cette terrible colère que je me suis si souvent imposée.





Le problème avec la dépendance, c'est que ça ne finit jamais bien. Parce qu'il arrive un moment où ce qui nous mettait dans cet état d'euphorie cesse de nous faire du bien et commence à nous faire mal. Il parait qu'on ne peut pas s'en sortir avant d'avoir touché le fond. Mais comment on sait qu'on a touché le fond ? Parce que quand on est accro, même si ça fait mal, parfois ça fait encore plus mal de décrocher.



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Past is here, Past is cruel Empty
Message(#) Sujet: Re: Past is here, Past is cruel Past is here, Past is cruel Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Past is here, Past is cruel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
écrire son histoire.
 :: nouer des contacts :: mémoire du passé
-