AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Besoin d'un coup de main pour t'intégrer ?
Clique ici pour trouver un parrain et relever les défis du nouveau !
Le forum a besoin de vous pour vivre
N'oubliez pas de voter autant que possible.
Le Deal du moment : -34%
-34% LG OLED55B3 – TV OLED 4K 55″ 2023 ...
Voir le deal
919 €

 Dark into the heat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Savannah Williams
Savannah Williams
les collisions
les collisions
Présent
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Sav', Savie, Blondie mais aussi Polpetta, celui qui a tendance à l'agacer mais que seul Ugo s'entête à employer à son égard (Fort heureusement)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Assistante de direction pour la société Campbell, spécialisée dans l'achat et la construction de complexes immobiliers écologiques -Assez naïve pour croire que travailler pour son ex ne lui attirera pas de problème
LOGEMENT : #218, BaySide
Dark into the heat E8rj
POSTS : 14745 POINTS : 520

TW IN RP : Abandon - Dépression - Sexe - Alcool - Deuil - Accident de la route - Manque d'estime de soi
ORIENTATION : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle joue souvent avec ses cheveux ≈ Elle a pratiqué auparavant le chant en tant qu'artiste professionnelle ≈Elle joue de la guitare et du piano ≈ Elle a causé un accident de voiture dans le passé qui a coûté la vie à un jeune homme. Un secret qu'elle tente de garder pour elle ≈ Elle culpabilise toujours ≈ Elle a un rire extrêmement communicatif ≈ Elle est maman de Mathis, 6 ans, qu'elle cherche à connaître, et qu'elle a eu avec son second amour, James Beauregard.
RPs EN COURS :

Dark into the heat D93Q
WILLIAMS FAMILY


Camil#1 Milena#1 Elijah#2 Ginny#4 Penelope#2 Malik#4 Hector#1 Ugo#4 Cade#29 & Milena#2 Evan#7


FLASHBACK
-




RPs EN ATTENTE : Nieves
RPs TERMINÉS : James #1 James #2 James #3 Cade Matteo Colin Thomas James #4 Cade#2 Amal Cade#3 Carlisle Cade#4 Leah Joseph Nicolas Colin Gabriel Cade#5 Cade#6 Auden Cade #7 Cade #8 Seth Carlisle#2 Cade #9 Evan#1 Cade#10 Auden#2 Saül#1 Evan#2 Cade#11 Evan#3 Ivy Cody Cade#12 Family&Cade Cade #13 Evan#4 Cade#14 Ana Cade #15 Famiglia Cade#16 Cade #17 Evan#6 Auden Cade #18 Cade #19 Cade#20 Carlisle#3 Caelan#1 Axel#1 Axel#2 Cade#21 Cade#22 Cade#23 Auden#6 Cade#24 Cade#25 Cade#26 & Jackson #1 Basilius#2 Edison#1 Malik#1 Elijah#1 Ugo#1 Nephtys#1 Malik#2 Cade#27 Ugo#2 Auden#7 Malik#3 Anastasia#4 Ugo#3 Cade#28

FLASHBACK
2011Basilius#1
2012Harold#1 Harold#2
2017Cade Evan#5
2022 - JanvierConnor#1

Abandonnés :
Spoiler:

AVATAR : Margot Robbie
CRÉDITS : ©️ alaska
DC : /
INSCRIT LE : 10/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19937-my-world-is-your-world-savannah-williams
https://www.30yearsstillyoung.com/t20175-soyons-extraordinaires-ensemble-plutot-qu-ordinaires-separement
https://www.30yearsstillyoung.com/t20441-savannah-williams#803173

Dark into the heat Empty
Message(#) Sujet: Dark into the heat Dark into the heat EmptyJeu 10 Aoû 2023 - 16:41


Dark into the heat

Savannah Williams & @Camil Smith


"Peut-être que le budget devrait être réattribuer à un autre projet" Mes yeux se posent sur le cahier sur lequel j'ai déposé plusieurs notes depuis le début de cette réunion. "C'est insensé…Les budgets ont été clôturés depuis bien longtemps désormais" La réflexion est à son comble, malgré le mutisme dont je fais preuve. La sonnerie de mon téléphone va cependant me distraire, alors que dans une sorte de réflexe incontrôlable, je viens observer l'écran éclairé pour en connaître le responsable. Mes sourcils se froncent alors que mes doigts pianotent sur l’appareil.

Camil
aujourd'hui 10:03pm

Savannah,
Je suppose que tu as lu la presse aujourd'hui. Et, si tu ne l'as pas lue, je te conseille vivement de le faire pour savoir quel scandale vient d'éclore. Il concerne l'un de mes fidèles collaborateurs.
Par respect pour toi, et parce que de tels actes ne devraient jamais rester impunis, je tenais simplement à te dire que je n'allais pas en rester là.
Ce message n'appelle aucune réponse, aucune réaction. Je te souhaite bon courage pour les semaines à venir. Tu en auras probablement besoin.
Cam.




J'ai l'impression de me retrouver au beau milieu d'un film, dans lequel j'ai visiblement manqué la première partie, comme si on avait finalement décidé de me mettre au scénario, sans que je n'en connaisse le script. Il ne me faut que quelques secondes avant de parcourir les actualités, sans réellement savoir ce que je dois chercher. C'est pourtant bien l'apparition de mon nom de famille dans un gros titre qui me coupe le souffle. Je parcours l'article, le survole, dans une impatience étouffante. Quelques mots suffisent à dresser le tableau sans plus attendre : Saül; Un jeune homme manipulable; faveurs sexuelles; abus de pouvoir.
Les palpitations tambourinent, résonnent jusqu'à mes tempes, et j'ai soudainement l'impression d'être propulsée en plein film dramatique. Film particulièrement en vogue, et qui ne connaîtra certainement pas de fin heureuse. La chaleur envahit mes joues et me surprend moi-même. "Savannah?" Je relève le visage, sortant de ce moment de torpeur pour affronter celui de mes différents collaborateurs, qui attendent visiblement une réponse à l'échange duquel je me suis échappée un instant. Je me racle la gorge, non sans une certaine difficulté face au nœud qui s'y est logé et que je ne peux dissoudre. "Je…" J'ai soudainement l'étrange sensation que chacun de ses regards qui me fixe détient ladite information, et assiste, avec des avis divergents, à ma décadence. Ou peut-être que non, et que je suis gagnée par la même folie passagère que mon frère, à un degré bien différent. "J'ai besoin de temps pour y réfléchir." Je plisse les yeux, cherchant à chasser une quelconque moue qui pourrait s'apparenter à de la faiblesse sur les traits de mon visage. "On reprend le sujet demain matin" Je referme sans plus attendre mon cahier, pour rejoindre mon bureau, une démarche confiante, et pourtant rapide à la fois. La porte désormais refermée, je m'appuie contre celle-ci, ayant l'impression de pouvoir respirer à nouveau. Et pourtant. Je lâche un juron, et m'empare de mon téléphone pour scroller jusqu'au numéro de l'ennemi public numéro 1. Quelques tonalités, avant de tomber sur sa messagerie. La voix qui s'en échappe dénote une innocence qui me pousserait presque à sourire avec la plus grande dérision. Un euphémisme dans un tel contexte. Et j'appuie à nouveau sur son prénom, nourrissant toujours plus la haine que je lui porte sur le moment par son silence…

Mon poing vient s'abattre sur la porte de l'appartement en cette fin de soirée. Peut-être est-il trop tard, peut-être que l'orage qui s'abat sur la ville aurait dû me pousser à rester enfermée dans ma magnifique demeure, mais je n'y parviens pas. Plusieurs heures se sont écoulées, et si les nouveaux éléments peinent à tomber et me fournir des réponses, aux questions qui tournent en boucle dans mon esprit, je suis dans une agitation certaine. Les vingt-deux appels passés à Saül sont restés sans réponse. Les quelques messages, dans un premier temps inquiets, ont laissé place à des menaces ridicules mais ô combien pensées. Pour autant, pas l'ombre d'un signe de celui qui me sert de frère. Et ça me tue. Je me sens en colère, trahie par l'un des miens. Et pourtant, malgré tous ces tourments, je garde l'espoir qu'il puisse être innocent, victime d'un acte crapuleux. Il y a t-il des preuves pour relater ses faits? L'une des seules personnes capables de m'apporter ses réponses se trouve derrière cette porte, et finit d'ailleurs par l'ouvrir, laissant entrevoir un visage familier qui m'inspirait jusqu'à présent une infime douceur. A quand remonte notre dernière discussion? Je n'en suis pas certaine. Quatre années, peut-être plus, va savoir. Je lâche un soupir, qui résulte du poids que je subis, ou peut-être de l'insatisfaction de le retrouver dans ces circonstances. Pas l'ombre d'un sourire, ou d'une quelconque colère dont il serait responsable. Aucune rancune à son égard, juste un besoin de pouvoir évoquer le sujet à cœur ouvert, malgré le chemin sinueux que cela demandera d'emprunter. Je secoue la tête, le laissant deviner que ma présence ici n'est pas faite de gaieté de cœur non plus, et finit par forcer le passage pour obtenir plus d'intimité. Il me faudra quelques secondes avant de réaliser qu'il n'est peut-être pas seul, et que celle qui partage son quotidien puisse se surprendre à retrouver une parfaite inconnue entre ses murs, mais je m'en soucie peu pour le coup. Après quelques pas, je me tourne finalement vers lui, fouillant dans mon esprit pour trouver les meilleurs mots capables de lancer une discussion saine et posée. Une phrase de convenance pour le saluer, lui demande comment il se porte depuis le temps…Quelque chose dans le genre. Le tonnerre gronde à nouveau, comme s'il était le présage de l'échange difficile à venir "Tu peux pas faire ça" Il ne s'agit pas là d'un ordre, mais d'une supplication lancée par ma vulnérabilité du moment. Etais-je en train de m'emparer de l'empathie qu'il pouvait avoir à mon égard pour l'empêcher de s'en prendre à mon frère? Ça en a tout l'air. L'impuissance que je semble éprouver est à son comble, et il est l'un des seuls à pouvoir me venir en aide en revenant sur ses choix.






Feel like shit.
The world was on fire, no one could save me but you. It's strange what desire, will make foolish people do. I never dreamed that I'd meet somebody like you. I never dreamed that I'd lose somebody like you


Revenir en haut Aller en bas
Camil Smith
Camil Smith
les grandes ambitions
les grandes ambitions
Dark into the heat V5Pnm5h Présent
ÂGE : quarante-six ans. (23.11)
SURNOM : cam.
STATUT : 404, fatal error. (mais debbie dort la majorité du temps avec lui, donc c'est déjà une petite victoire)
MÉTIER : élu à la chambre des représentants, et exerce son nouveau rôle avec dévotion.
LOGEMENT : sixtine a repris sa chambre, et debbie a recommencé à investir ses placards au 525, water street (spring hill).
Dark into the heat Tumblr_inline_p7lfteM7TR1rifr4k_540
POSTS : 1032 POINTS : 80

TW IN RP : mensonge, manipulation, sexe, nudité, armes, attentats, religion.
ORIENTATION : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : deborah #8 ; savannah ; ambrose #5 ; maritza ; deborah #9
RPs TERMINÉS : deborah ; primrose ; yasmine ; cora ; sixtine ; raelyn ; jessian ; skylar ; deborah #2 ; skylar #2 ; nolan ; hassan ; deborah #3 ; sixtine ; skylar #3 ; sixtine #2 ; ivy ; irina ; leena ; anastasia ; byron ; lexie ; sixtine #3 ; deb&six ; heïana ; calen&six ; lexie #2 ; calen ; deborah #4 ; lexie #3 ; hassan #2 ; sixtine #4 ; calen (fb) ; andhra ; vladilena ; deborah #6 ; deborah #5 ; lexie #4 ; ivy #2 ; ambrose ; ambrose #2 ; sixtine #5 ; deborah #7 ; ambrose #3 ; hassan #3 ; cristina ; ambrose #4 ;
AVATAR : alexander skargård.
CRÉDITS : gif : eternalroleplay ; avatar : cocaïne
DC : baby simon, sexy naomi.
INSCRIT LE : 29/11/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t23397-camil-smith

Dark into the heat Empty
Message(#) Sujet: Re: Dark into the heat Dark into the heat EmptyDim 20 Aoû 2023 - 13:00



La journée de Camil avait été particulièrement rythmée et, vraisemblablement, les journées à venir ne seraient pas de tout repos non plus. Il soupira en déposant les clés de sa voiture dans l’entrée de son appartement, soulagé d’être enfermé entre quatre murs où personne ne viendrait le solliciter. Ici, il était chez lui, en sécurité, loin de l’agitation qui avait chamboulé le planning de ce jour — et probablement de ceux à venir. Il se délesta de sa veste de costard et de ses chaussures vernies, tira sur le noeud de sa cravate pour la détendre, et fit quelques pas en direction du salon. Le but était clair, net, précis : profiter de cette accalmie temporaire et bûcher sur un plan d’action précis, avant de retourner dans la fosse aux lions dès le lendemain. Il ouvrit les deux premiers boutons de sa chemise, se servit un whisky, et prit quelques minutes pour aller s’installer sur son canapé — s’y vautrer aurait été plus exact, d’ailleurs. Il ferma les yeux pendant quelques instants, essayant de remonter le fll de cette improbable journée. Rien n’avait jamais laissé supposer qu’une tempête s’abattrait. Mais le vent s’était levé, et soufflait encore ce soir. Ça avait commencé par des messages succincts et répétés de Sixtine, qui lui suggérait vivement d’écourter sa visioconférence. En voyant que ces alertes n’avaient aucun effet sur son frère aîné, elle avait employé la manière forte pour le faire plier. Les suggestions étaient devenues des supplications, et l’apparition successive des mots « problèmes », « emmerdes jusqu’au cou » et « séisme politique » avait fini par le convaincre. Il s’était rendu disponible et, quelques instants plus tard, Sixtine lui avait fait parvenir une revue de presse documentée qu’il s’était hâté de lire. Il était resté sans voix, pendant de longues minutes, alors que son cerveau carburait. Les idées fusaient, les mots lui venaient rapidement, et les tactiques s’échafaudaient : déjà, Camil était dans un processus politique pour sortir d'une crise dans laquelle il se savait déjà plongé, bien malgré lui. Sa discussion avec Ambrose avait été une étape obligatoire pour définir la suite ; et après avoir marché le long du gouffre, ils avaient choisi de sauter.


En quittant son bureau, Camil avait bien noté les regards voilés qui s’étaient posés sur lui. Il avait fait semblant de ne rien remarquer, conscient que tous attendaient une réaction de sa part — l’article qui concernaient Saül Williams et Ambrose Constantine avait fait grand bruit, et personne n’avait pu ignorer le long entretien que le politicien avait eu avec son jeune et fidèle collaborateur. Des heures entières passées, porte close, dans un bureau entièrement vitré : les rumeurs et autres spéculations devaient désormais largement circuler, au sein même de son quartier général. Il soupira à nouveau : demain, il devrait convoquer l’ensemble de ses équipes pour faire un point global avec eux. Évoquer ce qu’ils avaient besoin de savoir, dévoiler un plan d’action pour les prochains jours (pour ne pas dire les prochaines semaines), et tracer un chemin que chacun devrait suivre. Il jouait gros, il le savait : s’attaquer à un monument comme Saül Williams n’était pas sans risque, et probablement pas sans conséquence. Mais il était prêt, Camil ; il était prêt depuis bien longtemps. Il avait attendu, tapi dans l’ombre. Attendu que son rival commette une faute, qu’il pêche par orgueil, qu’il se saborde lui-même. Et, enfin, ce jour était arrivé. Par respect, il avait pris l'initiative de prévenir la soeur de Saül de ce qui se tramait. Bien évidemment, il n’avait rien dévoilé de ses plans ; le politicien n’était plus un débutant. Mais il avait choisi d’être honnête et de faire preuve de droiture ; deux qualités dont son rival n’était visiblement pas pourvu.


S'il avait volontairement oublié son téléphone sur son bureau, il avait néanmoins pris l’ensemble des journaux à paraître le lendemain pour voir lesquels traitaient de leur affaire, et en quels termes. Désormais, il ne pouvait plus rien laisser au hasard ; chaque mouvement devrait être réfléchi, pensé, calculé. Il s’était redressé, et avait commencé l’étude de la presse. Alternativement, il prenait des notes et surlignait des éléments dans chaque article. À la recherche d’indices disséminés, de champs lexicaux particulièrement employés, et d’autres points dont il pourrait se servir. Mais, bien vite à son goût, il fut interrompu par des coups répétés, frappés directement à sa porte d’entrée. D’abord surpris, il choisit de faire le mort — si ça avait été Deborah ou Sixtine, elles auraient directement pu rentrer. Mais il pesta en constatant que les coups perduraient, et qu’il ne connaîtrait pas la paix avant d’avoir dit à l’intrus d’aller se faire voir. Mais lorsqu’il ouvrit la porte et constata que la soeur de Saül était devant, il s’écarta pour la laisser entrer dans son appartement, et referma derrière elle. « Bonsoir. » Le ton était calme, posé, solennel. Elle n’y répondit pas ; visiblement, elle était dans tous ses états. Elle aussi, avait sans doute dû lire la presse. Il ne pouvait que comprendre que l’article l’ait complètement retournée. Cependant, il laissa échapper un ricanement lorsque la blonde le supplia presque de ne rien faire. Mauvais choix ; mauvaise réponse. « Tu ne comprends pas, Savannah. » Répondit le politicien en secouant la tête. Comment pouvait-elle encore le soutenir, après la bombe qui venait d’être lâchée ? Soutenir ses proches, il pouvait l’entendre ; mais quand ils étaient coupables, et qu’aucun doute ne subsistait, pourquoi persévérer ? « Ce n’est pas moi qui te fais ça, comme tu dis. »  Il s’éloigna de l’entrée, pour se diriger vers le salon. Vraisemblablement, cette conversation allait s’éterniser. Il se retourna légèrement, et ajouta : « C’est ton frère. »


@Savannah Williams


 

.WELL, THAT WAS SAUCY.

And it's holding me, Morphing me, And forcing me to strive, To be endlessly Cold within And dreaming I'm alive, 'Cause I want it now, I want it now, Give me your heart and your soul, I'm not breaking down, I'm breaking out, Last chance to lose control.
Revenir en haut Aller en bas
Savannah Williams
Savannah Williams
les collisions
les collisions
Présent
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Sav', Savie, Blondie mais aussi Polpetta, celui qui a tendance à l'agacer mais que seul Ugo s'entête à employer à son égard (Fort heureusement)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Assistante de direction pour la société Campbell, spécialisée dans l'achat et la construction de complexes immobiliers écologiques -Assez naïve pour croire que travailler pour son ex ne lui attirera pas de problème
LOGEMENT : #218, BaySide
Dark into the heat E8rj
POSTS : 14745 POINTS : 520

TW IN RP : Abandon - Dépression - Sexe - Alcool - Deuil - Accident de la route - Manque d'estime de soi
ORIENTATION : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle joue souvent avec ses cheveux ≈ Elle a pratiqué auparavant le chant en tant qu'artiste professionnelle ≈Elle joue de la guitare et du piano ≈ Elle a causé un accident de voiture dans le passé qui a coûté la vie à un jeune homme. Un secret qu'elle tente de garder pour elle ≈ Elle culpabilise toujours ≈ Elle a un rire extrêmement communicatif ≈ Elle est maman de Mathis, 6 ans, qu'elle cherche à connaître, et qu'elle a eu avec son second amour, James Beauregard.
RPs EN COURS :

Dark into the heat D93Q
WILLIAMS FAMILY


Camil#1 Milena#1 Elijah#2 Ginny#4 Penelope#2 Malik#4 Hector#1 Ugo#4 Cade#29 & Milena#2 Evan#7


FLASHBACK
-




RPs EN ATTENTE : Nieves
RPs TERMINÉS : James #1 James #2 James #3 Cade Matteo Colin Thomas James #4 Cade#2 Amal Cade#3 Carlisle Cade#4 Leah Joseph Nicolas Colin Gabriel Cade#5 Cade#6 Auden Cade #7 Cade #8 Seth Carlisle#2 Cade #9 Evan#1 Cade#10 Auden#2 Saül#1 Evan#2 Cade#11 Evan#3 Ivy Cody Cade#12 Family&Cade Cade #13 Evan#4 Cade#14 Ana Cade #15 Famiglia Cade#16 Cade #17 Evan#6 Auden Cade #18 Cade #19 Cade#20 Carlisle#3 Caelan#1 Axel#1 Axel#2 Cade#21 Cade#22 Cade#23 Auden#6 Cade#24 Cade#25 Cade#26 & Jackson #1 Basilius#2 Edison#1 Malik#1 Elijah#1 Ugo#1 Nephtys#1 Malik#2 Cade#27 Ugo#2 Auden#7 Malik#3 Anastasia#4 Ugo#3 Cade#28

FLASHBACK
2011Basilius#1
2012Harold#1 Harold#2
2017Cade Evan#5
2022 - JanvierConnor#1

Abandonnés :
Spoiler:

AVATAR : Margot Robbie
CRÉDITS : ©️ alaska
DC : /
INSCRIT LE : 10/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19937-my-world-is-your-world-savannah-williams
https://www.30yearsstillyoung.com/t20175-soyons-extraordinaires-ensemble-plutot-qu-ordinaires-separement
https://www.30yearsstillyoung.com/t20441-savannah-williams#803173

Dark into the heat Empty
Message(#) Sujet: Re: Dark into the heat Dark into the heat EmptyMer 6 Sep 2023 - 17:00


Dark into the heat

Savannah Williams & @Camil Smith


Ma lutte quotidienne se limite à rester une femme impassible dans le monde du travail, capable de surmonter la moindre épreuve, une femme qui ne cherche pas seulement à se relever après une chute, mais qui s'affaire à la rendre invisible aux yeux des autres. Je suis enfermée dans un moule, qui m'a été soufflé par mon propre patron, et qui peut parfois donner l'impression que je ne suis qu'une machine, incapable d'éprouver la moindre émotion, incapable d'éprouver un quelconque moment de faiblesse. Intérieurement, il n'en est rien. Les incertitudes sont courantes, et je me demande souvent si la place que j'occupe est alors méritée. Cette carapace semble cependant gagner du terrain. Elle me protège du monde extérieur, et voilà qu'elle empiète aussi sur ma vie personnelle, me permettant de me dissimuler derrière ce halo de sécurité, et me permettant d'étouffer une quelconque vulnérabilité. Une situation qui se précise depuis le début d'année, principalement depuis le  le départ de Evan de Brisbane, et qui se justifie par les nouvelles responsabilités qui m'ont été attribuées par la même occasion. Un changement qui m'avait effrayé dans un premier temps, mais pour lequel je me bats quotidiennement pour éprouver la satisfaction que représente la réussite, qu'importe les tourments qui peuvent se dérouler en parallèle.. Tout fonctionne ainsi. Du moins, tout fonctionnait. Enfermée dans le bureau que je me suis accaparée, mon monde s'écroule à nouveau, mettant à rudes épreuves tous les plans que je pouvais avoir en tête. Si je ne suis pas responsable de ce chaos, je n'en reste pas moins concernée, et pire encore, au-delà du scandale qui éclate, j'en viens à douter d'une personne sur laquelle je n'aurais jamais osé parier. Mon frère ne peut être capable de telles choses, pas Saül, ça me semble complètement fou, et une partie de moi aurait presque envie d'en rire, tellement c'est stupide. Pourtant, j'éprouve ce vent de panique en moi, et mon palpitant,  ingérable, résonne jusque dans mes tempes.

Mes incertitudes n'ont fait que gagner du terrain après quelques heures. Pire, j'ai cette sensation de ne pas maîtriser la situation, et d'être davantage dans le flou le plus complet, alors que la possibilité que ces accusations soient fondées se fait plus régulière à travers les heures qui passent. Le silence de Saül est un véritable supplice, et chaque espoir laisse place à une colère grandissante. Je ne peux définitivement pas me détacher de la situation et rester inactive. J'ai besoin d'obtenir des réponses, et à défaut d'en obtenir du principal intéressé, je me précipite chez la seule personne capable d'apaiser le feu et d'étouffer un peu cette histoire. Face à cette porte, je tente de me rappeler de la dernière fois que j'ai pu voir le visage de Camil, et je suis incapable de m'en souvenir réellement. Ce dont je me souviens par contre, c'est de la raison qui nous aura poussés à nous éloigner l'un de l'autre, malgré une affection pour l'autre partagée. La même raison qui va nous pousser pourtant ce soir à nous retrouver, un véritable paradoxe quand on y pense. La personne en qui Saül voyait un véritable ennemi pourrait finalement s'avérer être le seul à le sauver si je parvenais à l'en convaincre. La question est , y parviendrais-je seulement? Camil ne me doit rien, encore moins maintenant, alors pourquoi accepterait-il de s'y soumettre? Je n'en ai pas la moindre idée, pourtant, c'est bien la raison qui m'a amené jusqu'à lui, qu'importe si je dois venir à le supplier avec tous les arguments possibles. Le plan? Il n'y en a pas, et cela se traduit par la tension dont je fais preuve, par une incapacité à tenir en place, mais aussi un regard qui oscille inlassablement.

La porte s'ouvre, laissant entrevoir le jeune homme, qui n'éprouve vraisemblablement aucune surprise de m'y trouver derrière. Il s'empare des phrases des convenances, alors que pour ma part, je suis tout bonnement incapable de jouer à se jeu, et ne tarde pas à me précipiter dans le vif du sujet, quitte à me brûler au passage par ce manque de tact. "Tu peux pas faire ça" Bien sûr qu'il pouvait, et au vu de son message, il en avait la ferme intention, cependant, je me défends de songer à l'hypothèse qu'il puisse aller dans ce sens sans songer un seul instant à ce que cela va impliquer pour toute notre famille. Le ricanement qui s'échappe de ses lèvres me fait frissonner de terreur, ne faisant qu'accentuer cette douleur logée dans ma gorge, comme si indirectement, il se moquait bien du courage qu'il me fallait pour venir m'adresser à lui ce soir. « Tu ne comprends pas, Savannah. » Je hoche successivement de la tête, un brin nerveuse. « Si, si, je comprends. Je comprends que tu vas balancer ça en te souciant peu de qui ça va toucher au passage.» Auden, mes soeurs, moi…Un nom traîné dans la boue. Qu'importe ce qu'a pu faire Saül - même si je doute encore de son implication dans l'histoire-, nous ne pouvons pas payer pour ses erreurs. Ca me semble si injuste à cet instant. « Ce n’est pas moi qui te fais ça, comme tu dis. » Mon regard cherche à soutenir le sien, tâchant involontairement d'appuyer mon discours par une certaine détresse. Il s'enfonce dans l'appartement, me poussant à le suivre, les bras plaqués contre ma poitrine. Une attitude qui ne représente par la détermination dont je fais preuve, mais plutôt  la fragilité qui gagne du terrain. « C’est ton frère. »  Je le sais, je ne le sais que trop bien, et c'est ce qui me pousse à soupirer à cet instant. Ce lien fraternel n'est pas tellement valorisant. Ce frère, qui en plus de nous affliger cette situation, ne daigne même pas s'expliquer ou se défendre en personne. Mon regard vagabonde un instant avant de retrouver le sien. « Je dois faire quoi alors? Me contenter de subir tout ça sans rien dire?» Un nouveau coup de tonnerre se fait entendre, assez saisissant pour que je sursaute l'espace d'une seconde, et nous plonge dans la plus grande obscurité. Le moment ne s'y prête pas, alors que je tente de deviner la silhouette du jeune homme. « Camil?» Demandais-je, cherchant probablement à m'assurer qu'il se trouve toujours à proximité.

@Camil Smith






Feel like shit.
The world was on fire, no one could save me but you. It's strange what desire, will make foolish people do. I never dreamed that I'd meet somebody like you. I never dreamed that I'd lose somebody like you


Revenir en haut Aller en bas
Camil Smith
Camil Smith
les grandes ambitions
les grandes ambitions
Dark into the heat V5Pnm5h Présent
ÂGE : quarante-six ans. (23.11)
SURNOM : cam.
STATUT : 404, fatal error. (mais debbie dort la majorité du temps avec lui, donc c'est déjà une petite victoire)
MÉTIER : élu à la chambre des représentants, et exerce son nouveau rôle avec dévotion.
LOGEMENT : sixtine a repris sa chambre, et debbie a recommencé à investir ses placards au 525, water street (spring hill).
Dark into the heat Tumblr_inline_p7lfteM7TR1rifr4k_540
POSTS : 1032 POINTS : 80

TW IN RP : mensonge, manipulation, sexe, nudité, armes, attentats, religion.
ORIENTATION : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : deborah #8 ; savannah ; ambrose #5 ; maritza ; deborah #9
RPs TERMINÉS : deborah ; primrose ; yasmine ; cora ; sixtine ; raelyn ; jessian ; skylar ; deborah #2 ; skylar #2 ; nolan ; hassan ; deborah #3 ; sixtine ; skylar #3 ; sixtine #2 ; ivy ; irina ; leena ; anastasia ; byron ; lexie ; sixtine #3 ; deb&six ; heïana ; calen&six ; lexie #2 ; calen ; deborah #4 ; lexie #3 ; hassan #2 ; sixtine #4 ; calen (fb) ; andhra ; vladilena ; deborah #6 ; deborah #5 ; lexie #4 ; ivy #2 ; ambrose ; ambrose #2 ; sixtine #5 ; deborah #7 ; ambrose #3 ; hassan #3 ; cristina ; ambrose #4 ;
AVATAR : alexander skargård.
CRÉDITS : gif : eternalroleplay ; avatar : cocaïne
DC : baby simon, sexy naomi.
INSCRIT LE : 29/11/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t23397-camil-smith

Dark into the heat Empty
Message(#) Sujet: Re: Dark into the heat Dark into the heat EmptySam 16 Sep 2023 - 17:13


En reconnaissant les traits familiers de Savannah, il avait tout de suite su que sa soirée serait chamboulée. Qu’il pouvait oublier tout ce qu’il avait prévu de faire. La présence en ces lieux de la soeur de Saül indiquait ô combien l’heure était grave ; sinon, jamais elle ne se serait permise une telle familiarité avec l’Américain. Pas sans l’alerter au préalable — ce qui revenait à prendre un risque majeur : que Camil refuse tout bonnement de croiser son chemin. Les choses avaient été mises au clair entre eux des années plus tôt ; à quoi bon faire semblant ? Il referma la porte derrière son invitée surprise, leur assurant une forme de discrétion et de tranquillité. Mais les minutes à venir ne le seraient en rien, le blond en était intimement convaincu. Et la requête de Savannah confirma ses soupçons. « Ah oui ? » Tout, dans ces deux petits mots vides de sens, laissait présager le pire. Le politicien n’était pas un enfant de choeur, et il ne l’avait jamais été : rares étaient ceux qui pouvaient s’enorgueillir de connaître le Camil doux, tolérant et tempéré. Savannah en avait eu un bref aperçu par le passé ; mais ça n’avait pas duré, pour des raisons que tous deux connaissaient. « Qu’est-ce qui va m’en empêcher, exactement ? » Demanda-t-il d’une voix tranchante, qui ne laissait pas de place aux supplications et aux négociations. Il était froid, distant, rude. Il ne prenait pas de gant, pas de pincette, et laissait deviner une colère sourde. Et il était déterminé. Quand il avait une idée dans la tête, Camil, il fallait largement s’employer pour l’empêcher d’aller au bout — et le succès n’était jamais assuré. Il ricana, et croisa les bras sur son buste. Position fermée ; il acceptait d’échanger quelques mots avec son interlocutrice, mais tout indiquait qu’il suivrait le chemin qu’il avait tracé dans l’après-midi. « Tu cherches quoi, au juste ? » Il arqua un sourcil, alors que ses lippes s’étiraient en un sourire goguenard. Il n’avait aucun complexe à se montrer sans pitié… voire même un brin cruel. « De la pitié ? De la compassion ? » Elle avait frappé à la mauvaise porte. Il n’allait certainement pas la prendre dans ses bras pour la consoler et pour la rassurer. Ce n’était pas le bon type, sur lequel elle avait misé. Et si elle avait espéré l’attendrir, c’était une fois de plus un échec : Savannah n’avait pas les arguments pour le faire plier. « Et puis, tu mélanges tout. » Déclara-t-il sur un ton sec. Il était grand temps de remettre l’église au milieu du village, et d’arrêter cet amalgame qui commençait à lui faire perdre patience. « Je ne balance rien. C’est mon collaborateur qui va poursuivre ton frère pour ses actes, pas moi. » Parce que lui, il n’avait littéralement rien contre Saül ; sinon, il y avait bien longtemps qu’il l’aurait cloué au pilori. C’était tout ce qu’il méritait, de toute façon. « Et c’est mon rôle de le soutenir dans cette épreuve. » Parce qu’Ambrose avait les épaules pour devenir, tôt ou tard, son successeur. Parce qu’il était talentueux, parce qu’il était motivé, parce qu’il apprenait vite, parce qu’il était dévoué. Parce qu’il avait besoin que justice soit faite, pour commencer à guérir. Mais aussi, c’était bien vrai, parce qu’il avait une occasion (peut-être unique) de gagner une partie d’échecs contre le frère de Savannah. « Ça ne me regarde pas, ce que tu dois faire. » Répondit Camil en haussant les épaules, avant de se détourner de Savannah. Il fit quelques pas dans son appartement, se mordant l’intérieur de la joue pour éviter d’avoir une réaction un peu trop acerbe. Il était évident que Savannah était bouleversée et qu’effectivement, elle serait une victime collatérale des agissements de son frère. Mais en quoi était-ce le problème de l’Américain ? En rien. Saül avait joué, et il avait perdu. « Mais si j’étais à ta place, je pense que j’irais régler mes comptes avec le principal concerné. » Et le politicien savait pertinemment qu’il n’était pas responsable des agissements de Saül Williams. C’était lui, qui avait déconné. Lui, qui s’était mis dans une merde noire. Lui, qui avait profité de sa notoriété et de sa stature pour rouler dans la farine un gamin qui ne demandait qu’à apprendre. « Aller supplier son principal adversaire, c’était inutile et illusoire. » Le doute n’était plus permis : il venait clairement de signifier à Savannah que sa venue n’aurait aucune influence sur la suite qu’il donnerait à cette affaire. « Et en toute franchise, je ne comprends même pas comment tu peux encore le défendre. » Admit-il en plongeant ses prunelles claires dans celle de son interlocutrice. Et il ne disait pas uniquement cela en raison de ce qu’il avait fait à Ambrose ; il pensait, bien évidemment, à ce que Saül leur avait fait, à eux, dix ans plus tôt.


La pénombre se fit soudainement, après un énième éclair. Aussitôt, le politicien entendit la voix inquiète de Savannah l’appeler. Il n’avait pas le souvenir que l’orage soit une source d’angoisse pour elle — mais peut-être était-ce un effet collatéral des montagnes russes qu’elle avait dû vivre aujourd’hui. « Je suis là. » Répondit-il à voix basse, faisant un pas pour se retrouver devant la baie vitrée. Il était dos à elle, et observait le ciel se déchaîner sur la ville. Les éclairs fusaient, le tonnerre grondait, et l’eau ruisselait le long des vitres. Avec ironie, il songea que le temps reflétait parfaitement son humeur, et probablement toutes les humeurs des personnes qui allaient être plus ou moins éclaboussées par cette sombre affaire de moeurs. « Tu ne devrais pas être là. » Fit remarquer le politicien, cette fois-ci sur un ton plus doux. Il s’agissait d’une simple constatation, que Camil faisait presque avec étonnement. Comme s’il réalisait seulement ce que Savannah avait fait. « Ce n’était pas raisonnable. » Ajouta-t-il finalement, alors que ses prunelles claires restaient obstinément fixées sur l’extérieur. Du haut de son appartement, il avait une vue imprenable sur toute la ville. C’était d’ailleurs, entre autre, pour cela qu’il l’avait choisi : pour le panorama, et pour les pièces spacieuses. Ici, c’était son repère. Et l’ennemi n’était pas toléré.

@Savannah Williams


 

.WELL, THAT WAS SAUCY.

And it's holding me, Morphing me, And forcing me to strive, To be endlessly Cold within And dreaming I'm alive, 'Cause I want it now, I want it now, Give me your heart and your soul, I'm not breaking down, I'm breaking out, Last chance to lose control.
Revenir en haut Aller en bas
Savannah Williams
Savannah Williams
les collisions
les collisions
Présent
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Sav', Savie, Blondie mais aussi Polpetta, celui qui a tendance à l'agacer mais que seul Ugo s'entête à employer à son égard (Fort heureusement)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Assistante de direction pour la société Campbell, spécialisée dans l'achat et la construction de complexes immobiliers écologiques -Assez naïve pour croire que travailler pour son ex ne lui attirera pas de problème
LOGEMENT : #218, BaySide
Dark into the heat E8rj
POSTS : 14745 POINTS : 520

TW IN RP : Abandon - Dépression - Sexe - Alcool - Deuil - Accident de la route - Manque d'estime de soi
ORIENTATION : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle joue souvent avec ses cheveux ≈ Elle a pratiqué auparavant le chant en tant qu'artiste professionnelle ≈Elle joue de la guitare et du piano ≈ Elle a causé un accident de voiture dans le passé qui a coûté la vie à un jeune homme. Un secret qu'elle tente de garder pour elle ≈ Elle culpabilise toujours ≈ Elle a un rire extrêmement communicatif ≈ Elle est maman de Mathis, 6 ans, qu'elle cherche à connaître, et qu'elle a eu avec son second amour, James Beauregard.
RPs EN COURS :

Dark into the heat D93Q
WILLIAMS FAMILY


Camil#1 Milena#1 Elijah#2 Ginny#4 Penelope#2 Malik#4 Hector#1 Ugo#4 Cade#29 & Milena#2 Evan#7


FLASHBACK
-




RPs EN ATTENTE : Nieves
RPs TERMINÉS : James #1 James #2 James #3 Cade Matteo Colin Thomas James #4 Cade#2 Amal Cade#3 Carlisle Cade#4 Leah Joseph Nicolas Colin Gabriel Cade#5 Cade#6 Auden Cade #7 Cade #8 Seth Carlisle#2 Cade #9 Evan#1 Cade#10 Auden#2 Saül#1 Evan#2 Cade#11 Evan#3 Ivy Cody Cade#12 Family&Cade Cade #13 Evan#4 Cade#14 Ana Cade #15 Famiglia Cade#16 Cade #17 Evan#6 Auden Cade #18 Cade #19 Cade#20 Carlisle#3 Caelan#1 Axel#1 Axel#2 Cade#21 Cade#22 Cade#23 Auden#6 Cade#24 Cade#25 Cade#26 & Jackson #1 Basilius#2 Edison#1 Malik#1 Elijah#1 Ugo#1 Nephtys#1 Malik#2 Cade#27 Ugo#2 Auden#7 Malik#3 Anastasia#4 Ugo#3 Cade#28

FLASHBACK
2011Basilius#1
2012Harold#1 Harold#2
2017Cade Evan#5
2022 - JanvierConnor#1

Abandonnés :
Spoiler:

AVATAR : Margot Robbie
CRÉDITS : ©️ alaska
DC : /
INSCRIT LE : 10/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19937-my-world-is-your-world-savannah-williams
https://www.30yearsstillyoung.com/t20175-soyons-extraordinaires-ensemble-plutot-qu-ordinaires-separement
https://www.30yearsstillyoung.com/t20441-savannah-williams#803173

Dark into the heat Empty
Message(#) Sujet: Re: Dark into the heat Dark into the heat EmptyJeu 5 Oct 2023 - 17:21



Dark into the heat

Savannah Williams & @Camil Smith


Cette bombe qui a été lancée est lourde de conséquences. Il ne s'agit pas seulement d'un scandale inventé de toute pièce pour faire parler et abattre un quelconque adversaire, mais d'une grande désillusion pour les proches qui n'ont d'autres choix que de subir le choc en parallèle, prisonniers contre leur gré . Cet homme, dont je porte le nom, apparaît désormais comme un véritable monstre auquel je suis liée, et je suis naturellement incapable de me détacher de ce que cela peut impliquer, comme si d'une certaine façon, je pouvais moi-même être responsable de ses actes, comme si ce nom de famille que nous partagions me rendait complice de sa folie. C'est impensable. Et mon cerveau s'avère à nier tout en bloc, à se plonger dans un certain déni, parce qu'accepter un seul instant que mon frère puisse commettre de tels actes pourrait me faire perdre la tête, et que la raison tente de me rattraper en plein vol. Je m'y confonds, et malgré les doutes, je cherche inlassablement à me rappeler les souvenirs positifs qui me rappellent à lui. Camil lui, n'est véritablement pas décidé à en faire de même. Pire, il se dresse désormais comme le porte-parole de la justice, et l'affection qui avait pu nous lier jusqu'à présent semble n'avoir jamais existé au sein de son appartement. Pas le moindre regard désolé, aucun signe de compassion. Le lien qui m'unit à ce jour à mon frère me glisse sans plus attendre dans le camp de l'ennemi, et il n'est même pas question d'échanger pour tenter d'y remédier. Son air froid, glacial, ne fait qu'alimenter ce nœud qui s'est logé dans mon estomac depuis plusieurs heures, et qui m'a empêché de pouvoir avaler la moindre chose depuis le déjeuner. « Qu’est-ce qui va m’en empêcher, exactement ? » Les yeux ronds, je me laisse submerger par l'émotion que cette simple réplique provoque en moi. La réponse paraît soudainement évidente, ça ne sera pas notre amitié qui l'en empêchera. «Visiblement pas moi » lâchais-je, encaissant le coup en fuyant un instant son regard pour chercher à me ressaisir. Le rire sarcastique qui s'empare de ses lèvres me torture le palpitant, il est bien pire que ce semblant d'indifférence dans lequel il aime visiblement se complaire. Apprécie-t-il le spectacle? Apprécie-t-il de voir la souffrance sur les traits de mon visage, et le fait que je puisse piétiner mon égo en venant le trouver chez lui? Imagine-t-il un seul instant l'effort que cela puisse demander? Je ne suis peut-être pas celle qui a subi les sévices, et je ne pourrais jamais prétendre avoir été plus maltraitée dans cette affaire, mais est-ce une raison pour me porter si peu de considération?

« Tu cherches quoi, au juste ? » La question est simple, mais je suis réduite au silence, les mots qui s'apprêtent à vouloir passer mes lèvres finissent par y mourir, comme si tout rendait cette scène risible. « De la pitié ? De la compassion ? » Mes yeux bleus se baladent à travers les siens, cherchant inlassablement l'ombre de l'homme qui avait bien plus de cœur et de compassion à l'époque. « Je n'suis pas Saül» lâchais-je, mâchoires serrées. Il avait visiblement du mal à faire la distinction. Ou peut-être que cela n'était qu'un aperçu de ce que j'allais subir les mois à venir, face à des personnes incapable de me dissocier de mon frère. « Et puis, tu mélanges tout. » Du haut de cette grande désillusion, je ne peux retenir un rictus moqueur à cette réplique. « C'est toi qui oses me dire ça » Lui qui me traitait comme une véritable inconnue, une femme pour laquelle il n'avait plus la moindre empathie. N'était-il pas capable de se défaire un instant de ce rôle intransigeant pour accepter le dialogue, ou du moins pour prendre les dispositions pour partager ses choix, sans prendre cet air supérieur et cruel face à moi? La corde est tendue, suffisamment pour que je songe à prendre la porte, à abandonner sans un mot cette atmosphère étouffante et ô combien nocive pour moi. Ses mots vont cependant me sortir de mes pensées avant d'avoir eu le courage d'effectuer le premier pas en direction de la sortie. « Je ne balance rien. C’est mon collaborateur qui va poursuivre ton frère pour ses actes, pas moi. Et c’est mon rôle de le soutenir dans cette épreuve. » Voilà qui était recevable. J'acquiesce d'un seul mouvement de tête, mon regard se perdant sur le sol depuis plusieurs secondes. « Ça ne me regarde pas, ce que tu dois faire. » Il avait raison sur ce point. Plus rien ne me permettait de débarquer ici dans l'espoir d'avoir un avis, ni même un résumé de cette histoire, et je m'étais retrouvée une fois de plus piégée par cette terrible naïveté qui, à cet instant, fait naître un sentiment encore plus destructeur à mon égard. Je ne suis pas mieux que mon aîné dans le fond. « Mais si j’étais à ta place, je pense que j’irais régler mes comptes avec le principal concerné. » Je me pince les lèvres, souriant ironiquement à cette proposition qui s'était avérée être le premier acte effectué après avoir appris la nouvelle « Encore faut-il qu'il m'en laisse le droit» Un aveu que je n'ai pas envie de partager avec lui, mais qui m'a échappé avant même que je n'en prenne conscience. Le silence de Saül rendait cette histoire encore plus affligeante, et le manque de réponse me plongeait dans un désarroi sans fin. « Aller supplier son principal adversaire, c’était inutile et illusoire. » Il me donne l'impression d'une petite fille, recevant une leçon par son paternel. Sauf qu'il ne l'est pas, et qu'il ne le sera jamais. J'avais eu la stupide idée de croire quà défaut de le faire changer d'avis, j'aurais pu obtenir des réponses qui n'auraient pas laissées apparaître toute la haine que pouvait à ce jour provoquer le simple nom Williams. « Et en toute franchise, je ne comprends même pas comment tu peux encore le défendre. » je secoue la tête. « Je n'le défends pas…» Je pouvais en donner l'impression, mais j'essayais simplement de m'amener à une réflexion que je réfutais pourtant inlassablement. Cela ne me rendait-il pas plus humaine finalement? « J'n'ai pas souvent été en accord avec sa façon de pensée ou ses choix » Entre l'adoption de Damon, ses actes atroces qu'il avait possiblement commit, mais aussi le frein qu'il avait imposé dans notre entente naissante… Il n'empêche que lui ne m'avait jamais tourné le dos comme le faisait Camil, au sens propre, comme au sens figuré. Peut-être que pour une fois dans sa vie, Saül Williams avait fait preuve de clairvoyance et avait tâché de me protéger. Ou peut-être pas.

Un grondement, et nous voici plongés dans l'obscurité, où seuls les éclairs parviennent à illuminer la pièce depuis les grandes fenêtres qui offrent la vue sur la ville. Parfaitement immobile, je suis incapable de me repérer dans les lieux et préfère avant tout m'assurer que Camil soit toujours à mes côtés pour m'y aider. « Je suis là. » Et je remarque sa silhouette par un énième éclair, alors que la pluie s'abat toujours plus sur la ville. « Tu ne devrais pas être là. » Un ton plus doux, qui ne fait que relever ce choix stupide que j'avais fait. « Je sais..» J'en ai pleinement conscience. «…Mais je n'savais pas où aller d'autre» ajoutais-je, consciente du niveau pathétique que j'atteignais toujours plus. Ce genre de problème ne pouvait évoqué qu'avec des gens qui connaissait le présumé coupable du moment. « Ce n’était pas raisonnable. » Je soupire, ayant la dose nécessaire pour ce soir. «Je f'rai mieux d'y aller». Pour lui, pour moi, pour Saül… Rien ne pouvait justifier que je vive un tel supplice en sa compagnie, pas même ma vulnérabilité du moment. Du bout des doigts, je cherche à rejoindre le hall, ayant en souvenir, un canapé sur mon passage que je ne trouverais que lorsque mes jambes viendront s'y heurter, me soutirant une grimace alors que ma main se faufile jusque dans mes poches pour m'aider à trouver mon chemin grâce à l'éclairage de mon téléphone


@Camil Smith






Feel like shit.
The world was on fire, no one could save me but you. It's strange what desire, will make foolish people do. I never dreamed that I'd meet somebody like you. I never dreamed that I'd lose somebody like you


Revenir en haut Aller en bas
Camil Smith
Camil Smith
les grandes ambitions
les grandes ambitions
Dark into the heat V5Pnm5h Présent
ÂGE : quarante-six ans. (23.11)
SURNOM : cam.
STATUT : 404, fatal error. (mais debbie dort la majorité du temps avec lui, donc c'est déjà une petite victoire)
MÉTIER : élu à la chambre des représentants, et exerce son nouveau rôle avec dévotion.
LOGEMENT : sixtine a repris sa chambre, et debbie a recommencé à investir ses placards au 525, water street (spring hill).
Dark into the heat Tumblr_inline_p7lfteM7TR1rifr4k_540
POSTS : 1032 POINTS : 80

TW IN RP : mensonge, manipulation, sexe, nudité, armes, attentats, religion.
ORIENTATION : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : deborah #8 ; savannah ; ambrose #5 ; maritza ; deborah #9
RPs TERMINÉS : deborah ; primrose ; yasmine ; cora ; sixtine ; raelyn ; jessian ; skylar ; deborah #2 ; skylar #2 ; nolan ; hassan ; deborah #3 ; sixtine ; skylar #3 ; sixtine #2 ; ivy ; irina ; leena ; anastasia ; byron ; lexie ; sixtine #3 ; deb&six ; heïana ; calen&six ; lexie #2 ; calen ; deborah #4 ; lexie #3 ; hassan #2 ; sixtine #4 ; calen (fb) ; andhra ; vladilena ; deborah #6 ; deborah #5 ; lexie #4 ; ivy #2 ; ambrose ; ambrose #2 ; sixtine #5 ; deborah #7 ; ambrose #3 ; hassan #3 ; cristina ; ambrose #4 ;
AVATAR : alexander skargård.
CRÉDITS : gif : eternalroleplay ; avatar : cocaïne
DC : baby simon, sexy naomi.
INSCRIT LE : 29/11/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t23397-camil-smith

Dark into the heat Empty
Message(#) Sujet: Re: Dark into the heat Dark into the heat EmptyLun 13 Nov 2023 - 16:35



Si Camil s’était préparé à affronter Saül Williams, il n’avait pas anticipé qu’une autre personne que son éternel ennemi politique se dresserait sur son chemin. Pourquoi Savannah était-elle là, et surtout, pourquoi s’obstinait-elle à défendre un frère dont la culpabilité était presque déjà établie ? L’Américain savait pertinemment que son interlocutrice n’était pas idiote, ni naïve. Ne s’était-elle pas encore affranchie de l’emprise que son frère aîné ? Camil espérait se tromper ; mais la réaction de Savannah semait le doute dans son esprit. Honnêtement, il était déçu. Et agacé. Et malheureusement pour son interlocutrice, ce deuxième ressenti allait prendre le dessus sur tout le reste. Bien décidé à la pousser dans ses retranchements, l’ancien directeur de cabinet ricana lorsqu’elle lui fit remarquer qu’elle n’était pas Saül. « Et pourtant : c’est comme si vous parliez d’une même voix. » Déclara-t-il, acerbe. Il aurait tellement aimé que Savannah ouvre les yeux, et qu’elle reconnaisse les mauvais agissements de son aîné. Cependant, il semblerait que la voie prise ne soit pas celle à laquelle Camil s’attendait. « Je suis peut-être le mieux placé pour te dire ça. » Rétorqua-t-il en croisant les bras sur son torse. Avait-il franchement besoin de lui rappeler que Saül avait mis son nez dans des affaires qui ne le regardait aucunement ? Avait-il besoin de lui rafraîchir la mémoire sur les circonstances de leur éloignement ? « La politique c’est une chose, la vie privée, c’en est une autre. Mais ton frère ne s’est jamais gêné pour franchir la ligne blanche. » Et c’était d’ailleurs pour cette raison précise qu’aujourd’hui, il était dans la tourmente. Qu’il vacillait, et que la chute serait probablement aussi douloureuse qu’inévitable. Un brin étonné, Camil apprit que Saül n’avait apparemment pas laissé sa soeur l’approcher, depuis la révélation de son affaire. Ne devrait-il pas s’entourer de ses proches, et de ses fidèles lieutenants en politique ? Ne devrait-il pas être en train de démentir les propos d’Ambrose, et d’essayer de laver son honneur ? Ce manque de réaction rendait l’Américain méfiant. « Insiste. » Il n’aurait pas le choix, de toute façon : tôt ou tard, il devrait se confronter à ses détracteurs. Commencer par sa soeur ne serait pas le plus compliqué ; l’opinion serait nettement plus intransigeante, vus les faits qui lui étaient reprochés. Le politicien sentit son sang bouillonner quand Savannah lui fit savoir qu’elle ne défendait pas son frère. « Vraiment ? » Demanda Camil en arquant un sourcil, désormais perplexe. Il se souvenait parfaitement de ce qui s’était passé, dix ans plus tôt, quand Saül avait demandé à Savannah d’arrêter de se rapprocher de son ennemi politique. Sacrifié sur l’autel, l’Américain n’avait eu aucune chance de plaider sa cause auprès de la blonde ; c’était comme si elle avait été envoûtée par son frère. « Alors pourquoi tu lui as obéi aveuglément, jusqu’à maintenant ? » Ça avait été plus fort que lui : il avait besoin de cette réponse, besoin de comprendre pourquoi son interlocutrice ne s’était pas montrée plus ferme avec son frère aîné. « Pourquoi tu ne t’es pas opposée à lui, quand il a dépassé les limites ? » Le savait-elle seulement ? À l’instar d’Ambrose, bien que différemment de lui, faisait-elle partie des victimes de son frangin ? C’était l’hypothèse de Camil, même si elle n’avait jamais été confirmée. « Son emprise est néfaste. » Déclara le politicien d’une voix ferme et affirmée. Il était de notoriété publique que les deux hommes, même s'ils appartenaient au même bord politique, ne s’entendaient pas. Ils étaient toujours restés polis face au public, mais la froideur dont ils faisaient preuve ne trompaient personne. « Il était temps que quelqu’un mette fin à ses agissements. » Ajouta Camil, avant de soupirer : « Je suis simplement navré pour le gamin. » Il parlait évidemment d’Ambrose, la dernière victime en date de Saül. Celui qui avait eu le courage de parler, et celui qui avait les preuves pour entériner ses accusations. « Il ne méritait pas ça. » Mais le mal était fait, et il n’y avait rien que Camil puisse y changer. Désormais, son rôle était ailleurs : il devait être à ses côtés, et le soutenir lorsqu’il en ressentirait le besoin.


« C’est bon, tu peux rester. » Concéda finalement Camil, après avoir observé Savannah faire un quart de tour pour ne plus lui faire face. Elle avait la tête baissée, et ses yeux semblaient balayer le sol pour éviter de croiser à nouveau le regard polaire de l’Américain. Celui-ci, conscient d’avoir été aussi dur que tranchant, soupira intérieurement : peut-être y avait-il été un peu fort. « Tu n’es pas fan de l’orage, dans mes souvenirs. » Voilà une parole plus apaisante, plus humaine, qui rappelait qu’ils avaient partagé quelques moments communs agréables par le passé. « Je ne vais pas te mettre dehors par ce temps. » À l’extérieur, l’orage s’abattait toujours avec fracas sur la ville de Brisbane. Il y avait bien longtemps qu’il n’y avait pas eu une telle activité électrique ; à croire que le temps s’était calqué aux humeurs du politicien — à moins que ce ne soit l’inverse. Il fit un pas en direction de Savannah, et la contourna pour la devancer. « Installe-toi le temps que ça se calme. » Proposa-t-il, sur un ton qui se voulait neutre. « Je vais essayer d’aller voir si le problème électrique est ici, ou général. » Objectivement, il n’était pas franchement optimiste sur ce point : il lui semblait que c’était l’ensemble de la ville, qui avait été plongé dans la pénombre. Mais il fallait qu’il fasse quelque chose, qu’il s’active ; rester dans la même pièce que Savannah ne le mettait pas tellement à l’aise. Avant de disparaître du champ de vision de la blonde, il se retourna et dit : « Il doit y avoir des bougies, dans un de ces tiroirs. » Il désigna du menton le meuble concerné. Il n’était pas tellement au point sur la situation, mais il avait l’impression de voir Sixtine y ranger quelques unes de ses trouvailles. Le politicien se dirigea vers l’entrée, ouvrit le placard, et écarta les quelques vestes qui masquaient le disjoncteur. Il extirpa son téléphone portable de la poche arrière de son jean, enclencha le flash, et ses soupçons furent bientôt confirmés : la panne d’électricité était générale. « Il va falloir être patiente. » Déclara-t-il en retournant dans le salon. « C’est général. »

@Savannah Williams


 

.WELL, THAT WAS SAUCY.

And it's holding me, Morphing me, And forcing me to strive, To be endlessly Cold within And dreaming I'm alive, 'Cause I want it now, I want it now, Give me your heart and your soul, I'm not breaking down, I'm breaking out, Last chance to lose control.
Revenir en haut Aller en bas
Savannah Williams
Savannah Williams
les collisions
les collisions
Présent
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Sav', Savie, Blondie mais aussi Polpetta, celui qui a tendance à l'agacer mais que seul Ugo s'entête à employer à son égard (Fort heureusement)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Assistante de direction pour la société Campbell, spécialisée dans l'achat et la construction de complexes immobiliers écologiques -Assez naïve pour croire que travailler pour son ex ne lui attirera pas de problème
LOGEMENT : #218, BaySide
Dark into the heat E8rj
POSTS : 14745 POINTS : 520

TW IN RP : Abandon - Dépression - Sexe - Alcool - Deuil - Accident de la route - Manque d'estime de soi
ORIENTATION : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle joue souvent avec ses cheveux ≈ Elle a pratiqué auparavant le chant en tant qu'artiste professionnelle ≈Elle joue de la guitare et du piano ≈ Elle a causé un accident de voiture dans le passé qui a coûté la vie à un jeune homme. Un secret qu'elle tente de garder pour elle ≈ Elle culpabilise toujours ≈ Elle a un rire extrêmement communicatif ≈ Elle est maman de Mathis, 6 ans, qu'elle cherche à connaître, et qu'elle a eu avec son second amour, James Beauregard.
RPs EN COURS :

Dark into the heat D93Q
WILLIAMS FAMILY


Camil#1 Milena#1 Elijah#2 Ginny#4 Penelope#2 Malik#4 Hector#1 Ugo#4 Cade#29 & Milena#2 Evan#7


FLASHBACK
-




RPs EN ATTENTE : Nieves
RPs TERMINÉS : James #1 James #2 James #3 Cade Matteo Colin Thomas James #4 Cade#2 Amal Cade#3 Carlisle Cade#4 Leah Joseph Nicolas Colin Gabriel Cade#5 Cade#6 Auden Cade #7 Cade #8 Seth Carlisle#2 Cade #9 Evan#1 Cade#10 Auden#2 Saül#1 Evan#2 Cade#11 Evan#3 Ivy Cody Cade#12 Family&Cade Cade #13 Evan#4 Cade#14 Ana Cade #15 Famiglia Cade#16 Cade #17 Evan#6 Auden Cade #18 Cade #19 Cade#20 Carlisle#3 Caelan#1 Axel#1 Axel#2 Cade#21 Cade#22 Cade#23 Auden#6 Cade#24 Cade#25 Cade#26 & Jackson #1 Basilius#2 Edison#1 Malik#1 Elijah#1 Ugo#1 Nephtys#1 Malik#2 Cade#27 Ugo#2 Auden#7 Malik#3 Anastasia#4 Ugo#3 Cade#28

FLASHBACK
2011Basilius#1
2012Harold#1 Harold#2
2017Cade Evan#5
2022 - JanvierConnor#1

Abandonnés :
Spoiler:

AVATAR : Margot Robbie
CRÉDITS : ©️ alaska
DC : /
INSCRIT LE : 10/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19937-my-world-is-your-world-savannah-williams
https://www.30yearsstillyoung.com/t20175-soyons-extraordinaires-ensemble-plutot-qu-ordinaires-separement
https://www.30yearsstillyoung.com/t20441-savannah-williams#803173

Dark into the heat Empty
Message(#) Sujet: Re: Dark into the heat Dark into the heat EmptyVen 15 Déc 2023 - 3:51



Dark into the heat

Savannah Williams & @Camil Smith


Je ne sais pas ce que je fais là. J'ai beau retourner la question dans tous les sens, face à lui, je suis incapable de me convaincre qu'il ne s'agisse là que d'un besoin de connaître la vérité. Et si cette nouvelle était fondée, si cet homme, que j'avais si souvent idéalisé, se trouvait être un véritable monstre en cavale? Je perds pied, et je me plonge dans un déni aussi béant que grotesque. J'ai besoin de croire en son innocence, j'ai besoin de me convaincre que ma naïveté ne m'a pas amené à me tromper sur l'une des personnes que je connais depuis toujours. Parce que si c'est le cas, comment vais-je parvenir à m'en remettre? Comment vais-je parvenir à vivre dans ce monde dans lequel les gens qui me sont le plus proches passent leur temps à me décevoir et remettent en question des souvenirs communs, comme s'il s'agissait de vulgaires mensonges? Peut-être que je cherche refuge chez le seul homme qui n'est pas en mesure de me rassurer, ou peut-être que c'est de lui dont j'ai besoin d'entendre les mots qui tueront à tout jamais l'image parfaite que j'ai pu avoir de mon aîné. Camil ne me lésine pas, il ne fait preuve d'aucune compassion à mon égard, comme si j'étais moi aussi coupable de cette histoire, pour oser remettre en doute les accusations qui sont portées à l'encontre de Saül. Ma maladresse le pousse à se montrer froid, glacial, ou peut-être que de son côté à lui aussi, il y a bien plus de subjectivité qu'il n'y paraît, et qu'il ne parvient pas à faiblir face à mon approche, révélant une opposition flagrante entre deux êtres qui ont éprouvé, à un moment donné, une affection mutuelle, qui à ce jour semble s'être littéralement volatilisée, et ce, une fois encore par la faute du même auteur . « Et pourtant : c’est comme si vous parliez d’une même voix. » Je relève les sourcils, offensée qu'il puisse songer un instant que je puisse tolérer ce genre de comportement s'il s'avérait être fondé. Suis-je cependant à blâmer de ne pas avoir les épaules pour supporter ce genre de fardeau? Pour oser croire un seul instant à la bonté d'un homme auprès duquel j'ai évolué depuis que j'ai vu le jour, et qui remet en doute la vision que je peux avoir du monde par sa cruauté? Peut-être que ce n'est pas pour Saül que je me tiens devant lui, mais tout simplement pour moi. Je secoue la tête, cherchant à me remettre de ces mots qui rongent mon intérieur. Il ne me comprend pas. Je ne suis pas là pour chercher à le défendre, je suis là pour chercher la vérité, et celle-ci ne fait aucun doute à ses yeux. « La politique c’est une chose, la vie privée, c’en est une autre. Mais ton frère ne s’est jamais gêné pour franchir la ligne blanche. » Je soupire, me passant brièvement les doigts sur le haut du visage pour tenter de garder la tête froide. Un avis sur lequel je me rangerai volontiers, pour autant, ma propre expérience m'avait aussi mené à mélanger ma vie privée et mon travail. Je m'étais retrouvée mêlée à vivre une relation interdite avec mon patron, et j'aimerais pouvoir clamer que chacun de nous s'était efforcé de rester professionnel en toutes circonstances, que jamais une partie n'avait empiété sur l'autre, mais je mentirai. Parce que j'étais celle qui s'était jouée de lui, qui avait profité de ses sentiments pour en tirer profit alors qu'il voulait me voir réintégrer la société, j'en avais négocier un salaire totalement dérisoire, exploitant la faiblesse qu'il pouvait encore éprouver en se trouvant à mes côtés. D'autre part, lui s'était bien chargé de me rendre l'appareil en prétextant des dossiers à finir, me forçant à relayer au second plan ma vie personnelle, et la vie de couple que je menais à l'époque. Pire encore, il avait profité de ma dévotion dans mon rôle d'assistante pour me jeter au beau milieu de la scène devant une horde d'invités, et me présenter comme étant son épouse. L'histoire est bien différente pour Saül, les coups bas ne sont rien face à un consentement ignoré et un chantage scandaleux. La moralité n'y trouve définitivement pas sa place.

« Encore faut-il qu'il m'en laisse le droit» Parce que ce dernier ne trouve rien de mieux que de jouer aux abonnés absents après avoir été propulsé dans les premières pages des faits divers.  « Insiste. » Je me mordille l'intérieur de la bouche, lui épargnant bien les nombreux appels que j'avais pu passer, et qui avaient tous fini sur le son détestable de sa voix sur son répondeur. «Je n'suis plus certaine de que ce soit la meilleure idée désormais» La probabilité qu'il m'accorde une réponse semble s'éloigner, parce qu'il estime peut-être que je n'en ai pas le droit. « J'n'ai pas souvent été en accord avec sa façon de pensée ou ses choix » Ca méritait d'être dit. « Vraiment ? » Mes yeux bleus se perdent dans les siens, attendant la suite avec une appréhension que j'avais peut-être négligée par un tel aveu. « Alors pourquoi tu lui as obéi aveuglément, jusqu’à maintenant ? » Nous y voici, et sans même qu'il ne vienne à exprimer de façon explicite le sujet en question, je le devine, parce que c'est probablement ce dernier qui nous a poussé à nous éloigner l'un de l'autre des années auparavant. « Pourquoi tu ne t’es pas opposée à lui, quand il a dépassé les limites ? » Quelques secondes, durant lesquelles je m'efforce de trouver une voix ferme, et non tremblante, qui témoignerait d'une quelconque émotion. «Parce que je voulais te protéger.» Sa réaction est prévisible, il n'y croira sûrement pas, pour autant, j'en pense chaque mot. Si j'avais visiblement sous-estimé le caractère dangereux de Saül, je connaissais cependant déjà à l'époque le sadisme et l'acharnement dont il pouvait faire preuve pour arriver à ses fins, quitte à se montrer bien plus sournois et manipulateur qu'il ne faudrait. Je ne voulais pas que Camil en subisse les conséquences, et que cela impacte sa carrière. «Aux dernières nouvelles, tu t'étais montré plutôt compréhensif à ce sujet» lui rappelais-je, parce que lui non plus n'avait pas cherché à me convaincre du ridicule de cette décision, il avait été dans ce sens.. « Son emprise est néfaste. » Je ferme les paupières, subissant le poids de ces mots. «Je sais…» Je ne le sais que trop bien. Et même si je me dresse souvent comme une femme indépendante, peu soucieuse de ce que les miens pourraient penser de mes choix, j'en reviens toujours à y accorder de l'importance malgré tout. Parce qu'il y a une sorte de code d'honneur qui m'empêche d'y rester indifférente. Le choix de m'effacer auprès de Camil était un moyen de ne pas avoir à choisir entre les deux hommes, pour autant, je l'avais fait d'une certaine façon, balayant l'espoir d'une relation qui aurait peut-être pu être différente. Mon regard se perd dans le vide alors qu'il évoque les conséquences que peuvent avoir les agissements de Saül, et l'espace d'un instant, tout ça me paraît si vrai,  si cruel.

Et je me sens soudainement stupide de me trouver face à lui, parce que ma place n'est pas ici, comme il me a fait remarqué, et que je n'en ressortirai pas avec le coeur léger. Une mauvaise idée que je cherche à vouloir corriger en le soulageant de ma présence, alors que l'obscurité dans la pièce met à mal ce départ souhaité.« C’est bon, tu peux rester. » Je lâche un souffle, qui s'apparente à un faux rictus. «J'veux pas de ta pitié». Oh non, je pouvais vivre avec bien des ressentiments, il était hors de question que ce soit celui-ci qui domine dans cet échange. Mon corps s'est cependant figé, alors que mon regard se perd sur le sol, cherchant à deviner dans le temps qu'il m'est impartie si c'est la meilleure chose à faire dans ces circonstances. La tempête qui s'abat dehors est t-elle plus terrible à affronter que ces retrouvailles finalement? Un nouvel éclair vient éclairer la pièce, me faisant resserrer les mâchoires. « Tu n’es pas fan de l’orage, dans mes souvenirs. » Mon regard vient croiser le sien, presque surprise qu'il puisse se souvenir de ce petit détail insignifiant me concernant. Et je viens justifier ce fait, comme si c'était nécessaire. «La foudre est tombée sur le toit de mes grands-parents un jour» Peut-être avais-je évoqué la raison avec lui, je ne parviens cependant pas à m'en souvenir. Je n'étais qu'une enfant lorsque ce souvenir m'avait été comté, pour autant, cette peur reprenait vie chaque fois que l'orage se montrait plus virulent dans le ciel. « Je ne vais pas te mettre dehors par ce temps. » «Je n'veux pas que tu t'en sentes obligé» Il fût un temps où ma présence auprès de lui ne résumait pas à un seul dépis. « Installe-toi le temps que ça se calme. »  Il passe devant moi, alors que ma posture exprime à elle-seule la gêne que je peux éprouver dans cette pièce. « Je vais essayer d’aller voir si le problème électrique est ici, ou général. » Je hoche la tête, sans même qu'il ne puisse l'apercevoir . « Il doit y avoir des bougies, dans un de ces tiroirs. » Mon regard se pose sur le jeune homme, afin de suivre la direction qu'il indique d'un signe de tête. Je me retrouve donc seule, et m'aventure jusqu'au meuble, tentant de chercher grâce à l'éclairage de mon téléphone ce qui nous libérera de cette pénombre dérangeante. Aucun bougie à portée de main sur le moment. Et c'est donc sous le niveau inférieur du meuble que je m'aventure, découvrant finalement un bloc noir qui dans un premier temps, ne relève pas la fonction qui lui est destinée. Je l'ouvre, laissant apparaître à l'intérieur de ce dernier une arme de pointe qui, sans plus attendre, crée un léger malaise en moi. Je n'ai pas pour habitude de me trouver en présence d'arme blanche, et les conséquences qu'elles sont en mesures de provoquer sur autrui me glace le sang. Je secoue la tête, cherchant à me reprendre en refermant ce coffre-fort pour me concentrer sur ma mission initiale. Après quelques instants, Camil revient auprès de moi, alors que je m'affaire à allumer quelques bougies sur la table à l'aide d'une allumette. Mon regard croise le sien avec une légère gêne, alors qu'après un bref pincement de lèvre, je viens à lancer «C'est étrange, j'imaginais pas que t'étais le genre d'homme à disposer d'une arme chez toi»


@Camil Smith






Feel like shit.
The world was on fire, no one could save me but you. It's strange what desire, will make foolish people do. I never dreamed that I'd meet somebody like you. I never dreamed that I'd lose somebody like you


Revenir en haut Aller en bas
Camil Smith
Camil Smith
les grandes ambitions
les grandes ambitions
Dark into the heat V5Pnm5h Présent
ÂGE : quarante-six ans. (23.11)
SURNOM : cam.
STATUT : 404, fatal error. (mais debbie dort la majorité du temps avec lui, donc c'est déjà une petite victoire)
MÉTIER : élu à la chambre des représentants, et exerce son nouveau rôle avec dévotion.
LOGEMENT : sixtine a repris sa chambre, et debbie a recommencé à investir ses placards au 525, water street (spring hill).
Dark into the heat Tumblr_inline_p7lfteM7TR1rifr4k_540
POSTS : 1032 POINTS : 80

TW IN RP : mensonge, manipulation, sexe, nudité, armes, attentats, religion.
ORIENTATION : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : deborah #8 ; savannah ; ambrose #5 ; maritza ; deborah #9
RPs TERMINÉS : deborah ; primrose ; yasmine ; cora ; sixtine ; raelyn ; jessian ; skylar ; deborah #2 ; skylar #2 ; nolan ; hassan ; deborah #3 ; sixtine ; skylar #3 ; sixtine #2 ; ivy ; irina ; leena ; anastasia ; byron ; lexie ; sixtine #3 ; deb&six ; heïana ; calen&six ; lexie #2 ; calen ; deborah #4 ; lexie #3 ; hassan #2 ; sixtine #4 ; calen (fb) ; andhra ; vladilena ; deborah #6 ; deborah #5 ; lexie #4 ; ivy #2 ; ambrose ; ambrose #2 ; sixtine #5 ; deborah #7 ; ambrose #3 ; hassan #3 ; cristina ; ambrose #4 ;
AVATAR : alexander skargård.
CRÉDITS : gif : eternalroleplay ; avatar : cocaïne
DC : baby simon, sexy naomi.
INSCRIT LE : 29/11/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t23397-camil-smith

Dark into the heat Empty
Message(#) Sujet: Re: Dark into the heat Dark into the heat EmptyMer 3 Jan 2024 - 9:37



Camil aurait voulu que Savannah règle ses comptes avec son frère. Il aurait voulu qu’elle se dresse face à lui, qu’elle lui tienne tête, et qu’elle l’envoie promener jusqu’à la fin des temps. Il aurait voulu qu’elle garde la tête haute, et qu’elle se détourne de lui fièrement, sans regret. Mais Saül Williams n’était pas courageux, et il le prouvait une fois de plus en ignorant les appels de sa soeur, qui avait désespérément besoin d’explications. « Et tu penses que c’est quoi, le mieux à faire ? » Demanda-t-il, sur un ton sarcastique. Il savait que la bousculer alors qu’elle était déjà dépassée par les événements n’était pas subtil, ni même juste. Elle n’était qu’une victime collatérale — sur ce coup, en tout cas. Parce qu’elle avait déjà été la victime de son frère, quoiqu’elle en dise. Un point que Camil ne tarda pas à mentionner, au cas où elle eut besoin qu’on lui rafraîchisse la mémoire. « Me protéger ? » Répéta le politicien en écarquillant les yeux, avant de laisser un éclat de rire s’échapper de ses lèvres. Il ne savait pas si c’était vrai, ou si c’était une habile pirouette pour s’extirper de ce mauvais pas. Ça n’avait pas tellement d’importance, en réalité ; ça ne changeait pas les faits, et ça n’excusait pas les agissements de Saül. « Je t’en prie, Savy. » Dit-il en secouant la tête, sans même réaliser qu’il venait d’employer le surnom par lequel il avait eu l’habitude de l’appeler. « Tes intentions étaient peut-être louables, mais ton frère ne m’a jamais fait peur. » Déclara-t-il, alors qu’il serrait machinalement ses poings. Par contre, il l’avait plusieurs fois fait plonger dans une rage noire, et Camil avait dû faire preuve de tout son self-control pour ne pas aller en découdre physiquement avec lui. « Désolé, mais tu te fourvoies. Je n’ai jamais compris, et encore moins accepté qu’une tierce personne vienne tirer les ficelles comme si nous n’étions que deux vulgaires marionnettes. » Parce que c’est exactement ce qu’ils avaient été, dans le jeu de Saül. Une possible entité qui ne lui plaisait pas, et dont il avait décidé de se débarrasser en faisant du chantage à sa soeur. Les méthodes étaient monstrueuses. Mais n’était-ce pas à l’image de l’homme, à la réflexion ?


« Je n’ai pas pitié de toi. » Répondit le politicien en haussant les épaules. De manière générale, Camil n’était pas quelqu’un qui s’apitoyait facilement sur le sort des autres. Ce n’était pas quelqu’un que l’on parvenait à manipuler avec des larmes de crocodile, ou avec un discours larmoyant. L’Américain était attaché aux faits, et cherchait à tout prix à se détacher des sentiments — convaincu que ceux-ci, dans la sphère professionnelle dans laquelle il évoluait, pourraient causer sa perte. Le blond constata que, malgré ses dires, Savannah était restée plantée au milieu du salon, sans bouger. Pesait-elle le pour et le contre ? Cherchait-elle à rassembler son courage pour fuir, alors qu’elle craignait l’orage ? C’était un fait dont Camil se souvenait, malgré les années qui avaient passé. Il ne manqua pas de le souligner à voix haute — comme pour prouver à son interlocutrice que sa proposition d’hospitalité n’était pas dénuée d’un brin de compassion. « Je ne savais pas. » Admit Camil d’une voix neutre, alors que Savannah dévoilait ce qui semblait être l’origine de sa peur. Un traumatisme, ni plus, ni moins. « Tu étais petite ? » C’était bien la première fois de cette soirée où il ne faisait preuve d’un peu d’intérêt et d’humanité à son égard. Probablement conscient que les prochaines minutes se conjugueraient à deux, tempérer la situation plutôt que de l’envenimer lui semblait être une bonne idée. « Savannah… » Commença Camil en soupirant légèrement, presque prêt à la houspiller et à lui dire d’arrêter ses enfantillages. Il passa une main dans ses cheveux, et ajouta : « Ne m’oblige pas à te supplier. » Parce qu’il ne le ferait pas. Sa proposition était sincère, dénuée d’un quelconque calcul politique, et il le faisait en tout bien tout honneur. Mais il ne la contraindrait pas à faire quelque chose dont elle n’avait pas envie. Il se détourna de son invité surprise et pendant qu’il allait vérifier que la coupure de courant était générale, il lui suggéra de se mettre en quête de bougies. Il lui désigna un meuble dans lequel fouiller et, pour sa part, éclaira le tableau électrique  caché dans un placard de l’entrée de son flash de téléphone. Il maugréa en voyant que la coupure n’était pas strictement liée à son appartement ; rétablir les choses allait sans doute être plus long que prévu. Et, surtout, ça n’annonçait rien de bon : le plus fort de la tempête n’était pas encore arrivé. Il referma le placard, et retourna dans le salon où Savannah était en train d’allumer quelques bougies. Il cherchait quoi dire pour rompre le silence, mais la soeur de Saül s’en chargea à sa place. « Il faut croire que je n’ai pas encore su choisir entre mon moi Américain, et mon moi Australien. » Répondit le politicien avec un léger sourire. Ses détracteurs avaient souvent pointé sa bi-nationalité du doigt, estimant que ce fait jouait en sa défaveur. Comme s’il n’était pas complètement capable de s’investir dans son rôle de politicien, comme s’il n’était pas apte à défendre les intérêts de cette île gigantesque. Tandis que Savannah allumait les quelques bougies qu’elle avait disposé sur la table basse du salon, Camil se pencha vers le meuble et en retira son arme. Machinalement, il vérifia qu’aucune balle n’était restée dans le chargeur ; même s’il était toujours très prudent à ce sujet, il savait aussi qu’un accident pouvait vite arriver. « Je ne m’en cache pas, mais ce n’est pas quelque chose dont je me vante. Ça pourrait jouer contre moi. » Parce que les lois sur les armes n’étaient les mêmes qu’aux États-Unis, et que la population Australienne n’était pas aussi familière avec le sujet. Mais il était clean : il possédait le permis adéquat, et était toujours très vigilant. « Je pratique le tir sportif depuis… » Il réfléchit pendant quelques instants, avant de déclarer : « Je dirais une trentaine d’années, maintenant. » Il ne savait plus exactement quand il avait commencé, mais ses souvenirs le ramenaient à l’adolescence, lors de ses premières compétitions. Ça ne le rajeunissait pas tellement, pensa-t-il avec un sourire amusé. « Je pensais que tu savais. » Dit-il en haussant les épaules, alors qu’il rangeait le tout dans le coffre-fort, qu’il prit soin de verrouiller. Il s’abstint de préciser qu’il possédait d’autres armes, ne souhaitant pas passer pour un fanatique auprès de Savannah — qui avait encore l’air d’être perplexe suite à cette découverte. « Tu n’as jamais essayé ? » Demanda finalement le politicien, avant de prendre place face à elle sur un fauteuil. Il supposait qu’elle répondrait par la négative, vu la surprise qu’il avait décelé sur ses traits.

@Savannah Williams


 

.WELL, THAT WAS SAUCY.

And it's holding me, Morphing me, And forcing me to strive, To be endlessly Cold within And dreaming I'm alive, 'Cause I want it now, I want it now, Give me your heart and your soul, I'm not breaking down, I'm breaking out, Last chance to lose control.
Revenir en haut Aller en bas
Savannah Williams
Savannah Williams
les collisions
les collisions
Présent
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Sav', Savie, Blondie mais aussi Polpetta, celui qui a tendance à l'agacer mais que seul Ugo s'entête à employer à son égard (Fort heureusement)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Assistante de direction pour la société Campbell, spécialisée dans l'achat et la construction de complexes immobiliers écologiques -Assez naïve pour croire que travailler pour son ex ne lui attirera pas de problème
LOGEMENT : #218, BaySide
Dark into the heat E8rj
POSTS : 14745 POINTS : 520

TW IN RP : Abandon - Dépression - Sexe - Alcool - Deuil - Accident de la route - Manque d'estime de soi
ORIENTATION : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle joue souvent avec ses cheveux ≈ Elle a pratiqué auparavant le chant en tant qu'artiste professionnelle ≈Elle joue de la guitare et du piano ≈ Elle a causé un accident de voiture dans le passé qui a coûté la vie à un jeune homme. Un secret qu'elle tente de garder pour elle ≈ Elle culpabilise toujours ≈ Elle a un rire extrêmement communicatif ≈ Elle est maman de Mathis, 6 ans, qu'elle cherche à connaître, et qu'elle a eu avec son second amour, James Beauregard.
RPs EN COURS :

Dark into the heat D93Q
WILLIAMS FAMILY


Camil#1 Milena#1 Elijah#2 Ginny#4 Penelope#2 Malik#4 Hector#1 Ugo#4 Cade#29 & Milena#2 Evan#7


FLASHBACK
-




RPs EN ATTENTE : Nieves
RPs TERMINÉS : James #1 James #2 James #3 Cade Matteo Colin Thomas James #4 Cade#2 Amal Cade#3 Carlisle Cade#4 Leah Joseph Nicolas Colin Gabriel Cade#5 Cade#6 Auden Cade #7 Cade #8 Seth Carlisle#2 Cade #9 Evan#1 Cade#10 Auden#2 Saül#1 Evan#2 Cade#11 Evan#3 Ivy Cody Cade#12 Family&Cade Cade #13 Evan#4 Cade#14 Ana Cade #15 Famiglia Cade#16 Cade #17 Evan#6 Auden Cade #18 Cade #19 Cade#20 Carlisle#3 Caelan#1 Axel#1 Axel#2 Cade#21 Cade#22 Cade#23 Auden#6 Cade#24 Cade#25 Cade#26 & Jackson #1 Basilius#2 Edison#1 Malik#1 Elijah#1 Ugo#1 Nephtys#1 Malik#2 Cade#27 Ugo#2 Auden#7 Malik#3 Anastasia#4 Ugo#3 Cade#28

FLASHBACK
2011Basilius#1
2012Harold#1 Harold#2
2017Cade Evan#5
2022 - JanvierConnor#1

Abandonnés :
Spoiler:

AVATAR : Margot Robbie
CRÉDITS : ©️ alaska
DC : /
INSCRIT LE : 10/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19937-my-world-is-your-world-savannah-williams
https://www.30yearsstillyoung.com/t20175-soyons-extraordinaires-ensemble-plutot-qu-ordinaires-separement
https://www.30yearsstillyoung.com/t20441-savannah-williams#803173

Dark into the heat Empty
Message(#) Sujet: Re: Dark into the heat Dark into the heat EmptyLun 29 Jan 2024 - 13:01



Dark into the heat

Savannah Williams & @Camil Smith


Je ne sais quel comportement adopter. Et peut-être que c'est l'une des raisons qui m'amène ici finalement. Peut-être que j'ai besoin que l'on me dise les choses que je m'efforce de nier en boucle, mêlant l'imaginable à cette réalité qui est la mienne. Peut-être que j'ai besoin de l'entendre de quelqu'un qui saura faire preuve d'objectivité, même si ça sera particulièrement douloureux. Peut-être que j'ai simplement besoin de m'appuyer sur celui qui sera le plus apte à m'épargner dans cette histoire. Malheureusement, ce courage qui m'aura amené sur le pas de la porte du jeune homme n'aura pas suffit à lui faire oublier ce qui nous a finalement éloigné, mais surtout à lui rappeler que ce nom de famille, que j'ai en commun avec le monstre du moment, fait de moi sa complice, que je le veuille ou non. Peut-être que j'ai donné l'impression de venir pour le défendre, ou peut-être que ma grande humanité rend cette vérité inacceptable, qu'importe si les preuves affluent sous mes yeux. Ce qui est dérangeant, c'est qu'il ne parvienne à comprendre que mon esprit n'est pas figé sur cet avis, mais qu'il cherche inlassablement à se positionner en prenant le temps d'entendre et d'accepter toute cette histoire. « Et tu penses que c’est quoi, le mieux à faire ? » Je prends une inspiration, dont le souffle ne parvient pas à passer l'embrasure de mes lèvres ensuite, visiblement coupé par le manque de mots que j'ai à lui offrir. Mes épaules se relèvent, dans la plus grande incertitude. «J'en sais rien» avouais-je, désarçonnée, le regard perdu dans le vide. Je sais qu'il ne va pas apprécier cette hésitation, pas plus que ma capacité à savoir défendre mon frère dans les pires situations, mais qu'importe si Saül m'offre l'occasion d'échanger, serais-je en mesure de faire preuve d'objectivité? Ai-je réellement besoin de l'écouter se justifier ou chercher à se défendre pour me positionner? J'ai besoin de temps pour assimiler tout ça, pour prendre du recul et revenir plus forte pour pouvoir en parler sans avoir l'impression de pouvoir craquer d'un moment à l'autre. En attendant, nous nous embarquons sur un sujet que je ne suis pas forcément plus en état de maîtriser. Notre entente était pourtant réelle, suffisamment pour qu'elle soit mal perçue par mon aîné, qui était parvenu à me convaincre de m'éloigner de Camil, ce que j'avais fait, non sans quelques regrets. «Parce que je voulais te protéger.» Le rire qui s'échappe de ses lèvres resserrent mes mâchoires. Il est détestable, cruel. « Je t’en prie, Savy. Je lève les bras dans le vide, l'invitant à poursuivre dans sa réflexion. « Tes intentions étaient peut-être louables, mais ton frère ne m’a jamais fait peur. » Je souris à mon tour, laissant entrevoir tout le sarcasme que j'éprouve sur le moment. « Vraiment? Alors dans ce cas pourquoi toi tu as accepté ce retournement de situation? » demandais-je d'un air effronté, avant de reprendre « P't'être que j'étais juste le bon moyen pour l'emmerder dans l'fond» Et quand on voit l'empathie dont il fait preuve à mon égard maintenant que Saül s'est tiré une balle dans le pied tout seul, c'est à s'y méprendre. N'avais-je pas été juste la jolie petite marionnette, ce point sensible dans l'armure de mon frère qu'il se devait d'attaquer? Celui qu'il ne pouvait gérer, mais qui marquait un bon coup de massue pour l'abattre « Désolé, mais tu te fourvoies. Je n’ai jamais compris, et encore moins accepté qu’une tierce personne vienne tirer les ficelles comme si nous n’étions que deux vulgaires marionnettes. » Je secoue la tête, me pinçant les lèvres. « Et tu n'm'as jamais dissuadée dans l'idée que c'était une erreur». Lui rappelais-je. Si j'avais été aveuglé par cet amour fraternel, qu'en avait-il été pour lui? Qu'est ce qui le retenait pour vouloir s'y risquer? Qu'importe qui pouvait rejeter la faute sur l'autre, les faits étaient là. Saül avait voulu, et Saül avait obtenu. A quel prix? Nous ne le saurons jamais. Mais il parvient à ce jour, et ce malgré son absence, à s'immiscer une fois encore entre nous, piétinant un lien qui appartient au passé et qu'il nous est difficile de retrouver.

La sensation d'en avoir suffisamment supporté à cet instant est à son comble, et le besoin de fuir pour nous épargner des prolongations dans cette bataille devient presque essentiel. Malheureusement, le temps ne joue pas en ma faveur, et cette peur de me retrouver au beau milieu de la rue, surplombé par une foudre particulièrement virulente ce soir, ralentit quelque peu mon départ. « Tu n’es pas fan de l’orage, dans mes souvenirs. » Une lueur d'espoir dans ce chaos, je l'observe quelques secondes, silencieusement surprise qu'il ait pu se souvenir de ce détail, qui dénote d'une attention qu'il avait pu tout de même me vouer. Dans un besoin de contredire une peur presque puérile, je viens apporter une précision. «La foudre est tombée sur le toit de mes grands-parents un jour» Mon air légèrement méfiant semble légèrement s'estomper. « Je ne savais pas. Tu étais petite ?» Je fouille dans mes souvenirs, n'ayant aucune idée de l'âge que je pouvais avoir à l'époque. «Je n'devais pas avoir plus de six ans. Disons que Auden n'a pas tellement aidé pour que cette phobie disparaisse» Ca pouvait presque paraître sadique, mais à cet âge là, les enfants mesurent assez mal l'impact que peuvent avoir leur mot. Et c'était sûrement un bon moyen de me pousser dans mes retranchements lorsque je faisais preuve de beaucoup trop d'assurance face à lui. Un moyen de faire pression. Mon hésitation semble cependant persister face à sa proposition, je n'ai en aucun envie de rester ici uniquement parce qu'il éprouve de la pitié à mon encontre. « Savannah… » Mon côté têtu parvenait-il à avoir raison de lui? « Ne m’oblige pas à te supplier. » Je soupire légèrement. J'obtempère finalement, cherchant à me rassurer de ne pas avoir à supporter de plein fouet cette tempête qui nous a plongés dans l'obscurité.

Les missions sont données, et c'est donc dans le salon que je m'affaire à mettre la main sur quelques bougies pendant que Camil tente de remettre le courant. La découverte de cette arme dans ce buffet a de quoi surprendre, étrangement, je n'imaginais pas que le grand blond puisse en détenir une. Je cherche cependant à l'ignorer en me recentrant sur la tâche qui m'a été confiée. Pour autant, je ne peux m'empêcher d'en faire mention après qu'il soit revenu auprès de moi. «C'est étrange, j'imaginais pas que t'étais le genre d'homme à disposer d'une arme chez toi» Une façon plus ou moins détournée d'en parler, ou plutôt de lancer un sujet autre que celui de mon frère? Va savoir « Il faut croire que je n’ai pas encore su choisir entre mon moi Américain, et mon moi Australien. » Un faible sourire se dessine sur mes lèvres. «Cruel dilemme» m'amusais-je un instant alors que j'allume les bougies successivement. Il s'éloigne, retournant dans ce meuble sans que je n'y prête attention. C'est lorsque je tourne le visage vers lui que je remarque qu'il la tient entre les mains et la manipule sous mes yeux. Je me redresse, ne sachant pas si je dois m'inquiéter pour ma propre vie. «Tu sais…Te sens pas obligé de m'faire une démonstration» suggéré-je avant de reprendre. «J'suis trop jeune pour mourir» Deux petites secondes avant qu'un rire nerveux ne s'échappe de mes lèvres, dénotant l'aspect faussement dramatique de la situation. « Je ne m’en cache pas, mais ce n’est pas quelque chose dont je me vante. Ça pourrait jouer contre moi. » J'acquiesce d'un mouvement de tête. «J'peux te demander pourquoi tu en as une?» Est-ce son implication dans le milieu politique qui le rend si méfiant? « Je pratique le tir sportif depuis… Je dirais une trentaine d’années, maintenant. » Mes sourcils se relèvent face à la stupéfaction de ce détail. Il est plus facile de comprendre désormais, bien que je ne sois pas forcément plus à l'aise face à ces précisions. « Je pensais que tu savais. » Des fossettes se creusent sur mes joues, cherchant à dissimuler une fausse gêne. «J'ai visiblement encore beaucoup de choses à apprendre sur toi». Nous n'avions pas eu le temps nécessaire à l'époque pour pouvoir évoquer nos grands secrets. Il la range, parvenant à rendre l'atmosphère plus respirable à mon goût, et vient s'asseoir devant moi. « Tu n’as jamais essayé ? » Je relève les sourcils comme pour l'interroger, pas certaine d'avoir réellement saisi le sens de la question, alors que l'évidence semble de mise. «Moi? non…» Je souris légèrement à cette idée « Je pense que la détonation serait bien trop difficile à supporter pour moi» Ce bruit sourd me glacerait le sang à coup sûr. Je n'ai jamais réellement cautionné la violence, ce genre de procédé était un échelon au dessus, et suffisait à m'imposer une image d'horreur, liée sans grande surprise à la mort. «J'espère ne jamais avoir à l'faire» avouais-je avec sincérité.«Et toi? J'veux dire...Tu t'en es déjà servi en dehors de tes séances?» Une curiosité mal placée, et dont la question pouvait être évidente, mais dont je voulais malgré tout m'assurer.



@Camil Smith






Feel like shit.
The world was on fire, no one could save me but you. It's strange what desire, will make foolish people do. I never dreamed that I'd meet somebody like you. I never dreamed that I'd lose somebody like you


Revenir en haut Aller en bas
Camil Smith
Camil Smith
les grandes ambitions
les grandes ambitions
Dark into the heat V5Pnm5h Présent
ÂGE : quarante-six ans. (23.11)
SURNOM : cam.
STATUT : 404, fatal error. (mais debbie dort la majorité du temps avec lui, donc c'est déjà une petite victoire)
MÉTIER : élu à la chambre des représentants, et exerce son nouveau rôle avec dévotion.
LOGEMENT : sixtine a repris sa chambre, et debbie a recommencé à investir ses placards au 525, water street (spring hill).
Dark into the heat Tumblr_inline_p7lfteM7TR1rifr4k_540
POSTS : 1032 POINTS : 80

TW IN RP : mensonge, manipulation, sexe, nudité, armes, attentats, religion.
ORIENTATION : J'aime les jolies filles.
RPs EN COURS : deborah #8 ; savannah ; ambrose #5 ; maritza ; deborah #9
RPs TERMINÉS : deborah ; primrose ; yasmine ; cora ; sixtine ; raelyn ; jessian ; skylar ; deborah #2 ; skylar #2 ; nolan ; hassan ; deborah #3 ; sixtine ; skylar #3 ; sixtine #2 ; ivy ; irina ; leena ; anastasia ; byron ; lexie ; sixtine #3 ; deb&six ; heïana ; calen&six ; lexie #2 ; calen ; deborah #4 ; lexie #3 ; hassan #2 ; sixtine #4 ; calen (fb) ; andhra ; vladilena ; deborah #6 ; deborah #5 ; lexie #4 ; ivy #2 ; ambrose ; ambrose #2 ; sixtine #5 ; deborah #7 ; ambrose #3 ; hassan #3 ; cristina ; ambrose #4 ;
AVATAR : alexander skargård.
CRÉDITS : gif : eternalroleplay ; avatar : cocaïne
DC : baby simon, sexy naomi.
INSCRIT LE : 29/11/2015
https://www.30yearsstillyoung.com/t23397-camil-smith

Dark into the heat Empty
Message(#) Sujet: Re: Dark into the heat Dark into the heat EmptySam 9 Mar 2024 - 4:01



« Avais-je franchement le choix ? » Rétorqua-t-il en arquant un sourcil. La réponse était évidente : non, il n’avait pas eu d’autre choix que d’accepter. Pas eu d’autre choix que de laisser filer Savannah, pour leur bien à tous les deux. Pas eu d’autre choix que d’abandonner la lutte face à Saül, plutôt que de prendre le risque qu’il ne les écrase tous les deux, rongé par l’orgueil et la crainte. À l’époque, Camil n’avait pas compris qu’il avait appuyé à l’endroit qui faisait mal. En courtisant Savannah Williams, il avait franchi une ligne blanche. Il ne l’avait pas compris, sur le moment ; c’était le recul sur la situation qui lui permettait de faire preuve de clairvoyance. « C’est ce que tu penses ? Vraiment ? » Demanda le politicien en plongeant son regard dans celui de la blonde. Camil n’avait pas toujours été un ange avec les femmes, c’était vrai. Il ne cherchait pas à s’en cacher : son tableau de chasse parlait pour lui. Mais il savait aussi faire preuve de sérieux, lorsque le jeu en valait la chandelle. Contrairement à ce que Savannah supposait, il ne l’avait pas séduite parce qu’elle était la soeur de Saül — à vrai dire, il ne le savait même pas, lorsqu’il l’avait rencontrée la première fois. « Si tu n’avais été qu’un moyen pour l’emmerder, tu l’aurais su. » Commenta l’Américain. Il aurait cherché à la mettre au plus vite dans son plumard, et se serait pavané devant son rival dès qu’il aurait obtenu de Savannah ce qu’il voulait. Bien sûr, il aurait recommencé pendant quelques semaines, profitant allègrement de la situation… Et il aurait fini par la larguer, au moment où elle aurait commencé à s’attacher. Cruel et sans pitié ; Saül n’avait pas le monopole, dans ce domaine. Camil savait aussi l’être. « Et je pense que c’est justement parce que tu n’étais pas qu’un moyen pour l’emmerder que Saül a pris peur, et s’est mêlé de nos histoires. » Leur relation n’en était qu’à ses débuts, à ses premiers balbutiements, mais il n’avait pas hésité à la faire crever dans l’oeuf. Pourquoi s’acharner ? La carrière du Williams était déjà brillante ; Camil évoluait dans l’ombre, apprenant le métier à l’abri des regards indiscrets, grimpant les échelons sans que personne ne s’en rende compte. L’Américain choisit de mettre les choses au clair, refusant de laisser Savannah croire des éléments qui étaient erronés. Contrairement à ce qu’elle s’imaginait, il n’avait pas facilement accepté d’être mis sur la touche. Et il n’avait jamais digéré le fait que Saül s’immisce dans sa vie privée. « Non. » Confirma Camil en inclinant légèrement la tête. C’était vrai : il avait essayé de la faire changer d’avis, mais avait rapidement compris qu’il en serait incapable. Saül avait une emprise considérable sur sa soeur, un pouvoir bien trop important. Il n’avait pas les arguments pour se dresser entre eux, et pour lutter. « Tu étais trop… » Commença l’Américain, avant de laisser un soupir s’échapper de ses lèvres. « Trop naïve. » Il n’y avait aucune pointe de sarcasme ou de méchanceté dans ses propos ; il s’agissait seulement d’un constat. Elle était jeune, pleine de vie et presque innocente, et elle avait confiance en son frère : pourquoi aurait-il cherché à lui faire le moindre mal ? « Je ne me suis pas battu pour toi. » C’était un aveu, presque un constat d’échec. Que serait-il advenu d’eux, si Camil avait insisté ? Si Savannah avait choisi d’envoyer paitre son frère, pour donner une chance à sa relation naissante ? Qu’en serait-il d’eux, s’ils avaient choisi de faire front commun plutôt que de prendre des chemins séparés ? Ils ne pouvaient d’émettre des hypothèses ; la vérité ne serait jamais connue.


La tension, précédemment palpable, était légèrement retombée. Désormais, les deux individus savaient à quoi s’en tenir, puisqu’ils avaient mis les choses au clair. Avec le recul, Camil comprit qu’il aurait dû se donner cette peine bien plus tôt ; à défaut de se réconcilier avec Savannah, il aurait au moins évité à la blonde de s’interroger sur la place qu’elle avait pu avoir dans sa vie. Elle n’y était pas restée longtemps, et pourtant : dans ses lointains souvenirs, il croyait se remémorer de son aversion pour l’orage. Le temps dehors était clairement menaçant, et des éclairs zébraient de plus en plus le ciel. Ça donnait à la ville de Brisbane un aspect unique, presque inquiétant. Du haut de sa tour, Camil savait la chance qu’il avait de pouvoir assister à ce spectacle magnétique. « Un autre frère ? » Demanda le politicien, alors que Savannah mentionnait un certain Auden. Seuls Saül et Savannah étaient connus de Camil ; le reste de la famille restait une énigme. À résoudre ? Pourquoi pas. Après tout, ils allaient vraisemblablement être bloqués ensemble pendant un moment. « Vous êtes nombreux, dans la famille ? » Il trouvait étrange de poser la question aujourd’hui, alors qu’ils ne partageaient plus rien. « T’es la dernière de la fratrie ? » Peut-être était-ce pour cela que ses frères s’étaient amusés à l’embêter lorsqu’elle était jeune. Peut-être était-ce aussi par instinct de protection que l’aîné avait voulu s’immiscer dans sa vie privée, à un point non négligeable. Savannah s’obstinait à vouloir rebrousser chemin, en dépit des arguments avancés par Camil pour la raisonner. Mais les éléments semblaient s’être rangés de son côté ; avant que Savannah n’ait pu prendre la poudre d’escampette, l’appartement se trouva subitement plongé dans le noir le plus total. Ça n’inquiéta pas le Texan ; il avait déjà vécu des phénomènes climatiques de cette ampleur. Conscient que son interlocutrice n’était pas à l’aise, il lui suggéra de chercher quelques bougies pendant qu’il allait voir s’il pouvait faire quelque chose — sans grand optimisme.


Quand il revint dans le salon quelques minutes plus tard, il croisa le regard interloqué de Savannah. La cause ? L’arme, qui était négligemment rangée dans le meuble dans lequel se trouvaient aussi les bougies. « Normalement elle est sécurisée, au coffre. » Admit Camil en s’approchant pour récupérer son bien. Si sa femme de ménage avait été présente, elle n’aurait pas manqué de lui remonter les bretelles — elle détestait les armes, et le lui avait bien fait comprendre. « J’avais prévu de sortir, mais tu es arrivée. » Expliqua-t-il, pour justifier le fait qu’elle soit mal rangée. Et pendant que Savannah entreprenait d’allumer les bougies qu’elle avait disposé à quelques endroits stratégiques, Camil vérifia, par acquit de conscience, que son arme n’était pas chargée. « Pas de risque, ne t’en fais pas. » Déclara le politicien avec un léger ricanement. Il n’était pas fou : faire le malin avec une arme chargée dans son appartement n’était tout simplement pas envisageable. Il allait au stand de tir pour se vider la tête ; pas pour faire l’idiot, comme tant d’autres. « Parce que c’est plus confortable d’avoir la sienne que d’avoir une arme de location. » Expliqua le politicien en inclinant légèrement la tête. « C’est… Je la connais par coeur, en fait. Je sais le poids qu’elle pèse, l’angle à trouver pour tirer dans le mille, ses caractéristiques. » Il avait presque un rapport intimiste avec son arme. C’était comme un footballeur avec ses chaussures, comme un tennisman avec sa raquette, ou comme un golfeur avec ses putters. Il gloussa en voyant l’air abasourdi de Savannah, tandis qu’il avouait faire du tir depuis quelques décennies. « Ne me regarde pas comme ça. Je suis né et j’ai vécu la première partie de ma vie à Houston, et mon père est Texan. » Certains clichés sur les Américains avaient un fond de vrai. C’était son père qui avait initié Camil, à l’adolescence. Un terrain vague, une cible, et quelques premiers essais sans grande réussite. « C’est l’occasion où jamais de poser des questions. » Fit-il remarquer avec un léger sourire. Le temps n’allait pas s’améliorer dans les prochaines minutes. L’Américain, après avoir confirmé que son arme était bien déchargée, la rangea dans le coffre dédié à cet effet. Il prit position face à Savannah, et l’interrogea à son tour sur sa familiarité avec les armes. « Quand on tire avec une arme à feu, on le fait avec un casque. Ça évite effectivement les bruits, les éventuels sursauts, et ça permet de mieux se concentrer. » Expliqua-t-il. « En tout cas, c’est comme ça que j’appréhende les choses. » Ça ne concernait peut-être que lui ; il n’en avait jamais échangé avec les autres tireurs. Il n’y allait pas pour se faire des amis, bien au contraire : il préférait rester discret. L’Américain éclata de rire lorsque la blonde lui demanda s’il avait déjà fait usage de son arme à une autre occasion que lors de ses entraînements, et il secoua vivement la tête. « Au risque de te décevoir, je n’ai rien d’un gangster. » Plaisanta-t-il, avant d’ajouter : « Je ne chasse pas, si c’est ta question. Ni les bêtes, ni les êtres humains. » Il appuya sa remarque d’un clin d’oeil entendu. Il se redressa brusquement : « Désolé, je manque à tous mes devoirs. Tu veux boire ou manger quelque chose ? »


@Savannah Williams


 

.WELL, THAT WAS SAUCY.

And it's holding me, Morphing me, And forcing me to strive, To be endlessly Cold within And dreaming I'm alive, 'Cause I want it now, I want it now, Give me your heart and your soul, I'm not breaking down, I'm breaking out, Last chance to lose control.
Revenir en haut Aller en bas
Savannah Williams
Savannah Williams
les collisions
les collisions
Présent
ÂGE : 34 ans
SURNOM : Sav', Savie, Blondie mais aussi Polpetta, celui qui a tendance à l'agacer mais que seul Ugo s'entête à employer à son égard (Fort heureusement)
STATUT : Célibataire
MÉTIER : Assistante de direction pour la société Campbell, spécialisée dans l'achat et la construction de complexes immobiliers écologiques -Assez naïve pour croire que travailler pour son ex ne lui attirera pas de problème
LOGEMENT : #218, BaySide
Dark into the heat E8rj
POSTS : 14745 POINTS : 520

TW IN RP : Abandon - Dépression - Sexe - Alcool - Deuil - Accident de la route - Manque d'estime de soi
ORIENTATION : J'aime les beaux garçons.
PETIT PLUS : Elle joue souvent avec ses cheveux ≈ Elle a pratiqué auparavant le chant en tant qu'artiste professionnelle ≈Elle joue de la guitare et du piano ≈ Elle a causé un accident de voiture dans le passé qui a coûté la vie à un jeune homme. Un secret qu'elle tente de garder pour elle ≈ Elle culpabilise toujours ≈ Elle a un rire extrêmement communicatif ≈ Elle est maman de Mathis, 6 ans, qu'elle cherche à connaître, et qu'elle a eu avec son second amour, James Beauregard.
RPs EN COURS :

Dark into the heat D93Q
WILLIAMS FAMILY


Camil#1 Milena#1 Elijah#2 Ginny#4 Penelope#2 Malik#4 Hector#1 Ugo#4 Cade#29 & Milena#2 Evan#7


FLASHBACK
-




RPs EN ATTENTE : Nieves
RPs TERMINÉS : James #1 James #2 James #3 Cade Matteo Colin Thomas James #4 Cade#2 Amal Cade#3 Carlisle Cade#4 Leah Joseph Nicolas Colin Gabriel Cade#5 Cade#6 Auden Cade #7 Cade #8 Seth Carlisle#2 Cade #9 Evan#1 Cade#10 Auden#2 Saül#1 Evan#2 Cade#11 Evan#3 Ivy Cody Cade#12 Family&Cade Cade #13 Evan#4 Cade#14 Ana Cade #15 Famiglia Cade#16 Cade #17 Evan#6 Auden Cade #18 Cade #19 Cade#20 Carlisle#3 Caelan#1 Axel#1 Axel#2 Cade#21 Cade#22 Cade#23 Auden#6 Cade#24 Cade#25 Cade#26 & Jackson #1 Basilius#2 Edison#1 Malik#1 Elijah#1 Ugo#1 Nephtys#1 Malik#2 Cade#27 Ugo#2 Auden#7 Malik#3 Anastasia#4 Ugo#3 Cade#28

FLASHBACK
2011Basilius#1
2012Harold#1 Harold#2
2017Cade Evan#5
2022 - JanvierConnor#1

Abandonnés :
Spoiler:

AVATAR : Margot Robbie
CRÉDITS : ©️ alaska
DC : /
INSCRIT LE : 10/05/2018
https://www.30yearsstillyoung.com/t19937-my-world-is-your-world-savannah-williams
https://www.30yearsstillyoung.com/t20175-soyons-extraordinaires-ensemble-plutot-qu-ordinaires-separement
https://www.30yearsstillyoung.com/t20441-savannah-williams#803173

Dark into the heat Empty
Message(#) Sujet: Re: Dark into the heat Dark into the heat EmptyMar 16 Avr 2024 - 5:15



Dark into the heat

Savannah Williams & @Camil Smith


Nous y sommes. Après des années passées loin de l'autre, à se soumettre à l'idée qu'il était préférable que nous gardions nos distances, nous en venons à évoquer ce choix , comme si soudainement, il était la source du problème. Un problème que nous avions préféré enterrer plutôt que de réellement l'affronter. Et peut-être qu'une fois encore ce choix n'était autre que le mien, et qu'il a été contraint de s'y soumettre par dépit. Pourtant, son intérêt faisait également partie de l'équation, et si Camil ne donnait pas beaucoup d'importance aux possibles actes que Saül aurait eu à son encontre, il n'en était pas de même pour moi. Je n'avais pas eu à cœur qu'il subisse la sournoiserie de mon aîné, et la culpabilité que j'aurais alors éprouvée m'aurait semblé bien trop difficile à supporter à l'époque. Aujourd'hui, cet homme qui s'était dressé entre nous était pourtant parvenu à faire des siennes, se foutant de bien de toute éthique morale, montrant qu'il n'avait bien aucune limite, aucun scrupule, et me faisant passer pour la femme stupide et naïve que je suis devenue aux yeux du jeune politicien. Peut-être que Camil a raison, peut-être que j'ai finalement choisi la facilité. « Avais-je franchement le choix ? »Probablement que non, pour autant, cet état un peu passif m'avait grandement facilité la tâche pour fermer le chapitre d'un livre à peine entamé. Cela m'avait sans nul doute conforté dans l'idée que ce n'était peut-être pas assez fort pour prendre le risque de tout perdre. Je relève les épaules, émettant un doute sur la réponse à fournir. Mon esprit avait été altéré par cette stupide règle de fraternité qu'une famille impose, mais peut-être qu'il aurait été en mesure de faire pencher la balance par des mots nous concernant, du moins, ca me semble envisageable « P't'être que j'étais juste le bon moyen pour l'emmerder dans l'fond» Une vérité qui blesserait une partie de mon égo, mais que je ne pouvais ignorer « C’est ce que tu penses ? Vraiment ? » Mes bras se croisent contre ma poitrine, lui indiquant silencieusement par un haussement de sourcil le manque de certitude à ce sujet. «J'suis en droit de me poser la question» A même titre que lui le faisait concernant mon intégrité et ma prise de position dans ce scandale qui mêle l'aîné des Williams. Nous connaissons-nous vraiment finalement? Ou avions-nous été en mesure de voir ce qui nous arrangeait chez l'autre à l'époque? « Si tu n’avais été qu’un moyen pour l’emmerder, tu l’aurais su. » Un simple et léger rictus s'échappe de mes lèvres. S'il était vraiment l'un de ces manipulateurs sans scrupule, il n'aurait jamais eu le cran de se vanter de ne pas être arrivé à ses fins dans ces conditions. Et par ces mots, il persiste à croire que je ne suis qu'une femme naîve et facilement manipulable, le genre de femme dont il aurait possiblement fait ce qu'il veut. Une image toujours peu flatteuse à mon égard. « Et je pense que c’est justement parce que tu n’étais pas qu’un moyen pour l’emmerder que Saül a pris peur, et s’est mêlé de nos histoires. » Ou peut-être que le fugitif en herbe refusait que je sois mêlée de près ou de loin à une mésentente sur lequel j'aurais d'une façon ou d'une autre pris position. « Et tu n'm'as jamais dissuadée dans l'idée que c'était une erreur» « Non. Tu étais trop… Trop naïve. » Je souris ironiquement à moi-même, ayant l'impression de faire face à mon jugement ce soir.. «Décidément. Les compliments pleuvent à mon égard…Si tu en as d'autres à ajouter, je t'en prie, fais toi plaisir» La journée avait été suffisamment éprouvante, mais je n'étais plus à ça près. La dureté de la race humaine avait encore bien des secrets pour moi « Je ne me suis pas battu pour toi. » J'acquiesce d'un signe de tête. Un point sur lequel nous parvenons enfin à être en accord. Au vue du déroulement de cet échange, peut-être que nous avions fait le bon choix, lui comme moi.

« Un autre frère ? » Un léger hochement de tête alors que tout naturellement j'étais venue à évoquer Auden, persuadée qu'il ne lui soit pas inconnu. « Vous êtes nombreux, dans la famille ? » Je relève les sourcils, ne pouvant retenir un souffle s'apparentant à une sorte de rictus. « Probablement bien trop aux yeux de certains » Une ironie qui pourrait prêter à rire, mais qui inclut pourtant mon avis personnel. Chacun des Williams est doté d'une personnalité particulièrement imposante, de quoi rendre les réunions de famille désastreuses et ingérables. « T’es la dernière de la fratrie ? » Mon regard vient croiser le sien pour formuler ma réponse «Non, la quatrième» Une information qui peut paraître assez impressionnante, moi qui à l'heure d'aujourd'hui peine encore à me convaincre d'avoir un jour un second enfant. «Mes parents ont toujours rêvé d'une grande maison avec plein d'enfants qui gambadent, mais la cinquième aura fini par avoir raison d'eux » Il faut dire qu'Anastasia est à elle seule un moyen de contraception. «J'sais même pas si t'as des frères et soeurs» avouais-je, cherchant parallèlement à puiser dans mes souvenirs pour retrouver cette information qu'il aurait pu me fournir il y a bien trop longtemps.

Quelques minutes après avoir cherché quelques bougies et découvert un objet aussi impressionnant que redoutable à mes yeux, je me retrouve en compagnie du jeune homme, ne pouvant m'empêcher de mentionner cette arme. Et je l'observe régulièrement la manipuler, avec une aisance que je n'aurais probablement jamais. «Tu sais…Te sens pas obligé de m'faire une démonstration. J'suis trop jeune pour mourir» Une ironie que je me dois d'employer, cherchant d'une certaine façon à me détendre par mes propres moyens. « Pas de risque, ne t’en fais pas. » Je souris, éprouvant une forme de soulagement malgré tout. Les raisons de la présence de cette arme blanche chez lui parviennent à me convaincre, bien que je ne sois pas vraiment en mesure de pouvoir m'y accommoder avec tant de légèreté. « Ne me regarde pas comme ça. Je suis né et j’ai vécu la première partie de ma vie à Houston, et mon père est Texan. » Je laisse échapper un rire, visiblement incapable de rester impassible face à ce passe-temps qui fait partie intégrante de sa vie «Tu me pousses à devoir t'imaginer avec un chapeau de cow-boy maintenant » Une image de lui bien loin de ces tenues toujours très apprêtées. « C’est l’occasion où jamais de poser des questions. » Je fronce les sourcils, ne pouvant m'empêcher de passer à côté de cette proposition. « Ca a commencé dans le fond du jardin avec des boîtes de conserve?» Une curiosité qui le poussera certainement à rire, mais qui ne peut que s'éveiller sous le poids de tant de clichés livrés dans les films. « Quand on tire avec une arme à feu, on le fait avec un casque. Ça évite effectivement les bruits, les éventuels sursauts, et ça permet de mieux se concentrer. En tout cas, c’est comme ça que j’appréhende les choses. ». Je hoche la tête, sachant pertinemment, que pour ma part, le seul bruit de l'impact dénote à lui seul les conséquences désastreuses que peuvent avoir un simple tir. « Au risque de te décevoir, je n’ai rien d’un gangster. » Je laisse échapper un rire. « Je ne chasse pas, si c’est ta question. Ni les bêtes, ni les êtres humains. » Une fausse moue de déception prend possession des traits de mon visage. « Moi qui était prête à admettre que tu faisais partie du clan des bandits.» Un sourire s'empare de mes lèvres .« Désolé, je manque à tous mes devoirs. Tu veux boire ou manger quelque chose ? » Boire ou manger? Un besoin vital que j'avais visiblement oublié par toute l'agitation de cette journée. «Un verre d'eau fera très bien l'affaire »



@Camil Smith






Feel like shit.
The world was on fire, no one could save me but you. It's strange what desire, will make foolish people do. I never dreamed that I'd meet somebody like you. I never dreamed that I'd lose somebody like you


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Dark into the heat Empty
Message(#) Sujet: Re: Dark into the heat Dark into the heat Empty


Revenir en haut Aller en bas
 

Dark into the heat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
30 YEARS STILL YOUNG :: 
brisbane, australie.
 :: spring hill :: logements
-